Navigation – Plan du site
Perspective théorique

Textualité de la libération. Liberté du texte

Françoise Collin
p. 13-24

Notes de l’auteur

 Ce texte a été écrit en I994. Il m'a amenée à renouer plus étroitement avec la démarche des arts plastiques, y compris dans leurs formes d'émergence les plus fragiles. J'ai consacré deux séminaires à l'art, dans le Cadre du Collège International de philosophie et dans le cadre de l'Ecole Nationale des Beaux-arts. J'ai écrit des textes-dont quelques uns pour les catalogues de jeunes artistes femmes -et participé à divers débats autour de l'exposition Féminin/Masculin organisée à Beaubourg entre autres. Chaque jour me conforte davantage dans la pensée selon laquelle aucun "mouvement" ne peut sans danger faire l'économie du rapport constitutif à l'art. Mais aussi aucune vie vraiment humaine.

Texte intégral

  • 1 Dans l'espace français on trouve cette position chez Hélène Cixous, Jacques Derrida, et d'une certa (...)

1La question de la création des femmes a souvent été traitée dans deux registres principaux. D'une part, le nombre relativement faible de créatrices reconnues, dans le passé et même dans le présent, a porté à s'interroger sur les conditions socio-culturelles, ou éventuellement psychologiques, qui ont freiné et freinent l'accès des femmes à la création comme sur les mécanismes qui conditionnent leur moindre reconnaissance et leur relatif oubli par l'histoire. D'autre part, des réflexions générales et des études de textes ont nourri la question de savoir s'il y a une spécificité de la création des femmes, que ce soit dans le choix des domaines et des formes d'expression, dans les thèmes ou le style. Certaines théories soutiennent même que tout art, sinon toute création, relèverait de ce qu'on peut appeler une position féminine, que partageraient les hommes comme les femmes.1

2Il me paraît en tout cas que l'affirmation et la détermination d'une "spécificité féminine" de l'art ou de la création qui dépasserait l'analyse factuelle pour s'ériger en principe risquerait d'exercer une fonction normative, discriminant au sein des oeuvres de femmes les orthodoxes, qui répondent aux critères du féminin, et les hétérodoxes. Car s'il est vraisemblable que les femmes, des femmes créatrices, ont privilégié certaines formes d'expression ou certains thèmes au cours de l'histoire, ce constat ne peut toutefois être extrapolé pour prendre figure de loi générale valant pour tous les temps et tous les lieux,sans devoir aussitôt composer avec un nombre considérable d'"exceptions", soit que des traits caractérisés comme féminins se retrouvent dans bon nombre d'oeuvres d'hommes soit que des traits supposés masculins appartiennent réciproquement à bon nombre d'oeuvres de femmes. Extrapolé de la sorte, le critère du féminin fonctionne comme un voeu, voire un impératif, se substituant aux normes du monde masculin plutôt que de les abolir. Tout en admettant donc que l'appartenance sexuée, comme l'appartenance nationale, régionale, ou historique peut infléchir une oeuvre, tant pour un homme que pour une femme, ce qu'on oublie généralement - et peut être analysée comme telle par la critique- il faut reconnaître que l'oeuvre n'est jamais réductible à ses composantes ou à l'une d'elles. Ces composantes particulières, qui font la matérialité de l'oeuvre, ne limitent d'ailleurs pas pour autant sa portée mais sont au contraire le support de son universalité potentielle. Aussi les oeuvres de femmes ne sont-elles pas destinées qu'aux femmes, pas plus que les oeuvres d'hommes ne sont destinées qu'aux hommes, pas plus que les oeuvres italiennes ne sont destinées qu'aux Italiens, ou les oeuvres du dix-huitième siècle destinées à leurs seuls contemporains. Sans doute serait-il plus juste de dire que dans les exemples cités, les femmes, les italiens, les gens du dix-huitième siècle en ont été ou en sont les premiers "gardiens" -mais non les propriétaires. "Pour qui écrit-on?" demandait Sartre. On écrit toujours à la fois pour le connu et pour l'inconnu, pour le lecteur présent et le lecteur à venir, qui n'est pas encore.

