Navigation – Plan du site
Perspective théorique

L’institutionnalisation des études féministes à l’université du Québec

Huguette Dagenais
p. 35-58

Texte intégral

1Dans les pages qui suivent je présenterai un aperçu de l’expérience québécoise en matière d’institutionnalisation des études féministes à l’université. Après un bref exposé de ce que j’entends par institutionnalisation dans ce contexte précis, suivra un aperçu de la situation actuelle des études féministes au Québec et de leurs principales caractéristiques. Je mentionnerai ensuite certaines des difficultés rencontrées dans cette entreprise et j'élaborerai plus longuement sur ses retombées les plus importantes. Je terminerai par quelques considérations stratégiques.

  • 1 Je fais référence aux années de travail personnel et collectif intensif effectué à l'Université Lav (...)
  • 2 Peta Tancred, directrice du McGill Center for Research and Teaching on Women (MCRTW), et moi-même a (...)
  • 3 Les personnes intéressées peuvent toutefois contacter directement les groupes et obtenir facilement (...)

2Il s'agit de réflexions personnelles, fruits de plus de 21 ans d'engagement en études féministes à l'Université Laval, dont une grande partie à des postes d'observation privilégiés1. Je ne prétends donc pas parler au nom de toutes les universitaires féministes québécoises; mes propos concernent principalement les  francophones dont la situation m'est beaucoup plus familière que celle des anglophones2 et avec lesquelles mes contacts ont été fréquents au cours de toutes ces années;  je sais que bon nombre d'entre elles s'y reconnaîtront. Par ailleurs, on  cherchera en vain l'historique des divers regroupements québécois dans le présent texte, l'espace qui m'est alloué ici n'y suffirait pas3.

L’institutionnalisation des études féministes à l'université : essai de définition

  • 4 On ressent moins aujourd'hui le besoin de définir l'approche féministe en recherche mais dans le mo (...)

3Selon le Petit Robert (1993 : 1187), le terme institutionnalisation date de 1949 et désigne « le fait d’institutionnaliser », c’est-à-dire de « donner à (qqch) le caractère officiel d’une institution ». Plus précisément, du point de vue d'une actrice de premier ligne, l'institutionnalisation des études féministes à l’université est le processus en cours depuis un quart de siècle par lequel les universitaires féministes, nourries par une analyse politique de la situation des femmes et des rapports sociaux de sexe, tentent, sur le plan théorique, épistémologique et méthodologique (scholarship), d’obtenir une reconnaissance officielle pour la critique, la transformation et la production des connaissances accomplissent grâce à l'approche féministe4.

4L’université étant le lieu par excellence de production de « la science » et des discours scientifiques, elle est, en effet, concernée au premier chef par la démarche féministe. Car, comme l’exprimait si bien le Collectif de Questions féministes dans l’introduction du premier numéro (1977, 1 : 4) :

Quand on analyse l’oppression des femmes, on étudie nécessairement et leur condition matérielle, réelle, et l’idéologie qui la justifie [...] Or l’un des lieux privilégiés d’expression de cette idéologie – et de son développement car elle n’est pas produite une fois pour toutes – reste « la science », et en particulier les sciences humaines. Une démarche féministe inclut nécessairement une critique du discours scientifique, le discours sur les femmes et le discours prétendu « général » [...] Nous souhaitons qu’une science féministe puisse advenir, qui [...] modifie l’analyse globale de la société.

5Plus concrètement encore, le processus d'institutionnalisation des études féministes, c'est le combat quotidien que mènent les professeures-chercheuses et les étudiantes féministes (de même que les professionnelles de recherche, les administratrices et les secrétaires qui leur sont associées) pour ancrer, d’une manière à la fois conventionnelle et spécifique, l’enseignement et la recherche féministes dans l'université, c'est-à-dire leur tailler une place, une niche particulière dans les programmes, la recherche et les autres activités scientifiques ainsi que dans les structures administratives des divers établissements, conditions indispensables de la légitimité et de la continuité qui leur sont nécessaires.

6Le processus d’institutionnalisation dont je parle ici se situe bien à l’université et non dans l’appareil d'État. Cette précision est essentielle car, en France en particulier, on a beaucoup craint la dépolitisation du mouvement qui aurait découlé de sa récupération. Si l'État québécois a effectivement tendance à récupérer certaines actions féministes, notamment en ce qui a trait à la famille et aux services sociaux, la situation est tout autre dans les universités. Malgré des succès indéniables, dont je ferai brièvement état, dans les universités, on observe au contraire une résistance plus ou moins forte et plus ou moins subtile à l'institutionnalisation des études féministes. Je dirais même que, loin de diminuer, cette résistance se raffine et se renforce du fait, d'une part, du backlash antiféministe (Faludi 1991) général dans lequel baigne l’institution universitaire au même titre que toutes les autres institutions de notre société et, d'autre part, de la situation économique difficile que traversent présentement les universités québécoises.

Les études féministes dans le contexte québécois et nord-américain

  • 5 .Ce sont l'Université Laval, la plus ancienne, située à Québec, l’Université de Montréal, l’Univers (...)

7Le Québec compte plusieurs universités francophones et anglophones5, toutes subventionnées par l'État. Outre la détermination des professeures et des étudiantes, quatre facteurs sociologiques ont influencé le déroulement du processus : la langue, l’âge et la vocation des établissements de même que la situation géographique de chacun.

8Les études féministes ayant commencé au Canada anglais vers 1970, c’est-à-dire à peu près au même moment qu’aux USA, il n’est pas étonnant qu’au Québec, elles aient pris racine d’abord dans les universités anglophones de Concordia et McGill, dont les professeures féministes avaient rapidement et directement accès aux travaux américains. Mais les universités québécoises francophones n’ont pas tardé à entrer dans le mouvement dès le début des années 1970. Cependant, leur entrée s’est faite selon deux autres facteurs. Ainsi, l’Université du Québec à Montréal (UQAM), qui était à l'époque une jeune université à vocation sociale et dont une large partie de la population étudiante était constituée d’adultes, a été la première à offrir, dès 1972, un nombre intéressant de cours; de plus, étant située au coeur de Montréal, elle était assurée de rejoindre facilement un large public. Les universités plus anciennes, plus nouvelles ou situées à l’extérieur de la métropole suivirent de plus ou moins près, selon le volume du corps professoral et de la population étudiante, les rapports entre féministes à l'interne et selon aussi la présence ou non de programmes de deuxième et de troisième cycles, les plus grosses, comme l'Université Laval, étant bien entendu les plus en mesure d’offrir une variété de cours.

  • 6 Par exemple, à l'Université Laval, au début des années 1980, 20 % des thèses et des mémoires en ant (...)

