Navigation – Plan du site
Point de vue politique

La représentation politique des Québécoises

Du champ scolaire à l’action du mouvement des femmes
Chantal Maillé
p. 127-140

Texte intégral

Petit préambule

1J'enseigne les Women's Studies dans un département où il est devenu tabou de mettre au centre de son enseignement des textes et ouvrages écrits par des femmes considérées comme privilégiées. Par exemple, un ouvrage écrit selon le point de vue d'une québécoise blanche et hétérosexuelle ne vaut pas très cher dans cette échelle ou l'identité des individus est appréhendée à l'intérieur de boites pour la plupart binaires: blanche ou femme de couleur, hétérosexuelle ou lesbienne, working class ou middle class, ce dernier terme étant flou et son utilisation, élastique à l'infini. Les questions touchant aux femmes et à la politique ne sont tout simplement pas enseignées dans mon département parce que l'on considère qu'il s'agit là de préoccupations de femmes privilégiées. De la même façon, tout intérêt pour quelque chose qui est trop blanc est suspect. Le mouvement des femmes, particulièrement celui des Québécoises francophones, est décrié comme un haut lieu de racisme des femmes blanches à l'endroit des femmes de couleur. Au matérialisme du féminisme radical mis de l'avant par leurs mères, les jeunes féministes opposent la spiritualité et les valeurs non-matérielles. Au slogan « le privé est politique », on préfère celui du « politique dans le privé ». Le contrôle de son petit environnement personnel est vu comme un acte politique tout aussi subversif que les actions de nature plus collectives qui ont longtemps été la marque de commerce des luttes féministes.

2Lorsque j'enseigne, je dois commencer chacun de mes cours en faisant référence à mes « personnal narratives » et dire à partir de quelle perspective je situe mon intervention. Cette pratique discursive obligée, qui s'apparente aux confessions pratiquées dans les groupes de gauche d'une certaine époque, s'inscrit à l'intérieur du courant de la politique identitaire, où la subjectivité du sujet et les particularités de son expérience doivent être clairement énoncées comme toile de fond de toute prise de position. En corollaire, le « je » vient remplacer  ce « nous » on ne peut plus suspect pratiqué dans un féminisme  de type beauvoirien, lequel postulait une expérience universelle, transhistorique et transculturelle de l'oppression des femmes. Si l'exercice de la parole féministe dans un tel contexte relève de la haute voltige, j'en retiens néanmoins la subjectivité réclamée comme arme politique pour continuer les luttes.

Questionnement de départ

  • 1 Pour un exposé détaillé de cette queston se référer à: Chantal Maillé, « Challenges to Representati (...)

3Après la seconde vague du mouvement féministe, comment peut-on qualifier la représentation politique des femmes dans le contexte de la société québécoise? Alors que la démocratie représentative fait l'objet d'une remise en question radicale au sein des sociétés occidentales, un nouveau discours féministe participe à la déconstruction du concept de représentation. Est-ce que la participation des femmes à la politique formelle est factice? Sert-elle seulement à conférer aux institutions comme les élections et les parlements une légitimité, celle de représenter tous les groupes de la société, alors qu'en fait on pourrait croire qu'elle sur-représente les groupes dominants et empêche la représentation équitable des groupes désavantagés?1 Est-ce qu'un projet politique féministe peut être compris à l'intérieur des institutions existantes ou suppose-t-il de revoir ces institutions, de les abolir pour en faire surgir de nouvelles? Cette question, maintes fois posée par les féministes depuis trente ans n'a pas trouvé de réponse qui fasse consensus. Je défendrai dans le cadre de ce texte que les structures politiques existantes représentent des lieux de pouvoir stratégiques que les féministes doivent cibler pour permettre aux luttes des femmes d'aller de l'avant.

