Navigation – Plan du site
Perspective théorique

Négocier l’impossible. Du féminisme actuel au Québec et au Canada

Nicole Laurin
p. 25-34

Notes de la rédaction

Communication présentée au colloque « Féminismes et cultures politiques nationales »

Septièmes Entretiens du Centre Jacques-Cartier

Lyon, 29 novembre au 2 décembre 1994

Texte intégral

1Le mouvement féministe au Québec se compose d'un ensemble de groupes et de réseaux dont la plupart sont intégrés, de façon plus ou moins stable, dans des institutions : les syndicats et d'autres associations, les universités, certains organismes de services et d'assistance sociale, publics ou privés.  D'une part, leurs militantes produisent des études et des programmes d'action d'inspiration féministe et sur cette base, elles font des représentations auprès de diverses instances.  D'autre part, elles mobilisent des ressources et dispensent des services dont les femmes sont les bénéficiaires : services de formation, d'aide sociale ou juridique, de consultation, etc.  La survie de ces organisations dépend souvent des subventions qui leur sont accordées par les gouvernements et d'autres institutions; leur activité repose sur le travail salarié et le travail bénévole des femmes, selon une proportion variable.  Ces groupes et ces réseaux se concertent pour promouvoir les intérêts des femmes en certaines occasions, par exemple, lors de la discussion d'un projet de loi, la tenue d'une enquête publique.  Leurs militantes partagent une culture féministe, entretenue par des colloques, des manifestations politiques ou artistiques, des publications.  La situation est à peu près la même dans les autres provinces du Canada.

2 Ces groupes et ces réseaux ne forment pas un mouvement proprement dit mais plutôt une mouvance, un sillage, ce qui reste d'un mouvement lorsque la vague de fond s'est progressivement retirée.  Les groupes de féministes ne sont pas inefficaces ou inutiles pour autant.  Bien au contraire, leur dynamisme est remarquable, ils parviennent bien souvent à réaliser leurs objectifs avec peu de moyens et dans des conditions difficiles.  Toutefois, le propre d'un mouvement est de transcender, de déborder les objectifs particuliers que les individus et les groupes poursuivent en son sein.  Le propre d'un mouvement est de demander l'impossible et de rester intraitable sous ce rapport.  De l'impossible, dans la conjoncture actuelle, il n'est rigoureusement plus question.  Comment le féminisme peut-il survivre dans ces conditions?

3 Pour en discuter, il faudrait définir le féminisme, ce qui semble irréaliste.  En effet, on admet communément l'existence de plusieurs féminismes, plus ou moins irréductibles les uns aux autres : le féminisme de l'égalité, celui de la différence, les féminismes marxiste, matérialiste, radical, anarchiste, écologiste, libéral, le féminisme post-moderne.  De plus, chacune des variétés est censée revêtir une coloration particulière selon l'origine ou l'identité de classe, ethnique, nationale, régionale, sexuelle, religieuse ou autre de ses militantes.  Notons bien que ces nuances sont largement ignorées par ceux et celles qui ne sont pas féministes ou qui s'opposent au féminisme.  Peut-être trouverions-nous profit à emprunter leur conception du féminisme à cause de sa simplicité.  Selon eux, il existe un bon et un mauvais féminisme.  Le bon est modéré, raisonnable, bien compris et de bon aloi; ses adeptes sont des femmes charmantes qui ont de l'humour.  Elles contrastent avec les femmes revêches, hystériques, enragées qui sont identifiées au mauvais féminisme : féminisme à outrance, extrémiste, revanchard, dont on affirme qu'il fait peur aux autres femmes, les jeunes en particulier, aux hommes et aux personnes en autorité.  On s'empresse d'ajouter qu'il est complètement démodé.

