Navigation – Plan du site

Femmes immigrées et travail salarié

Sabah Chaïb
p. 209-229

Texte intégral

1La question du travail (et avec elle, de l’éducation) des femmes a constitué un levier majeur pour les études féministes, la politique de reconnaissance des femmes en tant que catégorie sociale, et comme instrument privilégié de transformation sociale des rapports sociaux entre les sexes. La production de connaissances commencée à propos des femmes a induit autant la restitution des mondes vécus par elles que la réhabilitation de la place et de la part qu’elles ont prises dans la construction des destins nationaux. Or, l’histoire des femmes immigrées n’est pas aisée à écrire car elle se trouve à la croisée d’espaces et d’historiographies multiples. Force est de constater que l’histoire des femmes émigrées-immigrées constitue encore le point aveugle des histoires écrites (et non écrites) des femmes des sociétés d’accueil et d’origine : les rapports entretenus dans les deux espaces avec les premières, particulièrement lorsqu’une histoire coloniale a scellé en son temps leur destin (Coquery-Vidrovich, 1994), sont empreints de positions idéologiques et de déni d’histoire. Si les femmes sont objets de manipulations multiples en quelque lieu qu’il soit, la production de savoirs indépendants, transversaux et interdisciplinaires paraît un enjeu plus crucial encore, s’agissant de l’objet d’étude mineur et miné que sont les femmes émigrées-imigrées.

2Pour l’heure, le croisement de ces savoirs multiples s’opère lentement, tributaire de la manière dont l’objet « femme » se constitue dans le champ politique, académique et militant dans les différents pays concernés (Tauzin et al., 1997 ; Quiminal, 2000). Par ailleurs, la multiplicité des savoirs et des historiographies, inégalement développées selon les espaces et les temps explorés, se combine en un écheveau complexe dans lequel les rapports de sexe, de classe et d’ethnicité se trouvent imbriqués, ce qui rend difficile l’élaboration d’un cadre théorique et méthodologique (Poiret, 2005). Pour autant, les études anglo-saxonnes rattachées au domaine des Gender studies, Colonial, Postcolonial studies ou encore des Subaltern studies fournissent une bibliographie impressionnante favorisant une émulation intellectuelle qui constitue un apport indéniable à la manière de penser les rapports hommes-femmes et les migrations (Green, 2002). Le foisonnement des travaux outre-Atlantique nécessite néanmoins quelques précautions épistémologiques liées au problème du transfert et de l’adaptation de problématiques et de concepts forgés ailleurs, ainsi que l’influence dans le choix des objets d’étude : aux Etats-Unis par exemple, les études contemporaines tendent à se cristalliser sur les thèmes du travail du sexe et du care, délaissant d’autres secteurs d’activité dans lesquels les immigrantes peuvent être employées.

Femmes immigrées et société salariale

3Si les femmes ont toujours travaillé (Schweitzer, 2002), l’histoire du travail des femmes est avant tout celle de son occultation, quelles que soient les sociétés. Les catégories et les outils de mesure constituent autant de filtres pour nier ou sous-estimer l’ampleur et les modes d’insertion des femmes au monde de la production, et ce d’autant que la participation à la société salariale devient le paradigme dominant au cours du XXe siècle en Europe et dans le monde. Les instruments de mesure de l’activité vont se caler peu à peu sur les normes d’emploi de la société salariale, délaissant d’autres formes de travail qui n’y entrent pas : en témoignent l’outil statistique et ses lacunes diverses dans la construction des faits observés, plus préjudiciables aux femmes qu’aux hommes. Pour autant, l’outil statistique rendu intelligible dans sa construction sociale peut être considéré comme un indicateur des tendances d’une société. Ayant intégré le critère de nationalité depuis le recensement de 1851 (apparition de la catégorie « étranger-e »), cet outil permet de dire que les femmes étrangères d’hier et d’aujourd’hui ont pris place dans la société française, que cette société soit marquée par la prépondérance de l’agriculture, de l’industrie ou des services.

4L’usage de plus en plus courant du terme « immigré » en France après la Seconde guerre mondiale a rendu plus flous les contours des groupes allogènes selon des critères juridiques ou sociaux. A l’initiative du Haut conseil à l’intégration, la définition officielle de la catégorie « immigré » retenue dans les années 1990 désigne les femmes étrangères et les Françaises par acquisition nées à l’étranger. Cette construction, qui ne remet pas en cause la catégorie juridique de l’étranger-e, visait précisément à l’analyse du fait migratoire : saisir les déplacements dans l’espace géographique et social, évaluer les mobilités professionnelles et sociales (Tribalat, 1995). Les recensements puis les diverses enquêtes menées sur l’emploi sous l’égide du Ministère du travail et les travaux universitaires — encore rares sur ce sujet il faut l’avouer —, permettent ainsi de livrer des informations générales sur l’insertion professionnelle des immigrées dans le temps et dans l’espace.

5A l’instar des femmes françaises entrées dans la société salariale au cours du XIXe siècle, « moins par l'emploi salarié, contingent, intermittent, soumis aux charges et aux aléas de la vie familiale mais plutôt comme des ayant-droits, c'est-à-dire bénéficiant de droits dérivés de leur statut familial » (Daune-Richard, 2004), les femmes immigrées sont entrées dans le monde du travail en France « par la bande ». Leur présence, permettant la fixation d’une main-d’œuvre masculine immigrée, a été considérée en premier lieu à partir de cette préoccupation primordiale du patronat, des politiques et des expert·e·s patenté·e·s en immigration. Les migrations de voisinage (en prove­nance de Belgique, Italie, Pologne) ont rendu moins aiguë et donc moins distincte la question de la partition entre immigration de travail et immigration familiale : par exemple, les femmes polonaises ont pu migrer seules ou en famille et occuper un emploi. Pour autant, les diverses formes de migration ne remettaient pas en cause la prépondé­rance, dans les faits et dans le statut accordé, à la migration des hom­mes, « chefs de famille ».