La société et le monde

3Avant de traiter de ces questions, et en amont, plus sourdement et plus fondamentalement s'en impose une autre, que j'aborderai d'abord ici:qu'en est-il des rapports de l'art avec le féminisme? En quoi l'art concerne-t-il ce mouvement que l'on peut qualifier de politique? En quoi l'art lui importe-t-il, nous importe-t-il? Et dans l'art je ne distingue pas à priori, en ce moment de ma réflexion, les oeuvres d'artistes hommes ou d'artistes femmes. En ce moment n'est même pas décidé le fait de savoir s'il faut opérer cette distinction, comment, à partir de quels critères.

4Ce n'est pas la première fois qu'on pose la question des rapports de l'art avec la vie politique. Et on sait que le traitement de cette question est périlleux. Le politique est omnivore, prêt à dévorer et à utiliser tout ce qui peut l'alimenter et le fortifier. Ce faisant, il perd l'originalité de ce qu'il absorbe, ramenant l'art à une pièce de son dispositif stratégique et méconnaissance son irréductibilité. Ainsi fit globalement le communisme, arrimant à son idéologie l'art sous la catégorie du réalisme socialiste. Ainsi fit le nazisme.

5Mais sans aller jusqu'à ces extrêmes, il y a toujours un danger de faire de l'art un allié, un soutien, voire une application ou une illustration du politique, en tout cas une annexe de ce qui se décide par ailleurs dans le politique. Au mieux un loisir complémentaire de celui-ci. Dans cette relation, la parole propre de l'art disparaît: elle n'est plus qu'illustration ou confirmation de l'ordre établi du discours. Les régimes démocratiques eux-mêmes ne sont pas exempts de cette tentation, dans le développement des "politiques culturelles".

6Or, aux origines du récent mouvement des femmes, qui visait une transformation fondamentale du monde, les frontières entre le politique et le poétique (l'art) furent franchies, sans cependant provoquer la réduction du second à la première. Pendant un temps la parole ne fut pas prisonnière de l'énoncé revendicatif. Pendant un temps le mouvement de libération resta inspiré par le mouvement secret de la liberté. Les mots d'ordre eux-mêmes, si impérieux qu'ils fussent, étaient joués dans le langage, et relevés par l' humour. Les slogans indispensables étaient perçus au deuxième degré. Je ne sais si ce moment inspira de grandes œuvres (-je crois que non-): il empêcha en tout cas l'inflation du discours hors de tout rapport au langage, ou, pour le dire autrement, empêcha la réduction de la production du nouveau à la fabrication, au bénéfice de la création. Ce moment a probablement été court, mais il a été. Il permettait de rêver que le monde à venir serait un monde qui se développerait comme une écriture, non comme un discours ou une thèse, élaborant un être ensemble ouvert et non une nouvelle fonctionnalité communicationnelle.

7On peut penser que ce premier mouvement a eu tout entier rapport avec le monde comme avec un texte. Les femmes, allant et venant, parlant, se rencontrant, écrivaient, peignaient, dessinaient, un texte non encore écrit, écrivaient en vivant une histoire, un lieu, traçaient l'inouï dans une sorte de création croisée (plus que collective) itinérante. Il y a eu une esthétique de la libération, une révolution sensible, la liberté coïncidant avec la grâce, dans une certaine indifférence -il est vrai- à l'institutionnalisation ou à la représentation.

