Navigation – Plan du site
Point de vue politique

Les féministes : mouvements sociaux et sujet politique

Céli Regina Jardim-Pinto
p. 103-125

Texte intégral

1Les mouvements sociaux tendent à mesurer leur participation politique en termes de conquêtes : par exemple, lors de ses bilans, le mouvement féministe évalue sa pénétration dans la société et dans l'Etat, la présence des femmes dans les partis et dans les charges publiques, les droits acquis, les politiques publiques qui en découlent, etc. Un tel procédé paraît non seulement correct mais cohérent, quel que soit le groupe qui se propose d'entamer une action politique ; le problème surgit cependant lorsque l'évaluation des conquêtes difficiles mène à une vision par étapes de la lutte politique. Dans un pays comme le Brésil, où les problèmes sociaux sont d'une grande ampleur et où les conquêtes sont remportées de haute lutte, la tendance à interpréter chaque conquête comme une étape révolue est d'un grand attrait. Ce type de vision n'est pas une caractéristique exclusive du mouvement féministe, et tend à être présent dans toutes les organisations et manifestations de groupes et dans les mouvements qui luttent dans l'arène politique pour la fin de l'oppression et de l'exclusion.

  • 1  Ce type d'absorption est très proche de ce que Gramsci a appelé le processus de transformisme, pré (...)

2La vision par étapes a un côté pervers : celui de déguiser, sous la forme d'une étape révolue, l'état de l'affrontement entre les forces en présence dans un domaine politique donné ; ceci est particulièrement facile à percevoir lorsqu'un groupe, d'habitude plutôt actif, perd du terrain dans l'arène politique : l'explication du genre « la mobilisation n'est plus nécessaire » est courante, et elle diminue la possibilité d'analyse de l'état des forces en jeu. Ceci est problématique, car c'est très souvent à travers elle que l'on peut percevoir les raisons de la perte de vitesse dont souffre un mouvement donné. On en voit un bon exemple quand un groupe qui domine le terrain politique incorpore à son discours les requêtes du groupe dominé, provoquant la démobilisation de ce dernier. Comme cette incorporation a toujours comme objectif la préservation du groupe au pouvoir, si elle peut d'un côté représenter un gain effectif, de l'autre elle minimise les pertes éventuelles du premier, en tirant son radicalisme des requêtes des dominés1.

  • 2  Cette affirmation trouve son origine dans une enquête que j'ai faite récemment sur les thèmes prés (...)

3Cet article part d'un double point de vue : il reconnaît que les femmes ont fait des conquêtes significatives dans le domaine politique et social au Brésil au cours des dix dernières années, grâce à la force de l'organisation du mouvement féministe ; cependant, il veut souligner que ces avancées n'ont signifié ni une instauration définitive de la question des sexes dans la politique du pays, ni un accroissement de l'identité féministe parmi les femmes. Au contraire, il tend à concorder avec la position selon laquelle les requêtes issues des luttes féministes ont relativement perdu du terrain dans les derniers affrontements politiques, sans que les femmes en général et les militantes féministes en particulier aient gagné du terrain dans le domaine politique2. Il part également de l'assertion que les années 1990 ont connu un déclin d'une identité féministe, identité qui, dans les années 1980, était plus forte.

  • 3  Cet article a été publié dans : Sunstein, Cass. Feminism and Political Theory. Chicago : The Unive (...)

4Partant de cette problématique, ce texte se propose de se pencher sur la relation entre les mouvements sociaux et l'arène politique au sens strict, à partir de deux axes : d'abord en reprenant la question de la possibilité d'un déclin des sujets constitués à l'intérieur des mouvements sociaux ; ensuite en discutant de la solution proposée quant à cette relation dans des sections importantes de la théorie politique féministe de la thèse de la discrimination positive. Pour le propos de ce texte, on analysera la proposition de citoyenneté différenciée défendue par Iris Young dans son article « Polity and Group Difference : A Critique of the Ideal of Universal Citizenship »3.

La question brésilienne : une introduction

  • 4  La Constitution de 1988 a consacré d'importantes conquêtes dans le domaine des droits de la femme. (...)

5Par rapport à la discussion soulevée ci-dessus, le cas brésilien est particulièrement intéressant en raison d'une série de caractéristiques : au cours des dix dernières années, les nouveaux mouvements sociaux en général et le mouvement féministe en particulier ont gagné un terrain considérable dans le programme politique du pays ; en ce qui concerne spécifiquement le programme du mouvement féministe, des conquêtes fondamentales ont été réalisées au cours de cette même période4 ; ces conquêtes, cependant, n'ont pas suivi une croissance par ordre chronologique, c'est-à-dire que dans les années 1980 les thèmes étaient bien plus présents que ce qu'ils ne le sont dans les années 1990, et qu'il serait erroné d'imputer cette situation à la satisfaction des requêtes du mouvement ; les gains du mouvement en termes de politiques publiques et de garanties constitutionnelles ne se sont pas exprimés en augmentation de l'espace dans l'arène politique proprement dite, diminuant ainsi les garanties de maintien de ces conquêtes.

6Si d'un côté les victoires dans le domaine constitutionnel sont incontestables et ouvrent la voie à des gains relativement pérennes, de l'autre la fragilité des femmes dans la conquête de leur espace au sein de l'arène du législatif ou de l'exécutif (c'est-à-dire dans l'espace de l'exercice du pouvoir politique) est alarmante. Voici quelques données significatives : si l'on prend le Parlement Fédéral au cours des cinq dernières législatures, on trouve pour la Chambre des députés les chiffres suivants :

7Présence de la Femme à la Chambre des Députés (1979-1996)

période d'exercice

hommes et femmes

femmes

total en %

1979-82

1983-86

1987-90

1991-94

1995-98

TOTAL

428

479

487

503

513

1660

4

9

26

26

32

97

0,9

1,9

5,3

5,2

6,2

5,8

8Source : A Mulher Brasileira em Dados : Brasil. Flancos, 1993.

9Folha de São Paulo, Supplément Spécial du 31 janvier 1995.