6Flora Tristan dans son plaidoyer sur La nécessité de faire bon accueil aux femmes étrangères (1835) distingue trois classes « de femme seule et étrangère » : les voyageuses, les femmes « affairées », enfin, les « malheureuses », soit en réalité, le reflet d’une migration socialement stratifiée. Les « malheureuses » dont elle parle constituent la part la plus nombreuse, « la plus intéressante et sur laquelle semblent se réunir toutes les douleurs » : jeunes filles déshonorées et femmes mariées fuyant un mari violent ou prenant en charge leur famille, occupent majoritairement des emplois de domestiques selon Flora Tristan. Si l’historiographie est peu développée à l’égard de ces travailleuses immigrées au XIXe siècle, l’on sait par l’étude des migrations internes que les femmes célibataires au travail étaient relativement jeunes et appelées à rentrer au foyer, une fois mariées et chargées d’enfants : ce fut le cas de nombre de jeunes filles employées dans les filatures. Les femmes qui se maintiennent sur le marché du travail et qui demeurent le plus souvent célibataires, occupent des emplois particuliers : femmes domestiques et bonnes à tout faire, prostituées. Femmes publiques, elles restent confinées néanmoins dans le monde privé des familles et des maisons closes et ne remettent ainsi pas en cause l’ordre social établi.

7La figure émergente de l’ouvrière, dès la seconde moitié du XIXe siècle, apparaît en revanche « sordide et impie » pour Jules Michelet comme pour la société bourgeoise dans son ensemble (Scott in Perrot et al., 1991). Cette figure nouvelle reflète la participation des femmes à la société salariale et à la progressive construction sociale de la distinction entre les sphères de la famille et du travail, induite par le processus d’industrialisation, alors que la proto-industrie française reposait plutôt sur des formes d’économie familiale (Scott, Tilly, 1987). Si la fin du XIXe siècle fut ainsi marquée par les figures de la domestique et de l’ouvrière (Battagliola, 2000), le recensement de 1901 permet de livrer des informations générales sur la population active étrangère : à l’exception des Allemandes qui comptent un effectif supérieur aux Allemands dans la population active étrangère, les femmes étrangères actives de nationalités luxembourgeoise, anglaise, suisse, belge, italienne, espagnole sont moins actives et moins présentes que leurs compatriotes hommes dans les secteurs privilégiés d’emploi des étranger-e-s (industrie, manutention et transport, pêche et agriculture, commerce) — à l’exception des professions libérales, où elles se retrouvent en proportion équivalente à celle des hommes de certaines nationalités et surtout, à l’exception de la domesticité où les femmes sont sur-représentées dans toutes les nationalités.

8Les mondes de l’usine (à dominante artisanale ou industrielle) ou de la production dans lesquels nombre de femmes immigrées ont pu hier s’insérer, diversifiés socialement et localement, à fortiori selon que la région d’installation est industrielle ou agricole, offrent encore pour cette période de nombreux terrains d’investigation. La recherche se heurte néanmoins à la question des sources qui font défaut ou qu’il s’agit de constituer à partir de données existantes mais éparses (archives entreprenariales, consulaires, notariales, rapports de police, archives familiales, histoire orale des familles immigrées notamment).

9L’insertion professionnelle des femmes immigrées est plus visible en France au XXe siècle, même si elle reste peu étudiée, à contrario de l’historiographie américaine (Schneider, 2003). Alors que les études tendent à surinvestir le rôle de la Première guerre mondiale dans la prise d’activité des femmes d’une part, et à dater de cette période la genèse de l’interventionnisme étatique en matière de politique d’immigration d’autre part, on constate un silence total à propos des femmes étrangères.

10En revanche, la période de l’entre-deux guerres livre plus d’informations sur la condition des femmes étrangères au gré des informations éparses livrées par les observateur-e-s de l’époque, à l’instar de Georges Mauco, dont la thèse porte sur l’activité économique des étrangers en France (1932). Par ailleurs, la période de l’entre-deux guerres est particulièrement investie par la recherche historique sur l’immigration, sans que pour autant le thème du travail des femmes étrangères soit traité spécifiquement dans les travaux universitaires. Les fascicules consacrés aux étranger-e-s et aux naturalisé-e-s dans les recensements de 1926, de 1931 et de 1936, permettent de rendre compte de la structure professionnelle des étranger-e-s. Pour exemple, pour la communauté italienne, les femmes italiennes de la région parisienne sont actives pour 31,7 %, taux d’activité légèrement inférieur à celui des étrangères (33,8 %) et des Françaises (39 %) de la région parisienne. Selon les données statistiques recensées pour la ville de Paris, les femmes italiennes sont présentes dans tous les secteurs d’activité, en proportion moindre que les immigrés italiens, mais elles constituent la moitié des travailleurs de la colonie italienne dans le tertiaire (professions libérales, banques, assurances, commerce, domesticité).

11La domesticité est alors un secteur d’activité particulièrement féminisé : au sein de la colonie italienne de Paris, les femmes se montent à 2 020 des 2 362 domestiques italien-ne-s recensé-e-s, sur un effectif total de 193 600 domestiques à Paris selon le recensement de 1926. Italiennes et Polonaises se substituent progressivement aux domestiques suisses, luxembourgeoises et belges dans un secteur délaissé par les autochtones et dont les effectifs baissent au cours de l’entre-deux guerres. A la même période, dans les grandes villes coloniales du Maghreb, les femmes indigènes s’insèrent dans le marché du travail de la domesticité en substitution progressive des femmes italiennes et espagnoles.

12En France, à l’instar des femmes italiennes, les femmes étrangères sont en général moins présentes que les étrangers et que les femmes françaises sur le marché du travail, constat valable jusqu’aujourd’hui. La question de la segmentation des marchés du travail au sein de la catégorie des ouvrières est mise en évidence par l’historienne Catherine Omnes : le tableau complexe des figures d’ouvrières parisiennes au XXe siècle brossé par l’auteure (1998), révèle la prégnance d’un clivage dans les modes d’insertion professionnelle selon les origines sociales et géographiques (parisiennes, provinciales, étrangères). Jeunes filles attendant le mariage, femmes célibataires ou femmes mariées prises dans les contraintes matérielles, constituent les figures privilégiées de femmes étrangères actives, tandis que sont plus rares les femmes étrangères employées dans des secteurs à partir desquels se constitue au cours du XXe siècle la valeur émancipatrice du travail : professionnalisation d’activités traditionnellement féminines (infirmières, sages-femmes) ou encore, conquête d’un tertiaire bureaucratique (sténodactylos, employées de bureau).

