Navigation – Plan du site

Migration, genre et foyers transnationaux : un état de la bibliographie

Laura Oso Casas
Traduction de Bruno Tur
p. 125-146

Texte intégral

1Ces dernières années, dans le cadre de la production scientifique concernant les mouvements de population, on constate un intérêt croissant pour la problématique des « foyers transnationaux ». Pour définir ce type de foyers, nous pourrions dire qu’il s’agit de groupes domestiques qui, en tant que tels, se constituent en unités de production, de consommation et de reproduction sociale, mais qui sont dispersés dans deux ou plusieurs Etats. Ces foyers incluent dans leurs stratégies de fonctionnement la mobilité et les pratiques transnationales. Nous faisons référence ici à des foyers et non à des familles transnationales, puisque le premier concept est plus large et ne nécessite pas que l’organisation domestique repose nécessairement sur la base des relations de parenté. En effet, plusieurs individu-e-s peuvent faire partie d’un même foyer, sans constituer une famille pour autant. Contrairement à la vision traditionnelle, comme l’ont montré Grasmuck et Pessar (1991), l’unité domestique ne se définit pas comme étant un groupe d’individu-e-s vivant ensemble et partageant une même base alimentaire. Le groupe domestique transnational serait plutôt « celui qui, bien qu’une partie de ses membres aient émigré vers un autre pays, continue de fonctionner à travers des formes d’organisation et de relations internes partagées, malgré la distance — pas seulement géographique — qu’implique la migration » (Gregorio, 1998 : 148).

2Parreñas, tout au long de ses travaux de terrain sur la migration philippine à Los Angeles et à Rome, a constaté trois modalités principales de foyers transnationaux. En premier lieu, on trouverait le foyer dans lequel un-e parent-e (père ou mère) obtient des revenus en dehors du pays, alors que d’autres membres de la famille assurent les fonctions de reproduction, de socialisation et du reste de la consommation aux Philippines. En deuxième lieu, on trouve la modalité dans laquelle les parent-e-s se trouvent à l’étranger pour travailler, alors que les enfants résident aux Philippines, généralement ensemble, sous la surveillance d’autres parent-e-s. Enfin, on observe des foyers transnationaux avec un enfant adulte à l’étranger qui, avec ses gains, devient un appui financier pour les parent-e-s resté-e-s aux Philippines (Parreñas, 2001 b). D’autres études de terrain ont mis en évidence une autre classification des foyers transnationaux, établissant une différence selon qu’un homme ou une femme est à la tête du processus migratoire. Dans une recherche que j’ai réalisée en comparant la migration de femmes marocaines, dominicaines, péruviennes et philippines, j’ai pu identifier différentes situations dans lesquelles la migration féminine peut entraîner la formation de foyers transnationaux : 1) En premier lieu, on trouve la migration de femmes seules avec, dans le pays d’origine, des membres de la famille dépendant-e-s. Entrent dans cette catégorie : a) les femmes mariées qui maintiennent le foyer transnational (époux, enfants, autres parent-e-s) ; b) les femmes célibataires avec des individu-e-s dépendant-e-s à charge (parent-e-s, frères et soeurs) et c) les cheffes de foyer monoparental (mères célibataires, séparées, veuves et divorcées) ; 2) En second lieu on trouve la migration familiale, qui inclut : a) les pionnières de la migration ; b) la migration conjointe du couple, c) la femme regroupée par son époux ou par d’autres parent-e-s (Oso, 1998). A ces modalités, il faudrait ajouter les foyers transnationaux qui se constituent lorsque l’homme migre seul en laissant un-e ou plusieurs membres du foyer dans le pays d’origine (parent-e-s, épouse, frères et soeurs, enfants, etc.).

3Comme on peut le constater, la typologie des foyers transnationaux est complexe. On pourrait aussi différencier les foyers selon qu’ils sont dispersés entre deux Etats-nations ou plus, ce qui incluerait par exemple plusieurs membres d’un même foyer résidant dans plusieurs pays. De la même façon, nous pourrions même envisager l’existence de foyers transnationaux « mixtes », ce terme faisant référence aux foyers se formant après le mariage ou la cohabitation avec des autochtones dans le pays d’accueil, mais qui maintiennent des liens — de production, de consommation et/ou de reproduction — avec les membres du foyer demeuré-e-s dans le pays d’origine (grands-parents resté-e-s à charge d’un-e des enfants, frères, soeurs, autres personnes, auxquel-le-s on envoie des devises, des marchandises, etc.). Cette brève définition permet en tout cas de contextualiser notre problématique et sa complexité.

4Cet article propose un état de la production scientifique, dans une perspective internationale (tant anglo-saxonne et française, qu’en espagnol), sur la migration et les foyers transnationaux. En premier lieu, on abordera la façon dont cette thématique de recherche est apparue, dans le cadre de la production scientifique. Nous analyserons comment, sur le plan international, s’est produit une augmentation des mouvements migratoires dont des femmes seules sont les protagonistes, en tant que stratégie adoptée par ces femmes pour affronter le processus de globalisation, comme une forme de résistance aux inégalités Nord/Sud. Dans ce premier point que nous avons intitulé histoire d’un concept, nous étudierons également comment la plus grande visibilité de la thématique « genre et migration » est à la base de l’apparition d’études sur cette problématique de recherche. Ensuite, nous présenterons les trois axes autour desquels nous avons organisé la révision bibliographique  : a) les foyers transnationaux et la reproduction sociale, b) les foyers transnationaux et la production sociale et c) les foyers transnationaux et l’articulation des stratégies productives et reproductives de l’unité domestique.

Histoire d’un concept

  • 1  Nous pourrions remettre en question cette affirmation de Basch, car aujourd’hui on a suffisamment (...)

5Les foyers transnationaux ont été courants tout au long de l’histoire, dans différentes régions du monde. Basch signale que ces foyers étaient plus homogènes dans le passé (Basch et al., 1994). Ils étaient généralement composés d’un homme migrant qui appuyait économiquement la famille, vivant séparé de son épouse et de ses enfants dépendant-e-s de lui. Ces dernier-e-s demeuraient dans le pays d’origine. Ces foyers transnationaux ne suscitaient que très peu d’intérêt dans le monde de la recherche, tant il semblait « naturel » qu’une femme « reste » à attendre un compagnon pourvoyeur. Selon Basch, actuellement, la différence tient au fait que les foyers transnationaux incluent des femmes qui en sont les principales pourvoyeuses économiques1.

