Navigation – Plan du site

Militer contre des violences sexistes dans une grande école en France : retours sur une lutte féministe

Le Collectif d’une Grande Ville du Sud-Ouest de la France Contre les Violences Sexistes dans l’Enseignement Supérieur

Texte intégral

Exposition des faits

  • 1  Pour des raisons de protection des personnes, les acteurs et actrices, les faits rapportés sont re (...)

1A la rentrée 2012 se crée, dans une grande école du Sud-Ouest de la France1, une association qui a  pour  objectif de sensibiliser, d'informer et de réfléchir sur les problématiques de genre et d’orientations sexuelles - que nous appellerons Pirates. En réaction à la constitution de cette association, s’ouvre une page Facebook parodiant Osez Le Féminisme, qui appelle sous couvert d’humour à une solidarité masculine au sein des grandes écoles et du monde professionnel et à un retour des femmes au foyer. Peu après la fermeture de cette page, s’ouvre une seconde page Facebook dont les auteurs se revendiquent de la grande école en question et parodient de façon plus explicite l’association Pirates. Ils annoncent notamment une « érection-débat » dans un amphithéâtre de la grande école à la date et à l’heure où une conférence-débat est organisée par Pirates sur les rapports de genre dans un pays  d’Amérique  du Sud. Les masculinistes appellent à pratiquer un « bukkake » (un terme issu de la  pornographie japonaise : mise en scène d’une éjaculation collective sur une femme non consentante). On pouvait aussi lire sur cette page Facebook : « Les féministes sont des lesbiennes », « Féministes = salopes ».

2Parallèlement à cela, des usagères de cette grande école signalent un cas de harcèlement   sexuel de la part d’un enseignant. Des témoignages dénoncent des actes répétés de harcèlement sexuel depuis de nombreuses années au su de la direction. Malgré des témoignages écrits et des mobilisations diverses, les mesures prises à l’encontre de cet  enseignant restent dérisoires et l’affaire est étouffée. Plus globalement, le climat de cette grande école est propice au sexisme, comme en témoignent les affiches sexistes des soirées organisées par les associations étudiantes ou les noms des équipes sportives qui sont des incitations au viol et  évoquent  des  insultes envers certaines catégories de femmes.

3C’est dans ce contexte de violences masculines contre les femmes et de l’impunité qui leur est accordée par l’administration que se constitue le Collectif d’une Grande Ville du Sud- Ouest de la France Contre les Violences Sexistes dans l’Enseignement Supérieur. Dans la mesure où la direction de cette grande école ne dénonce pas  publiquement  les  pages  Facebook sexistes et lesbophobes, le Collectif prend l’initiative de  les  dénoncer  publiquement en  diffusant  un  premier communiqué de presse auprès des médias, publié ensuite sur un blog internet. L'affaire connait une médiatisation forte, que ce soit au niveau régional, national mais également à l'étranger. Suite à cette médiatisation, la direction de la grande école du Sud-Ouest de la France menace par voie de presse de porter plainte pour diffamation contre le Collectif. Celui-ci lance alors un appel à soutien par le biais d'une pétition en ligne. Quelques jours plus tard, la direction de la grande école annonce par voie de presse le dépôt de deux plaintes. La première, contre X, vise le créateur de la page Facebook sexiste. La seconde est également déposée contre X pour diffamation publique, ciblant cette fois le Collectif, lequel dénonce alors la symétrie opérée par la direction. De nombreuses organisations  politiques, féministes, syndicales locales et nationales témoignent également publiquement de leur soutien au  Collectif. L’appel à soutien réunit très rapidement de nombreuses signatures d’individu.e.s (étudiant.e.s, personnels des universités et de la recherche, élu.e.s de la République, militant.e.s ou citoyen.ne.s), d’organisations politiques, syndicales et associatives, ainsi que des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’appel a rassemblé plus de 1600 signatures.

4Dans le cadre de l’instruction de la plainte visant le Collectif, deux étudiant.e.s de cette grande école, représentants syndicaux, sont convoqué.e.s à l’hôtel de police, à deux reprises pour l’un d’entre   eux,  et  ce,  pendant  la  période  d’examens.  Une  mobilisation de soutien est organisée par le Collectif et soutenue par des organisations politiques.

