Navigation – Plan du site

Institutionnalisation des études féministes en Suisse

Le défi de l’intégration et du maintien d’une dimension critique
Gaël Pannatier et Patricia Roux
p. 105-117

Texte intégral

  • 1  Voir à ce propos : Patricia Roux, « Questions féministes : des nouvelles de Suisse », Nouvelles Qu (...)

1Les Études féministes font l’objet d’une institutionnalisation croissante bien que modeste dans les universités suisses depuis la fin des années 1990, et s’inscrivent dans une démarche de mise en réseau nationale assez exceptionnelle dans le contexte européen. Durant des années, la recherche féministe s’est effectuée en grande partie dans l’ombre, souvent portée par des personnes occupant des postes instables au sein ou à l’extérieur des universités. Enracinés dans les mouvements féministes des années 1970, puis dans le renouvellement que ceux-ci ont connu dans les années 19901, les réseaux informels ne constituent plus l’unique voie d’accès aux travaux féministes. L’actuelle conquête d’espaces institutionnels en Suisse, tels les enseignements fléchés Genre dans les cursus d’études et la création de centres ou d’unités Genre interdisciplinaires, est en effet une autre voie, plus formelle, par laquelle ils peuvent désormais être diffusés. Les informations circulent mieux, les contacts et les échanges scientifiques se multiplient.

Premiers pas vers l’institutionnalisation en Suisse

2Dans les débuts de la mobilisation féministe dirigée vers les universités, la principale initiative a été la création, en 1983, de l’association Femmes Féminisme Recherche. Ce réseau est très impliqué dans la politique scientifique en faveur de la promotion des femmes et de la recherche féministe. Chronologiquement, un deuxième événement important, cette fois pour l’enseignement des Études Genre, a été l’ouverture — non sans heurts — en 1995 d’un DEA (diplôme d’études approfondies) en Études Genre, commun aux Universités de Genève et de Lausanne.

  • 2  De manière plus développée sur ces points et sur les débuts de l’institutionnalisation des Etudes (...)
  • 3  Regula Burri, Irène Fleischmann et Elisabetta Pagrnossin-Aligissakis (Eds), Études femmes / Etudes (...)

3L’insertion actuelle des Études Genre au sein des universités suisses s’explique à la fois par les engagements, individuels et collectifs, qui ont œuvré à leur reconnaissance et par l’extension d’un discours général sur l’égalité des sexes qui, depuis une quinzaine d’années, a pris une large place dans le débat public, et, plus modestement, dans la politique scientifique appuyant les Études Femmes / Études Genre2. Même si les discours politiques se traduisent encore très difficilement en mesures concrètes, les choses ont quelque peu bougé. Au niveau universitaire, la mise sur pied d’un programme national de recherche sur les femmes dans la loi et dans la société (Social and Legal Status of Women - Ways to Equality) peut être considérée comme un signe important. Ce programme a doté la recherche en Études Genre d’un premier apport financier appréciable, en soutenant vingt-quatre projets dans différentes disciplines entre 1993 et 1997. Au niveau politique, un premier rapport du Conseil suisse de la science sur l’état de la recherche et de l’enseignement en Études Genre en Suisse a mis en évidence, en 1998, la faiblesse de leur institutionnalisation et de leur coordination dans les universités suisses, mais aussi le dynamisme des chercheur-e-s et enseignant-e-s intégrant cette perspective3. Puis a été mis sur pied le Programme fédéral à l’égalité des chances (2000-2007, en deux volets), qui vise à renforcer la relève scientifique féminine, notamment en doublant d’ici 2006 le nombre de femmes dans le corps professoral des universités (7% en 2000, encore moins de 10% actuellement : la Suisse reste à la traîne sur le plan international).

  • 4  Pour une présentation de la situation, voir l’encadré en fin de texte.

4En moins de dix ans, de nouvelles structures ont déjà beaucoup transformé le paysage des Études Genre en Suisse, et indéniablement, celles-ci sont en train d’acquérir une certaine visibilité aux yeux des étudiant-e-s (offre plus développée, mieux diffusée et plus accessible), des chercheuses et des chercheurs (centres de compétences, colloques de recherches, réseaux, etc.), du milieu académique et de la société4.