9Dans les universités québécoises francophones, à la différence des établissements anglophones nord-américains, les féministes ont d'abord favorisé la multiplication et la sissémination des cours dans les programmes réguliers plutôt que la mise sur pied de mineures (30 crédits : 10 cours de 45 heures), de majeures (le double) ou de maîtrises en études sur les femmes/féministes. Nous craignions (Dagenais 1981) que de tels programmes compromettent l’embauche de nos diplômées; de plus, nous voulions éviter la ghettoïsation des études féministes. Aujourd'hui, dans plusieurs établissements francophones, il y a certes des programmes réguliers où, grâce à la détermination de professeures et d'étudiantes, la perspective féministe a droit de cité6. Cependant, avec le temps, nous avons réalisé l’intérêt de structures autonomes, tels les programmes et les concentrations, comme il en existe maintenant à l'UQAM, à Laval et à Sherbrooke.  

10En effet, la dispersion des cours dans les départements disciplinaires empêche une formation féministe intégrée à caractère interdisciplinaire, contribue à l'isolement des féministes et ne favorise pas la visibilité de leurs travaux. Le mainstreaming  attendu ne s'est pas produit : les publications féministes ne figurent toujours pas dans les bibliographies des cours donnés par les collègues non féministes et ne sont pas utilisées en recherche proportionnellement à leur nombre et à leur pertinence. Sur le plan administratif, il est impossible de contrôler l’offre des cours féministes et d’en assurer la régularité au fil des ans. Qui plus est, ces cours sont en grande majorité des cours optionnels, donc à statut relativement précaire. Par ailleurs, les nombreuses diplômées en études féministes aux USA et au Canada anglais ne semblent pas avoir éprouvé au cours des deux dernières décennies plus de difficultés que les autres à trouver du travail.

  • 7 En supposant que 80 cours soient donnés chaque année au Québec, avec une trentaine d’inscriptions e (...)
  • 8 Dans le cours dont j'ai été responsable depuis 1976, il y a toujours eu environ 20% d’inscriptions (...)

11Cependant, cet intérêt nouveau pour le regroupement des enseignements féministes ne modifie en rien l’importance accordée à leur maintien dans les programmes réguliers parce que ceux-ci permettent de rejoindre chaque année un grand nombre de personnes7, hommes8 comme femmes,et de les familiariser avec la problématique. Ces personnes sont ensuite en mesure d'appliquer les connaissances ainsi acquises non seulement dans leurs autres cours, leur mémoire de maîtrise et leur thèse de doctorat mais aussi et surtout dans leur vie personnelle et professionnelle.

L’état des lieux en 1997

  • 9 Voir à ce propos l'article de Gaëtan Drolet (1997) dans le dernier numéro de Recherches féministes; (...)

12Aux États-Unis, il existe présentement des dizaines de milliers de cours, des centaines de programmes de Women’s Studies ou d'« études féministes », y compris des maîtrises et des Ph.D., et de nombreuses revues scientifiques. Des informations à ce propos sont d'ailleurs facilement accessibles dans Internet9.

13Au Québec, les nombres ne sont évidemment pas comparables mais on y compte tout de même présentement plus de 200 cours sur les femmes ou féministes, dont la moitié environ sont offerts chaque année au sein des divers départements et des programmes ou concentrations de premier et de deuxième cycles. C’est en sciences sociales qu’on en compte le plus grand nombre mais peu de disciplines (et elles sont surtout en sciences pures et appliquées) ne sont pas touchées.

  • 10 C'est au terme de l'évaluation des travaux réalisés dans ce cadre entre 1993 et 1991 qu'a été formu (...)

14Les cours ne représentent cependant qu’une partie de la réalité. Les recherches réalisées au Québec avec une approche féministe (voir Dagenais 1987) sont nombreuses. Certaines sont menées individuellement mais bon nombre le sont par des équipes très souvent multidisciplinaires, ce qui correspond non seulement à une option fondamentale de leur part mais aussi et de plus en plus à la politique de plusieurs bailleurs de fonds. Comme leurs collègues, en effet, les chercheuses féministes demandent des subventions de recherche aux divers organismes subventionnaires de recherche du Québec et du Canada, dont le prestigieux Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH). Au CRSH, il existe même, depuis 1983, dans la Division des subventions stratégiques, un programme pratiquement taillé sur mesure pour la recherche féministe parce qu'il répond à une demande clairement exprimée par les chercheuses féministes canadiennes et que celles-ci continuent d'y être étroitement associées. Il a d'abord porté sur le thème des femmes au travail et a aujourd'hui pour titre « Les femmes et le changement »10. Bien qu’elles n’aient aucun contrôle sur le montant des budgets alloués au programme, ce sont des chercheuses féministes qui dominent, du fait de leur compétence dans ce champ, le processus d’évaluation des projets par les pairs et l’allocation des fonds aux chercheuses (et chercheurs). Les chercheuses féministes de tout le Canada font d'ailleurs largement appel à ce programme : en une seule année, peu de temps après sa mise en place, au-delà de 145 demandes y étaient soumises, parmi lesquelles 31 projets furent acceptés. Mais les universitaires féministes participent aussi aux comités d’évaluation des divers autres programmes de subvention du CRSH et des autres organismes subventionnaires provinciaux et nationaux, et elles servent aussi fréquemment d'évaluatrices externes. Il en sera de même pour le Fonds de recherche en matière de politiques sociales de Condition féminine Canada, qui en est à son premier concours, lorsqu'il sera mieux connu de la communauté féministe canadienne.

15Mais pourquoi les féministes québécoises et canadiennes investissent-elles tant d'énergie dans la recherche subventionnée? D'une part, leur présence, même minoritaire, dans le processus d'évaluation par les pairs assure, en partie tout au moins, la prise en considération des rapports sociaux de sexe et contribue à réduire le sexisme en recherche, les projets sexistes pouvant ainsi être bloqués dès cette étape. C'est d'ailleurs précisément pour éliminer le sexisme et l'androcentrisme en recherche, phénomènes tant dénoncés par les féministes, que fut produit, par Jeanne Lapointe et Margrit Eichler, Le traitement équitable des sexes dans la recherche (1985), un document que le CRSH fournit gratuitement aux chercheurs et chercheuses qui préparent une demande de subvention. D'autre part, malgré les contraintes administratives qui en découlent pour les responsables, la recherche subventionnée comporte le grand avantage de permettre, outre la réalisation de projets d'envergure, la formation pratique rémunérée d’étudiantes et d’étudiants et la production de mémoires et de thèses féministes.

