Navigation – Plan du site

Attitude joueuse, voyage d’un « monde » à d’autres et perception aimante

Maria Lugones
Traduction de Jules Falquet et Paola Bacchetta
p. 117-139

Notes de la rédaction

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jules Falquet et Paola Bacchetta.

Titre original : « Playfulness, ‘World’ Travelling, and Loving Perception », in Gloria Anzaldúa (ed.), 1990, Making faces, Making souls, Haciendo caras. Creative and Critical Perspectives by Feminists of Color, San Francisco : Aunt Lute Books.

Un texte sur l’amour interculturel et interracial, qui met l’accent sur le besoin de comprendre et d’affirmer la pluralité à l’intérieur de chaque femme et entre elles, comme point central de l’ontologie et de l’épistémologie féministes. L’amour n’est pas vu comme la fusion ou l’effacement de la différence, mais comme incompatible avec ces phenomènes. L’amour révèle la pluralité. L’unité —à ne pas confondre avec la solidarité— est comprise comme conceptuellement liée à la domination.

Texte intégral

1Ce texte tisse entre eux deux aspects de ma vie. Ma prise de conscience en tant que fille [daughter] et ma prise de conscience en tant que femme de couleur ont rendu ce tissage possible. Celui-ci révèle la possibilité et la complexité d’un féminisme pluraliste, un féminisme qui affirme la pluralité en chacune de nous et parmi nous, comme une richesse et comme des points centraux de l’ontologie et de l’épistémologie féministes.

  • 1  Le concept de María Lugones est : playfulness, pour lequel le français n’offre pas de traduction e (...)

2Ce texte décrit l’expérience des « outsiders » par rapport aux logiques de vie Blanche / Anglos dominantes aux États-Unis, et insiste sur l’un des éléments en particulier de l’existence de l’outsider : la flexibilité acquise, qui lui permet de passer d’une construction culturelle dominante, à d’autres où elle se trouve plus ou moins « chez elle ». Une telle flexibilité est indispensable à l’outsider, mais il peut également s’agir d’une pratique volontaire chez des personnes à leur aise dans la culture dominante. Je recommande cette pratique volontaire, que j’appelle voyage d’un « monde » à d’autres, de même que je recommande que cette pratique volontaire soit animée par une attitude joueuse1.

3En tant qu’outsiders par rapport à la logique dominante aux États-Unis, les femmes de couleur mettent en pratique ce voyage d’un « monde » à d’autres, principalement par nécessité. Je tiens à affirmer que cette pratique est une manière habile, créative, riche, enrichissante et dans certaines circonstances, une manière aimante de vivre et d’être. Certes, nous effectuons beaucoup de nos voyages en quelque sorte contre notre gré, vers des « mondes » Blancs / Anglos hostiles. L’hostilité rencontrée dans ces « mondes » et la nature obligatoire des « voyages » nous a fait perdre de vue l’extraordinaire valeur de cet aspect de nos vies et son lien avec l’amour. Le racisme a intrinsèquement intérêt à invisibiliser et à dévaluer les aptitudes complexes qui vont de pair avec cette capacité à voyager. Je pense que nous devons affirmer la place constitutive qu’occupent ces voyages d’un « monde » à d’autres pour la formation de l’amour interculturel et interracial. C’est pourquoi je recommande aux femmes de couleur des États-Unis d’apprendre à s’aimer entre elles en voyageant dans le « monde » les unes des autres.

  • 2  Marilyn Frye, The Politics of Reality: Essays in Feminist Theory (Trumansbug, N.Y. : Crossing Pres (...)

4D’autre part, ce texte établit un lien entre ce que Marilyn Frye a appelé la « perception arrogante » et l’impossibilité de s’identifier avec des personnes que l’on considère avec arrogance ou que l’on a fini par voir comme les produits d’une perception arrogante. De là, on peut poursuivre en faisant un lien entre cet échec à s’identifier et l’échec à aimer. L’amour ne s’entend pas ici au sens identifié par Frye, qui va de pair avec la perception arrogante et promeut une servitude inconditionnelle. « Nous pouvons être dupes de cette équation entre servitude et amour » affirme Frye, « parce que nous commettons deux erreurs à la fois : nous pensons, dans le cas de la servitude comme de l’amour, que l’on est dans le non-ego et dans le non-égoïsme. »2. L’identification à laquelle je fais allusion ici est plutôt constituée de ce que j’en suis venue à nommer voyage dans une attitude joueuse d’un « monde » à d’autres. Dans la mesure où nous apprenons à percevoir les autres de manière arrogante ou à les voir uniquement comme le produit d’une perception arrogante, et où nous continuons à les percevoir de cette manière, nous sommes dans l’impossibilité de nous identifier à ces personnes —dans l’impossibilité de les aimer— d’une manière vraiment profonde.

Identification et amour

  • 3  Vampiriser la substance d’un-e autre constitue une partie de la perception arrogante. Voir Frye, 6 (...)
  • 4  Il s’agit de la culture typiquement Argentine et du Sud du Brésil des Gauchos, chevau-chant solita (...)

5Dans mon enfance, on m’a appris à percevoir de manière arrogante. J’ai également fait l’objet d’une perception arrogante. Bien que je ne sois pas une femme Blanche / Anglo, j’ai clairement conscience d’avoir subi un entraînement précoce à la perception arrogante. J’ai grandi en Argentine en voyant des hommes et des femmes, vivant dans l’aisance ou dans une abondance extrême, vampiriser3 [graft] la substance de leurs domestiques. J’ai aussi appris à vampiriser la substance de ma mère. Il était clair pour moi que les hommes comme les femmes étaient victimes d’une perception arrogante et qu’une perception arrogante était systématiquement organisée pour saper le moral de toutes les femmes et de la majorité des hommes. Je me suis raccrochée fermement à mes origines « gaucho4» rurales, car elles véhiculaient un idéal d’indépendance dans la pauvreté, passant par une solitude, un courage et une autonomie immenses. Cet idéal m’a inspirée et je me suis promis de ne pas être brisée par une perception arrogante. Si je suis en mesure de dire cela, c’est uniquement grâce à ce que j’ai appris dans l’ouvrage de Frye In and Out of Harm’s Way: Arrogance and Love. Frye m’a montré une voie pour comprendre, et une manière d’exprimer, quelque chose d’important dans ma propre vie.

  • 5  Ibid., 53.
  • 6  Ibid., 75.