8L'évolution du mouvement féministe a fortement estompé ou même complètement aboli cette esthétique, cette aisthêsis politique. Cette évolution s'est accomplie en constituant deux terrains privilégiés: d'une part celui d'une nouvelle science -par le développement des "études féministes"-qui a revendiqué sa place dans l'organisation du savoir institutionnel -même si la place qui lui est faite est minime -d'autre part, celui d'un agir désormais articulé à la loi et au fonctionnement des institutions politiques existantes. Le rapport aux personnes a quant a lui été relégué dans le champ des centres d'aide sociale, où les individus femmes émergent comme victimes. Une sorte de partage des rôles s'est ainsi établi spontanément entre les vainqueures, affrontées à la conquête de l'institution, et les vaincues, dont l'existence justifie et alimente le discours des premières (il arrive aussi que les deux rôles se disputent la même personne).

9Dans cette division des rôles, l'insurrectionnel a fait place à l'instrumental. Dans ce "progrès", quelque chose a été perdu. Et cette perte semble un grand danger. Sans doute les femmes n'ont -elles pas cessé de créer, et même de plus en plus nombreuses, sinon de plus en plus reconnues, dans certains arts tel que le cinéma, la danse, les arts plastiques. Mais elles poursuivent en quelque sorte leur trajectoire à côté sinon à l'écart du mouvement féministe. En France, il n'est pas ou plus guère d'artiste qui se dise "féministe", même quand elle reconnaît (le plus souvent discrètement) que sa qualité de femme n'est pas étrangère à son oeuvre. Mais c'est peut-être qu'il n'y a plus de place dans le féminisme pour la radicale liberté de l'artiste et de l'oeuvre.

10On peut certes relativiser cette affirmation et rappeler l'existence de quelques festivals ou expositions consacrés aux femmes. Mais la question n'est pas là. La question est de savoir si la pensée féministe, le mouvement féministe -ou post-féministe si on préfère-, et donc les femmes qui s'y reconnaissent, qui le soutiennent, qui l'alimentent, qui l'orientent par leurs initiatives, entendent encore résonner l'interpellation de la création dans leur propre démarche, si le souci de l'efficacité ne l'a pas peu à peu écarté, si le souci des finalités n'a pas oblitéré cette "finalité sans fin" que rappelle l'art, selon les termes définis par Kant.

11Y aurait-il donc incompatibilité entre un mouvement de libération et la liberté qu'il prétend promouvoir? La libération loin d'être la condition de la liberté en serait-elle ou en deviendrait-elle l'impossibilité? Ce serait pour le moins paradoxal. Y aurait-il dans le mouvement de libération une injonction explicite ou implicite à laquelle la création doive se soustraire pour survivre? Le féminisme serait-il incompatible avec la création, si elle n'est pas sous condition? Ces questions sont inquiétantes. Car une libération qui se payerait de la perte de la création (ou qui, plus précisément, laisserait la création se déployer à ses côtés mais sans lui reconnaître un pouvoir d'interpellation) serait une libération mutilée.

12Or l'évolution actuelle du mouvement des femmes entraîne assez spontanément une crispation accentuée sur les stratégies instrumentales,sur les leit-motiv les plus concis, qui semblent parfois remplacer l'inventivité perdue de la parole. L'affrontement aux institutions, le plus souvent répétitif et stérile, dissimule mal l'absence d'inspiration.

13Revenir en ce moment de désertification à la pensée de l'art, et à l'art lui-même, n'est-ce pas une fois de plus sommer l'art de tenir lieu d'autre chose, d'être un substitut? N'est-ce pas par une brusque volte l'investir d'une impossible mission ?

14Tel ne peut pas être le sens de cette attention. Il faut d'emblée renoncer à demander à l'art ce qu'il n'est pas et ne peut être : le salut. C'est sans a priori qu'il faut revenir vers l'art. C'est pour en apprendre ce qui avait été oublié ou recouvert. C'est pour entendre sa question, non pour lui demander une réponse. L'art ne libère pas, il n'est pas assigné à la libération : il exige la liberté.

L'interpellation de l'art

15Il importe sans doute de préciser ce qu'on veut dire par "entendre résonner la question de l'art " dans sa théorie et dans sa pratique.

