Navigation – Plan du site

L’expérience des IUFM

Mireille Baurens
p. 133-141

Texte intégral

  • 1  Instituts Universitaires de Formation des Maîtres.

1Qu’est-ce que les IUFM1 peuvent apporter en terme de légitimité, pérennité et scientificité aux s genre ? Quelle peut être leur contribution à la transmission de savoirs féministes et de pratiques pédagogiques ? Il me semble que la participation des IUFM est essentielle dans cette transmission et qu’elle est bien engagée. Pour le montrer, je proposerai une réflexion en trois temps :

  • Quelques caractéristiques de la formation genre, dans le cadre de la spécificité des IUFM —la formation des nouvelles recrues de l’Education Nationale française ;

  • Les écueils, ou les échos du « verre à moitié vide » que nous scrutons tout-e-s ;

  • Les atouts, les forces de la formation genre et son effet modélisateur.

La formation « Genre » autour de cinq paradoxes

Ancienne et nouvelle

2La Convention pour la promotion de l'égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, dans le système éducatifde février 2000 a lancé la nécessité de la formation aux inégalités scolaires entre filles et garçons, femmes et hommes dans le système éducatif. De nombreux instituts, sous la houlette d’une chargée de mission nationale et de son IUFM pilote, ont dès lors mis en place divers modules sur le genre. Certes, cette mise en place est locale et l’ensemble des instituts ne marchent pas à la même allure, mais la formation-genre s’officialise à peu près partout sur le territoire français et concerne un grand nombre des nouveaux et nouvelles enseignant-e-s. Toutefois, celle-ci est souvent liée à l’existence de fonds européens. Or, si les projets FSE ou régionaux permettent une marge de manœuvre considérable pour l’existence même de la formation ; qu’en sera-t-il quand cette source de financement se tarira ?

Nationale ou/et locale

3Plus techniquement, la difficulté est bien de passer des directives nationales à l’inscription locale de la formation genre dans les plans quadriennaux de formation des divers instituts : c’est cette inscription qui devrait en garantir la pérennité. On est ici encore largement englué-e-s dans le paradoxe « précarité versus garantie » de la formation genre dans les IUFM.

Restreinte ou plurielle

4Certains instituts pratiquent l’homéopathie — 1 h 30 de formation par stagiaire et par an ; d’autres offrent plus — jusqu’à 50 heures. Cet écart quantitatif va de pair avec une mise en œuvre qualitative divergente, j’y reviendrai. Il faut souligner aussi que seul-e-s les enseignant-e-s stagiaires sont concerné-e-s par ces dispositifs. Les étudiant-e-s en préparation de concours n’ont aucune transmission de savoirs sur le genre, à quelques exceptions disciplinaires près, dont l’EPS (éducation physique et sportive) et l’histoire. Les derniers concours de ces disciplines ont ainsi posé des questions sur la gestion de la mixité dans les classes ou la transmission de savoirs plus équilibrés.

Isolée ou intégrée 

5C’est la difficulté la plus grave. De nombreux espaces de formation se prêtent facilement à la prise en compte du genre — visites de classe, élaboration des mémoires professionnels et sexuation des données, transmission des savoirs disciplinaires et scolaires. On peut alors se demander quelle est la part des femmes et l’impact du genre au sein de la discipline enseignée. Mais de façon générale, elle est cantonnée à quelques moments étiquetés « genre ». Il n’y a peu ou pas de rappel ailleurs. Ainsi, soit la formation genre existe en tant que telle et s’ajoute à tout un ensemble de formation : elle est donc forcément parcellaire, fragmentaire. Soit la formation genre parvient à s’intégrer dans les dispositifs de cours : elle devient alors interdisciplinaire et transversale et mobilise plus car elle apparaît plus souvent et dans des contextes de formation diversifiés. Une continuité entre première et seconde années de formation en IUFM —préparation des concours de recrutement des enseignant-e-s et première année d’enseignement combinant stage dans les classes et formation à l’IUFM— serait alors plus concevable.

Du côté de la pénurie

6Qui est impliqué dans cette formation ? Il s’agit trop souvent d’une poignée de convaincu-e-s ne parvenant qu’au prix d’extrêmes difficultés à mobiliser d’autres collègues et à fédérer des équipes interdisciplinaires. Le schéma le plus répandu est celui d’un petit noyau de personnes — et parfois même d’une seule — garantissant la formation sur le genre mais devant encore souvent revendiquer le bien-fondé de la mise en place d’une telle formation. Dans la réalité, on trouve quelques — exceptionnels — IUFM qui soutiennent la mise en place des formations genre, mais bien trop souvent, formateurs et formatrices sur le genre doivent faire face à une solitude et un isolement dangereux.