5De manière générale, les universités suisses affichent désormais assez clairement leur engagement pour une politique scientifique en faveur des Études Genre et de la promotion des femmes, mais leur rapport au féminisme, en revanche, est plus ambivalent, variant selon les contextes, les courants théoriques et les personnes. Objet de débat, le lien entre le féminisme et les Études Genre n’est pas perçu, voire conçu de la même manière par tout le monde. Si les chercheuses concernées reconnaissent que les Études Genre sont filles des mouvements féministes et des revendications des années 1970, certaines souhaitent maintenant s’affranchir du militantisme et légitimer les Études Genre au plan scientifique uniquement. D’autres, dont l’équipe de la revue Nouvelles Questions Féministes, considèrent que la grande richesse de ces études est leur interaction avec les mouvements féministes, de même que la réflexion au sein de la « communauté » universitaire et scientifique élargie constitue un apport indispensable au mouvement. Par leur analyse et leur dénonciation du caractère ethnocentrique et androcentrique des théories scientifiques les plus courantes, les travaux féministes mettent en cause l’universalité à laquelle elles prétendent. De là découlent des interrogations en cascade, source et contribution à la reconstruction d’une pensée scientifique qui fournit de nouveaux éclairages sur la réalité sociale.

6Nous nous voulons optimistes par rapport à la situation suisse et aux avancées récentes, mais il n’en reste pas moins que les moyens alloués aux Études Genre demeurent limités et que la majorité des projets et des postes sont précaires. De plus, le dynamisme actuel est largement dû à un investissement important des enseignant-e-s et personnes engagé-e-s en faveur des Études féministes, qui se retrouvent le plus souvent submergé-e-s par l’ampleur de la tâche (participation à des commissions, propositions et développement de projets de recherche, encadrement des étudiant-e-s, des mémoires et des thèses en Études Genre notamment), en raison de leur petit nombre et de leur position à la marge des créneaux scientifiques habituellement reconnus.

Une force des Études Genre en Suisse : la mise en réseau

7L’une des particularités du développement des Études Genre en Suisse est l’effort déployé depuis cinq ans environ pour la collaboration sur le plan national. Les chercheur-e-s et enseignant-e-s se sont investi-e-s dans un travail collectif pour soumettre des projets englobant la majorité des universités suisses. C’est le cas sur plusieurs plans :

  • Élaboration de deux projets de recherches d’envergure nationale composés d’équipes pluriuniversitaires et articulés autour de différents thèmes touchant à l’ensemble des domaines de la vie sociale, politique et économique structurés par les rapports sociaux de sexe (projets qui n’ont finalement pas été retenus dans la dernière étape de la sélection opérée au niveau fédéral) ;  

    • 5  Genève-Lausanne, Berne-Fribourg, Zürich et Bâle.

    Création d’une école doctorale suisse en Études Genre —chapeautée par Bâle et gérée de manière décentralisée en quatre sous-écoles5 ;  

  • Création d’une commission nationale pour les Études Genre —la « KOFRAH – Gender Studies »— qui échange des informations, se mobilise sur différents dossiers politiques et a mis en place un projet de développement coordonné des enseignements en Études Genre dans l’ensemble des universités (voir encadré).

  • 6  Le paysage de la formation tertiaire suisse est composé d’une part des Universités et d’autre part (...)

8Cette dynamique de coopération nationale ne va pourtant pas de soi. En effet, si les instances scientifiques et le contexte politique visent actuellement à une collaboration renforcée (mais concurrentielle) en Suisse, la démarche ne prend forme que très lentement, freinée, d’une certaine manière, par l’ancrage régional et l’autonomie des universités, qui dépendent des cantons et non de la politique fédérale. Parmi les difficultés structurelles auxquelles les chercheur-e-s en Études Genre ont à faire face, la multiplicité des langues reste une barrière centrale, un problème tout à fait concret qui ne facilite pas l’élaboration des projets, les discussions nationales et les échanges scientifiques — par ailleurs basés sur des traditions et des orientations théoriques différentes. Le fonctionnement très indépendant et variable de chaque université, lié au contexte particulier du système politique helvétique (fédéralisme décentralisé), ne favorise pas non plus des coopérations supra-universitaires. Jusqu’à il y a peu, il fallait faire un complément de formation pour obtenir, d’un canton à l’autre, la reconnaissance d’un diplôme universitaire. Enfin, il ne faut pas sous-estimer la concurrence entre les Hautes Ecoles6. Les centres de recherche en Études Genre de Bâle, Zurich et Berne entretiennent parfois des rapports de compétition, et cela peut aussi être le cas, du côté de la Romandie, entre les universités de Lausanne et de Genève. Dans ces conditions, les chercheur-e-s en Études Genre qui tiennent à établir des collaborations et une coordination au niveau national doivent élaborer des projets qui transcendent les frontières régionales et disciplinaires avant même que les autorités politiques et scientifiques ne leur en aient réellement donné les moyens (ne serait-ce que financiers), ce qui est pour le moins paradoxal et ne garantit en rien l’aboutissement desdits projets (on le constate régulièrement lorsqu’ils sont refusés ou que leurs budgets sont drastiquement amputés).

