Navigation – Plan du site

Ce que le genre fait à l’espace… et inversement

Lucia Direnberger et Camille Schmoll

Texte intégral

  • 1  Voir, entre autres, les textes de Elena Vachelli, Claire Hancock et Dina Vaiou.
  • 2  Voir en particulier les textes d’Elena Vacchelli et de Maria Rodó de Zárate.

1L’intérêt pour la dimension spatiale des phénomènes sociaux connaît actuellement un renouveau dans les sciences sociales, si bien que des auteurs, des historiens notamment, parlent de « tournant spatial » pour désigner ce nouveau regard (Warf et Arias, 2008 ; Torre, 2008). Attachant une importance renouvelée aux catégories spatiales et aux spatialités, les travaux sur les femmes et le genre s’inscrivent dans cette tendance. Ce tournant spatial se manifeste à travers le recours aux notions de distance, de lieu, de paysage, d’espace et de territoire, mais aussi l’usage de dispositifs et de grilles de lectures spécifiques pour comprendre la spatialité des phénomènes sociaux, tels que l’approche multi-scalaire ou transcalaire. Le « tournant spatial » induit ainsi de nouvelles entrées et, pourquoi pas, des méthodes innovantes pour les études féministes et de genre, telles que la cartographie participative et les parcours commentés, la lecture de paysages ou encore les récits de lieux. Enfin, ce « nouveau regard » convoque certains auteurs : on retrouvera ainsi, tel un fil conducteur dans les textes qui suivent, la référence à Henri Lefebvre (1961, 1974) pour qui l’espace émerge dans sa dimension de quotidienneté comme un produit éminemment politique1, mais aussi à Michel Foucault (1984) à travers sa réflexion sur les hétérotopies, qui nourrit l’intérêt des auteures de ce numéro pour les spatialités autres, différentes et sexuées2.

  • 3  On ne peut ici les énumérer tous mais rappelons qu’il existe de nombreux numéros thématiques de re (...)

2En parallèle, les spécialistes de l’espace — sociologues de l’urbain, géographes — intègrent de plus en plus l’approche genre dans leurs travaux, que l’on pense par exemple au succès de la revue Gender, place and culture. A journal of feminist geography, ou aux nombreuses publications qui ont ces dernières années irrigué le champ de la géographie française3. Cette diffusion de l’approche genre va jusqu’à atteindre les professionnel.le.s de l’urbanisme, de l’architecture et de l’aménagement (Denèfle, 2008), ainsi que les collectivités locales, de plus en plus attentives à la nécessité d’agir en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. En effet, le genre devenant un cadre d’action publique (Lacombe et al., 2012), les institutions locales et les praticien.ne.s s’en emparent, poussé.e.s par un agenda local, national et/ou européen. Comme dans d’autres contextes, l’institutionnalisation du genre dans les projets d’urbanisme et d’aménagement peut s’accompagner d’une éviction de la dimension critique du genre. Le texte de Sandra Huning publié dans ce volume présente ainsi les différentes alternatives — plus ou moins participatives, plus ou moins consensuelles — face auxquelles se retrouvent les aménageur.e.s dans les projets sensibles aux inégalités de genre.

3Dans ce numéro des Cahiers du CEDREF, nous souhaitons contribuer au rapprochement et à la mise en dialogue de ces deux évolutions — le tournant spatial dans les études genre, d’une part, le tournant genre dans les approches spatiales, d’autre part, en réfléchissant à ce que l’espace fait au genre et inversement. Nous le ferons à partir de différentes contributions disciplinaires. Deux questions guident cette réflexion : comment l’approche par le genre permet-elle de renouveler la réflexion sur l’espace et les spatialités ; comment, inversement, l’entrée spatiale permet-elle de questionner certaines catégories des études genre ?

4À l’exception d’une contribution sur les spatialités des ouvrières au Maroc, les articles ici rassemblés portent sur des situations européennes (Allemagne, Espagne, Italie, France, Grèce, Luxembourg). Le contexte récent est marqué par une visibilité accrue des mouvements conservateurs tant dans les institutions politiques que dans l’espace public à travers la mobilisation sociale ou la formation de milices. On peut ici mentionner les manifestations et les campagnes contre le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, contre la réforme de la politique familiale et contre « la théorie du genre » en France ; les activités du parti néonazi Aube Dorée en Grèce ; le projet soutenu par le gouvernement conservateur pour une révision de la loi sur l’avortement en Espagne et les multiples obstacles que cette pratique rencontre dans d’autres pays comme l’Italie ; et plus récemment l’initiative populaire citoyenne « Un de nous. Pour protéger l’embryon en Europe » portée au parlement européen. Ces phénomènes et mobilisations ont bousculé les certitudes parfois bien établies sur la linéarité des changements sociaux, et en particulier sur les droits des femmes en Europe. Ils montrent que le genre peut servir d’épouvantail dans le cadre de « géographies de la peur » qui irriguent l’Europe de la crise (Shirlow et Pain, 2003). C’est dans ce contexte mouvementé que ce numéro propose de saisir la diversité des articulations entre espaces et genre et leurs reformulations.

