Navigation – Plan du site

Le harcèlement sexuel dans les universités au Royaume-Uni et au Mexique

Marlen Mendoza-Morteo
Référence(s) :

Mendoza-Morteo,  Marlen., Le harcèlement sexuel dans les universités au Royaume-Uni et au Mexique

Texte intégral

Harcèlement sexuel et violence de genre dans les universités

1Le problème de la violence de genre et du harcèlement sexuel dans les universités est une réalité mondiale qui existe tant dans les pays du « Nord » que dans ceux du « Sud ». Contrairement aux  mythes qui relient la violence de genre au statut socio-économique ou au niveau éducatif, la violence de genre est un phénomène indépendant de la classe sociale, de  la formation académique et de la race à laquelle on appartient. Cette étude est centrée sur le diagnostic du harcèlement sexuel dans les  universités de deux pays différents : le Royaume-Uni et le Mexique.

  • 1  ONU (1994). Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Résolution adoptée (...)

2On part de la définition de la violence de genre donnée par l’Organisation des Nations   Unies (ONU) en 1994.  La  Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes signale dans l’article 2 (incise b) comme forme de violence contre les femmes : «La violence physique, sexuelle et psychologique exercée au sein de la collectivité, y compris le viol, les sévices sexuels, le harcèlement sexuel et l’intimidation au travail, dans les établissements d’enseignement et ailleurs, le proxénétisme et la prostitution forcée »1.

3Cette définition donnée par l’ONU conçoit la violence envers les femmes comme un problème public et ne la réduit pas seulement à la sphère de l’intime et du privé.Pourquoi  parlons-nous de violence envers les femmes ou de « violence de genre» et pas simplement de « harcèlement sexuel »?Il s’agit effectivement d’une traduction qui vient de l'anglais « gender violence » et qui conçoit le harcèlement sexuel comme une forme parmi d’autres de violence envers les  femmes. Le harcèlement sexuel devient une manifestation spécifique d’un problème plus large.

  • 2  Coordonné par le Centre spécial de recherches en théories et pratiques pour surmonter les inégalit (...)
  • 3  Le projet «Violence de genre dans les universités espagnoles » reprend aussi la définition donnée (...)

4Le projet espagnol « Violence de Genre dans les Universités Espagnoles » (2006-2008)2, qui a été financé par l’Institut de la femme à Madrid et qui constitue une recherche pionnière dans l’État espagnol, conçoit la violence de genre comme « tout type de violence physique, sexuelle et psychologique perpétuée contre les femmes en fonction de leur genre et qui est présente tant à l’intérieur de la communauté universitaire qu’en dehors de l’espace physique de l’université »3. De la même manière, par « communauté universitaire »,  on entend tous les membres de l’institution : étudiantes, enseignantes, personnels administratifs.

  • 4  Cf. E. Armstrong, et al. (2008), S. Barton et G. Pretty (1994), D. Benson et G. Thomson (1982), P. (...)

5Le harcèlement sexuel devient une manifestation de diverses formes  de  violence  envers  les  femmes dans le contexte universitaire. On part du principe selon lequel, même s’il existe des situations de violence commises par les femmes envers les hommes (ou par les femmes envers d’autres femmes), il s’agit en général d’une problématique dont le modèle correspond aux excès du pouvoir masculin contre les femmes. Cela a été démontré par différentes recherches en Amérique du nord et au Royaume-Uni4  où les études de genre s’inscrivent dans une tradition plus ancienne, ce qui permet d’avoir plus de recherches de diagnostic autour  du harcèlement sexuel mais aussi de la violence envers les femmes à l’intérieur du campus.  

  • 5  E. Oliver et R. Valls (2004). Violencia de género, investigaciones sobre quiénes, por qué y cómo s (...)

6Contrairement au mythe qui relie la violence de genre et le harcèlement sexuel au statut socio-économique ou au niveau éducatif, on observe qu’il s'agit d'un phénomène indépendant de la classe sociale, de la formation académique et qui touche des femmes provenant de cultures différentes. Oliver et Valls ont montré que cette problématique n’est pas atténuée  par un plus haut degré de formation académique et se présente tout autant dans des pays riches que dans des pays pauvres5.

  • 6  Six universités ont été analysées : Barcelone, Séville, Pays Basque,  Valladolid, Castelló et Murc (...)