4 Je tiens cette information de l'observation des médias québécois et canadiens.  Fait à remarquer, au Québec, les relations entre les femmes et les hommes sont au centre de la scène médiatique.  On en discute inlassablement dans la presse quotidienne et mensuelle, les émissions de radio et de télévision consacrées à l'information, au divertissement ou à la fiction, excepté dans les intervalles réservés aux crises constitutionnelles et aux crises de la météo.  Ce phénomène existe depuis longtemps mais il s'est intensifié au cours des dernières années; l'assassinat des quatorze étudiantes de l'École Polytechnique et l'affaire de l'avortement de Chantal Daigle dont on parlera plus loin y ont sans doute contribué.  Tous les points de vue sont assez bien représentés dans le discours médiatique.  À cet égard, la situation paraît différente de celle qui prévaudrait aux États-Unis, selon Susan Faludi, où les médias jouent un rôle primordial dans ce que l'auteur appelle la guerre contre les femmes1.  Au Québec, plus de la moitié des femmes de dix-huit ans et plus se disent féministes, selon un sondage récent2.  Par ailleurs, le niveau de fécondité est parmi les plus bas et la nuptialité est en baisse3.  On y trouve aussi une proportion importante de mères élevant seules leurs enfants4.

5 Les femmes ont assuré jadis la survie du Canada français qui fut pendant deux siècles une société pauvre et dominée.  Sans doute existe-t-il des liens - qu'il faudrait analyser - entre les formes du féminisme et les modalités particulières du rapport entre les sexes dans l'histoire de chaque société.  Au Québec, ce rapport fut organisé par l'Église, inscrit dans le projet d'hégémonie culturelle et politique de cette institution.  En effet, on peut poser comme hypothèse l'existence d'un lien privilégié entre l'Église et les femmes, d'où l'importance stratégique de la place occupée par celles-ci dans la famille et la société lorsque l'Église l'emporte en autorité et en influence sur l'État5.  Ainsi, «la voix du pays de Québec», évoquée par Louis Hémon dans Maria Chapdelaine, «était à moitié un chant de femme et à moitié un sermon de prêtre»6.  Dans le couple formé par le prêtre et la femme, celle-ci se présente sous deux figures différentes : la mère et la religieuse.  Les mères devaient être prolifiques; c'est ce qu'on a nommé au Québec la revanche des berceaux.  Les religieuses, pour leur part, ont constitué le noyau stable de la main-d'oeuvre féminine hors du foyer, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.  Elles ont organisé, géré et dispensé une très grande part des services scolaires, hospitaliers et des services d'assistance sociale7.  Mères et religieuses se sont chargées ensemble non seulement des tâches de la reproduction et de l'entretien de la vie mais aussi de la transmission de la langue française et de la foi catholique, fondement de l'identité nationale.  Dans ce contexte, l'homme qui ne porte pas la soutane est l'éternel absent : le coureur des bois, le travailleur des chantiers forestiers, le défricheur des terres éloignées, l'émigrant des manufactures de la Nouvelle-Angleterre.  Il revient au foyer le temps de procréer.  Ces hommes étaient silencieux.  À part ceux de l'élite, les notables, ils étaient peu scolarisés et souvent illettrés, l'écriture appartenant aux clercs et aux femmes.  Au début des années 1960, la révolution tranquille a remplacé l'Église par l'État.  Hommes et femmes furent précipités dans une période de modernisation.  Il se pourrait que le féminisme ait trouvé dans cette société une terre des plus hospitalières mais quel féminisme?  le bon ou le mauvais?  N'anticipons pas puisque nous n'avons pas encore épuisé cette distinction.

6 Le féminisme (le bon sans doute) serait responsable des gains réalisés par les femmes au cours des dernières décennies, du moins dans certains pays, notamment le nôtre.  Nous nous en tiendrons aux acquis jugés fondamentaux : l'accès massif des femmes au travail salarié, la libéralisation de la contraception, de l'avortement et du divorce, l'obtention de l'égalité juridique avec les hommes, l'introduction ou l'application de dispositions légales ou constitutionnelles interdisant la discrimination selon le sexe.  Ajoutons à cette liste l'élaboration de politiques visant à atténuer l'effet de la discrimination systémique dans divers domaines et l'adoption de mesures pour défendre les femmes contre la violence masculine.  Il convient toutefois de s'interroger sur l'origine de ces changements, les conditions de leur réalisation et leur impact sur les femmes, ce que nous ferons brièvement, en nous limitant aux cas du Québec et du Canada.  Dans l'ensemble, leur valeur émancipatrice est ambiguë.  

