Navigation – Plan du site
La fragilité des acquis

La lutte pour le droit à l’IVG

Une lutte exemplaire
Rita Thalmann et Régine Dhoquois
p. 97-102

Texte intégral

1Dans la nuit du 28 au 29 Novembre 1974, 284 députés contre 189 adoptaient la loi autorisant l'IVG, sous certaines conditions. Parmi ces députés, 55 UDR sur les 174, 26 centristes sur 52, 105 socialistes sur 106, 74 communistes. Pour défendre cette loi, une femme, Simone Weil, ministre de la santé, qui subira pendant les deux jours de débats les pires insultes. La saisine du Conseil constitutionnel par Jean Foyer (qui déclara lors du débat : « Le vice des riches ne doit pas devenir le vice des pauvres ») n'aboutit pas et la France se réveille le 17 Janvier 1975 avec un nouvel article L-162-1 du Code pénal qui dispose : « La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l'interruption volontaire de grossesse avant la fin de la 10ième semaine de grossesse. ». Il avait fallu des années de lutte pour en arriver là. C'est une partie de cette histoire que nous raconte Rita Thalmann, co-fondatrice de Choisir avec Gisèle Halimi.

2Il faut savoir qu'une première fois en 1973, nous avons été battues. Le projet de loi présenté par Monsieur Taittinger a été refusé par 255 députés. Il y avait à l'époque sept femmes à l'Assemblée nationale et l'Association Choisir avait commencé au début de 1970. G. Halimi avec qui j'avais travaillé à la « Convention des institutions républicaines » est venue me chercher pour devenir la secrétaire nationale de Choisir, la première présidente ayant été Simone de Beauvoir. Il y avait Christiane Rochefort et plus tard nous avons associé Jacques Monod puis Michèle Chevalier après le procès de Bobigny en 1972. L'association était mixte. Nous avons publié dans notre journal - qui a commencé à paraître en 1973 - une liste des députés les plus opposés à la loi, en les traitant de fossoyeurs. En face nous avions publié une liste des femmes qui avaient subi de graves dommages corporels du fait d'avortements clandestins.

3Notre action s'est développée dans trois directions :

4- La première consistait en une information nationale et internationale, surtout par des conférences-débats avec toujours les trois volets : éducation sexuelle, contraception, droit au libre choix de disposer de son corps pour les femmes. Nous allions partout en France. Un soir, nous étions à Montbéliard et une femme syndicaliste chez Peugeot s'est levée et nous a dit : « Notre fille fait des études à Mulhouse et comme nous sommes très inquiets à cause de ses fréquentations et que nous n'osons pas lui parler, on lui met la pilule dans sa soupe. ». À côté de ces aspects cocasses, il y a eu des aspects dramatiques. Mon plus mauvais souvenir, c'est le manque de vigilance des socialistes lors de l'organisation des réunions. Nous avons eu plusieurs fois des meetings perturbés et en général ça commençait par nos livres qui volaient en l'air. Ça a été particulièrement violent à Saint Etienne. Les socialistes n'avaient rien prévu contre ces commandos « fascistes ». On entendait par exemple à l'intention de Gisèle Halimi : « Va donc, bougnoule, faire avorter tes bougnoules en Tunisie. ». Ce à quoi G. Halimi répondait qu'il existait une loi en Tunisie!

5Là je parle de toute la période qui précède le premier vote de la loi où nous avons échoué. Nous avons eu des commandos à plusieurs reprises. J'ai eu une soirée particulièrement éprouvante à Bar-le-Duc où j'ai parlé dans la salle paroissiale. J'étais l'une des participantes à une table ronde avec une militante d’« Ordre moral ». J'étais la seule qui défendait le droit à l'avortement. Dans ce débat qui a été particulièrement violent, quelqu'un a dit dans la salle : « Vous voulez tuer les enfants ! ». J'ai dit : « C'est très curieux, ces hautes consciences pour des foetus alors que pendant les bombardements au Vietnam les enfants n'ont pas compté et pour la Shoah non plus.». J'ai failli me faire écharper. Le curé s'est levé et s'est interposé. Les débats étaient d'une violence extrême.

