Navigation – Plan du site
Perspective théorique

Les études sur la femme au Brésil ou la stratégie de la corde raide

Albertina de Oliveira-Costa
Traduction de Isabel Ribeiro
p. 59-71

Texte intégral

1Au Brésil aujourd'hui, les études sur la femme jouissent d'une réputation de qualité et de dynamisme qui ne peut-être remise en question. Au cours des vingt dernières années, le panorama des sciences sociales a changé de façon drastique pour répondre au questionnement du mouvement féministe, quittant son aspect de paysage désolé pour incorporer la thématique de l'inégalité sociale entre les sexes. Il existe aujourd'hui au Brésil un florissant domaine des études sur la femme, à vocation interdisciplinaire.

2Cette vision optimiste se justifie en raison du long chemin parcouru, au cours duquel une question a été tirée des limbes dans lesquels elle se trouvait au début des années 70 ; elle a gagné en visibilité et en force malgré tous les obstacles, rendant possible un questionnement des paradigmes des sciences sociales. Les relations sociales entre les sexes ont constitué une des thématiques ayant eu le plus grand attrait et le plus gros impact sur le monde académique brésilien au cours des années 80.

3À l'expansion et à la sophistication croissantes de la recherche dans ce domaine thématique, n'a pas correspondu l'instauration de cours réguliers. Le paradoxe consistant pour une recherche de qualité à être dissociée de la mise en oeuvre de l'enseignement et de la formation systématiques constitue un des traits les plus marquants des études sur la femme et les sexes au Brésil.

4Il est surprenant que le prestige et la légitimité académiques durement conquis par ce domaine n'aient pas été suivis d'une formalisation plus grande des relations et d'une construction institutionnelle solide. Les études sur la femme et les sexes ne sont pas formellement constituées en domaine d'enseignement et de recherche.

5Ce domaine, sans signes extérieurs d'identité et aux contours flous, est constitué par un thème, par l'intérêt porté à une problématique partagée par une communauté de chercheurs (des femmes en grande majorité, mais pas nécessairement féministes) qui, bien qu'ils ne soient pas liés par des liens formels, ont des intérêts, des objectifs et des projets en commun, et entretiennent des liens de solidarité et d'aide qui constituent un réseau informel.

6L'imprécision des contours du domaine, qui rend difficile toute tentative d'évaluation systématique, résulte en grande partie du rejet -prédominant chez les spécialistes- de l'inclination séparatiste, qui délimite la frontière d'un territoire propre à l'étude des femmes, en faveur de la recherche d'une transversalité, de l'affirmation de l'omniprésence dans les différentes disciplines des hiérarchies sociales fondées sur le sexe.

7Le Brésil est un exemple réussi de la persistance d'une stratégie de la corde raide, de la tentative faite pour trouver un point d'équilibre entre les avantages, comme l'agglutination et la potentialisation des efforts, la captation des ressources, et les désavantages, comme la ségrégation de l'institutionnalisation à travers la recherche d'une formalisation minimum, d'une institutionnalisation soft qui puisse offrir une base aux attaques contre les citadelles de la connaissance traditionnelle. Une stratégie qui a privilégié l'ouverture et la flexibilité pour tirer profit des brèches et conquérir des espaces pour les questions concernant les sexes.

8Un regard rétrospectif permettra de mieux comprendre les formes prises par les études sur la femme et les sexes au Brésil, et les défis qu'elles rencontrent au tournant du siècle. C'est dans le contexte social plus large dans lequel elles ont émergé qu'on trouve les raisons permettant de comprendre pourquoi les études sur la femme se sont consolidées de préférence sous la forme d'un domaine de recherche.

9Au cours des années 70, le Brésil connaît un processus accéléré de changements sociaux dans une conjoncture politique de régime autoritaire. Ces transformations vont affecter profondément le statut social des femmes et modifier de façon significative la structure universitaire. Migration, urbanisation, accroissement de la participation dans les secteurs modernes de l'économie, niveaux de scolarisation plus élevés, diffusion des moyens de communication de masse, chute du taux de fécondité, altèrent radicalement les relations traditionnelles entre les sexes, créant des interrogations et de nouvelles requêtes.

