Navigation – Plan du site

Construire un réseau genre transfrontalier : expériences et perspectives

Rebecca Rogers
p. 119-132

Texte intégral

  • 1  Je remercie Nathalie Hillenweck pour sa relecture attentive de cet article.

1Cet article propose une réflexion sur les stratégies locales et régionales à mettre en oeuvre dans la perspective de bâtir des cours et des programmes sur le genre1. Il prend comme terrain d’investigation les actions que nous avons menées à l’Université Marc Bloch en Alsace depuis maintenant cinq ans, actions qui visent à implanter les Études genre dans notre propre université en nous appuyant sur l’expérience et les ressources de nos voisins transfrontaliers. Dans cette perspective, un réseau genre transfrontalier a peu à peu vu le jour, et c’est de celui-ci qu’il sera question ici. Précisons d’emblée qu’il s’agit d’un projet en devenir, qui s’appuie toutefois sur des structures existantes que nous proposons d’utiliser dans une perspective pragmatique afin d’atteindre nos objectifs.

Le réseau EUCOR et les Études genre

2Les universités de la région Alsace (les trois universités strasbourgeoises et l’université de Haute Alsace à Mulhouse) sont liées depuis 1989 avec trois universités outre-Rhin (à Fribourg en Brisgau, à Karlsruhe et à Bâle en Suisse) dans le cadre d’une confédération appelée EUCOR (Confédération européenne des universités du Rhin supérieur). Celle-ci, fortement soutenue par le conseil régional d’Alsace, cherche à promouvoir des échanges d’étudiant-e-s et de professeur-e-s, des échanges culturels et sportifs et à construire des parcours de formation tri-nationaux. De tels parcours existent dans des domaines scientifiques et connaissent un réel succès. Du fait notamment de problèmes linguistiques, les collaborations au niveau de l’enseignement dans les sciences humaines et sociales sont plus limitées et concernent surtout les romanistes du côté germanophone ou les germanistes du côté francophone. Cependant, dans le cadre de la réforme LMD, l’UFR des sciences historiques de l’Université Marc Bloch propose un parcours tri-national en master « sciences de l’Antiquité », parcours qui s’appuie sur des collaborations de longue date dans la recherche. L’offre de formation proposée dans les sept universités membres d’EUCOR est certes riche et diversifiée, néanmoins le nombre de collaborations est plutôt réduit et elles sont souvent de nature informelle —malgré des incitations fortes de la part des équipes présidentielles qui souhaitent développer ce modèle de coopération transfrontalière.

  • 2  Cette présentation synthétique s’appuie sur une communication de Marion Mangelsdorf faite lors d’u (...)
  • 3  Voir le site web du Centre : http://www.zag.uni-freiburg.de/. Celui-ci propose une chronologie en (...)
  • 4  Les classifications des postes de professeure culminent avec les postes de C4 qui sont les plus p (...)