13Alors que la crise industrielle frappe la main-d’œuvre masculine immigrée, l’agriculture reste pourvoyeuse d’emplois pour la main-d’œuvre féminine immigrée, particulièrement dans le Sud de la France où les femmes italiennes et espagnoles forment un contingent non négligeable de salariées agricoles. Et c’est à la faveur de la crise économique de l’entre-deux guerres que divers acteurs privés (ligues catholiques, syndicats, etc) exhortent les femmes autochtones à un retour au foyer (Battagliola, 2000) et somment l’Etat de protéger le marché du travail : la liste de fermeture des emplois aux étranger-e-s s’étoffe singulièrement au cours de cette période. Le contexte politique et économique particulier de l’entre-deux guerres explique la hausse croissante du chômage parmi les étranger-e-s et le développement des formes d’auto-emploi dans le commerce et dans l’artisanat, où les femmes étrangères travaillent seules ou au côté de leur époux (Blanc-Chaleard, 2001) ou encore, dans le travail à domicile, en sous-traitance ou à leur compte, particulièrement dans la confection.

14L’apport migratoire lors de la Seconde guerre mondiale et de l’après-guerre reste encore méconnu dans sa composante féminine. La période de la reconstruction et de l’avènement de la société de consommation dans les années cinquante est pourvoyeuse d’emploi pour les femmes immigrées. A la même époque, l’arrivée de familles algériennes et les difficultés de logement qu’elles affrontent concentrent l’attention des assistantes sociales. Il est peu question du travail des femmes immigrées, alors même que les mots d’ordre favorables à une sélection de l’immigration européenne, venus du sommet de l’Etat, sont perceptibles à travers l’arrivée en nombre sur le marché du travail de femmes espagnoles et portugaises, entrées en situation régulière ou irrégulière en France.

15Les femmes immigrées actives essentiellement européennes (Italiennes, Espagnoles, Portugaises et Yougoslaves) se sont insérées au cours des années cinquante à soixante-dix dans des emplois industriels (industries alimentaires, textiles, électriques, électroniques, matières plastiques, métallurgie) et dans les secteurs des services aux particulier-e-s (Merckling, 2003). C’est au cours des années soixante-dix que les substitutions de nationalités se sont opérées entre et à l’intérieur de ces secteurs en fonction des postes de travail, avec l’introduction sur le marché du travail de femmes maghrébines, africaines et turques (Silberman, 1982). Les secteurs des services aux entreprises (blanchisserie, nettoyage, gardiennage) allaient devancer les services rendus aux particulier-e-s (femmes de ménage). Ce dernier domaine constitue bien souvent le secteur de la première prise d’activité, voire pour certaines femmes, l’unique expérience professionnelle. Pour autant, les mobilités professionnelles des femmes immigrées indiquent des mobilités sectorielles entre l’industrie et les services, particulièrement dans les recensements de 1975 et 1982 ; l’emploi industriel diminue au cours de cette période et les recensements de 1990 et 1999 enregistrent la prédominance des activités de service parmi les femmes immigrées.

16Bien que des travaux universitaires se soient attachés dès les années soixante-dix et le début des années quatre-vingts à poser la question de l’emploi et du travail des femmes immigrées (Lévy, Taboada, 1979 ; Streiff-Fenart, 1978 ; Morokvaisc, 1983), c’est pourtant dans ces mêmes années soixante-dix qu’apparaît et se consolide la figure singulière de « la » femme immigrée : femme démunie (analphabète, isolée), confrontée à un environnement social complexe ; femme pâtissant d’une culture patriarcale et de la domination masculine, tout en contribuant à la perpétuation des traditions, investie qu’elle est du rôle de « gardienne des traditions ». La figure privilégiée de la femme immigrée comme celle d’une individue précaire s’est opposée à cette période en tout point à la figure de la femme active, en référence aux femmes françaises. Ces dernières concentrent toute l’attention des mouvements féministes naissants et de la réflexion universitaire : le travail historiographique entend rendre visibles les femmes dans la société et dans le travail en particulier (Perrot, 1978, 1998). Dans le même temps, le travail des femmes se constitue progressivement en politiques publiques (Lurol, 1997), mais cette problématique est absente du socle de réflexion en ce qui concerne les femmes immigrées, dans les années soixante-dix et quatre-vingts, en dépit d’ailleurs des faits et des statistiques.

17L’attention portée aux femmes immigrées originaires des pays « tiers » et l’intérêt des acteurs institutionnels sur les facteurs d’ordre culturel, confortent dès lors le schéma selon lequel l’immigré est force de travail et la femme immigrée est culture. S’opère ainsi doublement l’invisibilisation du travail salarié des femmes immigrées : par le silence et l’oubli des faits du passé et du présent ; par la construction sociale d’un problème social, à savoir la résolution des différences culturelles — constituées comme entrave à l’emploi des femmes immigrées (Chaïb, 2005). Ce faisant, les obstacles d’ordre juridique érigés contre l’emploi des femmes immigrées sont singulièrement occultés dans les écrits et dans les discours pendant cette même période (Silberman, 1983). Le discours communément produit sur les femmes immigrées tient l’existence de handicaps socioculturels dont elles seraient porteuses, comme autant d’obstacles et de « stigmates » sur le chemin d’une autonomie sociale et professionnelle. Patricia Paperman a analysé les représentations sociales réductrices véhiculées dans le discours commun concernant le rapport supposé difficile, spécifique, voire inadapté des femmes immigrées au monde du travail (1985). Tout se passe comme si le concept d’adaptation appliqué aux femmes immigrées équivalait dans sa construction sociale et son mode de prescription d’actions, au concept d’employabilité en usage aux Etats-Unis dans les années soixante-dix pour la catégorie des handicapés et des chômeurs. Ce concept repose à l’origine sur l’idée de l’existence de handicaps médicaux ou socioculturels comme freins à l’accès à la sphère professionnelle.

18Mais l’invisibilisation des femmes immigrées sur le marché du travail au cours des années soixante-dix et quatre-vingts ne veut pas dire l’invisibilisation totale de ces femmes : bien au contraire, une abondante production de discours institutionnels et de données diverses axées principalement sur le domaine de la culture et de la famille (Taravella, 1980), influence le choix de problématiques en termes d’adaptation et d’autonomie progressive (de la tradition à la modernité). La focalisation sur les femmes maghrébines, érigées en emblèmes des migrations issues des pays tiers, et la prépondérance du mode d’entrée par le regroupement familial, ont joué un rôle important dans la permanence de la représentation de la femme immigrée précaire et inactive. Si cette construction particulière de la femme immigrée doit interroger l’analyste, il reste que l’histoire du travail des femmes immigrées, comprise entre la période des années cinquante et aujourd’hui, appelle de plus amples investigations.