10Le système éducatif du niveau supérieur est en forte expansion, et le contingent des étudiantes est égal à celui des étudiants ; les femmes compensent un déficit éducationnel historique mais elles se concentrent de préférence dans certaines carrières comme les humanités, maintenant ainsi la ségrégation. La hausse du niveau d'éducation des femmes amène un bon nombre d'entre elles à des mobilisations féministes, de même qu'elle les qualifie pour la production académique en sciences humaines, créneau préférentiel où sont venues s'insérer les études sur la femme.

  • 1  Aguiar, Neuma, Programas de Estudo e Cursos sobre Mulheres : o caso brasileiro, Rio de Janeiro : s (...)

11Les années 70 représentent une phase d'expansion et de renforcement des sciences sociales au Brésil. Avec la réforme universitaire, la frontière mandarinale bureaucrate évolue vers une structure plus perméable et plus flexible, les cours de troisième cycle se développent, et on voit se revigorer les organismes gouvernementaux de promotion de la production scientifique par le biais desquels, enfin, les sciences sociales obtiennent des financements. Cet ensemble de réformes encourage particulièrement la recherche1, au détriment de l'enseignement.

12On ne sera pas surpris de ce que des innovations thématiques comme les études sur la femme apparaissent par le biais de la recherche, profitant des parcelles d'autonomie offertes par le système.

13D'un autre côté, en tant que point de mire du régime répressif, l'université a été soumise à un contrôle rigoureux et à des purges successives qui ont touché notamment le domaine des sciences sociales. Ce processus a entraîné la création de centres de recherche privés et indépendants, qui ont obtenu l'appui d'agences internationales et sont devenus le pôle dynamique de l'innovation en sciences sociales. Ces nouveaux espaces, exclusivement dédiés à la recherche, ont accueilli avec moins de difficulté l'intérêt émergent pour le thème de la femme.

  • 2  Navarro, Marysa, « Research on Latin American Women », Signs 5 (I), 1979.
  • 3  Bonder Gloria, « Research on Women in Latin America », In RAO, Aruna  (ed.), Women's Sudies Intern (...)

14Avant 1970, la recherche sur la femme se situe dans des sortes de limbes. Les rares études existantes sont enclavées dans les optiques traditionnelles des disciplines et n'ont pas de résonance ; elles se retrouvent isolées, dans leur audace d'aborder un thème mineur. La tendance latino-américaine soulignée par Navarro2 et Bonder3 se répète au Brésil. Au cours de cette période, la plupart des projets de recherche sur la femme s'est concentrée dans les thèmes ayant une plus grande légitimité dans les sciences sociales -Travail, Population, Développement-, se conformant aux paradigmes alors prédominants : théorie de la dépendance, version sud américaine du marxisme et théorie de la modernisation.

15Au Brésil, l'émergence d'une problématique relative à la femme a été influencée non seulement par l'existence d'un mouvement de libération des femmes dans les pays centraux, espèce de paramètre symbolique et distant, mais également et surtout par un mouvement local actif de femmes. Les dernières années de la décennie ont enregistré une mobilisation considérable et retentissante de la part de femmes issues de différentes couches sociales, agissant au sein de divers types d'organisations qui, de façons différentes, visaient à contribuer à la modification du système d'accès aux ressources et des relations de pouvoir entre les sexes.

  • 4  Goldberg, Anette, Feminismo e Autoritarismo : a metamorfose de uma utopia de libertação em ideolog (...)

16Cependant, le contexte de miracle économique, l'iniquité sociale et l'absence de libertés publiques donnent naissance à un féminisme particulier, « bon pour le Brésil » selon Goldberg4, et tourné prioritairement vers la revendication de droits sociaux.