16Que permet ou qu'empêche l'écoute de l'art au sein d'une démarche? Qu'y maintient-il d'essentiel? Que perdons-nous, qu'avons-nous perdu à nous éloigner de l'art?

17La distinction grecque de la praxis et de la poiêsis me semble pouvoir (temporairement) éclairer ce que nous visons ici. La poiêsis ,dans le monde grec, est un faire, un fabriquer, articulé à une fin déjà présente ou qu'elle se donne et par rapport à laquelle elle s'instrumentalise. La praxis par contre est cet agir, ou cette énonciation, dont la fin reste absente, qui ne se développe sous la garantie d'aucun modèle, mais dans une sorte de risque permanent,dans l'insu de ses moyens et de sa fin. La poiêsis va vers ce qu'elle sait déjà, la praxis va vers, mais va vers ce qu'elle ne sait pas.

18L'insu commandant la praxis, ressuscite au sein du mouvement théorique ou pratique la possibilité de la diversion, ou du divertissement, qui rend attentif à la multiplicité des formes qu'occulte la prétention autoroutière de la pensée et de la pratique. L'insu détourne de la voie droite. "Le chemin des écoliers" révèle des pans de paysage ou des points de vue inédits. La pensée et la pratique s'attardent, dans le non pressé, n'ayant pas de comptes à rendre. Mouvement du badaud, traversée de passages, flânerie, qu'a bien illustrée l'oeuvre de Walter Benjamin, et où le plus sur chemin n'est plus la voie droite mais la courbe. La création naît de la distraction et du flottement de l'attention qui se repose sur le pouvoir révélant du détail. La création, que rappelle l'art, n'a pas affaire aux possibles mais, au sein même des possibles, à l'impossible (Maurice Blanchot). Elle préfère le mot le plus juste au mot le plus exact. Et le mot le plus juste est parfois la ponctuation du silence.

19Le propre de la parole de l'art est de se tenir dans la question, de formuler et reformuler la question plutôt que d'assigner la langue à être une langue de réponse. Approcher ce qui est dans sa complexité, sans le réduire à ses lignes dominantes. Oublier l'Un. Faire surgir du jeu des ombres et des lumières ce qui ne sera jamais translucide.

Théorie et création

20Or la pratique féministe de la pensée et de l'agir, mue par l'urgence du court terme, a souvent privilégié le pragmatique plutôt que le praxique, au risque de ne s'attacher qu'à ce qui fonctionne.

21Car tout mouvement de libération, et la théorie d'accompagnement qu'il secrète, comporte un inévitable fantasme de maîtrise. Le risque est de transformer et d'extrapoler un indispensable travail d'élucidation et de dénonciation socio-politique en conception du monde, en philosophie, la pensée étant alors assignée à un rôle instrumental : comprendre, le plus économiquement possible, pour agir sur. Or ce type de compréhension n'est pas le tout du rapport au monde, et de la pensée du monde,qui est aussi de l'ordre du se lier, du faire apparaître, du nouer avec, de l' écoute, que développe pour sa part la démarche artistique, où la critique n'est jamais distincte de la célébration.

22En matière théorique, il est surprenant qu'au moment même où les sciences (dites dures) remettent en question l'analyse de leur fonctionnement, et ce fonctionnement même, tel qu'il a été interprété par le scientisme positiviste,les sciences humaines -dont relèvent les "études féministes" -fortifient souvent quant à elles ce même modèle scientiste,en concevant le savoir comme un instrument de maîtrise d'un réel mis en position d'objet représentable,confondu avec la vérité. Il n'y a plus d'excédent de la pensée sur le savoir. La philosophie elle-même est perçue comme un outil : elle a au mieux à authentifier le mot d'ordre. Le souci critique qui permet la relecture des oeuvres philosophiques à la lumière de la question des femmes risque aussi de se transformer en une sorte d'enquête policière visant à débusquer des élaborations sinon coupables du moins responsables, à un règlement de compte ou procès d'intention

23Pressée d'opérer la théorie écarte d'elle ce qui pourrait gêner sa cohérence. Elle s'aveugle sur ce qui lui compliquerait la tâche, voire s'y dérobe. La théorie simplifie ce qu'elle touche, mais réciproquement elle veille à ne toucher que le simplifiable.