16Pour intensifier les échanges et les collaborations ainsi que la diffusion de leurs travaux, les universitaires féministes québécoises ont mis sur pied durant les deux dernières décennies des regroupements qui comptent chacun plusieurs dizaines de membres et varient dans leurs appellations selon les normes internes de chaque établissement. Chaque établissement a en effet sa propre conception des centres de recherche, des groupes de recherche et des instituts, et ses règles propres dans l’attribution des dénominations les plus prestigieuses (instituts et centres). En d'autres mots, les conditions particulières de reconnaissance institutionnelle des regroupements féministes varient beaucoup d'une université à l'autre et font en sorte qu'il existe non seulement des similitudes quand aux objectifs de fond mais aussi des différences dans les activités et les modes d'organisation entre, par exemple, l'Institut Simone de Beauvoir (Université Condordia) et l'Institut de recherches et d'études féministes (IREF, UQAM) de même qu'entre ces deux instituts, le McGill Centre for Research and Teaching on Women (MCRTW) et le Groupe de recherche multidisciplinaire féministe (GREMF, Université Laval).

17Les chercheuses féministes ont aussi mis au point des modalités, plus ou moins formelles, de collaboration avec les groupes de femmes extérieurs à l'université, en particulier pour ce qu'il est convenu d'appeler «la recherche en partenariat», qui prend de plus en plus d'importance, non seulement pour les groupes de femmes mais aussi pour les ministères et les organismes subventionnaires. La plus ancienne structure qui s'est donnée cette vocation est Relais Femmes, un organisme fondé en collaboration avec l’UQAM et associé étroitement à l'IREF; son expertise est reconnue au Québec et au Canada. La plus récente initiative dans le domaine est le Programme de partenariat en recherche avec les groupes de femmes de la Chaire d'étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes de l'Université Laval qui entre en vigueur en septembre 1997.

  • 11 Parmi les autres chaires, celles qui sont situées en Nouvelle-Écosse, au Manitoba et en Colombie br (...)
  • 12 Les communications révisées et augmentées ont ensuite donné lieu à la publication d'un livre. Voir (...)
  • 13 Le programme complet du colloque et les résumés de toutes les communications sont disponibles dans (...)

18La Chaire d'étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes de l'Université Laval est l’une des cinq chaires universitaires sur la condition des femmes dotées par le Secrétariat d'État canadien et la seule qui soit francophone11; elle a été attribuée en 1987 à l’Université Laval, qui y a investi une somme équivalente, à la suite d’un concours provincial. La titulaire de la chaire est recrutée par concours également pour un mandat de deux ans renouvelable une fois.Du fait d'un allégement de sa tâche d'enseignement, elle peut se consacrer au développement de la recherche et à la réalisation d'activités favorisant la collaboration entre chercheuses de divers établissements, comme ce fut le cas, par exemple avec le colloque sur «L'apport de la recherche féministe à la société québécoise» à Chicoutimi en mai 199512 et le colloque international de septembre 1996 à Québec sur le thème de « La recherche féministe dans la francophonie - État de la situation et pistes de collaboration »13. À un objectif de développement des connaissances féministes sur les femmes, s'ajoutent pour la titulaire ceux de représentation et d'animation, en rapport particulièrement avec la population étudiante et les groupes de femmes. Mais le mandat de la titulaire laisse largement place à l'imagination créatrice. En 1994-95 et en 1996-97, des étudiantes de 2e et 3e cycles ont pu participer à un « séminaire informel » à caractère méthodologique mis sur pied à leur intention. Depuis deux ans, la Chaire d'étude offre une bourse annuelle de doctorat à des étudiantes désireuses de poursuivre leurs études à Laval et, à l'automne 1997, elle décernera sa première bourse postdoctorale. Au même moment, comme je le disais plus haut, la Chaire d'étude mettra en branle également son Programme de partenariat avec les groupes de femmes élaboré et soumis à la consultation dans le courant de la dernière année.

  • 14 Les groupes publient aussi des bulletins à l'intention de leurs membres et des personnes intéressée (...)
  • 15 Depuis 1986, le GREMF a publié 92 cahiers au total dans ses deux collections: « Les Cahiers de rech (...)
  • 16 Les plus connues et les plus anciennes de ces revues interdisciplinaires sont Documentation sur la (...)

19En ce qui a trait à la diffusion des résultats de la recherche féministe, la situation québécoise demeure difficile. Les livres et les articles féministes publiés dans les maisons d’édition conventionnelles et dans les revues disciplinaires ou interdisciplinaires ne rejoignent pas bien les spécialistes féministes et n'atteignent pas davantage le public non féministe, qui leur est toujours largement indifférent, sinon carrément hostile. C'est pourquoi les regroupements féministes ont mis au point diverses formules de publication. Il y a d’abord14 la formule simple et rapide des cahiers (en anglais : working papers) à tirage réduit et à bas prix, utilisée par le GREMF15 et l'IREF. Bien entendu, les revues féministes canadiennes bilingues16 sont à la disposition des chercheuses. Toutefois, bien des francophones hésitent à y soumettre des textes, compte tenu que leur lectorat est très majoritairement unilingue anglais.

  • 17 Recherches féministes est une revue avec comité de lecture (arbitrage). Elle paraît deux fois l’an, (...)
  • 18 Les titres provisoires des prochains numéros thématiques sont: « La ville : relectures féministes » (...)
  • 19 Pour rendre compte de leur contenu et en faciliter le repérage, ils ont reçu les titres suivants : (...)

20Heureusement, depuis 1988, les francophones disposent de Recherches féministes, la seule revue féministe de langue française au Canada. Elle est publiée à l’Université Laval par le GREMF17. Parmi les dix-neuf numéros parus jusqu'à présent (été 1997), quinze ont porté sur des thématiques précises (éducation, développement, milieux de vie, religions, rapports avec l’Etat, francophonie, santé, travail, histoire, familles, représentations, populations et développement, femmes et technologies, les âges de la vie18) et cinq ont été ouverts aux thèmes les plus divers19. Si les Québécoises constituent la majorité des auteures, la revue est internationale et, en moyenne, plus de 20 % des articles proviennent de l'extérieur du Québec, en particulier de France.

21Il existe également, au sein de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (ACFAS), à laquelle les chercheuses québécoises participent très activement, une section « Etudes féministes » qui regroupe chaque année depuis 1989, dans le cadre du congrès de l'association, diverses activités (colloques, tables rondes, débats, etc.) organisées par les universitaires et qui donnent généralement lieu à des publications. C'est l'occasion de présenter et de confronter l'état des travaux. C'est aussi l'occasion de lancer les derniers ouvrages parus, de remettre le prix de la Chaire d'étude pour le meilleur mémoire ou la meilleure thèse à perspective féministe, d'annoncer les prochains concours de bourses, et de se retrouver entre féministes dans une atmosphère de fête.