19Moi la bonne (1975) ou Prière à la lune (2006) sont deux ouvrages autobiographiques mûs par le même désir de la part de leurs auteures, l’une espagnole, la seconde marocaine, de narrer leur histoire en tant que femme de ménage. Au-delà de la similitude de la profession occupée, ces deux ouvrages proposent une mise en abîme des transformations du monde du travail, de la société française et des mondes sociaux immigrés. Par ailleurs, les sociologies du travail et de la classe ouvrière ont amorcé dans les années quatre-vingts un tournant critique quant à leur contribution à l’occultation de ces « Autres » que sont les femmes (Kergoat, 1982) et les immigré-e-s (Tripier, 1990) dans l’usine et en dehors. Il reste que la description des rapports entre Français-e-s et immigré-e-s au sein des usines privilégie le plus souvent un monde ouvrier masculin : Renault Billancourt en constitue l’emblème privilégié. Or, la focalisation sur les entreprises automobiles conduit à passer sous silence des secteurs industriels pourvoyeurs d’emploi féminin dans lesquels les relations de mixité sont multiples. Jacques Fremontier a ainsi pu recueillir des propos intéressants d’ouvrières françaises sur leurs collègues immigrés de sexe masculin, jugés travailleurs et discrets alors même que ces deux catégories de main-d’œuvre pouvaient entrer en concurrence sur les postes de travail, comme le rappellent des situations locales décrites par Odile Merckling (2003). A contrario, ces mêmes ouvrières discréditaient plus volontiers les femmes immigrées présentes dans l’usine, en l’occurrence des ouvrières portugaises, désignées par certaines comme paresseuses et vindicatives (Fremontier, 1981). Les rares enquêtes menées au sein des entreprises industrielles dans les années quatre-vingts rendent compte des situations de différentiation et de segmentation des postes de travail occupées par les femmes immigrées (Silberman, 1983 ; Merckling, 2003).

20Les conditions de travail des femmes immigrées dans les secteurs des services aux entreprises et aux particulier-e-s occupent la majorité des travaux statistiques, sociologiques ou ethnographiques (Bordes-Benayoun, 1997 ; Puech, 2004 ; Scrinzi, 2005) dans les années quatre-vingt-dix jusqu’aujourd’hui. Par exemple, le secteur du nettoyage industriel, grand pourvoyeur d’emploi pour les femmes immigrées, est celui qui a crû le plus rapidement parmi toutes les activités du tertiaire, à savoir 1 100 % d’emplois supplémentaires entre 1962 et 1990. Cette hausse impressionnante est à relier au phénomène d’externalisation progressive des tâches auparavant intégrées dans l’entreprise : en contrepartie, le succès des sociétés sous-traitantes repose sur la flexibilité et la souplesse de la mobilisation d’une main-d’œuvre caractérisée par la fragilité de sa position sociale. Les emplois familiaux constituent néanmoins de loin, le thème le plus traité. La qualité de l’emploi féminin et de la relation de travail, ainsi que l’assignation des femmes à leur nature féminine font partie des critiques majeures à l’encontre de ce secteur, investi par les acteurs institutionnels : la politique d’égalité homme-femme y paraît en effet sacrifiée à la politique de l’emploi (Fougeyrollas, 2000). L’emploi dans les ateliers de confection témoigne quant à lui de la permanence d’un secteur d’activité dont le fonctionnement repose essentiellement sur la frange la plus précaire de la main-d’œuvre immigrée, en France et ailleurs (Green, 1998).

21La critique commencée dans le champ de la sociologie de l’emploi dans les années quatre-vingt-dix à l’encontre de la constitution des catégories de « la population active » ou de « chômeur-e » par exemple, trouve un écho particulier dans l’analyse des parcours professionnels des femmes immigrées (Tribalat et al., 1991). Par ailleurs, ces dernières empruntent plus souvent que les femmes françaises les voies multiples de la création d’entreprise pour échapper à la précarité ou en tant que voie privilégiée de mobilité sociale (CEDREF, 2003). Enfin, les thèmes de la retraite et de la protection sociale des femmes immigrées émergent en tant que problématiques nouvelles qui permettent d’approfondir la question des trajectoires professionnelles, les histoires familiales et migratoires et les caractéristiques socio-démographiques des femmes immigrées percevant une pension de retraite (Attias-Donfut, 2005), en comparaison de celles bénéficiant d’une pension de réversion de leur époux, ou encore de celles qui se retrouvent dans une précarité extrême.

Une assignation de la composante féminine immigrée sur le marché du travail ?

22L’idée selon laquelle les femmes sont un facteur de fixation d’une main-d’œuvre masculine immigrée — alors jugée trop instable — apparaît comme la première forme d’assignation et d’instrumentalisation des femmes immigrées autour du marché du travail. Le familialisme des pouvoirs publics a revêtu ainsi deux aspects : un versant instrumental et un versant idéologique, à travers la question du peuplement de la France. Alors que les logiques de travail, de population et de police ont constitué depuis la fin du XIXe siècle l’essence des politiques d’immigration (Spire, 2005), l’insécurité sociale et juridique ressentie au sein des populations immigrées révèle le poids d’une précarité qui se niche au cœur de la régulation juridique des politiques migratoires et des rapports sociaux dans le monde social (Sayad, 1999). Ainsi, le statut juridique différencié des migrant-e-s selon le titre de séjour obtenu et sa durée de validité exerce un réel impact sur l’insertion professionnelle et atteste du poids de l’insécurité juridique sur le parcours des migrant-e-s (Chaïb, 2001). Face à cette insécurité, la mise en évidence de politiques publiques « genrées » reste un versant encore peu approfondi de la science politique et de la sociologie historique dans les époques passées et contemporaines (Lochak in Fassin et al., 1997). Pour l’heure, l’analyse des effets différentiés des politiques migratoires en fonction du genre a principalement porté sur les années quatre-vingt-dix (Lesselier, 2000 ; Plein Droit, 2001).