L’espace, les féministes, les mouvements LGBT… et la géographie

  • 4  Doreen Massey, 1984. Voir les réflexions de Claire Hancock et d’Elena Vacchelli dans ce volume.

5L’accès à l’espace étant hiérarchisé à partir de l’appartenance de genre notamment et au détriment des femmes, le droit de se déplacer d’un espace à l’autre, d’entrer dans un espace ou de le quitter est inscrit au cœur des revendications féministes. Ces dernières ont souligné l’importance d’un espace à soi. On pense ici au célèbre essai de Virginia Woolf, A Room of One’s Own (Une chambre à soi), publié en 1929, dans lequel l’auteure soutient que l’autonomie en tant que femme s’acquiert entre autres par la possession d’un espace propre. Ce lien entre espace et recherche d’autonomie est également central dans la revendication d’espaces de non-mixité, tout à la fois lieu et réseau, espace ressource et condition indispensable pour transformer la mixité inégalitaire en mixité égalitaire (Collin, 1992). Les féministes ont aussi milité pour l’accès à l’espace public qui, loin d’être le même pour toutes et pour tous, est gradué et segmenté. Plus récemment, les marches de nuit non mixtes organisées par des collectifs féministes dans différentes villes (Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, etc.) se donnent pour objectif la réappropriation de l’espace public par les femmes. En témoignent les slogans scandés ou affichés lors de ces marches comme « la nuit, la place, l’espace pour nous » ou encore « les gentilles filles vont au ciel, les autres vont partout ». Ainsi les questions de mixité et de non-mixité, qui sont au cœur des analyses et des revendications féministes, se construisent à partir de réflexions sur les pratiques spatiales4. Les luttes contre la lesbophobie, l’homophobie ou la transphobie font aussi de l’espace une ressource, comme nous le rappelle ici Claire Hancock.

6Malgré l’enjeu de l’espace dans et pour les mouvements sociaux et la réflexion féministe, la géographie en France, à quelques exceptions près, a longtemps manifesté un moindre intérêt pour le genre et son emprise spatiale. Il faut ici rappeler le travail, en de nombreux aspects extraordinaire (parce que pionnier autant qu’isolé), de Jacqueline Coutras qui a mis en évidence la production et l’évolution de géographies urbaines sexuées : l’analyse qu’elle fournit des articulations du productif et du reproductif dans les villes montre comment ces articulations organisent les mobilités différenciées des femmes et des hommes — en renvoyant les femmes à leur « devoir spatial », celui de la reproduction du foyer et du confinement aux alentours de l’espace domestique — et inscrit certains lieux (et certaines temporalités) au cœur de la domination masculine. Et Jacqueline Coutras d’évoquer les dangers et bouleversements sociaux que recèle la crise urbaine, symbolisée par l’entrée des femmes sur le marché du travail, et par là, dans l’espace public de nos villes et de leurs périphéries (Coutras, 1996, 2003).

  • 5  Voir également les sessions consacrées au genre et à l’imbrication des rapports sociaux de dominat (...)

7Nous ne souhaitons pas apporter des réponses exhaustives à la réticence des géographes français.e.s à mobiliser et produire des études féministes et de genre : positivisme anachronique et passion de la géographie pour la « mise à distance » du sujet, androcentrisme lié à la présence largement majoritaire d’hommes hétérosexuels blancs, au caractère colonial et ethnocentrique de la discipline, etc. De nombreux travaux ont d’ores et déjà fait le point sur cette question (Hancock et Barthe, 2005 ; Creton, 2007 ; Blidon, 2011). Il n’en reste pas moins que depuis quelques années, les études de genre ont pris une place croissante dans la discipline. Il a fallu quelques « passeurs et passeuses » intellectuel.le.s, s’inspirant souvent des débats très vifs de la géographie anglo-saxonne du genre (Staszak et al., 2001 ; Chivallon, 2001 ; Louargant, 2002 ; Creton, 2002, 2004) pour qu’émergent de manière plus significative certains questionnements dans le cadre francophone. Mais cette nouvelle géographie n’est pas exempte de paradoxes et de tensions. Si d’un côté elle semble bel et bien s’être nourrie du tournant critique et engagé qui a investi la discipline en France (Morange, Calbérac, 20125), elle est de l’autre sans cesse guettée par l’éviction de son approche réflexive ou par sa « dilution » dans d’autres approches et courants thématiques « genre et tourisme », « genre et ville », etc. (Marius et Raibaud, 2013).

