Navigation – Plan du site

Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare state. Un état des discussions

Eléonore Kofman
Traduction de Séverine Sofio
p. 101-124

Texte intégral

1Ces dix dernières années, de nombreuses études ont été consacrées à la question du genre et de la mondialisation des migrations, en particulier à travers le prisme du travail de reproduction effectué par les femmes, qui est à la fois central et en plein essor. Le concept de « chaînes mondiales de care » [global chains of care] a ainsi rapidement été mobilisé pour expliquer les liens transnationaux tissés entre sociétés du Nord, confrontées à un déficit en matière de care, et sociétés pauvres du Sud, exportatrices de main-d’œuvre. Simultanément, on a pu constater un renouveau de l’intérêt pour la reproduction sociale et son internationalisation. Beaucoup de textes traitant de cet ensemble de problématiques reconnaissent la diversité des contextes dans lesquels ces liens transnationaux se tissent et, dans une moindre mesure, la multiplicité des agent-e-s et des institutions qui contribuent à les entretenir. Pourtant, la plupart de ces analyses se limitent à une étude du care dans la sphère domestique et privée (Ehrenreich, Russel-Hochschild, 2003 ; Hill Maher, 2004 ; Misra, Merz, 2005). L’intégration des migrant-e-s, étudiée dans une perspective aussi restreinte, implique un cadre d’analyse qui ne serait fondé que sur une observation, à l’échelle de la planète, de foyers aujourd’hui reliés les uns aux autres par l’économie capitaliste mondialisée. Dans ces études, les connexions entre ces foyers semblent ainsi se nouer sans médiation, en dehors peut-être — quoiqu’à différents degrés — des politiques de l’immigration et de l’emploi, des législations concernant les titres de séjour et des systèmes de protection sociale.

2Cependant, alors que les migrations ont été étudiées à travers la question de la stratification de la citoyenneté (Kofman, 2002 ; Morris, 2002), des différents régimes de protection sociale (Bommes et Geddes, 2000), de la construction parallèle des nations et du racisme (Schierup et al., 2006) et de l’accès des migrant-e-s aux droits sociaux (Sainsbury, 2003), personne n’a mis en évidence la contribution considérable du travail des migrant-e-s au maintien de l’Etat social [Welfare State] : autrement dit, loin d’en être seulement des bénéficiaires, les migrant-e-s pourvoient aussi largement aux systèmes de protection sociale (voir néanmoins Hillmann, 2005 sur l’Allemagne et Sciortino, 2004 sur l’Italie). En Europe, comme en Asie, le travail de care est ainsi de plus en plus effectué par des migrants, et plus précisément par des migrantes (Hillmann, 2005). En même temps, les recherches consacrées à l’Etat social et aux évolutions du care dans une perspective de genre ont continué d’ignorer le rôle, pourtant essentiel, des migrantes dans ce domaine (voir néanmoins Ungerson, 2003).

3Cette absence des migrantes dans les travaux sur l’Etat social m’avait depuis longtemps frappée, mais ce n’est que récemment, dans le cadre d’une communication pour l’Institut de recherche des Nations unies pour le développement social (UNSRID), que j’ai commencé à me pencher sérieusement sur la manière dont l’analyse des politiques sociales et celle des politiques migratoires pouvait converger dans le but d’éclairer le phénomène de la reproduction sociale et ses enjeux en termes de genre (Kofman, 2005). L’un de mes principaux objectifs était non seulement de rapprocher deux corpus distincts de textes et d’analyses, mais aussi de montrer en quoi il était indispensable d’intégrer, dans un cadre conceptuel unifié, la multiplicité des lieux et des agent-e-s de la reproduction sociale. Dans un texte récent théo­rique sur les migrations, la reproduction sociale et le travail qualifié (Kofman et Raghuram, 2006), ainsi que dans une étude de la situation des femmes migrantes face aux politiques migratoires britanniques (Kofman, Raghuram et Merefield, 2005), nous avons montré qu’il fallait aller au-delà des confins de la sphère domestique et du foyer, pour intégrer la multiplicité des secteurs professionnels et des lieux où se déroule le travail de reproduction sociale.