23Les études analysant les effets durables et différés de ces politiques sur la trajectoire professionnelle des femmes immigrées sont rares (Silberman, 1983), mais suffisamment étayées pour comprendre combien elles ont opéré une différentiation entre catégories de femmes en fonction des statuts accordés à l’entrée du séjour. La hiérarchisation des insertions constatée entre femmes françaises, femmes ressortissantes communautaires et femmes des pays tiers tend ainsi à se consolider avec la perpétuation de politiques migratoires restrictives. Et à l’intérieur de la catégorie des femmes originaires des pays tiers, le statut accordé à l’entrée au séjour joue également un puissant rôle de différentiation : on peut mesurer l’écart entre l’insertion professionnelle des femmes réfugiées asiatiques admises dans les années soixante-dix et celle des femmes africaines ou chinoises demandeuses d’asile dans les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix, vouées à l’emploi illégal ou précaire. Par ailleurs, les femmes ressortissantes des pays tiers subissent aujourd’hui plus fortement le durcissement des critères d’admission, qu’il s’agisse de la nature des liens familiaux ou de l’exigence de qualifications élevées dans le cadre d’une migration de travail. Une autre illustration de ces politiques « genrées » est constituée par la politique de quotas de permis de travail et les accords bilatéraux — qui concernent surtout les secteurs d’activité à dominante masculine.

24Les résistances pratiques et symboliques face au travail féminin se sont organisées au cours du XIXe siècle autour de la peur de l’autonomie des femmes et de leur concurrence (Schweitzer, 2002), d’où l’accès réservé à des métiers dits « féminins » et l’accès restreint au marché du travail tout court : le chômage des femmes comme celui des immigré-e-s témoigne encore aujourd’hui de l’intolérance sociale en période de crise à l’égard de ces catégories sociales. La question de la protection du marché du travail fut en France un thème à succès dès la fin des années dix-huit cent quatre-vingts. Cette question a connu une politisation croissante et a constitué le levier essentiel de l’investissement idéologique et passionnel à l’égard de l’immigration (Noiriel, 2001).

25La sensibilité contemporaine des Européen-ne-s s’accroît en ce qui concerne la protection des marchés du travail, quels que que soient le sexe et le statut des immigré-e-s. De même, les prérogatives jalousement gardées des Etats en matière d’immigration et de discriminations légales tendent à conforter au sein des opinions publiques le lien établi entre immigration et chômage, alors que les prévisions des organismes internationaux démontrent la nécessité de recourir à une main-d’œuvre immigrée pour alimenter certains secteurs d’activité (Commissariat au Plan, 2004). L’idée selon laquelle les femmes immigrées constituent un réservoir de main-d’œuvre, a ainsi influencé les politiques de res­triction de leur accès au marché du travail (par les mesures d’opposabilité à l’emploi) (Weil, 1991). A contrario, ces politiques ont pu favoriser une catégorie de main-d’œuvre féminine pour l’accès à certains emplois de la fonction publique, comme l’attestent dans les années soixante les mesures en direction des femmes originaires des DOM-TOM (Condon, 2002). Si les nouveaux pays d’immigration en Europe, comme l’Espagne et l’Italie, appréhendent d’emblée les femmes immigrées en tant que travailleuses, cette reconnaissance repose bien souvent sur une gestion discriminante des titres de séjour accordés pour l’emploi dans certaines activités, en majorité des acti­vités de service à la personne — comme les badanti en Italie.

26Appréhender l’insertion professionnelle des femmes immigrées dans les pays d’accueil mais aussi dans les pays de départ implique de s’intéresser davantage, en France, à la question de l’Etat comme acteur des migrations internationales, au regard des études développées dans le monde anglo-saxon (Boyd, 2005). La responsabilité qui incombe à la gestion étatique des migrations dans l’invisibilisation et la précarisation des femmes immigrées sur le marché du travail, est clairement posée à travers les dénonciations récurrentes qui portent sur l’insécurité juridique (De Troy, 1987 ; Fassin et al., 1997). Cette insécurité serait génératrice d’une main-d’œuvre canalisée ou inemployable au regard des normes dominantes d’emploi, d’un « salariat bridé » selon l’expression de Yann Moulier-Boutang (in Fassin et al., 1997). Si l’on considère que l’Etat joue un rôle déterminant dans l’accès équitable aux différentes ressources (emploi et formation notamment), le maintien des discriminations légales (comme la fermeture des emplois aux étranger-e-s) et le rapport instrumental des Etats avec leur immigration en tant que gestion d’un flux et d’un stock, induisent des rapports sociaux non harmonieux dans le monde social : en atteste l’existence de discriminations illégales parmi les employeur-e-s, bailleur-e-s et autres acteurs privés. Par ailleurs, les tentations protectionnistes de la part d’acteurs divers (groupes professionnels, syndicats, chambres consulaires, etc) éclairent la prégnance d’une logique à l’œuvre (complémentarité/subtitution/concurrence) entre catégories de main-d’œuvre, laquelle logique induit une fonction assignée à la main-d’œuvre immigrée. S’il a été démontré que la main-d’œuvre immigrée masculine a exercé deux fonctions — le rôle d’amortisseur de crise dans les ajustements de l’emploi, ainsi que de laboratoire de la flexibilité du travail (CERC, 1999), la main-d’œuvre immigrée féminine tend plutôt à révéler le second volet (Merckling, 1998, 2003). Les recompositions du marché du travail s’inscrivent dans les parcours d’insertion des femmes immigrées. Parfois, elles les précèdent et semblent constituer, de ce point de vue, une catégorie sociale pertinente dans laquelle s’éprouve la flexibilité de la main-d’œuvre (Chaïb, 2001, 2005).