5Face à la violence des propos tenus sur la page Facebook des masculinistes et aux tensions   ressenties au sein de  l'établissement suite à cette affaire, l'association Pirates s'est dissoute au cours de l'année scolaire écoulée. La grande école du Sud-Ouest de la France n’a pas  retiré  la  plainte contre le Collectif malgré les nombreux soutiens. Une mobilisation de soutien est à nouveau organisée devant les locaux de la grande école.  

6Depuis notre point de vue de militant.e.s au sein de ce Collectif, nous proposons plusieurs axes d’analyses à partir de ces faits. Tout d’abord, la réaction de la direction apparaît comme celle d’une institution familiale patriarcale. Il est intéressant de faire une analyse sémantique des discours tenus par la direction dans les médias et lors de réunions publiques qui ont eu lieu dans la grande ville du Sud-Ouest. Cette grande école est une « maison » (interview d’un-e membre de la direction dans un média local) dont les auteurs des pages Facebook comme les féministes ont sali « l’honneur, l’image et la réputation » (proposrapportés sur un site internet). Les mots choisis ne sont  pas  anodins : la défense de l’honneur, de la  réputation est un prétexte constamment brandi pour maintenir la loi du silence ou enfreindre la liberté des femmes. En somme, il aurait mieux valu laver son linge sale en famille : c’est d’ailleurs ce que signifie en substance l’obsession affichée par la direction de la grande école dans la dénonciation d’un collectif constitué de membres « extérieurs » à l’université venant troubler le bon ordre de la « maison » qui accueille les « élites de la Nation ».

7Le terme « grande école bashing » a été constamment utilisé par les membres de la direction pour dénoncer les agissements du collectif féministe, façon de déplacer le regard : le problème n’est plus le sexisme au sein de la grande école, mais l’attaque supposément injustifiée dont  l’institution est la victime. Injustifiée car la direction dit être persuadée que le Collectif n’a agi que par pure malveillance et que la direction avait réagi avant la dénonciation publique du Collectif. Si la direction avait effectivement entamé des démarches auprès de Facebook au moment du premier communiqué de presse, ces démarches n’étaient pas publiques - comme  la gravité des propos le nécessitait - et le Collectif ne pouvait donc pas en avoir        connaissance. Par ailleurs, les faits sont constamment minimisés : les auteurs des pages Facebook ne sont que « des petits cons » anticonformistes dont le seul but est de heurter. Autrement dit, ce sont des enfants irresponsables, pas dangereux dans le fond, que l’institution doit réprimander, mais non pas condamner.

La méthode de la plainte pour diffamation comme stratégie politique de répression  et  « d'action  bâillon »

  • 2  La diffamation est définie à l'article R. 624-3 du Code Pénal, qui stipule que : « Toute allégatio (...)

8En portant plainte contre le Collectif, la direction de cette grande école a réprimé un mouvement féministe qui remettait en cause les fonctionnements de cette institution. Les éléments constitutifs de la diffamation2 se résument en quatre points  principaux, qui sont : l'allégation d'un fait précis ; la mise en cause d'une personne déterminée, même si non expressément nommée ; l’atteinte à l'honneur ; le caractère public. En cas de condamnation avérée, l'individ.u.e ou le groupe concerné.e peut recevoir une peine de un an de prison et/ou de 45 000 euros d'amende (cas de peine maximale).

9Porter plainte pour diffamation peut relever d'une stratégie politique. Celle-ci consiste en une « action bâillon », visant à intimider et à paralyser des militant-e-s ou des citoyen-ne-s trop actives. Si elle représente pour certain.e.s une « nouvelle scène de la démocratie » permettant d'annihiler les rapports de force (un.e citoyen.ne peut ester en justice contre l'État dans l'objectif d'obtenir une réparation par des dommages et intérêts), elle peut faire l'objet d'un retournement. Dans ce cas, elle reconduit alors les rapports de force dissymétriques  entre  dominant.e.s et dominé.e.s, et sert à intimider, comme c’est le cas avec l’utilisation de la plainte pour diffamation. Cette pratique est courante aux États-Unis depuis les années 1980 et se diffuse depuis largement au Canada, puis en France.