17Au cours de ces années, les priorités du militantisme vont orienter la recherche d'une façon marquante, recherche qui valorise les diagnostics sur la précarité des conditions de vie des femmes pauvres, privilégiant d'un côté l'explication de la subordination féminine par des déterminants infra-structuraux, et de l'autre acquérant une forte connotation missionnaire. La vocation d'intervention sociale qui a marqué le domaine à l'origine fait qu'il n'y a pas eu de manifestation d'une forte dissociation entre les préoccupations tournées plutôt vers les politiques publiques et le développement, et celles plus enclines à la réflexion et les études.

18Sous l'impact de la mobilisation féministe, on assiste à l'émergence du thème sous un aspect scientifique. Les toutes premières études concentrent leurs efforts afin de donner plus de visibilité à la femme, de retrouver sa présence dans l'histoire et, dans le monde social, de montrer l'androcentrisme comme étant un vice de la connaissance scientifique et de légitimer le nouveau domaine d'études. Elles furent couronnées de succès dans leur tâche.

19À la fin de la décennie, cette légitimité était conquise grâce à l'implication et à la combativité d'une poignée de chercheuses féministes.

  • 5  Pas moins de 127 projets ont concouru pour ce financement, illustrant ainsi l'intérêt éveillé.

20En 1978 se produisent deux événements qui deviendront des repères dans le domaine des études. Un séminaire intitulé « La Femme dans la force de travail en Amérique Latine » est organisé à Rio de Janeiro par la sociologue Neuma Aguiar à l’Iuperj, d'où naîtra un groupe de travail sur la question qui intègre depuis sa fondation l'Association Nationale de troisième Cycle et de Recherche en Sciences Sociales (ANPOCQ). A São Paulo, Carmem Barroso coordonne à la Fondation Carlos Chagas le premier concours de dotations de recherche sur la femme brésilienne, avec un financement de la Fondation Ford5.

  • 6  La Fondation Ford a patronné au cours de ces 15 années six séries de ce concours, qui ont financé (...)

21Ces deux événements furent vécus comme très importants ; les chercheuses qui y participèrent eurent la sensation d'être en train d'inaugurer une phase nouvelle. Rétrospectivement, ce sentiment se révéla être vrai : on les considère aujourd'hui comme des repères, en ce sens qu'ils ont tous deux permis de débloquer des processus qui se sont révélés cruciaux pour l'affirmation de ce champ : la constitution de groupes de travail et de networks spécialisés à l'intérieur des associations scientifiques, et le large et constant appui financier de la Fondation Ford, qui a constitué la pièce fondamentale de la consolidation de ce domaine d'études au Brésil6.

22Dans les années 80, la production académique sur ce thème croît et se diversifie de façon vertigineuse. Dans un inventaire réalisé à la Fondation Carlos Chagas, on peut constater que les publications et les thèses ont augmenté sensiblement (Tableaux 1 et 2). Le Groupe d'Etudes sur la Femme et les Relations Sociales entre les Sexes (NEMGE/USP) a relevé 142 thèses sur le sujet soutenues à l'Université de São Paulo au cours de la période 1985-1989.

23Les recherches autour du thème se sont développées dans le pays tout entier, avec les disparités régionales auxquelles on pouvait s'attendre (concentration à Rio de Janeiro et São Paulo) et qui caractérisent la production scientifique brésilienne.

24Il y a un processus d'ouverture de l'éventail thématique des études sur la femme, où la priorité du travail donne lieu à une grande diversification, en abordant des questions relatives au corps, à la sexualité, aux mouvements sociaux, au quotidien et à la mentalité. On assiste également à un processus d'expansion de la base de la discipline, qui ne se concentre plus seulement sur la Sociologie et la Démographie mais englobe aussi l'Anthropologie, l'Histoire, la Littérature, la Psychologie, la Psychanalyse, le Droit, la Santé, la Politique, la Géographie, l'Education, la Communication, les Arts et l'Economie. Un début de processus d'institutionnalisation se manifeste, qui permet d'alléger le poids reposant sur ces chercheuses qui, de façon isolée, ont réussi à procurer un espace à ce thème dans leurs institutions.