Des questions en suspens

Famille/travail, un noyau dur

27La transversalité induite par la démarche du genre et le questionnement à partir du fait migratoire ont eu le mérite de montrer la relative indigence des recherches dans le champ de l’immigration et la réduction de l’objet « femmes immigrées » à un savoir fonctionnel sous l’emprise de l’actualité. Pourtant, les chantiers d’études ne manquent pas. En premier lieu, une sociologie croisée de la sphère de la famille et du travail mériterait amplement d’être conduite pour rendre plus intelligible le travail des femmes immigrées. L’analyse des diverses formes familiales en immigration permet de mettre en évidence combien celles-ci influencent le travail des femmes immigrées (familles monoparentales, femmes seules, divorcées, veuves, etc) ; comment les relations intra-familiales évoluent au sein de ces familles sans que le travail des femmes ne remette nécessairement en cause la répartition des rôles conjugaux ; enfin, comment le statu quo apparent des rapports homme-femme peut néanmoins s’inscrire dans des phénomènes généraux comme l’accroissement de la dimension relationnelle de la famille et la subjectivation accrue des individu-e-s (Chaïb, 1997). Or, particulièrement en ce qui concerne les femmes immigrées, la tension entre « familialisme » et « individualisme » est posée comme déterminante et renforce la prégnance des positions idéologiques de l’alternative entre travail et famille.

28Les approches familialistes et culturalistes d’une manière générale à propos des femmes dans l’immigration (femmes étrangères et descendantes de parent-e-s immigré-e-s), loin de se pencher sur les déterminants sociaux, familiaux et culturels en vue de les déconstruire (dans une approche synchronique et diachronique), ont abouti à prendre le discours porté sur ces femmes comme présupposé de recherche. Ces approches ont, en outre, évacué la question de la dynamique du sujet et celle de l’interaction dans le temps (voire dans des espaces différentiés) entre des déterminations personnelles (histoire de l’individu-e, dispositions, positions successives occupées), des configurations familiales et des environnements sociaux. Par ailleurs et en conséquence de ce raisonnement, la diversité et la complexité des expériences vécues reste trop souvent annihilée par l’imposition de la problématique d’une contrainte exercée par des cadres socioculturels « d’origine » ou « d’accueil » — vis-à-vis desquels les femmes auraient le choix, soit de se soustraire par l’exercice d’une volonté émancipatrice, soit de s’accommoder par abnégation soit enfin, de composer moyennant mille et une ruses. Il ne s’agit pas forcément de réfuter l’existence de ces cadres, mais de les analyser plus finement, de les situer du point de vue des actrices et de ce fait, de les « relativiser », c’est-à-dire précisément de rendre compte de la diversité des rapports qui peuvent s’établir entre « cadres sociaux » et actrices hétérogènes, réflexion au cœur de la problématique du travail et de l’emploi féminin.

29La question de la conciliation travail/famille demeure une question de femmes, posée et assumée par les femmes : sa résolution passe — pour une catégorie de femmes actives —, par l’emploi des femmes immigrées. Or, force est de constater l’absence de formulation de cette question concernant les femmes immigrées, au vu de la quasi-inexistence de travaux consacrés à la question de la conciliation des deux sphères, la construction et l’arbitrage des temps sociaux par les femmes immigrées elles-mêmes. Pourtant, l’absence de mode de garde approprié constitue un facteur prépondérant relevé parmi les obstacles à l’accès au marché du travail pour les femmes immigrées (OCDEUE, 2005). Une réflexion mériterait d’être menée sur la manière dont concrètement s’est posée et se pose la question des articulations entre les sphères de la famille et du travail.

Rapports à l'emploi

30Alors que les figures honnies ou valorisées de la travailleuse ou de la femme au foyer ont varié historiquement en France, et en fonction des milieux sociaux, ces représentations sociales, loin de s’annuler, se cumulent et s’imbriquent dans le temps, rendant complexe et ambivalent le rapport des femmes au travail. Il en va également ainsi des femmes immigrées, pour qui le monde du travail renvoie à des contextes spatio-temporels différents ainsi qu’à des milieux sociaux différents, à commencer par la partition origine rurale / origine urbaine. Si le rapport à l’emploi des femmes descendantes d’immigré-e-s est de plus en plus abordé (Roulleau-Berger, 2005), pour autant, cette question est laissée en suspens s’agissant des femmes immigrées elles-mêmes, alors même qu’existent des différentiations très fortes au sein de cette catégorie, selon les nationalités, les courants migratoires et les niveaux de qualification. En particulier, les femmes immigrées qualifiées apparaissent plus fragilisées car elles subissent plus durement les désillusions professionnelles et la perte de la dynamique constructive de leur identité.

31Par ailleurs, l’idée d’une autonomie sociale à conquérir pour les femmes immigrées en dehors du cadre contraint de la famille et du groupe d’origine par la confrontation à l’espace public, est bousculée aujourd’hui par la réalité de la prise d’activité de ces femmes. Cette réalité interroge à nouveau la question des aspirations personnelles, longtemps cantonnée en ce qui concerne les femmes immigrées dans une approche psychosociale qui visait à interroger le lien exclusif avec « la culture d’origine » ; ce faisant, cette approche réductrice a soustrait ces femmes à l’analyse d’un spectre plus large de formes d’identification, d’appartenance et de construction de la subjectivité. La parution d’un livre écrit par une femme de ménage marocaine sur sa longue expérience professionnelle à Paris, révèle à la fois la manière dont ces femmes peuvent investir positivement leur emploi, le faire accéder à un art et la construction d’une subjectivité plus complexe que le carcan dans lequel on tend à les enfermer habituellement (Elayoubi, 2006). Les réalités concrètes que vivent ces femmes, les représentations qu’elles ont d’elles-mêmes de leur vécu et leur manière de prendre part à la société, offrent encore des terrains d’investigation, car, pour mouvantes que ce soient, ces réalités et ces représentations, elles ne sauraient se restreindre aux seuls biais misérabilistes ou populistes de certaines approches.