7La recherche espagnole précédemment citée et qui a été coordonnée par l’Université de Barcelone a réalisé un état de la question en reprenant les principales études internationales qui, depuis les années 80, démontrent l’existence de la violence envers les femmes dans le monde universitaire. Ce projet a aussi révélé la problématique au sein des universités espagnoles où sur un échantillon de 1 083 femmes interrogées par questionnaire, 52% d’entre elles connaissaient ou avaient souffert d’une situation de violence de genre (à savoir des agressions physiques ou psychologiques, du harcèlement sexuel et des commentaires sexistes) ; 85% ont reconnu la nécessité de disposer sur le campus d’un service auprès duquel elles pourraient faire appel en cas de violence de genre6.

  • 7  R. Valls, et al. (2008), Guía de Prevención y Atención de la Violencia de género en las universida (...)

8L’une des contributions du projet  a  été  l’élaboration d'un inventaire des initiatives et des  mesures internationales de prévention de la violence de genre promues par différentes  institutions d’éducation supérieure dans d'autres contextes en dehors de l'Espagne7. Cet inventaire a révélé que les universités les plus prestigieuses des États-Unis et du Royaume-Uni disposent de mécanismes de  détection, de prévention et de dénonciation de la violence envers les femmes en général et du harcèlement sexuel en particulier.

9Dans la continuité des résultats de ce projet espagnol, ma recherche doctorale intitulée « Prévention de la violence de genre dans les universités. Caractéristiques des bonnes pratiques dialogiques » a consisté à analyser la violence envers les femmes dans d'autres   pays et à étudier les mesures  institutionnelles mises en place dans des contextes historiques et culturels différents8.

Méthodologie

  • 9  Cf. J. Gómez, et al. (2006), Metodología comunicativa crítica. Barcelone, El Roure.
  • 10 Cf.M. Burawoy, (2004), « The Critical Turn to Public Sociology » dans L. Rhonda, (ed.) Enriching th (...)

10La recherche a été de type qualitatif à partir de deux études de  cas. La méthode utilisée a été la Méthodologie Communicative  Critique fondée sur la construction d'un dialogue entre le chercheur et les personnes participantes9. Cette méthodologie se situe dans les objectifs de la sociologie publique de Michael Burawoy, qui ne se contente pas seulement d’une description et d’un diagnostic du problème à analyser, mais propose aussi une seconde lecture de la réalité et la détection des éléments qui réduisent les inégalités10. On est parti d’un échantillon de six universités (cinq au Royaume-Uni et une au Mexique).

11Au total ont été réalisés vingt-et-un entretiens semi-directifs avec des informateurs - clés, un questionnaire et cinq observations communicatives. Les personnes interviewées étaient des membres des équipes pour l’égalité et la diversité, des étudiantes, des professeurs, une représentante des Défenseurs des droits universitaires, un directeur d’une faculté ainsi que des représentantes syndicales.

12Les personnes interviewées étaient des membres des équipes pour l’égalité et la diversité. Au Royaume-Uni, il s’agissait des chargés de mission pour l’égalité et l’équité sur les campus (equality manager), des responsables de la formation en égalité et genre, des conseillers en prévention du harcèlement sexuel sur le campus, et des étudiantes recrutées pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes (women officer).

Résultats

Législations diverses autour du harcèlement sexuel 

13L'une des difficultés de la recherche a été la délimitation du champ du harcèlement sexuel, étant donné que les deux pays étudiés possèdent chacun un échantillon de lois et de  réglementations pour le définir.  Au  Royaume – Uni, le harcèlement sexuel est défini par une politique propre à chaque université qui peut prendre une nomenclature différente. Par exemple, à l’Université de Manchester, la Harassment, Bullying and Discrimination Policy for Staffs and Students (Politique pour le personnel et les étudiants contre le harcèlement,  le  bullying  et la discrimination) définit le harcèlement de la façon suivante:

  • 11  « Harassment is unwanted conduct which may create the effect (intentionally or unintentionally) of (...)

14Un comportement non-désiré qui peut créer un effet (intentionnel ou pas) de violer l’intimité de la personne en créant une ambiance hostile, d’intimidation, de dégradation, d’humiliation ou d’outrage ; en interférant sur l’apprentissage individuel, l’ambiance sociale ou de travail ; et en causant stress, anxiété ou maladie chez la personne harcelée11.

15Le harcèlement sexuel peut comprendre, et je cite in extenso :

  • 12  « Unwanted physical conduct or ‘horseplay’, including touching, pinching, pushing, grabbing, brush (...)

16A) Un comportement physique ou « chahut » indésirable, incluant des attouchements, des pincements, des bousculades visant quelqu'un, en envahissant son espace  personnel. Ce comportement peut prendre des formes plus graves d'agression physique ou sexuelle 12;

  • 13  « Unwelcome sexual advances or suggestive behaviour (which the harasser may perceive as harmless), (...)