10L'objectif premier d'une telle stratégie tient à la judiciarisation d'un enjeu qui était d'abord politique et inscrit dans la sphère publique. La reformulation de l'enjeu en termes juridiques met en place une procédure qui peut être étrangère aux individu-e-s victimes de la plainte (vocabulaire étranger, non-connaissance des règles de la sphère juridique, création d'un sentiment de perdition chez  les  individu.e.s  ou  le  groupe  concerné.e.s). Dès lors, le débat échappe aux individu-e-s ou membres du groupe concerné-e-s. De plus, l'une des deux parties peut disposer d'un capital juridique ou économique dont l'autre peut être dépossédée. Le  second objectif est celui de l'effet prophylactique de la plainte qui véhicule, en creux, un message d'intimidation à l'ensemble des individu.e.s : elle informe de la possibilité pour chacun.e d'être poursuivie pour diffamation à son tour. Le troisième objectif est l’isolement des individu.e.s ou du groupe qui fait l’objet de la plainte. L’absence de soutien visible de la part de l’immense majorité du personnel de cette grande écoleest en partie liée à la difficulté à prendre position contre « son » institution alors engagée  dans  une procédure juridique.

11La conséquence d'une telle « action bâillon », tant à court qu'à long terme, est celle d'un double effet aliénant. D'une part, la dimension financière engendre une préoccupation   fondamentale : le coût d'une action en justice est onéreux, comme l'est tout autant le coût de la défense. Des individu.e.s en situation de précarité peuvent difficilement soutenir de tels  investissements. D'autre part, la dimension psychologique joue un rôle crucial du fait des  pressions, des intimidations, du stress induit, ainsi que de la longueur d'une procédure judiciaire. Le cas du Collectif est ici exemplaire par les pressions en interne que la plainte a pu nourrir : dissensions au sein du Collectif, stress, réunions nombreuses, pertes de sommeil, crises d’angoisse, etc.

12Cette stratégie politique de judiciarisation et « d'action bâillon » conduit à s'interroger sur les stratégies de protection d'une telle action. S'il est possible d'ester en justice, en reprenant point par point les arguments de la partie adverse, cette stratégie est très coûteuse  en  temps  et en argent, ce qui est peu envisageable dans les situations de précarité et de vulnérabilité partagées par l’ensemble des membres du Collectif (étudiant.e.s et précaires de l’enseignement et de la recherche). L'autre solution peut alors être celle d'une action politique, qui consiste à déplacer à nouveau le débat dans l'espace publique, en s'appuyant sur une ceinture de soutien (élaboration de pétitions, assemblées générales). La  re-publicisation  du débat permet également au groupe victime de la plainte de se le réapproprier, en rappelant son caractère premier, qui est politique. La partie plaignante doit alors faire face à une situation qui porte à nouveau préjudice à son image.

13Ces deux actions ne peuvent donc pas être traitées ni réalisées en évacuant l'élément déterminant qui est celui de la vulnérabilité des individu.e.s ou groupe poursuivi.e.s  pour  diffamation, ainsi que de leur précarité.

Vulnérabilité des étudiant-e-s et/ou militant-e-s

14Divers procédés d’intimidation des étudiant.e.s et militant.e.s ont été utilisés par l’administration pour faire taire le Collectif dénonçant les violences sexistes. Un étudiant  syndiqué, soupçonné d’en faire partie, est agressé physiquement et verbalement par un membre de la direction afin d’obtenir le nom des membres. Une menace de plainte est annoncée puis une plainte est déposée, donnant suite à la convocation de  deux étudiant-e-s syndiqué-e-s à l’hôtel de police en période d’examens. Une précaire de l’enseignement et de la recherche est indirectement menacée de non-renouvellement de contrat. Plusieurs étudiantes et une précaire de l’enseignement et de la recherche, soupçonnées  de  faire  partie  du Collectif, sont insultées publiquement par un membre de la direction lors d’une réunion sur un projet de cellule de veille contre le harcèlement sexuel. Des  messages  sont  envoyés  par  la direction aux étudiant.e.s de manière informelle en début de cours magistraux ou de manière formelle à travers des mails adressés à l’ensemble des étudiant.e.s. Ces messages ont pour objectif de dénoncer le Collectif comme un élément extérieur, d’affirmer le soutien de la grande école aux étudiant.e.s qui subissent une dégradation de l’image de l’école et de dénoncer les masculinistes autant que les féministes. Dans ce contexte, la direction de la grande école continue de favoriser un climat hostile aux féministes et les  réactions de certains étudiants sur les réseaux sociaux en sont tout aussi décomplexées. On  peut  ainsi  lire  sur  des pages Facebook d’un journal satirique d’étudiant.e.s de cette grande école : « Recevez chère gorgone, l’expression sincère de mon envie de vous casser les genoux », ou encore : « Allez-vous faire tuer, au moins je ne  vous  entendrai  plus  par-dessus  mon  baladeur quand j’écouterai Booba ».