6Frye ne s’intéresse pas tant aux femmes qui perçoivent avec arrogance, qu’à celles faisant l’objet d’une perception arrogante. Elle travaille notamment à renforcer notre compréhension des femmes « non affectées par les machinations phallocratiques »5. Elle propose une compréhension de l’amour par et pour les femmes, en regardant les femmes sans le prisme de la perception arrogante et donc indemnes des dommages qu’il cause. Aimer les femmes, c’est, au moins en partie, les percevoir à travers des yeux aimants. « L’œil aimant, c’est le contraire de l’œil arrogant. »6

7Je m’intéresse aux femmes qui perçoivent avec arrogance car je souhaite explorer plus avant ce que signifie aimer les femmes. Je souhaite explorer deux échecs à aimer : mon échec à aimer ma mère et l’échec des femmes Blanches / Anglos aux États-Unis à aimer les femmes par-delà les frontières raciales et culturelles. Après avoir examiné ces échecs, je proposerai une solution aimante. Ma solution modifie l’analyse de Frye sur la perception aimante en y ajoutant ce que j’appelle le voyage dans une attitude joueuse d’un « monde » à d’autres.

8 Il m’apparaît clairement qu’aux États-Unis et en Argentine au moins, on apprend aux femmes à percevoir bon nombre d’autres femmes de manière arrogante. Apprendre à percevoir de manière arrogante fait partie de l’éducation pour devenir une femme d’une certaine classe dans ces deux pays. Cela fait partie de l’apprentissage pour devenir une femme Blanche / Anglo aux États-Unis et de l’apprentissage pour devenir une femme dans les deux cas : être à la fois l’agent et l’objet d’une perception arrogante. Mon amour pour ma mère m’apparaissait comme profondément imparfait car en grandissant, je ne voulais pas devenir telle que l’on m’avait appris à voir ma mère. Je pensais que l’aimer allait de pair avec le fait de la malmener (l’utiliser, la tenir pour acquise et exiger d’elle toutes sortes de services, de telle sorte qu’avec quatre autres personnes la vampirisant également, il ne lui restait plus grand-chose d’elle pour elle-même). Mon identification avec elle, le fait de me voir en elle, devaient faire partie de cet amour : l’aimer, dans ce cadre, c’était à la fois abuser d’elle et être moi-même ouverte aux abus. Il est clair que je n’étais pas censée aimer les domestiques : je pouvais en abuser sans m’identifier à elles, sans me voir en elles. Lorsque je suis arrivée aux États-Unis, j’ai appris que le racisme, c’était notamment l’internalisation du caractère légitime de l’abus sans identification : j’ai appris que je pouvais être vue comme un être que les hommes et les femmes Blanc-he-s / Anglos pouvaient utiliser sans s’y identifier, c’est-à-dire sans que leur tentative de me vampiriser ne les affecte d’une quelconque manière. Elles / ils pouvaient demeurer intact-e-s, sans aucun sentiment de perte.

9Ainsi, les femmes qui sont perçues de manière arrogante peuvent à leur tour percevoir d’autres femmes de manière arrogante. Quant à savoir dans quelle mesure ces femmes sont responsables de leur perception arrogante envers d’autres femmes, la question reste en suspens. Cependant, je ne doute pas que bon nombre de femmes ont appris à malmener les autres femmes de la sorte. Je ne cherche pas à désigner de responsables : je souhaite comprendre le phénomène, afin de lui trouver une solution empreinte d’amour.

10Il y a quelque chose de clairement erroné dans la manière d’aimer que l’on m’a apprise, et quelque chose de juste dans mon échec à aimer ma mère de cette manière. Il y a quelque chose d’erroné dans le fait de m’apprendre à réduire ma mère en esclavage et ainsi d’apprendre à devenir esclave moi-même. Il y a quelque chose d’erroné dans le fait de m’enseigner que l’amour était compatible avec l’abus et la perception arrogante. Mais je ne crois pas que mon désir profond de m’identifier avec elle, de me voir en elle, ait été une erreur.

  • 7  Ibid., 73

11L’amour tel qu’on me l’a enseigné est celui auquel Frye fait allusion lorsqu’elle écrit « Nous pouvons être dupes de cette assimilation entre servitude et amour »7. Et bien que j’aie pu à la fois aimer et malmener ma mère, je n’étais pas censée aimer les domestiques. En effet, dans leur cas, nous voyons et nous devons voir clairement leur servitude et « l’équation entre servitude et amour » ne doit jamais être pensée clairement en ces termes. Je pouvais cependant aimer ma mère, car la tromperie faisait partie de cet « amour ». La servitude est appelée abnégation et cette abnégation n’est pas analysée plus avant. On instille en nous l’abnégation, non pas en analysant sa nature, mais plutôt en célébrant ce qu’elle a de beau et de noble. Nous sommes enjôlé-e-s, séduit-e-s par l’abnégation, il ne s’agit pas d’analyse mais de persuasion émotionnelle. Lorsque j’affirme qu’il y a quelque chose de clairement erroné dans la manière d’aimer que l’on m’a enseignée, je ne dis pas par là que le lien entre amour et abus est flagrant. Au contraire, ce lien doit être dévoilé. C’est quand il est dévoilé qu’il devient évident que quelque chose cloche dans l’amour.

12Je n’ai pas bien appris mes leçons au sujet de l’amour. Cet échec impliquait une séparation d’avec ma mère : je nous considérais comme des êtres d’une nature bien différente. J’ai abandonné ma mère alors que je souhaitais ardemment l’aimer, même si, étant donné ce que l’on m’avait enseigné, « amour » ne pouvait pas être le mot adéquat pour désigner ce à quoi j’aspirais.

13J’étais perturbée par le fait de ne pas vouloir être ce qu’elle était. J’avais le sentiment que ma personnalité n’était pas complètement intégrée, que mon moi était absent car j’étais dans l’impossibilité de m’identifier à elle, incapable de me retrouver en elle, je ne pouvais pas accueillir son monde. Je me voyais comme séparée d’elle, comme un être d’une autre sorte, pas tout à fait de la même espèce. Cette séparation, ce manque d’amour, je le voyais comme mon propre manque, pas comme une faute mais comme un manque. L’amour doit être repensé, construit de nouveau.

14Il y a quelque chose de similaire entre ma relation avec ma mère comme une personne que j’étais incapable d’aimer, et la relation entre les femmes de couleur aux États-Unis entre elles et avec les femmes Blanches / Anglos : il s’agit d’un échec à aimer. Frye m’a aidé à comprendre l’un des aspects de cet échec, l’aspect directement abusif. Je pense que cet échec à aimer repose en partie sur l’échec à s’identifier à une autre femme, sur l’incapacité à se voir dans d’autres femmes qui sont nettement différentes de soi.