3L’existence d’EUCOR nous a toujours semblé un atout dans nos efforts de rendre plus visibles les Études genre à Strasbourg, à la fois par l’importance de l’offre de formation des sept universités, mais surtout parce que nos collègues allemandes et suisses bénéficient de structures et d’expériences plus anciennes qui ont montré leur efficacité dans la mise en place de formations sur le genre. Il sera question ici surtout des Universités de Fribourg et de Bâle, dans la mesure où le profil technologique de Karlsruhe correspond moins à nos orientations en sciences humaines et sociales. A Fribourg, les efforts d’institutionnalisation des gender studies remontent aux années 1980 quand un groupe interdisciplinaire s’est constitué et qu’un bureau de coordination des gender studies a vu le jour2. Jusqu’en 1998, les efforts de structuration sont restés plutôt informels au niveau de la formation universitaire, la volonté étant de rendre plus visible le domaine de recherche. Cela a été rendu possible par l’organisation d’exposés et de conférences et par la création d’une revue qui témoigne de la vitalité de ce champ : le Freiburger Frauenforschung / Freiburger FrauenStudien (Recherches féministes fribourgeoises et Études féministes fribourgeoises). A partir de 1998, les féministes fribourgeoises passent à un autre rythme avec un projet d’institutionnalisation plus forte qui s’est réalisée en trois temps : (1) la mise en place d’un centre pour les études sur le genre (2) la création d’un premier cycle de gender studies et (3) la création d’un master dans ce domaine. Le Centre d’études est ouvert en décembre 1999 sous l’intitulé Zentrum für Anthropologie und Gender Studies (ZAG), l’orientation anthropologique étant l’une des spécificités des chercheuses fribourgeoises3. Avec la création du Centre, est mise en place une stratégie de postes fléchés ; en octobre 2000, Nina Degele est nommée sur un poste de professeure4 en sociologie et recherche empirique sur le genre ; deux ans plus tard, un autre poste de professeur-e revient à une professeure d’anthropologie biologique spécialisée dans les Études genre. Avec la création de postes affiliés au Centre, celui-ci se lance dans la structuration de cours sur le genre et, en avril 2001, est instauré un cursus gender studies en tant que « mineure ». Malgré des débuts prometteurs, le ZAG reste dépendant de ressources universitaires qui sont en baisse depuis 2002. Ainsi, les collaborations avec les collègues suisses ou françaises constituent un atout important pour les Fribourgeoises dans la mesure où elles renforcent la visibilité et la notoriété du ZAG.

  • 5  Voir l’article de Patricia Roux et Gaël Pannatier sur le réseau LIEGE dans ce même volume, ainsi q (...)

4Les initiatives concernant les Études genre à l’Université de Bâle présentent un profil similaire, sauf que les enseignantes suisses bénéficient de ressources financières nettement plus importantes et d’une tradition de coopération entre les différentes universités. Il existe en Suisse, depuis 1983, une Association Suisse Femme Féminisme Recherche qui cherche, d’une part, à accroître la part des femmes dans l’enseignement et la recherche et, d’autre part, à renforcer l’institutionnalisation des Études femmes / genre dans les universités. De nombreuses initiatives, aussi bien au niveau politique qu’universitaire, ont suivi, ce qui, à Bâle, s’est traduit pendant les années 1990 par l’organisation de séminaires et de conférences sur les Études genre et la mise en place de cours sur le sujet au sein des différentes disciplines. En 1997, cette activité informelle se concrétise institutionnellement par la création d’une chaire extraordinaire en histoire des femmes et du genre détenue par Regina Wecker. En 2001, cet effort de structuration s’est poursuivi avec la création d’un Zentrum Gender Studies, doté d’une chaire en Études genre, sur laquelle a été élue la sociologue Andrea Maihofer. La même année, se constitue le réseau suisse de chercheurs et de chercheuses en Études genre, le LIEGE (Laboratoire interuniversitaire en Études Genre). Ce réseau donne à l’Université de Bâle un avantage considérable par rapport à une université isolée et a permis, entre autres, la constitution d’une formation doctorale en Études genre à Bâle dès 20025.

  • 6  Ce groupe, toujours précaire au niveau financier, a intégré la Maison Interuniversitaire des Scien (...)

5Par rapport à ce processus d’institutionnalisation des Études genre à Fribourg et à Bâle, les universités strasbourgeoises sont évidemment en retard : chaque cas de figure reflétant ainsi la situation nationale des Études genre. Certes, il existe à l’Université Marc Bloch des enseignements sur les femmes ou le genre dans divers départements, notamment en sociologie, en histoire et en STAPS, mais ceux-ci ont une visibilité assez faible dans l’offre de formation générale et nous sommes loin de proposer une « mineure » en gender studies et encore moins une formation doctorale. Comme ailleurs en France, nous sommes mieux structuré-e-s au niveau de la recherche puisqu’il existe un groupe interdisciplinaire « mauvais genre » depuis 2000, qui organise conférences, tables rondes et journées d’études, et dont les plus récentes concernent précisément l’institutionnalisation des Études genre en France et en Allemagne6. Si le groupe a conquis sa légitimité d’abord par le biais de la recherche, dès le début de son existence il a évoqué les questions d’institutionnalisation et s’est tourné vers les partenaires EUCOR avec la volonté d’établir une coopération plus structurée.