  • 2  On peut consulter une analyse plus détaillée de la féminisation des migration dans un travail préc (...)

6Si, sur le plan international, comme le démontre Zlotnik, le pourcentage des femmes dans les migrations internationales n’a augmenté depuis 1960 jusqu’en 2000, approximativement, que de deux points seulement (de 46,6 % à 48,8 %), on constate que dans les pays « développés » (Europe, Amérique du Nord et Océanie) la féminisation des migrations internationales a bien été plus intense, puisque le pourcentage des femmes immigrées est passé de 47,9 % en 1960 à 50,9 % en 2000 (Zlotnik, 2003)2.

7Comme on le sait, le développement des courants migratoires pour des raisons de travail dont les protagonistes sont des femmes, dans les pays « développés », s’explique par la demande récente de femmes pour réaliser les travaux les plus dévalorisés socialement (service domestique, services du care et services sexuels) (Anthias et Lazaridis, 2000). Ce transfert des tâches de reproduction sociale est parallèle au processus de globalisation de la production dans la sphère internationale (Truong, 1996). Certaines auteures parlent de Servants of globalization pour qualifier les femmes qui se déplacent pour travailler comme employées domestiques, dans le cadre de la division internationale du travail reproductif (Salazar, 2001). D’autres ont parlé de Global Women pour se référer aux Nannies, domestiques et travailleuses sexuelles, dans le cadre de la « nouvelle économie » (Ehrenreich et Hochschild, 2002). Sassen fait référence aux flux migratoires féminisés Sud/Nord pour travailler dans l’économie informelle, dans ce qu’elle a nommé les « contregéographies de la globalisation ». Pour cette auteure, ces circuits génèrent d’importantes ressources économiques, qui restent bien souvent invisibles (Sassen, 2003). En France, Falquet met en relation la migration féminine avec l’évolution de la division sexuelle et internationale du travail dans le cadre du néolibéralisme, en se centrant sur l’articulation entre les dimensions patriarcales, capitalistes et racistes (Falquet, 2006).

8Par ailleurs, comme l’a montré Bessis, pendant les années quatre-vingts et au début des années quatre-vingt-dix, la récession dans les pays du Nord a affecté, en grande mesure, les pays du Sud spécialisés dans les industries manufacturières d’exportation. La crise a affecté les revenus globaux des foyers, entraînant « la diminution de l’activité féminine dans le secteur moderne, l’augmentation de l’activité informelle et sous-payée des femmes faisant partie de leur stratégie de survie pour assurer le minimum vital au groupe familial » (Bessis, 1996 : 50). Ceci a favorisé l’exode des femmes. En plus, les programmes d’ajustement structurel ont contribué à « aggraver la détérioration de la situation sociale des femmes amorcée par les années de récession » (Bessis, 1996 : 50). Ces politiques d’ajustement structurel ont ainsi accentué le processus migratoire féminin (Zlotnik, Bilsborrow, 1992). La migration féminine a aussi augmenté du fait de l’implantation de zones franches dans les pays du Sud, ayant pour motif la délocalisation des activités productives sur le plan international (Sassen, 1988).

9Parreñas montre que les migrant-e-s, à travers la formation de foyers transnationaux, répondent à une série de réalités sociales et économiques de la globalisation, puisque la séparation géographique du foyer coïncide avec le développement inégalitaire des régions, ainsi qu’avec les différentes relations entre les Etats dans le cadre de l’économie globale. Les sociétés réceptrices sont les bénéficiaires de la formation de foyers transnationaux, puisqu’elles peuvent profiter des avantages de la main-d’œuvre immigrée, sans pour autant en assumer les coûts de reproduction (Parreñas, 2001 a).

10Ainsi, les transformations économiques survenues au cours des dernières décennies dans les pays du Sud et une série de facteurs structurels, liés à la nouvelle division internationale du travail, expliquent l’impulsion de courants migratoires féminins et le développement de foyers transnationaux.

11Nonobstant, outre la possible augmentation de ces unités domestiques, c’est aussi la plus grande ouverture conceptuelle qui explique que dans le domaine des migrations et dans le cadre de la production scientifique, on trouve actuellement plus de références sur les foyers transnationaux. En effet, comme le signale Phizacklea pour les années quatre-vingts, les approches analytiques sur les migrations commencèrent à prêter une plus grande attention au rôle des institutions intermédiaires dans le processus migratoire, et particulièrement à celui des réseaux sociaux et des foyers (Phizacklea, 2003). Selon Kofman, les courants théoriques comme celui du transnationalisme (Glick Schiller et al., 1994 ; Vertovec, 1999) et celui des « contre-circuits de la globalisation » (Sassen, 2003), ont permis une ouverture analytique à l’étude de l’immigration féminine à travers l’inclusion des foyers, des réseaux et des connexions entre le milieu d’origine et le milieu d’arrivée (Kofman, 2004). En effet, au-delà des traditionnelles dichotomies rencontrées sur le terrain des études migratoires (par exemple origine-destination, installation-retour, temporaire-permanent), la question du transnationalisme implique l’idée que les individu-e-s transitent entre les frontières, construisent leur identité dans divers espaces nationaux, circulant, évoluant et établissant des relations dans chacun d’eux (Catarino et Morokvasic, 2005). Ainsi, de ce point de vue, on perçoit que les migrations se constituent, bien souvent, en stratégies de foyers transnationaux, de sorte que les femmes migrantes se voient obligées, fréquemment, d’assumer la responsabilité économique de leur famille (enfants, époux et autres parent-e-s) demeurée dans le pays d’orgine. D’une simple étude des causes de la migration dans l’espace d’origine et de l’insertion postérieure des immigré-e-s dans le pays d’accueil, nous sommes passés à l’étude des dynamiques transnationales, donnant aux foyers un rôle privilégié en tant qu’unités d’analyse pour l’étude du transnationalisme.

  • 3  Voir l’état de la question bibliographique, tant sur les femmes restées dans le pays d’orgine et q (...)

