Navigation – Plan du site
Perspective théorique

De quelques traits caractéristiques des recherches féministes en France

Dominique Fougeyrollas-Schwebel
p. 93-101

Texte intégral

  • 1  Ce papier reprend une partie de l’exposé que j’ai été amenée à faire au séminaire du CEDREF comme (...)

1Le bilan d’un certain nombre de rencontres récentes avec des collègues étrangères, et plus particulièrement des échanges menés avec des Québécoises et des Brésiliennes, me permet de proposer des hypothèses qui ne sont que rarement formulées dans les analyses du développement des recherches féministes en France lorsqu’on le compare à l’essor de ce domaine dans d’autres pays. Il n’est pas besoin de souligner combien les confrontations internationales peuvent être fructueuses pour repenser la situation dans son propre pays. La démarche n’est pas ici comparatiste au sens de l’établissement d’un protocole systématique pour mener une comparaison entre les pays ; la mise en perspective avec des sociétés étrangères sert d’instrument pour l’analyse de la situation française, son effet de miroir permet une prise de distance. Ce texte présente ainsi une première série de questions comme une contribution aux débats en cours1.

2La comparaison des recherches féministes en France avec celle d’autres pays occidentaux met généralement en avant les éléments qui entravent le développement dans ce domaine plutôt qu’ils ne le favorisent. Deux aspects sont le plus souvent soulignés : d’une part le lien entre le développement du domaine et l’importance, le dynamisme du mouvement social, à savoir le mouvement féministe qui en est l’initiateur. Le deuxième caractère mis en avant se rapporte davantage aux conditions institutionnelles favorables ou non au renforcement du domaine : on souligne les différences dans l’organisation des enseignements ou de la recherche et combien en particulier l’organisation centralisée des enseignements aurait restreint les possibilités de développement des recherches féministes en France. Enfin, on évoque un trait culturel spécifique de la France où les femmes ont longtemps été écartées des positions d’autorité et de pouvoirs, notamment dans le champ du savoir et de la recherche scientifique.

3Mon point de vue ici est autre : pour analyser l’essor des recherches féministes il faut préalablement comprendre la place du féminisme sur l’échiquier politique et à partir de là, comprendre ce qu’implique le mouvement féministe pour le renouvellement des recherches.

  • 2  Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Le féminisme des années 70 », in Christine Ferré, Encyclopédie (...)

4L’étude que j’ai entreprise des mouvements féministes à la fin des années 60 met en évidence les convergences et les différences dans les conditions d’apparition des mouvements des femmes selon les pays : différences liées aux évolutions socio-économiques, différences des conditions d’inscription des femmes dans le marché du travail, mais aussi différences dans les contextes politiques et les systèmes d’alliance dominants dans chaque pays2. L’analyse des moments fondateurs est importante parce que les conditions d’émergence conditionnent à leur tour les premiers développements de la recherche féministe, puisqu’aussi bien la naissance du mouvement et la naissance d’une recherche spécifique sont consécutives, l’une requérant l’autre tout en lui fournissant un substrat actif. Cependant une analyse conséquente du développement des recherches féministes ne peut se limiter à ce seul aspect de moment inaugural et doit prendre en compte l’ensemble des évolutions qui s’opèrent.

5L’analyse de l’émergence du féminisme dans deux contextes politiques, celui du Québec et celui de la France, radicalement différents par-delà les manifestations communes à l’ensemble des mouvements féministes de la fin des années 60, me permet de fonder une première hypothèse pour comprendre comment en France, alors même que le féminisme est associé au large processus de transformation des valeurs culturelles consécutives à l’élargissement du salariat féminin, il est dans le même temps marginalisé et prioritairement rapporté aux groupes politiques de l’extrême-gauche. Le deuxième point de ce papier discute les arguments souvent présentés d’un « retard » des recherches féministes en France qu’expliquerait la culture politique majoritaire fondée sur l’idée d’une République unitaire, la perspective universaliste dominante opposée en particulier à la vision courante des pays anglo-saxons, plus accessibles aux valeurs communautaristes.

6Le mouvement féministe québécois est lié au renouveau de la question nationale dans les années 60. Ainsi est-il très fortement intégré aux débats qui dominent alors sur les transformations de la société — transformations qui lient libération et modernisation. Dans ce contexte, le féminisme se voit logiquement reconnaître comme un élément du processus de modernisation de la société. Aussi le féminisme québécois s'est-il nourri de la question nationale d’une façon qui lui a permis d’emprunter des voies parallèles à celles des partis politiques au lieu de se voir rejeté dans les voies divergentes, voire contradictoires, sans rencontre possible. On conçoit alors que la rupture avec les organisations de gauche sera ici beaucoup moins conflictuelle que dans d'autres pays : « Pas de libération des femmes sans Québec libre, pas de Québec libre sans libération des femmes », aiment à affirmer les mots d'ordre féministes. La spécificité de l’affirmation féministe est de cette manière posée comme indissolublement associée à la revendication nationaliste au lieu de se présenter comme l’autre terme d’une alternative. Ainsi peut-on en conclure que le féminisme constitue un élément du champ politique.