Mobilisations collectives

32La transformation de l’emploi ouvrier qui renaît dans la catégorie des employé-e-s, fragilise la classe ouvrière par l’atomisation de ses membres, sans pour autant faire disparaître « la condition ouvrière ». Les femmes immigrées figurent parmi les « nouveaux » ouvriers du tertiaire impliqués dans des rapports sociaux et des conditions de travail qui ne permettent pas toujours d’éprouver la dimension collective du travail. Malgré leur invisibilisation, en bonne partie socialement construite, sur le marché du travail, leur dispersion dans un secteur d’activité tertiaire hétérogène, l’invidualisation de leur parcours, leur concentration dans des petites structures et, concomitante de ce phénomène, leur faible syndicalisation, elles n’en ont pas moins été érigées en figures de proue de luttes collectives récentes données pour improbables. L’écho médiatique autour de l’affaire Arcade, entreprise sous-traitante de nettoyage pour une grande chaîne hôtelière, employant une main-d’œuvre féminine majoritairement immigrée, a révélé en plein jour les cas de « sous-traité-e-s » du droit social. Le nombre d’articles et d’interviews passés avec la leader de la lutte, Faty Mayant, mère de famille sénégalaise, syndiquée à Sud-Nettoyage (Puech, 2005) témoigne de l’exemplarité de ce conflit sur des terrains multiples : lutte dans un secteur privé peu syndiqué, lutte de femmes et lutte d’immigrées. Ce conflit fait écho aux mouvements de lutte menés dans la restauration rapide (Mac Do), la distribution de livres (Maxi Livres), les chaînes de vente de produits culturels (Virgin, Fnac), ou encore les bases de loisirs comme Disneyland. Il n’est pas indifférent de noter que la plupart des leaders dans ces conflits sont des jeunes hommes ou femmes « issu-e-s » de l’immigration : la question sociale est ainsi portée par ces nouveaux acteurs de la lutte et contribue à la mobilisation des acteurs politiques « traditionnels » dans un spectre politique large (syndicats Sud, CGT, l’extrême gauche dans son ensemble, le mouvement altermondialiste, les associations de défense des immigré-e-s).

33Si des mots sont bien de retour, à l’instar des mots « classes sociales » ou « exploitation », les femmes immigrées témoignèrent de l’actualité de la question sociale en France ainsi que l’idée d’une internationale des travailleur·e·s en prise aujourd’hui avec la question de la mondialisation/globalisation des échanges et des migrations. Le conflit des femmes grévistes enrichit l’inventaire des mobilisations collectives d’immigré-e-s, jusque-là essentiellement portées par des hommes immigrés, salariés dans l’industrie, sans pour autant renouveler forcément les répertoires de la lutte. Bien que des femmes immigrées grévistes aient existé par le passé, leurs histoires restent encore largement méconnues (Gubin, 2005). Alors que le mouvement des « sans-papiers » a fait l’objet de nombreuses analyses en termes de mobilisations collectives, la féminisation de l’expression « sans-papière » par les intéressées elles-mêmes est une réalité encore peu étudiée. Cela révèle combien les femmes immigrées en tant qu’actrices au sein de structures associatives (Fayman, 1992 ; Veith, 1998 ; Quiminal, 1998) et en tant que catégorie sociale à l’origine de mouvements de lutte, restent encore peu étudiées en France, qu’il s’agisse du passé lointain ou proche (les années soixante-dix) et du présent (Lesselier, 2006). De même, l’articulation de ces mouvements avec les acteurs « traditionnels » des mouvements sociaux et les relations entretenues avec eux mériteraient de plus amples études. A ce titre, la mobilisation des catégories de l’ethnicité bien plus encore que celle du genre, divise les acteurs « traditionnels » et apparaît bien souvent illégitime, car synonyme de la fragmentation et de l’affaiblissement des mobilisations de classe.

Haut de page

Bibliographie

Arondo, Maria (1979), Moi la bonne, Paris, Stock.

Attias-Donfut, Claudine, Tessier, Philippe, Wolff, François-Charles (2005), « Les immigrés au temps de la retraite », Retraite et Société, (1), n°44, p. 11-47.

Battagliola, Françoise (2000), Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte.

Blanc-Chaléard, Marie-Claude (2001), Histoire de l’immigration, Paris, La Découverte.

Bordes-Benayoun, Chantal (1997), « Dans l’industrie du nettoyage », Informations Sociales, n°63, p. 58-65.

Boyd, Monica (2005), Gendering migration, livehood and entitlements : women migrants in Canada and United States, Geneva, UNRISD.

Chaïb, Sabah (2005), « Les femmes immigrées et l'emploi : le bas de l'échelle pour propriété ? », in Cours-Salies, P., Le Lay, S., Le bas de l'échelle. La construction sociale des situations subalternes, Toulouse, Editions Eres, p. 147-165.

Chaïb, Sabah (2001), Facteurs d'insertion et d'exclusion des femmes immigrantes sur le marché du travail en France, Paris, Rapport pour la CFDT.

Chaïb, Sabah (1997), « Activité professionnelle et vie familiale », Informations Sociales, n°63, p. 4-11.

Condon, Stéphanie (2000), « Migrations antillaises en Métropole : politique migratoire, emploi et place spécifique des femmes », Cahiers du CEDREF, n°8/9, p. 171-205.

Coquery-Vidrovitch, Catherine (1994), Les Africaines. Histoire des femmes d'Afrique noire du XIXe au XXe siècle, Paris, Desjonquères.

Daune-Richard, Anne-Marie (2004), « Les femmes et la société salariale. France, Royaume Uni, Suède », Travail et Emploi, n°100, p. 69-84.

El Ayoubi, Fatima, La prière à la lune, Editions Bachari, 2006.

Fassin, Didier, Morice, Alain, Quiminal, Catherine (1997), Les lois de l'inhospitalité. Les politiques de l'immigration à l'épreuve des sans-papiers, Paris, La Découverte.

Fayman, Sonia (1986), Réseaux associatifs et insertion socioprofessionnelle des femmes étrangères, d’origine étrangère et issues de l’immigration, Rapport pour le FAS.

Cuche, Denys (1988) (Présentée et commentée par), Flora Tristan. Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères (1908), Paris, L'Harmattan.

Fougeyrollas, Dominique (2000), « Le mouvement féministe : quelle force de changement ? », Regards sur l'actualité, n°258, p. 39-47.

Fremontier, Jacques (1981), La vie en bleu. Voyage en culture ouvrière, Paris, Fayard.

Green, Nancy (2002), Repenser les migrations, Paris, PUF. (1998), Du Sentier à la 7e avenue. La confection et les immigrés. Paris-New York, 1880-1980, Paris, Seuil.

Gubin, Eliane, Morelli, Anne (Dir.) (2004), Pour une histoire européenne des femmes migrantes. Sources et méthodes, Groupe interdisciplinaire d’Etudes sur les femmes, ULB, Bruxelles.

Gubin, Eliane, Morelli, Anne (Dir.) (1999), Immigration, emploi, chômage. Un état des lieux empirique et théorique, Association CERC. Gubin, Eliane, Morelli, Anne (Dir.) (2004), Immigration et marché du travail, Rapport du Commissariat Général au Plan, Paris.