24Au cours des années un certain consensus, une certaine forme d'orthodoxie (à variables) s'est constituée, qu'il s'agit de ne pas interroger, de ne pas menacer. Ou tout au moins un espace (en forme de no man's land) a été constitué à grands efforts, qui est tenu dès lors comme espace protégé, chasse gardée, voire propriété privée, et qui conditionne implicitement la reconnaissance de la qualité de féministe. D'où la difficulté d'y introduire le nouveau, et même tout simplement de nouvelles venues. La pensée ramassée sur elle-même soupçonne ce qui vient d'ailleurs. Ce qui, du féminisme, est livré aux générations des filles est souvent un paquet cadeau qui tient parfois du colis piégé.. Non pas une nouvelle manière de sentir, de vivre, de se lier, mais un outil d'analyse, une paire de lunettes, au mieux une "vie mode d'emploi"(Pérec), une vie en kit (do it yourself). Le monde n'est plus un texte mais un réseau de signalisation dont les panneaux : "attention danger " sont les plus nombreux (J'ai pu me réjouir dans un autre texte, plus ancien, de ce que la transmission ne soit plus seulement celle du corps -la vie- mais d'un corpus: un corpus n'est cependant pas une doctrine.)

25Or la création est indifférente à ces limites, voire à ces diktats. Elle est aux aguets de ce qui vient la contredire. Elle s'offre à la contestation, car c'est dans cette ouverture seulement qu'elle échappe à la réification. L'écoute de l'art est salutaire à la pensée comme à la pratique. Elle nous porte à laisser la pensée sans bord, sans finition,à n'élaborer que des théories ouvertes, nomades, vulnérables mêmes et non des outils figés qui contraignent le réel. C'est l'attention flottante qui permet de faire progresser la compréhension des phénomènes. Le progrès provient de la qualité de glisse du regard.

26L'art est toujours affirmatif. Il fait apparaître.

27L' infléchissement du savoir vers sa version instrumentale résulte-t-il d'une nécessité? Est-ce à cause de l'urgence où nous sommes de "comprendre" les mécanismes de notre oppression, d'en fournir un modèle explicatif simple dans l'espoir de la résoudre que l'économie semble souvent réguler nos recherches? Ou n'y a-t-il pas aussi dans ce mode de fonctionnement un souci inavoué de se conformer à un modèle ou supposé modèle du savoir reconnu? En réduisant l'ampleur et la complexité de leur pensée sensible à la rigidité de la thèse, les femmes n'attestent-elles pas de leur faiblesse plutôt que de leur force,de leur servitude (aux formes du savoir et du pouvoir imposés) plus que de leur maîtrise -ou plus exactement d'une maîtrise qui n'a pas su atteindre l'état de souveraineté-?

28On est souvent frappée de constater que si les hommes sont capables de faire passer dans leur écrit théorique presque tout ce qu'ils pensent, de sorte que leur rencontre ne produit pas de surprise à qui a lu leur oeuvre,les femmes par contre ont un excédent considérable de savoir insu par rapport à ce qu'elles en élaborent. Et il semble que malgré la richesse de la production théorique féministe, celle-ci renonce souvent, peut-être par conformité aux lois du marché du savoir, ou plus simplement encore aux contraintes institutionnelles ou supposées telles fonctionnant en forme de surmoi, à une part considérable de ses ressources propres. Il y a aujourd'hui dans la pensée des femmes et des féministes plus d'informulé que de formulé, plus de bords que de centre,plus d'exclu que d'inclus. La pensée pensée ne recouvre pas la pensée pensante. Or c'est ce travail d'inclusion de l'exclu qui est l'enjeu du nouveau, même si les formes prescrites (du fonctionnement intellectuel, artistique, éditorial, communicationnel) y résistent.

