Skip to navigation – Site map

Les aspects genrés de la crise à Athènes  

Dina Vaiou

Full text

1Dans les évolutions politiques propres à l’ère néolibérale, la situation catastrophique de l’économie grecque témoigne de l’expansion, à la fois géographique et sociale, de la crise en Europe tandis que l’Union européenne se consolide comme le bastion du « néolibéralisme réellement existant » (Brenner, 2002). Les politiques d’austérité et les coups successifs portés à l’État-providence mènent à une nouvelle récession et à l’aggravation de la crise, non seulement dans les pays du Sud (Portugal, Italie, Grèce et Espagne), mais aussi dans l’ensemble de la zone euro.

2Le discours devenu progressivement dominant parmi les hauts fonctionnaires de l’Union européenne et d’autres cadres dirigeants, se concentre essentiellement sur les aspects macro-économiques de la crise, tels que l’importance et la viabilité de la dette publique et de sa gestion, la recapitalisation des banques, la hauteur et la période de remboursement des prêts, la notation financière de tel ou tel pays. Ces aspects sont dissociés de la sphère de la délibération politique et deviennent le sujet principal à débattre entre experts invités à travailler « techniquement ». C’est ainsi qu’émerge un nouveau Grand Récit, qui favorise grandement l’idée d’un chemin d’accès unique au salut (néolibéral), à travers l’austérité, la récession et la régulation punitive de la pauvreté et de l’exclusion que ce prétendu sauvetage produit (Wacquant, 2012). Dans le contexte de ce Grand Récit, la Grèce est le pays par excellence où règnent ces politiques et discours en dépit de leur échec manifeste à atteindre les objectifs déclarés.

3La presse populaire européenne et les médias ont depuis le début de l’année 2010 contribué à former les contours d’un discours fortement idéologique selon lequel les causes de la crise seraient « la paresse des Grecs », les pensions et les salaires « de luxe », un secteur public « trop gonflé », des politiciens et des administrateurs corrompus et inefficaces et « la fraude des statistiques » (pour un commentaire alternatif sur ces allégations, voir Fondation Rosa Luxemburg, 2011). Ce discours a pris de l’ampleur dans de nombreuses régions de l’Union et au-delà. Il a presque totalement éliminé du débat public les conséquences sociales des mesures prises par les gouvernements grecs successifs sous la pression de l’orthodoxie néolibérale de l’Union européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne qui ont transformé la Grèce — très petite économie dans la zone euro — en « cobaye » pour la redistribution de la richesse et du pouvoir et en épouvantail pour les autres pays endettés qui semblent moins désireux de se conformer aux « bons » principes.

  • 1  Dans le roman de G. Orwell (1949) Nineteen eighty-four, lenewspeak est un langage créé par l’État (...)

4Ce discours dominant a créé un newspeak1 puissant selon lequel les politiques d’austérité extrême qui mènent à l’appauvrissement de la population et des lieux ont pour dénomination « politiques décisives du gouvernement grec » ; la liquidation des propriétés publiques « valorisation » ; le démantèlement des droits et des salaires « flexibilisation du marché du travail », etc. Ce newspeak a évincé du débat public le fait que les politiques d’austérité provoquent une récession profonde et un effondrement des piliers du développement économique tandis que sont démantelés de nombreux domaines d’un État-providence déjà affaibli (Tsoukalas, 2012). Ce n’est que dans les milieux les plus progressistes marqués à gauche que des analyses soulignent la nécessité de lectures alternatives et de solutions différentes.

5Cet article ne prétend pas offrir une description détaillée de la crise en Grèce. De nombreux auteurs ont proposé des analyses fournies et perspicaces (voir, entre autres, Tsakalotos et Laskos, 2013 ; Douzinas, 2013 ; Varoufakis, 2011 ; Lapavitsas et al., 2010). Je souhaite ici plutôt explorer l’un des aspects de la crise qui n’est presque jamais abordé, celui de l’espace et du genre.

6Le néolibéralisme tel qu’il existe est un projet géo-politique et géo-économique multi-scalaire qui utilise l’espace comme instrument privilégié pour déployer ses politiques. Il favorise de plus un imaginaire spatial particulier, qui nie la simultanéité et la multiplicité des trajectoires et, de ce fait, réduit la possibilité d’alternatives — une dimension fondamentale de la compréhension de l’espace selon D. Massey (1999). Des politiques « one size fits all » prétendent que les résultats qui suivront ces politiques seront les mêmes quel que soit le lieu. En même temps, le néolibéralisme est un raisonnement politique qui restreint les droits de la plupart des citoyen.ne.s (Agamben, 2010).

7Les conditions de vie de différentes couches sociales ne sont pas affectées de manière identique par la suspension ou la régression des droits économiques et sociaux puisque ces derniers s’ajustent aux inégalités qui préexistent à la crise, y compris des inégalités de genre.

8Que les crises frappent de manières très diverses les femmes et les hommes est un phénomène global et plutôt bien connu (Walby, 2009). Mais la différenciation spatiale comme construction des inégalités de genre est encore un des aspects les moins discutés (Hadjimichalis, 2011). Mon intervention vise à contribuer à un domaine du débat peu développé, qui explore les aspects genrés de la crise en valorisant les différences spatiales. Quelles sont les manières complexes, inégales et généralement invisibles dont la crise frappe les femmes ? Quelle est leur portée sur le processus de transformation des rapports de genre, en cours depuis les années 1980 ? Enfin, comment une perspective genrée et spatiale peut-elle contribuer à l’analyse de la crise actuelle en Grèce ?