12La production scientifique sur la question du genre, des migrations et des foyers transnationaux est essentiellement anglophone. Peu de travaux sur cette problématique de recherche ont été réalisés en France. L’analyse des effets de la migration sur la famille demeurée dans le pays d’origine a suscité plus d’attention dans le cadre de la production française (Barou, 2001 ; Charbit, 1980, entre autres). Ceci est logique, dès lors que l’on tient compte de ce que, dans ce pays, l’immigration féminine a traditionnellement été abordée sous l’angle des épouses regroupées, éveillant l’intérêt pour celles qui demeuraient dans le pays d’origine. Mais les femmes pionnières ou protagonistes des mouvements de population, devenant des cheffes de famille, sont demeurées au second plan3, bien que de plus en plus de travaux portent sur la question de la migration de femmes seules vers la France (Monquid, 2004 ; Elhariri, 2004 ; Moujoud, 2003a, b). En Espagne, du fait du développement de flux migratoires de travail féminins à partir de la fin des années quatre-vingts, particulièrement latino-américains et caribéens, la production littéraire scientifique traitant des foyers transnationaux sous l’angle du genre est abondante (Gregorio, 1998 ; Oso, 1998 et 2000 ; Ribas, 1999 ; Escrivá, 2000 ; Pedone, 2004).

13Dans le domaine de la production scientifique internationale, la thématique « migration et foyers transnationaux » a été traitée, d’une façon générale, depuis le point de vue de la reproduction sociale. En effet, la plupart des travaux se sont intéressés à l’étude de l’impact des foyers transnationaux sur les stratégies matrimoniales, la maternité, le sort des enfants, les transformations des rôles au sein du foyer, etc. Par contre, les études centrées sur l’impact de la migration sur les activités de production des foyers transnationaux sont moins nombreuses. Comme le montrent Catarino et Morokvasic, la littérature scientifique sur genre et migration a continué d’enfermer les femmes dans un rôle reproductif, mettant rarement l’accent sur leur contribution économi­que et sur leur participation à la sphère productive (2005). Enfin, il faut remarquer que les travaux sur cette problématique de recherche se sont particulièrement centrés sur la migration de femmes philippines vers les Etats-Unis et l’Europe (Tacoli, 1999 ; Parreñas, 2001 b) et sur la migration latino-américaine vers les Etats-unis et l’Espagne (Hondagneu-Sotelo, 1997 ; Escrivá, 2000 ; Pedone, 2004). Par ailleurs, il faut noter que ce sont surtout les migrantes « seules » employées comme travailleuses domestiques qui ont suscité l’attention (Romero, 1997 ; Hondagneu-Sotelo et Avila, 1997 ; Andall, 2000 ; Hondagneu-Sotelo, 2000). Voyons dans le détail les principales questions abordées dans cette production scientifique.

Les foyers transnationaux et la reproduction sociale

Les chaînes mondiales d’attention aux personnes et la reproduction des inégalités de genre, ethniques et de classe

14L’intérêt suscité par les foyers transnationaux à partir de l’étude de la migration d’employées domestiques est lié au paradoxe selon lequel l’insertion professionnelle de certaines femmes de la classe moyenne, perçue comme une voie possible d’émancipation/enrichissement, semble se réaliser grâce au travail d’autres femmes, employées de maison. Dans les années quatre-vingts déjà, plusieurs auteures remarquaient comment se construisaient, dans le service domestique, des inégalités ethniques et de classe, parmi les femmes elles-mêmes (Duarte, 1989 ; Collen, 1989). Ces dernières années, une nouvelle composante s’est ajoutée à cette réflexion. Le fait d’être éloignées de leurs enfants serait une autre forme d’exploitation pour les femmes du Sud qui doivent laisser à d’autres femmes les enfants qu’elles ont eu avec leur mari-compagnon, et renoncer à l’une des parties réputées les plus gratifiantes des tâches reproductives qui leur sont assignées (l’élevage des enfants), pour assurer celles d’autres femmes et hommes. Sur le plan international, une dichotomie de classe et de « race » se configure dans le cadre des travaux domestiques et de care. Ce sont les femmes ayant le moins de moyens, rurales et/ou originaires du Sud, qui assurent les travaux du foyer et qui s’occupent des personnes dépendantes dans les villes du Sud et dans le Nord (Anderson, 2000 ; Andall, 2000), développant des « chaînes mondiales de care » (Hochschild, 2000).

Effets du foyer transnational sur le bien-être des enfants

15Les effets du foyer transnational sur le bien-être des enfants est un des axes qui a guidé la production scientifique. Les recherches parlent d’une perte d’autorité sur les enfants, de stress émotionnel, de maladies, de colère et même parfois de suicide infantile (Gregorio, 1998 ; Anderson, 2000 ; Hochschild, 2002). Cependant, on peut aussi noter des éléments positifs, puisque la migration augmente les possibilités économiques des familles (Zontini, 2004). Par ailleurs, comme le signale Parreñas, les enfants qui grandissent dans des foyers transnationaux, bien que séparé-e-s de leurs parent-e-s, bénéficient généralement de l’appui des familles étendues et des communautés. Malgré la distance, les parent-e-s font généralement preuve d’une attention émotionnelle soutenue et apportent des conseils. La communication ouverte et constante est une des façons de pallier les effets négatifs du foyer transnational, il est également important que les enfants soient conscient-e-s de la contribution de leurs parent-e-s à la mobilité sociale collective de la famille (Parreñas, 2005).

16D’après cette dernière, aux Philippines, les médias et les institutions publiques ont développé un discours selon lequel la migration des femmes serait la cause de la détérioration de l’institution familiale dans le pays. Ceci empêche une juste appréciation de leur contribution économique, produisant un moralisme redoublé envers les femmes migrantes et faisant en sorte que leurs enfants se perçoivent comme des êtres pathologiques. Ainsi, on considère le retour à la famille nucléaire comme étant la solution aux difficultés émotionnelles des foyers transnationaux. Mais les gouvernements pourraient demander aux hommes d’assumer plus de responsabilités dans l’attention apportée aux enfants (Parreñas, 2005). On remarquera en tout cas que le discours qui questionne la « maternité » des migrantes transnationales (comme jadis le discours condamnant les femmes qui travaillaient hors du foyer) est récurrent dans la production scientifique.

