Navigation – Plan du site

Du rapport entre le harcèlement et l’hégémonie intellectuelle

Discours de l’ancien président de l’Université Paris Diderot- Paris 7
Vincent Berger
Référence(s) :

Berger, Vincent., Du rapport entre le harcèlement et l’hégémonie intellectuelle

Texte intégral

1Mesdames, Messieurs,

2Chers collègues,

3Je suis très heureux que mon tout dernier discours ici à la Présidence de Paris Diderot – la fin même de cette intervention sera l’occasion pour moi de prononcer mes derniers mots de Président – le soit sur le thème des relations entre les hommes et les femmes à l’Université.

4Vous êtes ici dans  un  lieu  universitaire  engagé  sur  la  thématique de l’égalité entre les femmes et les hommes.

5Le harcèlement entre personnels me semble  un  problème  relativement  analogue  à  celui  du  harcèlement  dans   une  administration ou dans une entreprise. Je voudrais citer ici le travail de Sophie Lhenry, sociologue qui travaille dans le cadre du PEFH, et qui a enquêté sur le harcèlement sexuel dans notre université et chez les personnels, et qui a permis de lever le voile sur les pratiques qui existent chez nous, qu’il s’agisse de blagues sexistes, de commentaires sur l’apparence des femmes ou sur leur physique, ou même de rumeurs : elle montre que l’Université n’est – évidemment – pas plus exemptée que le reste  de   la  société  des  problèmes  de  stéréotypes  ou  de  harcèlement sexuel. Une loi a récemment permis d’avancer dans le domaine du harcèlement sexuel en général sous l’impulsion de notre  ministre  Najat  Vallaud-Belkacem  et donc je n’en parlerai pas davantage.

6Le problème qui me semble plus spécifique à l’Université – et sans doute du coup le plus important aussi,  puisque nous devons le prendre à bras-le-corps, la solution ne viendra pas de l’extérieur –, le problème le plus spécifique, disais-je, c’est le harcèlement sexuel entre professeur et étudiante ou étudiant – même si je ne blesserais pas les partisans de l’écriture épicène en disant que le harcèlement sexuel touche surtout des victimes femmes et beaucoup moins de victimes hommes.

7Il y a un problème spécifique dans la relation étudiant.e/professeur  –  je dis professeur au  sens large évidemment, je n’exclue pas les maîtres de conférences – problème spécifique qui nécessite un travail spécifique : tout d’abord un travail de mise à jour, je dirais d’inventaire, ensuite un travail de recherche – mais le travail d’inventaire est peut-être déjà un travail de recherche complexe –,  et enfin  un travail politique tourné vers l’action.

8C’est un sujet important.

9C’est un sujet intéressant – vous trouverez peut être ce terme violent : « intéressant » – mais je reviendrai là-dessus à la fin de mon discours. C’est un sujet intéressant.

10Pourquoi le harcèlement sexuel entre prof et étudiant nous semble-t-il spécifique ? Commençons par rappeler ce qu’il y a de spécifique dans la relation entre l’étudiant.e et le ou  la professeur.e.

11Tout d’abord, il s’agit bien souvent d’une relation individuelle – je pense aux mémoires de masters ou aux thèses. Un face à face. Un huis clos. D’emblée, les conditions d’une intimité sont créées  par l’univers intellectuel. Même si le harcèlement ne se réduit sans doute pas aux étudiants de master ou de doctorat, ces dernières situations nous paraissent plus propices au harcèlement.

12Ensuite, à cette intimité s’ajoutent les conditions psychiques d’une emprise intellectuelle.  L’étudiant ne demande qu’à apprendre, le professeur a une expérience considérable, évidemment, il est le sachant. Cela le met en situation d’ « hégémonie intellectuelle ». Je dirais, pour reprendre à mon compte le concept d’ « hégémonie culturelle » de Gramsci, en situation d’ « hégémonie intellectuelle » totale. A l’inverse, l’étudiant est en situation de création intellectuelle, son travail est tout entier consacré à la recherche, au déplacement de la frontière du savoir, à la réponse à ce manque de connaissance qui nous habite, nous autres universitaires. Et donc, dans les deux sens, parce que le professeur est un maître, et parce que l’étudiant est un créatif, une créative, le risque d’emprise intellectuelle est plus élevé que dans une relation professionnelle normale. Que l’on me comprenne bien ici : je ne cherche pas un instant à créer des circonstances atténuantes à quelque comportement que ce soit. Mais simplement à bien mettre à jour le fait que le duo étudiant/professeur est un duo à risque, c’est sa spécificité et il faut donc être particulièrement vigilant. Ignorer tout cela serait faire fausse route.