De quel espace parle-t-on ? Au-delà du fétichisme spatial et de l’espace métaphorique

8 L’espace est partout et reste pourtant une notion floue. Il constitue tout d’abord une fabuleuse entrée méthodologique pour aborder les rapports sociaux dans la mesure où il met en scène et « rend visible » (Lussault, 2003). Mais justement parce qu’elle se concentre parfois excessivement sur ce qui est le plus visible, ou public, l’entrée par l’espace peut constituer un frein à la compréhension de certains rapports sociaux de sexe. Par exemple, l’entrée spatiale privilégiera la question des violences faites aux femmes dans les espaces publics, alors que de nombreuses études et enquêtes ont montré qu’une part importante et majoritaire des violences a lieu dans l’espace domestique et du fait de l’entourage proche (voir les Enquêtes nationales sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF), et Lieber, 2008). Il convient donc d’éviter l’écueil qui consiste à se concentrer sur certaines échelles et certains lieux en laissant dans l’ombre toute une partie des rapports de pouvoir. Ce rapport à la visibilité (ou à la publicité) est d’ailleurs parfois un problème en géographie et est souvent lié à une forme de déterminisme : la « pensée spatialiste » se caractérise par un « mode de raisonnement, souvent implicite, qui fait de l’espace une chose-en-soi » et « l’idée, complémentaire, que les formes spatiales matérielles détermineraient l’organisation et les pratiques sociales » (Lévy et Lussault, 2003, p. 864-865). Elle risque de se muer en fétichisme spatial faisant de l’espace la seule entrée et solution des problèmes sociaux. Or, rien n’est moins évident qu’en agissant sur l’espace on puisse résoudre des problèmes qui sont d’ordre social avant tout, souligne Claire Hancock en conclusion de ce volume, dans un article intitulé « L’espace ressource ou leurre : qu’est-ce que penser spatialement fait gagner, et perdre, à la réflexion sur le genre ? ».

9À l’opposé de l’écueil du spatialisme, il y a celui d’une version édulcorée de l’espace, qui consisterait par exemple à voir l’espace comme un simple contenant (Silvey, 2009). C’est dans cet ordre de représentation que s’inscrit la conception de l’espace comme métaphore. La confusion entre espace public et sphère publique, due à une traduction erronée d’Habermas, est peut-être un des exemples les plus significatifs de ce glissement en France, l’espace restant confiné dans son statut métaphorique et la spatialité de la question publique n’étant finalement que rarement interrogée dans sa matérialité (Kahn, 2010). Ainsi même quand l’espace est partout, son statut demeure flou. Claire Hancock regrette que les travaux en cours sur le genre ne se soient pas toujours appropriés les efforts de la géographie et notamment des géographies féministe et du genre anglo-saxonnes pour retravailler l’espace.

10Certaines notions empruntées à la géographie, telles que celles de lieux, d’échelles, de distance et de territoires, pourraient pourtant être bien utiles. Prenons en seul exemple la notion d’échelle, particulièrement travaillée par les géographes, et qui a fait l’objet d’une critique féministe, développée par des auteures comme Rachel Silvey (2009), Jennifer Hyndman (2004), Alison Mountz (2003) et en premier lieu Sally Marston (2000). Sally Marston écrit ainsi qu’il convient, pour comprendre les dynamiques scalaires en acte dans la société contemporaine, de ne pas seulement tenir compte du mode de production capitaliste, mais d’intégrer aussi l’organisation patriarcale et la construction de genre de la consommation et de la reproduction sociale. Marston souligne l’importance d’autres échelles que celles de la ville et de la région (échelles privilégiées dans le cadre de la géographie économique et urbaine) et propose de s’intéresser davantage à celles du corps et de l’espace domestique afin de saisir les constructions des rapports sociaux de domination dans les dynamiques de production scalaire. Ce thème des échelles et de leurs entrelacements est évoqué dans ce volume à travers les contributions de Claire Hancock et de Dina Vaiou, qui montrent l’importance des échelles micro-géographiques dans la compréhension de processus de grande ampleur. Dans son article intitulé « Les aspects genrés de la crise à Athènes » Dina Vaiou explique comment le contexte de crise nationale et européenne a entraîné le retour dans l’espace domestique des femmes grecques.