7En revanche, le féminisme et les premières recherches en France dans ce domaine sont presque exclusivement associés aux groupes politiques les plus radicaux, en marge des groupes politiques traditionnels. Même si l’on tient compte du fait que le féminisme des années 70 ne peut se réduire à son intégration aux groupes de l’extrême-gauche, même s’il faut reconnaître que le mouvement a connu des manifestations de grande ampleur mobilisant un nombre important de femmes, même s’il y eut parmi elles aussi bien des femmes appartenant aux organisations syndicales et aux partis politiques que des femmes sans appartenance, il n’en demeure pas moins que le féminisme n’a jamais été pris en considération comme un instrument indispensable des transformations sociales. Lorsque les analyses dépassent les attitudes premières de dénigrement, le féminisme est ainsi essentiellement caractérisé comme un symptôme des contradictions sociales, comme l’expression des revendications de nouveaux groupes sociaux face aux évolutions sociales; on ne le considère pas dans cette période comme un levier décisif du changement. Le mouvement féministe est alors avant tout perçu au travers de son opposition frontale à l’ensemble de la société. Ce n’est que plus récemment que le féminisme ou la question des femmes se sont vus enfin reconnaître, jusqu’à bénéficier d’une place relativement importante au sein des partis politiques : la dénonciation des inégalités comme autant d’injustices faites aux femmes a évolué vers la reconnaissance des positions des femmes comme instrument d’une rénovation des partis politiques.

8Cette inscription aux marges de l’échiquier politique dans le début des années 70 s’est trouvé renforcée par les choix méthodologiques qu’opèrent les chercheuses françaises dans la conduite de leurs recherches. Dans un premier temps, les recherches féministes prennent leur essor essentiellement en rupture avec les institutions, toutes les institutions, y compris universitaires. On sait qu’il faut attendre le colloque de Toulouse, en décembre 1982, pour qu’une réelle inscription institutionnelle devienne possible.De plus, il s’agit moins, à travers ces recherches d’offrir des instruments pour l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble des femmes que de faire la critique des théories qui ont permis que se reproduise et se perpétue la domination des femmes par les hommes. Dans ces conditions, se manifeste souvent, pour un nombre important de féministes, un certain parti pris de distance à l’égard de tout projet trop proche de mises en œuvre de mesures politiques et de leur évaluation, une prise de distance par rapport aux recherches de type recherche-action qui y sont la plupart du temps associées.

9Pour nombre de théoriciennes féministes, il s’agissait dans les premiers temps essentiellement de se démarquer des recherches antérieures sur la condition féminine ; il s’agit de dépasser les multiples constats d’inégalité au profit d’une critique radicale de recherches qui, prenant comme objet la seule condition féminine, ne mettent pas suffisamment l’accent sur les relations de domination. Le féminisme est avant tout une production idéologique très diversifiée et c'est incontestablement dans la critique des catégories de la pensée que le féminisme connaît son impact le plus important — que l'apport des féministes soit ou non reconnu. La priorité reste de déceler et de dénoncer les mécanismes qui favorisent et entretiennent la sujétion des femmes, d'agir sur eux pour les modifier. La critique féministe a porté ainsi sur l'ensemble des disciplines scientifiques et sur la construction des catégories de sexe comme catégories du discours et comme éléments de la reproduction du système patriarcal.

10Parallèlement les grands organismes de financement de la recherche comme le CORDES (Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement économique et social, Commissariat général du Plan) puis la MIRE (Mission de recherche, Ministère du travail et des affaires sociales), qui ont accordé les moyens d’un renouvellement des problématiques de recherche aux marges des domaines réservés des institutions académiques jusqu’alors dominantes, n’ont par contre offert aucun axe privilégié pour les recherches féministes. Les premières recherches ont été menées de manière isolée, aléatoire, au gré de circonstances plus favorables et de soutiens qui s’avérèrent déterminants pour l’émergence de nouvelles problématiques. Il faut attendre la mise en place du programme du CNRS « Recherches féministes et sur les femmes » en 1984 pour que l’on puisse réellement parler d’un financement coordonné des recherches féministes. Plusieurs chercheuses ont souligné l’absence de suivi dans cette politique. La préparation de la 4e Conférence internationale de l’ONU et les effets des renforcements de la concurrence européenne contraignent en quelque sorte le gouvernement français à se sentir de nouveau interpellé avec assez de force pour envisager une action spécifique de recherche dans ce domaine.