6Après le premier échec en 1973 et avant le deuxième vote, je dois rendre un hommage particulier à Gaston Defferre, le laïc. Autant Mitterand était intervenu pour la contraception, autant je ne suis pas sûre qu'il aurait voté la loi sans la discipline de vote au sein du groupe socialiste. Deferre avait été très choqué par un article paru dans Paris Match où on montrait le MLAC disant que l'on pouvait avorter avec une pompe à vélo et dans le lieu le plus familier aux femmes, une cuisine. Deferre qui était questeur de l'Assemblée nationale, a dit que si Choisir n'infirmait pas la pompe à vélo, il ne soutiendrait plus Choisir. Il faut rappeler que c'est lui qui avait fait l'essentiel du travail pour que le parti socialiste reprenne à son compte la proposition de loi de Choisir. Nous l'avons convaincu que nous étions partisanes de la méthode Karman et des meilleures conditions de sécurité médicale pour les femmes. Deferre a été notre meilleur soutien de même que le Mouvement protestant « Jeunes Femmes » et le « Grand Orient de France » et les libres penseurs. Ce sont les premiers soutiens que nous avons eu.

7 - La deuxième direction a été de gagner le plus de députés possibles. Françoise Giroud nous a convoquées avec G. Halimi à l'Express pour nous montrer la liste des députés retournables, par exemple M Marette, député du 15° arrdt, convaincu par l'une de nos adhérentes, médecin, catholique. M. Sanguinetti nous a reçus et nous a promis d'écourter au maximum l'intervention de Michel Debré, farouche opposant à la loi. Il a tenu parole. Autre exemple, M. Bosson, père du ministre actuel député d'Annecy, nous a déclaré : « Mesdames, si le vote est à bulletins secrets, je voterai la loi, si le vote est à mains levées, je ne la voterai pas pour ne pas déplaire à mes électeurs d'Annecy ». Il n'a pas voté, puisque les communistes et les gaullistes ont demandé le vote nominal. Tous les parlementaires avaient reçu un dossier réalisé par Choisir sur l'état de l'avortement et la loi proposée.

8Au groupe communiste, M Ballanger, président du groupe, m'a d'abord fait répondre qu'il n'avait pas le temps. Puis il nous a reçus et déclaré : « Nous n'allons pas voter une loi de Giscard ». Je lui ai répondu : « Si vous ne la votez pas, moi je fais savoir urbi et orbi comment vous défendez les femmes des classes laborieuses ». Finalement, les meilleurs amendements et les meilleurs discours, ont été le fait des communistes. Gisèle Moreau a même tancé en séance de nuit les parlementaires qui lisaient leur journal. Je dis clairement que Defferre le laïc a été exemplaire. C'était un vote idéologique. Les catholiques, quelles que soient leurs idées politiques étaient contre. Il faut signaler aussi que pour des hommes comme M Debré, l'hostilité à la loi ne concernait que les petits blancs, pas les foetus café au lait. Nous l'avons su par une enquête à La Réunion où il préconisait la limitation des familles. Vergès, député communiste de La Réunion était hostile à la loi, parce que disait-il, « il fallait des réserves d'êtres humains pour les luttes de libération ».

9- La troisième direction était l'accueil des femmes qui voulaient avorter. Les séances avaient toujours lieu en présence d'une femme médecin. Il nous est arrivé de refuser de faire avorter des femmes que leur patron obligeait à avorter pour ne pas payer de congés de maternité. Thérèse Prigent, a même obligé un curé à carillonner pour la naissance d'un enfant illégitime. En effet cette femme voulait avorter uniquement parce que le curé refusait de carillonner pour le baptême !