Quelques remarques sur les limites du champ politique et l'idée de représentation

4Je veux d'abord me pencher sur le sens que je prête au champ du politique. Quand on parle de représentation politique des femmes, il y a bien davantage à observer que la seule réalité des femmes élues en politique. Convient-il d'inclure dans le terme politique tous les niveaux d'activité sociale et les combats plus obscurs menés sur le terrain de la vie privée? Est-il possible de tracer une ligne permettant de départager aisément ce qui est politique de ce qui ne l'est pas? Dans la perspective d'une vision féministe de la participation politique des femmes, j'inclus à la fois leur engagement dans les structures formelles d'activité politique et leur participation à des activités telles que action communautaire, engagement dans des groupes de pression et organisations bénévoles.

5Le concept de représentation apparaît à plusieurs égards antinomiques avec certains principes du féminisme. L'idée de représentation suggère au départ une délégation de pouvoir envers une personne et une concentration de pouvoir qui peut sembler difficilement conciliable avec le féminisme. Le problème n'est pas strictement un problème de système électoral. La représentation suppose une sorte d'inégalité entre le représentant et le représenté, ainsi que des différences dans les modalités de la participation. L'occident vit aussi le déclin du parlementarisme: les décisions sont de plus en plus concentrées entre les mains d'un pouvoir exécutif très fort, assisté d'une bureaucratie dont le savoir lui confère une part substantielle de pouvoir; malgré ce glissement, les parlementaires continuent de représenter les populations de territoires donnés.

6Dans la foulée du discours déconstructioniste, une autre question se pose: pour représenter, faut-il partager les mêmes caractéristiques, comme le sexe, la couleur ou encore la région d'origine? L'expérience d'une forme spécifique d'oppression, l'oppression raciale, par exemple, confère-t-elle une plus grande capacité à exercer correctement la représentation? Les dominants peuvent-ils représenter les dominés? Il faut répondre non à cette dernière question si l'on veut soutenir qu'une représentation politique des femmes ne peut venir que des femmes elles-mêmes. Il faudra cependant aussi s'objecter à l'idée d'une représentation universelle des femmes par les femmes. La déconstruction des métacatégories permet-elle encore de penser le social comme un tout? Cette impossibilité du social ne vient-il pas faire le jeu des forces de la droite néo-libérale et du nouveau totalitarisme économique?

7Avec le post-moderne, les grands discours de la modernité, l'émancipation de l'humanité vers une fin radieuse, tout cela n'est plus envisageable. Le féminisme vit lui aussi son passage vers le post-moderne: après avoir élaboré une théorie explicative du malaise de la moitié du genre humain et postulé les conditions de la libération de l'humanité, voilà que le féminisme découvre qu'il doit se faire plus modeste. En corollaire à la fin des grandes identités se développe  l'idée de différence. Rejeter les valeurs universalisantes de l'Occident chrétien pour les remplacer par quoi? Par le culte des différences et le fractionnement des identités. Par exemple, l'idée de femme comme concept représentant toutes les femmes n'est plus possible en dehors d'une référence à l'appartenance biologique. On doit enterrer cette femme universelle édifiée par Simone de Beauvoir et qui était si commode pour nos échafaudages théoriques. Mais a-t-on le choix quand tant de femmes rejettent un modèle qui est censé les représenter?

8Il existe une tension évidente entre les intérêts des femmes définis d'abord en tant que genre et les autres aspects identitaires des femmes, soit leur identité sociale, culturelle et individuelle. Malgré cette tension fondamentale, il y a une question qui unit les femmes et sert de point de départ au développement d'une réflexion sur femmes et représentation, et c'est celle de l'exclusion des femmes en tant que groupe social et le besoin de remédier à cette situation.

  • 2 Voir: Tremblay, Manon, Pelletier, Réjean, Que font-elles en politique ?, Ste-Foy : Presses de l'Uni (...)
  • 3 D'amours, Martine, « Entre les élues et les groupes de femmes : le courant passera-t-il ? » in La G (...)