15Une des conséquences de cette situation a été l’absence de protection des étudiantes et du personnel qui en avaient besoin.

De l’institutionnalisation du « féminisme » : En veux-tu ? En voilà…

16Nous souhaitons ici développer le constat  selon  lequel  la  direction a réagi en s’appuyant sur quelques éléments permettant de témoigner de sa bonne volonté en matière d’égalité hommes-femmes tout en éloignant les féministes mobilisées et les initiatives qu’elles proposaient. Une  série de propositions élaborées par des usagères de cette grande école a essuyé le refus de la direction.

17La première proposition tenait en la mise en place d’une cellule de veille contre le  harcèlement sexuel dans l'enseignement supérieur. Le refus de la direction a été argumenté par l'existence du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) qui est censé pouvoir  résoudre les cas de harcèlement sexuel. Cependant, un cas de harcèlement sexuel avait déjà été rapporté au CHSCT sans qu’il ait pris les mesures adéquates comme la constitution d’un conseil disciplinaire et ce pour deux raisons principales. Ne   siègent dans le comité de cette grande école que des personnes affiliées à la direction (aucun syndicat n’est représenté par exemple)  et  on  constate  une  absence de transparence lors de l'organisation des élections et des points mis à l’ordre du jour. La seconde proposition, par ce même groupe d’usagères, est la nomination d’une chargée de mission à l'égalité femme/homme. Le refus de la direction  arguait cette fois une insuffisance budgétaire. Enfin, la direction a refusé la proposition d'afficher une campagne ministérielle sur le harcèlement sexuel dans les locaux de cette grande école, mais une campagne d’affichage sur la consommation abusive d'alcool a été relayée par la direction.

18Après la médiatisation de l'affaire, quelques mesures sont prises pour témoigner de l’intérêt de cette grande école pour l’égalité femme-homme. Une chargée de mission à l'égalité est nommée, mais sans avoir préalablement suivi de formation particulière, et en l’absence de décharge en temps. À cela s'est ajouté un silence sur le contenu de ses fonctions. Elle affirme également ne pas avoir beaucoup de poids dans les décisions qui sont prises par la direction.

19Soucieuse de témoigner d’un intérêt nouveau pour la question féministe, la grande école accueille également dans son hall à la rentrée de septembre une campagne d'affichage de Ni Putes Ni Soumises, intitulée « Les Mariannes d'Aquitaine », consistant en deux matériaux : une série de portraits et un texte. Cette campagne repose à la fois sur l'essentialisation des femmes et sur une hiérarchisation des races. En effet, l'affirmation de la complémentarité des sexes est sans ambiguïté : « Ces quatorze portraits, reflets de 14 fortes personnalités, et du talent d'une photographe d'aujourd'hui, donnent de Marianne une interprétation actuelle et variée, grave et préoccupée, mais aussi sûre d'elle, souriante et féminine, à l'image des jeunes femmes de ce pays. » D'une part, si Ni Putes Ni Soumises assignent aux femmes une faculté à être « grave », les « jeunes femmes de ce pays » sont réassignées à des stéréotypes sexistes, associés à une féminité « féminine », ce qui les enferme à la fois dans un regard complémentaire de la masculinité et dans la binarité des catégories de sexe et de genre. D'autre part, le choix de la photographe n'est pas insignifiant. Cette photographe se présente comme une spécialiste des reportages de photos de mariages (uniquement hétérosexuels dans le book), de portraits d'enfants ou encore d'animaux. Le choix d'une photographe non-féministe participe de l'invisibilisation des artistes féministes et de leur regard critique.

20Cette campagne de Ni Putes ni Soumises Aquitaine affichée dans cette grande école participe également au processus de  hiérarchisation des races par le fémo-nationalisme. Cette  campagne met en scène le port de cartes électorales, de drapeaux français, de bonnets phrygiens par les femmes ; attributs qui sont parfois même peints sur  leurs  propres  corps,  en  guise  de  vêtements.