  • 8  Ibid., 77

15L’accent que porte Frye sur l’indépendance dans son analyse de la perception empreinte d’amour n’est pas particulièrement utile pour expliquer cet échec à aimer. Elle affirme que dans le cas d’une perception empreinte d’amour, « l’objet que l’on voit est un autre être, dont l’existence et la personnalité sont logiquement indépendantes de celles de la personne qui regarde, et qui peut être pratiquement ou empiriquement indépendant, à tout égard et à tout moment »8. Mais ceci ne m’aide pas à comprendre pourquoi, dans le cas de ma mère par exemple, mon échec à aimer (une fois que j’eus cessé d’être son parasite) m’a laissée incomplète. Cela ne m’est d’aucune aide, car je la voyais comme logiquement indépendante de moi. De même, l’insistance de Frye sur l’indépendance ne m’aide pas à comprendre pourquoi l’échec raciste ou ethnocentrique des femmes Blanches / Anglos à aimer m’ôtait ma pleine réalité parmi elles.

16Je ne suis pas particulièrement intéressée par les cas de parasitisme des femmes Blanches / Anglos envers les femmes de couleur, mais plutôt plus précisément par les cas où l’échec à s’identifier est l’élément central de la « relation ». Je me penche donc tout spécialement sur les cas où les femmes Blanches / Anglos se conduisent envers les femmes de couleur de l’une ou de plusieurs des manières suivantes : elles nous ignorent, nous ostracisent, nous stéréotypent, nous considèrent comme folles et nous rendent invisibles. Elles manifestent ces comportements alors que nous sommes parmi elles. L’accent mis par Frye sur l’indépendance comme élément clef de l’amour ne m’aide pas, car plus je suis indépendante, plus on me laisse être indépendante et plus on me laisse seule. Le monde des femmes Blanches / Anglos et leur intégrité ne me sont d’aucun usage. Et pourtant, leur indifférence me dérobe ma solidité, une indifférence qu’elles peuvent se permettre et qui semble souvent étudiée. Cela nous incite au séparatisme, nous poussant vers des communautés où notre substance est vue et bien accueillie ; où nous devenons substantielles, solides, réelles grâce à cet accueil qui nous est fait. Mais bon nombre d’entre nous doivent travailler parmi les Blanc-he-s / Anglos, et notre meilleure chance d’être reconnues a semblé un temps se trouver parmi les femmes Blanches / Anglos, bon nombre d’entre elles ayant exprimé un sentiment général de peine vis-à-vis de leur échec à aimer.

17 Bien souvent, les femmes Blanches / Anglos semblent vouloir écarter les femmes de couleur de leur champ de vision. Leur manque d’intérêt est un échec à aimer blessant, qui me laisse indépendante d’elles de la même manière que ma mère est devenue indépendante de moi lorsque j’ai cessé d’être son parasite. Mais bien entendu, comme ma mère et moi voulions nous aimer, cette indépendance nous rendait incomplètes. Les femmes Blanches / Anglos sont indépendantes par rapport à moi, et moi par rapport à elles, je suis indépendante par rapport à ma mère et elle par rapport à moi, et nous ne pouvons pas nous aimer dans cette indépendance.

18 Je suis incomplète et irréelle sans les autres femmes. Je dépends profondément des autres, sans pour autant devoir être leur subordonnée, leur esclave, leur domestique.

  • 9  Ibid., 75

19Attendu que j’insiste ici sur le fait que l’échec à aimer tient en partie à l’échec à s’identifier, et puisque je suis d’accord avec Frye lorsqu’elle affirme qu’en percevant les autres avec amour, on « doit prendre en considération autre chose que sa propre volonté et ses propres intérêts, peurs et imagination »9, je vais à présent expliquer ce qui doit à mon sens être pris en considération. Il m’était impossible d’aimer ma mère tant que je persistais à penser acceptable de la voir avec des yeux arrogants. Pour aimer ma mère, il était nécessaire que je voie à travers ses yeux, que j’aille dans son monde et que je nous voie toutes les deux telles que nous y étions construites, que je sois témoin de son propre sentiment d’elle-même à l’intérieur de son monde. C’est seulement en effectuant ce voyage vers son « monde » que j’ai pu m’identifier à elle, car seulement ainsi j’ai pu cesser de l’ignorer, d’être exclue et séparée d’elle. Ce n’est qu’ainsi que j’ai pu la percevoir comme un sujet —même assujetti— et percevoir comment du sens pouvait émerger réellement entre nous. Nous dépendons entièrement l’une de l’autre pour ce qui concerne la possibilité d’être comprises, sans cela nous ne sommes pas intelligibles, nous n’avons aucun sens, nous ne sommes pas solides, visibles, entières ; nous souffrons d’un manque. Voyager vers le « monde » de l’autre nous permet d’être à travers notre amour pour l’autre.

20 Je vous amènerai maintenant à comprendre ce que j’entends par « monde », de la façon même dont le concept m’est apparu : via la confusion ontologique à laquelle nous, les femmes de couleur, faisons référence —en plaisantant à moitié— comme « schizophrénie », et via mes efforts pour trouver un sens à cette confusion ontologique.

« Mondes » et voyage d’un « monde » à d’autres

21Il y a quelque temps, je me suis trouvée dans un état de profonde confusion, en découvrant que simultanément je présentais et ne présentais pas un trait de caractère : l’attitude joueuse. Je me suis ressentie à la fois comme une personne joueuse et comme une personne non joueuse, une personne qui irait à l’encontre de son caractère si elle manifestait son attitude joueuse. J’ai cru au début que ce problème de « personnalités multiples » pouvait s’expliquer par un sentiment d’incommodité. Il est possible que mon attitude joueuse peine à s’exprimer ou à se manifester dans certains mondes. Il est donc possible que ce trait de caractère me fasse défaut dans ces mondes-là. Mais bien sûr, je dois expliquer ce que j’entends par « monde » pour que cette explication m’aide à démêler ma confusion quant à mon caractère.

22Je peux expliciter en partie ce que j’entends par un « monde ». Je ne cherche pas de définition fixe car je ne souhaite pas perdre le caractère suggestif que possède le terme à mon sens. Un « monde » doit être habité dans le présent par des êtres de chair et de sang. Il ne peut par conséquent pas s’agir d’une utopie. Un « monde » peut également être habité de personnes imaginaires. Il peut être habité par des personnes décédées ou des personnes que les habitant-e-s de ce « monde » ont rencontrées dans un quelconque autre « monde » et qu’elles-ils retrouvent en imagination dans leur « monde ».