9Chaque brèche dans cette politique scientifique à la fois ouverte aux Études Genre et réticente à leur « trop grand » développement constitue cependant une occasion à saisir pour implanter la recherche féministe dans l’institution universitaire. C’est ce qui s’est passé avec deux projets nationaux actuellement très dynamiques dans le champ des Études féministes helvétique : la plate-forme d’information Gender Campus7 et le réseau de chercheur-e-s LIEGE8. Ils visent à soutenir les personnes intéressées par les Études Genre et les questions d’égalité dans les Hautes Écoles, le premier étant rattaché à l’Université de Berne et plutôt orienté vers l’espace germanophone, le deuxième à l’Université de Lausanne et orienté vers l’espace francophone. Nous allons d’abord présenter Gender Campus, puis, de manière plus approfondie, le LIEGE.

10Lancé au printemps 2002, Gender Campus regroupe des informations liées aux Études Genre et à l’égalité entre femmes et hommes dans les Universités et Hautes Ecoles Spécialisées (HES) suisses, et ce en allemand, français et anglais. Subdivisé en quatre sections, il est devenu une référence sur le plan national dans les Études Genre et un pôle d’informations sur le plan international. Le Gender Calendar permet de prendre connaissance des manifestations, congrès et colloques publics, des postes vacants et des bourses d’études. Il est complété par une lettre d’information pour les personnes intéressées. La section Gender Studies regroupe des informations sur la recherche et les enseignements en Études Genre, donnant une vue d’ensemble des différents cycles de formation dans les Universités et Hautes Ecoles helvétiques. Gender Equality se centre sur les questions d’égalité entre femmes et hommes dans ces institutions.

  • 9  Quatorze en automne 2005, aussi bien pour des Commissions nationales que pour l’organisation de co (...)

11La section Internet Gender Platform offre une plate-forme informatique performante. Elle met de nombreux outils technologiques à disposition des différents partenaires de projets pour se présenter au public, organiser des forums de discussion, des listes de diffusion, des banques de données et pour leur communication interne. Cette partie interactive a surtout été développée depuis début 2004 et connaît un large succès puisque de nombreux projets9 l’utilisent. L’outil renforce également la coopération nationale — et internationale — en facilitant le travail à distance par Internet.

12En quelques années, Gender Campus a prouvé son potentiel. Ce projet est toutefois financé depuis ses débuts par différents fonds à durée limitée et sa situation demeure précaire. Pour 2006 et 2007, son financement sera repris par le projet de coopération Gender Studies Suisse (voir encadré), mais dès 2008, un autre financement devra être trouvé. Actuellement, Gender Campus a fait de sa collaboration avec le LIEGE, et donc de sa présence en Suisse romande, une priorité à renforcer.

Un réseau pour l’institutionnalisation critique : le LIEGE

  • 10  Membres avec différents statuts, issu-e-s de toute la Suisse romande ainsi qu’une minorité en Suis (...)

13Le LIEGE rassemble des personnes en formation, des chercheur-e-s et des enseignant-e-s qui adoptent une approche de genre dans leurs travaux et contribuent à promouvoir l’égalité des sexes. Ses objectifs principaux sont de créer des liens entre chercheur-e-s, de développer une réflexion critique sur les inégalités de sexe et de soutenir dans une démarche collective toutes les personnes qui veulent intégrer une perspective de genre dans leurs projets scientifiques, y compris au niveau de leurs études. Le LIEGE est ouvert à toute personne intéressée par ces questions, quel que soit leur statut — universitaire ou non — et leur discipline. Ce réseau suisse a été lancé en mai 2001, à partir de l’Université de Lausanne. Le nombre de membres s’est développé rapidement, de manière intensive les premiers mois, atteignant cent cinquante personnes après une année, puis de manière constante au cours des trois dernières années, pour finalement regrouper aujourd’hui cinq cents personnes10. Ce succès témoigne de l’importance d’une telle mise en réseau.

  • 11  Tout en étant inséré dans le contexte académique, et souhaitant promouvoir les femmes, le LIEGE se (...)