25Dans les universités, on a commencé à voir surgir des groupes d'étude et de recherche sur la femme et les sexes. Le processus d'implantation commence de façon prudente et gagne de l'élan vers la moitié de la décennie. Vingt groupes étaient présents à la Rencontre Nationale réalisée en mars 1991 à l'Université de São Paulo (Tableau 3), et d’autres continuent à se développer.

26La volonté de disposer pour le travail commun d'un espace qui permette de dépasser la dispersion préexistante est le trait commun à la formation des groupes. Ces centres ont pris des aspects très disparates, en fonction des universités qui les abritent, mais ils sont en majorité caractérisés par un fonctionnement intermittent et par une fragilité structurelle, en raison de l'insuffisance chronique des ressources universitaires.

27L'enseignement s'est développé à un rythme bien plus lent que la recherche. Pour des raisons historiques, les études sur la femme ont commencé à s'implanter du haut vers le bas. La plupart des cours a été proposée au niveau du troisième cycle, où il existe une grande flexibilité dans les filières, ou bien à celui des premier et second cycles, en tant qu'options. Il n'existe pas de cours réguliers sur les sexes ou sur la femme, mais l'université brésilienne n'intègre pas traditionnellement de cours thématiques dans ses filières. Le fait de proposer ces cours dépend de l'initiative des professeurs, et il n'existe pas pour eux de possibilité de se consacrer entièrement à la question.

28Le caractère discontinu des cours rend très précaire une évaluation tant de sa diffusion que des caractéristiques de sa mise en oeuvre. On peut raisonnablement supposer que sa fréquence, ainsi que son degré de spécialisation, se sont accrus. Les titres de ces cours ont évolué, passant d'un haut degré de généralité comme « La femme dans la littérature » à une plus grande spécificité, comme par exemple « Sexualité et reproduction dans les romans de fiction scientifique écrits par des femmes ».

29En 1993 s'est ouvert le premier programme de doctorat sur les sexes et la famille au Brésil, à l'initiative de professeurs qui s'étaient réunis au PAGU, le centre d'études des sexes de l'Université de Campinas, une des plus prestigieuses du pays.

30La relation entre cours et groupes n'est pas linéaire. En principe, les groupes des universités brésiliennes n'offrent pas de cours réguliers, bien que l'augmentation du nombre de groupes d'études sur la femme et les sexes soit l'indicateur d'une probabilité de l'existence de cours, dans la mesure où elle correspond à une augmentation du nombre des professeurs qualifiés. En contrepartie, tous les spécialistes des sexes ne participent pas au groupe d'études de leurs facultés.

31Les groupes ont répondu de façon très diversifiée à leur triple fonction d'enseignement, de recherche et d'extension. Ils ont privilégié l'obtention de ressources pour la recherche et les activités de sensibilisation et de défense des droits de la femme auprès de la communauté, par le biais de l'organisation d'activités hors programme, de cycles de conférences, de films, etc., ou encore par leur action en tant qu'agence de consultation auprès des organes gouvernementaux dans des programmes de lutte contre la misère, de génération de revenus, ou auprès des mouvements populaires et des organisations syndicales ; certains proposent un contact direct, comme des consultations psychologiques pour les victimes de violences.

32Divers groupes ont pour objectif principal d'offrir un espace à la discussion sur les recherches en cours, et ils ont fonctionné comme un soutien complémentaire aux cours de troisième cycle, apportant une contribution importante à la formation et à l'apprentissage de chercheurs.

33L'existence des groupes a favorisé une salutaire circulation des idées et des professeurs entre les différentes universités. Un exemple de la relation d'échange et d'aide mutuelle est celui de la création récente, en 1992, du réseau de groupes universitaires de recherche sur la femme et ses sexes dans les régions du Nord et du Nordeste (REDOR). Cependant, on doit considérer que l'ensemble formé par ces groupes universitaires n'est pas à la mesure de l'extension et de la complexité de la communauté de ceux qui étudient la thématique, communauté qui englobe encore des centres de recherche privés et des organisations non-gouvernementales créées par des professionnelles féministes dans le but de procurer des subsides à la formulation de politiques publiques et de conseiller les mouvements populaires en lutte pour leurs droits.