La création de contacts transfrontaliers

  • 7  A titre d’exemples : CEDREF, Vingt-cinq ans d'études féministes : L'expérience Jussieu, Cahiers du (...)

6Le groupe « mauvais genre » est constitué d’un noyau d’environ quinze personnes venant de l’histoire, de la sociologie, des langues vivantes par le biais de la civilisation, et des mathématiques. Cette composition détermine en partie le type de collaborations qui ont vu le jour et explique que nous nous sommes tournées dans un premier temps vers Bâle, où les historiennes du genre jouissent d’une grande renommée. Ainsi, nous avons commencé par inviter en 2002 Claudia Opitz, spécialiste de la « Querelle des femmes » à l’époque moderne, à venir nous parler de ses recherches. Ce premier contact nous a permis de mieux connaître la situation bâloise et nous a incité-e-s à organiser une table ronde EUCOR intitulée « Les études sur les femmes et le genre : perspectives européennes et françaises » autour des activités du 8 mars, en 2003. Claudia Opitz a de nouveau été invitée ainsi que Marion Mangelsdorf, anthropologue et philosophe de formation, responsable du ZAG à Fribourg. J’ai moi-même parlé des women’s and gender studies aux Etats-Unis. Incontestablement, cette table ronde a constitué un point fort dans la visibilité du groupe « mauvais genre » à Strasbourg qui œuvrait depuis trois ans sans attirer les foules. A notre grande surprise, cette réflexion sur un objet relativement nouveau en France, les Études genre, a provoqué une curiosité plus large et la salle était, pour une fois, relativement comble. Les questions générées par les trois interventions révélaient un climat propice à un dialogue large et pluridisciplinaire entre personnes qui ne s’identifiaient pas comme spécialistes dans le domaine. Evidemment, cette initiative coïncidait avec la publication d’un certain nombre d’ouvrages collectifs sur les Études féministes et le genre, qui ont fini par marquer à la fois l’université française et l’espace public7. Le succès de cette table ronde a non seulement attiré de nouveaux membres vers le groupe, mais il nous a également encouragé-e-s à poursuivre nos efforts de collaboration avec nos partenaires transfrontaliers. En effet, les communications de Marion Mangelsdorf et Claudia Opitz nous ont montré des stratégies d’institutionnalisation et nous ont permis de rêver à une structuration plus conséquente sur le site strasbourgeois, en nous appuyant sur l’existant outre-Rhin.

7Depuis, les contacts se poursuivent. A l’automne 2003, Claudia Opitz m’ayant invitée dans son séminaire d’histoire pour présenter mon sujet de recherche actuel, nous en avons profité pour organiser une rencontre plus large entre membres du groupe « mauvais genre » et la communauté des spécialistes du genre à Bâle. Il a été question de projets de recherche suisses et de collaborations possibles — un début de dialogue qui nous montrait à quel point les structures institutionnelles et les ressources financières différaient des nôtres. Le contraste matériel entre nos situations respectives nous plaçait comme partenaires sur des plans fort différents, et il était difficile de voir l’intérêt bâlois à maintenir des collaborations — nous semblait-il. Le dialogue continue depuis, par courrier électronique surtout, et dernièrement par l’invitation des partenaires fribourgeois-es et bâlois-es lors de nos journées d’études : « L’institutionnalisation des Études genre en France et en Allemagne : perspectives croisées » (20-21 mai 2005)8. Deux collègues de chaque université sont venues pour présenter la situation des Études genre dans leur institution et pour témoigner de pratiques de transmission dans le domaine. Il est ressorti de cette rencontre une forte volonté commune de poursuivre la discussion et de mettre en place des formations ou des séminaires transfrontaliers, en plus de collaborations plus générales avec l’Allemagne.