  • 6 « I am arguing for politics and epistemologies of location, positioning and situating, where partia (...)

11La question des échelles doit également être articulée à celle des localisations des subjectivités. En analysant les mouvements sociaux, les sociologues féministes ont créé des outils pour mettre en évidence les différentes échelles d’action et de contestation. Ainsi, Paola Bacchetta distingue alliances féministes transnationales, alliances internationales et alliances globales. Ce travail d’identification des échelles s’accompagne d’une analyse de la construction des subjectivités militantes. Les espaces transnationaux et internationaux correspondent à des positionnements politiques spécifiques dans leur relation à la subalternité et aux sujets subalternes (Bacchetta, 2012). La localisation des luttes féministes et la prise en compte de différentes échelles permettent en cela d’affiner l’analyse des constructions complexes de nouvelles subjectivités et de nouveaux répertoires d’action. Cette attention portée à la localisation des sujets et des actions par les études féministes et de genre est héritée en grande partie de la standpoint theory : « Je milite pour les politiques et les épistémologies de la localisation, du positionnement et de la situation, où la partialité, et non l’universalité, est la condition pour faire valoir ses prétentions à la construction d’un savoir rationnel. Ce sont des prétentions qui partent de la vie des gens ; la vue depuis un corps, toujours complexe, contradictoire, structurant et structuré, opposée à la vue d’en haut, depuis nulle part et simple6» écrivait ainsi Donna Haraway (1988, trad. fr. 2007, p. 126). Ce point de vue situé, qui revendique son ancrage dans un corps et dans un espace construits par des rapports sociaux de pouvoir spécifiques et mouvants, permet aussi de réinscrire la production scientifique dans un processus de réflexivité.

Des approches méthodologiques ancrées sur les pratiques quotidiennes de l’espace

12Les articles qui constituent ce volume portent une attention particulière aux micro-échelles et aux temporalités spécifiques qui structurent l’expérience de l’espace. S’inspirant en cela du travail d’Henri Lefebvre, ils s’appuient sur des recherches essentiellement qualitatives, centrées sur les pratiques de l’espace des femmes et leur vécu. Dina Vaiou fait le choix théorique et méthodologique de mettre en évidence les biographies de femmes, valorisant ainsi le quotidien et les espaces de la quotidienneté. À travers l’analyse du détail des pratiques quotidiennes, elle parvient à découvrir la place des femmes et des rapports de genre dans l’organisation de la ville, et comment se met en place un rapport « processuel » aux lieux et à l’espace urbain (Löw, 2007 ; Massey, 1994). Dans un article intitulé « Dynamiques spatiales et de genre des ouvrières marocaines du textile : un territoire en archipel », Gaëlle Gillot et Andrea Martinez montrent comment les ouvrières construisent au jour le jour des territoires réticulaires en résistant, « s’arrangeant » et négociant avec les différentes pressions sociales auxquelles elles sont confrontées. Karine Duplan dans « Performances et pratiques spatiales des femmes expatriées à Luxembourg : une enquête sur la production de l’hétéronormativité des espaces du quotidien » se penche sur les micro-géographies du quotidien de femmes expatriées à Luxembourg, distinguant lieux liés aux enfants, lieux de sortie, lieux liés au corps et lieux liés à l’espace domestique. Tous ces textes ne se contentent pas de mettre en évidence des fortes dissymétries genrées entre hommes et femmes dans la pratique quotidienne de l’espace. S’imbriquent les uns dans les autres les (re)négociations de genre, les rapports sociaux de classe, de race et d’ethnicisation ainsi que la notion d’espace et de lieu.

13Les micro-temporalités se croisent avec l’entrée en scène du changement brusque institué par les crises qui peuvent surgir dans l’espace urbain. Le texte de Dina Vaiou traite un aspect peu discuté de la crise en Grèce, à savoir les processus complexes et souvent invisibles qui affectent particulièrement la situation des femmes dans cette crise économique et sociale. À partir des récits de vie de femmes, l’article se concentre sur les changements quotidiens liés à la précarité et à la perte d’emploi, à l’effondrement des services sociaux ainsi qu’à la refonte du système de soins. L’accent sur les aspects macro-économiques de la crise a presque totalement évincé du débat public le fait que les conséquences des politiques d’austérité renforcent les inégalités qui ont précédé la crise actuelle : les inégalités se creusent entre femmes et hommes, entre groupes racialisés et ethnicisés, entre les classes sociales, entre hétérosexuel.le.s et homosexuel.le.s. L’auteure montre comment ces inégalités se co-forment et se produisent par et dans l’espace.