  • 5   A une autre occasion, j'ai discuté en détail du rôle à l'Assemblée Nationale Constituante de ce q (...)

10Les données ci-dessus parlent d'elles-mêmes : même en considérant qu'au cours de la législature de 1987-90 il y a eu une augmentation considérable du nombre de femmes, le total de femmes députés fédéraux représente une participation très peu expressive. Le saut de 87 correspond à un moment particulièrement effervescent de l'exercice de la citoyenneté politique et du militantisme des mouvements sociaux du pays. C'était la première élection sous la présidence d'un civil, et on élisait un Congrès qui est devenu constituant ; en termes de féminisme, les Conseils des Etats étaient en plein travail et le Conseil National de la Condition de la Femme traversait sa phase de grande activité, aussi bien avec les mouvements sociaux qu'avec l'Etat lui-même. La quasi totalité des femmes élues dans cette législature n’a pas eu de plates-formes féministes, pas plus qu'elles n'ont été candidates en raison de leur lien avec le mouvement ; et même ainsi, elles ont été fondamentales dans la constituante et sont devenues les fers de lance du programme féministe au Congrès constituant5.

  • 6  Sénateurs ayant été nommés et non élus comme le veut la nature de leur charge.
  • 7  Il est bon de souligner que la femme sénateur suppléante de Fernando Henrique Cardoso était la soc (...)
  • 8  Les femmes sénateurs élues sont : Marina Silva (PT Acre) ; Benedita da Silva (PT Rio de Janeiro) ; (...)

11Quant au Sénat et aux charges du pouvoir exécutif, la situation ne change pas de façon significative : jusqu'à la législature de 91-94, le Sénat de la République avait compté trois femmes, sachant que lors de la législature 79-82 la femme sénateur avait été désignée par le gouvernement militaire dans le quota des « sénateurs bioniques »6, et que lors de la législature 91-94, une des femmes sénateurs était la suppléante de Fernando Henrique Cardoso, qui deviendra ministre du gouvernement Itamar Franco7. Dans la législature actuelle (95-98), le nombre de femmes sénateurs a connu une importante augmentation relative, puisqu'il est passé à 4 représentantes8. En ce qui concerne les charges exécutives, la faible présence de la femme est encore plus marquée. Jusqu'en 1992, les données montrent que les femmes ont représenté au maximum 2,4% des maires brésiliens (1988-1992). Et jusqu'en 1994, il n'y avait jamais eu une seule femme gouverneur d'Etat, la première étant Roseana Sarney, élue cette année dans le Maranhão, grâce à l'influence politique de son père, l'ex-Président de la République José Sarney.

12Cette faiblesse de la participation de la femme à des positions éminemment politiques n'est pas seulement le résultat d'une résistance de l'électeur à voter pour des candidates. La question est antérieure : les femmes n'arrivent pas à trouver une place en tant que candidates à l'intérieur des partis, car elles n'occupent pas de positions publiques dans la société civile, positions qui sont des passeports naturels pour la vie politique, comme celle de leader syndical, de direction administrative dans les services publics, etc. Ce cercle vicieux d'exclusion est ce qui détermine le peu de participation de la femme dans l'arène politique.

  • 9  Données présentées dans « Mulheres Latinoamericanas em Dados : Brasil ». FLACSO, 1993.

13Lorsqu'on souligne ce type d'exclusion dans un pays comme le Brésil, il devient nécessaire d'attirer l'attention sur le fait que l'exclusion de la femme n'est qu'une des multiples exclusions provoquées par la dynamique sociale du pays. Il y a par exemple un grand écart entre le pays dans sa réalité et celui qui est représenté à la Chambre des Députés : selon les données de l'IPEA-INPES, le Brésil comptait en 1990 44 822 000 personnes vivant dans la pauvreté, ce qui représentait 32,5% de la population du pays. Selon les données statistiques de l'UNESCO, à la fin des années 1980 moins de 5% de la population possédait une formation universitaire9. Ce sont ces 5% qui sont représentés, en termes sociaux, à la Chambre des Députés. Sa composition par profession est assez révélatrice :

14Profession des députés (1995-1998)

Profession

Nombre

%

niveau universitaire

394

76,80

niveau moyen

35

6

entrepreneur

72

13,64

travailleur urbain

9

1,75

travailleur rural

3

0,58

Total

513

100

15Source : Folha de São Paulo - Supplément Spécial du 31 janvier 1995.

16Les députés ayant un niveau universitaire et qui se sont également déclarés entrepreneurs ont été inclus parmi les premiers, parce que ce qu'il importe de montrer ici c'est le haut niveau de scolarisation des membres de la Chambre. Ce procédé a également permis de mettre en relief un groupe significatif d'entrepreneurs qui, sans exercer une autre activité professionnelle, sont parvenus au Congrès. A l'autre extrémité se trouve une minorité qui en termes sociaux représente la grande majorité du pays : ce groupe, qui inclut les travailleurs urbains et ruraux ainsi que les employés de niveau moyen (employés de banque, fonctionnaires, commerçants), n'arrive pas à 10% des députés ; de plus, plus de 90% d'entre eux sont des hommes. Mais si nous considérons les mêmes données pour le chiffre réduit des 5,8% de femmes députés, la réalité professionnelle et sociale ne sera en rien différente.

17Profession des femmes députées (1995-1998)

Profession

Nombre

%

niveau universitaire

26

81,25

niveau moyen

2

6,2

entrepreneur

4

12,5

travailleur urbain

-

-

travailleur rural

-

-

Total

32

100

18Source : Folha de São Paulo - Supplément Spécial du 31 janvier 1995.

19Les données ci-dessus fournissent des éléments permettant de développer la question centrale de cet article, qui est celle de discuter de la possibilité de rompre le cercle vicieux de l'exclusion. Il est assez évident que dans un pays comme le Brésil, une grande partie de l'exclusion provient de la situation de misère dans laquelle vit une partie importante de la population. Mais cette situation n'explique rien par elle-même. D'abord parce qu'il existe des groupes d'exclus qui ne font pas partie des pauvres, ensuite parce que le dépassement de la misère elle-même ne s'obtient pas par la dynamique des lois économiques, mais par l'action politique des exclus et des secteurs compromis par les politiques de changement dans la société. La question qui demeure est celle de savoir comment il est possible de penser à des pratiques politiques capables de transformer cette situation.