21Faut-il rappeler ici les nombreuses études sur le genre et le nationalisme, comme celles de Nira Yuval Davis, de Rada Ivekovic, ou encore d'Elsa Dorlin et de bien d'autres, mettant en lumière l’instrumentalisation du discours des droits des femmes qui a perpétué une hiérarchisation des nations, des sociétés et des races justifiant ainsi la « mission civilisatrice »,  la colonisation et les invasions militaires au nom de la libération des femmes. Et ce qui se joue dans la campagne de Ni Putes Ni Soumises Aquitaine, c’est bien la construction de frontières de la communauté nationale: celles qui font partie de la République française, affichant cartes électorales et bonnet phrygiens, sont présentées comme libérées et libératrices pour les femmes, tandis que celles qui en sont exclues subissent l'oppression et la domination masculine. Cette idée se construit également sur la construction d’un féminisme occidentaliste : « Hier, femme des faubourgs de Paris galvanisant la foule contre les tyrans et la faim. » Cette seule référence à l’histoire occulte l'histoire des femmes dans les pays d'origine des femmes immigrées ou d'origines immigrées que cette même campagne a choisi de représenter puisque de nombreuses non-blanches posent sur les affiches. Aussi importante qu’elle soit, toutes les féministes ne sont pas des Olympe de Gouges. L’invisibilisation des mouvements féministes autres que blanc et français participe à la hiérarchisation des races et des nationalités.

22On peut également lire dans cette campagne : « Citoyenne métissée, décidée à défendre les valeurs protectrices et libératrices de notre République contre  toutes les tentations  de  désunion  nationale,  qu'elles  soient  discriminatoires  ou  communautaires, contre toutes les dérives barbares de la loi du plus fort, contre le désespoir liberticide des banlieues. » D'une part, cet extrait opère un déplacement et un changement de nature des obstacles à la libération des femmes : ceux-ci ne sont plus l'effet de la domination patriarcale et hétérosexiste, mais de la désunion nationale. Plutôt que l'abolition des formes de domination masculine, ce texte fait donc la promotion de l'idéologie nationale sous le slogan peu innovant d’une Nation forte et unie. D'autre part, les banlieues seules sont associées à des pratiques de « barbarie » et à des espaces de déviance. Cette stigmatisation fait des banlieues le lieu de concentration d'étrangèr.e.s qui ne serait que porteur de pratiques sexistes, anti-démocratiques et de répression des libertés.

23Pour conclure, la promotion d'un fémo-nationalisme s'incarne dans des formules telles que « la République est leur meilleure protection » ou encore « les valeurs protectrices et libératrices de la République » et s’appuie sur une instrumentalisation des droits des femmes au profit d'une hiérarchisation entre les races et les nationalités ainsi que d'une négation de la domination patriarcale dans tous les espaces, dans toutes les classes sociales, dans  tous  les  peuples. Ce n’est pas en agitant un prétendu chiffon rouge des banlieues que nous tairons les violences sexistes dans les grandes écoles françaises. Les dénonciations du Collectif en témoignent : le harcèlement sexuel et les violences sexistes, lesbophobes et homophobes sont aussi le fait d'hommes blancs, de classe sociale favorisée, au sein même d’une institution destinée à former les futurs cadres de l'État. Et ces violences se déroulent  dans un contexte  d’impunité  et  de répression des mouvements féministes.

24Féministes partout et tant qui le faudra !

Haut de page

Notes

1  Pour des raisons de protection des personnes, les acteurs et actrices, les faits rapportés sont rendus anonymes, de même que les noms des institutions, des associations, des collectifs, etc. Pour les mêmes raisons, nous ne pouvons citer de sources journalistiques ou de référence internet.

2  La diffamation est définie à l'article R. 624-3 du Code Pénal, qui stipule que : « Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne, ou du corps auquel le fait est imputé, est une diffamation. La publication directe, ou par voie de représentation de cette allégation ou de cette imputation, est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l'identification est rendu possible par les termes des discours,  cris,  menaces, écrits ou imprimés,  placards ou affiches incriminées. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Le Collectif d’une Grande Ville du Sud-Ouest de la France Contre les Violences Sexistes dans l’Enseignement Supérieur, « Militer contre des violences sexistes dans une grande école en France : retours sur une lutte féministe », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://cedref.revues.org/722

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org