Navigation – Plan du site

À Lélia de Almeida Gonzalez, précurseuse du féminisme Noir au Brésil

Cláudia Pons Cardoso
Traduction de Jules Falquet

Texte intégral

1Lélia de Almeida Gonzalez, née en 1935 à Belo Horizonte et décédée en 1994 à Rio de Janeiro, intellectuelle et féministe, Noire et   brésilienne, a été dans les années 1980 l’une des premières voix brésiliennes critiques envers le féminisme hégémonique. Travaillant sur les différentes trajectoires de résistance des femmes au patriarcat, elle a contribué à rendre visibles les histoires des femmes Noires et Indiennes du Brésil, d’Amérique latine et des Caraïbes. Elle a analysé dans d’innombrables écrits la situation d’exclusion et de discrimination à laquelle étaient soumises les femmes Noires, aussi bien dans le contexte brésilien que sur la scène latino-américaine, défendant l’analyse de “l’articulation entre les catégories de race, classe, sexe et pouvoir” pour démasquer “les structures de domination d’une société”.

2Sa pensée inaugure également la proposition de la décolonisation du savoir et de la production de connaissance, à travers la mise en question des insuffisances des catégories analytiques des sciences sociales pour expliquer, par exemple, la réalité des femmes Noires.

3L’Améfricanité, catégorie imaginée et proposée par Lélia Gonzalez dans les années 1980, s’insère dans la perspective postcoloniale. Elle surgit du contexte dessiné aussi bien par la diaspora noire que par l’extermination des populations indigènes des Amériques, et met en valeur les histoires de résistance et de lutte des peuples colonisés contre les violences produites par la colonialité du pouvoir. À partir de ces résistances, prises comme mécanisme stratégique de visibilisation de l’histoire de ces groupes, son objectif est de penser “de l’intérieur” les cultures indiennes et africaines, pour s’éloigner toujours davantage des interprétations centrées sur la vision du monde propre à la pensée moderne européenne. De fait, la proposition de Lélia Gonzalez est épistémologique : du point de vue de l’Améfricanité, elle propose d’aborder de manière liée “le racisme, le colonialisme, l’impérialisme et leurs effets”.

  • 1  Gonzalez, Lélia, « Por un feminismo afrolatinoamericano », in : Mujeres, crisis y movimiento, Amér (...)

4Lélia Gonzalez défendait un féminisme afrolatinoaméricain1 incluant les femmes qui construisent intuitivement des modèles de société alternatifs dans les marges du système capitaliste globalisé. Un féminisme engagé, qui fasse siens le fort protagonisme, généralement occulté jusqu’à aujourd’hui, qui a marqué historiquement la vie des femmes Noires et Indiennes, tout comme les processus de résistance et d’insurrection contre les pouvoirs établis auxquels elles ont participé — processus qui peuvent montrer le chemin de nouvelles stratégies de lutte.

5(Texte traduit du portugais - Brésil)

Haut de page

Notes

1  Gonzalez, Lélia, « Por un feminismo afrolatinoamericano », in : Mujeres, crisis y movimiento, América latina y el Caribe, Rome, Santiago, Isis International, MUDAR, Vol. IX, 1988, p. 133-141.                                                                                                                                                                                 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cláudia Pons Cardoso, « À Lélia de Almeida Gonzalez, précurseuse du féminisme Noir au Brésil », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 20 | 2015, mis en ligne le 14 juin 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/774

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org