20En effet, une réponse à l'exclusion a été donnée d'une certaine façon par l'effervescence même des nouveaux mouvements sociaux à partir de la décennie de 1970, dans le monde occidental en général et dans les pays de ce qu'on appelle le Tiers-Monde, comme le Brésil, en particulier. Dans ce dernier, des mouvements allant d'un nouveau syndicalisme jusqu'à des mouvements radicaux comme le féminisme ont pris naissance et se sont développés vers la fin des années 1970, et nous nous risquerions même à parler d'apogée durant les années 1980. Mais le reflux de ces mouvements au cours des années 1990, sans que les questions autour desquelles ils s'étaient constitués soient résolues ou que leurs requêtes aient été satisfaites, pose un dilemme à l'analyste. Le mouvement social est-il le moyen de rompre le cercle de feu du domaine politique ? De quelle façon ? Pour analyser ces questions, nous travaillerons ici avec des problèmes de deux ordres : le sujet des mouvements sociaux et la possibilité de la citoyenneté différenciée comme instrument permettant de briser le bloc compact du domaine politique, pour finalement reprendre la question brésilienne.

Constitution du sujet dans le mouvement social

21La naissance de nouveaux mouvements sociaux dans les années 1970 fait ressortir deux scénarios : d'abord, celui du recul des partis politiques en tant qu'espaces de participation politique, c'est-à-dire capables d'assumer les requêtes et les intérêts incorporés à de nouvelles entités (sujets) qui extrapolent les visions homogénéisantes du monde défendues par les partis ; ensuite, celui de la réaction des partis qui se sentent menacés par ces nouveaux sujets, empêchant qu'ils ne s'y enracinent. Ces deux dynamiques sont étroitement liées et font partie d'un même processus qui inclut la disparition des grands projets de société totalisants.

22La crise des partis en tant qu'instance monopolisatrice dans la constitution des sujets politiques n'implique pas une fragmentation et une fluidité qui rendent le social intelligible, mais implique en revanche la révolte du sujet en relation à l'exigence d'homogénéisation imposée par le parti. Il ne s'agit donc pas de décréter la fin des partis en tant qu'instances, même privilégiées, de participation politique, mais de penser leurs limites et leurs possibilités de coexistence avec d'autres instances de participation. Je me risquerais d'ailleurs ici à soulever la question de savoir s'il existe une nature inhérente aux partis qui les empêche de coexister avec d'autres organisations, ou encore : l'exigence d'homogénéisation est-elle un instrument utilisé pour préserver les privilèges dans cette lutte et pouvant être supprimé sans menacer l'existence même des partis ?

23Les partis sont constitués par ou à travers des sujets. L'assujettissement présuppose le processus d'interpellation qui, d'une façon assez simple, peut être compris comme un processus d'identification totale : quelqu'un devient le sujet d'un discours quand il n'existe pas de différence entre le discours et lui-même, c'est-à-dire quand le je du discours et le sien propre se confondent. Or, plus le parti est radical, plus grande est la recherche d'une identification parfaite. Dans le cas des partis de gauche, ce processus a englobé historiquement la constitution d'un sujet simplifié, où une série de sens très souvent dotés d'une historicité profonde devaient disparaître au profit d'une identification de classe ou révolutionnaire. Un bon exemple en a été l'effacement des identités nationales, historiquement constituées, en faveur d'une solidarité prolétarienne. La vitesse à laquelle d'anciennes identités ont été reconstruites en Europe de l'Est au cours des dernières années est un bon paramètre de la fragilité des sujets constitués par le biais de discours simplificateurs. Ces sujets ont une vie éphémère et survivent généralement tant qu'il existe un scénario révolutionnaire, ou tout du moins un scénario de grande mobilisation.

24La crise du type de sujet décrit ci-dessus intervient même dans des situations non-traumatiques, comme ce fut le cas pour celle de l'Europe de l'Est. La dynamique même des forces sociales, la communication entre les groupes et autres événements épars peuvent faire surgir, indépendamment des partis ou en relation avec eux, des discours identitaires qui extrapolent le discours du parti. La « découverte » de ce que la classe avait un sexe, par exemple, paraît avoir été extrêmement pénible, non seulement pour ceux qui se sont découverts en tant que sujets sexués mais aussi pour les partis et les mouvements traditionnels ainsi que pour les syndicats. Leur première et plus forte réaction a été d'accuser les discours constituants de ces nouveaux sujets d'être au service du dominant, dans la mesure où cela fragmentait l'étendard de la lutte du domaine populaire de la politique.

  • 10  Eli Diniz et Renato Boschi, dans un travail intitulé : « A Consolidação Democrática no Brasil : At (...)

25À l'intérieur des mouvements sociaux, les nouvelles formes d'assujettissement ont cependant également rencontré de sévères limites, fondamentales pour expliquer celles des mouvements eux-mêmes en tant que formes alternatives de participation politique. Au Brésil, les analystes des mouvements sociaux tendent à interpréter leur augmentation comme représentant un espace découvert au cours de la période militaire, et postérieurement comme une réaction à l'incapacité des partis politiques d'accomplir leur rôle de médiateurs de la participation politique10. Dans cette perspective, la crise des mouvements sociaux est autant associée au retour à une normalité démocratique que la propre immédiateté des causes autour desquelles ces mouvements s'organisent.

26L'argument que je voudrais développer ici va dans une autre direction. En premier lieu, il ne me paraît pas possible d'expliquer les mouvements sociaux comme constituant une réponse aux fragilités du système politique des partis. Un tel argument expliquerait dans une certaine mesure leur apparition dans des pays qui ont souffert de dictatures militaires dans les années 1970/1980, mais n'expliquerait pas ce phénomène en Europe et en Amérique du Nord, régions où d'ailleurs ils se sont manifestés avec plus de force. Ensuite, la crise des mouvements paraît également impossible à expliquer par l'immédiateté de leurs requêtes, car ceci engloberait l'atteinte des objectifs autour desquels elle s'est constituée. La question centrale qui m'occupe est exactement l'inverse de celle-ci, à savoir la perte de vitesse du mouvement sans qu'il y ait de changements altérant les conditions auxquelles ses membres étaient soumis.