4Il s’agira donc ici, dans une première partie, de décrire brièvement les contours changeants des migrations du point de vue du genre, en particulier à travers l’essor des migrations de main-d’œuvre féminine. Dans une deuxième partie, je reviendrai sur les deux concepts-clés de « chaînes de care » et de « reproduction sociale » tels qu’ils sont utilisés dans l’analyse des transferts de travail de care à l’échelle planétaire. Dans une troisième partie, j’aborderai très brièvement la question de l’intégration de la main-d’œuvre migrante aux différents régimes de protection sociale européens.

Genre, migration et marchés du travail en Europe

5Les femmes migrantes sont entrées dans l’Union Européenne dans le cadre de différentes catégories migratoires et avec différents objectifs. Jusqu’à la fin des migrations massives de main-d’œuvre au milieu des années soixante-dix (un peu plus tôt pour le Royaume-Uni), les femmes, arrivant souvent sans enfant, étaient nombreuses mais minoritaires au sein des populations migrantes. Leur taux de participation au marché du travail était fréquemment plus haut que celui des femmes du pays d’installation qui, pour la plupart, à cette époque, ne travaillaient pas de manière rémunérée. Avec la fin des migrations de travail, le regroupement familial deveint la principale voie d’entrée légale dans les pays de l’Union Européenne — concernant majoritairement des femmes.

  • 1  Il y avait 783 693 femmes non européennes sur le marché du travail en Espagne en 2005, alors qu’il (...)

6Depuis les années quatre-vingts, de zones d’émigration qu’ils étaient, les pays du Sud de l’Europe sont clairement devenus des zones d’immigration, avec une forte demande de main-d’œuvre féminine. Le plus grand nombre de femmes originaires du Sud se trouve ainsi sur les marchés du travail de ces pays, bien plus que sur ceux des pays traditionnels d’immigration1. C’est par exemple le cas d’une grande proportion de femmes ayant récemment émigré (Oso et Garson, 2005), particulièrement en provenance d’Amérique latine (Pellegrino, 2004) et d’Europe de l’Est. En raison de l’ouverture de l’Europe de l’Est et de ses transformations économiques dans les années quatre-vingt-dix, de nombreuses femmes ont perdu leur emploi et ont été amenées à rechercher de nouvelles opportunités dans les pays de l’Union Européenne. Ailleurs, et en particulier dans les Etats de l’UE mitoyens des pays exportateurs de main-d’oeuvre, comme l’Allemagne, de nouvelles formes transitoires de migration, souvent basées sur un système de rotation entre plusieurs personnes venant alternativement travailler, ont conduit les femmes à occuper des emplois dans le domaine du service domestique, du travail de care, du ménage et du commerce, tout en combinant ces activités avec les responsabilités familiales qui leur incombent dans leur pays d’origine (Morokvasic, 1996). D’autres sont entrées dans la prostitution, un certain nombre parmi elles ayant été victimes de trafic.

7Traditionnellement, toutefois, ce sont surtout les femmes qui sont impliquées dans la migration de regroupement familial, qui reste dans beaucoup d’Etats européens, particulièrement en France et en Suède, la principale source de migration à long terme. Mais il ne faut pas imaginer que les femmes qui migrent dans le cadre du regroupement familial ne travaillent pas et restreignent leur contribution aux activités de reproduction dans la sphère privée. De nombreuses migrantes qui arrivent dans le cadre du regroupement familial travaillent, même si ce n’est pas immédiatement dans le cadre de l’économie formelle (Kofman, 2004a), tandis que d’autres poursuivent leur éducation et leur formation professionnelle (Raghuram, 2004). On peut aussi trouver un nombre croissant de ces femmes dans la population étudiante. En ce sens, le Royaume-Uni est la destination la plus populaire en Europe, notamment parce que beaucoup viennent y apprendre l’anglais.

8Etant donné la diversité des histoires et des politiques migratoires et d’intégration, il existe inévitablement des variations d’un pays à l’autre, que ce soit au niveau des types de flux, de l’inclusion dans le marché du travail et dans certains secteurs spécifiques, de l’accès à la citoyenneté ou du degré de discrimination raciale et sexuelle auquel sont confrontées les migrantes en tant que femmes et étrangères. Bien que les Etats de l’Europe du Sud soient aussi devenus des sociétés où les migrant-e-s s’installent à long terme, des différences substantielles demeurent par rapport aux Etats du Nord dans la proportion de femmes parmi les migrant-e-s, dans la provenance des populations immigrées et dans leur intégration sur le marché du travail.