La maternité transnationale

17Diverses auteures montrent que les femmes immigrées qui laissent leurs enfants dans le pays d’origine et qui travaillent en gardant des enfants, ressentent la douleur de devoir s’occuper d’autres enfants, sans pouvoir le faire des leurs. Elles souffrent d’anxiété, d’un sentiment de perte, de solitude (Hondagneu-Sotelo et Avila, 1997 ; Parreñas, 2001 a et 2002), développant aussi un sentiment de culpabilité, allant jusqu’à considérer qu’elles ne sont pas de « bonnes mères » (Erel, 2002). La séparation laisse aussi d’importantes séquelles dans la santé physique et mentale des mères, qui ressentent dès le début du processus migratoire nostalgie et dépression (Solé et Parella, 2005). Cependant, selon Zontini, tous les effets de l’éloignement géographique ne sont pas négatifs, puisque certaines migrantes y gagnent en disposant de plus de contrôle sur leur temps et sur leurs gains (Zontini, 2004).

18Pour affronter la maternité transnationale, la principale stratégie mise en place consiste à déléguer les soins à d’autres membres de la famille, cette responsabilité revenant généralement à une autre femme — depuis les grands-mères, en passant par d’autres membres de la parenté, jusqu’aux filles. Dans certaines sociétés (ou groupes sociaux d’origine), le fait que la famille élargie semble avoir plus d’importance que dans les pays du Nord paraît faciliter la formation de familles transnationales, comme le montrent diverses recherches (Hondagneu-Sotelo et Avila, 1997 ; Gregorio, 1998 ; Parreñas, 2001 a).

19Si la production scientifique a travaillé dans une grande mesure la question de la maternité transnationale, les études sur la paternité transnationale sont presque inexistantes. Sur ce sujet, il faut remarquer le travail de Pribilsky, qui analyse la façon dont les familles équatoriennes aux Etats-Unis ont construit leur foyer et leur relation de couple dans le cadre du transnationalisme, après la migration de l’époux (Pribilsky, 2000). Ainsi, alors que s’élabore un discours sur les effets négatifs de la maternité transnationale, la paternité dans le cadre des foyers transnationaux n’est pas questionnée ; on ne trouve aucune référence à la figure du « mauvais père » migrant abandonnant ses enfants dans le pays d’origine.

20Il faut également remarquer que la production sur les foyers transnationaux a essentiellement cherché à analyser la façon dont les mères migrantes délèguent à des tierces personnes le soin aux enfants, sans se pencher sur le cas d’autres personnes dépendantes, comme les personnes âgées. Sur cette question, il faut noter l’apport du travail d’Escrivá (2004). C’est que les femmes qui migrent et qui font partie ou s’occupent de foyers transnationaux ne sont pas toutes mères ; dans le cadre des unités domestiques dépassant les frontières des Etats-nations, elles peuvent également être des filles, des sœurs, des cousines, des nièces.

21Comme nous l’avons vu, une partie non-négligeable de la production scientifique, ainsi que le discours dominant, stigmatisent les femmes migrantes seules en tant que « mauvaises mères », ou les victimise en tant que « mères éplorées », une vision moralisatrice et réductrice qu’il est urgent de dépasser, même si souffrance et solitude sont au rendez-vous pour beaucoup de migrantes. Cependant, le fait que la souffrance comme « mère » soit, pour les femmes, la plus « dicible » et peut-être la seule, ne doit pas masquer le fait que toutes les migrantes n’ont pas d’enfants à charge (mais peut-être d’autres membres de leur famille), et que la maternité peut être vécue sur des modes bien différents selon l’âge, la culture, la classe et le caractère désiré ou non de cette maternité, notamment.

Les foyers transnationaux et la production sociale

22Le deuxième grand axe abordé par la littérature scientifique sur le thème migration et foyers transnationaux est celui de la production sociale — dans le sens marxiste du terme. On peut inclure dans cette question les études menées sur les transferts de fonds effectués par les femmes. Il faut noter que cette ligne de recherche a été peu travaillée dans le cadre des migrations internationales. Les transferts de fonds ont traditionnellement été pensés au masculin. Ce thème de recherche a été principalement étudié depuis un point de vue économique (Ramírez et al., 2005). Néanmoins, on a pu constater ces dernières années un intérêt scientifique croissant pour l’étude des transferts de fonds dans une perspective de genre (Zapata et al., 2004 ; Sorensen, 2004 ; Escrivá et Ribas, 2004 ; Semyonov et Gorodzeisky, 2005 ; Ramírez et al., 2005 ; Gainza, 2006). Une des questions est de savoir si les femmes ont un modèle différent de celui des hommes dans les transferts de fonds. Comme le remarquent Ramírez et al., on trouve l’idée selon laquelle les familles peuvent aller jusqu’à favoriser l’émigration des femmes, puisqu’elles considèrent que celles-ci sont plus responsables que les hommes lorsqu’il s’agit d’envoyer des devises (Ramírez et al., 2004). Certaines recherches, dont beaucoup se sont centrées sur l’immigration philippine, vont en effet dans ce sens (Trager, 1984 ; Lauby et Stara, 1988 ; Tacoli, 1999). Parreñas signale que les « valeurs culturelles » aux Philippines génèrent un sens de la solidarité et de la réciprocité entre les membres de la famille, mais aussi au sein du groupe plus étendu. Ainsi, les employées domestiques parties seules ont pour habitude, avant leur mariage, d’assumer non seulement les frais de maintenance du foyer transnational, mais aussi ceux de neveux et selon les cas, de nièces ou d’autres parent-e-s. Certain-e-s jeunes de la famille étendue les considèrent comme de secondes mères (Parreñas, 2001 a). Cependant, parce que les hommes migrants gagnent plus que les femmes, le montant total des devises envoyées par les premiers est plus important (Samyonov et Gorodzeisky, 2005). Le type de foyer transnational, tout comme la position de la femme en son sein, est un des facteurs fondamentaux influençant le transfert de fonds ; celui-ci sera différent selon qu’il s’agisse d’une migration pour soutenir le groupe familial, d’une migration autonome ou d’une migration de dépendance vis-à-vis de l’époux.

23L’étude de Pribilsky montre comment les femmes écuatoriennes acquièrent une plus grande autorité au sein de la famille grâce au contrôle qu’elles ont sur les transferts de fonds effectués par l’époux (Pribilsky, 2004). Cependant, les transferts de fonds effectués par des femmes n’augmentent pas toujours leur autorité et n’améliore pas nécessairement la situation du groupe domestique dans son ensemble. Gregorio constate que les hommes dominicains recevant l’argent envoyé depuis l’Espagne par l’épouse ont tendance à abandonner les activités productives et à dévier les transferts de fonds vers leurs propres intérêts (augmentation de leur consommation individuelle), sans prendre en compte les décisions des femmes immigrées (Gregorio, 1998).