27Dans ce cadre, mon argument est que la fragilité des mouvements sociaux se situe dans les exigences imposées par l'assujettissement. Si les mouvements se différencient des partis en ce qu'ils recherchent un espace pour des requêtes, qui sont vues par ces derniers comme étant facteurs de division ou d'importance secondaire, ils ne leur sont en rien différents, surtout de ceux dits de gauche ou progressistes, dans leur forme d'assujettissement. La multiplicité des fronts de lutte représentée par la naissance des mouvements sociaux n'a pas constitué un sujet multiple, mais une multiplicité de sujets totalisants et excluants. Si les mouvements sociaux ont été sans aucun doute innovateurs par leurs formes de lutte et dans les requêtes qu'ils ont fait connaître, ils ont cependant répété les formes historiques de l'assujettissement. Ils n'ont pas remis en question l'essentialisme et ont cherché la fixation du sujet comme étant une garantie d'adhésion.

28En somme, les mouvements sociaux ont répété la même dynamique que celle des partis dans la constitution de sujets, mais avec une circonstance aggravante qui a été celle d'exiger une adhésion encore plus radicale qui réorganise l'identité tant publique que privée. Le mouvement féministe a été particulièrement radical en ce sens : le féminisme, dans sa période la plus active, s'est construit à travers un discours totalisant qui a été la cause d'une surdétermination de toutes les autres identités possibles des femmes qui y étaient engagées.

29Outre la description ci-dessus, la nécessité d'une politique d'adhésion de la part du mouvement social amène le discours à constituer obligatoirement en sujet de lutte une essence identitaire antérieure à la lutte, selon les modèles du discours qui élisait les classes. L'essence a un présupposé antérieur au sujet qui l'a constituée et qui, en même temps, est la référence en fonction de laquelle le sujet se juge et est jugé. Anna Marie Smith, dans un texte à propos du mouvement Rastafari en Angleterre, propose une contribution intéressante à ce thème :

Dans ces discours, les pratiques sociales tendent à être modelées par une conception partagée de l'identité sociale, et cette identité tend à être considérée comme fixée, unique, indivisée et non historique. Cette identité tend également à être conçue comme celle qui "se trouve sous" la surface des multiplicités ; la première tend à être reconnue comme une vérité, alors que la dernière tend à être considérée comme une simple apparence." (Smith, 1994 : 175).

30Cette conception de l'identité, c'est-à-dire de l'assujettissement, ne diffère pas fondamentalement de ce qui se passait au sein des partis politiques de gauche ; ceux-ci tendaient vers des assujettissements totalisants, qui constituaient un sujet non seulement politique mais aussi social et même privé, c'est-à-dire plus qu'une identification au discours politique et au sujet politique. Le sujet devrait avoir un comportement de gauche, et devrait pouvoir être identifié immédiatement comme étant de gauche. Cette attitude semble avoir été radicalisée par les mouvements sociaux, qui ont non seulement construit des sujets mais aussi de véritables cultures. Les nouveaux mouvements sociaux ont tendu à reconstruire le sujet sous la même forme totalisante que les partis avec, par rapport à ces derniers, le désavantage de reconstruire une vision du monde à partir d'une perspective encore plus réductrice.

31En vérité, les mouvements sociaux recréent de façon radicale le vieux militant de parti : la féministe, le gay, le noir, etc. devraient voir le monde à travers ces identités, qui présupposent non seulement une lutte pour un droit, mais également des façons de se comporter, de s'habiller, de vivre leur vie affective. Cet assujettissement devient encore plus radical dans la mesure où il ne vient pas seulement du mouvement lui-même, mais où il est attendu et exigé (et ceci est accepté) par l'ensemble même des forces contre lequel on lutte : souvent, l'intégrité du comportement d'une féministe est attendu et exigé plus par la société en général que par le mouvement lui-même. Ce glissement dans le comportement des sujets des mouvements sociaux est surveillé tant par ceux qui en font partie que par ceux qui se trouvent en-dehors. Le glissement devient une preuve contraire aux requêtes du mouvement. Ce qu'affirme Ezekiel Mzika clarifie particulièrement ce que je veux soutenir :

« Moi aussi je suis malade et fatigué que les blancs me disent en quoi consistent mes responsabilités en tant que noir, qu'on me dise que parce que je suis noir, je dois toujours et seulement parler et écrire et penser à propos de la négritude. Les blancs possèdent le monde, alors que j'en suis réduit à être noir. » (in Smith, 1994 : 182).

32Quelles sont les conséquences de cette situation dans le domaine de la politique ? Il me semble qu'elles sont de deux ordres. D'un côté, l'émergence de ces nouveaux sujets nés du militantisme des mouvements sociaux fait surgir dans l'arène du politique des questions qui jusque là étaient traitées soit comme des non-questions, comme c'est le cas pour le racisme au Brésil, soit comme une question de discussion intime, comme c'est le cas pour les relations entre les sexes. D'un autre côté cependant, dans la mesure où ces nouvelles requêtes et ces positionnements sont enkystés dans les mouvements sociaux, leur relation avec le domaine politique s'en trouve extériorisée. Ceci est particulièrement bénéfique à l'instinct même de conservation de ce domaine, qui peut ainsi ne pas s'engager à incorporer ces nouvelles requêtes, dans la mesure où il existe pour cela dans la société des secteurs « spécialisés ».

33La façon même dont les sujets des mouvements sociaux se constituent renforce encore cette extériorité : ils s'organisent à partir d'une identité différenciée et donc non constitutrice du domaine politique.