9Au-delà du discours théorique, une évaluation sommaire des modalités de la représentation politique des femmes au sein de la société québécoise nous conduit à développer l'hypothèse que la représentation politique des Québécoises est davantage liée à l'existence d'un mouvement des femmes fort et bien organisé, lequel agit comme courroie de transmission envers les structures traditionnelles de représentation politique, qu'à la présence de femmes élues dans les structures politiques.  C'est le mouvement des femmes davantage que la venue d'une première génération de femmes élues en politique active qui a permis aux femmes de faire des gains significatifs en matière de droits. Les gains juridiques faits au cours des dernières années semblent être attribuables bien davantage aux pressions exercées par le mouvement des femmes à l'extérieur de l'appareil politique qu'aux pressions exercées à l'intérieur des institutions politiques par des parlementaires proches des dossiers de condition féminine. Les femmes élues en politique ont joué un rôle plus que marginal dans l'adoption d'une série de législations demandées par le mouvement des femmes, ne serait-ce que parce que leur pouvoir réel au sein des gouvernements continue d'être faible2. Cependant, l'arrivée récente de féministes ayant milité activement dans des groupes de femmes et se retrouvant élues en politique active ouvre la porte à une nouvelle médiatisation des intérêts portés par le mouvement des femmes3. La représentation politique des femmes est en réorganisation et fait son entrée dans les institutions traditionnelles de la vie politique.

Les Québécoises en politique active : un portrait en chiffres

  • 4 Au Québec, les commissions scolaires sont de véritables entités politiques: les commissaires qui y (...)

10Les données sur le nombre de femmes élues aux différents échelons des institutions démocratiques  constituent de bien piètres indicateurs de la représentation politique des femmes. Néanmoins, ils sont fort révélateurs du niveau d'insertion des femmes dans les structures politiques existantes. Que l'on ait 5% de femmes élues ou encore 60%, voilà des chiffres qui indiquent des tendances plus profondes. Au cours de la seconde moitié du vingtième siècle il y a eu une nette progression des pourcentages de femmes présentes à tous les niveaux d'activité politique formelle et ce, sans qu'il n'existe de système de quotas. Au palier de la politique scolaire4, par exemple, on note que les femmes constituent presque la moitié des élus. Mais les règles qui régissent les institutions politiques et les nouvelles tendances allant vers le fractionnement des identités empêchent la formation d'un front commun qui se poserait comme structure représentative des femmes.

  • 5 Source: En toute équité, Ministère des Affaires municipales, 1994 et Statistiques, Ministère des Af (...)
  • 6  Voir Chantal Maillé, « Women and Political Representation », in J.P. Bickerton, A.G. Gagnon (dir.)(...)

11Dans l'ensemble du Canada, et cela vaut de la même façon pour le Québec, la progression des femmes en politique municipale, principalement dans les grands centres urbains, se fait plus rapidement qu'en politique fédérale et provinciale. En 1995, on comptait 9,3% de mairesses au Québec et 19,0% de conseillères, alors que dix ans auparavant, on avait 2,8% de mairesses et 7,6% de conseillères.5  Plusieurs grandes villes canadiennes, Toronto, Ottawa, Edmonton et  bon nombre de villes québécoises de moyenne envergure sont dirigées par des femmes.  Montréal compte 31% de femmes qui siègent à son conseil municipal6.

12Au niveau du gouvernement provincial, le Québec a 18,4% de femmes élues, ce qui est dans la moyenne supérieure pour l'ensemble des provinces canadiennes. Aux élections fédérales canadiennes de l'automne 1993, 17,9% de femmes ont été élues, alors que l'on comptait 22% de femmes candidates. Donc, si l'on prend les trois plus importants niveaux de gouvernement au Canada, soit le niveau municipal, provincial et fédéral, on peut tirer la conclusion que bien que les candidatures féminines aient fait des avancées significatives, particulièrement au niveau des grandes villes, dans l'ensemble les taux moyens de femmes élues tournent au mieux autour de 20%. Une exception à la règle: les gouvernements scolaires. Au Québec, tout le réseau public d'enseignement primaire et secondaire est régi par des commissions scolaires, entités politico-administratives qui ont le pouvoir de prendre des décisions d'importance concernant les priorités et l'organisation de l'enseignement. Or, fait sans précédent, on retrouve d'incroyables pourcentages de femmes élues au niveau scolaire. En moyenne, les commissions scolaires comptent 43% de femmes commissaires et 31% des commissions scolaires ont une femme à leur tête. Les élections à ce niveau sont publiques, toute personne de plus de 18 ans citoyenne canadienne et domiciliée au Québec depuis plus de six mois peut voter. Peuvent être élues comme commissaires d'une commission scolaire toutes les personnes qui ont le droit d'être inscrites sur la liste électorale de cette circonscription et qui vivent sur le territoire depuis au moins six mois au moment des élections. Les commissaires sont élus pour des mandats de quatre ans et sont rémunérés  plusieurs milliers de dollars par année pour une tâche  dont l'essentiel consiste à assister à des réunions bi-mensuelles .