14L’originalité de la démarche du LIEGE réside dans sa tentative d’être une alternative à la structure académique dominante. Son lancement a été possible grâce à des engagements à deux niveaux. D’une part, des étudiantes et des enseignantes s’étaient mobilisées depuis plusieurs années pour introduire les Études féministes dans les cursus universitaires lausannois, notamment dans le cadre d’une grève en 1997. À cette occasion, un groupe féministe s’est constitué et a organisé plusieurs débats qui ont abouti à la revendication d’une chaire d’enseignement féministe et à un projet de mise en réseau des personnes jusque-là isolées par leurs orientations de recherche et leur distance critique à l’égard des logiques patriarcales qui structurent le fonctionnement des universités. D’autre part, sur le plan national, le Programme fédéral à l’égalité des chances a permis de formaliser l’idée d’un réseau, le LIEGE, et de lui donner un appui aussi bien institutionnel que financier, en l’insérant dans un volet du Programme visant à développer un « mentoring » apte à favoriser les carrières des femmes11.

15Le LIEGE se conçoit comme un système de soutien collectif, où les relations sont horizontales, chaque participant-e pouvant demander des informations ou de l’aide aux autres, quel que soit son statut. Les membres du réseau sont surtout des universitaires, mais les personnes qui travaillent dans d’autres institutions et qui le souhaitent, soit en raison de leur fonction, soit par intérêt personnel, font partie intégrante du LIEGE. De façon générale, nous cherchons à créer d’autres modes de fonctionnement et ouvrir d’autres espaces de discussion et de réflexion que ceux qui sont usuellement pratiqués dans les universités. Dans l’idéal, le LIEGE a donc une visée ambitieuse, qui est de contribuer à réduire les inégalités sociales produites dans et par les rapports hiérarchiques qui structurent le monde académique.

16Qu’elles soient étudiantes, membres d’associations ou professeures, géographes, linguistes, historiennes ou sociologues, etc., les personnes membres du réseau s’y rejoignent par leurs intérêts pour la recherche féministe. Le LIEGE est un lieu où trouver des appuis et travailler de manière collective. Il encourage les échanges, les possibilités de collaboration et permet aux chercheur-e-s de nouer un dialogue au-delà des disciplines. Cet espace est d’autant plus nécessaire que les personnes intégrant une perspective de genre sont toujours très minoritaires dans leurs instituts ou leurs filières d’études, et qu’il est souvent difficile de légitimer l’orientation féministe de ses recherches et de trouver des partenaires dans le champ. Or, les points communs peuvent être plus grands entre une historienne et une politologue centrées sur le genre qu’entre deux spécialistes de la même discipline.

17La coordination du LIEGE a développé plusieurs activités, axées pour la plupart sur les collaborations scientifiques et les échanges de savoir-faire, ainsi que sur la circulation de l’information. Afin de favoriser les liens scientifiques, le LIEGE a également mis sur pied, en collaboration avec le Bureau de l’égalité des chances de l’Université de Lausanne, une à deux journées annuelles de Work in progress en Études Genre. Ces rencontres permettent une présentation des travaux en cours, et des contacts intéressants entre chercheur-e-s plus ou moins avancé-e-s dans leurs parcours. Elles donnent lieu aussi à la publication d’une brochure diffusant les recherches présentées. Par ailleurs, le LIEGE favorise et soutient la création de groupes de travail et de réflexion. Les membres se regroupent selon leurs questionnements et intérêts, par rapport à des thèmes de recherche, ou à des problématiques liées à l’égalité et au genre.

18Le LIEGE est également le berceau de la reconfiguration de Nouvelles Questions Féministes. En effet, la revue a pu être relancée en 2002 grâce aux nouvelles forces qui se sont dégagées du LIEGE, favorisant les échanges au sein et autour de la revue et la récolte des fonds nécessaires à sa publication. La coordination du LIEGE assume par ailleurs le secrétariat de rédaction de la revue, et le comité de rédaction de la revue — formé d’une quarantaine de femmes — a adopté un fonctionnement similaire à celui des groupes de travail qui se sont constitués au sein du LIEGE : une communication et organisation horizontale, un mélange de chercheuses expérimentées et plus débutantes, et de militantes dans et hors des universités.