34L'extériorité est l’effet de la construction de mondes fermés et imperméables. La répétition, à l'intérieur des mouvements sociaux, de schémas d'assujettissement présents auparavant dans les partis radicaux a provoqué une double situation : d'un côté, les requêtes des mouvements sont devenues les monopoles des sujets par eux constitués, mais dans la mesure où ces sujets ne s'intégraient pas dans le domaine de la politique, ces requêtes n'y étaient pas non plus incorporées. D'un autre côté, dans un cadre de multiplicité, l'unité du sujet comme celui du féminisme s'est déterminé comme constituant du sujet par la négation de cette multiplicité. Ceci est particulièrement important, car les discours des mouvements sociaux acceptent la diversité seulement en tant que somme des différents sujets unitaires. Pour plusieurs raisons, un tel positionnement est pervers : il isole la lutte de chaque sujet ; il déresponsabilise le domaine de la politique dans la mesure où il ne le privilégie pas en tant qu'arène de lutte ; enfin, il crée des sujets fragiles qui se défont en raison de la propre contradiction des multiples interpellations.

La citoyenne différenciée : une solution ?

35Les questions discutées ci-dessus font ressortir certaines limites que j'aimerais maintenant approfondir. En premier lieu, nous avons souligné le fait que dans le domaine politique brésilien, la présence des femmes est extrêmement réduite, et qu’en dépit du poids que représente le mouvement féministe et ses victoires, principalement dans le domaine constitutionnel, la présence de la femme dans cette arène n'a pas substantiellement changé. En second lieu, nous avons recherché quelques explications à cette situation en-dehors du contexte de la situation brésilienne concrète, en essayant de montrer que l'impuissance des mouvements sociaux à rompre la résistance du domaine politique, et même à se maintenir en tant que mouvement, est étroitement liée à la nature propre de l'assujettissement qui ne s'est pas différencié de la forme classique des partis politiques de gauche.

36De ces constatations en découlent deux autres : en premier lieu, il est utile d'observer que les mouvements ont introduit une série de requêtes et de questions ignorées auparavant dans l'arène politique. En second lieu, il semble qu'en raison de la non-insertion des sujets dans les partis et de l’essoufflement même des mouvements, les relations de pouvoir qui ont constitué les exclusions et les dominations n'ont pas été rompues, ou tout du moins qu'on ne s'est pas assuré d'espaces assez résistants à partir desquels les droits pourraient être maintenus.

37La discussion sur cette question ne peut se permettre d'ignorer le toujours très actuel débat sur les quotas, les actions positives ou la citoyenneté différenciée. Ces instruments sont-ils à même de résoudre le problème posé ci-dessus ? Pour en discuter, je m'appuierai sur une proposition stimulante d'Iris Young à propos de ce qu'on appelle la citoyenneté différenciée. Selon Young, la citoyenneté universelle est aveugle aux différences entre les groupes et les individus, et part d'un principe d'égalité entre individus qui en vérité ne se vérifie pas dans la société, ce qui provoque un renforcement des inégalités en ce qui concerne les droits et donne un résultat opposé à celui qui est recherché.

38Toujours selon Young, la reconnaissance de ces inégalités est étroitement liée à la naissance des mouvements sociaux et à leur résistance à l'assimilation dans un discours d'universalité et de bien commun :

« Les mouvements sociaux contemporains des opprimés ont affaibli le lien. Ils affirment une positivité et une fierté dans une spécificité de groupe en opposition à l'idéal d'assimilation. Ils ont aussi remis en question le fait de savoir si la justice signifie toujours que la loi et les politiques devraient faire appliquer un traitement égal pour tous les groupes. Dans ces défis se trouve toujours à l'état embryonnaire un concept de citoyenneté différenciée comme étant le meilleur moyen de réaliser l'insertion et la participation de tous à une citoyenneté totale. » (Young, 1990 : 118).

39La proposition de Young implique la reconnaissance de droits spécifiques pour les groupes opprimés comme étant le seul moyen de rompre avec l'exclusion et l'oppression. Demander à l'opprimé de sacrifier ses intérêts en faveur des intérêts généraux de la société renforcerait l'oppression. Young est emphatique dans sa position :

« Dans une société où certains groupes sont privilégiés tandis que d'autres sont opprimés, le fait d'insister pour qu'en tant que citoyens les gens abandonnent leurs affiliations particulières et leurs expériences pour adopter un point de vue général ne sert qu'à renforcer ce privilège ; car les perspectives et les intérêts des privilégiés tendront à dominer ce public unifié, en marginalisant ou en réduisant au silence ceux des autres groupes. » (Young, 1990 : 124).

40Face à cette constatation, Young argumente que la citoyenneté universelle présuppose la constitution d'un public unifié, où les divers groupes doivent sacrifier leurs histoires, leurs intérêts, leurs luttes spécifiques en faveur de l'intérêt général, qui est celui des groupes dominants. En s'opposant à cela, elle développe le principe de la citoyenneté différenciée, basée sur l'idée de la constitution d'un public hétérogène :

« Dans un public hétérogène, les différences sont reconnues publiquement et admises comme étant irréductibles ; je veux dire par là que des personnes ayant une perspective et une histoire particulières ne peuvent jamais comprendre ni adopter complètement le point de vue de celles appartenant à des groupes ayant d'autres perspectives et d'autres histoires. Cependant, l'attachement au besoin et au désir de décider ensemble des politiques de la société nourrit la communication à travers ces différences. » (Young, 1990 : 125).

41On trouve dans la proposition de Young de sérieux problèmes, tant du point de vue du système politique en tant que tout, que de celui, et surtout de celui, de l'opprimé lui-même. Ce dernier point de vue est celui qui nous intéresse particulièrement de discuter ici.  Trois questions servent de point de départ : la première se réfère au fait que Young attribue une nature essentialiste à ces groupes ; la seconde a trait à une volonté naturelle de la part des groupes de réaffirmer leur identité en relation au tout. Enfin, la troisième se réfère à la constatation que Young ne discute pas dans quelle mesure la citoyenneté rompt l'universel ou s'agrège simplement à lui comme un élément de plus. Nous verrons chacune de ces questions de façon détaillée.