24Divers travaux ont été développés sur les transferts de « fonds sociaux », un concept qui se réfère à la circulation d’idées, de pratiques, d’identités et de capital social entre le pays d’origine et celui de destination, menée à travers les différents moyens de communication adoptés par les migrant-e-s, comme Internet, les pratiques épistolaires, le téléphone, les voyages, et qui peuvent avoir un impact sur les relations de genre ainsi que sur la construction des identités de « race » et de classe. Ces « fonds sociaux » transférés incluent des éléments normatifs comme les idées, les valeurs et les croyances, ainsi que des normes de comportement, des principes de participation communautaire et des aspirations à la mobilité sociale (Levitt, 2001 ; Levitt et Sorensen, 2004).

25Les recherches pointent le fait que les femmes, qui maintiennent dans une plus grande mesure les liens familiaux et sociaux, jouent un rôle très important dans l’envoi de ce qui est parfois appelé devises sociales (Goldring, 2004). Comme le montre Gregorio, la migration dominicaine en Espagne, puisqu’il s’agit d’une migration féminine, tend à développer un meilleur lien avec les foyers dans le pays d’origine, de sorte que l’absence de la mère ne signifie pas la rupture (Gregorio, 1998), ce qui génère une intensification des pratiques transnationales pour palier les effets de la distance géographique et sociale. Le fait que, par rapport aux hommes, les femmes entretiennent des relations plus étroites avec leurs foyers dans le pays d’origine, a aussi été souligné par Tacoli dans le cas de l’immigration philippine à Rome (Tacoli, 1999). De son côté, Alicea assure que dans le cadre de ce qu’elle appelle le kin work, ou le travail relatif au maintien des relations de parenté (incluant visites, correspondance, appels téléphoniques, cadeaux, etc.), le rôle des femmes, dans le cadre des foyers transnationaux, est crucial (Alicea, 1997). Les femmes philippines et marocaines étudiées à Barcelone par Zontini consacrent beaucoup d’efforts à maintenir inter-reliée leur famille (Zontini, 2004). Al-Sharmani a aussi mis en évidence comment les femmes somaliennes jouent un rôle fondamental dans le maintien des foyers transnationaux, tant parmi les réfugiées que les émigrées (Al-Sharmani, 2006). Comme l’a montré Monquid, les femmes marocai­nes en France sont très unies à la famille dans le pays d’origine et envoient régulièrement de l’argent, sans que le mari ne le sache pour certaines, et s’occupent aussi des cadeaux qu’il faut faire à la famille, de façon à préserver les liens affectifs et sociaux avec le pays d’origine (Monquid, 2004). Une étude réalisée par Elhariri montre que sur un total de 100 femmes enquêtées, toutes effectuaient des transferts monétaires et de présents au Maroc, réalisant églament pour certaines des activités commerciales familiales, ainsi qu’amicales, emportant des produits de France pour les vendre au Maroc, et par la suite des produits « ethniques » qu’elles vendent en France (Elhariri, 2004). Salih analyse la consommation comme une forme d’objectivation et d’expression du statut social. Les femmes marocaines construisent un « foyer » auquel prennent part deux espaces sociaux, l’Italie et le Maroc, comme un continuum. A travers les pratiques de consommation, elles construisent aussi leur statut social, négociant les ruptures identitaires et établissant une continuité entre les deux pays (Salih, 2001).

26Comme on le voit, certains travaux analysent l’impact de la position des femmes migrantes en tant que cheffes du foyer transnational et son effet sur les transferts de fonds. Cependant, souvent, lorsqu’on aborde les transferts de fonds des femmes migrantes, on continue de les envisager sous l’angle de leurs effets sur les relations familiales, sur la dynamique reproductive des foyers transnationaux, sur les relations sociales et sur la restructuration des rôles de genre, et non sur le développement du pays d’origine par exemple. Les transferts de fonds effectués par les femmes sont abordés dans une perspective « micro » et rarement comme une clé des relations transnationales, alors qu’ils construisent des réseaux sociaux et communautaires de grande importance, non seulement du fait des envois de devises, mais aussi de marchandises et de « fonds sociaux ».

Le foyer transnational : articulation des stratégies productives et reproductives de l’unité domestique

27La troisième grande approche des foyers transnationaux propose d’analyser leurs stratégies productives et reproductives de manière articulée. Comme le note Parreñas, les migrant-e-s ont tendance à former des foyers transnationaux pour bénéficier des moindres coûts de la reproduction sociale dans les pays d’origine (nourriture, logement, habillement et éducation). Cette différence de coûts entre les pays d’origine et d’accueil explique que le foyer transnational permette de doter les enfants de meilleures conditions matérielles, y compris de meilleures conditions de logement. De cette façon, les foyers transnationaux permettent d’augmenter l’accumulation de capital (Parreñas, 2001 a). Morokvasic montre comment certaines immigrées polonaises en Allemagne utilisent le transnationalisme comme un outil pour maximiser leurs stratégies productives. Ces femmes ont installé entre elles un système de rotation : elles partagent employeur-e-s et logement, de façon à pouvoir rentrer à la maison à intervalles réguliers, tandis que d’autres femmes se substituent à elles et réalisent leur travail (nettoyage et autres) (Morokvasic, 2003).

  • 4  La corrida est un système de production agricole et industriel, à l’Est des Etats-Unis, dans leque (...)

28De son côté, Morales explique comment des femmes mexicaines utilisent le transnationalisme comme un moyen pour tenter de résoudre à la fois leurs nécessités productives et reproductives. Ainsi, les femmes qui travaillent aux Etats-Unis dans le système du travail agricole temporaire dénommé « corrida4 » emmènent leurs enfants avec elles et s’efforcent de ne travailler que dans les localités pourvues d’une garderie (Morales, 2004).

29Enfin, la formation de foyers transnationaux peut également constituer une réponse des familles de migrant-e-s aux réactions racistes, xénophobes et, en général, aux difficultés d’intégration sociale des immigré-e-s. Certain-e-s parent-e-s, qui perçoivent un sentiment d’hostilité à leur égard dans les sociétés réceptrices, préfèrent ne pas exposer leurs enfants à ces tensions et les maintenir dans des foyers transnationaux (Parreñas, 2001 a).