22Enfin, l'institutionnalisation des études féministes a donné lieu à la formation du Regroupement québécois des chercheuses féministes (RQCF), qui compte environ 125 membres provenant des universités mais aussi des autres lieux où il se fait de la recherche (ministères, collègues, etc.). Le RQCF bénéficie de l'appui de la Chaire d'étude pour son secrétariat et la prodution de son bulletin. Il a été très actif au cours des deux dernières années, organisant notamment plusieurs rencontres sur le thème de l'économie sociale. Si le RQCF répond à un besoin pour les chercheuses québécoises, il ne les empêche toutefois pas de continuer à faire partie de l’Institut canadien de recherche sur les femmes (ICREF/CRIAW) et de l’Association canadienne des études féministes (ACEF), deux associations  nationales bilingues, ni des autres regroupements ou caucus de femmes qui existent au sein des principales associations professionnelles et scientifiques canadiennes et internationales.

Les particularités des études féministes québécoises

23Mais qu’est-ce qui caractérise encore les études féministes québécoises losqu'on les observe d'ailleurs, de France, par exemple ? Sur le plan de la production des connaissances, c’est-à-dire dans ses dimensions théoriques, méthodologiques et épistémologiques, la recherche féministe québécoise se caractérise d'abord par l’importance de la recherche empirique par opposition à ce qu'on appelle la recherche théorique. En effet, la recherche féministe québécoise, du moins celle qui nécessite des subventions, et c'est la majorité, est réalisée principalement en équipe, sous la forme de projets d’une durée d’un à trois ans, consacrés à des questions ou des problèmes précis et bien délimités. La pertinence par rapport aux dossiers du mouvement féministe et aux préoccupations sociales majeures du moment est pour la majorité des féministes le critère déterminant dans le choix des sujets à traiter. Il n'est donc pas étonnant que la recherche féministe sont pleinement en prise sur la réalité, comme le démontrent les bilans dressés par des chercheuses dans Science, conscience et action (Dagenais 1996) et les articles parus ces dix dernières années dans Recherches féministes, par exemple.

24La définition implicite de la théorie qui guide ce type de recherche et qui en découle demeure bien ancrée dans la réalité qu’elle contribue à comprendre, à expliquer et à transformer. En fait, on y retrouve la même préoccupation qui guidait le collectif de Questions féministes  (1977 : 3) et pour qui « est théorique tout discours qui tente d'expliquer les causes et le fonctionnement, le pourquoi et le comment de l'oppression des femmes ou d'un de ses aspects particuliers ».

  • 20 Et pas seulement pour les féministes. Elle est dorénavant très valorisée par les organismes subvent (...)

25La recherche féministe québécoise se caractérise aussi par un objectif de travail dans l’interdisciplinarité, caractéristique qu’elle partage d'ailleurs avec l’ensemble des études féministes anglo-saxonnes. Cette pratique n’entrave nullement la poursuite de travaux à caractère disciplinaire, mais elle fournit une connaissance mieux intégrée des phénomènes car elle permet de tenir compte des multiples dimensions de la situation des femmes et des rapports sociaux de sexe tout en tirant profit de méthodes et d’éclairages différents. Malgré la rigidité du mode de gestion par départements disciplinaires qui domine à l'université au Québec, la fécondité d’une telle approche est manifeste, aussi bien dans l'enseignement et la recherche que dans les divers regroupements féministes20.

26Sur le plan épistémologique, les chercheuses féministes québécoises sont également préoccupées par la question des rapports sujet-objet : les femmes ne doivent plus être seulement les objets de nos recherches mais en être aussi les sujets; la recherche féministe doit se faire autant que possible avec et pour les femmes. Cela a donné lieu au cours des années à de nombreux projetsà caractère participatif et/ou conscientisant, réalisés avec des groupes de femmes autonomes (par exemple, sur la qualité de vie en agriculture, le travail ménager) ou appartenant à des centrales syndicales (par exemple en matière d'éducation, de santé au travail, de conciliation travail-famille) et désignés par le vocable de recherche-action.

27Ce type de recherche rejoint d'ailleurs une autre préoccupation à caractère épistémologique des féministes québécoises, celle des rapports entre théorie et action, à la lumière de laquelle s'explique la définition implicite de la théorie dont je viens de parler. Pour plusieurs, la théorie est au service de l’action qui la nourrit et qu'elle oriente à son tout en vue du changement social. Bien que les termes « théorie » et « utilitarisme » soient rarement associés, je dirais que les féministes québécoises, en particulier les francophones, ont en général une conception « utilitaire » et ouvertement politique de la théorie, qui contrebalance et contredit même la tendance ambiante – et comportant tellement plus de liberté – qui encourage et valorise au contraire la théorie pour la théorie.

28Cette conception utilitaire ou pragmatique de la théorie, dans le sens littéral de « tourné vers l'action », est liée au fait que bon nombre d'universitaires féministes considèrent les études féministes à l'université comme faisant partie intégrante du mouvement des femmes; elles constituent, comme l'exprime si bien Renate Duelli Klein (1991), « the educational arm of the Women’s Liberation Movement », un organe indispensable, une composante essentielle, dont l’amputation ou la dégénérescence affecterait fondamentalement la capacité d’action du mouvement. Pour faire face aux problèmes sociaux de plus en plus complexes, la recherche et la formation féministes deviennent de plus en plus nécessaires; j'irais jusqu'à dire que, dans les conditions présentes, leur disparition signifierait à moyen terme la fin du mouvement des femmes. C’est pourquoi, au Québec, tant d'universitaires féministes refusent l’opposition entre les intellectuelles et le mouvement des femmes, entre les universitaires et les activistes ; elles la considèrent non seulement fausse mais potentiellement destructrice. Opposer les universitaires et les militantes ne sert bien que ceux qui, pour mieux régner, ont intérêt à nous diviser encore plus que nous le sommes par l’âge, l’orientation sexuelle, la classe sociale, la couleur de peau ou l’ethnie de même que par l’appartenance disciplinaire, les positions théoriques, épistémologiques et méthodologiques.

  • 21 Comme l’a montré la recherche pan-canadienne (The Canadian Women’s Study Project) de Margrit Eichle (...)

29En d'autres mots, pour la majorité des Québécoises qui y sont engagées, les études féministes ne sont pas qu’un angle d’approche particulier de la réalité; elles constituent une forme d’agir féministe, pour reprendre une expression de Françoise Collin, et un forme de militantisme. Ce militantisme comporte cependant des risques certains pour les intéressées, sinon en ce qui a trait à la sécurité professionnelle21, du moins sur plan scientifique, où leur crédibilité est remise en question et leur réputation, attaquée par leurs détracteurs, avec les conséquences qui en découlent notamment par rapport à la population étudiante.