23 Un « monde » n’est pas nécessairement la construction d’une société entière. Il peut s’agir de la construction d’une infime partie d’une société spécifique. Il peut être habité par quelques personnes seulement. Certains « mondes » sont plus grands que d’autres.

24Un « monde » peut être incomplet dans le sens où les choses peu-vent ne pas y être intégralement construites, on peut aussi y trouver certaines choses construites négativement (elles ne sont pas ce qu’« elles » sont dans d’autres « mondes »). Le « monde » peut aussi être incomplet car contenant des références à des éléments qui n’y existent pas tout à fait, des références à des éléments comme le Brésil. Dans le cas du féminisme lesbien, la construction de « lesbienne » dans la « communauté lesbienne » (qui constitue un « monde » à mon sens) est résolument, délibérément et sainement toujours en suspens, en devenir. Être Hispanique dans ce pays, dans une construction Anglo dominante, c’est être résolument incomplèt-e. Il est donc impossible de réellement répondre à des questions telles que « qu’est ce qu’une personne hispanique ? », « qui fait partie des Hispaniques ? », « Est-ce que les Latin@s, Chican@s, Hispan@s, Dominicain-e-s noir-e-s, Cubain-e-s blanc-he-s, Coréo-colombien-ne-s, Italo-argentin-e-s sont Hispaniques ? » La question de savoir ce que signifie être un-e « Hispanique » dans les diverses communautés dites hispaniques aux États-Unis reste non résolue. Nous n’avons pas encore décidé s’il y avait finalement des « Hispaniques » dans nos différents « mondes ».

25Ainsi donc, un « monde » peut être une vision non-utopique incom-plète d’une construction de vie, il peut aussi s’agir d’une construction de vie traditionnelle. Une construction hispana traditionnelle de la vie au Nouveau Mexique du Nord est un « monde ». Une telle construction traditionnelle, face à la construction Anglo de la vie au Nouveau Mexique du Nord, raciste, ethnocentrique et centrée sur l’argent, est extrêmement instable, car les Anglos ont les moyens d’une destruction impérialiste des « mondes » hispaniques traditionnels.

26Certaines personnes qui habitent un « monde » peuvent ne pas comprendre ou ne pas accepter la manière dont elles y sont construites. Ainsi, par exemple, une femme ayant récemment immigré d’Amérique latine peut ne pas comprendre comment elle est construite dans les « mondes » Blancs / Anglos. Ainsi, il peut exister des « mondes » qui me construisent de manières que je ne comprends même pas, je peux aussi ne pas accepter cette construction comme représentation de moi-même. Et pourtant, je pourrais animer une telle construction, même sans mettre cette intention dans mes mouvements, gestes ou actions.

27 On peut « voyager » entre ces « mondes » et on peut habiter plusieurs de ces « mondes » au même moment. Je pense que la majorité d’entre nous, qui nous trouvons à l’extérieur de la construction ou de l’orga-nisation dominante [mainstream] des États-Unis, sommes des « voyageuses de monde » par nécessité, pour notre survie. Il me semble qu’habiter plus d’un « monde » à la fois et « voyager » entre les « mondes » fait partie intégrante de notre expérience et de notre situation. Une personne peut être à la fois dans un « monde » qui la construit comme une Latina stéréotypée [stereotipically Latin] par exemple, et un « monde » qui la construit comme Latina. Être une personne latina stéréotypée et être simplement une personne latina sont deux constructions simultanées de personnes qui font partie de « mondes » différents. On anime l’une de ces constructions, l’autre, ou encore les deux à la fois, sans nécessairement les mélanger, même si cette mise en actes simultanée peut avoir des effets déstabilisants pour soi.

28En décrivant ici un « monde », je souhaite offrir une description de l’expérience, quelque chose qui soit vrai par rapport à l’expérience vécue, même si cela est ontologiquement problématique. De toute façon, je pense que décrire une identité qui ne serait pas conforme à l’expérience vécue des outsiders dans la culture dominante, serait incorrect, même si cela était ontologiquement non-problématique. La commodité de cette description contraindrait, effacerait, ou ferait voir comme aberrante, un type d’expérience porteuse d’une importante possibilité d’imaginer une compréhension non-impérialiste entre les personnes.

29 Celles d’entre nous qui sommes des voyageuses de « monde » possèdent l’expérience unique d’être différentes dans différents « mondes » et d’y être nous-mêmes. Nous pouvons affirmer : « c’est moi, là, et je suis heureuse dans ce “monde” ». Nous faisons l’expérience de nous souvenir de nous-mêmes comme différentes, et sans aucun « je » sous-jacent. Ainsi, je peux affirmer « C’est moi qui suis là, et, dans ce “monde”, je suis très joueuse. ». Ce n’est pas parce que je me reconnais dans cette personne que j’affirme que « c’est moi dans ce “monde” ». Au contraire, cette personne peut être très différente de moi dans ce « monde » et je peux pourtant dire sans me perdre en conjectures [without inference], « c’est moi ». Je peux tout à fait reconnaître que cette personne a des capacités que je ne possède pas et pourtant, cette présence ou absence de capacités se traduit toujours par un « j’ai... » ou « je n’ai pas... » : l’expérience est toujours vécue à la première personne.

30Ce déplacement, ce fait d’être une personne puis d’en être une autre, différente, est ce que j’appelle « voyager ». Ce changement peut ne pas être volontaire ou même conscient, et une personne peut tout à fait ignorer être différente dans un « monde » différent. Et même si le changement peut être réalisé de manière volontaire, il ne s’agit pas là de jeu d’acteur. La personne ne prétend pas être une personne differrente, elle ne prétend pas avoir, par exemple, une personnalité ou un caractère différent, ou encore utiliser l’espace ou le langage de manière différente. Au contraire, on est cette personne qui a cette personnalité, ce caractère, ou qui fait usage de l’espace et du langage de telle ou telle manière.

Être à l’aise dans un « monde »

31Dans ma recherche de ce que je veux dire par « être à l’aise dans un “monde” », je vais à présent décrire différentes manières d’être à l’aise. On peut être à l’aise de l’une ou de l’ensemble des manières suivantes. Être à l’aise de toutes les manières possibles —le confort maximum— est assez dangereux, car les personnes qui sont ainsi à l’aise ont tendance à ne ressentir aucun désir de voyager vers d’autres « mondes », ou à n’avoir aucune expérience de ces voyages.

32La première manière d’être à l’aise dans un « monde » donné est de parler couramment le langage de ce « monde ». Je connais toutes les normes à suivre, je connais tous les mots qui doivent être prononcés. Je sais comment bouger. Je suis en confiance.