Hersent, Madeleine, Zaidman, Claude (Coord.) (2003), Dossier « Genre, Travail, Migrations en Europe », Cahiers du CEDREF.

Kergoat, Danièle (1982), Les ouvrières, Paris, Le Sycomore.

Lesselier, Claudie (2000), « Pour une critique féministe des lois sur l’entrée et le séjour des personnes étrangères en France », Brochure du RAJFIRE, n°2.

Lesselier, Claudie (2006), « Aux origines des mouvements de femmes de l'immigration », Communication au Colloque international « Histoire, genre et migrations », Paris, 26 et 27 Mars 2006.

Lurol, Martine (1999), « Quand les institutions se chargent du travail des femmes, 1970-1995 », Travail, Genre et Société, n°1, p. 179-202.

Lurol, Martine (à paraître 2008) « Marché du travail et genre au Maghreb. Quels marchés du travail ? », Actes du colloque international, Rabat, 15 et 16 mars 2006.

Merckling, Odile (1998), L’immigration et le marché du travail. Le développement de la flexibilité en France, Paris, L’Harmattan.

Merckling, Odile (2003), Emploi, migration et genre. Des années 1950 aux années 1990, Paris, L'Harmattan.

Morokvasic, Mirjana (1983), One way ticket : migration and female labour, London, Routledge and Kegan Paul.

Noiriel, Gérard (2001), État, Nation et Immigration, Paris, Folio/Histoire.

OCDE, Union Européenne (2005), Les femmes immigrées dans les marchés du travail : diversité et défis, Séminaire conjoint, Bruxelles.

Omnes, Catherine (1998), Ouvrières parisiennes, marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe siècle, Paris, Ed. de l’EHESS.

Paperman, Patricia (1985), Marque et stigmate : les femmes immigrées dans le monde du travail, Paris, Arkhos Recherche.

Perrot, Michelle (1978), « Quelques éléments de bibliographie sur le travail des femmes en France (principalement le XIXe siècle) », Le Mouvement Social, n°105, p. 127-132.

(1998), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion. Plein Droit (2001), Dossier « Entre ailleurs et ici : quels droits pour les femmes et les enfants étrangers ? », n°51.

Poiret, Christian (2005), « Articuler les rapports de sexe, de classe et interethniques : quelques enseignements du débat nord-américain », Revue Européenne des Migrations Internationales, (21), n°1, p. 195-226.

Puech, Isabelle (2005), « Mayant Faty, ménages et remue-ménage d'une femme de chambre », Travail, Genre et Sociétés, n°13, p. 5-25.

Puech, Isabelle (2004), « Le temps du remue-ménage. Conditions d'emploi et de travail des femmes de chambre », Sociologie du travail, vol. 46, n°2, p. 150-167.

Quiminal, Catherine (2000), « Migrations », in Hirata, H, Laborie, F., Le Doaré, H., Senotier, D., Dictionnaire critique du féminisme, Paris, Puf.

Quiminal, Catherine (1998), « Les associations de femmes africaines en France. Nouvelles formes de solidarité et individualisation », Les Cahiers du GEDISST, n°21, 1998, p. 111-131.

Roulleau-Berger, Laurence (2004), Femmes d'origine étrangère. Travail, accès à l'emploi, discriminations de genre, Paris, La Documentation Française.

Sayad, Abdelmalek (1999), La double absence, Paris, Seuil.

Schweitzer, Sylvie (2002), Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Odile Jacob.

Schneider, Dorothée (2003), « L’immigration féminine aux Etats-Unis : un essai historiographique », Actes de l’histoire de l’immigration, Paris, ENS.

Scrinzi, Francesca (2005), Les migrantes dans les emplois domestiques en France et en Italie : construction sociale de la relation de service au croisement des rapports sociaux de sexe, de race et de classe, Thèse de doctorat de sociologie, Université Nice Sophia Antipolis.

Scott, Joan ; Tilly, Louise (1987), Les femmes, le travail et la famille, Paris, Rivages. (1991), « La travailleuse », in Duby, G., Perrot, M., Histoire des femmes, XIXe siècle, volume 3, Paris, Plon, p. 418-444.

Silberman, Roxane, Moulier-Boutang, Yann (1982), « La montée de l’activité des femmes étrangères en France : une tendance qui ira en s’accentuant », Travail et Emploi, n°12, p. 6-81.

Silberman, Roxane (1983), « Femmes immigrées et discrimination supplémentaire », Cahiers du Greco 13. Recherches sur les migrations internationales, n°4/5, p. 111-130.

Spire, Alexis (2005), Etrangers à la carte, Paris, Grasset.

Strif-Fenart, Jocelyne (1978), Les actions de formation des femmes immigrées, Paris, UNESCO.

Taboada-Leonetti, Isabelle, Levi, Florence (1979), Femmes et immigrées ; insertion des femmes immigrées en France, Paris, La Documentation Française.

Tapinos, Georges (1992), « Immigration féminine et statut des femmes étrangères en France », Revue Française des Affaires Sociales, n°12, p. 29-60.

Taravella, Louis (1980), Bibliographie analytique sur les femmes immigrées 1965-1979, Paris, Ciemm.

Tauzin, Aline, Virolle-Souibes, Marie (1997), Femmes, famille, société au Maghreb et en émigration, Paris, Khartala.

Tribalat, Michelle (1991), Cent ans d’immigration, Paris, Ined/Puf.

Tauzin, Aline, Virolle-Souibes, Marie (1995), Faire France, Paris, La Découverte.

Tripier, Maryse (1990), L’immigration dans la classe ouvrière en France, Paris, Ciemi-L’Harmattan.

Troy (De), Colette (1987), Femmes migrantes et l’emploi, Rapport CEE.

Veith, Blandine (1999), « Femmes immigrées : de l'implication associative à la dynamique de travail », Les Cahiers du GEDISST, n°23, p. 65-85.

Weill, Patrick (1991), La France et ses étrangers, Paris, Calmann-Lévy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabah Chaïb, « Femmes immigrées et travail salarié », Les cahiers du CEDREF, 16 | 2008, 209-229.

Référence électronique

Sabah Chaïb, « Femmes immigrées et travail salarié », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 18 juin 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/587

Haut de page

Auteur

Sabah Chaïb

Sociologue et consultante (Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org