  • 22 Voir le dossier sur le sujet paru dans le volume 5 numéro 1, 1992 de la revue Recherches féministes
  • 23 Il suffit d'ailleurs de parcourir les catalogues récents des maisons d'édition anglosaxonnes pour c (...)
  • 24 A ce propos, Renate D. Klein rappelle que la direction du premier programme de Gender Studies aux E (...)

30Aussi les féministes québécoises accordent-elles beaucoup d’importance à la manifestation des femmes dans la langue, parlée et écrite22, et surtout à la dénomination féministe. Car, on ne le dira jamais assez, la langue n’est pas neutre. Conscientes que l'étude des femmes comme objets, ainsi que le laissent entendre les expressions « études sur les femmes » et Women's Studies, en sont venues graduellement à être tolérées et même acceptées dans les universités, grâce aux féministes anglophones, états-uniennes en particulier; conscientes également que, pour ces dernières, l'expression Women's Studies  n'est le plus souvent qu'un euphémisme leur permettant de poursuivre en toute impunité leurs travaux féministes, les Québécoises francophones ont quand même choisi d'identifier clairement leurs cours, leurs programmes et leurs groupes comme féministes. Il s’agit d’afficher franchement les couleurs du féminisme à l’université afin d’en assurer la visibilité et, surtout, de forcer l’institution à nous accepter pour ce que nous sommes et selon nos propres termes. Certes, au Québec comme en France ou ailleurs, « pour une femme, être antiféministe, c'est une bonne carte de visite » (Groult 1997 : 11) et il est toujours plus facile de faire carrière en évitant de s’identifier comme féministe qu’en en prenant le risque. Mais les universitaires québécoises sont confiantes que, même si à court terme elle force à réitérer constamment la pertinence de nos activités, à long terme, c’est cette stratégie qui sera gagnante. Comme le soulignait il y a quelques années Mary Evans, dans le monde anglo-saxon, l'apparition des Gender Studies, à la dénomination plus abstraite, plus neutre et moins dérangeante encore que Women’s Studies, semble favorise l’étude des différences et de la dichotomie entre les sexes - les genres - plutôt que l'analyse des inégalités et de la subordination des femmes (Evans 1991)23. Cela, explique Renate Duelli Klein, contribue à rendre les femmes invisibles à nouveau et permet l’entrée des hommes dans « l’espace féministe » (Klein 1991)24. Pour les Québécoises, ces mises en garde sont d’autant plus importantes que l'enquête pancanadienne (voir la note 21) de Margrit Eichler et Rhonda Lenton auprès des personnes ayant enseigné au moins un cours en études sur les femmes (Women’s Studies), dont 13% étaient des hommes, montre que bon nombre de ceux-ci avaient une attitude qu'on pourrait qualifier d’arrogante et ne lisaient même pas régulièrement les revues féministes (Eichler et Vandelac 1993), qui sont pourtant les principales sources d'information pour l'enseignement sur les femmes. Ces mêmes hommes auraient-ils demandé ou accepté de donner un cours féministe ? Et si oui, auraient-ils pu aussi facilement évité les sources bibliographiques féministes ? La question mérite d'être posée.

31Les féministes québécoises se caractérisent aussi par leur préoccupation pour la formation d’une relève, ce qui explique pourquoi l'existence de cours et de programmes, et leur pérennité revêtent une si grande importance pour elles. Les cours constituent, en effet, des lieux propices non seulement à l'apprentissage mais aussi aux échanges et à la collaboration, souvent intenses et suivis, entre les professeures et les étudiantes. L’atmosphère conviviale qui y règne contraste souvent grandement avec celle qu'on observe dans les autres cours et avec  l’isolement que connaissent en général les féministes, professeures comme étudiantes, dans leurs départements respectifs. C'est dans les cours que les étudiantes et les étudiants se familiarisent avec l'abondante littérature féministe et avec les recherches menées par leurs professeures, recherches auxquelles il y a dans certains cas possibilité de s'associer directement; c'est souvent ainsi que prennent forme les projets de mémoires et de thèses féministes.

Une résistance renouvelée

32L'institutionnalisation des études féministes est loin d'être complétée et le peu d'acquis ne se fit pas sans mal. Après 20 ans d’efforts, les cours et les recherches féministes demeurent minoritaires, marginaux même par rapport à l’ensemble des connaissances produites dans le monde. Les remises en question fondamentales formulées par les féministes sont encore largement ignorées – quand elles ne sont pas récupérées et dépolitisées sous couvert postmoderniste, par exemple.

33Pourtant, et il faut le reconnaître, les conditions ont tout de même un peu changé à l'université depuis le début du processus. Nous sommes devenues dérangeantes avec nos critiques et notre refus des crédos scientifiques. Impossible désormais de nous considérer comme d’inoffensives gueuleuses; impossible de nous ignorer en espérant que nous disparaîtrons bien de nous-mêmes un jour. Les études féministes ont maintenu leur potentiel mobilisateur auprès des étudiantes. Loin de disparaître comme une mode, elles durent; leurs effectifs et leurs regroupement ont augmenté en nombre et en variété et, qui plus est, elles se reproduisent! Même la rengaine du danger de ghettoïsation, qu’on continue mais moins souvent de nous servir comme une menace, ne nous émeut plus (Dagenais 1994). A une époque de compressions budgétaires et de forte compétition pour les ressources, la détermination des universitaires féministes à conserver les acquis est devenue menaçante.  Faute de désarmer, l’opposition a donc dû réviser ses stratégies. Quelques exemples suffiront à le prouver.

  • 25 Pour les hommes qui appuient les féministes, c'est l’équivalent public de l'épithète d’« hommes ros (...)

34Aujourd’hui, le sexisme ouvert, franc, direct, sans avoir complètement disparu, a cédé la place à des manoeuvres d’intimidation plus subtiles à notre égard et à l’égard de nos sympathisants. La forme la plus courante est l'épithète polysémique de politically correct,  qu'on nous sert à tout bout de champ (qu'il soit question de harcèlement sexuel, d'accès à l'égalité ou de langage non sexiste, peu importe) à propos des prises de position et des actions féministes, laissant ainsi entendre  qu'elles sont, et que nous sommes, puritaines ou conformistes ou naïvement extrémistes, bref ridicules25.

35En plus de cette tactique devenue cliché, chaque discipline génère ses formes particulières d’intimidation. En anthropologie, par exemple, les féministes qui analysent l’oppression des femmes dans d’autres sociétés que la leur et qui adoptent une position critique par rapport aux mutilations génitales des femmes, par exemeple, se voient encore et toujours accuser d’ethnocentrisme - anathème suprême dans cette discipline. Par ceux-là même, d’ailleurs, qui n’hésiteront pas (avec raison, cette fois) à dénoncer l’ethnocide de populations autochtones ou le génocide rwandais. Mais pour traiter des femmes, le relativisme culturel (Dagenais 1995) demeure un paravent fort commode.