17B) Des insinuations sexuelles inopportunes (que le harceleur peut percevoir comme inoffensives). Il peut aussi s’agir d’une demande de faveurs sexuelles en échange d’une promotion de carrière ou au contraire, des chantages ou des menaces si le harceleur n’obtient pas une réponse favorable à ses propositions13 ;

  • 14  « Sending or displaying material that is pornographic or that some people may find offensive (incl (...)

18C) Le harcèlement sexuel  comprend  aussi l'envoi de matériel pornographique auquel on peut associer les mails, les messages par texto, les vidéos et les images envoyées par téléphone ou publiées sur internet,  que certaines personnes peuvent juger offensants 14 ;

  • 15  « Sexist  jokes, or derogatory or stereotypical remarks about a particular group or gender », Idem

19D) Des commentaires ou des blagues sexistes, ainsi que des remarques méprisantes ou stéréotypées sur les femmes15.

20Au Royaume-Uni, ce type de politique contre le harcèlement sexuel fait partie d’une politique plus générale souvent nommée Equality and Diversity Policy for Staff and Students [Politique pour l’égalité et la diversité au travail et dans les études]. Il ne s’agit pas d’une réglementation isolée mais d’une politique qui fait partie d’un vaste programme contre les inégalités et les discriminations : l'Equality Policy qui englobe non seulement la lutte contre les violences envers les femmes, mais également l'inclusion des minorités sexuelles et ethniques, ainsi que la lutte contre toute forme d'inégalité.

21Dans le cas du Mexique, la situation est différente. Il n’y a pas de législation homogène au niveau national, mais en tant que système fédéral, chacun des États reconnaît ou non le harcèlement sexuel comme un délit. Parmi les trente-deux États, il y a en neuf qui ne le mentionne même pas comme un délit. Il y a aussi une confusion juridique autour de la définition du harcèlement sexuel car, en espagnol, on utilise deux mots différents qui font référence à la même problématique mais avec des nuances particulières : « hostigamiento » et « acoso » sexuel. Le premier concerne le harcèlement quand il y a une relation hiérarchique entre personnes, alors que le deuxième fait référence au harcèlement entre collègues et sans relation hiérarchique.

  • 16  En espagnol : Defensoría de los Derechos Universitarios (DDU).

22Toutes les variantes de la définition du harcèlement sexuel en fonction de l'État ont comme conséquence une ambiguïté au niveau de la législation nationale. Pour les cas qui impliquent une relation hiérarchique, on peut s'appuyer sur la législation du travail, comme c’est souvent le cas du personnel syndiqué de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM). Mais il n’en va pas de même pour le harcèlement sexuel entre pairs, car cela dépasse le champ d’action des deux principaux syndicats et celui du Défenseur des droits universitaires16.

  • 17  Cf. Ley General de Acceso a las Mujeres a una Vida Libre de Violencia (2007) et Ley General para l (...)

23Devant le vide juridique et les imprécisions dans les lois en vigueur,  d’autres   institutions   ont  défini  elles-mêmes  le  harcèlement sexuel à l’Université.  C’est  le  cas de l’Institut Polytechnique National (IPN) du Mexique qui s’inspire de la « Loi générale sur l'accès des femmes à une vie exemptée de violence », et de la « Loi générale pour l'égalité femmes-hommes »17. L’IPN s’inspire également de la « Convention sur l’élimination de toutesles formes de discrimination à l’égard desfemmes» des Nations Unies (1979).

24Jusqu’ici, nous avons analysé le cadre juridique de deux pays : le Royaume-Uni, qui suit un modèle général de politiques universitaires contre le harcèlement sexuel et en faveur de l’égalité et le Mexique qui, en l’absence de réglementation nationale et générale, présente le   cas isolé d’un seul établissement d’enseignement supérieur avec une  politique  universitaire contre le harcèlement sexuel.

Présence du harcèlement sexuel dans les deux pays

  • 18  Selon l’étude  Presencia de mujeres y hombres en la UNAM: una radiografía (2011) réalisée par le P (...)

25Le travail de terrain a montré que le harcèlement sexuel se rencontre dans toutes les universités et qu’il s’agit d’une réalité difficile à détecter et à dénoncer. Au Mexique,le Programme Universitairepour les Étudesde Genre (PUEG) a enregistré en 2010, sur une période de trois mois, 16cas considérés commeune plainte formelle de violence de genre en vertu ducritèreque toutes les plaintes ont été portéespar écrit. Sept  plaintes correspondaient à des cas de harcèlementsexuel.18

  • 19  National Union for Students, (2010), Hidden Marks. A study of women students’ experiences of haras (...)