9La littérature sur ces questions est très limitée (voir parmi les contributions les plus importantes Karamessini, 2012 ; Avdela, 2010 ; Athanasiou, 2012), autant que le sont les données, entre autres statistiques. À la suite d’E. Avdela (2010, p. 18), j’analyse dans une première partie les symptômes les plus évidents de la crise — ayant essentiellement trait au chômage, à la pauvreté et à la montée de l’extrême droite — et la façon dont elle affecte les personnes les plus vulnérables.

  • 2  Vaiou et al., 2007 ; Lafazani, Lykogianni et Vaiou, 2010.

10Dans une deuxième partie, je présente les premiers résultats d’une recherche en cours dans différents quartiers du centre d’Athènes. J’analyse des récits de vie afin de mettre en lumière les « expériences genrées de la crise ». J’étudie les changements du tissu urbain et je revisite et réinterroge des résultats d’entretiens menés dans le cadre de projets de recherche antérieurs2 dans le but d’explorer la manière dont le genre recoupe la classe, l’ethnicité, l’âge, l’emploi et la situation familiale pour façonner les perceptions du genre, les attitudes et les sentiments individuels et collectifs de la crise, ainsi que les stratégies pour y faire face.

11Enfin, dans une troisième partie, j’interroge la façon dont la crise frappe les femmes et mène à des (re)négociations des rapports de genre à partir de positions défavorables dans la société. La mise en évidence du détail des biographies de femmes, avec tout ce que ces biographies révèlent, est un choix théorique et méthodologique qui valorise le quotidien et les espaces de la quotidienneté (Lefebvre, 1990). À travers l’analyse du détail des pratiques quotidiennes, on arrive en effet à découvrir la place des femmes et des rapports de genre dans l’organisation de la ville (Gardiner, 2000 ; Simonsen et Vaiou, 1996 ; Smith, 1987).

Quelques aspects de la crise en Grèce 3

  • 3  Les données utilisées dans cette section sont tirées principalement de l’INE-GSEE 2013, Économie g (...)
  • 4  On estime que sur les 31,5 milliards d’euros en cours de négociation pour une troisième tranche de (...)

12Depuis mai 2010, la Grèce met en œuvre des mesures d’austérité, suivant les clauses des plans successifs de sauvetage du Fonds monétaire international, de l’Union européenne et de la Banque centrale européenne dont l’objectif déclaré est de rétablir la compétitivité de l’économie. Ces mesures comprennent la réduction des salaires et des pensions de retraite, la hausse des impôts ainsi que la réforme des droits du travail et à la retraite. Ils ont jusqu’à présent conduit à la chute de la solvabilité du pays, à la réduction de 18,6% du PIB par habitant et à une montée en flèche du chômage — mais dans le même temps ils ont sécurisé la recapitalisation des banques et le paiement des intérêts, qui absorbent la vaste majorité des prêts4.

  • 5  Par exemple : + 31% par rapport à la moyenne UE pour les prix des produits laitiers, + 19% pour le (...)

13Entre 1995 et 2009, le pouvoir d’achat des employés et des ouvriers a augmenté de 33%. Au cours de ces trois dernières années, il a en revanche chuté au-dessous du niveau de 1984. En 2009, le pouvoir d’achat en PPA (parité de pouvoir d’achat, UE15 = 100) a atteint 84%, mais il a chuté à 74% en 2011 et est descendu à 68,5% à la fin de l’année 2012 (au-dessous du niveau de 1995). Dans la même période, le coût de la vie est resté élevé, à 91% de la moyenne UE (Allemagne = 100, Belgique = 118, France = 111, Pologne = 49, Bulgarie = 33), tandis que les prix des articles de consommation courante sont supérieurs à ceux de plusieurs pays de l’Union européenne5.

14Les personnes et espaces les plus affectés par les pactes successifs sont les femmes, les jeunes entrants dans le marché du travail, les fonctionnaires, les couches moyennes inférieures, les travailleurs précaires et les migrants, les régions moins développées et les grandes villes (Hadjimichalis, 2011 ; Karamessini, 2011). Athènes, qui concentre plus d’un tiers de la population totale du pays et près de la moitié de la population migrante, est particulièrement touchée par des mesures dont les effets sont plus visibles dans son centre historique densément peuplé.

Chômage

15Les premiers secteurs d’emploi touchés par la crise ont été la construction et l’industrie, frappant ainsi les hommes plus que les femmes — ce qui a abouti à une convergence des taux de chômage dans la première période de la crise (Karamessini, 2011). Cependant, la détérioration du secteur des services, qui concentre avant 2009 79% des femmes employées, a conduit à une croissance rapide du taux de chômage chez les femmes, une situation aggravée par le licenciement des titulaires de contrats à durée déterminée dans le secteur public. De plus, la réduction drastique de tous les contrats de travail a réduit l’emploi et les perspectives de carrière des femmes diplômées de l’enseignement supérieur. Au cours des trois dernières années, l’emploi des femmes a diminué de 14% et les taux de participation, dont l’amélioration était continue depuis les années 1980, ont connu une brutale régression (Karamessini, 2012). Le tableau 1 montre l’évolution du taux de chômage au total et en particulier chez les jeunes.

Tableau 1: Taux de chômage en 2009 et 2013

2009

2013

Femmes

12,0

31,0

Hommes

5,0

24,7

Moins de 25 ans

-------

-------

Femmes

36,6

65,0

Hommes

12,1

52,0

Source : INE/GSEE 2012 ; HELSTAT, Labour Force Survey 2013

16Plus de la moitié des chômeurs sont des chômeurs de longue durée et, depuis la mise en place de nouvelles mesures drastiques, ils ne reçoivent plus de prestations de chômage au-delà de 12 mois. Un nombre croissant de personnes n’est pas couvert par des conventions collectives, n’a pas d’assurance maladie ni de sécurité sociale garantissant leur retraite et leur droit aux prestations chômage. Les femmes tendent à perdre leur travail les premières, même s’il y a peu de données et d’analyses qui pourraient révéler comment les femmes et les hommes sont « marqué.e.s » ou signalées comme tel.le.s au sein du marché du travail.