19Enfin, la diffusion d’informations et le support à la mise en contact des membres sont une activité centrale du réseau. Depuis juin 2001, des informations — colloques, conférences, offres d’emploi, bourses, soutiens, etc. — ayant trait aux Études féministes ou à la relève sont transmises dans une lettre électronique hebdomadaire. Cette lettre permet de combattre le manque de transparence cultivé dans le monde universitaire, de mettre à disposition de chacun-e les ressources existantes et de les considérer comme un bien collectif. Une base de données sur les intérêts de recherche des membres est également disponible sur le site http://www.unil.ch/​liege, où, là encore, sont diffusées de multiples informations sur la recherche et les Études féministes en Suisse et les activités du réseau, dont un Guide des Études Genre en Suisse romande, devenu un outil indispensable pour avoir une vision d’ensemble des enseignements dispensés par les quatre universités romandes et des manifestations académiques de l’année.

20Pour conclure sur le LIEGE, il faut relever que malgré les réalisations, les résultats du projet et l’étendue de son réseau, il est lui aussi très précaire et son financement n’est pas garanti pour l’avenir. Le projet LIEGE sera subventionné jusqu’à l’été 2007, puis il devra trouver une autre forme d’institutionnalisation, le Programme Egalité des chances prenant fin pour se recentrer sur des projets de mentoring au sens classique du terme. Dans tous les cas, le LIEGE a permis un pas important dans le soutien aux femmes dans les universités, le développement des Études Genre et de la recherche féministe, la diffusion de leurs travaux, la mise en réseau et la visibilité des personnes qui s’y investissent. De notre point de vue, le LIEGE contribue donc à contrer les effets discriminateurs d’un système social (universitaire) qui divise et hiérarchise les individu-e-s selon leur appartenance de sexe. Mais la suite nous dira si cela se traduit par une reconnaissance du bien-fondé scientifique et politique de la démarche qu’il a entreprise.

Luttes pour une intégration critique

21Ce tour d’horizon sur l’institutionnalisation des Études féministes en Suisse et sur les projets novateurs mis en place ces dernières années fait état d’un dynamisme et d’un développement réjouissants, notamment en comparaison avec les autres pays francophones. Il faut néanmoins souligner que c’est au prix de luttes constantes des chercheuses et enseignantes féministes que les projets aboutissent, et encore dans une forme souvent précaire. Nous ne sommes donc pas à l’abri d’un découragement toujours possible des personnes engagées dans le processus, ni des coupes budgétaires ou des changements de priorités scientifiques et politiques suisses. La stabilisation des projets et des postes semble du reste difficile à obtenir. Par ailleurs, cette première étape d’institutionnalisation pose de nouveaux défis, par rapport à sa réception dans le monde académique d’une part, et aux revendications féministes et critiques attachées aux Études Genre d’autre part.

22Observons d’abord la réception des Études féministes par les différents cercles de l’université. Au niveau étudiant, la perspective féministe rencontre un intérêt de plus en plus grand. Les effets de la récente institutionnalisation se font déjà sentir dans le choix des thèmes de mémoires et de thèses, ainsi que dans l’accumulation d’un capital de connaissances de mieux en mieux diffusées et plus en plus assumées. Du côté des professeur-e-s, la réception est nettement plus ambivalente. Pour beaucoup, la perspective de genre n’est toujours pas considérée comme pertinente et ils et elles ne voient pas l’intérêt de développer des enseignements qui l’intègrent. Plus préoccupant encore, nous avons l’impression qu’émerge un sentiment diffus comme quoi il serait « facile de faire du genre » actuellement, et que c’est un domaine « porteur » qu’il est avantageux de mettre en avant pour une postulation ou pour obtenir un fonds de recherche par exemple. Le même type d’idée se répand sur les candidatures féminines : « il vaut mieux être une femme » pour décrocher un poste dans le contexte actuel. Or les faits démontrent le contraire : il y a extrêmement peu de postes où sont nommées des personnes intégrant une claire perspective de genre, à part les postes fléchés genre — plutôt rares. De même, très peu de femmes atteignent le statut de professeure ordinaire, malgré cette impression de voie royale qu’entretiennent bien des collègues, généralement masculins. Concrètement, adopter une approche de genre reste un handicap dans les dossiers, et très souvent elle doit être particulièrement argumentée et légitimée. Un autre effet pervers de cette représentation est le positionnement de certain-e-s chercheur-e-s qui trouvent un intérêt à se présenter comme intégrant une perspective de genre alors que celle-ci est très marginale dans leurs travaux, ou que leur démarche se limite à distinguer leurs résultats selon le sexe et à prendre acte de la « différence des sexes » sans chercher à montrer comment elle est produite par un rapport de domination. Les acquis de la recherche féministe continuent ainsi à passer à la trappe, malgré leur institutionnalisation.