7En conclusion, je diraique si la notion de transmission de savoirs et de pratiques pédagogiques féministes a une pertinence en IUFM, c’est dans les liens qu’il lui faut fabriquer avec l’ensemble de la formation et de l’évaluation des stagiaires.

Le « verre à moitié vide »

8Les écueils de la transmission de savoirs féministes et de pratiques pédagogiques dans les instituts de formation des enseignant-e-s peuvent être appréhendés sous deux aspects : (1) la précarité et les difficultés rencontrées dans son institutionnalisation (2) l’absence de volonté claire et collective pour édifier des référents communs.

2006 : deux composantes à risque avec la fin de la Convention

9La première difficulté provient de la passation des pouvoirs. En 2006, la formation genre  passera entièrement sous la responsabilité des équipes enseignantes au sein des divers instituts — et de leur déclinaison, conseil de formation, conseil scientifique pédagogique, etc. Si les formatrices et formateurs chargé-e-s des modules genre ne font pas partie des ces instances et si donc ces modules ne sont pas inscrits dans le plan de formation spécifique et local, ils sont condamnés, à plus ou moins long terme. Si en revanche, ils sont intégrés, comment éviter leur assimilation jusqu’à l’invisibilité, voire la désintégration ?

10La deuxième difficulté qui vient exacerber le premier risque a trait aux relais incertains, c’est-à-dire à la capacité à fédérer de nouvelles équipes : qui va assurer cette formation, si/quand les convaincu-e-s partiront, abandonneront, s’épuiseront ? Si d’autres prennent le relais, contraint-e-s  par l’institution et non porté-e-s par leur désir de cette transmission qui nous rassemble aujourd’hui, qu’adviendra-t-il alors de cette formation genre ?

11On le voit bien, la transition s’annonce difficile, avec peu de garantie sur l’institutionnalisation de la formation Genre. Il ne faut pas oublier pas non plus le contexte de chambardement dans lequel se trouvent les IUFM — avec des projets d’intégration ou de dissolution dans les universités. On comprend alors que les priorités et les urgences sont très loin du genre.

L’absence de volonté claire et collective pour édifier des référents communs

12Cette caractérisation des formations liées plus à des personnes qu’à des contenus cadrés, à des programmes précis, ne facilite pas l’élaboration de référents communs. Chacun-e officie dans le cadre de sa discipline ou de son enseignement transversal et les formations se définissent principalement par leur extrême variété. Il semble pour l’instant très difficile de recenser les contenus des formations proposées. Cependant, il est possible de garder confiance. Je voudrais m’efforcer maintenant de souligner ce que cette formation des enseignant-e-s à la scolarité différenciée entre filles et garçons apporte au débat d’aujourd’hui.

Trois atouts et la force modélisatrice de la formation genre en IUFM

  • 2  « L’institutionnalisation des études genre en France et en Allemagne : perspectives croisées », Un (...)

13Au rang des atouts, on trouve l’intégration prévue aux universités. Il nous sera plus facile de travailler ensemble et d’unifier les pressions sur la nécessité d’intégrer, d’institutionnaliser les s genre — et sa déclinaison en formations. On peut y voir la fin de l’isolement : cette intégration garantira une plus grande visibilité des s genre. On a déjà longuement évoqué la question des canons des s genre au colloque de Strasbourg2. Il me semble que la transmission de références communes fortes suppose des passerelles entre contenus universitaires et contenus didactiques, ou, pour le dire autrement, entre savoirs féministes et pratiques pédagogiques.

14Toujours du côté des atouts, les référents communs sont en construction. Ainsi, deux réunions — co-organisées par l’IUFM de Lyon et de Grenoble — où étaient conviés l’ensemble des IUFM ont eu lieu en 2005, faisant ressortir un triple objectif :

  • Recenser qui fait quoi, où et comment ;

  • Fabriquer ensemble un outil, le « manuel genre », en mutualisant les ressources des personnes impliquées dans la formation. Concrètement, chacun-e met à la disposition de la communauté les formations sur le genre qu’il ou elle a élaborées. De plus, les apports de chacune des disciplines sont co-écrits ;

  • Diffuser cet outil au sein de tous les IUFM et voir, après une période d’expérimentation, s’il est judicieux de le publier.