17Le chômage est aggravé par la détérioration des services de santé et de garde d’enfants. Selon certains rapports de presse, les femmes ne se rendent plus aux visites médicales préventives par manque de moyens, tandis que nombreux enfants n’ont pas de place dans les garderies et les structures scolaires du fait des coupes budgétaires et de la fermeture de nombreuses écoles maternelles et crèches publiques.

Salaires et appauvrissement

18Les coupes pratiquées sur les salaires et les traitements ont des conséquences graves sur la vie quotidienne de la population et sont un outil de pression constante dans les négociations avec l’UE, le FMI et la « troïka ». Le tableau 2 donne une image brute de leur évolution depuis 2009. Les salaires, en particulier avec les coupes de la fin de l’année 2012, conduisent à la production d’une nouvelle catégorie d’employés pauvres. Les salaires des femmes représentent 78% de ceux des hommes. Les femmes employées sont concentrées dans quelques rares secteurs, surtout dans les services (éducation, santé, secteur du soin [care]) où elles ont des contrats plus précaires et moins d’ancienneté. Elles se retrouvent par conséquent avec des retraites plus basses. Les plus âgées d’entre elles courent le risque de tomber dans la pauvreté.

Tableau 2 : Salaires

  • 6  En 2011, des salaires réduits sont imposés pour les moins de 25 ans pour pousser les entreprises à (...)

 Avantimpôts (en euros)

2009

2013

(2e semestre)

Traitement minimum (par jour)

moins de 25ans6

33,6

-

26,2

22,8

Salaire mensuel minimum

- secteur privé

moins de 25ans

- secteur public

(pour les employés permanents embauchés après 1993)

751,4

-

1092,0

-

586,1

510,9

coupes 2012 35%

Source : INE/GSEE 2013

La montée de l’extrême-droite

19La montée électorale du groupe néonazi Aube Dorée (Chryssi Avghi en grec) lors des élections de mai et juin 2012 est devenu un aspect important de la crise, à la fois par sa représentation parlementaire (7% des votes, 21 députés), son discours et ses pratiques quotidiennes — en particulier à Athènes. Alors que la crise s’aggrave, le centre d’Athènes devient la scène de violences, dont des attaques par des « citoyens enragés » et une série d’opérations de « nettoyage » par Aube Dorée. Même s’ils ne sont pas visibles dans les statistiques, ces incidents abondent dans les médias, et sont souvent tolérés par le gouvernement et la police.

20L’acceptation rampante et la légitimation tacite de la montée de la violence et de l’agressivité dans les rues et les places de la ville — contre les migrants, les homosexuels, les femmes, les manifestants, les parlementaires de gauche et d’autres individus et groupes non conformes — semblent créer des géographies de la peur, ce qui aggrave l’insécurité provoquée par les réductions de salaires et menace les institutions démocratiques. De plus, ces actions s’accompagnent d’un discours extrémiste qui prend une ampleur alarmante — un discours qui promeut ouvertement le racisme au nom de la « pureté nationale », l’homophobie et le sexisme au nom d’une masculinité agressive et les valeurs traditionnelles autour de la « place de la femme » qu’on pensait marginalisés depuis longtemps (Avdela et Psarra, 2012). Selon ce discours, les politiciens « corrompus », les migrants « criminels », les homosexuels « dégénérés » et les femmes « ambitieuses » sont tenus pour responsables de la crise ; en particulier, les femmes mériteraient une « bonne raclée », afin de les décourager de prendre les emplois des hommes dans le secteur formel et informel, de vouloir atteindre des postes élevés dans la hiérarchie de l’emploi, de parler en public et de revendiquer le droit à leur corps au lieu de s’occuper de la famille grecque7.

Les expériences vécues de la crise

21Les chiffres et les indicateurs qui sont généralement invoqués pour décrire la profondeur de la crise ou son expansion socio-économique et géographique ne donnent pas une représentation suffisante des expériences vécues, de la façon dont les individus vivent le chômage, la précarité, la réduction des salaires, la pauvreté et le démantèlement des droits sociaux. Les récits de vie sur lesquels je m’appuie ici permettent de saisir la complexité de l’imbrication des rapports de pouvoir (sexe, classe, ethnie, âge, situation familiale, orientation sexuelle) et de révéler les stratégies mises en œuvre pour faire face à cette crise.

22Les trois enquêtées vivent dans le même quartier du centre d’Athènes, le quatrième arrondissement municipal, où une forte proportion de migrants est installée depuis le début des années 1990. Ce quartier connaît également des violences extrémistes et racistes, les groupes de « résidents enragés » soutenus par Aube Dorée y étant fortement présents depuis 2008. Ces derniers produisent et rendent visible un discours extrémiste au moyen d’affiches, de brochures, de communiqués de presse, d’affichage sur internet et dans les médias sociaux, discours qui se concentre sur l’expulsion des migrants et promeut des pratiques de conflit ouvert dans les espaces publics, ce qui est devenu une expérience quotidienne dans le quartier (Kavoulakos et Kandylis, 2010). Les citoyens ordinaires, y compris les femmes dont les histoires sont ici évoquées, luttent pour un équilibre difficile entre les actes de rejet et d’agression et les pratiques de coexistence et de soutien mutuel, qui sont également présents dans le quartier mais rarement mentionnés par les médias et toujours absents du discours dominant à ce sujet.

Mise au chômage

  • 8  La catégorie « travailleurs indépendants » inclut les professions telles qu’avocat, médecin, ingén (...)