23L’autre question — centrale à notre avis — qui se pose, est d’arriver à faire une place aux Études féministes dans les universités tout en gardant la dimension critique et militante de ces études. L’objectif est de continuer à intégrer cette perspective dans les universités et de sensibiliser la communauté académique, tant par des enseignements et des recherches centrées sur le genre et interdisciplinaires, que par l’intégration de ces questionnements dans l’ensemble des facultés et disciplines (double stratégie). Obtenir des postes, notamment de professeures et de chef-fe-s de projet, est certes indispensable pour le développement des études et des recherches féministes, afin de former et sensibiliser un maximum de personnes, mais aussi pour avoir accès aux instances de décision et obtenir des fonds de recherche. Toutefois, cette démarche ne doit pas se faire à n’importe quel prix, et le regard critique des Études féministes sur la société, sur les savoirs et sur la structure académique doit être absolument maintenu. C’est un enjeu complexe et nous n’avons pas de solution miracle pour éviter le risque d’une neutralisation de la dimension féministe de ces études et dissoudre les tensions évoquées. La démarche en réseau et le fonctionnement collectif tels que les pratiquent le LIEGE et la revue Nouvelles Questions Féministes nous semblent un exemple innovateur dans la tentative de concilier un objectif d’intégration institutionnelle, de transmission des savoirs féministes et une dimension critique. Mais la réflexion doit être poursuivie et d’autres démarches collectives développées pour accentuer la portée politique des Études féministes, notamment dans une visée de transformation des structures académiques, profondément patriarcales.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce propos : Patricia Roux, « Questions féministes : des nouvelles de Suisse », Nouvelles Questions Féministes, vol. 21, n° 1, 2002, p. 4-17.

2  De manière plus développée sur ces points et sur les débuts de l’institutionnalisation des Etudes Genre en Suisse, voir Christine Michel, The process of institutionalisation of women’s and gender studies in Switzerland, paper written for ATHENA (Advanced thematic network in activities in women’s studies in Europe), juin 2001.

3  Regula Burri, Irène Fleischmann et Elisabetta Pagrnossin-Aligissakis (Eds), Études femmes / Etudes genre en Suisse, Berne, Conseil suisse de la science, 1998.

4  Pour une présentation de la situation, voir l’encadré en fin de texte.

5  Genève-Lausanne, Berne-Fribourg, Zürich et Bâle.

6  Le paysage de la formation tertiaire suisse est composé d’une part des Universités et d’autre part de Hautes Écoles spécialisées, plus orientées vers la pratique.

7  http://www.gendercampus.ch/.

8 Laboratoire interuniversitaire en Études Genre : http://www.unil.ch/liege.

9  Quatorze en automne 2005, aussi bien pour des Commissions nationales que pour l’organisation de colloques ou encore pour le fonctionnement des Écoles doctorales.

10  Membres avec différents statuts, issu-e-s de toute la Suisse romande ainsi qu’une minorité en Suisse allemande. Environ 20% des membres sont basé-e-s à l’étranger, soit près de cent personnes (France, Québec, Belgique, Afrique).

11  Tout en étant inséré dans le contexte académique, et souhaitant promouvoir les femmes, le LIEGE se différencie fortement de la majorité des programmes de mentoring, constitués de duos (mentors ou mentas et mentees) et soutenant les femmes dans un processus de carrière classique, c’est-à-dire de carrière masculine basée sur la compétitivité et la hiérarchie. Certes, les femmes sont très minoritaires dans les positions supérieures du milieu académique et dans les lieux de pouvoir, et il est impossible de faire complètement fi des règles du jeu en place, mais il est possible en revanche de développer des espaces alternatifs, qui se démarquent du fonctionnement vertical, élitiste et compétitif du champ universitaire, c’est du moins ce que nous tentons de réaliser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaël Pannatier et Patricia Roux, « Institutionnalisation des études féministes en Suisse », Les cahiers du CEDREF, 13 | 2005, 105-117.

Référence électronique

Gaël Pannatier et Patricia Roux, « Institutionnalisation des études féministes en Suisse », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 13 | 2005, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/629

Haut de page

Auteurs

Gaël Pannatier

Diplômée en sciences politique et coordinatrice du Laboratoire interuniversitaire en Études Genre (LIEGE).

Patricia Roux

Professeure en Études Genre à l’Université de Lausanne et responsable du LIEGE.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org