  • 26 Paula Caplan (1993) et le Chilly Collective (1995) en présentent plusieurs.

36Les manifestations de résistance à l'institutionnalisation des études féministes peuvent aussi varient d'un établissement à l'autre. Dans le mien, par exemple, lorsque le GREMF, il y a quelques années, a tenté de changer «groupe de recherche» pour une dénomination reconnaissant mieux l'ensemble de nos activités (recherche, enseignement, programme de 2e cycle, publications, édition d'une revue scientifique, Chaire d'étude) il s'est vu répondre : « à l’Université Laval, il n’y a pas de coquille vide ». Cette réaction, que j’ai  d’abord associée simplement à du snobisme, s’est avérée en fait une manoeuvre de diversion particulièrement habile et efficace puique non seulement avons-nous dû refaire la preuve que la structure visée était bien pleine, davantage même que bien d'autres dans notre université, mais il nous a fallu en plus défendre les structures féministes existantes dans les autres établissements. D’autres formes de résistance pourraient être évoquées mais là n’est pas mon propos26.

Quelques retombées

37Ceci dit, au Québec, les études féministes ont eu néanmoins au cours des 25 dernières années un certain impact sur la société québécoise globale. Comme le démontrent les 14 collègues qui, en 1995, ont répondu à mon invitation de se pencher sur l'apport de la recherche féministe à la société québécoise, l'approche féministe a contribué notamment à la compréhension des transformations dans l'institution et les relations familiales; elle a souligné le paradoxe que représentent pour les femmes la quête de l'autonomie associée au désir de maintenir les liens familiaux (Dandurand 1996). Elle a mis en lumière des situations et des pistes d'action ignorées jusqu'alors, aussi bien dans le domaine de la santé (Guyon et Messing 1996) que dans celui de la violence envers les femmes (Martin 1996) et dans celui de l'éducation (Bouchard , Cloutier et Hamel 1996). Les chercheuses féministes ont repéré et analysé les résistances; leurs conclusions ne sont pas étrangères à certains changements législatifs en ce qui a trait, par exemple, à la difficile conciliation travail-famille pour les femmes (Descarries et Corbeil 1996). Si leur présence au sein des comités consultaifs et des commissions d'études n'a pas toujours porté les fruits escomptés, elle a néanmoins influencé des décisions politiques.

  • 27 En même temps que leur participation à nos cours nourrit et enrichit les nôtres.

38Au chapitre des retombées figure aussi sans contredit les effets découlant de la formation dispensée à des milliers de femmes (et quelques hommes) oeuvrant dans les groupes de femmes et les syndicats, dans les écoles, les hôpitaux et les ministères que nos cours et nos écrits assistent et nourrissent dans la systématisation de leurs connaissances, la clarification de leurs analyses27. Ces personnes occupent souvent des postes où elles sont en mesure de prendre ou d’influencer des décisions à caractère politique affectant le sort des femmes. Leur formation féministe en fait des agentes de changement social, y compris dans leur propre famille. Et après 25 ans, elles sont nombreuses!

39Cela explique peut-être en partie les résultats étonnants du sondage scientifique effectué à l’automne 1993 par la firme Léger et Léger pour le Conseil du statut de la femme du Québec. Ces résultats révèlent que 51% des femmes québécoises se disent féministes, proportion qui monte à 60% chez les étudiantes et chez les femmes âgées de 55 à 64 ans ans (voir La Gazette des femmes, mars-avril 1994). Chose certaine, devant ce verre à moitié vide ou à moitié plein, il n'y a pas lieu de désespérer ni de baisser les bras.

En guise de conclusion, quelques considérations stratégiques

40La lutte quotidienne pour l'institutionnalisation des études féministes à l'université doit continuer car elle constitue à la fois un moyen et une assurance d’autonomie. La reconnaissance institutionnelle d’un champ d’étude universitaire procure, en effet, les ressources matérielles et intellectuelles nécessaires à son développement et à la consolidation sa position. En témoignent éloquemment toutes les disciplines qui se sont constituées au cours des années et qui occupent aujourd’hui des positions devenues imprenables, incontestables à l’université; en témoignent encore les nombreux groupes et centres de recherche multidisciplinaires sur les sujets les plus divers (environnement, relations internationales, sexologie, réussite scolaire, etc.) qui ont vu le jour au fil des années dans les établissements universitaires québécois et qui jouissent maintenant d'une certaine sécurité et d'une légitimité. En d’autres mots – et aussi paradoxal ou choquant que cela paraisse –, j'estime que, pour assurer le fonctionnement des études féministes avec un minimum de contrôle extérieur et un maximum d’autonomie à l’université, une certaine forme de récupération de la part de l’institution est non seulement inévitable, elle est souhaitable et même indispensable. Plus une administration universitaire investit économiquement et « émotivement » dans un champ d’étude, surtout si de surcroît celui-ci est attrayant pour la population étudiante et procure à l’établissement une image de gauche ou d’avant-garde comme c'est le cas pour les études féministes, plus l'aministration en question voudra en assurer le succès, c'est-à-dire rentabiliser son investissement, et moins elle songera à s’en défaire. Toutefois, comme on l'a vu récemment à l'Université Concordia, où un rapport d'une commission interne recommandait la disparition de l'Institut Simone de Beauvoir, les choses peuvent évoluer rapidement et autrement selon la conjoncture économique; aucun groupe n'est à l'abri. La vigilance est donc de mise en tout temps.

41Néanmoins, malgré les formes relativement sophistiquées de résistance au féminisme qui s’y sont développées ces dernières années, l’université demeure un lieu particulièrement propice non seulement à la critique mais aussi à la subversion féministe de l’ordre patriarcal et androcentrique établi. Car, faut-il le rappeler, les universitaires adhèrent au principe (sacré) de la liberté universitaire; personne à l’université ne peut – en principe, bien entendu – empêcher les féministes d’exprimer ouvertement leurs points de vue, de défendre leur thèse, de diffuser leurs travaux. Le journalisme mis à part, dans quel autre milieu de travail peut-on – en principe, toujours – jouir d’une telle liberté de pensée et de parole? Dans quel autre milieu la critique est-elle non seulement acceptée mais valorisée? Aucun, certainement. A nous d’en tirer profit pour le développement des études féministes.