14Ce volume propose également une réflexion sur les méthodes qui peuvent être engagées pour connaître la dimension spatiale des sociétés : cartographie, suivis de trajectoires, parcours commentés… Si la cartographie est un outil central, on peut s’interroger sur la façon dont les cartes sont pensées et produites. Si l’objectif d’une approche spatiale du genre est de mettre en évidence, comme le soulignent les géographes féministes, des spatialités et des contre-spatialités du pouvoir (Silvey, 2007), quelles sont alors les approches et les méthodes les plus justes et les plus heuristiques ? La place laissée aux approches participatives est, dans ce volume, centrale. En termes de co-cartographie, c’est probablement la réflexion proposée par Maria Rodó de Zárate, dans une contribution de ce volume intitulée « Managing fear in public space : young feminists’ intersectional experiences through Participatory Action Research », qui est la plus aboutie. Elle montre à travers l’utilisation d’un dispositif participatif particulier, les « relief maps », l’intersection de différentes formes de domination dans les espaces traversés par les lesbiennes, ainsi que les spatialités de résistance qu’elles pratiquent dans la ville de Manresa en Catalogne.

La régulation genrée de l’espace : normes et déviances

  • 7  Voir le texte de Claire Hancock publié ici.
  • 8  Voir les contributions de Sophie Avarguez et Aude Harlé, et de Renate Ruhne.

15L’espace dont nous parlons dans ce numéro est analysé dans ses dimensions matérielles et symboliques qui se co-construisent. Il correspond à un agencement matériel faisant l’objet d’appropriations mais aussi à un outil de fabrication, d’imposition et de négociation des normes de genre. Vecteur de distanciation et d’altérisation7, de contrôle des femmes et de leurs activités8, l’espace hiérarchise les rapports sociaux de sexe. Il est également un outil de transformation des rapports sociaux et de contournement, d’adhésion ou de négociation des normes de respectabilité (Anglade et al., 2014), comme le montrent le texte d’Elena Vacchelli « Gender and the city : intergenerational spatial practices and women’s collective action in Milan » et celui de Sandra Huning « Deconstructing space and gender ? Options for “gender planning” ».

16À travers les pratiques spatiales quotidiennes, les articles décrivent la manière dont se fabriquent les hiérarchies entre les sexes et se construit l’hétéronormativité. On entend ici par hétéronomativité un « système, asymétrique et binaire, de genre, qui tolère deux et seulement deux sexes, où le genre concorde parfaitement avec le sexe (au genre masculin le sexe mâle, au genre féminin le sexe femelle) et où l’hétérosexualité (reproductive) est obligatoire, en tout cas désirable et convenable » (Butler, 2005, p. 24).L’hétéronormativité, qui contraint à la bicatégorisation et à l’hétérosexualité, est donc une construction sociale et politique.

17L’hétéronormativité est au cœur des constructions des rapports sociaux de pouvoir, telles que la race, la classe. Jules Falquet parle d’« hétéro-circulation » pour souligner les contraintes qui pèsent sur les lesbiennes migrantes dans le contexte français marqué par l’hétéronationalisme : elles sont contraintes d’envisager des stratégies matrimoniales hétérosexuelles pour accéder à l’espace français. Les lesbiennes migrantes se voient donc à la fois restreindre leur mobilité spatiale et entraver leur aspiration à une libre détermination sexuelle (Falquet, 2011). Si depuis, la loi autorise les mariages entre personnes du même sexe, les restrictions à cette loi perpétuent les inégalités. En effet, onze États ont signé des conventions bilatérales avec l’État français afin que la loi française ne puisse s’appliquer à leurs citoyen.ne.s. Autre rapport de pouvoir au cœur de la construction de l’hétéronormativité, la classe sociale. C’est ainsi que Karine Duplan analyse la production de l’hétéronormativité à l’œuvre dans les pratiques spatiales quotidiennes de femmes expatriées à Luxembourg. L’auteure montre les modalités selon lesquelles les femmes expatriées investissent différents espaces afin de performer leur statut de mère et d’épouse tout en réaffirmant leur appartenance à la classe supérieure.