23Marie [interviewée en juin 2012], femme célibataire de 48 ans, est assistante sociale depuis 16 ans dans un programme municipal de soins à domicile pour les personnes âgées. Ce programme, financé un moment par le fonds européen de soutien communautaire, a par la suite été pris en charge par les municipalités. De nombreux ménages à faible revenu et des personnes âgées isolées en ont bénéficié. Lorsque les contrôles fiscaux et les mesures d’austérité ont été renforcés, de nombreux programmes sociaux, y compris de soin à domicile, ont été coupés ou réduits et les municipalités ont commencé à licencier du personnel. Marie a été l’une des premières victimes, fin 2011, de ces licenciements et depuis elle n’est pas parvenue à retrouver un emploi. Comme beaucoup d’autres employées de ces programmes, elle était sur le plan administratif travailleuse indépendante, avec un contrat renouvelable de courte durée. C’est la raison pour laquelle elle n’est pas éligible aux indemnités de chômage ; une situation très fréquente chez les travailleurs indépendants ou chez les « salariés cachés 8».

24« J’ai commencé à chercher un emploi dans d’autres municipalités, dans des résidences privées pour personnes âgées, quelles qu’elles soient. Ensuite, n’importe quel emploi. On me dit souvent que je suis trop vieille… trop vieille pour être serveuse, pas assez attrayante pour être une agente de boutique. C’est vraiment déprimant vous savez. Parce que je suis aussi trop jeune pour prétendre à une retraite. »

25Après une longue période sans revenu, elle a dû quitter l’appartement qu’elle louait. Elle est restée avec sa compagne pendant quelques mois, mais ça n’a pas marché. Alors, elle a dû s’installer chez sa mère, d’où elle avait fui 25 ans plus tôt. Sa mère possède un appartement et perçoit une retraite qui peut au moins les nourrir toutes les deux. « Mais, vous savez, combien de temps puis-je rester là sans gagner d’argent ? Les retraites sont constamment coupées et le mois dernier nous avons dû payer beaucoup d’impôts pour l’appartement. Ils disent que nous devrons payer plus, trois ou quatre versements ? Cela ne peut pas durer indéfiniment. » Malgré les difficultés et le manque de perspectives, Marie continue de chercher activement un emploi. « Je commence ma journée avec un contrôle approfondi dans Chryssi Efkairia [un quotidien gratuit qui publie des annonces d’emploi]. Ensuite, je commence à passer des appels téléphoniques. Après cela, je fais aussi une recherche autour du quartier, au cas où une boutique ou un mini-marché local serait à la recherche de quelqu’un. » Elle se rend parfois à des entretiens d’embauche — sans succès jusqu’à présent.

26L’arrivée d’une facture est une grande source d’anxiété, en particulier si elle provient de la compagnie d’électricité, qui comprend l’impôt foncier. « Si on ne paye pas celle-là, on peut nous couper le courant. » L’an dernier, elles ont décidé de supprimer la ligne téléphonique : « Mon numéro de portable suffit. D’ailleurs, qui veut nous contacter ? Peut-être ma sœur — mais elle aussi compte chaque euro et appelle seulement en cas d’urgence. On économise au moins 30 euros par mois ainsi. » L’hiver 2011-12 a marqué un tournant critique : la retraite de sa mère a été réduite de 12%, et les deux femmes ont dû éteindre le chauffage pour économiser, en dehors des moments où les soirées étaient très froides. « On porte plusieurs couches de vêtements. On a des couvertures. J’ai parfois été inquiète pour ma mère, mais elle a survécu. »

27Marie est particulièrement affectée par cette forme de déclassement social : elle fait face à des crises de dépression et de manque d’estime de soi, se sent piégée dans les relations de pouvoir avec sa mère, mais ne voit aucune possibilité de fuite dans l’immédiat. « Je ne peux pas trop me plaindre. Au moins, j’ai un toit au-dessus de la tête et je n’ai pas faim. Mais alors, comment puis-je continuer comme ça? […] En plus ma mère pense toujours que Mika [sa compagne] était une simple copine, pas question qu’elle soit mon amante. » Récemment elle a commencé à fréquenter l’initiative locale de solidarité et semble trouver un nouveau terrain d’activité sociale et se sentir « utile ». « Mais l’homophobie est encore forte ». En tant que lesbienne, elle est doublement touchée par la crise puisqu’elle dépend toujours plus de son entourage familial, cet entourage même qui rejette ses relations homosexuelles.

28Elle se plaint également des migrants dans « son » quartier, principalement des hommes venus d’Afghanistan, du Pakistan et de Somalie dont la présence croissante sur la place du quartier et dans les rues est très marquée. Marie rapporte le vol du sac de sa mère arraché par des personnes à son retour de la banque locale, ainsi que le cambriolage de leur appartement. « Il y a de nombreux incidents dans le quartier. Je ne me sens plus à l’aise pour sortir le soir — même pendant la journée… » Elle attribue son sentiment d’insécurité à la présence des migrants en général, même si, à d’autres moments de l’entretien, elle parle de leur voisine, une femme migrante de Sierra Leone, qui est une source constante d’aide et de soutien pour sa mère.

Qui prend soin des autres ?

29Christiana [interviewée en mars 2012] est une fonctionnaire de 56 ans, divorcée, qui lutte pour maintenir son niveau de vie. Elle emploie Athéna, une migrante ukrainienne pour aider son père, qui est veuf et vit seul. En 2004, le recours à l’assistance d’une femme migrante semblait être une alternative abordable alors que placer son père dans une maison de retraite aurait été inacceptable pour Christiana et son frère. Cet arrangement a permis à Christiana de gérer son temps à sa guise, sans se sentir constamment préoccupée et coupable. En même temps, elle pouvait facilement garder un œil sur son père et son aide-soignante, puisqu’elle habite dans le même immeuble.