10On envoyait les femmes en Angleterre et aux Pays-Bas. Nous avons négocié des accords avec des médecins anglais. Une fois par semaine, nous répondions au courrier et nous l'apportions à Mme Veil. Nous exigions toujours l'adhésion à Choisir. L'objectif  n'était pas de faire une usine à avortement, c'était de rassembler la documentation pour justifier la demande de la loi. Quand Simone Veil nous a reçus, elle nous a dit qu'elle avait retenu deux projets, celui du Planning et celui de Choisir, sauf sur un point, le remboursement par la sécurité sociale. Ce n'est que beaucoup plus tard, avec les socialistes au pouvoir que nous avons obtenu le remboursement des IVG .

11Quand je revois cette bataille qui a duré deux-trois ans, je ne minimise pas la pression des femmes des autres associations, mais je dois dire que l'article qui au moment du procès de Bobigny a eu le plus d'impact, a été écrit par une femme que j'ai été étonnée de voir débarquer à Choisir, Françoise Parturier qui était éditorialiste au Figaro et amie de Michel Debré. Choisir était vraiment très pluraliste et on a vu à quel point tout cela correspondait à une vague de fond. Je comprends la popularité de Simone Weil. Une majorité de femmes lui sait gré de son action. Le débat à l'Assemblée nationale a été d'une telle férocité. J'ai vu le député du Jura, le docteur Feit, brandir un bocal avec un foetus. J'ai toujours senti cette violence dans nos réunions. Par exemple à Royaumont, lors d'un débat où étaient présents des représentants de toutes les religions ainsi que le Professeur Lejeune de « Laissez les vivre », le seul qui ait été correct a été le pasteur Dumas qui a dit : « la vie n'est pas une idole ». Jacqueline Manicom, sage-femme guadeloupéenne a affronté Lejeune en lui disant : « Vos histoires  de Tom Pouce n'ont rien à voir avec les souffrances des femmes qui se font avorter dans des conditions horribles ».

12Les manifestations des femmes apportaient une note de gaieté, de sororité, de chaleur humaine, mais ces débats et les batailles que Choisir a dû mener étaient plus dures. C'était le monde de la politique. C'était la France profonde. Choisir avait des sections un peu partout en France qui guidaient les femmes vers Paris. Bien sûr, les grandes manifestations ont apporté la pression indispensable. Nous, nous avons  fait un travail de bénédictines. Mais notre grande divergence à l'époque était - et j'insiste - faut-il une loi ? Choisir était convaincue qu'il fallait une loi. Nous avions une vision moins parisienne que les gens du MLAC.

13Avec le MLAC, les rapports étaient plutôt tendus parce qu'il avait souvent des attitudes très populistes. Cela nous a fait du tort. Nous avons eu des divergences à propos de la loi. Par contre nous avons bien travaillé avec le GIS. Une fois j'ai mis à la porte de mon appartement et de la permanence une fille du MLAC. En arrivant chez moi, j'ai vu une  fille qui recevait des femmes dans la salle de bains, assise à califourchon sur le bidet, la femme était assise sur le bord de la baignoire. Je les ai emmenées dans la chambre et je leur ai présenté mes excuses parce que j'avais trouvé cela indécent.

14Pour terminer, je voudrais dire que c'est ma sensibilité de juive persécutée qui m'a poussée à m'investir dans ces combats. Ma mère avait été très tôt pour le droit des femmes, en réaction contre sa famille très orthodoxe de Bâle.

15Je pense que nous avons gagné un combat dont les résultats seront difficiles à remettre en question. Nous l'avons vu, ce sont des gens de tous bords qui se sont engagés dans ce combat. Ce mouvement a déclenché quelque chose de très profond qui transcende les partis politiques. Mais il faut dire aux  jeunes filles que rien n'est jamais acquis. Les commandos anti-avortement, les régions sans médecins qui acceptent de faire des avortements, tout cela est inquiétant au niveau de la déperdition des moyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Thalmann et Régine Dhoquois, « La lutte pour le droit à l’IVG », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 97-102.

Référence électronique

Rita Thalmann et Régine Dhoquois, « La lutte pour le droit à l’IVG », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/300

Haut de page

Auteurs

Rita Thalmann

Articles du même auteur

Régine Dhoquois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org