13Enfin, il y a une extraordinaire dépendance  de  l’étudiant  vis-à-vis de son professeur, une relation de pouvoir très forte en fait, le directeur de thèse par exemple ayant une énorme  responsabilité pour la suite de la carrière (bourses, jury de thèse, poste de maitre de  conférence  ou  d’ATER,  etc.).  Cette  dépendance  peut  durer  après la thèse, jusqu’au début de la carrière, voire plus tard, ce  qui  pose encore davantage  de problèmes… On touche là à la très grande précarité de l’étudiant par rapport à son professeur. On a donc là  une  autre  caractéristique.

14Pour prévenir le harcèlement sexuel, certains sont tentés de proposer des mesures radicales qui permettraient de le combattre : par exemple décréter que toute relation d’ordre affectif ou sexuel entre étudiant-étudiante et professeur serait une faute professionnelle grave. De toute évidence, une telle disposition aurait comme conséquence de créer une inhibition, pour ne pas dire un tabou, qui permettrait d’instituer une  distance  entre étudiant et professeur  et  donc  –  peut-être – de raréfier la réalisation du harcèlement sexuel.  

15Pourquoi ne prend-on pas, là, maintenant, une telle mesure ? Parce qu’il existe aussi des histoires consenties, qui ne sont pas de l’ordre du harcèlement. On en connait tous. On est donc fortement gêné à l’idée de la prohibition totale et donc, cette idée là – celle de qualifier de faute grave la relation entre un étudiant et un enseignant – ne passe  pas facilement, ici et maintenant, en France. Ce sera peut être différent demain. Aujourd’hui, c’est comme ça. Il faut simplement garder cet élément de contexte culturel, politique, à l’esprit.

16Néanmoins, la situation est sans doute beaucoup plus complexe qu’il peut sembler au premier abord. En effet, même dans le cas de la relation « consentie » dont je parlais à l’instant, toute la question du consentement se pose ou se repose. Nous avons eu la chance ici même à Paris Diderot de suivre un cycle de conférences de Judith Butler sur le thème du consentement. Le sujet du consentement est d’ailleurs un thème très actuel de la philosophie. Je vous renvoie  par exemple aux travaux de Michela Marzano dans Sorbonne Paris Cité sur le sujet. Peut-on parler de consentement lorsque l’on est dans une situation contrainte ? C’est un argumentaire que l’on connaît bien dans le contexte des débats sur la prostitution. Pour une personne qui réclame la liberté individuelle de disposer de son corps comme elle le souhaite, ou comme elle semble le souhaiter, que signifie ce souhait ou ce consentement si la   personne   est économiquement fragile, ou psychologiquement fragile, ou universitairement fragile ? La  frontière entre la  relation consentie et le harcèlement est donc trouble, complexe.

17Mais revenons à l’action. Si la possibilité d’une prohibition totale n’est pas possible, que faut-il faire, quelle action ?

18Sortir du face à face : dans le cas des thèses, mettre en place des soutenances à mi-parcours ; dans le cas des mémoires de master ou de thèse, encourager les co-encadrements. Il faut multiplier les dispositions qui élargissent le périmètre d’interaction de l’étudiant,   l’étudiante dans un milieu professionnel large – le laboratoire.

19Le dépaysement des procédures disciplinaires s’impose : je l’ai proposé à la CPU, l’idée a avancé depuis, il ne faut pas lâcher là-dessus : un conseil disciplinaire dans une université n’est pas un lieu adapté pour traiter un problème local. Que la loi, en vertu du principe  d’indépendance, permette aux universités de sanctionner elles-mêmes disciplinairement ses professeurs, d’accord, mais dans le cas du harcèlement sexuel, les tabous, les dénis, le poids des connaissances locales, voire les intérêts, etc., sont tels que l’instance locale n’est pas adaptée.