7 Certes, pour les femmes, le travail peut s'inscrire dans un projet de liberté comme le voulait Simone de Beauvoir.  Cependant, le salariat représente désormais une obligation pour toutes, non seulement les célibataires mais celles qui ont un conjoint et celles qui ont des enfants en bas âge8.  Le revenu provenant d'un seul salaire ne permet plus à une famille de vivre selon les normes de sa classe, sauf exception.  Aussi, rares sont les hommes disposés à entretenir une femme durant toute sa vie.  Ce n'est donc pas le féminisme mais l'économie et la société de consommation qui ont rendu obsolète la femme au foyer9.  La restructuration du marché a privilégié le travail féminin, flexible, peu valorisé, faiblement syndiqué, disponible au temps partiel, aux horaires brisés, aux travaux à domicile10.  Les femmes sont toujours concentrées dans les ghettos d'emploi dits féminins et leur rémunération ne représente qu'une fraction (environ les deux tiers) de celle des hommes.  Ces deux conditions n'évoluent guère malgré l'augmentation du niveau de scolarité des femmes11.  Le chômage, l'envers du travail salarié, est une catastrophe pour les femmes, en particulier les responsables de famille qui viennent grossir les statistiques de l'assistance.  Enfin, les femmes salariées assument de surcroît la quasi totalité du travail domestique, le soin et l'éducation des enfants et souvent l'entretien des vieux parents12.  Cette situation n'est plus à démontrer et elle ne change pas malgré le discours sur le partage des tâches.  On assiste donc à une mobilisation et une exploitation sans précédent de la force de travail collective des femmes, sur le front domestique et celui du marché.  Bien que d'innombrables statistiques fassent état de cette réalité, sa signification théorique est le plus souvent occultée.  

8 De même que le travail salarié, la maternité est une obligation sociale; qu'elle soit intériorisée sous la forme du désir d'enfant n'y change rien.  Mais la contraception aussi est obligatoire.  Au Québec et au Canada, il convient d'avoir un ou deux enfants; les femmes qui en ont plusieurs s'exposent au ridicule et à la pauvreté.  Dans plusieurs pays pauvres, les États nationaux et les organismes internationaux s'efforcent d'imposer la contraception et la stérilisation bien souvent contre la volonté des femmes dont les enfants sont l'unique ressource et l'assurance pour l'avenir13.  En 1990, à Montréal, les féministes ont organisé en vingt-quatre heures une manifestation monstre, en pleine période de vacances estivales, pour soutenir la cause d'une jeune femme, Chantal Daigle, à qui la Cours supérieure du Québec avait interdit d'avorter à la suite d'une demande d'injonction de la part de son ex-amant.  La Cour suprême du Canada a invalidé ce jugement, créant un vide juridique en ce qui concerne l'avortement, vide providentiel au demeurant.  Mais n'est-il pas possible d'imaginer que les femmes auraient manifesté aussi si l'ex-amant de cette femme avait voulu l'obliger à avorter?  (Plusieurs ecclésiastiques seraient sans doute venus grossir les rangs.)  L'enjeu fondamental, n'est-ce pas la liberté des femmes de procréer ou de s'y refuser contre l'ingérence des hommes et celle des pouvoirs publics.  Cette liberté est précaire.

9 Leur liberté sexuelle est également très limitée, en dépit des apparences.  Ce sont toujours les hommes qui déterminent les limites et les conditions dans lesquelles la sexualité des femmes peut s'exercer.  Pour les hétérosexuelles, cet exercice dépend directement de leur valeur sur le marché des échanges sexuels, valeur établie selon des normes qui ne s'appliquent pas aux hommes comme on le sait : l'âge, l'apparence physique, les attitudes.  La libéralisation du divorce et l'effondrement de l'ancienne morale sexuelle ont provoqué un réaménagement du marché matrimonial et du marché des échanges sexuels à l'avantage quasi exclusif des hommes.  Une partie non négligeable des femmes est expulsée de ces marchés mais les couvents n'existent plus ...