34À la fin de la décennie, les principales associations de scientifiques du pays -ANPOCS (Sciences Sociales), ABA (Anthropologie), ANPUH (Histoire), ABEP (Etudes des populations) ANPOLL (Lettres et Linguistique), ABRALIC (Littérature Comparée), ABET (Travail), ABRAPSO (Psychologie Sociale), ANPED (Education)- comptaient sur des groupes de travail spécialisés dans la thématique. Ces groupes de travail offrent des caractéristiques très différenciées quant à la stabilité et aux fonctions, qui vont de l'organisation de réunions annuelles au maintien d'un échange régulier et de publications périodiques.

35Cependant, on doit créditer ces groupes de travail d'une contribution fondamentale à la consolidation du domaine. Ils ont à la fois procuré un espace à l'approfondissement du débat spécialisé et assuré le caractère interdisciplinaire du domaine, dans la mesure où le contact et la circulation entre les groupes des différentes associations ont été intenses et ont contribué au dépassement de conflits localisés, en raison de leur caractère national. Ces groupes de travail se sont posés comme les principaux responsables de l'introduction du concept des sexes dans le courant principal des sciences humaines, et ont donné une grande impulsion à la rénovation théorique des études sur les sexes. Les chercheuses de ces groupes, en raison de leur position hybride tenant à leur double fidélité qui facilite leur passage dans deux espaces, se sont constituées dans le maillon privilégié du dialogue entre sciences sociales et études sur la femme.

36L'intense circulation de spécialistes dans les différents espaces d'actuation -académie, administration publique, ONG et représentation politique- a été soulignée comme étant la principale raison des succès obtenus par les études sur la femme et les sexes au Brésil.

37L'avancement des études sur la femme au début des années 80 a été plus quantitatif que qualitatif. Répondant à des interpellations pressantes d'ordre idéologique, il a donné lieu à une production d'un grand pouvoir de persuasion et d'un niveau d'abstraction modéré. L'emphase initiale sur la spécificité de l'expérience féminine a poussé le domaine vers un isolement relatif. À partir d'une réévaluation critique, la communauté des chercheurs a essayé de répondre aux défis de l'approfondissement théorique et du dialogue avec les disciplines, après avoir obtenu un succès certain sur le plan de l'intégration et de l'affinement conceptuel.

38Dans les années 90, même apparemment consolidé, le domaine a encore des pieds d'argile, car, comme le pays, il combine des disparités extrêmes. Il est reconnu comme producteur d'un savoir de pointe et d'innovation théorico-méthodologique, bien qu'il lui manque encore les ouvrages de base. Il continue à être extrêmement dépendant des financements externes.

39Un questionnement systématique montre que le domaine rassemble quasi exclusivement des femmes, mais elles se voient graduellement devenir la majorité des spécialistes en sciences sociales du pays. Au Brésil, les principaux thèmes qui défient les études des sexes sont les relations entre sexes et races dans un pays à majorité non-blanche, la question des différences entre les femmes et le toujours très présent dilemme de l'égalité et de la différence. L'ouverture, la flexibilité, le début d'institutionnalisation ont constitué le point fort d'une stratégie consistant à être partout, mais pourraient aussi être son point faible : n'être nulle part. Il existe un risque de dilution, et même de disparition, par faute d'emblèmes distincts dans un pays à forte tradition corporative.

Tableau 1 - Dissertation et thèses sur les femmes

Période

Maîtrise

Doctorat

Avant 1970

2

2

1970-74

17

8

1975-79

54

5

1980-84

61

20

Source : Costa, Albertina, Barroso, Carmen, Sarti, Cynthia, « Pesquisa sobre mulher no Brasil : do limbo ao gueto ? » Cadernos de Pesquisa, 54, 1985n p. 5-15.

Tableau 2 – Articles, communications et thèses sur les femmes

Période

Nombre

Moyenne annuelle

1976-1980

452

90

1981-1984

722

206

Source : Costa et alii, op. cit. Ces chiffres sont estimatifs, car ils incluent les co-auteurs.