  • 7 Conseil du Statut de la femme, Femmes et pouvoirs: la révolution tranquille, Gouvernement du Québec (...)

13Au niveau syndical, qu'en est-il de la présence des femmes? Selon une étude publiée par le Conseil du Statut de la femme, organisme chargé de conseiller le gouvernement du Québec en matière de conditions des femmes, les femmes sont encore loin d'occuper les postes décisionnels au sein des grandes centrales syndicales proportionnellement à leur présence parmi la main-d'oeuvre syndiquée; 275 des postes à la direction des quatre grandes centrales syndicales québécoises sont détenus par des femmes. Bien que les femmes soient encore largement sous-représentées dans le milieu syndical, les groupes syndicaux semblent avoir pris conscience du problème. En effet, les comités de condition féminine constituent des éléments dynamiques en faveur du changement de traditions encore bien ancrées. Certaines centrales ont un programme d'accès à l'égalité aux structures syndicales électives7.

La représentation politique des femmes au Québec: le rôle de mouvement des femmes

14Aborder la question de la représentation politique des femmes signifie l'acceptation du principe qu'il est possible de représenter politiquement les intérêts des femmes parce que ces dernières partagent une communauté d'intérêts.  Les femmes, ici comme ailleurs, forment un groupe qui, outre l'appartenance à un sexe biologique commun, possède des caractéristiques hétérogènes quant à d'autres aspects. Qu'ont en commun une bourgeoise d'origine anglo-saxonne, une  francophone vivant sous le seuil de la pauvreté et une  intellectuelle appartenant à une communauté autochtone pour ce qui est de priorités à mettre de l'avant à l'agenda politique? Y a-t-il des convergences possibles pour les femmes? Si la femme universelle n'existe plus, comment penser quelque chose qui serait une forme de représentation politique des femmes? Faudrait-il fractionner les réseaux de représentation?

15En guise de réponse, je dirai qu'au delà des différences, on peut néanmoins présumer de l'existence d'une certaine communauté d'intérêts chez la majorité des femmes; de toute façon, la démocratie ne suppose-t-elle pas que la communauté d'intérêts ne saurait être partagée par tous et toutes mais qu'elle impose la tyrannie de la majorité? Sur la base de l'existence de cette communauté d'intérêts, on peut aussi défendre que les féministes en sont maintenant arrivées à l'étape de développer un projet politique qui leur convienne. Cela suppose de représenter en même temps les intérêts communs des femmes en tant que genre et de permettre l'expression des intérêts divergents des femmes en tant qu'individues appartenant à une multitude de réalités.

16Sans nier les ambiguïtés du discours déconstructioniste, je pose une question qui se situe à l'intérieur des paramètres de la légitimité des institutions politiques existantes: peut-on, à l'heure actuelle, parler d'une représentation qui défende au sein des institutions politiques les intérêts des femmes? Poser une question semblable apparaîtra en contradiction flagrante avec le discours théorique amené en introduction de ce texte. L'auteure plaidera ici que l'idée même de contradiction n'est pas dénuée d'intérêt; par ailleurs, les différents niveaux d'approche d'une même question contiennent certes des tensions non résolues mais génératrices d'un éclatement créateur dans la perspective.