Perspectives pour la coopération transfrontalière

8Les débats lors de nos journées d’études portaient sur des questions à la fois épistémologiques et pragmatiques : comment mettre en œuvre un programme d’Études genre, avec quels moyens, suivant quelle stratégie ? Quels sont les facteurs locaux ou régionaux qui contribuent au succès ou aux difficultés de la mise en place de tels cursus dans une université donnée ? Du point de vue plus théorique, quels sont les enjeux d’une telle institutionnalisation ? Autour de quels critères s’établissent les « canons » en Études genre ? Quelles formes prend l’héritage intellectuel féministe dans les divers contextes nationaux, thématiques et disciplinaires ? Et quelle est plus précisément la part de l’héritage nord-américain dans les différents pays ? Les discussions ont montré la diversité des stratégies et le poids des structures universitaires nationales. Ainsi dans un système fédéral, comme en Suisse ou en Allemagne, les initiatives locales ont pris davantage d’ampleur, s’appuyant souvent sur des réseaux régionaux, voire nationaux. Les intervenantes ont aussi insisté sur l'importance d'une volonté politique dans la promotion de ces études : si le réseau allemand Frauennetzwerk NRW a pu obtenir des postes, c’est aussi parce qu’il y avait au niveau du Land une volonté politique de soutenir une politique d’égalité. De manière générale, l’intégration du gender mainstreaming par les politiques publiques en général, et éducatives en particulier, joue un rôle essentiel. Il a été plus surprenant de constater à quel point les pratiques et les associations féministes ont joué un rôle, notamment en Allemagne et en Suisse, et que cette démarche féministe laissait des traces importantes dans les programmes élaborés et dans le fonctionnement de ces programmes. Il a beaucoup été question des rapports entre générations féministes, de la reconnaissance ou non de l’héritage de la deuxième vague et du sens à attribuer au mot féministe, selon qu’on se positionne à l’est ou à l’ouest du Rhin, en amont ou en aval par rapport au mouvement féministe des années 1970. En effet, la présence importante de doctorantes mettait les générations et la transmission au cœur des questionnements. Autre aspect des discussions : l’importance et l’utilité des canons dans les Études genre et le rapport de ces études avec d’autres champs transdisciplinaires : les « gay, lesbian and queer studies » et les « ethnic and postcolonial studies ». La table ronde sur les canons a mis à jour une différence d’utilisation du concept lui-même car les Allemandes ont abordé le canon plutôt dans sa dimension programmatique (dans le sens d’un cursus-type), alors que les Françaises l’ont envisagé dans son acception « corpus de textes fondamentaux » et ont proposé une réflexion plus épistémologique. Quant aux nouveaux champs transdisciplinaires, on a pu constater l’importance des approches anglo-américaines dans ce domaine ainsi qu’une plus grande réceptivité à l’égard de ces dernières du côté allemand que du côté français.

9La richesse des débats en salle et dans les couloirs a permis de poser les bases pour envisager des collaborations plus soutenues qui sont actuellement de trois ordres : l’organisation de conférences et de séminaires communs, l’organisation de journées doctorantes et à terme, la création d’un parcours genre tri-national. Il va de soi que cette dernière perspective n’est guère envisageable pour le moment, mais en instaurant des séminaires communs et en organisant des journées pour les doctorants nous créons un contexte plus favorable aux projets plus ambitieux.