20Peut-être cela surprendra ou cela décevra que je dise cela, mais je crois qu’il faut définir ce  que  l’on  entend  précisément par  harcèlement  sexuel  dans le contexte d’un mémoire de maîtrise ou d’un travail de doctorat. Cette définition doit se faire en toute connaissance de la spécificité universitaire. Pourquoi ce besoin ? Je suis très pragmatique. Je me rends compte que les différents enseignants-chercheurs ne sont pas tellement au fait de ce qui est souhaitable – ou pas – dans l’interaction avec les étudiants. Je donne un exemple : est-ce qu’il est légitime, pour un professeur, d’inviter une étudiante au café pour discuter de l’avancement des travaux ? Un café est un endroit public, certes, mais  ce n’est  pas  un  environnement professionnel et la représentation que l’on a du lieu « café » est plutôt celle d’un lieu de divertissement, voire de plaisir. Et bien, lorsque je pose cette question, je n’obtiens pas la même réponse de la part de mes collègues. Des collègues sincères. Certains me disent : bien sûr que non, on ne doit pas inviter une étudiante dans un café, ça ne se fait pas, un café est un lieu connoté, etc. ; d’autres me disent que dans la mesure où ils n’ont pas pour beaucoup de  bureau  à  l’université,  ils n’ont  pas  d’autres  solutions de toutes façons et qu’un café étant un lieu public, ils ne comprennent même pas le problème. Donc, de toute évidence il y a un besoin de clarification. Besoin de clarification du cadre de la relation étudiant/enseignant, d’autant plus que la relation entre les personnels n’est pas complètement claire non plus, puisque la même question (rendez- vous au café, dîner, etc.) se pose également pour les  personnels entre eux et que  les  personnels ne donnent pas tous la même réponse sur le sujet (voire l’enquête de Sophie Lhenry sur le sujet, enquête dont je parlais plus haut). Je l’ai dit à la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Il faut définir clairement ce qui relève du bon     comportement du directeur de thèse – ou de la directrice – à l’égard de son étudiant.e et l’expliquer simplement, communiquer largement là-dessus auprès de tous les enseignants      chercheurs et les  chercheurs de ce pays. Ce type de clarification et de référentiel permettront sans doute aussi de mieux s’y retrouver dans des situations de « parole contre parole »  trop souvent inextricables.

21Il faut créer les conditions de la libération de la parole. Trouver des lieux de confiance, des conditions d’accueil de la parole, qui sont encore des conditions spécifiques, et sans doute insuffisantes à l’université.

22Enfin, dernier point. Il faudrait, je pense, que les hommes soient davantage impliqués dans la réflexion, même si vous trouverez peut être surprenant de terminer ce discours en parlant des hommes, surtout devant cet auditoire. Que les hommes soient davantage impliqués  aiderait peut-être à débloquer certaines choses. C’est pour cela que je vous disais tout à l’heure que c’est un sujet intéressant et pas seulement un sujet de militantisme. Parce que c’est aussi une façon d’impliquer davantage d’acteurs. Les sujets de l’égalité entre les femmes et les hommes sont un sujet intéressant pour l’économiste, pour le sociologue du travail, pour le philosophe, pour le médecin, en plus d’être un sujet d’indignation, de révolte ou de militantisme.

23Les raisons pour lesquelles des hommes peuvent s’impliquer dans l’égalité entre les femmes et les hommes sont multiples. Mais qu’il prenne sa source dans des histoires  individuelles particulières, des expériences parfois exceptionnellement douloureuses –connues ou parfois vécues –, ou dans des prises de conscience d’ordre éthique, politique ou social, l’engagement des hommes dans le champ de l’égalité, de la liberté et du respect des femmes vous sera, je le pense, toujours précieux.
Je vous remercie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Berger, « Du rapport entre le harcèlement et l’hégémonie intellectuelle », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/713

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org