  • 2  La crise budgétaire au Royaume-Uni oblige actuellement à faire appel à des infirmières étrangères.

9Dans les pays scandinaves et au Royaume-Uni, les migrantes sont employées dans les secteurs de la santé et dans les services de proximité et, dans ce dernier cas, elles y sont plus nombreuses que les femmes natives du pays d’accueil. Bien sûr, les chiffres généraux ne rendent pas vraiment compte de la stratification de la main-d’œuvre qui peut, dans ce secteur, aller de l’aide à domicile au médecin ultraqualifié-e. Néanmoins, au Royaume-Uni, les migrantes qualifiées sont majoritaires dans les secteurs de la reproduction sociale (Kofman et al., 2005; Raghuram, Monteil, 2003). Le Royaume-Uni (Winkelmann-Gleed, 2006), à l’instar de plusieurs autres Etats européens comme l’Irlande (Yeates, 2004a) et la Norvège, dépend très largement d’infirmières non-européennes pour que ses services de santé continuent à fonctionner. Bien sûr, la circulation des infirmières n’est pas un phénomène nouveau. Au Royaume-Uni d’après-guerre, des infirmières irlandaises et caribéennes étaient activement recrutées. La mondialisation de cette profession (Ball, 2004) a augmenté avec le remplacement des Philippines par des Indiennes et des Sud-Africaines autant que par des femmes originaires d’autres pays d’Afrique (Kofman et al., 2005)2. Un grand nombre de migrantes, qu’elles soient là en transit ou installées à long terme, sont ainsi employées dans plusieurs autres secteurs très féminisés de la santé et du care, comme le travail social.

10Par ailleurs, en Scandinavie et au Royaume-Uni, le secteur du service domestique emploie de la même façon une petite proportion d’étrangères, bien que la situation soit en train de changer avec la marchandisation et la commercialisation des services de care. Le travail salarié dans la sphère domestique (le travail ménager et de care)a augmenté brutalement dans les années quatre-vingt-dix, en particulier dans les Etats de l’Europe du Sud où les migrantes sont concentrées dans le service domestique, l’hôtellerie et la restauration. Bien qu’en Italie et en Espagne le service domestique soit déclaré être un gisement d’emplois d’une importance stratégique pour l’économie, ce qui est censé garantir la délivrance de permis de travail spécifiques, le nombre de ces derniers est tout à fait inadéquat. Ainsi beaucoup de femmes travaillent clandestinement et dépendent des mesures de régularisation pour obtenir un statut légal. Tout cela ne signifie cependant pas que le travail ménager et le care rémunérés dans les foyers se limitent aux Etats du Sud de l’Europe. Ceux-ci se sont développés partout, en partie en raison de l’arrivée de davantage de femmes sur le marché du travail, particulièrement en Irlande et aux Pays-Bas, du vieillissement de la population et des évolutions en matière de politique sociales, le travail de care faisant désormais l’objet soit d’arrangements privés, soit de transactions commerciales.

11Traditionnellement, le service domestique était le secteur d’emploi le plus fréquent pour les femmes jusqu’à l’après-guerre, et ce processus historique se répète partiellement aujourd’hui (Fauve-Chamoux, 2004 ; Friese, 1995). Le travail domestique salarié est rapidement devenu un centre d’intérêt pour les féministes parce qu’il soulève des questions plus vastes sur les rapports entre les sexes, l’intersection des rapports sociaux de « race » et de sexe ou la dépendance des hommes et des femmes du Nord envers celles du Sud pour l’accomplissement du travail de care. On a pu ainsi expliquer que les migrantes, comme « citoyennes partielles » (Parreñas, 2001), permettent aux femmes natives des pays d’accueil de jouir d’une citoyenneté sociale plus complète (Hill Maher, 2004). Par leur travail rémunéré, elles donnent en effet à ces citoyennes la possibilité de voir leurs enfants et leurs parent-e-s âgé-e-s pris-e-s en charge, de combiner assignation au care et travail salarié, de s’investir davantage dans leur vie professionnelle (Friese, 1995) et de jouir de temps libre pour d’autres activités (Anderson, 2000). De plus, la main-d’œuvre migrante laisse intactes les normes de genre dominantes dans le foyer (Williams, 2003). Toutefois, il ne faut pas oublier que même si, parmi les migrant-e-s, les femmes restent largement majoritaires dans le secteur domestique, des hommes aussi sont employés dans ce domaine (Manalansan, 2006 ; Scrinzi, 2005).