10Dès la fin de nos journées d’études, les collègues fribourgeoises nous ont écrit pour proposer un séminaire autour de la réception de Judith Butler dans nos pays respectifs et au sein de nos disciplines respectives. Ce sujet, actuellement à la mode du fait de la traduction récente de Gender Trouble en français, nous a semblé effectivement intéressant dans la perspective de mieux saisir les enjeux épistémologiques des Études genre dans les deux pays et, aussi, afin de pouvoir dialoguer davantage d’un point de vue disciplinaire. Cette proposition pourrait d’ailleurs se combiner avec une journée de doctorant-e-s, dont la nature n’est pas encore précisée. L’important, il nous semble, est de créer davantage de ponts entre les chercheurs de part et d’autre du Rhin en multipliant les occasions de rencontre et en cherchant à créer des structures pérennes. Avec l’existence du réseau EUCOR, nous avons à disposition un outil dont nous devrions mieux et plus profiter.

11La perspective de collaborations plus étendues ne doit pas nous faire oublier l’existence de difficultés que nous avons déjà éprouvées, notamment lors des journées d’études en mai 2005. En particulier, nous avons été confronté-e-s à des problèmes de communication liés à la présence de nombreuses personnes ne maîtrisant pas le français ou l’allemand. La tradition alsacienne dans de telles rencontres transfrontalières est alors de parler dans sa langue d’origine et nous avions prévu de courtes traductions des communications. Cette pratique a rapidement généré des plaintes, surtout du côté des Allemandes qui nous ont demandé de parler dans une langue tierce — l’anglais. Si cette solution convenait à certaines des participantes, elle était loin de faire l’unanimité, surtout du côté des doctorantes françaises. Ainsi, la qualité du débat a inévitablement pâti des longueurs produites par les traductions et par les difficultés à s’engager dans le débat en utilisant l’anglais. Ce problème, qui dépasse évidemment les débats dans le domaine des Études genre, doit être évoqué clairement dans les projets de réseaux et faire l’objet de discussions préalables.

12Une deuxième difficulté à surmonter dans la mise en place de collaborations avec nos partenaires suisses et allemands est liée à la faible institutionnalisation des Études genre en France. Jusqu’à présent l’initiative des contacts est venue des Strasbourgeoises qui ont cherché bien évidemment à tirer profit des expériences étrangères. Dans cette démarche, on constate régulièrement une forte tendance de notre part à critiquer la situation alsacienne et française sans faire valoir les atouts que nous avons, en particulier nos traditions de recherche. Si des intellectuel-le-s français comme Michel Foucault, Jacques Lacan, Julia Kristeva, ou Luce Irigaray ont beaucoup influencé des chercheuses féministes étrangères dans les années 1980 (souvent plus que leurs homologues français-es !), la France bénéficie beaucoup moins de ce prestige intellectuel aujourd’hui. Pourquoi donc vouloir collaborer avec nous, surtout si la langue de communication pose problème ? C’est donc à nous de montrer, par la qualité de nos débats et de nos discussions, que nous avons quelque chose à apporter à cette discussion transfrontalière.

13La volonté d’établir des collaborations bi- ou tri-nationales plus soutenues dans le domaine des Études genre est suscitée en grande partie par un souci d’institutionnalisation de ces études qui devra passer par leur visibilité dans les politiques d’établissement alsaciennes. Etant donnée cette perspective à long terme, il me semble qu’un dernier écueil à éviter serait la création d’un réseau non-mixte. En effet, il n’y a eu que des participantes à nos journées d’études et le nombre de collègues hommes qui se sont déplacés pour nous écouter était fort réduit. Ce manque de présence et d’écoute de la part de la majorité des hommes au sein de l’université pose problème dans l’objectif d’une institutionnalisation des Études genre. Si celles-ci ne sont pratiquées que par des femmes, ne courons-nous pas le risque d’une marginalisation forte ?