29On peut évidemment se poser la question :ces ressources peuvent-elles entrer dans la théorie? La pensée pensée est-elle capable d'accueillir la pensée pensante? Le mode d'expression privilégié de cette dernière n'est -il pas ailleurs, dans ces autres pratiques que sont par exemple les formes artistiques? C'est là en tout cas qu'elles peuvent se tenir comme en réserve, et continuer à vivre,en attendant d'être réintroduites dans un processus de théorie et d'action rendu à sa vocation de liberté.

La langue et les langues

30Il n'est pas de pensée qui ne soit liée à une langue. L'impératif de la communication et le souci de la reconnaissance par le plus grand nombre nous portent, comme tous les autres scientifiques, à déserter la langue, notre langue, non pas au profit d'une mathématique universelle, mais au profit d'un système élémentaire de communication, un espéranto (le plus souvent appelé anglais mais qui n'est pas la langue de Shakespeare ni de Virginia Woolf) qui préside désormais aux échanges. La communication s'établit, certes, mais au prix de quelles mutilations,de quels renoncements? Passent à travers ce filtre quelques concepts déracinés,comme des cadavres flottant à la surface des eaux et dont se repaissent les volontés cannibales du tout savoir,capitalisant l'information (Avoir le carnet d'adresse international le plus complet,la banque de données la plus performante). La traduction, comme la bourse, établit entre les mots comme entre les monnaies des équivalents dans toutes les langues- le dollar faisant aujourd'hui référence-. La pensée se réduit à un ensemble de "concepts" publicitaires, qui fonctionnent et qui s'usent, nécessitant leur renouvellement. Là où la théorie n'est plus qu'un outil (et souvent un mauvais outil) l'oeuvre d'art, peut-être, résiste, inséparable de sa matière, y retenant le sens.

La fiction au-delà des factions

31Il me semble que l'urgence n'est pas seulement de ressusciter la connaissance des femmes artistes du passé, ou de favoriser le développement de celles du présent, mais de revenir auprès d'elles, de dialoguer avec elles, de replacer leur interrogation et leur travail au coeur du travail des théoriciennes et des praticiennes, non pour en savoir plus mais pour penser autrement. Car à quoi bon entamer un combat pour la reconnaissance de l'art des femmes, si nous n'attendons rien de l'art qu'une confirmation de ce que nous sommes? Ce que je tente d'exprimer ici n'est donc pas la nécessité d'ajouter une rubrique à l'éventail de nos connaissances ou à celui des revendications (même si cette démarche n'est pas superflue), de lui consacrer un département, un chapitre, un article, mais de se laisser interpeller par cette autre parole qui ne supporte pas l'injonction,et qui, hors des sentiers battus, ne comporte que les limites qu'elle s'assigne, qu'elle se doit de s'assigner, de s'inventer. L'élargissement du champ de communication du poète (de l'artiste) ne dépend pas de la simplification de sa langue mais de son approfondissement : l'universalité de son message n'est pas liée à son adaptabilité mais à son irréductibilité. Elle est garantie par la force de sa singularité.

32Là où un "monde commun" ne peut être effectué, l'oeuvre d'art instaure une forme de communauté sans communauté, sans rassemblement, la communauté de celles et ceux qui se sont tenus dans la proximité des mêmes oeuvres, le sachant ou sans le savoir, non pas parce qu'ils se sont pressés ensemble dans la même salle de concert ou de musée,sous l'injonction du culturel-le philistinisme que dénonçait Hannah Arendt-, mais parce que chacun a pour soi même rencontré ces oeuvres,connues ou presque totalement inconnues, ici ou là. Une communauté inavouable, dit M. Blanchot. Une communauté désoeuvrée, dit J.L.Nancy, dans une formule en apparence paradoxale.

