Navigation – Plan du site

Introduction : Harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur

Quand l’impunité et la pédagogie font mauvais ménage
Azadeh Kian
Référence(s) :

Kian, Azadeh., Introduction : Harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur : Quand l’impunité et la pédagogie font mauvais ménage

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est issu d’une journée d’études sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur, que le CEDREF a organisée le 11 octobre 2013 à l’Université Paris 7-Diderot (le comité d’organisation était composé d’Azadeh Kian, Lucia Direnberger et Jules Falquet) avec le soutien du Pôle  Égalité Femme-Homme de l’Université (PEFH). La        présence d’Anne Kupiec (responsable du PEFH), de Rachida Lemmaghti et de Sophie  Lhenry (chargées de mission), celle  de  la  présidence de l’université, témoigne de l’intérêt de l’Université Paris 7-Diderot pour cette problématique.  Agnès Netter, cheffe de la MIssion de la PAarité et de la lutte contre les Discriminations (MIPADI), a expliqué le plan d’action pour l’égalité femmes-hommes du ministère de 'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), qu’elle représentait, et l’engagement  du ministère, depuis 2012, pour  mener une  enquête et une campagned'information à destination de l'enseignement supérieur et de la recherche.

2Vincent Berger, qui a réservé à cette journée son dernier discours de Président de  l’Université   Paris 7-Diderot, a souligné le problème du harcèlement sexuel entre professeur  et étudiant-e, précisant toutefois que la frontière entre la relation consentie et le harcèlement est complexe. Il a plaidé pour une instance disciplinaire extérieure à l’Université, une implication plus importante des hommes dans la réflexion, et la création de conditions favorables à la libération de la parole.

3L’objectif de cette journée, qui s’inscrit dans les préoccupations de longue date du CEDREF et dans  l’intérêt très ancien de l’Université Paris 7-Diderot pour l’égalité femmes-hommes était triple :

4Faire connaître et fomenter les recherches sur l’ampleur et la complexité du harcèlement  sexuel dans l’enseignement supérieur ;

5Faire connaître, développer et mettre en réseau les structures institutionnelles, associatives et militantes qui s’attachent à le combattre ;

6Faire connaître et développer les actions entreprises et les « bonnes pratiques » en la matière.

7La matinée fut consacrée à un état des connaissances et à la réflexion théorique sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur, avec la présentation de différentes recherches quantitatives et qualitatives, au plan local, national et international.

8L’après-midi a permis d’avancer vers des solutions : il s’agissait de faire connaître les structures (antennes universitaires, associations étudiantes, syndicats) et les outils existant, afin de multiplier les  « bonnes pratiques »  par une  mise en réseau des différent-e-s actrices et acteurs concerné-e-s.

9Touchant aussi bien les étudiant-e-s que les différentes catégories de personnels, des plus précaires aux plus stables, le harcèlement sexuel est loin de se confondre avec des blagues dites potaches ou d’anodins rapports de séduction. Il repose sur des rapports de pouvoirs inégaux de sexe, de classe, de race, de nationalité, de génération, de statut  professionnel, etc., qui peuvent rendre plus vulnérables certains groupes au sein de l’Université : les étudiantes, les précaires dans l’enseignement et la recherche, le personnel d’entretien, les étudiant-e-s Erasmus, les doctorant-e-s et enseignant-e-s étranger-e-s, usager-e-s racisé-e-s, etc. Or, la  banalisation et l’invisibilisation du harcèlement sexuel instillent, au cœur de la période de formation intellectuelle et professionnelle des nouvelles générations, l’idée de l’impunité de  ces  pratiques.  Pourtant, les  principales recherches  disponibles montrent qu’en entravant les études puis/ou la vie professionnelle des personnes qui en font l’objet, il s’agit d’une véritable violence et d’une discrimination.

10Les recherches, menées en France grâce aux associations et à l’ENVEFF (l'Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France), révèlent que les formes de violences sont multiples. Les violences physiques, comme le soulignent Sylvie Cromer et Cristelle Hamel, sont plus rares dans le contexte du travail et des études, comparativement à la sphère familiale. Elles  rappellent que, dans un établissement d’enseignement supérieur où  des personnes aux statuts et aux fonctions très hétérogènes travaillent et étudient, les relations hiérarchiques se conjuguent aux rapports de pouvoir liés à l’autorité, au prestige, aux grades et aux fonctions.  La méthodologie de l’enquête VIRAGE (Violence et Rapports de Genre) et le dispositif VIRAGE-Université permettent, dans le contexte académique, d’augmenter  considérablement  l’effectif  de  la  population étudiante sur lequel porte l’enquête et d’opérer une distinction plus grande des types de faits enregistrés, et d’inclure également la population  masculine  afin de  repérer  des  situations de violences physiques commises par des groupes de jeunes hommes sur d’autres jeunes hommes.