17Au Québec, on constate que les femmes n'ont pas de véritable représentation politique dans les institutions existantes; jusqu'à maintenant ce sont les groupes de femmes davantage que les quelques femmes élues en politique qui ont été les porte-parole des intérêts des femmes auprès des institutions politiques. Parce que le mouvement féministe au Québec est fort et organisé, il a obligé les gouvernements à réagir et à lui concéder des gains dans plusieurs dossiers. Un gouvernement, pour maintenir sa crédibilité face à la population quant à ses capacités de représentation, doit montrer une certaine flexibilité à l'égard des réponses qu'il fournit aux demandes qui lui sont adressées; c'est ainsi que les femmes ont réussi à faire des avancées importantes à l'aide des institutions politiques existantes en Occident. Ces gains sont en grande partie le fruit des pressions exercées sur les instances politiques par les femmes  à l'intérieur du mouvement féministe et par le soutien de l'opinion publique aux actions du mouvement féministe. Chaque victoire obtenue illustre combien le jeu politique, en cette fin du XXe siècle, au Québec et dans bien d'autres endroits est largement influencé par l'organisation des groupes de pression.

18Au premier coup d'oeil, ce qui surprend du mouvement des femmes, au Québec, c'est sa forme tentaculaire très étendue, caractérisée par le contrôle des groupes organisés sur l'agenda politique du féminisme québécois au détriment des autres composantes que sont les intellectuelles, les théoriciennes et les artistes féministes. En corollaire, l'agenda du féminisme québécois est dirigé vers l'Etat, avec des demandes essentiellement matérielles. Évidemment, nous sommes en Amérique du Nord et le mot backlash n'est jamais très loin quand on cherche à sous peser la portée réelle de ce mouvement. backlash dans le discours médiatique et backlash dans le militantisme féministe actif, mais on ne saurait passer sous silence le fait que le mouvement des femmes demeure un interlocuteur de premier plan dans la société québécoise et qu'il joue très activement plusieurs rôles: il informe, il dénonce, il outille, il aide, il demande. Quelle somme colossale de travail est abattue par les groupes de femmes! Au niveau de l'infrastructure, on compte au Québec un certain nombre de groupes de femmes ayant une vocation nationale et pouvant être considérés comme des organismes parapluie. Une autre tendance de fond s'est dessinée au cours des dix dernières années: la mise sur pied de groupes ou d'activités visant expressément à promouvoir la participation active des femmes à toutes les formes de la vie politique. Sont nés des groupes de femmes accomplissant des actions plus étroitement orientées vers l'augmentation de la représentation des femmes en politique ou encore vers l'éducation des femmes à toutes les formes de participation politique. Cette tendance suit d'ailleurs un courant vers la spécialisation des actions entreprises par les groupes de femmes. Des groupes ont organisé des ateliers, des journées d'étude, des colloques et ont publié des guides utiles aux éventuelles candidates et titulaires de fonctions officielles. Par exemple, de l'AFEAS sont nés les Clubs politiques féminins, destinés à promouvoir l'engagement politique des femmes.  Même les organismes gouvernementaux voués à la promotion des dossiers de condition féminine ont été actifs dans le dossier de promotion des femmes en politique. Autre phénomène intéressant, Lise Payette, une ancienne ministre québécoise  ayant occupé entre autres le poste à la condition féminine, s'est recyclée en auteure pour la télévision et a écrit pendant plusieurs années un téléroman quotidien diffusé aux heures de grande écoute qui racontait l'histoire d'une femme de la classe ouvrière devenue mairesse de sa ville.

19Je réitère le constat que le mouvement des femmes, au Québec, a été dans notre histoire récente l'acteur le plus important de la représentation politique des femmes. Il a été l'élément le plus déterminant pour les gains qu'ont faits les femmes au cours des 30 dernières années. Les récents acquis dans les dossiers comme: les sage-femmes, l'avortement, l'équité en emploi, sont davantage le résultat d'actions concertées de la part des groupes féministes que d'actions fructueuses de la part de femmes élues en politique. La plupart des femmes qui ont jusqu'à ce jour été élues en politique n'étaient pas dans une position de pouvoir véritable et qu'il leur était difficile d'agir à titre de porte-parole des intérêts des femmes. L'arrivée de femmes en politique active n'a eu jusqu'à maintenant qu'un impact très relatif sur l'amélioration des droits des femmes. Les résultats positifs obtenus dans l'avancement des dossiers de condition féminine sont davantage le fruit de l'activisme extra-parlementaire de groupes de femmes même si, avec l'arrivée de féministes en politique active, cela est probablement en voie de se réorganiser.