18La construction de la déviance repose intrinsèquement sur une hiérarchisation des groupes sociaux. Dans certains contextes, des discours contre la prostitution stigmatisent les personnes qui l’exercent et ces stigmatisations reposent sur des hiérarchisations de sexe, de race et/ou de nationalités. Comme le montre le texte d’Aude Harlé et Sophie Avarguez, les discours qui qualifient la déviance, à travers la représentation de la « pute étrangère », reposent sur une réaffirmation des inégalités entre les sexes, entre les races et les nationalités. Renate Ruhne, dans une contribution intitulée « Space power(s) gender —socio-spatial control of prostitution and the bourgeois gender gender », souligne que si d’un côté, la légalisation n’empêche ni la stigmatisation ni le contrôle (spatial en particulier) des femmes qui se prostituent, de l’autre, ce contrôle spatial constitue un véritable enjeu pour le contrôle de la sexualité des femmes.

19Des micro-frontières, des zones et des régions se constituent en fonction de régimes différenciés de genre et de légalité. L’article d’Aude Harlé et Sophie Avarguez, intitulé « Entre “elles” et “nous” : phénomène prostitutionnel et logiques de distinction / déterritorialisation à la Jonquera », analyse ainsi la hiérarchisation des sexes et des races qui résulte des modalités de l’activité prostitutionnelle dans une commune espagnole, proche de la frontière française. À travers des entretiens avec des habitantes non prostituées, les auteures soutiennent que l’activité prostitutionnelle et son déploiement dans différents espaces renforcent les normes virilistes et racistes. La configuration spatiale de la ville de la Jonquera et sa situation frontalière participent de cette construction de normes. Cette production d’espaces racistes, sexistes, classistes et hétéronormatifs est complexe : elle passe par la relégation dans les marges des femmes prostituées, non blanches et/ou des femmes de classes sociales inférieures.

  • 9  Ces réflexions se sont poursuivies dans le cadre de la journée d’étude du CEDREF intitulée « Inter (...)

20Ces contributions permettent de nourrir les travaux sur l’intersectionnalité soulignant la nécessité de prendre en compte l’imbrication des rapports sociaux de pouvoir que sont le genre, la race, la classe, la génération, l’orientation sexuelle, etc. Depuis une dizaine d’années, les études féministes et les études de genre ont en France développé cette approche (Dorlin, 2009 ; Falquet, 2009 ; Kergoat, 2009 ; Bilge, 2009, etc.). Certains travaux ont également souligné les limites d’une partie de la production francophone qui se revendique de cette approche. En effet, une certaine utilisation du concept d’intersectionnalité a eu pour conséquence l’invisibilisation des savoirs minoritaires des ex-colonisés (Ait Ben Lmadani et Moujoud, 2012), ce qu’on nomme autrement le « blanchiment de l’intersectionnalité » (Bilge, 2013)9.

21La prise en compte de la co-formation des pouvoirs permet également d’éviter l’écueil de l’approche spatialiste mentionné plus haut. Elle permet de mettre au jour la co-formationdes rapports sociaux de sexe : « les co-formations, elles, nous font sortir du binarisme invisible/visible pour donner accès à un continuum s’étendant de l’hypervisible au visible, à l’invisible et à l’effacé » (Bacchetta, 2010, p. 261). Enfin, une réflexion sur la co-formation des pouvoirs est également un appel à situer la production des savoirs et à développer l’approche réflexive des chercheur.e.s sur la construction, le traitement et l’analyse de leur objet de recherche.

Remerciements

Les textes ici rassemblés sont issus d’un colloque organisé par le CEDREF à l’Université Paris Diderot — Paris 7 les 16 et 17 novembre 2012, intitulé « Le tournant spatial dans les études de genre ». Le colloque a bénéficié du soutien du CEDREF, de l’Institut Émilie du Châtelet ainsi que de l’UMR CNRS 8504 Géographie cités. Nous remercions Azadeh Kian, Jules Falquet, Valérie Lowit et les relecteurs/trices anonymes pour leur aide et leur soutien.

Haut de page

Bibliographie

Ait Ben Lmadani, Fatima ; Moujoud, Nasima, 2012, « Peut-on faire de l’intersectionnalité sans les ex-colonisé-e-s ? », Mouvements, 4/72, pp. 11-21.

Anglade Marie-Pierre et al. (eds), 2014, Expériences du genre, Paris, Karthala.

Bacchetta Paola, 2010, « Réflexions sur les alliances feministes transnationales », dans Falquet J. et al., Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de la Fondation Nationales des Sciences Politiques, pp. 259-274.