33Une autre manière d’être à l’aise est d’être normativement heureuse. Je suis en accord avec toutes les normes, je ne pourrais préférer aucune autre norme. On attend de moi exactement ce que je souhaite faire ou ce que je pense devoir faire. Je suis à l’aise.

34Une autre manière d’être à l’aise dans un « monde » est d’avoir des liens sur le plan humain. Je suis en compagnie des personnes que j’aime et qui m’aiment aussi. Notons que je peux être avec les personnes que j’aime et être à l’aise grâce à elles, dans un « monde » qui est sinon parmi les plus hostiles pour moi.

  • 10  Il s’agit d’une jupe à la mode dans les années 50 aux États-unis. NdT.

35Enfin, une personne peut être à l’aise du fait d’une histoire partagée, comme le montre la réponse à la question « Est-ce que tu te souviens des jupes à motif de caniche10 ? ». Vous vous trouvez là, au milieu de personnes totalement inconnues. La question est lancée et voilà que tout le monde se met à parler de ses histoires de jupe à motif de caniche. Il m’est arrivé de me trouver dans ce genre de situations, sans savoir ce qu’étaient, par exemple, les jupes à motif de caniche, et je me suis alors sentie extrêmement mal à l’aise parce qu’il ne s’agissait pas de mon histoire. Ces autres personnes ne se connaissaient pas particulièrement entre elles. Elles n’avaient pas de lien sur le plan humain. Elles n’avaient également probablement que peu de points communs sur le plan politique. Mais les jupes à motif de caniche faisaient partie de leur histoire commune.

36 À présent que ce que j’entends par « monde », voyage d’un « monde » à d’autres et être à l’aise dans un « monde » a été clarifié, nous pouvons nous tourner vers la caractéristique qui me pose problème : mon attitude joueuse. Peut-être que dans ce « monde » où je suis si peu joueuse, je suis une personne différente de celle que je suis dans le « monde » où je suis joueuse. Ou bien peut-être que le « monde » dans lequel je ne suis pas joueuse est construit de telle sorte que je pourrais tout de même y être joueuse. Je pourrais m’exercer à l’être, même si ce « monde » est construit d’une manière qui entrave mon comportement joueur.

  • 11  Le personnage du trickster existe de très nombreuses cultures et a été largement étudié par les an (...)

37D’après ma description de ce que j’entends par « monde », la première possibilité semblerait être la plus conforme à l’expérience des « outsiders » par rapport à la culture dominante. Cependant, cette description de « monde » pose également des difficultés, car le « je » y est identifié à la fois comme unitaire et comme pluriel (je suis une et plusieurs à la fois). Je m’identifie comme étant moi-même grâce au souvenir et je conserve en mémoire une image de moi-même comme différente. Je peux me trouver dans un « monde » en particulier et avoir une double image de moi-même, par exemple comme joueuse et non joueuse. Ce phénomène est très connu et très reconnaissable pour les outsiders par rapport à la culture dominante, dans certaines situations capitales, comme par exemple lorsque j’anime dans l’un des « mondes », la caricature dans ce « monde », ou le stéréotype de la personne que je suis dans l’autre « monde ». Je peux disposer de ces deux images de moi-même, et dans la mesure où je peux les matérialiser ou les animer toutes deux en même temps, je deviens un être ambigu. Il y a là certainement une bonne part de duperie et de bêtise. Il est important de noter que le trickster11et l’idiot sont des personnages importants dans bon nombre de cultures non-dominantes ou outsider.

38Lorsque l’on voit, quel que soit le « monde », ces doubles facettes et leur absurdité, on anime différemment la personne que l’on est dans ce monde. Ainsi, attendu que selon les stéréotypes des « mondes » anglos, les personnes latinas sont construites comme passionnées, et étant donné que de nombreuses personnes latinas, moi y compris, sont réellement passionnées, je suis en mesure de me dire « je suis passionnée » et de prendre la pleine mesure du double sens. De plus, je peux être passionnée pour correspondre au stéréotype, ou l’être réellement, et si vous êtes Anglo, vous ne saurez pas quand je suis l’une ou l’autre, parce que je suis latino-américaine. En tant que Latino-américaine, je suis un être ambigu, un moi à deux facettes : je vois que les Gringos me perçoivent comme passionnée, selon le stéréotype, car en tant que Latino-américaine, je suis construite ainsi dans leur « monde ». Je peux choisir d’animer ou non le stéréotype ou le comportement réel volontairement, tout en sachant que vous ne pourrez peut-être pas y voir autre chose que la construction stéréotypée. Cette ambiguïté n’est pas juste amusante, elle est aussi utile à la survie. Nous pouvons aussi dresser un portrait amusant des personnes qui nous dominent, précisément parce que nous pouvons voir les doubles facettes, nous pouvons les voir elles aussi comme doublement construites, nous voyons la pluralité chez nous comme chez elles. Nous connaissons alors des vérités que seul l’idiot peut prononcer et seul le trickster peut manier sans risque. Nous habitons des « mondes » et voyageons à travers eux, et nous en conservons tous les souvenirs.

39 Parfois, la voyageuse de « monde » a une double image d’elle-même, et chacun de ses « moi » comprend un ou plusieurs attributs importants de l’autre moi : par exemple être joueuse ou ne pas l’être. Si un tel attribut se situe au cœur même de sa personnalité ou de son caractère, le « monde » dans lequel elle possède cet attribut devra être changé pour qu’elle cesse de le posséder. Par exemple, le « monde » dans lequel je ne suis pas joueuse devrait être changé pour que j’y devienne joueuse. En effet, il ne s’agit pas de dire que si j’étais à l’aise dans ce « monde », je pourrais y exprimer le caractère joueur de mon moi. Cet attribut est tellement lié à ma personnalité, et le « monde » dans lequel je ne suis pas joueuse s’accorde si bien à la manière dont j’y suis construite comme non joueuse, que je ne peux pas y être joueuse ; dans ce « monde », je suis non joueuse. Devenir joueuse signifierait pour moi devenir un être contradictoire. Par conséquent, le manque d’aise n’est pas ce qui rend problématique ma situation. Mon problème ne tient pas à un manque d’aise.

40Je suggère que je peux comprendre ma confusion quant à savoir si je suis joueuse ou non, en affirmant que je suis les deux à la fois, que je suis des personnes différentes dans différents « mondes » et que je peux me souvenir de moi-même dans les deux « mondes » telle que je suis dans l’autre. Je suis une pluralité de moi. Cela permet de comprendre ma confusion, car j’en suis venue à percevoir cette pluralité comme constituant une partie de mon expérience d’outsider dans certains des « mondes » que j’habite, qui fait partie intégrante des aspects significatifs de l’expérience des personnes non-dominantes dans les « mondes » de celles qui les dominent.