11Analysantles résultats d’une enquête qualitative réalisée dans cinq universités au Royaume-Uni et une au Mexique, Marlen Mendoza-Morteo souligne la difficulté de la délimitation du champ du harcèlement sexuel du fait de la diversité des lois et des réglementations dans les deux pays étudiés.L’enquête a révélé que le harcèlement sexuel existe dans toutes les universités, qu’il touche les étudiantes, les enseignantes et le personnel universitaire et qu’il s’agit d’une réalité difficile à détecter et à dénoncer d’autant qu’une impunité est souvent accordée institutionnellement aux  professeurs ayant une longue carrière universitaire.  La création d’espaces de discussions préliminaires, la communication,avec tous les membres de la communauté universitaire, sont susceptibles d’assurer le bon fonctionnement de la politique contre le harcèlement sexuel dans les universités.

12Un Collectif d’une grande ville du Sud-Ouest de la France expose des cas de harcèlement sexuel d’étudiantes et de personnel féminin par un professeur d’une grande école et les agissements sexistes et anti-féministes d’un certain nombre d’étudiants, présumés être de cette même grande école, se qualifiant de « masculinistes ». Le Collectif dénonce le harcèlement sexuel et les violences sexistes, lesbophobes et homophobes au sein de cette institution destinée à former les futurs cadres de l'État. Il critique et analyse l’approche « patriarcale » de la direction de la grande école et ce qu’il qualifie de « stratégie politique de judiciarisation » et « d'action bâillon », l’ensemble se déroulant dans un contexte d’impunité.

  • 1  Le CLASCHES (http://clasches.fr/) a publié en 2014 un guide réalisé avec le soutien de la MIPADI ( (...)

13Le  CLASCHES  (Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement sexuel dans l'Enseignement  Supérieur) dénonce depuis 2002, date de sa création par des doctorant-e-s en sciences sociales, l'impunité et le tabou autour du harcèlement sexuel à l'Université.  L’association a aussi alerté les responsables politiques et administratifs de l’enseignement supérieur et de la recherche sur l’urgence de réformes et d’actions politiques concernant la prévention et la sanction du harcèlement sexuel. Pour l’association, une nouvelle législation, adoptée en 2012, et une  campagne  ministérielle intitulée "Harcèlement sexuel : désormais la loi vous protège" constituent  une certaine avancée. Pourtant les pratiques peinent à changer et les affaires sont encore trop souvent étouffées par les institutions de l’enseignement supérieur soucieuses de leur “réputation”. Afin de  mesurer l’ampleur du harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur, le CLASCHES proposeune étude nationale ainsi que le lancement d’une campagne nationale de sensibilisation dans tous les établissements.1

14Jérôme Valluy expose  des  propositions  pour la mesure disciplinaire et  suggère que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche  assure,  indépendamment  des  juridictions concernées, un suivi analytique et statistique des décisions de première instance, décisions d'appel et décisions de cassation en matière de harcèlement sexuel et publie un rapport annuel sur le sujet comprenant en annexe le recueil complet des décisions sous couvert d’anonymat.

15Nous tenons à remercier l’ensemble  des intervenant-e-s et auteur-e-s qui, grâce à leurs analyses, témoignages, éclairages et propositions, ont contribué à une meilleure connaissance du harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche et à une mise en réseau des différent-e-s actrices et acteurs concerné-e-s.

Haut de page

Notes

1  Le CLASCHES (http://clasches.fr/) a publié en 2014 un guide réalisé avec le soutien de la MIPADI (Mission Parité et lutte contre les Discriminations) du ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche ainsi que de l’ANEF (Association Nationale des Études Féministes). Il s’intitule  Le harcèlement sexuel, guide pratique pour s'informer et se défendre dans l'enseignement  supérieur et la recherche. ISBN : 978-2-9547153

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azadeh Kian, « Introduction : Harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://cedref.revues.org/710

Haut de page

Auteur

Azadeh Kian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org