12Il convient également d’élaborer une définition claire des diverses tâches entreprises actuellement à l’intérieur du foyer. L’emploi dans les services domestiques a été redéfini (Cancedda, 2001 : 8) « comme ces services fournis par les organisation publiques ou privées, ou par un tiers, qui substitue un travail rémunéré (effectué par une salariée ou une personne à son compte) au travail qui était autrefois exercé gratuitement au sein du foyer. Il couvre tous les services à l’intérieur et à l’extérieur du foyer, avec pour finalité d’assurer le bien-être des membres de ce foyer à travers cinq grands types d’activités : le soin aux enfants, le soin aux personnes âgées, l’entretien de la maison, la cuisine et le jardinage. » Le mérite de cette large définition est qu’elle permet de distinguer les différentes tâches et de voir comment certaines d’entre elles ont été externalisées alors que les relations entre la famille, le marché, le secteur associatif et l’Etat ont connu de considérables évolutions institutionnelles.

13Cependant, à propos du travail domestique salarié, on s’est le plus souvent focalisé sur une définition plus réduite des services fournis par les employé-e-s au sein même du foyer — par les domestiques à demeure, par exemple, ou par des employé-e-s à mi-temps dans l’économie informelle. Ont donc été négligés les services fournis par des agences privées aux ménages. De plus, les statistiques ne peuvent mesurer l’étendue réelle de l’emploi de tierces personnes rémunérées au sein du foyer, dans la mesure où les agent-e-s envoyé-e-s à domicile par les entreprises ou les bénévoles envoyé-e-s par les associations ne seront pas considéré-e-s comme des personnes employées par les membres du foyer. De la même façon, le système des jeunes filles au pair, dont la présence dans les ménages est perçue sous l’angle de l’échange culturel uniquement et qui sont considérées comme des « membres de la famille » plutôt que comme des travailleuses, contri­bue à donner une idée erronée de l’étendue du travail domestique rémunéré dans les pays ou celui-ci est généralement considéré peu important (Hess et Puckhaber, 2004).

14Sur le plan du genre et de la mondialisation du travail, on peut déduire de tout cela deux éléments généraux. D’abord, la focalisation sur le secteur domestique oblitère la diversité des emplois qu’il recouvre, comme les emplois de service peu qualifiés dans le tourisme ou le nettoyage industriel, qui restent très peu étudiés. Ensuite, les migrantes travaillent dans les emplois du care et de la reproduction sociale, tant au profit de la population en général, qu’au profit des autres migrant-e-s, accomplissant des tâches requérant différents niveaux de qualification. Dans certains pays, comme on a pu le voir, les migrantes sont bloquées dans une « niche » à la fois ethnique et professionnelle (Lutz, 1993), en fournissant des services aux autres migrant-e-sà travers des organisations de migrant-e-s ou de réfugi-e-s, et/ou en agissant comme des médiateurices et médiateurs culturels et sociaux (Kofman et al., 2000). Pour les femmes réfugiées en particulier, il est parfois difficile de sortir du secteur associatif (Working Lives Institutes, 2005).

La mondialisation du care et de la reproduction sociale

15Au cours de la dernière décennie, les concepts de care et de reproduction sociale ont été mis au centre de l’analyse du rôle essentiel des migrations de travailleuses dans l’économie politique globale. Bien qu’ils se recoupent, concernant tous les deux le travail gratuit féminin dans la sphère domestique, ces deux concepts ont émergé de deux cadres théoriques différents. Certains considèrent le care (Litt, Zimmerman, 2003) comme secondaire par rapport à la reproduction sociale qu’il contribue à entretenir : le care revient, en effet, à soigner et nourrir la main-d’œuvre et à fournir l’infrastructure sociale nécessaire au maintien des institutions économiques et sociales. D’autres distinguent d’une part certains aspects du care, comme le fait de pren­dre soin et de nourrir les membres d’un foyer, et d’autre part tout ce qui contribue à la reproduction de la main-d’œuvre (Duffy, 2005). Ces différences sont tout à fait significatives lorsque l’on tente de conceptualiser l’intégration des migrant-e-s dans les systèmes de protection sociale et de prendre en compte la composition en termes de « race », de nationalité et de sexe de cette force de travail, ainsi que la manière dont celle-ci a pu changer au cours du temps. Etant donné les origines distinctes du concept de reproduction sociale, je le traiterai, à la différence de Duffy, comme un concept spécifique et non comme un sous-ensemble du care. J’examinerai le care et la reproduction sociale séparément dans leur manière respective d’intégrer le travail des migrant-e-s.