Bilge Sirma, 2009, «Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, n°225, janvier-mars, pp. 70-90.

__________, 2013, « Intersectionality undone, Saving Intersectionality from Feminist Intersectionality Studies », Du Bois Review, 10/2, pp. 405-424.

Blidon Marianne, « Genre », Hypergéo, 2011 [version anglaise « Gender »],  http://www.hypergeo.eu/spip.php?article498, dernier accès le 7 mai 2014.

Barthe Francine ; Hancock Claire (éds.), 2005, « Le Genre, constructions spatiales et culturelles », Géographie et Cultures, 54, numéro thématique.

Chivallon Christine, 2001,  « Les géographies féministes. Un plaidoyer convaincant pour la constitution de connaissances “situées” », in Staszak Jean-François et al., Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, pp. 57-94.

Collin Françoise, 1992, « Le féminisme : fin ou commencement de la mixité ? », in  Baudoux Claudine et Zaidman Claude (eds.), Égalité entre les sexes. Mixité et démocratie, L’Harmattan.

Coutras Jacqueline, 1996, Crise urbaine et espace sexué, Paris, A. Colin.

__________, 2003, Les peurs urbaines et l’autre sexe, Paris, L’Harmattan.

Creton Dominique (éd.), 2002, « Questions de genre », Espace, Populations, Sociétés, 3, numéro thématique.

__________, (éd.), 2004, « Espace, Genre et Sociétés », Espace, Populations, Sociétés, 1, numéro thématique.

__________, 2007, « Gender issues in French geography », Belgeo [en ligne], 3/2007, mis en ligne le 1er février 2014, consulté le 6 mai 2014. URL : http://belgeo.revues.org/11201

Denèfle Sylvette (éd.), 2008, Utopies féministes et expérimentations urbaines, Rennes, PUR.

Dorlin Elsa, 2009, « Introduction. Vers une épistémologie des résistances », in Dorlin Elsa (éd.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, pp. 5-18.

Falquet Jules, 2009, « La règle du jeu. Repenser la co-formation des rapports sociaux de sexe, de classe et de “race” dans la mondialisation néolibérale », in Dorlin Elsa (éd.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, pp.71-90.

__________, 2011, « Lesbiennes migrantes, entre hétéro-circulation et recompositions néolibérales du nationalisme », Recueil Alexandries, Collections Esquisses, mars 2011, url de référence : http://www.reseau-terra.eu/article1092.html

Foucault Michel, 1984, « Des espaces autres », Architecture/Mouvement/Continuités, 5, pp. 46-49.

Haraway Donna, 1988, « Situated Knowledges. The science question in feminism and the priviledge of partial perspective », Feminist Studies, 14/3, pp. 575-599, traduction française : Allard Laurence et al. (éds), 2007, Donna Haraway. Manifeste cyborg et autres essais, pp. 107-142.

Hancock Claire, 2002, « Espace et géographie : les apports des géographies de langue anglaise », Espace Population Sociétés,  20,  pp. 257-264.

Hyndman Jennifer, 2004, « The (geo) politics of gendered mobility », Staeheli Lynn A. et al. (éds), Mapping Women Mapping Politics. Feminist perspectives on Political Geography, London-NY, Routledge, pp. 169-183.

Kahn Sylvain, 2010, « Planète Terre : la géographie dans la sphère publique », Tracés. Revue de Sciences humaine [en ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 5 mai 2014. URL : http://traces.revues.org/4837 ; DOI : 10.4000/traces.4837

Kergoat Danièle, 2009, « Dynamique et consubstantialité des rapports », in Dorlin Elsa (ed.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, pp. 111-126.

Lacombe Delphine ; Marteu Elizabeth ; Jarry-Omarova Anna, et Frotiée Brigitte, 2011, « Le Genre globalisé : cadres d’actions et mobilisations en débats », Cultures & Conflits, n°83, pp. 7-13.

Lefebvre Henri, 1961, Critique de la vie quotidienne, II. Fondements d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, L’Arche, 1962.

__________, 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Lévy Jacques et Lussault Michel (éds.), 2003, Dictionnaire de géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Lieber Marylène, 2008, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Po.

Louargant Sophie, 2002, « De la géographie féministe à la “gender geography” : une lecture francophone d’un concept anglophone », Espace, Population, Sociétés, 3, pp. 397-410.

Löw Martina, 2007, Raumsoziologie, Frankfurt am Main, Suhrkamp Taschenbuch Wissenschaft.