42Enfin, il faut considérer l’institutionnalisation des études féministes à l’université comme un processus d’empowerment pour les étudiantes et les professeures, certes, mais aussi, grâce aux nouvelles connaissances qu'il génère, pour le mouvement des femmes en général. Le fait que nous n'ayons pas complètement échoué dans cette entreprise, que certains progrès sont notables devrait nous réjouir. Les victimes ne constituent pas des modèles attrayants pour les jeunes : qui voudrait, en effet, s'identifier à d'éternelles perdantes? (Dagenais 1994) Le défi auquel font face les universitaires féministes québécoises présentement  consiste donc à tabler sur la force que nous sommes devenues tout en ne nous satisfaisant cependant pas de nos modestes et fragiles succès. Du moins, aussi longtemps qu'une transformation radicale des rapports sociaux de sexe n'aura pas rendu obsolètes le féminisme et les études féministes. Et ça n'est pas demain la veille...

Haut de page

Bibliographie

Références

Beauregard, Micheline et Yves Tessier (1992), Répertoire  bibliographique. Thèses de doctorat et mémoires de maîtrise en rapport avec la condition des femmes reçus dans six universités du Québec 1987-1991. Québec, Université Laval, Chaire d'étude sur la condition des femmes.

Bouchard, Pierrette, en collaboration avec Renée Cloutier et Thérèse Hamel (1996),  « La recherche féministe en éducation », in Huguette Dagenais (dir.), Science, conscience et action, Montréal, les éditions du remue-ménage, p. 149-182.

Bouchard, Pierrette et Jean-Claude St-Amant (1993), « La réussite scolaire des filles et l'abandon des garçons : un enjeu à portée politique pour les femmes », Recherches féministes, 6, 2, p. 21-39.

Caplan, Paula (1993), Lifting a Ton of Feathers. A Women's Surviving Guide in the Academic World. Toronto, University of Toronto Press.

Chilly Collective (dir.) (1995), Breaking Anonymity. The Chilly Climate for Women Faculty. Waterloo (Ontario), Wilfrid Laurier University Press.

Christiansen-Ruffman, Linda, Francine Descarries et Mary Lynn Stewart (1993), Les femmes et le travail : la recherche féministe en cours. Ottawa, Fédération canadienne des sciences sociales, Institut canadien de recherches sur les femmes et Fédération canadienne des études humaines.

Collectif (1977), « Variations sur des thèmes communs », Questions féministes, 1, novembre, p. 3-19.

Cohen, Yolande (1983), Les thèses universitaires québécoises sur les femmes. Québec, IQRC.

Dagenais, Huguette (1981), « Quand la sociologie devient action : l’impact du féminisme sur la pratique sociologique », Sociologie et sociétés, XIII, 2, p. 49-65.

Dagenais, Huguette (1987) : «Méthodologie féministe et anthropologie: une alliance possible », Anthropologie et sociétés, 11, 1, p. 19-44.

Dagenais, Huguette (1994), « Le féminisme est-il toujours de mise en 1994? ou Les hauts et les bas d'un 8 mars». Communication présentée, à l'Université Laval, le 14 mars.

Dagenais, Huguette (1995), « L'institutionnalisation des études féministes et la transformation des connaissances et de leurs conditions de production ou Pour en finir avec un faux débat » in Pierrette Bouchard (dir.), Femmes et savoir. Québec, Université Laval, Les Cahiers de recherche du GREMF, 69, p. 45-62..

Dagenais, Huguette (dir.) (1986), Approches et méthodes de la recherche féministe. Québec, Université Laval, GREMF.

Dagenais, Huguette (dir.) (1996), Science, conscience et action.  Montréal, les éditions du remue-ménage.

Dagenais, Huguette (dir.) (1996), «Entre la quête de l'autonomie et le maintien des liens familiaux», in Huguette Dagenais (dir.), Science, conscience et action.  Montréal, les éditions du remue-ménage, p. 31-50.

Descarries, Francine et Christine Corbeil (1996) : «La concicliation travail-famille», in Huguette Dagenais (dir.), Science, conscience et action.  Montréal, les éditions du remue-ménage, p. 31-71.

Drolet, Gaëtan (1997) : « La documentation féministe de langue française: parent pauvre de l'information scientifique et technique (IST) ? », Recherches féministes, 10, 1, p. 143-152.

Eichler, Margrit et Rosanna Tite (1990), « Women’s Studies professors in Canada: a collective self-portrait », Atlantis, 16, 1, p. 5-24.

Eichler, Margrit en collaboration avec Louise Vandelac  (1993) : «Une situation ambiguë: les hommes qui enseignent en études sur les femmes», Recherches féministes, 6, 2, p. 115-150.

Evans, Mary (1991), «The problem of gender for Women's Studies», in Jane Aaron et Sylvia Walby, Out of the Margins: Women's Studies in the  Nineties. Londres, The Falmer Press, p. 67-74.

Faludi, Susan (1991), Backlash. The Undeclared War Against American Women. New York, Crown Publishers.

Groult, Benoîte (1997), Histoire d'une évasion. Paris Grasset.

Guyon, Louise et Karen Messing (1996), « De l'inclusion à l'exclusion : réflexions sur l'apport féministe à l'étude de la santé », in Huguette Dagenais (dir.), Science, conscience et action. Montréal, les éditions du remue-ménage: 93-120.

Klein, Renate Duelli (1991), « Passion and politics in Women's Studies in the nineties », Women's Studies International Forum,  14, 3, p.125-134.

Laurin-Frenette, Nicole (dir.) (1981), Sociologie et sociétés, XIII, 2,: « Les femmes dans la sociologie ».

Martin, Geneviève (1996), « La recherche sur la violence envers les femmes », in Huguette Dagenais (dir.), Science, conscience et action. Montréal, les éditions du remue-ménage, p. 121-148.

Tancred, Peta et Huguette Dagenais (1996), « Women's Studies, Feminist Studies, Gender Studies », communication présentée au Trinational Colloquium «Women in North America at the End of the Century», Mexico, 14-17 octobre.

Haut de page

Notes

1 Je fais référence aux années de travail personnel et collectif intensif effectué à l'Université Laval depuis le début des années 1980 pour la mise sur pied puis à la direction du Groupe de recherche multidisciplinaire féministe (GREMF) et pour la fondation puis la direction de la revue Recherches féministes ainsi qu'aux quatre dernières années passées à la Chaire d'étude sur la condition des femmes en tant que titulaire.

2 Peta Tancred, directrice du McGill Center for Research and Teaching on Women (MCRTW), et moi-même avons eu en 1996 l'occasion de présenter l'évolution différente des études féministes et des Women's Studies au Québec et au Canada. Voir Tancred et Dagenais (1996).

3 Les personnes intéressées peuvent toutefois contacter directement les groupes et obtenir facilement ce type d'informations.

4 On ressent moins aujourd'hui le besoin de définir l'approche féministe en recherche mais dans le monde anglo-saxon au cours des années 1980, de nombreux écrits y furent consacrés. Bien qu'il y en eut peu au Québec, voir Dagenais (1981,  1987) et le numéro de Sociologie et sociétés,  sous la direction de Nicole Laurin-Frenette (1981).