42De la même façon que la notion de citoyenneté universelle présuppose l'abstraction d'individus égaux, la notion de groupe présuppose l'existence de groupes pré-constitués et homogènes, dont les intérêts seront représentés par les mouvements sociaux. Cette situation est difficile à généraliser : si d'un côté il paraît simple d'identifier ces groupes d'intérêt pré-constitués, par exemple en une communauté ethnique d'immigrants enfermés dans le ghetto d'une grande ville américaine, ce n'est pas le cas lorsque ce groupe est constitué par l'ensemble des femmes ou des citoyens afro-américains des Etats-Unis. En ce qui concerne le premier groupe, l'identité est facilement construite, y compris par la clarté des points d'exclusion. Les tentatives récentes d'exclure les immigrants clandestins des droits sociaux dans l'Etat de Californie constituent déjà en elles-mêmes une identité de groupe, à partir de l'oppresseur.

43Or, si l'on prend en compte les deux autres groupes cités, la question devient plus compliquée : d'un côté, il ne fait aucun doute qu'il existe des points d'exclusion qui unifient et créent une identité de groupe parmi les femmes. Cependant, comme les individus empiriques, les femmes sont porteuses d'autres identités sociales multiples et plus variées dans l'espace que dans le cas d'un groupe d'immigrés ethniquement définis ; il est donc assez compliqué de penser à une histoire propre, à une culture propre et à un mouvement social capable de représenter tout ceci. En réalité, le rôle du mouvement social n'est pas de représenter les intérêts préexistants dans la société, mais de construire ces intérêts propres, d'où le fait que sa position sera en même temps plus complexe et plus fragile.

44Young semble prendre pour acquis le fait que la voie des mouvements sociaux ou de la constitution de groupes identitaires est la solution permettant de rompre le cycle de l'exclusion. Le problème dans cette prise de position réside dans le fait que l'on ne peut assurer un quelconque degré de certitude en ce qui concerne la pérennité de ces groupes : l’essoufflement même des mouvements sociaux au début des années 90 montre les problèmes que comporte cette solution.

45De cette observation découle la seconde question signalée plus haut : la volonté d'appartenance. On a traité auparavant de la constitution des sujets dans les mouvements sociaux et on a attiré l'attention sur la répétition à ce niveau de ce qui se passait dans les partis dits de gauche. A l'exemple de ces derniers, les mouvements ont constitué des militants, avec une circonstance aggravante, celle que ces militants soutiennent une cause spécifique qui oblige le sujet à modifier tous ses positionnements sociaux, politiques et même affectifs à partir du point de vue du mouvement. Dans la proposition de Young, ce sujet est renforcé par une volonté, assumée par l'auteur, de la part des membres du groupe de fixer ses identités, d'où une  prédisposition à agir en tant que groupe ayant des intérêts propres. La question doit être posée en sens inverse : par exemple, l'immigrant ethniquement défini et enfermé dans un ghetto géographiquement défini veut-il réaffirmer son identité ou la dépasser ? Or, la phrase classique : « Je suis un immigrant, mais mon enfant sera Américain », ou encore les comportements soigneusement assumés chez les jeunes et permettant de supprimer les traces d'une immigration récente, indiquent un effort de recherche d'homogénéisation et non de différenciation de la part de ces groupes.

46On pourrait opposer à cela l'argumentation consistant à déclarer que c'est la fonction des mouvements sociaux que de récupérer cette identité, en faisant en sorte que percent les intérêts particuliers et la reconnaissance même de la condition d'oppression. Cependant, la question qui demeure est celle de savoir jusqu'à quel point la différenciation n'est pas construite par l'oppresseur lui-même, et si renforcer une différence ne reviendrait pas à renforcer l'exclusion et l'oppression. Cet argument peut mener à un dilemme sans solution facile, c'est-à-dire que l'effort des différences tout comme leur disparition contribuent au maintien de l'exclusion. Même ainsi, le danger du dilemme ne peut constituer un motif suffisant pour minimiser les effets de ces pratiques.

47En considérant les questions soulevées ci-dessus, j'aimerais réhabiliter le troisième point de discussion indiqué plus haut, et qui concerne la citoyenneté hétérogène versus les homogénéités. Si l'on suppose une situation dans laquelle ces intérêts particuliers sont entièrement établis et dans laquelle il existe des espaces privilégiés où ils sont convenablement représentés, la question qui demeure est celle de savoir comment ces intérêts modifieront la position de pouvoir de ceux qui bénéficient de la citoyenneté universelle. La solution de Young est ce qu'on appelle la coalition arc-en-ciel :

« Dans le public arc-en-ciel, les noirs ne font pas que simplement tolérer la participation des gays, les militants du monde du travail n'oeuvrent pas à contre coeur aux côtés des vétérans du mouvement pacifiste, et aucun d'entre eux ne permet de façon paternaliste une participation féministe. De façon idéale, une coalition arc-en-ciel affirme la présence et soutient les réclamations de chacun des groupes oppressés ou des mouvements politiques qui la constituent, et elle arrive à un programme politique non pas en juxtaposant quelques "principes d'unité" qui occultent les différences, mais plutôt en permettant à chaque section d'analyser les sujets économiques et sociaux en partant de la perspective de sa propre expérience. » (Young, 1990 : 132).

48La limite de la proposition de Young se trouve dans ses exemples mêmes, où le principe de la différenciation est fixé par rapport à un universel qui demeure inchangé. Comment garantir à tous des droits égaux si a priori il existe un groupe de « non différents », composé d'hommes blancs de la classe moyenne ou de la bourgeoisie ? Il faut approfondir ce point : justement parce qu'elle ne recherche aucun principe articulateur capable de construire une confrontation avec cet universel, la politique de la différence tend à perpétuer autant l'universel que la différence, construite bien souvent par l'oppresseur.

49Jusqu'ici, nous avons développé dans ce texte deux types d'arguments ; d'un côté nous avons montré la difficulté de la présence de la femme dans l'arène politique brésilienne, et de l'autre, en analysant une alternative qui rende viable la participation, nous avons montré les dilemmes qu'elle implique. Il s'agit maintenant de revenir à la discussion initiale à la lumière des alternatives, et de cerner les voies qui pourraient permettre de rompre l'isolement des exclus en général et des femmes en particulier. Pour ce faire, nous reprendrons donc la question brésilienne.