11Cette évolution peut être rapprochée de la volonté politique qui émerge de s’appuyer sur les femmes et le potentiel de « cohésion » sociale qu’on leur prête dans la mise en place de mesures sociales pour remédier aux effets de la crise économique, des années 80 et 90. On trouve en effet une participation de plus en plus importante des femmes au sein de divers mouvements associatifs. Ces associations connaissent d’ailleurs un nouvel essor comme partenaires des politiques sociales actuelles : elles interviennent dans les domaines les plus variés, depuis les violences à l’encontre des femmes jusqu’aux programmes de formation professionnelle, en direction de populations féminines mains non exclusivement.

12Des années 70 à aujourd’hui se dessine ainsi un parcours quelque peu paradoxal des recherches féministes : longtemps laissées aux marges de la recherche et qualifiées d’idéologiques et militantes, désormais le contexte international favorise l’émergence de nouveaux experts du domaine. Conséquences de la tenue de la Conférence de l’ONU en 1995 ces recherches connaissent alors quelques facilités de financements et un certain renouvellement. Ainsi est-ce la place que la France estime devoir tenir au niveau international qui donne un nouveau support aux recherches féministes.

  • 3  Etienne Balibar « Emancipation, transformation, civilité », Les Temps modernes, 50 ans, n°587, mar (...)

13Le deuxième point que je voudrais introduire ici concerne l’opposition souvent avancée entre les fondements des recherches en France et dans les pays anglo-saxons, quant à l’opposition entre la culture universaliste et la culture communautariste. Une des explications des difficultés que les recherches féministes rencontrent dans leur développement serait dû à l’absence de possibilités de penser la question des femmes en termes de revendications spécifiques. Considérons à l’inverse l’analyse avancée par Etienne Balibar sur le fondement des mouvements politiques d’émancipation : «  En réalité toute l’histoire de l’émancipation n’est pas tant l’histoire de la revendication de droits ignorés, que celle de la lutte réelle pour la jouissance de droits déjà déclarés. S’il en est ainsi, le combat contre le déni de citoyenneté est bien la vie de la politique d’émancipation. »3 Ce propos de Balibar me permet de concilier deux idées : d’une part que l’exclusion des femmes de la sphère publique est moins l’expression d’une volonté maligne que la résultante de conditions historique de rapports de force ; d’autre part, que l’opposition particularisme/universalisme n’aboutit qu’à une opposition formelle lorsqu’elle se situe au plan du principe, la revendication de l’autonomie étant une revendication fondée sur une représentation de l’universel.

14De cette perspective, on comprend mieux le faux dilemme auquel invite souvent le choix entre les approches universalistes et communautaristes pour situer les mouvements féministes dans les différents pays en référence à cette opposition. Ainsi, les dimensions universalistes des représentations politiques dominantes, en France, où elles sont associées à un Etat centralisé, expliqueraient les difficultés de développement du féminisme et le peu de reconnaissance accordée aux recherches dans ce domaine. En France, cette opposition s’est fortement réactualisée à travers non seulement l’opposition entre universalisme et particularisme, mais encore à travers l’opposition entre matérialistes et essentialistes.

  • 4 Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Le féminisme des années 70 » in Christine Fauré Encyclopédie pol (...)
  • 5  Sara M. Evans, « Beyond the disctates of prudence » in Sara M. Evans et Harry C. Boyte, Free Space (...)

15Considérons ainsi le clivage privé/public pour souligner combien entre la France et les Etats-Unis, par exemple, ces termes en fonction des traditions politiques et des pratiques sociales ne recouvrent aucunement les mêmes significations. Dans l’Hexagone la mère est une femme républicaine et c’est en tant que mère éducatrice qu’elle est un instrument de la République. Mais ce rôle lui est dévolu sans que l’univers du privé puisse accéder à une quelconque valorisation : elle n’accède à la reconnaissance que comme auxiliaire, elle n’y accède qu’à la condition de ne pas affirmer son autonomie. En suivant l’historienne du féminisme américain Sara Evans, on peut dire que le néoféminisme est fondamentalement marqué, aux Etats-Unis tout particulièrement, par la tension entre le rejet ou le maintien de la tradition, entre l'affirmation de l'égalité et l'affirmation de la différence, entre la contre-culture (la communauté) féminine et la liberté individuelle, entre le privé et le public. La tâche du féminisme ne signifie pas seulement alors prendre acte de l'évolution des deux pôles de cette tension. Elle exige une compréhension critique de l'opposition « privé-public » elle-même. Mais les féministes ont du mal à se détacher de cette opposition et il suffit de privilégier l'un des pôles pour que l'autre représente un danger « mortel » pour la libération des femmes4, dit-elle5.