10 Si les hommes se font rares à titre privé, par contre ils envahissent la vie des femmes en leur qualité d'hommes publics : gouvernants, magistrats, gestionnaires, fonctionnaires.  En effet, au Québec et au Canada, les programmes et les interventions contre l'inégalité et la discrimination dans différents domaines, contre la violence et le harcèlement sexuel relèvent principalement des gouvernements et des tribunaux.  De même, l'État prend en charge une grande partie des mères sans conjoint et les femmes qui sont sans ressources à cause de leur âge ou de leur manque de formation, à la suite d'un divorce, d'une mise à pied, etc.  À l'assistance sociale proprement dite, s'ajoutent des programmes d'aide et de soutien, sans oublier les services sanitaires.  L'État-père, l'État-conjoint, l'État-tuteur nourrit et défend ses femmes, avec une générosité et un empressement très variables cependant, comme dans n'importe quel ménage.  En effet, malgré le soutien de l'État, les femmes se sont appauvries au cours des deux dernières décennies, en particulier celles qui vivent seules et celles qui sont l'unique responsable d'une famille14.  On peut se demander si l'action des pouvoirs publics n'a pas eu pour résultat de libérer les hommes des femmes et non l'inverse, en prenant le relais de la responsabilité masculine auprès des femmes et des enfants.

11 Les femmes sont devenues une catégorie d'ordre administratif et la cible d'une activité de gestion spécifique comme les autres groupes qui posent des problèmes : les Amérindiens, les immigrants, les délinquants, les handicapés, les malades mentaux et bien d'autres.  Dans ces conditions, les droits des femmes, selon l'expression consacrée, sont-ils toujours un moyen de libération?  Si l'actualisation de ces droits ne dépend plus de la mobilisation politique des femmes, elle aura tendance à s'effectuer selon les règles et les stratégies des bureaucraties, dans l'intérêt des politiciens et des gestionnaires.  Les femmes ne sont pas à l'abri du contrôle et de la manipulation par les appareils du pouvoir même lorsqu'ils se portent à leur défense et assurent leur protection.  Le respect des femmes est l'envers glorieux de la misogynie comme l'écrit Sarah Kofman, un effet paradoxal de l'infériorisation15.  Différents groupes exposés au racisme ou à la discrimination vivent eux aussi cette contradiction : les minorités ethniques et culturelles, les minorités sexuelles, les personnes âgées, les enfants.  Par exemple, la pratique de la rectitude politique («political correctness») rehausse apparemment le statut des groupes opprimés, elle leur confère reconnaissance et visibilité.  Cependant, elle leur interdit par le fait même d'échapper au classement.  En effet, pour être reconnus, ces groupes doivent se conformer à la nécessité d'appartenir à une catégorie opprimée et sous ce rapport, chacun doit en outre affronter la concurrence des autres.  Dans ce contexte, la capacité d'organisation et de subversion des femmes, libérée par le mouvement féministe des années soixante-dix, a été canalisée dans une interminable négociation avec les institutions.

12 Ce féminisme mobilisateur, auquel on n'attribue pourtant aucune victoire, est le spectre qui hante l'Europe occidentale et l'Amérique du Nord, pour paraphraser Marx et Engels.  La seule mention de la lutte des sexes provoque l'horreur.  En effet, la lutte peut entraîner le refus de la complicité, le retrait du consensus, la rupture de la négociation.  Elle devient possible lorsque le rapport social général entre les sexes est dévoilé, démontré.  Cela s'est produit quelquefois au cours de l'histoire récente, notamment dans la décennie mille-neuf-cent-soixante-dix16.  Les théories produites par le mouvement féministe au cours de cette période convergent sur certains points fondamentaux.  Les sexes sont construits socialement sur la base d'un rapport inégal auquel les femmes sont soumises collectivement.  Il se matérialise dans l'exploitation, l'appropriation des femmes, leur sujétion et leur infériorisation.  Diverses problématiques ont privilégié l'une ou l'autre de ces dimensions du rapport de sexes.  Les théories ne s'accordent pas sur ce qui serait à l'origine de l'inégalité : le corps, le psychisme, le pouvoir, la culture, l'activité de production ou de reproduction.  Toutefois, elles considèrent que ce rapport est structuré, organisé, et qu'il traverse l'ensemble des institutions.  Faut-il rappeler que la conjoncture intellectuelle et politique de cette période était relativement favorable à la pensée contestataire, dans les sociétés où le féminisme s'est développé.