La question brésilienne : conclusion

50Dans un pays du Tiers-Monde comme le Brésil, où les niveaux d'exclusion sont incomparablement plus importants que dans les pays où la discussion sur les actions positives sous leurs formes les plus variées est plus avancée, la question qui reste posée est celle de savoir s'il existe des actions ou des politiques effectivement capables de provoquer des ruptures dans le cercle vicieux de l'exclusion. Pour ne prendre que la question de la femme, j'aimerais faire trois observations, moins pour conclure que pour ouvrir la discussion.

51D'abord, on doit souligner le déclin de la façon dont le mouvement féministe a vu le jour au Brésil comme une possibilité de radicalisation de la participation de la femme dans la politique brésilienne. Cette disparition a eu lieu tant en raison de l'exigence qu'implique en général l'assujettissement et dont nous avons discuté précédemment, que du scénario auquel elle se trouve confrontée dans une société comme la société brésilienne, qui parce qu’elle est moins organisée, moins éduquée et moins riche que celles du monde industrialisé, présente des niveaux de préjugé contre la femme qui seraient anecdotiques dans les premières. Ceci conduit la lutte contre l'exclusion à marquer beaucoup plus la féministe, et amène à son tour l'assujettissement  à exiger une identification très importante, dans la mesure où le sujet paye un prix très élevé par rapport au reste de la société. Le militantisme tend donc d'un côté à décliner plus rapidement, et de l'autre à enfermer les femmes dans un ghetto, rendant plus difficile leur possibilité de pénétration dans l'arène politique.

52Deuxièmement, cet assujettissement est constamment menacé par les conditions mêmes d'exclusions multiples présentes dans la société brésilienne, où la différenciation si chère aux théoriciennes comme Young tend à céder plus facilement du terrain en faveur de politiques et d'actions qui se dirigent vers l'homogénéisation du camp de l'exclu et de l'opprimé. Le problème reste donc entier dans la mesure où cette homogénéisation du camp des exclus reproduit, paradoxalement, les exclusions présentes dans le camp des oppresseurs.

53Troisièmement, cette structure de crise constante et de requêtes d'urgence qui unifient le camp des exclus rend encore plus fragile la garantie de maintien des conquêtes, même constitutionnelles, ce qui soulève une fois de plus la nécessité de dépasser la vision par étapes des conquêtes sociales. S'ajoutent à cette circonstance l’essoufflement du sujet militant et les limites des propositions émises par les actions positives. Ces limites sont définies tant par le déclin de l'action militante que par les problèmes en relation avec la reproduction de la marque de l'exclusion et qui peuvent accompagner ces actions.

54Nous nous trouvons donc face à un cadre de multiplicité d'exclusions, auquel l'ensemble des sujets radicaux construits par le militantisme du mouvement social semble ne plus pouvoir faire face. Peut-être devons-nous rompre avec le préjugé libéral bourgeois bien enraciné qui associe le sujet à l'individu, et penser que de la même façon qu'il existe une multiplicité de luttes qui dépassent largement les partis, ont désorganisé les systèmes politiques et ont donné naissance à d'innombrables mouvements sociaux, il peut y avoir des individus contenant cette multiplicité de sujets, des individus moins harmonieux, plus contradictoires et avec lesquels les rapports sont certainement plus difficiles, mais des individus qui, contenant les différences au lieu de les constituer en contraste avec eux-mêmes, fassent irruption dans le domaine politique en menaçant l'individu-sujet libéral bourgeois, et qui ne se constituent pas seulement en une différence par rapport à ce dernier.

55La présence d'assujettissements multiples en des espaces multiples romprait la logique qui consiste pour chaque groupe à se définir un espace (logique de la citoyenneté différenciée, en dépit des restrictions au sujet du respect mutuel soulignées par l'auteur), et permettrait de penser à une lutte où l'universel acquerrait des sens nouveaux, où les différences d'aujourd'hui pourraient devenir des égalités sans être supprimées.

Haut de page

Bibliographie

 Boschi, Renato, Diniz, Eli, Lessa, Renato, Modernização e Consolidação Democrática no Brasil, Dilemas da Nova República, São Paulo : Vértice, 1989

Cardoso, Ruth, « A Trajetória dos Movimentos Sociais » in Evelina Dagnino, Anos 90 : Política e Sociedade no Brasil, São Paulo : Brasiliense, 1994.

Constituição da República féderativa do Brasil, São Paulo : Saraiva, 1988.

Mouffe, Chantal, Gramsci and Marxist Theory, London : RKP, 1979.

Mulheres Latino-americanas em Dados, Brasil. Chile : FLACSO, 1993.

Pinto, Celi Regina Participação (Representação ?) « Política da Mulher no Brasil : Limites e Perspectivas », in Heleieth I. B.Saffioti. (org) Mulher Brasileira é Assim. Rio de Janeiro : Rosa dos Ventos, 1994.

Pinto, Celi Regina « Donas de Casa, Mães, Feministas, Batalhadoras : Mulheres nas Eleições de 1994 no Brasil », Revista de Estudos Feministas, n°2, 1994.

Smith, Anna Marie, « Rastafari as Resistance and the Ambiguities of Essentialism in the New Social Movements », in Ernest Laclau (ed)., The Making of Political Identities. London : 1994.

Youg, Iris, « Polity and Group Difference : A Critique of the Ideal of Universal Citizenship », in Cass R. Sunstein (ed), Feminism and Political Theory, Chicago : The University of Chicago Press, 1990.

Haut de page

Notes

1  Ce type d'absorption est très proche de ce que Gramsci a appelé le processus de transformisme, présent au sein du parti modéré au cours du Risorgimiento italiano. Mouffe, en commentant ce processus, affirme : « En fait, le processus de la prise de pouvoir a été appelé par Gramsci une ‘révolution passive’, étant donné que les masses ont été intégrées dans un tel système d'absorption et de neutralisation de leurs intérêts, de manière à les empêcher de s'opposer à ceux de la classe hégémonique. » (Mouffe, -1979:183).