41Ainsi, bien que je puisse ne pas être à l’aise dans les « mondes » dans lesquels je ne me construis pas comme étant joueuse, cet attribut ne me fait pas défaut parce que je suis mal à l’aise. Les deux sont compatibles. En fait, le manque d’attitude joueuse ne vient pas d’un manque d’aise, mais d’un défaut de santé. Je ne suis pas un être sain dans les « mondes » qui me construisent comme non-joueuse.

Attitude joueuse

42 L’exploration de ce sujet correspond à un enjeu très personnel. L’attitude joueuse est non seulement l’attribut à l’origine de ma confusion et l’attitude que je recommande d’adopter comme aimante dans le voyage d’un « monde » à d’autres ; mais surtout, l’idée de devoir m’en passer, de devenir un être humain sérieux, quelqu’un sans dimensions multiples, vivant sans s’amuser, une personne progressivement construite pour éliminer tout amusement, m’effraye. J’ai réellement très peur de rester coincée dans un « monde » qui me construirait de cette façon. Un « monde » sans issue et dans lequel je ne pourrais pas être joueuse.

  • 12 Johan Huizinga, Homo Ludens (Buenos Aires, Argentine : Emece Editores, 1968).
  • 13  Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode (New York : Seabury Press, 1975).

43J’ai pensé à ce que signifiait être joueuse, à ce qu’est jouer, et j’ai mené cette réflexion dans un « monde » dans lequel mon caractère joueur n’était qu’un souvenir et dans lequel toutes les personnes qui me connaissaient comme telle n’étaient que des êtres imaginaires. Un « monde » dans lequel j’ai peur de perdre mes souvenirs de moi-même comme étant joueuse, ou de les voir effacés. Vivant dans un tel « monde », après avoir formulé ce qui correspondait pour moi à l’attitude joueuse et au jeu, j’ai ressenti le besoin de voir ce que d’autres avaient dit sur le sujet. J’ai donc lu deux classiques : Homo Ludens de Johan Huizinga12 et le chapitre de Vérité et méthode de Hans-Georg Gadamer13 traitant du concept de jeu. J’y ai découvert à ma plus grande surprise que ce que je pensais du jeu et de l’esprit joueur était en contradiction avec leurs analyses. Je ne vais pas développer les arguments m’ayant permis d’arriver à cette conclusion, mais il m’est apparu que ces deux auteurs avaient une vision agonistique du « jeu ». Pour eux, le jeu et l’attitude joueuse s’inscrivent en définitive dans une logique de compétition, de victoire, de défaite, de lutte. Ce que j’entends quant à moi par attitude joueuse n’a rien à voir avec toutes ces notions. J’ai donc voulu démêler les deux sens de jeu et attitude joueuse en les comparant. Le contraste m’a permis de mieux cerner l’attitude que j’avais en tête comme l’attitude aimante pour voyager d’un « monde » à d’autres.

44Un sens agonistique de l’attitude joueuse accorde une place prépondérante à la compétence. Vous devez impérativement connaître les règles du jeu. Dans un jeu, un concours, une compétition agonistique, il y a du risque, de l’incertitude, mais celle-ci porte sur qui va gagner et qui va perdre. Certaines règles engendrent de l’hostilité. L’attitude joueuse est alors conçue comme secondaire ou résultant du jeu. Puisque le jeu est un agone, un concours, alors la seule attitude joueuse envisageable est agonistique, combattive, compétitive. L’une des manières paradigmatiques de jouer, pour Gadamer comme pour Huizinga, est de jouer des rôles. Dans cette manière de jouer en jouant des rôles, la personne participant au jeu a une conception fixée d’elle-même. Je pense également que les personnes qui jouent sont imbues de leur propre importance dans le cadre d’un jeu agonistique, car elles sont attachées à gagner selon leurs propres mérites, leur propre compétence personnelle.

45En considérant l’importance du voyage d’un « monde » à d’autres, et pour déterminer si l’esprit joueur est l’attitude aimante à adopter, j’ai identifié l’attitude agonistique comme nuisible à ces voyages à travers les « mondes ». Un-e voyageur-e agonistique est un·e conquérant-e, un-e impérialiste. Partant d’une attitude agonistique, il est impossible de voyager entre les « mondes », cette attitude peut être mortelle pour certains « mondes ». Ainsi, pour les personnes souhaitant traverser les frontières raciales et ethniques, une construction de l’esprit joueur conforme à celle d’un homme occidental arrogant est mortelle. Il est indispensable d’abandonner ce type d’attitude pour être en mesure de voyager. Huizinga, dans son ouvrage classique sur le jeu, interprète la civilisation occidentale comme celle du jeu. Il s’agit là d’un point de réflexion intéressant pour les personnes du Tiers-Monde. La civilisation occidentale a été interprétée par un homme blanc occidental comme celle du jeu, au sens agonistique du terme : examinant la loi occidentale, l’art, ainsi que bon nombre d’autres aspects de cette culture, il perçoit un agone, un concours, dans tous ces domaines.

46 Mais quel est donc l’esprit joueur et aimant que j’imagine ? Prenons un exemple pour commencer : nous sommes au bord d’une rivière. Son cours est très bas, elle est presque asséchée. Un peu d’eau ça et là. De petites flaques abritant quelques truites cachées sous les rochers. Mais essentiellement des pierres humides, à la surface grise. Nous marchons quelques temps sur les pierres. Tu ramasses une pierre et la jettes sur une autre. En se brisant, celle-ci révèle un intérieur humide et plein de couleurs, très joli. Je ramasse une pierre à mon tour, la casse et me précipite vers les morceaux pour admirer les couleurs. Elles sont superbes. Je ris et te ramène les morceaux tandis que tu te diriges vers moi avec les tiens. Nous continuons à briser des pierres des heures durant, impatientes de voir toutes ces nouvelles couleurs magnifiques. Nous jouons. L’attitude joueuse qui anime notre activité ne présuppose pas qu’il existe quelque chose comme « casser des pierres » qui serait une forme de jeu particulière, obéissant à des règles spécifiques. Au contraire, c’est l’attitude qui nous porte au long de cette activité, une attitude joueuse, qui fait de cette activité un jeu. Notre activité n’a aucune règle, même s’il s’agit clairement d’une activité intentionnelle et que nous comprenons toutes les deux ce que nous faisons. L’attitude joueuse qui donne tout son sens à l’activité contient certes un élément d’incertitude, mais ici, l’incertitude est une ouverture à la surprise. Il s’agit alors d’une attitude métaphysique particulière, où l’on n’attend pas du monde qu’il soit bien structuré, ordonné. Les règles ne peuvent probablement pas expliquer ce que nous faisons. Nous ne sommes pas imbues de nous-mêmes, nous ne sommes pas figées dans des constructions particulières de nous-mêmes, ce qui signifie entre autres que nous sommes ouvertes à l’auto-construction. Nous pouvons nous passer de règles et lorsque nous en avons, ce ne sont pas des règles que nous considérons comme sacrées. Nous ne nous soucions pas des compétences. Nous ne sommes pas attachées à une manière particulière de faire les choses. Pendant le jeu, nous ne nous sommes pas abandonnées à un « monde » spécifique, ni ne sommes coincées dans l’un d’entre eux. Nous sommes présentes avec créativité. Nous ne sommes pas passives.