30Cet arrangement, très répandu parmi les ménages au cours des 20 dernières années, repose sur deux piliers : d’une part après 1989, l’afflux en grand nombre de femmes migrantes disposées à toucher des salaires assez bas ; de l’autre, les pensions et subventions qui, bien que faibles, ont assuré les conditions matérielles de ce type de soins aux personnes âgées. Depuis 2010, les grandes coupes budgétaires ont rendu non viable ce modèle de soins. En plus des coupes, la réforme du système national de santé signifie que les retraités paient des cotisations plus élevées pour les examens médicaux et les médicaments.

31« La retraite de mon père ne suffit plus à payer Athéna ni à soutenir un ménage distinct. Mon frère est sur le point d’être mis au chômage — peut-on l’imaginer, à l’âge de 58 ans ? […] Et sa femme a dû fermer sa petite boutique — elle ne gagnait plus d’argent… Heureusement, leurs enfants étaient partis tous les deux en Angleterre pour étudier et y sont restés. De toute façon, mon frère ne peut pas aider. Et mon salaire a énormément diminué. Je ne reçois ni les heures ni les salaires supplémentaires — c’est ce que je donnais à mon père. […] J’ai peur de me retrouver sans économies — et si je tombe malade moi-même ? Je ne suis plus jeune… »

32Dans ce contexte, les dépenses de soins de son père incombent à Christiana, puisque le frère ne semble pas capable de s’impliquer ni disposé à le faire. Elle a pensé prendre sa retraite anticipée, « mais cela serait comme rejeter près de 30 années de travail. J’ai besoin d’environ cinq ans pour prendre une retraite décente — d’après ce que nous savons pour l’instant… ». La fille de Christiana, 26 ans, qui a fini ses études de sociologie, est venue pour aider sa mère : elle est sans emploi et elle a proposé de s’occuper partiellement de son grand-père, pendant que sa mère est au travail. « Mais que va-t-il se passer après ? Et Athéna ? J’ai dû la licencier au bout de huit ans — et je continue à m’inquiéter pour elle […] Je l’appelle pour qu’elle reste avec mon père de temps en temps — juste pour l’aider en quelque sorte… »

33Pour Christiana, les choix et les routines de sa vie sont fortement réorganisées de manière à inclure la nouvelle charge et les divisions genrées du travail : entre soins rémunérés et non rémunérés, entre mère et fille, entre frère et sœur, c’est toujours chez les femmes que les réajustements se produisent. Athéna, cependant, en perdant ce travail ne se retrouve pas seulement au chômage ; car si ses cotisations sociales ne sont plus payées, elle risque de perdre son permis de séjour et de travail, et de se retrouver dans l’incapacité d’envoyer de l’argent à sa famille en Ukraine.

Vies précaires

34Etleva [interviewée en septembre 2012] est une femme migrante de 24 ans qui vient d’Albanie. Elle est venue à Athènes comme jeune mariée il y a six ans, dans le cadre du regroupement familial. Elle a maintenant une petite fille de quatre ans, qui est née à Athènes et dont tous espèrent qu’elle va obtenir un permis de séjour permanent et « légaliser » aussi les parents. Quand Etleva est arrivée, son mari avait un bon emploi dans la construction et son projet était de devenir femme au foyer et mère. Pourtant, quand la crise est arrivée, la construction a été l’un des premiers secteurs à s’effondrer. Aussi, depuis le début de l’année 2011, son mari ne travaille qu’occasionnellement et de façon informelle, et son ancien employeur lui doit au moins 3.000 euros. Dans cette situation, Etleva est la seule personne employable (et employée) de cette jeune famille qui a survécu pendant plusieurs mois grâce à l’aide financière de la mère de son mari, une femme de ménage à faible salaire dans des maisons privées.

35Pour l’obtention de son propre titre de séjour, Etleva doit prouver qu’elle réside légalement dans le pays depuis cinq ans. Cette exigence devient peu à peu impossible : n’ayant pas payé ses cotisations de sécurité sociale depuis deux ans, son mari, chômeur, ne peut pas renouveler son propre titre de séjour ni celui de sa famille. Après quelque temps, Etleva a finalement réussi à trouver un travail rémunéré : elle travaille deux jours par semaine comme femme de ménage dans une entreprise de nettoyage, fait le ménage chez des particuliers le dimanche et nettoie deux bureaux tous les quinze jours. L’entreprise prétend prendre un risque élevé et ne lui verse que 20 euros par jour, tandis que pour ses deux autres emplois, elle gagne 6 euros de l’heure.

36Dans le récit d’Etleva, le souci angoissé de sa survie matérielle et de celle de sa famille est mêlé à la peur de se déplacer pour chercher un emploi ou pour se rendre au travail, faire les courses, emmener sa fille à l’école, rendre visite aux amis et à la famille. Elle a peur d’être agressée par des groupes fascistes ou arrêtée et détenue par la police, voire expulsée. « Et Zana, nous ne pouvons pas l’emmener à la garderie, ils demandent nos papiers. Mais cette bonne professeure [la directrice] m’a dit “Je vais prendre l’enfant”. Et maintenant, Zana va là-bas — elle est heureuse… » « Je prends Zana [sa petite fille] avec moi dans la rue — car ils ne t’arrêtent pas quand tu portes l’enfant. »

37En général son mari reste à la maison. Il va à contrecœur chercher Zana à l’école et s’occupe d’elle jusqu’à ce qu’Etleva rentre à la maison. Mais il ne s’implique pas dans les tâches ménagères ; le fait qu’Etleva soit devenue le principal soutien de la famille ne remet pas en question la répartition des tâches au sein du foyer.