20On ne saurait à ce chapitre passer sous silence l'onde de choc qu'a provoqué l'étoile filante dans le ciel de la politique canadienne qu'a été Kim Campbell. Je pense que l'exemple de la venue de cette femme à la tête du gouvernement national  pour une très courte période, en 1993, donnera à réfléchir aux féministes qui s'intéressent de près aux questions politiques. L'occasion était trop belle: une femme qui se disait ouvertement féministe fait une campagne totalement à droite. Jamais celle-ci ne réussit à se gagner le moindre appui des féministes, même de celles qui défendent l'idée qu'il faut absolument plus de femmes et plus de féministes en politique, au-delà des lignes partisanes. A cause de l'échec de Kim Campbell, il me semble que l'on peut remettre en question le réalisme de mots d'ordre comme « il faut davantage de femmes en politique, à tout prix ». Ca n'a pas fonctionné, les féministes et les femmes sympathiques au féminisme n'ont pas suivi Kim Campbell. Les traditions politiques bien installées ne se transforment que sur une très longue période. Dans un pays qui est traversé par les clivages propres à son histoire, les féministes ont des problèmes à établir clairement un échiquier politique qui leur soit favorable.

En guise de conclusion.

21Pour terminer, je propose de discuter de stratégies possibles pour contrer les résistances à une véritable représentation politique des femmes et de leurs intérêts multiples :

  1. accroître le nombre de féministes qui s'impliquent en politique active;

  2. en arriver à une plus grande efficacité des groupes féministes quant à la poursuite d'objectifs et

  3. amorcer une réflexion sur la réforme des institutions politiques pour les harmoniser avec les exigences d'un projet politique féministe.

22Les groupes féministes ont un rôle important à jouer dans la réalisation de ces objectifs: ils doivent promouvoir chez leurs membres l'idée d'aller en politique. A noter que plusieurs groupes travaillent actuellement en ce sens et offrent des sessions de formation à l'action politique.

  • 8 Femmes en tête, De travail et d'espoir. Des groupes de femmes racontent le féminisme, Montréal, Edi (...)

23Accroître l'efficacité des groupes féministes dans leurs actions de lobbying: puisque ces groupes sont une pièce importante de la représentation politique des femmes, il faut s'activer à conserver ce maillon précieux. Les groupes féministes, pour en arriver à une plus  grande efficacité, doivent faire l'effort de développer un projet politique détaillé dans lequel ils identifieraient leurs priorités politiques et sociales et définiraient un ensemble de grands axes de mobilisation. Il ne s'agit pas de hiérarchiser les revendications des femmes tant que de refaire l'exercice de définir ce que nous voulons comme changements. Afin d'accroître l'efficacité des groupes féministes, il importe également de veiller à renouveler le membership et de s'assurer le soutien de l'opinion publique féminine quant aux objectifs poursuivis. Cela suppose, pour les groupes de femmes, de porter attention à l'information auprès de la population et au recrutement. Le bilan effectué par Femmes en Tête8 auprès des groupes de femmes du Québec en vient à des conclusions semblables: le thème du pouvoir est celui qui retient au premier chef l'attention des groupes. Investir tous les lieux de pouvoir, voilà la grande priorité pour l'an 2000.

  • 9 Voir: Chantal Mouffe, « Feminism, Citizenship and Radical Democratic Politics », in Judith Butler, (...)