26Au Royaume-Uni, l'étude intitulée « Hidden Marks. A study of women  students’  experiences  of  harassment,  stalking,  violence and sexual assault »,publiée parl'Union nationaledes étudiants en 2010, a étudié unepopulation de2 058 étudiantes, sur une périodede sept mois.  Une  étudiante  sur  septa été victimed’uneagressiongrave, sexuelle ou psychologique.  L'enquête a révélé que,dans de nombreuxcas, les auteursétaient des étudiants (60% pour le harcèlement sexuel) du même établissement (49%)19.

27Le  harcèlement  sexuel  touche à la fois les étudiantes, les enseignantes et le personnel universitaire. Dans les deux pays, il existe une tendance à garder le silence et, particulièrement au Mexique, à « normaliser » le harcèlement sexuel. Dans ce pays, on observe une justification culturelle des agressions et des caresses non désirées, qui sont considérées comme faisant partie de la « culture du toucher ». Il existe aussi une culture de l’évidence. La plupart des victimes manquent de preuves et de témoins qui puissent soutenir leurs versions des faits. On entre dans une dynamique où les deux parties racontent des histoires différentes et la parole d'une personne disposant  de plus de pouvoir n'a pas la même valeur face à l'institution. Cela est valable au Royaume-Uni et au Mexique.

Limitations des politiques universitaires

28Il existe, d’autre  part, une soumission  par  rapport au supérieur hiérarchique. Pour certaines femmes du personnel administratif de l’UNAM, le harcèlement sexuel provenait directement de leur chef du service ou d'un collègue qui comptait sur le soutien de son supérieur. À la fin, la personne souffrait d'une campagne de diffamation où elle se trouvait seule face à une équipe de travail qui - dans le meilleur des cas - la signalait comme menteuse, « coquette » et provocatrice ; et, dans le pire des cas,  la  poussait  à  changer  de service où à démissionner pour ne plus croiser son agresseur.   

29Dans les deux pays, il existe chez les victimes un manque de confiance dans la capacité de l'Université à les protéger contre d'éventuelles représailles. Le cas le plus emblématique concerne l'impunité accordée institutionnellement à un professeur ayant une longue carrière universitaire derrière lui et dont la parole a plus de poids que celle d'une étudiante. Il  existe  aussi  une  partialité dans les processus de dénonciation qui intimide les victimes et les fait renoncer à toute poursuite. La plupart des victimes préfèrent le silence aux conséquences négatives qui pourraient accompagner la dénonciation.

30Même au Royaume-Uni, les politiques pour l'égalité semblent avoir des limites dans la “vraie vie”. Sur le papier, les politiques contre le harcèlement sexuel paraissent très efficaces, mais « quand ça touche aux hautes sphères ou à des personnes influentes de l'université, le soutien institutionnel va se retourner contre la victime ». Cela a été signalé par le responsable de l’égalité au campus à l’Université de Manchester.

  • 20  Le premier antécédent légal est la Sex Discrimination Act de 1975.

31Dans les deux pays, les victimes se heurtent également à des difficultés opérationnelles et à une bureaucratisation excessive, même au  Royaume-Uni où les politiques d'égalité existent depuis presque 40 ans20. Les processus de dépôt des plaintes jusqu'à la condamnation peuvent durer plus de trois ans. Il existe aussi un manque de coordination des structures existantes. Au Royaume-Uni la charge de travail concernant l’égalité femmes-hommes est concentrée sur les  équipes directement impliquées par cette problématique et qui se plaignent d'un manque de soutien et de coordination de la part d’autres structures comme les Ressources humaines.

32A l’UNAM, où les syndicats de professeurs et de travailleurs sont très puissants, les plaintes pour harcèlement sexuel doivent toujours passer par les syndicats, qui dans le meilleur des cas, font un suivi administratif, ou, au pire, envoient les victimes vers des  instances judiciaires hors campus.  Au Mexique, le Défenseur des  droits   universitaires  se  limite  à  recevoir uniquement les plaintes des étudiantes. Il leur fait remplir un dossier qui n’a pas pour finalité d’appliquer des sanctions dans ce cas de figure.

33On s’aperçoit que ces universités rencontrent beaucoup de freins pour lutter contre le  harcèlement  sexuel, même en disposant de politiques universitaires spécifiques. Néanmoins, le travail de terrain a aussi révélé les points forts des stratégies implantées selon les témoignages des personnes interviewées.