38Toutefois, la division du travail est un peu ébranlée et ouverte à renégociation — un critère principal étant qui est employé et (mieux) payé. « Parfois, il est très en colère. Il ne nous bat pas, j’ai des amies qui sont plus malheureuses. Mais il crie, il n’aime rien dans la maison. […] Avant c’était un homme doux et docile […]. Ce n’est pas bon quand l’homme reste à la maison et que la femme sort travailler. » Comme le temps passe et que le mari ne trouve toujours pas de travail, le couple envisage la possibilité d’un retour en Albanie « tant qu’il est encore possible de trouver du travail. Moi, je reprendrai mes études ».

Les espaces de co-existence et de conflit

39Ces femmes ont vu leurs choix de vie transformés par la crise de différentes manières. Elles doivent survivre avec des revenus inférieurs ou inexistants, des droits sociaux réduits et dans un contexte urbain où la violence va croissant. La précarité de l’emploi et la perte d’un travail rémunéré focalisent les tensions à plusieurs niveaux de la vie quotidienne : dans les relations entre mère et fille, entre femmes locales et migrantes, entre femmes et hommes, ainsi que dans la manière dont elles envisagent leur vie, dans l’immédiat et à plus long terme. Les bouleversements qu’elles vivent et les manières dont elles les affrontent ont lieu à une série d’échelles entrelacées (Swyngedouw, 2000). Dans cette dernière partie je souhaite questionner l’interprétation des pratiques quotidiennes des femmes et de leurs spatialités multiples.

40Le soin (care) et sa dégradation est un fil conducteur implicite dans les trois histoires qui viennent d’être racontées. Cela a des impacts spatiaux différenciés. On ressent la dégradation du care de façon différente et inégale dans les différents quartiers d’Athènes, car elle se greffe sur des inégalités socio-spatiales préexistantes (inégalités de revenu, d’épargne, d’aide sociale, etc). En ce sens, la vie quotidienne et les relations de proximité se réorganisent de manière moins visible mais essentielle (Vaiou, 2013 ; voir aussi Vertova, 2012).

41Les femmes employées, comme Marie, sont durement touchées. À l’instar de beaucoup d’autres femmes, le chômage de Marie a eu un impact sur les soins prodigués à sa mère. De fait, cela ajoute aux tensions et à son anxiété quant à son propre déclassement et à sa vie personnelle. Christiana, de son côté, ne peut plus payer les soins et doit négocier un arrangement avec sa fille sans emploi — un arrangement des rapports de genre entre femmes. Elle ne peut plus embaucher Athéna, la soignante migrante, chômeuse et bientôt sans papiers, dont la précarité se renforce.

42La réduction des services publics, la diminution des revenus et l’augmentation du coût de la vie renforcent la nécessité de la présence dans chaque ménage d’une femme au foyer à plein temps. Les hommes, migrants ou locaux, ne semblent pas enclins à partager la charge de ce travail invisible et toujours si dévalué, même quand ils sont sans emploi. Il n’est pas rare qu’ils développent des comportements agressifs, voire violents, comme le rapporte Etleva au sujet de son mari.

  • 9  La plupart du temps les forces de police sont impliquées dans ces violences ; elles donnent rareme (...)

43Avec l’expérience dévastatrice du chômage, de la paupérisation et de la pauvreté, ces femmes font face de différentes manières à la peur et à l’insécurité dans les espaces de la vie quotidienne. Certaines parties du quatrième arrondissement d’Athènes où elles vivent sont des bastions pour les collectifs de résidents réclamant l’expulsion des migrants. Ces résidents « enragés » organisent des manifestations et provoquent des agressions contre les migrants accusés des effets de la crise, de la perte des possibilités d’emploi, de la chute des prix de l’immobilier, du déclassement des écoles locales, de l’insécurité, de la maladie ou encore de la dégradation des espaces publics. Pour se venger, les « régiments d’assaut » d’Aube Dorée sont appelés à agir9.

  • 10  Tous les gouvernements ont toléré ces pratiques, espérant par là gagner des votes parmi les groupe (...)

44Leurs pratiques violentes vont des menaces sur les habitants qui emploient des migrants ou leur louent des appartements, jusqu’aux coups et blessures souvent graves sur les migrants ainsi que sur ceux qui s’y opposent, en passant par les attaques de magasins appartenant aux migrants et de leurs lieux de prière10. Ces pratiques visent à imposer le contrôle du territoire et la création d’un quartier « sans migrants » ; en même temps, elles visent à discipliner les habitants pour qu’ils tolèrent la violence et gardent le silence (voir également Wacquant, 2007, McLeod et Johnstone 2011). Dans ce « terrain de guerre », un climat de menace et de peur s’instaure. Il a une forte influence sur les pratiques quotidiennes des femmes, désormais dictées par l’insécurité et la peur. Les pratiques de Marie, par exemple, qui hésite à marcher dans les rues « avec tous ces migrants », comme elle dit, ou d’Etleva qui, dans ses sorties, utilise sa petite fille comme une sorte de bouclier, ne sont pas des exemples isolés. La crise entraîne toutes sortes de mutations dans les manières d’être et de vivre la ville. La montée du nationalisme, du racisme, du sexisme et de l’homophobie, de la violence contre les « autres » et, plus généralement, des attitudes et des comportements conservateurs, fait ainsi écho à l’insécurité sociale et économique.