13 La conjoncture actuelle est plus conservatrice et répressive.  Le rapport général entre les sexes est moins visible, on pourrait même croire à sa disparition.  D'abord, certaines conditions de l'échange inégal entre les sexes ont été réaménagées : l'articulation du travail domestique et du travail salarié, les règles de la reproduction, les pratiques matrimoniales et sexuelles.  Nous avons décrit brièvement ces nouvelles conditions au Québec et au Canada.  Il faut prendre aussi en considération la présence médiatrice de l'État dans les relations entre hommes et femmes.  Les femmes collectivement retirent peu de profit de ces changements mais sur le plan personnel elles en retirent une plus grande autonomie, ce qui crée l'illusion que le rapport de sexes n'existe plus.  En outre, certaines manifestations de ce rapport se sont atténuées; le sexisme en particulier est moins présent dans le langage et le comportement des hommes, du moins dans certains milieux.  Ce changement est un acquis indubitable de la lutte des femmes.  Enfin, le caractère de plus en plus abstrait, impersonnel, systémique de la domination et de l'exploitation diminue aussi la visibilité du rapport entre les sexes, comme celle des rapports entre les classes et entre les sociétés.  Par conséquent, il semble inutile désormais de s'en prendre aux hommes, aux politiciens ou aux patrons lorsque les choses vont mal parce qu'ils n'y seraient pratiquement pour rien.  L'envers de cette problématique, c'est la conception fort répandue de la société comme une scène où se déploieraient les stratégies, les désirs, les valeurs, les choix conscients et délibérés de tous et chacun des acteurs sociaux et des actrices, créant et recréant leur destin librement.

14 Dans cette conjoncture, une injonction menaçante est faite aux femmes en général et aux féministes en particulier : cachez ce rapport entre les sexes qu'on ne saurait voir, pour le dire à la manière de Molière cette fois.  Parlez plutôt de toutes ces relations entre hommes et femmes dont chacune est unique, originale, dont le nombre, la variété et la complexité sont infinis.  Or, si le rapport entre les sexes demeure inchangé, il faut à nouveau le démontrer et le dénoncer.  C'est la tâche prioritaire du féminisme et la condition de sa survie.  Autrement, nous renoncerions à l'impossible : la liberté.

Haut de page

Notes

1   Susan Faludi, Backlash, la guerre froide contre les femmes, Paris, Antoinette Fouque, 1991.

2   Ce sondage a été réalisé par le Groupe Léger et Léger, à la demande de La Gazette des femmes, publiée par le Conseil du statut de la femme du Québec. Voir le vol. 15, no 6, mars-avril 1994.

3   Au Québec, l'indice de fécondité du moment était de 1,4 enfant par femme au milieu des années 1980, il se situe à 1,6 depuis le début de la dernière décennie.  J'emprunte ces données à Danielle Gauvreau, «La fécondité incertaine», Sociologie et sociétés,  vol. XXVI, no 2, automne 1994.

4   Au Québec, le taux réel de monoparentalité était de 20.8% en 1986, selon Renée B.-Dandurand et Lise Saint-Jean; il s'agit du taux calculé sur l'ensemble des familles parentales.  Plus de 82% des responsables de ces familles sont des femmes.  Voir Renée B.-Dandurand et Lise Saint-Jean, Des mères sans alliance.  Monoparentalité et désunions conjugales,  Montréal, Institut québécois de recherche sur la culture, 1988.  Hélène Desrosiers, Céline Le Bourdais et K. Lehrhaupt estiment que si la tendance actuelle se maintient, 39% des Québécoises vivront à un moment ou l'autre en situation de monoparentalité; voir Monoparentalité et recomposition familiale chez les Québécois,  rapport de recherche remis au Conseil de la famille, Ste-Foy, 1993.