Quelques exemples de bonnes pratiques

34Une recommandation fondamentale pour le bon fonctionnement de la politique contre  le  harcèlement sexuel dans les universités est le fait de créer des espaces de discussion  préliminaires avec tous les membres de la communauté  universitaire : étudiants, professeurs, syndicats et associations. C’est la stratégie que les Anglais appellent « du haut en bas et du bas en haut ».

  • 21  Campaña de la COPAEAH (Comisión de Prevención, Atención y Erradicación del Acoso y Hostigamiento).
  • 22  Instituto Politécnico Nacional  (2013),Programa de Prevención Atención y Sanción para Erradicar el (...)

35Un deuxième élément qui favorise l’efficacité des politiques contre le harcèlement sexuel est la communication. Au Royaume-Uni, par exemple, on trouve une définition       institutionnelle du harcèlement sexuel qui est publiée sur le site web des universités et qui incite les victimes à prendre contact avec des conseillers spécialisés. L'Institut Polytechnique       National du Mexique se positionne également de façon institutionnelle contre le harcèlement sexuel. A travers sa Campagne de prévention, réponse et sanction pour l'élimination  du harcèlement sexuel21, l’Institut se trouve « engagé en faveur d’un environnement libre de violence et de discrimination, et vise la sensibilisation de la communauté polytechnique sur l'importance de reconnaître,  de  dénoncer  et  d'affronter le  harcèlement dans les domaines du travail et de l'étude, comme une manifestation parmi d’autres de la violence et de la  discrimination »22.

  • 23  Il s’agit du Programme Institutionnel de Démarches avec Perspective de Genre mis en marche depuis (...)

36Au-delà d’un niveau discursif, la plupart des universités de deux pays concernés possèdent un protocole de dénonciation qui est simple, clair et confidentiel, accessible sur le web, et  qui précise comment réagir en cas de harcèlement sexuel. Par exemple, l’Institut Polytechnique dispose d’un protocole sur le web, qui offre un soutien aux victimes de harcèlement sexuel et qui inclut un formulaire de dénonciation23.

37D’un autre côté, dans les deux pays, la majeure partie des personnes interrogées considèrent que le fait de garantir des  processus impartiaux est une condition sine qua non pour que les personnes victimes osent parler de leurs situations. Au Royaume-Uni, ce besoin est perçu comme fondamental, surtout dans le cas d’une étudiante qui dénonce un enseignant, car les personnes interviewées ont relatés différents cas où tous les  soutiens se dirigeaient vers le professeur.

38Dans les deux pays, l’institution préfère - dans la mesure du possible - promouvoir la conciliation, surtout quand l’agression n’est pas considérée comme grave, afin de ne pas dégrader les relations sociales et de travail, ainsi que l'image de l'université. Au Royaume-Uni, des conseils informels et confidentiels sont proposés aux victimes, avec éventuellement un soutien juridique et psychologique.

  • 24  Selon S. Rankin, responsable du Centre de Prévention et de réponse face aux agressions sexuelles d (...)

39Il ne s’agit donc pas seulement de générer une tendance à avoir toujours recours au judiciaire, mais aussi du promouvoir l'égalité femmes-hommes à travers des programmes de prévention   et sensibilisation24.  Par  exemple, toutes les universités contactées disposent d’ateliers et de  formations autour de l'égalité femmes-hommes et du harcèlement sexuel destinés à l'ensemble de la communauté universitaire.

  • 25  M. Belausteguigoitia, (2010). Informe de actividades 2009, Programa Universitario de Estudios de G (...)

40En 2010 l’UNAM a mis en place une campagne de sensibilisation pour l'égalité femmes-hommes et contre la violence de genre. Cette campagne utilisait un langage positif sur la place de la femme dans l’Université. Cette expérience, pionnière au Mexique, avait comme   objectif de « promouvoir  un  changement culturel au sein de la communauté universitaire et de modifier l'imaginaire collectif en transformant positivement la relation entre les hommes et les femmes »25.

  • 26  Cf. Buquet, A., et al. (2006),  Presencia de mujeres y hombres en la UNAM 2006: una radiografía. M (...)