15On fait donc d’une pierre plusieurs coups : l’élaboration de cet outil a pour autre objectif, parallèlement à la construction d’un cadre commun de références, la fédération de nouvelles équipes de personnes désireuses de participer à la formation genre. L’outil devrait également faciliter l’inscription de non spécialistes, non convaincu-e-s. Il s’agit clairement d’augmenter les effectifs pour élargir la formation : on est du côté des ressources humaines pour la pérennisation des s genre.

16Troisième atout, la spécificité des IUFM et du genre. Premièrement, si la France s’est certes engagée tardivement — et elle l’a fait grâce à l’Europe — dans la prise en compte des effets pervers de la mixité à l’école et de la résolution possible de ces mêmes effets, il faut souligner l’incroyable richesse et l’abondance des travaux réalisés actuellement dans le monde francophone  selon deux axes : la recherche et la pédagogie. Il y a encore une dizaine d’années, les références proposées en sciences de l’éducation sur le genre étaient essentiellement anglophones. Aujourd’hui, notre outil le « manuel genre » devra se doter d’un site complémentaire, pour actualiser la bibliographie proposée aux stagiaires, tant les travaux pertinents — français et européens — se renouvellent et se multiplient.

17De plus, le Ministère de l’Education nationale, fortement engagé dans la mise en œuvre de la Convention, produit régulièrement des outils pédagogiques (mallettes, vidéos, livrets, CD-Rom), pour faciliter la prise en compte du genre au sein des classes. Tous les cycles sont visés, de la maternelle au lycée, ainsi que toutes les disciplines, et de multiples « produits –genre » facilitant les pratiques égalitaires au sein des classes sont proposés. On assiste à une sorte de vulgarisation d’une pédagogie de genre, qui correspond aux besoins des enseignant-e-s en début de carrière. À ce titre, cette pédagogie est la bienvenue, comme première étape vers des pratiques pédagogiques féministes.

  • 3  Opposition complémentaire et néologique, proposée par Caroline Schreiber, maîtresse de conférences (...)

18Deuxièmement, on peut se demander quel est l’apport des IUFM en terme de scientificité des études genres. Deux axes fondamentaux définissent la formation genre en IUFM : la théorie et la pratique. C’est la savante orchestration entre l’une et l’autre qui garantit son efficacité. Les jeunes enseignant-e-s ont besoin de nourrir une réflexion didactique sur le genre — d’où la nécessité d’établir un cadre de références de base commune ; elles et ils ont aussi besoin d’immédiatement mesurer l’impact possible de cet apport théorique au sein de leur classe. L’aller et retour entre théorie et pratique est au cœur de la formation genre : il en constitue même le noyau. Le prisme du genre par exemple, permet aux stagiaires des découvertes : c’est la prise de conscience que la mixité ne va pas de soi et qu’il faut la travailler. C’est le temps de la rencontre avec les recherches sur le genre en éducation. Puis c’est la « crise de conscience »3, à savoir la découverte que les pratiques d’enseignement — les leurs — peuvent générer de la discrimination entre leurs élèves filles et leurs élèves garçons. C’est ensuite le temps de l’expérimentation de l’impact du genre au sein de leur propre classe : observer et mesurer, avant d’analyser ; puis intervenir, construire des solutions  possibles et une pédagogie plus égalitaires dans leur classe, dans la transmission des savoirs, etc. Le résultat est ainsi l’implication et l’intervention.

19C’est bien à la croisée des recherches scientifiques sur l’impact du genre dans les classes et des propositions de renouvellement égalitaire en éducation que la formation genre se situe en IUFM. C’est un aller et retour constant entre l’apprentissage des travaux de recherches (les savoirs féministes ?) et une appropriation individualisée, pragmatique, « éclectique » que chaque enseignante va orchestrer : c’est la mise en œuvre, les pratiques pédagogiques à partir de ces savoirs didactiques. C’est dans cette situation particulière que les IUFM représentent une force modélisatrice. Il est frappant de constater combien les stagiaires s’engagent dans la créativité pédagogique, dès que la formation est amorcée, quel que soit le degré de cette formation — homéopathique ou riche. En attestent les mémoires professionnels, spécifiques aux IUFM, combinant une recherche théorique et la mise à l’épreuve de projets pédagogiques : ces mémoires permettent d’analyser en profondeur les effets de chaque « expérience » sur la promotion de l’égalité en éducation entre les sexes. J’ai une grande confiance dans cette force sans cesse renouvelée d’une formation à l’autre, cette énergie manifestée par les stagiaires sensibilisé-e-s au genre, ce rayonnement possible de l’impact du genre lorsqu’elles et ils sont au sein des écoles. C’est une des spécificités des IUFM dans la question de la transmission des savoirs sur le genre.