5 .Ce sont l'Université Laval, la plus ancienne, située à Québec, l’Université de Montréal, l’Université de Sherbrooke,  l’Université du Québec (UQ) et ses constituantes de Montréal (UQAM, la plus grosse de l’ensemble), de Hull (UQAH), d’Abitibi-Témiscamingue (UQAT), de Trois-Rivières (UQTR), de Chicoutimi (UQAC) et de Rimouski (UQAR) de même que l'Institut national de la recherche scientifique, la Télé-université et autres composantes de l'UQ sont d’expression française alors que les universités McGill et Concordia (situées à Motréal) et Bishop (à Lennoxville) sont anglophones.

6 Par exemple, à l'Université Laval, au début des années 1980, 20 % des thèses et des mémoires en anthropologie portaient sur les femmes et étaient directement liées à l'essor de la deuxième vague féministe. Pour l'ensemble du Québec, Yolande Cohen (1983) a dénombré 355 thèses déposées entre 1971 et 1982 alors que, plus récemment, Micheline Beauregard et Yves Tessier (1992) répertoriaient 445 thèses et mémoires « en rapport avec la condition des femmes reçus dans six universités du Québec » de 1987 à 1991.

7 En supposant que 80 cours soient donnés chaque année au Québec, avec une trentaine d’inscriptions en moyenne chacun, ce sont 2400 personnes instruites et potentiellement influentes qui sont ainsi mises en contact avec une analyse féministe.

8 Dans le cours dont j'ai été responsable depuis 1976, il y a toujours eu environ 20% d’inscriptions masculines; ce pourcentage a augmenté bien entendu depuis que le cours est devenu semi-obligatoire.

9 Voir à ce propos l'article de Gaëtan Drolet (1997) dans le dernier numéro de Recherches féministes;  il contient les adresses de nombreux outils documentaires disponibles dans Internet.

10 C'est au terme de l'évaluation des travaux réalisés dans ce cadre entre 1993 et 1991 qu'a été formulée une recommandation à l'effet que le CRSH modifie le thème. Voir Christiansen-Ruffman, Descarries et Stewart (1993).

11 Parmi les autres chaires, celles qui sont situées en Nouvelle-Écosse, au Manitoba et en Colombie britannique sont anglophones et celle de l'Ontario est bilingue.

12 Les communications révisées et augmentées ont ensuite donné lieu à la publication d'un livre. Voir Dagenais (1996).

13 Le programme complet du colloque et les résumés de toutes les communications sont disponibles dans Internet à l'adresse suivante: <http:/www.fss.ulaval.ca/cecf/colloque96.html>

14 Les groupes publient aussi des bulletins à l'intention de leurs membres et des personnes intéressées par leurs activités. La présentatin de ces bulletins est de plus en plus soignée; le Bulletin de l'Institut Simonne de Beauvoir est le plus volumineux: il a davantage le format d'un livre.

15 Depuis 1986, le GREMF a publié 92 cahiers au total dans ses deux collections: « Les Cahiers de recherche du GREMF » et « Le GREMF édite ». Tous les manuscrits soumis aux cahiers sont évalués par un comité de lecture.

16 Les plus connues et les plus anciennes de ces revues interdisciplinaires sont Documentation sur la recherche féministe/Resources for Feminist Research; Les Cahiers de la femme/Canadian Women’s Studies et Atlantis; la plus récente est la Revue La femme et de droit/Woman and the Law.

17 Recherches féministes est une revue avec comité de lecture (arbitrage). Elle paraît deux fois l’an, grâce à des subventions du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du Fonds FCAR d’aide à la recherche du Québec, dans le cadre de leurs programmes d’aide aux revues savantes ainsi que de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval.

18 Les titres provisoires des prochains numéros thématiques sont: « La ville : relectures féministes » (automne 1997), «L'éducation: outil d'émancipation?» (printemps 1998) et « Les hommes: domination ou changement ?  » (automne 1998); ce dernier numéro sera réalisé conjointement avec Nouvelles questions féministes.

19 Pour rendre compte de leur contenu et en faciliter le repérage, ils ont reçu les titres suivants : «Convergences» (automne 1989), « Unité/Diversité » (Automne 1991), « Enjeux » (automne 1993), « Théorie, méthode, pratique » (automne 1995) et « D'actualité » (printemps 1997).

20 Et pas seulement pour les féministes. Elle est dorénavant très valorisée par les organismes subventionnaires de recherche, qui la considèrent comme un atout et en font même un critère d'éligibilité dans de nombreux programmes.

21 Comme l’a montré la recherche pan-canadienne (The Canadian Women’s Study Project) de Margrit Eichler et Rhonda Lenton, considérées en tant que groupe, les professeures de Women’s Studies au Canada [y compris le Québec] sont plus qualifiées, occupent des emplois de rang plus élevé et comportant une plus grande sécurité que l’ensemble des professeures à plein temps (Eichler et Tite 1990). Cele s'explique aisément: les professeures féministes connaissent bien leurs droits et les défendent au besoin. Nombreuses sont celles qui ont occupé des postes importants dans leur syndicat, leur fédération syndicale ou dans l'un ou l'autre de leurs comités, en particulier les comités de condition féminine et ceux qui sont liés aux programmes d'accès à l'égalité. Par ailleurs, la solidarité joue également: des féministes encourageront une collègue hésitante ou manquant de confiance en elle-même à demander sa titularisation, par exemple, si elles jugent que ses réalisations le lui permettent.

22 Voir le dossier sur le sujet paru dans le volume 5 numéro 1, 1992 de la revue Recherches féministes.

23 Il suffit d'ailleurs de parcourir les catalogues récents des maisons d'édition anglosaxonnes pour constater le regain d'intérêt pour les ouvrages traitant de « gender differences and similarities ».

24 A ce propos, Renate D. Klein rappelle que la direction du premier programme de Gender Studies aux Etats-Unis a été confiée à un homme (Klein 1991 : 129).

25 Pour les hommes qui appuient les féministes, c'est l’équivalent public de l'épithète d’« hommes roses », amplement utilisée il y a quelques années contre ceux qui voulaient participer activement à la transformation des rapports hommes-femmes dans la vie  privée.

26 Paula Caplan (1993) et le Chilly Collective (1995) en présentent plusieurs.

27 En même temps que leur participation à nos cours nourrit et enrichit les nôtres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Huguette Dagenais, « L’institutionnalisation des études féministes à l’université du Québec », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 35-58.

Référence électronique

Huguette Dagenais, « L’institutionnalisation des études féministes à l’université du Québec », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/660

Haut de page

Auteur

Huguette Dagenais

Anthropologue, Chaire d’étude sur la condition des femmes, Université Laval

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org