41Il faut signaler qu’il n'existe pas encore d’évaluation de ces stratégiesni au Royaume-Uni ni au Mexique. Pour l'instant, seules des enquêtes de diagnostic sont réalisées afin de faire un état des lieux de la violence de genre dans les universités. A l’UNAM, par exemple, le Programme Universitaire d’Études de Genre a produit des statistiques autour de la présence des femmes dans l'Université avec des variables sur le harcèlement sexuel et, autre  exemple, des études sur la présence des femmes et des hommes à l’UNAM, réalisées en 2006 et 200926.

  • 27  Cf. PUEG (2009). Declaratoria de la Reunión Nacional de Universidades Públicas: Caminos para la Eq (...)

42Finalement, et en termes de stratégie nationale, les deux pays ont constitué des réseaux  institutionnels  avec  toutes  les  universités afin d’encourager et de promouvoir une politique éducative en faveur de l'égalité femmes-hommes, ainsi qu’une culture de non-violence envers les femmes. C’est le cas de la National Union of Students (NUS) qui est très active au Royaume-Uni,  et  de  différentes   institutions  d’éducation  supérieure au Mexique qui ont participé aux réunions nationales autour de l’égalité femmes-hommes en 2009 et 201027.

Conclusion

43Pour résumer, en ce  qui  concerne  le  Royaume-Uni,  le  harcèlement sexuel est  bien défini  au niveau national. Il est inclus dans un processus de lutte contre toute forme d'inégalité et de discrimination. Il fait partie de la politique mise en place par les établissements, contribuant par là-même à leur image de marque. On observe cependant que, dans les faits, ces politiques se heurtent aux difficultés inhérentes aux processus longs et complexes de condamnation du harcèlement sexuel.

44A l'inverse au Mexique, même si le harcèlement sexuel continue à être étudié, il reste encore minimisé par l’ensemble des autorités universitaires. Il me semble que contrairement au Royaume-Uni, le harcèlement sexuel à l'Université reste un sujet tabou qui est perçu comme un risque pour l'image des institutions d’enseignement supérieur. Effectivement, en termes comparatifs, il s’agit de deux pays avec des histoires et des   cultures différentes qui font face à un même problème. Le harcèlement sexuel ne se réduit pas à la sphère de l’intime et du privé, mais constitue un problème  public  qui  se  présente  comme  un  phénomène général dans nos sociétés actuelles.

Haut de page

Bibliographie

Armstrong, E. et al. (2008), « Sexual Assault on Campus: A Multilevel, Integrative Approach to Party Rape », in Spade, J. Z. and Valentine, C. G. (Eds.), (2008), The Kaleidoscope of Gender: Prisms, Patterns,  and Possibilities. Etats-Unis: Sage publications.

Barton, S. et  Pretty, G.  (1994),  «  The  Impact  of  Sexual  Harassment Simulations on Women's Thoughts and Feelings », in Sex Roles, Vol. 30, No. 9 et 10, pp. 679-699.

Belausteguigoitia, M. (2010), Informe de actividades 2009, Programa Universitario de Estudios de Género. Mexique, PUEG-UNAM.

Benson, D. et Thomson, G. (1982), « Sexual Harassment on a University Campus: The Confluence of Authority Relations, Sexual Interest and Gender Stratification », in Social Problems, Vol. 29, No. 3, pp. 236-251.

Buquet, A., et al. (2006),  Presencia de mujeres y hombres en la UNAM 2006: una radiografía. Mexique, UNAM-PUEG.

Burawoy, M. (2004), « The Critical Turn to Public Sociology » in L. Rhonda (ed.),  Enriching  the  Sociological  Imagination: How Radical Sociology Changed the Discipline. New York, Brill, pp. 309-322.

Cámara de Diputados del H. Congreso de la Unión (2006), Ley General para la Igualdad entre Mujeres y Hombres. Mexique, Diario Oficial de la Federación ;  DOF 14-11-2013.

__________(2007), Ley General de Acceso a las Mujeres a una Vida Libre de Violencia. Mexique, Diario Oficial de la Federación ;  DOF 15-01-2013.

Carr, P.L.  et al. (2000),  « Faculty  Perceptions  of  Gender  Discrimination and Sexuel Harassment in Academic Medicine », in Annals of Internal Medicine, Vol. 132, No. 11, pp. 889-896.

Charkow, W.and Nelson, E. (2000), « Relationship Dependency, Dating Violence, and Scripts of Female College Students », in Journal of College Counseling, Vol. 3, No. 1, pp. 12-17.

De Souza, E. et Fansler, A. G. (2003), « Contrapower Sexual Harassment: A Survey of Students and Faculty Members », Sex Roles, Vol. 48, Nos. 11 and 12, pp. 529-542.

Gómez, J. et al.  (2006),  Metodología comunicativa crítica. Barcelone, El Roure.