Lussault Michel, 2003, « Visibilité (régime de) », in Jacques Lévy et Michel Lussault (éds.), Dictionnaire de géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Mountz Alison, 2004, « Embodying the Nation State : Canada response to human smuggling », Political Geography, 23, pp. 323-245.

Marius Kamala et Raibaud Yves, 2013, Genre et construction de la géographie, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Marston Sally, 2000, « The social construction of scale », Progress in Human Geography, 24/2, pp. 219-242.

Massey Doreen, 1984, Spatial Divisions of Labour. Social structures and the geography of production, New York, Methuen.

__________, 1994, Space, place and gender, Cambridge, Polity Press.

Marston Sally, 2000, « The social construction of scale », Progress in Human Geography, 24/2, pp. 219-242.

Morange Marianne et Calbérac Yann, 2012, « Géographies critiques à la Française ? », Carnets de géographes, 4,  http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_debats/debat_04_01_Morange_Calberac.php, dernier accès le 6 mai 2014.

Silvey Rachel, 2007, « Unequal Borders : Indonesian Transnational Migrants at Immigration Control », Geopolitics, 12/2 ; pp. 265-279.

__________, 2009, « Development and geography : anxious times, anemic geography and migration », Progress in Human Geography, 33/4, pp. 507-515.

Peter Shirlow and Pain Rachel, 2003, « The geographies and politics of fear », Capital and Class, 27 ; pp. 15-26.

Staszak Jean-François(éds.), 2001, Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, coll. Mappemonde.

Torre Angelo, 2008, « Un tournant spatial en histoire », Annales. Histoire, Sciences sociales, 63/5, pp. 1127-1144.

Warf Barne et Arias Santa (éds.), 2008, The Spatial Turn. Interdisciplinary Perspectives, London/New York, Routledge.

Woolf Virginia, 1929, A room of one’s own, trad. fr. Clara Malraux (1965), Une chambre à soi, Gonthier.

Haut de page

Annexe

Lucia Direnberger : Doctorante en sociologie, LCSP et CEDREF, Université Paris Diderot — Paris 7 et ATER à Sciences Po Bordeaux.

Camille Schmoll : Chercheuse résidente à l’École Française de Rome, CEDREF/Géographie-cités, Université Paris Diderot — Paris 7.

Haut de page

Notes

1  Voir, entre autres, les textes de Elena Vachelli, Claire Hancock et Dina Vaiou.

2  Voir en particulier les textes d’Elena Vacchelli et de Maria Rodó de Zárate.

3  On ne peut ici les énumérer tous mais rappelons qu’il existe de nombreux numéros thématiques de revue (deux numéros d’Espace, populations, sociétés 2002/3 et 2004/1 ; « Le genre, constructions spatiales et culturelles », numéro spécial de la revue Géographie et cultures, n°54, 2005 ; Numéro « Genre, identités sexuelles et justice spatiale » de Justice spatiale/Spatial Justice, 3, 2011) et ouvrages spécialisés, comme le récent Genre et construction de la géographie dirigé par Kamala Marius et Yves Raibaud. Mentionnons par ailleurs la biennale de géographie « Masculins/Féminins » dont la première édition a eu lieu en 2010 à Bordeaux et la deuxième en 2012 à Grenoble.

4  Doreen Massey, 1984. Voir les réflexions de Claire Hancock et d’Elena Vacchelli dans ce volume.

5  Voir également les sessions consacrées au genre et à l’imbrication des rapports sociaux de domination dans le colloque « Espace et rapports sociaux de domination » qui a eu lieu à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée les 20 et 21 septembre 2012.

6 « I am arguing for politics and epistemologies of location, positioning and situating, where partiality and not universality is the condition of being heard to make rational knowledge claims. These are claims on people’s lives. I am arguing for the view from a body, always a complex, contradictory, structuring and structured body, versus the view from above, from nowhere, from simplicity » (1988, p. 589).

7  Voir le texte de Claire Hancock publié ici.

8  Voir les contributions de Sophie Avarguez et Aude Harlé, et de Renate Ruhne.

9  Ces réflexions se sont poursuivies dans le cadre de la journée d’étude du CEDREF intitulée « Intersectionnalité et colonialité : débats contemporains », le 28 mars 2014, à l’Université Paris Diderot — Paris 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Direnberger et Camille Schmoll, « Ce que le genre fait à l’espace… et inversement  », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 20 octobre 2015, Consulté le 27 février 2017. URL : http://cedref.revues.org/953

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page