45L’espace urbain est par définition « le site où se rencontrent, ou non, des trajectoires [différentes], où elles coexistent, s’influencent mutuellement, se battent » (Massey, 1999, p. 37). Le fait que des quartiers urbains soient traversés par une multiplicité de trajectoires et de choix de vie redéfinit les significations attachées au lieu, comme le soutient D. Massey (1994, 2005) avec force depuis de nombreuses années. Ce « sens progressif du lieu » n’est pas une conception exclusivement théorique. Il s’agit plutôt d’un processus de familiarisation avec la différence et l’altérité, qui implique des controverses, nécessite un investissement en temps et en travail et peut conduire (ou pas) à des réévaluations de nos appartenances et de la façon dont elles se matérialisent (Kalandides et Vaiou, 2012). Mais, comme l’indiquent ces trois histoires, le quartier urbain peut également devenir un espace où s’expriment conflits et guerres identitaires. Celle qui est menée par les milices et les « citadins enragés » en est un bon exemple. La reconquête du quartier est l’objectif ultime de ces combats. Ainsi, ces violences situées sont un déni des différences qui coexistent dans l’espace urbain.

46Le newspeak rampant, en conformité avec les politiques officielles, invisibilise les expériences multiples et diverses du vivre ensemble (ou séparés) dans la ville en crise (dont certains aspects sont mis en évidence dans les histoires ici évoquées). Il impose un seul « choix » articulé autour de l’austérité extrême, de la récession, de la paupérisation de larges couches de la société, de la dépossession violente des biens communs. Dans le discours dominant, l’hétérogénéité spatiale des trajectoires s’effondre en une seule séquence — un imaginaire temporel de progrès par l’adaptation à une seule et unique voie. Mais la crise n’est pas exception choquante et inédite ; c’est le mécanisme de renforcement d’un état d’exception qui produit et réglemente la politique et fonctionne pour consolider et accentuer les privilèges de classe, de genre, d’ethnie (Athanasiou, 2012). Il devient donc urgent de dépasser le newspeak dominant, de contester l’appauvrissement de l’espace et de la spatialité et de construire collectivement un contre-récit articulé autour des pratiques de solidarité et de coexistence qui se multiplient dans les espaces de la quotidienneté.

Top of page

Bibliography

Agamben G. et al, 2010, Democracy in what State, New York, Columbia University Press.

Athanasiou A., 2012, La crise comme « état d’urgence ». Critiques et résistances, Athènes, Savvalas (en grec).

Avdela E., 2010, « Le genre en crise ou ce qui se passe parmi les “femmes” en temps de difficultés », Synchrona Themata, 115, pp. 17-26 (en grec).

Avdela E., Psarra A., 2012, « Des aspects secrets du vote noir », Synchrona Themata, 117, pp. 4-5 (en grec).

Brenner N., Theodore N. (eds), 2002, « Spaces of Neoliberalism : Urban restructuring in Western Europe and North America », Antipode (numéro spécial), 34/3.

Douzinas K., 2013, Resistance and Philosophy in the Crisis. Greece and the Future of Europe, Cambridge, Polity (paru en grec en 2011).

Gardiner M., 2000, Critiques of Everyday Life, London, Routledge.

Hadjimichalis C., 2011, « Uneven geographical development and socio-spatial justice and solidarity : European regions after the 2009 financial crisis », European Urban and Regio- nal Studies, 18, pp. 254-274.

Kalandides A., Vaiou D., 2012, « “Ethnic” neighbourhoods ? Practi- ces of belonging and claims to the city », European    Urban and Regional Studies, 19/3, pp. 254-266.

Karamessini M., 2011, « Des temps difficiles pour l’égalité. Crise économique et inégalités de sexe », hebdomadaire Epochi, 6 mars, p. 13 (en grec).

__________, 2012, « Labour market impact of four recessions on wo- men in Greece : comparative analysis in a long term perspective », Social Cohesion and Development, 7/2, pp. 1-11.

Kavoulakos K. I., Kandylis G., 2010, « Actions locales anti-immigrants et conflits urbains », Géographies, 17, pp. 105-109 (en grec).

Lafazani O., Lykogianni R., Vaiou D., 2010, Urban Interaction Spa- ces and Social Movements, National Report from Greece in the context of GeMIC (Gender, migration and intercultural interaction in the Mediterranean and South-East Europe. An interdisciplinary perspective), FP7 research project, coord. M. Stratigaki, Panteion University, Greece, www.gemic.eu

Lapavitsas C., Kaltenbrunner A., Labrinidis G., Lindo D., Meadway J., Michell J., Painceira J. P., Pires E., Powell J., Stenfors A. et Tales N., 2010, The eurozone between austerity and default, Research on Money and Finance (RMF), Occasional Report, septembre. http://www.researchonmoneyandfinance.org

Lefebvre  H., 1990, Everyday Life in the Modern World, New Brunswick, New Jersey, Transaction Publishers (1ère édition en français 1968).

Maruani M., Meron M., 2012, Un siècle de travail des femmes en France, 1901-2011, Paris, La Découverte.

Massey D., 1994, Space, place and gender, Cambridge, Polity Press.

__________, 1999, Power-geometries and the politics of space-time, Heidelberg, Department of Geography, University of Heidelberg, Hettner-Lecture 1998.

__________, 2005, For Space, London, Sage.

McLeod G., Johnstone C., 2012, « Stretching urban renaissance : privatising space, civilising place, summoning community », International Journal of Urban and Regional Research, 36/1, pp. 1-28.

Rosa Luxemburg Foundation, 2011, « Sell your islands, you bankrupt Greeks »,http//www.rosalux.de/publication

Simonsen K., Vaiou D., 1996, « Women’s lives and the making of the city. Experiences from “north” and “south” of Europe », International Journal of Urban and Regional Research, 20, pp. 446-465.

Smith D., 1987, The Everyday World as Problematic : A Feminist Sociology, Northeastern University Press.

Swyngedouw E., 2000, « La transformation des échelles spatiales de régulation : vers une nouvelle articulation », Géographie, Économie, Société, 2/2, pp. 211-244.

Tsakalotos E., Laskos Ch., 2013, Crucible of Resistance. Greece, the Eurozone and the World Economic Crisis, London, Pluto Press.