Instituto de la Mujer (2000), La violencia contra las mujeres. Resultados de la macroencuesta. Espagne.

Instituto Politécnico Nacional  (2013),Programa de Prevención Atención y Sanción para Erradicar el Acoso y Hostigamiento en los Ámbitos Laboral y Escolar del IPN. Mexique.

Mendoza, M. (2011), Prévention de la violence de genre dans les   universités.  Caractéristiques  des  bonnes    pratiques dialogiques.  Thèse  doctorale.  Espagne, Université de Barcelone.

National Union for Students (2010), Hidden Marks. A study of women students’  experiences  of  harassment,  stalking, violence and sexual assault. London, NUS.

Oliver, E. et Valls, R. (2004),  Violencia  de  género,  investigaciones sobre quiénes, por qué y cómo superarla. Barcelone, El Roure.

ONU (1994). Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Résolution adoptée par l’Assemblée Générale 20-12-1993 (Doc. G.A. Res. 48/104).

PUEG-UNAM (2009), Declaratoria de la Reunión Nacional de Universidades Públicas: Caminos para la Equidad de  Género  en  las  Instituciones  de  Educación  Superior. Mexique.

__________,  Presencia de mujeres y hombres en la UNAM: una radiografía. Mexique.

Rankin, S. (2009), conférence « La Prevenció de la violencia de gènere com a indicador de qualitat a Harvard i a les postres  universitats »,  Journée  d’étude  sur  les ‘Actuaciones de  éxito  en  la  prevención  de  la  violencia de género en las universidades’, Université de Barcelone.

University of Manchester, (2012), Dignity at Work and Study Procedure for Staff.

Valls, R. et al. (2006-2008), Projet Violence de genre dans les universités espagnoles, Plan Nacional de I+D 2004-2007. Madrid, Instituto de la Mujer.

__________,(2008),  Guía  de  Prevención  y  Atención de la Violencia de género en las universidades. Ministerio de Igualdad, Plan  Nacional  I+D  (2004-2007).  Madrid, Instituto de la Mujer.

Haut de page

Notes

1  ONU (1994). Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Résolution adoptée par l’Assemblée Générale 20-12-1993 (Doc. G.A. Res. 48/104), article 2, paragraphe b. Disponible sur : www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/48/104 [date de consultation 04/09/2013].

2  Coordonné par le Centre spécial de recherches en théories et pratiques pour surmonter les inégalités sociales (CREA) de l’Université de Barcelone.

3  Le projet «Violence de genre dans les universités espagnoles » reprend aussi la définition donnée par l’Institut de la Femme en Espagne, qui conçoit six types de violence : physique,  sexuelle, psychologique, économique, structurelle et spirituelle. Le projet se centre sur l’identification des trois premiers. Voir Instituto de la Mujer (2000), La violencia contra las mujeres. Resultados de la macroencuesta. Espagne.

4  Cf. E. Armstrong, et al. (2008), S. Barton et G. Pretty (1994), D. Benson et G. Thomson (1982), P.L. Carr, et al. (2000), W. Charkow et E. Nelson (2000), E. De Souza et A. G. Fansler (2003).

5  E. Oliver et R. Valls (2004). Violencia de género, investigaciones sobre quiénes, por qué y cómo superarla, Barcelone, El Roure, p. 59.

6  Six universités ont été analysées : Barcelone, Séville, Pays Basque,  Valladolid, Castelló et Murcie. Voir R. Valls, et al. (2006-2008), « Violence de genre dans les universités espagnoles », Plan Nacional de I+D 2004-2007, Madrid, Instituto de la Mujer.

7  R. Valls, et al. (2008), Guía de Prevención y Atención de la Violencia de género en las universidades. Madrid, Instituto de la Mujer. Ministerio de Igualdad, Plan Nacional I+D (2004-2007).

8   Thèse soutenue à l’Université de Barcelone, 2011. Disponible sur : http://www.tdx.cat/handle/10803/31791

9  Cf. J. Gómez, et al. (2006), Metodología comunicativa crítica. Barcelone, El Roure.

10 Cf.M. Burawoy, (2004), « The Critical Turn to Public Sociology » dans L. Rhonda, (ed.) Enriching the Sociological Imagination: How Radical        Sociology Changed the Discipline. New York, Brill, pp. 309-322.