30Comme nous l’avons vu, il faut aborder la problématique des foyers transnationaux dans le cadre du processus de globalisation. Des femmes du Sud remplacent une partie des femmes urbaines du Nord et du Sud dans la reproduction sociale, tandis que ni l’Etat, ni les hommes ne s’impliquent dans la reproduction sociale (Oso, 1998 et 2000). Ainsi, en tant que réponse à la globalisation, la formation de foyers transnationaux maintient les inégalités sociales et de genre. La littérature scientifique sur les foyers transnationaux s’est principalement intéressée à la problématique de la maternité transnationale et aux effets de la migration sur le bien-être des femmes et de leurs enfants, mais elle a laissé au second plan l’apport productif et économique des femmes immigrées cheffes de foyer transnationaux, ainsi que leur impact sur le développement par le biais des différents transferts qu’elles réalisent. La production scientifique s’est intéressée en grande mesure aux foyers transnationaux des domestiques, appliquant à peine cette problématique de recherche à la question de la migration à des fins de prostitution. Quelles sont les stratégies productives et reproductives mises en place dans les foyers transnationaux des femmes qui s’emploient dans la prostitution ? Sont-elles différentes de celles des employées de maison ? Questions qu’on pourrait aussi se poser pour les migrantes qui travaillent dans d’autres secteurs économiques.

31L’articulation de ce processus avec la redéfinition de la maternité des femmes (autochtones et migrantes elles-mêmes) n’a pas non plus été relevée. De même, la problématique de la paternité transnationale n’a pas été suffisamment abordée. Nous retrouvons une nouvelle fois un vieux problème : au lieu d’étudier aussi bien les hommes que les femmes, les migrant-e-s que les autochtones, pour proposer une véritable analyse de genre et aborder de front les stratégies des différents acteurs sociaux (immigré-e-s, employeur-e-s, Etats, etc.), on continue souvent à approcher la recherche d’une façon un peu « myope », dans une perspective « entre femmes » ou « entre immigré-e-s ». Comment se redéfinissent la paternité et la maternité dans les foyers transnationaux et dans les foyers des pays qui importent de la main-d’œuvre pour la reproduction sociale ? Peut-on parler d’une « fusion de foyers » ? Peut-être le foyer transnational devrait-il devenir l’instrument conceptuel qui permette d’unifier l’analyse des foyers du Nord et du Sud dans leurs stratégies productives et reproductives. Pourquoi limiter l’unité du foyer transnational au foyer formé par l’immigré-e et sa famille : ne pouvons-nous pas parler de stratégies productives et reproductives mises en place au Nord et au Sud de façon articulée ? Comment se déroule la redéfinition des rôles entre les hommes et les femmes dans ce cadre plus complexe ? Cette redéfinition est-elle fonctionnelle pour réaliser une optimisation des tâches du foyer transnational et des foyers importateurs de main-d’œuvre (stratégies productives, reproductives, consommation, etc.) ? Enfin, comment élaborer une lecture de la migration féminine qui ne stigmatise pas la cheffe de foyer transnational comme étant une « mauvaise mère » ?

32Tout se passe comme si le foyer transnational s’était constitué sur un champ de bataille, lui qui interroge la fonction traditionnelle de la famille et les rôles qu’hommes et femmes ont développés dans la société, dans divers contextes sociaux. Peut-être parviendra-t-on à une vision moins stigmatisante des femmes cheffes de foyers transnationaux, en les sortant de leur rôle reproductif pour analyser leurs stratégies productives et reproductives de façon articulée. En effet, les transferts de fonds (monétaires et sociaux) peuvent devenir non seulement un vecteur de développement, mais aussi le principal mécanisme qui structure les relations familiales ou sociales. À travers les transferts de fonds, on envoie non seulement de l’argent, mais aussi de l’affection ou un statut social par exemple — puisque, comme on le sait, les rôles et les relations sociales se construisent aussi à travers les produits et les marchandises.

33Pour terminer, notons que dans l’étude des foyers transnationaux, il faut prendre en compte le fait que les migrant-e-s se déplacent dans le cadre de stratégies de mobilité sociale qui incluent au moins deux espaces sociaux, les pays d’origine et d’accueil. Ces stratégies de mobilité s’articulent avec celles d’autres acteurs sociaux (famille dans le pays d’origine, employeur-e-s, Etat récepteur, etc.), de sorte que les trajectoires de mobilité sociale peuvent bénéficier aux un-e-s et porter préjudice aux autres. En effet, les femmes immigrées peuvent sacrifier leur propre mobilité sociale dans le pays d’accueil, pour qu’en profitent, grâce aux transferts de fonds, les enfants dans le pays d’origine (Oso, 2002). Concernant les foyers transnationaux, l’étude des stratégies de mobilité sociale est d’après nous une ligne d’investigation clé pour continuer d’avancer.

Haut de page

Bibliographie

Alicea, M. (1997), « A chambered Nautilus, the contradictory nature of Puerto Rican women’s role in the social construction of a transnacional community », Gender and Society, 11 (5), p. 597-626.

Al-Sharmani, M. (2006), « Living Transnationally, Somali Diasporic Women in Cairo », International Migration, vol. 44 (1), p. 55-77.

Andall, M. (2000), Gender, Migration and Domestic Service. The politics of Black Women in Italy, Aldershot, Ashgate.

Anderson, B. (2000), Doing the dirty work. The global politics of domestic labour, London and NY, Zed Books.

Anthias, F., Lazaridis, G. (Eds.) (2000), Gender and Migration in Southern Europe. Women on the move. Berg, Oxford, NY.

Barou, J. (2001), « La famille à distance. Nouvelles stratégies familiales chez les immigrés d’Afrique Sahélienne », Hommes et Migrations, n°1234, p. 16-25.

Basch, L. et al., (1994), Nations Unbound, Transnational Projects, Postcolonial Predicaments, and Deterritorialized Nation-States, Langhorne, PA, Gordaon and Breach Science.

Bessis, S. (1996), « La féminisation de la pauvreté », in Bisilliat, J. (Dir.), Femmes du Sud, chefs de famille, Paris, Karthala, p. 49-57.

Bisilliat, J. (Dir.), Femmes du Sud, chefs de famille, Paris, Karthala.