47L’attitude joueuse est, en partie, une ouverture à la bouffonnerie, ce qui se traduit par une combinaison d’insouciance face à la compétence, d’absence de suffisance, par le fait de ne pas conférer aux normes un caractère sacré et de trouver dans l’ambiguïté et les doubles facettes une source de sagesse et de plaisir.

48Ainsi, dans une définition positive, une attitude joueuse passe par une ouverture à la surprise, une ouverture à assumer la place de bouffon, à la construction ou la reconstruction de soi, ainsi qu’à la construction ou la reconstruction des « mondes » que nous habitons avec un esprit joueur. Dans sa définition en négatif, l’attitude joueuse se caractérise par une incertitude, un non-égocentrisme, l’absence de règles ou le fait de ne pas considérer les règles comme sacrées, une insouciance par rapport à la compétence ainsi que le non-abandon ou la non résignation face à une construction particulière de soi, des autres et de la relation avec ces autres personnes. En essayant de prendre la mesure de son soi et de sa relation avec les autres dans un « monde » en particulier, on peut s’étudier soi-même, s’examiner et parvenir à se comprendre. On peut alors voir les possibilités de jeu pour la personne que l’on est dans ce « monde ». On peut même décider d’habiter entièrement ce moi, afin de mieux le comprendre et de trouver ses possibilités créatives. Tout cela constitue une réflexion sur soi, qui n’a rien à voir avec le fait de démissionner ou de s’abandonner à la construction particulière de soi que l’on essaie de cerner.

Conclusion

49Il y a des « mondes » où nous entrons à nos risques et périls, des « mondes » dont l’ethos présente comme principales caractéristiques l’agone, la conquête et l’arrogance. Ce sont des « mondes » où nous entrons par nécessité et dans lesquels nous serions stupides de nous engager avec une attitude joueuse.

  • 14  Je pense comme Hegel que la reconnaissance de soi nécessite d’autres sujets, mais je suis en désac (...)

50Cependant, il existe aussi des « mondes » dans lesquels il est possible de voyager de manière aimante et le fait de s’y rendre revient à aimer au moins une partie des personnes qui y habitent. La raison pour laquelle je pense que voyager vers le « monde » d’une personne est une manière de s’identifier à elle, est que par le voyage, nous pouvons comprendre ce que c’est qu’être elle et être nous-mêmes à travers son regard. Ce n’est que lorsque nous avons voyagé dans le « monde » l’un·e de l’autre que nous devenons pleinement sujets l’un·e pour l’autre14.

51Connaître les « mondes » d’autres femmes, fait partie du fait de les connaître elles-mêmes, et les connaître, de les aimer. Cette connaissance peut être plus ou moins approfondie, tout comme cet amour. Voyager vers le « monde » d’une autre personne n’est pas la même chose que de devenir intime avec elle. L’intimité est composée en partie d’une connaissance profonde de l’autre et le voyage d’un « monde » à d’autres n’est qu’un élément de cette connaissance. Certaines personnes, notamment les outsiders par rapport à la culture dominante, ne peuvent être connues que dans la mesure où on les connaît dans plusieurs « mondes » et comme voyageuses de « monde ».

52Sans connaître le « monde » de l’autre personne, on ne la connaît pas et sans la connaître, on est en réalité seul-e en sa présence, car l’autre n’a qu’une faible présence pour nous.

53En voyageant vers les « mondes » d’autres personnes, nous découvrons qu’il existe des « mondes » dans lesquels les personnes victimes d’une perception arrogante sont en réalité des sujets, des êtres pleins de vie, résistants, constructeurs de visions, même si dans la construction dominante elles ne sont animées que par la perception arrogante et sont donc malléables, flexibles, cataloguables et classifiables. Ma mère m’apparaissait essentiellement comme une victime de la perception arrogante. J’étais loyale envers la construction que le regard arrogant avait fait d’elle et par là-même déloyale envers elle, en supposant qu’elle était réduite à cette construction. Je ne voulais pas être comme elle et je pensais que m’identifier à elle, me retrouver en elle, allait m’imposer de devenir comme elle. J’avais tort. Je me suis rendu compte en voyageant vers son « monde » qu’elle n’était pas flexible ni malléable, qu’elle ne se résumait pas à la construction patriarcale argentine dominante faite d’elle. J’ai pris conscience du fait qu’il existe des « mondes » où elle est un être éclatant de créativité. Me voir en elle en voyageant dans son « monde » m’a fait voir à quel point j’étais différente d’elle dans son « monde ». Il y a là une forme d’identification que je considère comme incompatible avec une perception arrogante, et constitutive d’une nouvelle compréhension de l’amour.

Post-scriptum écrit par María Lugones pour la traduction française de son article

54« Attitude joueuse, voyage d’un “monde” à d’autres et perception aimante » était le premier essai que je présentais en public. J’étais consciente du caractère délicat de ma situation. Il était possible que je mette au jour un malaise psychique. Le public était majoritairement composé d’hommes et de femmes de couleur, en majorité Afro-Américain-e-s. En lisant, j’ai compris ce que je lisais parce que j’étais comprise. Je théorisais un sens de soi et de la réalité qui faisait partie de leur expérience propre. Les personnes souriaient, acquiesçaient de la tête, étaient attentives à mes mots. Depuis, j’ai approfondi la compréhension de la multiplicité : des soi non-unifiés, multiples, des réalités multiples, de multiples espaces, des soi multiples en relation.