16En effet, l’affrontement entre féministes de l’universalisme et féministes de la différence ou du particularisme peut être vu comme l’opposition des valeurs de la sphère privée et des valeurs de la sphère économique et sociale. Une première version du féminisme correspond à l'intégration dans le domaine politique en insistant sur le droit individuel des femmes comme citoyennes. L’autre courant dénonce cette intégration dans la politique telle qu'elle a été définie par les hommes au profit des rôles et des responsabilités traditionnels des femmes dans la famille et des valeurs qui y sont attachées. Cette dénonciation jette les bases d'une critique de la scène publique et d'une vision alternative de la politique. Cette opposition va connaître un développement original dans l’affrontement manichéen qui se déroule entre féminisme essentialiste et féminisme matérialiste. Non pas que l’opposition ne soit pas pertinente lorsqu’il s’agit de définir les politiques prioritaires de transformations des conditions de vie des femmes ou de simplement préconiser une évolution des mentalités, les femmes se devant d’abandonner leurs propres préjugés de faiblesse et d’autocensure au profit d’engagements plus importants dans la vie politique. Ce qu'il y a de paradoxal dans le mouvement féministe c'est d'être un mouvement collectif pour une affirmation individuelle. Le féminisme, c'est une identité commune dans l'oppression, il prend racine dans la reconnaissance de la communauté d'identité des femmes mais il ne peut que se heurter très vite à la nécessité de reconnaître l'absence d'intérêt commun entre les femmes. Les féministes radicales attaquent une société qui fait croire à l'égalité là où les inégalités fondent le système. L'illusion, c'est que la communauté d'intérêt des femmes est la construction directe de leur aliénation comme femmes. L'altérité est une construction de la domination masculine. L'enjeu est donc de subvertir cette aliénation. Une première étape a consisté dans la revendication pour l'égalité comme accès à l'universel du genre humain. La dénonciation et la déconstruction de cet universel ont constitué la seconde étape. La « perversion » idéologique de cette critique est alors le refus de la pensée masculine productiviste et la valorisation des valeurs féminines de la maternité : se manifeste ainsi un retour aux valeurs les plus traditionnelles de la féminité et de son aliénation.

17De cette prépondérance de valeur universaliste en France, de nombreux auteurs ont souvent conclu sur la plus grande difficulté pour les recherches sur les femmes a se nommer comme recherches féministes.

18Les deux points que j’ai esquissés dans ce papier m’amènent à penser que les différences que j’ai soulignées  par rapport à des matrices de représentations politiques autres, nous incitent à ne pas effacer la double dimension du féminisme : comme question politique et comme expression de nouvelles valeurs participant de ce qui est communément nommé les nouveaux mouvements sociaux. Dans ces termes la recherche féministe, qui, comme tout savoir est nécessairement liée aux ambitions politiques, se présente comme une recherche critique, une exigence  exacerbée visant à l’élaboration d’une véritable démocratie. Ainsi, les réflexions doivent être approfondies pour mieux comprendre que si les recherches féministes en France ont sans doute rencontré un développement moins éclatant que dans d’autres pays – ce propos est partiellement erroné si l’on ne considère plus les seules recherches qui s’affirment comme féministes et que l’on considère l’ensemble des renouvellements qui se sont opérés dans le domaine au cours des dernières décennies – ce n’est pas tant parce qu’il y aurait des valeurs antinomiques à un tel développement mais bien davantage parce que les conjonctures n’ont permis que rarement la reconnaissance du féminisme dans les projets politiques.

Haut de page

Notes

1  Ce papier reprend une partie de l’exposé que j’ai été amenée à faire au séminaire du CEDREF comme compte rendu de ma participation au colloque international à Québec sur les recherches féministes dans la francophonie.

2  Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Le féminisme des années 70 », in Christine Ferré, Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris : PUF ? 1997, p. 729-770.

3  Etienne Balibar « Emancipation, transformation, civilité », Les Temps modernes, 50 ans, n°587, mars-avril-mai 1996. p. 409-449.

4 Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Le féminisme des années 70 » in Christine Fauré Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris : PUF, 1997, p. 729-770.

5  Sara M. Evans, « Beyond the disctates of prudence » in Sara M. Evans et Harry C. Boyte, Free Spaces. The Sources of Democratic Change in America, New York : Harper and Row, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « De quelques traits caractéristiques des recherches féministes en France », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 93-101.

Référence électronique

Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « De quelques traits caractéristiques des recherches féministes en France », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/666

Haut de page

Auteur

Dominique Fougeyrollas-Schwebel

Sociologue, IRIS-TS, CNRS-Université Paris 9 Dauphine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org