Castles, S., Miller, M. J. (1998), The Age of Migration, Internacional Population Movements in the Modern World, New York, The Guilford Press.

Catarino, C., Morokvasic, M. (2005), « Femmes genre, migration et mobilités », Revue Européenne des Migrations Internationales, n°21, (1), p. 7-27.

Charbit, Y. (1980), « Les enfants de migrants restés dans les pays d’origine », Population, n°4-5, p. 960-965.

Collen, S. (1989), « Just a Little Respect , West Indian Domestic Workers in New York City », in Chaney, E.M., Garcia, M. (eds.), Muchachas no More. Household Workers in Latin America and the Caribbean, Philadelphia, Temple University Press.

Duarte, I. (1989), « Household Workers in the Dominican Republic , A Question for the feminist Movement », in Chaney, E.M., Garcia Castro M. (eds.), Muchachas no More. Household Workers in Latin America and the Caribbean, Philadelphia, Temple University Press.

Ehrenreich, B., Hochschild, A. R. (eds.) (2002), Global Women, Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New York, Henry Holt and Company.

Elhariri, S. (2004), « Les transferts monétaires et commerciaux des Marocaines et le développement local au Maroc », Revue Passerelles, n°28, p. 69-79.

Erel, U. (2002), « Reconceptualizing motherhood, experiences of migrant women from Turkey living in Germany », in Bryceson, D., Vuorela, U. (eds.), The Transnational Family, New European Frontiers and Global Networks, Oxford, Berg, p. 127-146.

Escriva, A. (2000), « Empleadas de por vida. Peruanas en el servicio doméstico de Barcelona », Papers, 60, p. 327-342.

Escriva, A. (2004), « Securing Care and Welfare of Dependants Transnationally, Peruvians and Spaniards in Spain », Working Paper Number WP404, Oxford Institute of Ageing Working Papers, <www.ageing.ox.ac.uk>.

Escriva, A., Ribas, N. (2004), Migración y Desarrollo. Estudios sobre remesas y otras prácticas tansnacionales, Córdoba, Consejo Superior de Investigaciones Científicas e Instituto de Estudios Sociales de Andalucía.

Falquet, J. (2006), « Hommes en armes et femmes ‘de service’, Tendances néolibérales dans l’évolution de la division sexuelle et internationale du travail », Cahiers du Genre, n°40, p. 15-37.

Gainza, P. (2006), « Feminización de las remesas, familias transnacionales y comercio nostálgico », Revista Tercer Mundo Económico, nº204.

Glick-Schiller, N., Basch, L., Szanton-Blanc, C. (1992), Towards a Transnational Perspective on Migration, New York, News Yorks Academy of Sciences.

Goldring, L. (2004), « Family and Collective Remittances to Mexico. A Multidimensional Typology », Development and Change 35 (4), p. 799-840.

Grasmuck S., Pessar P. (1991), Between Two Islands, Dominican International Migration, Berkely, University of California Press.

Gregorio Gil, C. (1998), Inmigración femenina, su impacto en las relaciones de género, Madrid, Narcea.

Hochschild, A. R. (2000), « Global care Chains and Emotional Surplus Value », in Hutton, W., Giddens, A. (eds.), On the Edge, Living with Global Capitalism, New York, Free Press.

Hochschild, A. R. (2002), « Love and Gold », in Ehrenreich, B., Hochschild, A. R. (eds.), Global Women, Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New York, Henry Holt and Company.

Hondagneu-Sotelo, P. (2000), « The internacional Division of Caring and Clearing Work », in Harrington, M. (ed.), Care Work, Gender Labour and Welfare State, New York, Routledge.

Hondagneu-Sotelo, P.; AvilaVILA, E. (1997), « I’m Here, but I’m There, The Meanings of Latina Transnacional Motherhood », Gender and Society, vol.11, nº5, p. 548-571.

Kofman, E. (2004), « Gendered Global Migrations », International Feminist Journal of Politics, 6, 4, p. 643-665.

Lauby, J., Stark, O. (1988), « Individual Migration as a Family Strategy, Young Women in the Philippines », Population Studies, 42, p. 473-486.

Levitt, P. (2001), The Transnational Villagers, Berkeley and Los Angeles, University of California Press.

Levitt, P., Sorensen, N. (2004), « The transnational turn in migration studies », Global Migration Perspectives, nº6, p. 2-13.

Massey, D.S., Arango, J., Hugo, G., Kouaci, A., Pellegrino, A., Taylor, J. E. (1993), « Theories of Internacional Migration, a Review and Appraisal », Population and Development Review, 19, nº3, p. 413-466.

Monquid, S. (2004), « Les femmes émigrées vecteur de modernisation ? Le rôle occulté des femmes émigrées dans le développement du pays d’origine, le cas marocain », Revue Passerelles, n°28, p. 59-68.

Morales, J. (2004), « Mujeres mixtecas al volante, un análisis transnacional de movilidad, trabajo y empoderamiento », in Zapata, E., Suarez, B., Remesas, Milagros y mucho más, realizan mujeres indígenas y campesinas, México, Editorial GIMTRAP-Fundación Ford-Fundación Rockefeller, Série PEMSA.

Morokkvasic, M. (1984a), « Birds of passage are also women », International Migration Review, vol. 18, nº68, p. 886-907.

Morokkvasic, M. (2003) « Transnational mobility and gender, a view from post-wall Europe », in Morokvasic-Müller, M., Erel, U., Shinozaki, K. (eds.) (2003), Crossing Borders and Shifting Boundaries, vol. I, p. 101-133.

Moujoud, N. (2003a), Migrantes, seules, sans droits, au Maroc et en France. Dominations imbriquées et résistances individuelles, Thèse de doctorat d’Anthropologie Sociale, EHESS, Paris.

Moujoud, N. (2003b), « Partir seules. Heurs et malheurs de Marocaines en France », Gradhiva, nº33, p. 93-101.

Oso, L. (1998), La migración hacia España de mujeres jefas de hogar, Madrid, Instituto de la Mujer.

Oso, L. (2000), « L'immigration en Espagne des femmes chefs de famille », Cahiers du CEDREF, p. 89-140.

Oso, L. (2002), « Stratégies de mobilité sociale des domestiques immigrées en Espagne », Revue Tiers Monde, XLIII, nº170, p. 287-305.