2  Cette affirmation trouve son origine dans une enquête que j'ai faite récemment sur les thèmes présents dans la campagne électorale des candidats aux charges législatives de l'Etat et fédérales en 1994. Cette enquête m'a permis d'observer l'absence quasi totale des thématiques du discours féministe. Voir Pinto, Céli : « Donas de Casa, Mães, Feministas, Batalhadoras : Mulheres nas Eleições de 1994 no Brasil », Revista de Estudos Feministas, n°2, 1994.

3  Cet article a été publié dans : Sunstein, Cass. Feminism and Political Theory. Chicago : The University of Chicago Press, 1990.

4  La Constitution de 1988 a consacré d'importantes conquêtes dans le domaine des droits de la femme. Ce sont les suivantes : hommes et femmes sont égaux en droits et en obligations aux termes de cette Constitution (Art 5°-I) ; lors des peines de réclusion, les conditions devront êtres assurées pour qu'elles puissent rester avec leurs enfants pendant la période d'allaitement (idem-L) ; congé maternité, sans préjudice d'emploi ni de salaire pour une durée prévue de 120 jours (Art7°-XVIII) ; congé paternité, aux termes fixés par la loi (idem-XIX) ; protection du marché du travail de la femme, par le biais d'encouragements spécifiques aux termes de la loi (idem-XX) ; interdiction de différence de salaires, d'exercice de fonctions et de critères d'embauche au motif du sexe, de l'âge, de la couleur ou de l'état-civil (idem-XXX) ; les droits prévus aux incises (...) sont assurés aux employés de maison, ainsi que leur intégration dans le système d'assurance sociale (idem-XXXIV, paragraphe unique) ; le titre de propriété et le droit d'usufruit seront conférés à l'homme ou à la femme, ou aux deux, indépendamment de l'état-civil, aux termes et conditions prévus par la loi (Art 189, paragraphe unique) ; les droits et les devoirs se référant au couple sont exercés par l'homme et par la femme (Art 226, paragraphe 5°) ; sur le fondement des principes de dignité de la personne humaine et de la paternité responsable, la planification familiale est une décision libre du couple, étant entendu que c'est à l'Etat qu'il revient de fournir les moyens éducatifs ou scientifiques nécessaires à l'exercice de ce droit, et que toute forme de coercition de la part des institutions officielles ou privées est interdite (idem, paragraphe 7) (Constitution Fédérative du Brésil, 1988).

5   A une autre occasion, j'ai discuté en détail du rôle à l'Assemblée Nationale Constituante de ce qu'on appelle le « banc féminin », du Conseil National de la Condition de la Femmes et du mouvement féministe lui-même, rôle qui a donné naissance à la Constitution de 1988. Voir Pinto, Céli, « Participação (Representação ?) Política da Mulher no Brasil : Limites e Perspectivas », in Saffioti, Heleieth & Vargas, Monica, Mulher Brasileira é Assim, Rio de Janeiro : Rosa dos Ventos, 1994.

6  Sénateurs ayant été nommés et non élus comme le veut la nature de leur charge.

7  Il est bon de souligner que la femme sénateur suppléante de Fernando Henrique Cardoso était la sociologue Eva Blay, féministe brésilienne bien connue, première présidente du Conseil de la Condition de la Femme de l'Etat de São Paulo, et que durant la brève période où elle a siégé au Sénat, elle a donné naissance à une grande polémique avec son projet en faveur de la dépénalisation de l'avortement. Eva Blay n'a cependant pas réussi à être désignée comme candidate de son parti pour l'élection sénatoriale de 1994 et n'a pas été élue comme député fédéral.

8  Les femmes sénateurs élues sont : Marina Silva (PT Acre) ; Benedita da Silva (PT Rio de Janeiro) ; Marluce Pinto (PTB Roraima) ; Emilia Ferandes (PTB Rio Grande do Sul). Les trajectoires d'au moins trois de ces femmes sont particulièrement intéressantes. Marina et Benedita, toutes deux élues par le PT, sont des femmes de souche populaire ; la première a été un chef de file « seringueira » (récolteur de caoutchouc par saignées des hévéas) en compagnie de Chico Mendes, et a appris à lire et à écrire à l'âge adulte. Benedita a habité dans une favela. La troisième histoire surprenante est celle d'Emilia, qui est sortie de l'anonymat total d'une ville de l'intérieur de l'Etat de Rio Grande do Sul où elle était conseillère municipale, pour devenir un grand phénomène électoral en 1994. En dépit de leurs trajectoires surprenantes, aucune de ces femmes ne se déclare féministe ou n'a été en relation étroite avec le mouvement. Benedita, déjà député fédéral depuis assez longtemps, a participé activement à la défense des requêtes du mouvement féministe, sans en faire pourtant la base de sa campagne.

9  Données présentées dans « Mulheres Latinoamericanas em Dados : Brasil ». FLACSO, 1993.

10  Eli Diniz et Renato Boschi, dans un travail intitulé : « A Consolidação Democrática no Brasil : Atores Políticos, Processos Sociais e Intermediação de Interesses », analysent l'espace des mouvements sociaux au Brésil et montrent les problèmes du système politique comme découlant de la conquête de ces espaces. (Diniz & Boschi, 1989). Ruth Cardoso, dans un travail récent publié dans « Anos 90 Política e Sociedade no Brasil », organisé par Evelina Dagnino, souligne qu'il y a eu une tendance parmi les chercheurs en sciences sociales à interpréter la naissance des mouvements sociaux comme « quelque chose d'éminemment nouveau, de caractère plus pur, beaucoup plus important, qui allait occuper un espace vide. Cet espace se trouvait être en grande partie vide dans le pays parce que nous étions sous une dictature militaire. » (Cardoso, 1994 : 82).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céli Regina Jardim-Pinto, « Les féministes : mouvements sociaux et sujet politique », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 103-125.

Référence électronique

Céli Regina Jardim-Pinto, « Les féministes : mouvements sociaux et sujet politique », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/691

Haut de page

Auteur

Céli Regina Jardim-Pinto

Politologue, Universidade Federal do Rio Grande do Sul

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org