55Ce que j’ai cherché à exprimer avec le terme de « voyage », est un mouvement épistémique au sein de multiples réalités. L’on se déplace épistémiquement d’un monde à un autre. Mais le mouvement n’est pas seulement épistémique. Le mouvement épistémique, plutôt, rend capable de percevoir, de ressentir la manière dont l’on habite différents mondes. Le mouvement trouve un soi, un ensemble de relations, de pratiques, d’affections ou de désaffections, complètement transformé-e-s d’un monde à l’autre. Dans un monde, on peut être incomplè-tement humain-e, toutes les pratiques, institutions, perceptions, productions de sens et de connaissance, compréhension du genre, ayant critallisé notre non-humanité. Dans un autre monde —dans le « même » espace— notre créativité fleurit. Le pouvoir circule différemment, tant dans les significations que dans les logiques de ces significations. Le mouvement épistémique a lieu au sein de l’hétérogénéité et de la multiplicité de réalité, de soi, de structures et de pratiques qui informent chaque monde. De ce fait, les mondes que j’ai à l’esprit ne sont pas exactement des mondes possibles dans le sens logique de ce mot. Ils sont constitutif de notre réalité multiple, hétérogène et non-unifiée.

  • 15 Nelson Maldonado-Torres, « Interventions philosophiques dans le projet inachevé de la décolonisatio (...)

56Dans son magnifique essai On the Road Again: Metaphors of Travel in Cultural Criticism [De nouveau sur la route : métaphores du voyage dans la critique culturelle], Janet Wolff caractérise le voyage comme « une idée occidentale, de classe moyenne, d’un déplacement choisi, de loisir ». (Wolff, 225). Elle pense au voyage comme activité masculine, un voyage où un homme qui a des moyens trouve de la créativité dans ce qui ne lui est pas familier. Elle ne pense pas au mouvement des travailleuses et travailleurs migrant-e-s, ou aux personnes qui prennent le bus pour aller à leur travail et en revenir. Dans ce sens-là du mot, le voyage englobe le tourisme, y compris dans ses aspects abusifs. En espagnol, ma première langue, « viajar » englobe une grande diversité de mouvements, incluant les déplacements épistémiques : viajar en colectivo —voyager en bus— et bien d’autres mouvements qui font partie de la migration transnationale. On peut « viajar a pie »  —voyager à pied. Récemment, Nelson Maldonado Torres parlait d’un « tournant épistémique »15. Cela est assez proche de ce que je veux dire par « voyager », mais pour ma part, je m’attarde sur le voyage lui-même, entre des soi, des relations et des espaces situés dans la même temporalité, coextensifs et non-unifiés.

57J’écris depuis l’intérieur d’un mouvement qui vise la libération, depuis le sein d’une multitude hétérogène. J’entends mes voix, et je vous entends m’entendre. J’entends vos voix, parfois avec de grandes difficultés, parfois vous m’êtes opaques. Je / tu m’ / t’étends ou bien je / tu recule / s. Je / tu défends ma / ta position parmi les sujets. Je / tu considère/s ma / ta réalité. Je / tu sens les réductions, les effacements, l’apparente absence de voies de libération. « Dos au mur »,  je cherche des pratiques qui me permettent de trouver ces voies de libération. Je considère le voyage d’un monde à d’autres comme une pratique d’alliance, qui est attentive aux détails et aux grands traits du fait que nous soyons opprimé-e-s  resistant-e-s parmi et avec d’autres. Quand je pense à la pratique comme « joueuse », je veux souligner deux aspects du jeu en contradiction avec la signification bien réglée et agonistique du « jeu » : jouer dans le sens que je lui donne, n’implique pas toutes ces règles, jouer c’est s’adapter en déplaçant l’incertitude et avoir dans son sac beaucoup de tours, de ruses, de conseils transmis de personne à personne, parfois depuis des générations. Le ou la voyageuse joueuse est un-e trickster.

58J’ai conscience de ce que voyager avec une attitude joueuse est quelque chose que nous devons faire pour résister et répondre au capitalisme colonial moderne, à l’intersection de la race / genre / classe / sexualité. Mais j’avance, je propose, j’offre cette pratique comme une pratique libératoire dans laquelle nous voyageons dans les mondes de résistance les unes des autres, à l’intersection / fusion de multiples oppressions.

Haut de page

Notes

1  Le concept de María Lugones est : playfulness, pour lequel le français n’offre pas de traduction exacte. Nous avons considéré les expressions suivantes qui se rapprochaient le plus d’une traduction possible : esprit joueur, approche joueuse, espièglerie. Nous avons choisi « attitude joueuse », tout en sachant qu’il ne reflétait qu’imparfaitement le concept de l’auteure.

2  Marilyn Frye, The Politics of Reality: Essays in Feminist Theory (Trumansbug, N.Y. : Crossing Press, 1983), 73.

3  Vampiriser la substance d’un-e autre constitue une partie de la perception arrogante. Voir Frye, 66.

4  Il s’agit de la culture typiquement Argentine et du Sud du Brésil des Gauchos, chevau-chant solitaires dans les vastes plaines de la région. NdT.

5  Ibid., 53.

6  Ibid., 75.

7  Ibid., 73

8  Ibid., 77

9  Ibid., 75

10  Il s’agit d’une jupe à la mode dans les années 50 aux États-unis. NdT.

11  Le personnage du trickster existe de très nombreuses cultures et a été largement étudié par les anthropologues. Aux-États-Unis, il existe notament chez les populations Native American, Afrodescendantes et Chicanas. Dans l’idéologie et les analyses dominantes, le trickster possède souvent des connotations négatives. Dans les cultures subalternes, le tricskter est une figure subversive souvent célébrée car il se conduit à l’encontre des normes. Parfois, le trickster peut changer de forme, de sexe, de genre ou de sexualité, par exemple chez certaines communautés Native American. NdT.

12 Johan Huizinga, Homo Ludens (Buenos Aires, Argentine : Emece Editores, 1968).

13  Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode (New York : Seabury Press, 1975).

14  Je pense comme Hegel que la reconnaissance de soi nécessite d’autres sujets, mais je suis en désaccord avec son affirmation que cela nécessite une tension ou une hostilité.

15 Nelson Maldonado-Torres, « Interventions philosophiques dans le projet inachevé de la décolonisation », in Maesschalk, Marc & Loute, Alain (eds.), 2011. Nouvelle critique sociale. Europe-Amérique Latine. Aller-Retour. Monza, Italy : Polimetrica Publisher, pp. 297-328.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Lugones, « Attitude joueuse, voyage d’un « monde » à d’autres et perception aimante », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 26 juin 2012, Consulté le 23 octobre 2014. URL : http://cedref.revues.org/684

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page