11  « Harassment is unwanted conduct which may create the effect (intentionally or unintentionally) of  violating  a  person’s  dignity  or  creating an  intimidating, hostile, degrading, humiliating or offensive environment which interferes with an individual’s learning, working or social environment or induces stress, anxiety or sickness  on the part  of the harassed person ». University of Manchester, (2012) Dignity at Work and Study Procedure for Staff, p 4. Disponible sur :

http://www.staffnet.manchester.ac.uk/services/equality-and-diversity/policies-and-guidance/dignity-at-work-and-study/[date de consultation 04/09/2013].

12  « Unwanted physical conduct or ‘horseplay’, including touching, pinching, pushing, grabbing, brushing past someone, invading their personal space, and more serious forms of physical or sexual assault ». University of Manchester, (2012) Dignity at Work … , Ibidem.

13  « Unwelcome sexual advances or suggestive behaviour (which the harasser may perceive as harmless), and suggestions that sexual favours may further a career or that a refusal may hinder it », Idem.

14  « Sending or displaying material that is pornographic or that some people may find offensive (including e-mails, text messages, video clips and images sent by mobile phone or posted on the internet) », Idem.

15  « Sexist  jokes, or derogatory or stereotypical remarks about a particular group or gender », Idem.

16  En espagnol : Defensoría de los Derechos Universitarios (DDU).

17  Cf. Ley General de Acceso a las Mujeres a una Vida Libre de Violencia (2007) et Ley General para la Igualdad entre Mujeres y Hombres (2006), Mexique.

18  Selon l’étude  Presencia de mujeres y hombres en la UNAM: una radiografía (2011) réalisée par le PUEG, la population totale de l’université en 2009 était de347.975personnes : 34.512membres du personnel académique, 30.265 membres du personnel administratif, et 283.198 étudiants.

19  National Union for Students, (2010), Hidden Marks. A study of women students’ experiences of harassment, stalking, violence and sexual assault, London, NUS.

20  Le premier antécédent légal est la Sex Discrimination Act de 1975.

21  Campaña de la COPAEAH (Comisión de Prevención, Atención y Erradicación del Acoso y Hostigamiento).

22  Instituto Politécnico Nacional  (2013),Programa de Prevención Atención y Sanción para Erradicar el Acoso y Hostigamiento en los Ámbitos Laboral y Escolar del IPN, Disponible sur :

http://www.denunciasegura.ipn.mx/Paginas/Inicio.aspx [date de consultation 04/09/2013].

23  Il s’agit du Programme Institutionnel de Démarches avec Perspective de Genre mis en marche depuis 2008. A l’UNAM, néanmoins, il n'existe pas de protocole institutionnel. Les cas de harcèlement sexuel sont pris en charge de façon informelle par le Programme Universitaire d’Études de Genre (PUEG), un laboratoire où des chercheuses accueillent des victimes et leur donnent des conseils, de façon bénévole.

24  Selon S. Rankin, responsable du Centre de Prévention et de réponse face aux agressions sexuelles de l’Université de Harvard (Office of Sexual Assault Prevention and Response), les étudiantes qui se sont rendues au centre s’inquiétaient, en particulier, des implications et des conséquences d’un dépôt de plainte. Dans certains cas, elles se désistent parce qu’elles s’inquiètent de la sanction ou du « châtiment » que l’institution va imposer à l’agresseur. Extrait de la conférence« La Prevenció de la violencia de gènere com a  indicador de qualitat a Harvard i a les postres universitats », 19 novembre 2009, Journée d’étude sur les ‘Actuaciones de éxito en la prevención de la violencia de género en las universidades’, Université de Barcelone.

25  M. Belausteguigoitia, (2010). Informe de actividades 2009, Programa Universitario de Estudios de Género, « propiciar un cambio cultural en el interior de la comunidad universitaria de la UNAM para que contribuya a mediano plazo a modificar el imaginario colectivo y a transformar positivamente las relaciones entre hombres y mujeres », p. 58.

26  Cf. Buquet, A., et al. (2006),  Presencia de mujeres y hombres en la UNAM 2006: una radiografía. Mexique, UNAM-PUEG. Et PUEG-UNAM, (2009),  Presencia de mujeres y hombres en la UNAM: una radiografía.

27  Cf. PUEG (2009). Declaratoria de la Reunión Nacional de Universidades Públicas: Caminos para la Equidad de Género en las Instituciones de Educación Superior. Mexique. Disponible en:

www.pueg.unam.mx/images/pdf/DocEquidad/PUEG_Declaratoria_Final%201.pdf[date de consultation 04/09/2013].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlen Mendoza-Morteo, « Le harcèlement sexuel dans les universités au Royaume-Uni et au Mexique  », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/718

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org