14En 2005, il va de soi que la transmission des savoirs féministes doit passer par des collaborations européennes et internationales comme lors du premier mouvement féministe au 19ème siècle. A nous cependant d’inventer les modalités de coopération à mettre en place : des journées d’études comme celles qui sont à l’origine de ce volume, la co-production d’ouvrages scientifiques, la construction de réseaux, la mise en place de parcours genre bi- ou tri-nationaux, etc. Dans la recherche de partenariats, il faut toutefois penser à varier les échelles et à prendre en compte le local et le régional. C’est dans cet esprit qu’est présenté notre exemple qui rend compte de la constitution progressive d’un réseau transfrontalier. En effet, nous sommes chacune confrontées à un contexte local spécifique qui porte en lui des perspectives comme des blocages. Se tourner vers nos partenaires proches outre-Rhin est une façon pour nous en Alsace de tirer avantage de notre position excentrée, de réellement bénéficier des expériences effectuées dans un contexte national autre et de revendiquer un passé fait d’échanges culturels de part et d’autre du fleuve qui nous sépare géographiquement. Les Études genre comme pont entre les cultures ? Pourquoi pas.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Nathalie Hillenweck pour sa relecture attentive de cet article.

2  Cette présentation synthétique s’appuie sur une communication de Marion Mangelsdorf faite lors d’une table ronde organisée à l’Université Marc Bloch en mars 2003. On lira avec profit : Ute Scherb, Ich stehe in der Sonne und fühle wie meine Flügel wachsen. Studentinnen und Wissenschaftlerinnen an der Freiburger Universität von 1900 bis in die Gegenwart, Ulrike, Helmer Verlag, 2002.

3  Voir le site web du Centre : http://www.zag.uni-freiburg.de/. Celui-ci propose une chronologie en anglais du ZAG.

4  Les classifications des postes de professeure culminent avec les postes de C4 qui sont les plus prestigieux.

5  Voir l’article de Patricia Roux et Gaël Pannatier sur le réseau LIEGE dans ce même volume, ainsi que le site web du réseau : http://www2.unil.ch/liege/Étudesgenre/. Pour plus d’informations sur l’histoire des études genre en Suisse, voir : Neugierig auf Gender Studies. En savoir plus sur les études genre. Ein Handbuch, Un manuel, édité par l’Union Nationale des Étudiantes de Suisse, UNES, Chronos, 1999.

6  Ce groupe, toujours précaire au niveau financier, a intégré la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme - Alsace en 2005 sur un programme de recherche intitulé : « La mixité des sexes : école, société, espace urbain ». En 2004, les résultats de deux tables rondes sur la mixité ont été publiés : Rebecca Rogers (ed.)., La mixité en éducation : Enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions, 2004. Précisons que je suis responsable du groupe « mauvais genre » qui, hélas, n’a pas encore élaboré de site web.

7  A titre d’exemples : CEDREF, Vingt-cinq ans d'études féministes : L'expérience Jussieu, Cahiers du CEDREF, Publication Paris 7 – Denis Diderot, 2001 ; la réédition de Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch (coord.), Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Paris, Éditions du CNRS, 2002 ; Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey, Claude Zaidman (dir.), Le genre comme catégorie d'analyse. Sociologie, histoire, littérature, coll. Bibliothèque du féminisme, L’Harmattan, 2003.

8 Programme disponible sur le site : misha1.u-strasbg.fr/MISHA/docs/instit.pdf. Les résumés des communications en allemand et en français doivent y figurer prochainement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rebecca Rogers, « Construire un réseau genre transfrontalier : expériences et perspectives », Les cahiers du CEDREF, 13 | 2005, 119-132.

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Construire un réseau genre transfrontalier : expériences et perspectives », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 13 | 2005, mis en ligne le 04 mars 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/632

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

Maîtresse de conférences habilitée en histoire à l’université Marc Bloch de Strasbourg. Elle est membre de l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre Mnémosyne, de la Fédération Internationale pour la Recherche en Histoire des femmes et du comité de rédaction des revues Clio : Histoire, femmes et sociétés et Histoire de l’éducation.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org