33Que l'on ne voie toutefois pas ici une apologie idéalisante de l'art et des artistes,comme si leur démarche n'était pas elle aussi guettée par une forme d'aliénation qui consiste principalement dans l'alignement sur la mode et sur le marché,comme si la liberté n'y était pas aussi un enjeu quotidiennement soutenu, comme si la création y allait de soi.

34Au moins n'y accède-t-on pas une fois pour toutes, en fonctionnaire, par nomination, mais doit-on s'y nommer constamment jusqu'à ce que survienne (rarement) la renommée. Le risque pris, l'incertitude permanente, le caractère absolument singulier de l'oeuvre comme d'un idiolecte, que les références dévaluent plus qu'elles ne garantissent, son caractère absolument non cumulatif et résolument inutilisable, rendent néanmoins plus indispensable l'élément de création, la caractère praxique du travail, dans l'incertitude de sa fin.

Bivouac

35On a dit assez souvent que l'époque des grands récits c’est-à-dire des représentations salvatrices est révolue en politique. Le féminisme n'a jamais succombé à l'illusion des "grands" récits, mais il a été et demeure ourdi de récits qui demandent à irriguer la théorie et la pratique. Toute théorie novatrice n'est-elle pas d'abord fiction?Toute aventure de l'esprit n'est-elle pas le passage du registre des factions au registre de la fiction? La fiction a rapport au verbe faire: elle imagine et fait en même temps. Elle se distingue en cela de l'utopie qui, hors lieu, se tient dans les nuées, indifférente aux actes de la terre. La fiction survit à la faction, comme essence du faire.

36Il n'est plus demandé à l'art d'être fondateur d'une époque,d'un peuple,d'une communauté. Cet art là, constitutif d'un mythe unificateur est "fini" comme l'a dit Hegel. Les oeuvres,dans la lumière ou dans l'ombre,"grandes" ou "petites"- cette distinction étant caduque quand il s'agit du présent-,sont plutôt vouées à tenir ouvert, toujours réouvert, un monde que le projet de la modernité technique voudrait tout entier mettre en position d'objet,absorbant dans cette objectivité l'humanité elle-même. Les oeuvres, dans les musées et les salles d'exposition sans doute, mais aussi dans les ateliers, dans les quartiers, allument leurs feux, pour un jour ou pour toujours.

37Il arrive que le souffle s'épuise. Il arrive que les projets de réformer le monde se répètent. Il arrive qu'il n'y ait plus de projet. Il arrive le manque de monde dans le monde.Il arrive que les mots soient usés. Il arrive que le discours ait desséché la bouche. Il arrive que la révolution prenne place dans un rapport. Il arrive que la machine habitée soit déshabitée mais continue cependant sa course, donnant le change.Il arrive que l'on devienne gestionnaire du changement. Il arrive que l'on rencontre tout le monde dans le monde, que l'on parcoure le monde et que le monde manque.

38Ces temps de latence, ces apparentes parenthèses, sont partie intégrante d'une vie singulière ou collective. Ils laissent chance à l'approche du nouveau et de nouvelles venues, de nouveaux venus. C'est alors -par un suspens momentané du discours- que l'ouverture du chant revient dans la parole. Ce moment en appelle à la création.

Haut de page

Notes

1 Dans l'espace français on trouve cette position chez Hélène Cixous, Jacques Derrida, et d'une certaine manière Lacan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Collin, « Textualité de la libération. Liberté du texte », Les cahiers du CEDREF, 6 | 1997, 13-24.

Référence électronique

Françoise Collin, « Textualité de la libération. Liberté du texte », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 6 | 1997, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cedref.revues.org/655

Haut de page

Auteur

Françoise Collin

Philosophe et écrivain, directrice des Cahiers du Grif

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org