24Une dernière stratégie s'inscrit en partie dans la lignée d'un exercice de redéfinition de nos priorités puisqu'il s'agit de réformer les institutions politiques pour les harmoniser avec celles d'un projet politique féministe. Un projet politique féministe signifie-t-il la remise en question ou l'abandon des institutions politiques telles que le parlement et le gouvernement? Il serait intéressant d'en arriver à des institutions politiques plus décentralisées, où la participation de la population se fait plus directement pour la prise de décision. Certaines valeurs politiques, comme la recherche de consensus, la représentation des groupes minoritaires par rapport au pouvoir social, me semblent davantage en harmonie avec une philosophie féministe du pouvoir. Le féminisme comme mouvement d'idées offre plusieurs pistes pour repenser la démocratie représentative, pistes qui méritent que l'on y porte attention. S'il y a une véritable crise de la représentation, des auteures tel Chantal Mouffe, Iris Marion Young et Jill Vickers9 nous suggèrent des voies possibles pour sortir de cette crise.

Haut de page

Notes

1 Pour un exposé détaillé de cette queston se référer à: Chantal Maillé, « Challenges to Representation : Theory and the Women's Movement in Quebec », in Jane Arscott, Linda Trimble (dir.), In the Presence of Women Representation in Canadian Governments, Toronto : Hartcourt Brace, 1996, p.47-63.

2 Voir: Tremblay, Manon, Pelletier, Réjean, Que font-elles en politique ?, Ste-Foy : Presses de l'Université Laval, 1995, chapitre 4, « Les femmes en politique représentent-elles les femmes ? », p.127-166.

3 D'amours, Martine, « Entre les élues et les groupes de femmes : le courant passera-t-il ? » in La Gazette des femmes, revue du Conseil du Statut de la femme, Québec, vol. 16, no.4, 1995, p.15-21.

4 Au Québec, les commissions scolaires sont de véritables entités politiques: les commissaires qui y siègent sont élus au suffrage universel au cours d'élections publiques qui se tiennent une fois tous les quatre ans. Par ailleurs, les commissaires disposent du pouvoir de légiférer sur les principaux dossiers touchant aux questions scolaires. De plus, ils ont la capacité de prélever directement les taxes et de les administrer. Même si la participation de l'électorat aux élections scolaires semble demeurer beaucoup plus faible que la participation aux élections municipales ou provinciales, se situant autour de 20% en moyenne pour le Québec, les commissions scolaires sont des lieux disposant d'un véritable pouvoir de prise de décision. Voir: Chantal Maillé,  « La politique scolaire et les territoires politiques des femmes : points de convergence », in Tremblay, Manon, Andrew, Caroline (dir.), Les femmes et la représentation politique au Canada, Montréal, ( à paraître chez Remue-ménage en 1997).

5 Source: En toute équité, Ministère des Affaires municipales, 1994 et Statistiques, Ministère des Affaires municipales, 1995.

6  Voir Chantal Maillé, « Women and Political Representation », in J.P. Bickerton, A.G. Gagnon (dir.) Canadian Politics, Peterborough : Broadview Press, 1994, p.156-172.

7 Conseil du Statut de la femme, Femmes et pouvoirs: la révolution tranquille, Gouvernement du Québec, 1993

8 Femmes en tête, De travail et d'espoir. Des groupes de femmes racontent le féminisme, Montréal, Editions du remue-ménage, 1990. Ce document présente les résultats d'une vaste enquête menée auprès des groupes de femmes québécois dans le cadre des événements soulignant le 50e anniversaire du droit de vote des Québécoises.

9 Voir: Chantal Mouffe, « Feminism, Citizenship and Radical Democratic Politics », in Judith Butler, Joan Scott (dir.), Feminists Theorize the Political, New York, Routledge, 1992, p.369-384, Iris Marion Young, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 1991, et Jill Vickers, « Toward a Feminist Understanding of Representation », in Jane Arscott, Linda Trimble, In the Presence of Women, op. cit. p.20-46,

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Maillé, « La représentation politique des Québécoises », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 127-140.

Référence électronique

Chantal Maillé, « La représentation politique des Québécoises », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/693

Haut de page

Auteur

Chantal Maillé

Politologue, Institut Simone de Beauvoir, Université Concordia, Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org