Oso, L., Catarino, C. (1996), « Femmes chefs de famille et migration », in Bisilliat, J. (Dir.), Femmes du Sud, chefs de famille, Paris, Karthala, p. 73-77.

Oso Casas, L., Garson, J-P. (2005), « The feminisation of international migration », Migrant Women and the Labour Market , Diversity and Challenges, OECD and European Commission Seminar, Bedford Hotel, Brussels, 26-27 September.

PARREÑAS, R. (2001a), The Global Servants, Migrant Filipinas Domestic Workers in Rome and Los Angeles, Palo Alto, Standford University Press. (2001b), Servants of Globalization. Women, Migration and Domestic Work, Standford, Standford University Press. (2002), « The Care Crisis in the Philippines, Children and Transnational Families in the New Global Economy », in Ehrenreich, B. et al. Global Women, Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New York, Henry Holt and Company.

(2005), « The gender paradox in transnational families », Asian and Pacific Migration Journal, vol. 14, n°3, p. 243-268.

Pedone, C. (2004), Tú siempre jalas a los tuyos. Las cadenas y las redes migratorias de las familias ecuatorianas hacia España, Tesis Doctoral, Universidad Autónoma de Barcelona.

Phizacklea, A. (2003), « Transnationalism, gender and global workers », in Morokvasic-Müller, M. ; Erel, U. ; Shinozaki, K. (eds.), Crossing Borders and Shifting Boundaries, vol. I, p. 79-100.

Pribilsky, J. (2000), Más modernos y Progresivos, Ecuadorian Transnational Fathers and the Gendered Subjectivities of Migrant Identity, Paper delivered at the 99th Annual Meeting of the American Anthropological Association, San Francisco, CA, November, p. 16-19.

Ramirez, C., Garcia Dominguez, M., Miguez Morais, J. (2005), Cruzando fronteras, Remesas, género y desarrollo, Santo Domingo, Instraw.

Ribas, N. (1999), Las presencias de la inmigración femenina. Un recorrido por Filipinas, Gambia y Marruecos en Cataluña, Barcelona, Icaria.

Romero, M. (1997), « Who Takes Care of the Maid’s Children ? Exploring the Costs of Domestic Service », in Nelson, H. L. (ed.), Feminism and Families, New York, Routledge.

Salazar, R. (2001), Servants of Globalization. Women, Migration and Domestic Service, California, Standford University Press.

Salih, R. (2001), « Maroccan migrant women, transnationalism, nation-states and gender », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 27, nº4, p. 655-671.

Sassen, S. (1988), The mobility of labour and capital, a Study in International Investment and Labor Flow, United Nations, Cambridge University Press. (2003), « The feminisation of survival, alternative global circuits », in Morokvasic-Müller, M., Erel, U., Shinozaki, K. (eds.), Crossing Borders and Shifting Boundaries, vol. I.

Semyonov, M., Gorodzeisky, A. (2005), « Labor Migration, Remittances and Household Income, A Comparison between Filipino and Filipina Overseas Workers », International Migration Review, vol. 39, n°1, p. 45-68.

Solé, C., Parella, S. (2004), « Discursos sobre la Maternidad transnacional de las mujeres de origen latinoamericano residentes en Barcelona », Ponencia presentada al IV Congreso sobre la Inmigración en España, Girona, 10-13 noviembre.

Sorensen, N. (2005), « Globalización, Género y Migración Transnacional », in Escriva, A., Ribas, N., Migración y Desarrollo, Córdoba, Publicaciones del CSIC.

Tacoli, C. (1999), « International Migration and the restructuring of gender asymmetries, continuity and change among Filipino labour migrants in Rome », International Migration Review, vol. 33, nº 3, p. 658-682.

Trager, L. (1984), « Family Strategies and Migration of Women, Migration to Dagupan, Philippines », International Migration Review, 18(4), p. 1264-1278.

Truong T.-D. (1996), « Gender, International Migration and Social Reproduction, Implications for Theory, Policy, Research and Networking », Asian and Pacific Migration Journal, vol. 5, n°1.

UNITED NATIONS (2005), 2004 World Survey on the Role of Women in Development. Women and International Migration, New York, Department of Economic and Social Affairs, Division for the Advancement of Women, United Nations.

Vertovec, S. (1999), « Conceiving and Researching Transnationalism », Ethnic and Racial Studies, vol. 22, nº2.

Zapata, E, Suarez, B. (2004), Remesas, Milagros y mucho más, realizan mujeres indígenas y campesinas, México, Editorial GIMTRAP-Fundación Ford-Fundación Rockefeller, Serie PEMSA.

Zlotnik, H., Bilsborrow, R. (1992), « Preliminary report of the United Nations Expert Group Meeting on the Feminisation of International Migration », International Migration Review, 26, (1).

Zlotnik, H. (2003), « The global dimensions of female migration », Migration Information Source, 1, <www.migrationinformation.org>

Zontini, E. (2004), « Immigrant Women in Barcelona, Coping with the Consequences of Transnational Lives », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 30, nº 6, p. 1113-1144.

Haut de page

Notes

1  Nous pourrions remettre en question cette affirmation de Basch, car aujourd’hui on a suffisamment mis en évidence que les femmes ont toujours migré, et nous pourrions supposer que les foyers transnationaux dirigés par des femmes ne constituent peut-être pas un phénomène si nouveau..

2  On peut consulter une analyse plus détaillée de la féminisation des migration dans un travail précédent (Oso et Garson, 2005).

3  Voir l’état de la question bibliographique, tant sur les femmes restées dans le pays d’orgine et qui assument la direction du foyer suite à l’émigration de l’époux, que sur la migration de femmes cheffes de famille (Oso et Catarino, 1996).

4  La corrida est un système de production agricole et industriel, à l’Est des Etats-Unis, dans lequel les migrant-e-s circulent « en suivant les cultures », traversant les différents Etats, à différentes époques de l’année et travaillant pour divers-es employeur-e-s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Oso Casas, « Migration, genre et foyers transnationaux : un état de la bibliographie », Les cahiers du CEDREF, 16 | 2008, 125-146.

Référence électronique

Laura Oso Casas, « Migration, genre et foyers transnationaux : un état de la bibliographie », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/580

Haut de page

Auteur

Laura Oso Casas

Docteure en sociologie, elle est maîtresse de conférence à l’Université de la Coruña.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org