Tsoukalas K., 2012, « Le caractère emblématique de la crise grecque », Avgi, 10 juin, pp. 36-37.

UN Commission on the Status of Women, 53rd session (2-13/2/2009), Moderator’s summary : Emerging Issues Affecting the Situation of Women or Equality Between Women and Men, Gender Perspectives of the Financial Crisis, http:// www.un.org/womenwatch/daw/csw53/crps/E-CN.6-009-CRP. 7% 20 En. pdf (consulté en novembre 2011).

Vaiou D., 2013, « Transnational city lives : changing patterns of care and neighbouring in Athens », in Peake L. et Rieker M. (eds), Rethinking Feminist Interventions in Urban Stu- dies, New York, Routledge, pp. 52-67.

Vaiou D., Bacharopoulou A., Fotiou Th., Hatzivasileiou S.,       Kalandides A., Karali M., Kefalea R., Lafazani O., Lykogianni R., Marnelakis G., Monemvasitou A.,       Papasimaki K., Tounta F., 2007, Quotidiennetés entrelacées et transformations socio-spatiales dans la ville. Des femmes migrantes et locales dans les quartiers d’Athènes, Athènes, L-Press et NTUA (en grec), projet cofinancé par le Fonds Social Européen (75%) et des ressources nationales (25%).

Varoufakis Y., 2011, The Global Minotaur, London, Zed Books.

Vertova G., 2012, « Women on the verge of a Nervous Breakdown : the Gender Impact of the Crisis », in Papadopoulou E. et Sakellaridis G., (eds), The Political Economy of Public Debt and Austerity in the EU, Athènes, nissos and transform !, pp. 123-134.

Wacquant L., 2007, « Territorial stigmatization in the age of advanced marginality », Thesis Eleven 91, pp. 66-77.

__________, 2012, « Three steps to a historical anthropology of actually existing neoliberalism », Social Anthropology/Anthropologie Sociale, 20/1, pp. 66-79.

Walby S., 2009, « Gender and the Financial Crisis », http: // www.lancs.ac.uk/fass/doc_library/sociology/Gender_and_financial_crisis_Sylvia_Walby.pdf (consulté en novembre 2011).

Top of page

Appendix

Dina Vaiou (Professeur d’analyse urbaine et d’études de genre au Département Planification urbaine et aménagement de l’Université nationale technique d’Athènes. divaiou@central.ntua.gr)

Top of page

Notes

1  Dans le roman de G. Orwell (1949) Nineteen eighty-four, lenewspeak est un langage créé par l’État pour contrôler la liberté de penser. Les concepts qui présentent une menace pour le régime sont éliminés et leur usage devient un crime (crimethink). Pour citer quelques exemples, joycamp veut dire forced-labour camp, Miniluv (Ministry of Love) est la police secrète, etc. La grammaire et la syntaxe de l’anglais sont conservées mais les synonymes et les antonymes sont éliminés ; le newspeak est ainsi la seule langue dont le vocabulaire rétrécit.

2  Vaiou et al., 2007 ; Lafazani, Lykogianni et Vaiou, 2010.

3  Les données utilisées dans cette section sont tirées principalement de l’INE-GSEE 2013, Économie grecque et emploi, rapport annuel, août 2013 (en grec).

4  On estime que sur les 31,5 milliards d’euros en cours de négociation pour une troisième tranche de prêts de l’UE/FMI/BCE, moins de 2 milliards d’euros iront à l’économie réelle.

5  Par exemple : + 31% par rapport à la moyenne UE pour les prix des produits laitiers, + 19% pour les produits électroniques, + 16% pour les produits pétroliers, 16% pour le pain, + 3% pour les vêtements.

6  En 2011, des salaires réduits sont imposés pour les moins de 25 ans pour pousser les entreprises à embaucher les jeunes.

7  Voir http://ideology-studies.blogspot.gr, la « Bibliothèque idéologique » d’Aube Dorée, en particulier la section « Femme », où l’on peut lire «… ayant conscience de la catastrophe où nous conduit l’esprit féministe de notre époque, nous sommes tout à fait contre toute sorte de déclaration d’égalité des sexes ».

8  La catégorie « travailleurs indépendants » inclut les professions telles qu’avocat, médecin, ingénieur, etc. ; mais cette catégorie cache aussi un champ d’activité avec des rapports d’emploi dépendants et très souvent précaires. Ce type de travailleur indépendant-salarié caché doit donner une facture à l’employeur et est responsable de l’acquittement des cotisations de sécurité sociale et de santé, des impôts, de la TVA, etc. Pour une discussion sur les définitions et le contenu des catégories statistiques, voir Maruani et Meron, 2012.

9  La plupart du temps les forces de police sont impliquées dans ces violences ; elles donnent rarement suite aux plaintes, et au lieu d’arrêter les agresseurs elles arrêtent les victimes ; et lorsqu’elles ne sont pas impliquées, elles sont généralement indifférentes aux actes de violence (Kavoulakos et Kandylis, 2010).

10  Tous les gouvernements ont toléré ces pratiques, espérant par là gagner des votes parmi les groupes d’extrême droite. À la suite de l’assassinat du jeune musicien et activiste P. Fyssas par un membre d’Aube Dorée en septembre 2013, certains députés et cadres se sont retrouvés inculpés d’actes criminels et certains d’entre eux, y compris le chef du parti, ont été emprisonnés — ce qui a eu pour effet de mettre un frein aux actes extrémistes, du moins pour quelque temps.

Top of page

References

Electronic reference

Dina Vaiou, « Les aspects genrés de la crise à Athènes   », Les cahiers du CEDREF [Online], 21 | 2014, Online since 20 October 2015, connection on 27 April 2017. URL : http://cedref.revues.org/979

Top of page

About the author

Dina Vaiou

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org