20Citons deux exemples très différents pour illustrer le dynamisme et l’extrême diversité qui sont signes, à mon sens, de la promotion de cette transmission :

  • Les ex-stagiaires qui organisent un réseau et divers projets d’école pour former leurs nouvelles et nouveaux collègues au sein des établissements où elles et ils arrivent 

  • La parution d’un numéro de ELA sur « genre et langues-cultures », co-écrit principalement par des collègues de langues, sur la prise en compte du genre dans leur discipline.

21Parallèlement à ce constant renouveau des travaux de recherche sur le terrain et à la diversité des mises en œuvre au sein de l’école par les personnes formées, la divulgation croissante de la prise de conscience de l’impact du genre dans les classes est la garantie que les enfants de demain seront traité-e-s de façon plus égalitaire que ceux et celles d’hier.

22La formation au genre en IUFM, c’est le passage si nécessaire entre les Études de genre, la transmission de savoirs spécifiques et la mise en œuvre d’une éducation égalitaire, de pratiques pédagogiques féministes. À condition que la transmission se pérennise, et plus particulièrement dans les IUFM.

Remarques finales

23Je tiens tout d’abord à souligner l’audace de votre proposition de titre pour notre rencontre : « savoirs féministes », avec l’utilisation du terme « féminisme » et son association ambitieuse à « savoirs », des savoirs féministes. En IUFM, il s’agit d’une « mission impossible » : on parle prudemment de genre et on essaie d’expliquer qu’il ne s’agit pas de grammaire — ou alors de la grammaire de l’égalité entre les sexes. Et lors des formations, il arrive que certaine-s stagiaires nous « traitent » de féministes, comme un reproche. Il faut alors justifier nos propos pour dépasser l’accusation et être au contraire flattée de ce compliment. Que pouvons-nous faire ensemble pour réhabiliter l’usage du mot « féminisme » ?

  • 4  La micro-histoire de la « féminisation » des livrets de l’IUFM de Grenoble est en train d’être écr (...)

24Ensuite, je souhaiterais faire une remarque au sujet d’un autre usage, celui du féminin dans la langue française, qui relève de la même remise en question de l’occultation, de la dévalorisation des femmes et qui nécessite aussi à mon sens une action concertée, partagée, commune. Un guide d’utilisation du féminin pour les documents administratifs, co-écrit par des enseignant-e-s-chercheur-e-s de l’IUFM de Lyon et de Lyon 2, a d’ailleurs été publié. Je me permets de souligner également la première féminisation des livrets à l’IUFM de Grenoble, qui date maintenant de cinq ans, malgré de nombreux avatars4.

25Quand les jeunes enseignantes avec qui je travaille parleront d’elles au féminin, quand elles apprendront aux enfants à lire et à écrire au féminin aussi, nous aurons progressé de façon tangible et visible. Donc, bravo pour avoir opté pour un titre explicite. Vivons et oeuvrons au grand jour. Pour une transmission courageuse et nécessaire de savoirs et de pratiques féministes salvateurs. Mais ce n’est pas facile….

Haut de page

Notes

1  Instituts Universitaires de Formation des Maîtres.

2  « L’institutionnalisation des études genre en France et en Allemagne : perspectives croisées », Université Marc Bloch, Strasbourg, 20-21 mai 2005.

3  Opposition complémentaire et néologique, proposée par Caroline Schreiber, maîtresse de conférences en psychologie à l’IUFM de Grenoble, lors de la rédaction de ma thèse de doctorat D’une mixité unisexe à une mixité équitable. Regard didactique sur l’orchestration des différences filles/garçons, dans la classe de langue-culture, La Sorbonne, avril 2003.

4  La micro-histoire de la « féminisation » des livrets de l’IUFM de Grenoble est en train d’être écrite pour être proposée aux autres IUFM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Baurens, « L’expérience des IUFM », Les cahiers du CEDREF, 13 | 2005, 133-141.

Référence électronique

Mireille Baurens, « L’expérience des IUFM », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 13 | 2005, mis en ligne le 06 mars 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/634

Haut de page

Auteur

Mireille Baurens

Maîtresse de conférences à l’IUFM de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org