5   Nadia Fahmy-Eid et moi avons tenté de démontrer cette hypothèse dans le cas québécois.  Voir, Nadia Fahmy-Eid et Nicole Laurin-Frenette, «Théories de la famille et rapports famille-pouvoirs dans le secteur éducatif au Québec et en France (1850-1960)», Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 34, no 2, 1980.  Nadia Fahmy-Eid et Nicole Laurin, «Femmes et Église au Québec; éléments pour une interprétation socio-historique», dans le collectif sous la direction d'Anita Caron, Femmes et pouvoir dans l'Église, Montréal, V.L.B. éditeur, 1991.

6   Louis Hémon, Maria Chapdelaine, Montréal, Bibliothèque québécoise, 1990 (1ère édition, 1916), p. 193.

7   Voir Nicole Laurin, Danielle Juteau et Lorraine Duchesne, À la recherche d'un monde oublié.  Les communautés religieuses de femmes au Québec de 1900 à 1970, Montréal, Le Jour, 1991.

8    60% des Canadiennes de plus de quinze ans font partie de la main-d'oeuvre active.  Au Québec, la proportion d'actives parmi les mères d'enfants de moins de six ans est actuellement de 57%; on estime que cette proportion se situera entre 80% et 85% en l'an 2000.  Ces données sont tirées de l'étude de Christine Corbeil, Francine Descarries, Carmen Gill et Céline Séguin, «Une pratique de la maternité : les femmes au foyer», dans Renée B.-Dandurand et Francine Descarries, éditrices, Mères et travailleuses.  De l'exception à la règle, Montréal, Institut québécois de recherche sur la culture, 1992.

9    C. Corbeil, F. Descarries et al.  (op. cit.) estiment à 30% la proportion des femmes canadiennes au foyer.  Selon elles, cette statistique devrait encore être révisée à la baisse parce qu'elle comprend les retraitées et les femmes en situation de discontinuité d'emploi.

1 0 Sur la relation complexe entre la discontinuité professionnelle, les charges familiales et les caractéristiques de l'emploi féminin, on consultera les travaux de Marianne Kempeneers, en particulier, Le travail au féminin; analyse démographique de la discontinuité professionnelle des femmes au Canada, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 1992.

1 1 Sur l'évolution entre 1981 et 1991 de la concentration professionnelle, de la rémunération et de la formation des femmes, voir Un dossier en évolution.  Bilan de l'égalité des femmes au Canada, Conseil consultatif canadien sur le statut de la femme, juin 1994.

1 2 Selon Statistique Canada, dans les familles où les deux conjoints travaillent, 52% des femmes sont complètement responsables des tâches domestiques et 28% le sont presque entièrement.  Ces chiffres sont cités par Danielle Stanton, «Le retour du balancier», La Gazette des femmes, op. cit.

1 3  Je m'inspire en particulier de Elisabeth Afiavi Gnansounou, Organisation sociale et planning familial au Bénin,  Thèse de doctorat présentée au Département de sociologie de l'Université de Montréal, 1994.

1 4 Voir Morley Gunderson et Léon Muszynski, Vivre ou survivre?  les femmes, le travail et la pauvreté, Ottawa, Conseil consultatif canadien sur la situation de la femme, 1990.  Selon cette étude, les femmes représentent 58,7% des personnes économiquement faibles au Canada.  Au cours de la période de 1971 à 1986, le nombre de femmes canadiennes vivant en dessous du seuil de la pauvreté a progressé de 110,3%, cet accroissement a été de 23,8% pour les hommes.  Le risque de connaître le dénuement économique est plus élevé chez les femmes qui vivent seules et celles qui sont responsables d'une famille monoparentale.

1 5  Sarah Kofman, Le respect des femmes,  Paris, Galilée, 1982.

1 6 Francine Burnonville montre bien l'inscription du féminisme dans les luttes sociales et politiques des femmes depuis deux siècles.  Voir Les femmes sont-elles allées trop loin?  De la citoyenneté au pouvoir politique,  Montréal, Le Jour, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Laurin, « Négocier l’impossible. Du féminisme actuel au Québec et au Canada », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 25-34.

Référence électronique

Nicole Laurin, « Négocier l’impossible. Du féminisme actuel au Québec et au Canada », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/656

Haut de page

Auteur

Nicole Laurin

Sociologue, Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org