Tableau 3 – Centres universitaires de recherche sur les rapports de genre : année de fondation

1980

Núcleo de Estudos sobre a Mulher (PUC/RJ) (Centre d’études sur la femme, Université catholique pontificale, Rio de Janeiro)

1981

Núcleo de Estudos, Documentaçao e Informacão sobre a Mulher (NEDIM/UFC) (Centre d’études, de documentation et d’information sur la femme, Université fédérale du Ceara)

1983

Núcleo de Estudos Interdisciplinares sobre a Mulher (NEIM/UFBa) (Centre d’études interdisciplinaires sur la femme, Université fédérale de Bahia)

1984

Núcleo Interdisciplinar de Estudos sobre a Mulher (NUCLEO MULHER/UFRGS) (Centre interdisciplinaire d’études sur la femme, Université Fédérale de Rio Grande do Sul)

Núcleo de Estudos e Pesquisas sobre a Mulher (NEPEM/UFMG) (Centre d’études et de recherches sur la femme, Université fédérale de Minas Geraes)

Núcleo Interdisciplinar de Estudos sobre Gênero (NEG/UFSC) (Centre interdisciplinaire d’études sur le genre, Université fédérale de Santa Catarina)

1985

Núcleo de Estudos da Mulher e Relações Sociais de Gênero (NEMGE/USP) (Centre d’études sur la femme et les rapports sociaux de genre, Université de São Paulo)

1986

Centro Interdisciplinar de Estudos Contemporâneos (CIEC/UFRJ) (Centre interdisciplinaire d’études contemporaines, Université fédérale de Rio de Janeiro)

Núcleo de Estudos e Pesquisa sobre a Mulher (NEPEM/UnB) (Centre d’études et de recherche sur la femme, Université de Brasilia)

Núcleo de Assistência ao Auto-cuidado da Mulher (NAAM/USP) (Centre de soutien à l’auto-prise en charge de la femme, Université de São Paulo)

1987

GT Sexo e Relações de Gênero/ Núcleo de Documentação e Informação Hist

1988

1989

Núcleo

1990

Núcleo de Estudos, Pesquisa e Assistência à

Pagu Centro de Estudos do Gênero

Núcleo

Núcleo

Haut de page

Notes

1  Aguiar, Neuma, Programas de Estudo e Cursos sobre Mulheres : o caso brasileiro, Rio de Janeiro : s. ed., 1981.

2  Navarro, Marysa, « Research on Latin American Women », Signs 5 (I), 1979.

3  Bonder Gloria, « Research on Women in Latin America », In RAO, Aruna  (ed.), Women's Sudies International, Nairobi and Beyond.New York : The Feminist Press, 1991.

4  Goldberg, Anette, Feminismo e Autoritarismo : a metamorfose de uma utopia de libertação em ideologia libertizante, Rio de Janeiro, dissertação de Mestrado, 1987.

5  Pas moins de 127 projets ont concouru pour ce financement, illustrant ainsi l'intérêt éveillé.

6  La Fondation Ford a patronné au cours de ces 15 années six séries de ce concours, qui ont financé 135 recherches sur un total de 650 candidats, abordant de multiples thèmes relatifs à la condition de la femme, avec différentes orientations théoriques et méthodes d'approche et dont les résultats sont publiés en six recueils ainsi que sous la forme de films et de vidéos. Ford a encore aidé plusieurs séminaires, parmi lesquels trois évaluations importantes des progrès faits dans le domaine, un journal, une revue académique et d'innombrables activités et initiatives de groupes et de centres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albertina de Oliveira-Costa, « Les études sur la femme au Brésil ou la stratégie de la corde raide », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 59-71.

Référence électronique

Albertina de Oliveira-Costa, « Les études sur la femme au Brésil ou la stratégie de la corde raide », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/662

Haut de page

Auteur

Albertina de Oliveira-Costa

Sociologue, Fundação Carlos Chagas, São Paulo

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org