Le care

16Le care a deux origines conceptuelles. La première est l’éthique du care, dans laquelle il est perçu comme une activité relationnelle ayant, par ailleurs, des résonances plus vastes pour la société. Fisher et Tronto (1990) désignent quatre phases ou dimensions du care : (1) « caring about » [se préoccuper de] qui implique de prêter attention aux facteurs dont dépendent la survie et le bien-être ; (2) « caring for » [prendre soin de] qui revient à prendre l’initiative pour que les activités concrètes de care puissent être menées ; (3) « taking care of » [soigner] est le travail concret d’« entretien » et de « réparation du monde environnant », c’est-à-dire la réalisation au quotidien des tâches de care ; (4) « care receiving » [bénéficier des soins] qui consiste dans l’interaction entre pourvoyeur-e-s et bénéficiaires du travail de care.

17Un second courant théorique consiste à penser le care à travers la problématique des politiques sociales : le care nous fournit ainsi un point de vue original sur l’Etat-social et les régimes de protection sociale, ainsi que sur les effets de la mondialisation et des mouvements sociaux sur les politiques sociales (Williams, 2003). Trop souvent cependant, la définition du care ne concerne que la reproduction d’une partie spécifique de la population, en l’occurrence les personnes qui sont dépendantes des autres et qui, pour la plupart, sont hors de la vie active. Fiona Williams (2003) par exemple définit le care comme « ces processus de reproduction sociale qui impliquent de satisfaire les besoins des enfants, de certaines personnes âgées ou handicapées, ainsi que des personnes ayant des problèmes cognitifs ou des pathologies mentales ». Comme Folbre (2000) le remarque justement, à force de concentrer son attention sur les personnes dépendantes, on oublie de se demander, par exemple, à partir de quand un-e enfant cesse d’être dépendant-e ou à quel moment une personne âgée le devient.

18Aucun de ces courants théoriques ne s’est vraiment intéressé aux évolutions de la force de travail, alors que le pourvoi et le financement du travail de care se sont déplacés d’un cadre familial où il était fourni gratuitement, à une logique de commercialisation partielle. Bien que Sevenhjusien (1998) reconnaisse que la relation entre le care et le travail salarié soit devenue un problème urgent à résoudre dans la transformation de l’Etat-social, personne ne semble avoir conscience que les frontières, nationales ou autres, entre lesquelles ont lieu ces reconfigurations, ont pu changer. Alors que seulement quelques Etats, comme la Finlande ou la France, ont fait de la lutte contre le chômage et la pauvreté un objectif majeur des nouveaux systèmes de pourvoi du travail de care (Daly, 2001 ; Sarti, 2006), chacun d’eux a des conséquences dans le domaine de l’emploi. L’importance croissante du travail des migrant-e-s, parmi lesquel-le-s on compte désormais un grand nombre de femmes, n’a presque pas été pris en compte par les politiques sociales (voir néanmoins Kofman, 2005 ; Ungerson, 2003 et Williams, 2003).

19D’un autre côté, l’utilisation du travail des migrant-e-s dans les secteurs du care a été anticipée par les chercheur-e-s qui ont étudié les circuits alternatifs de travail des femmes, à l’échelle de la planète, dans le domaine des services de proximité (Sassen, 2001) et du care (Ehrenreich, Russell-Hochschild, 2003), pour expliquer le transfert de travail salarié des femmes des pays pauvres vers les pays riches. Les hommes et les femmes circulent différemment dans la nouvelle économie mondialisée (Kofman, 2004 b). Les hommes constituent souvent « l’élite » des flux migratoires (Castells, 1996) dans le monde très masculin de la haute technologie et de la finance internationale et dans les lieux de décision les plus importants de l’économie de la connaissance, tandis que les femmes fournissent des services largement associés au rôle traditionnel de l’épouse — soin aux enfants et aux personnes âgées, tâches domestiques et services sexuels (Ehrenreich et Hochschild, 2003).

20Ehrenreich et Russel-Hochschild (2003) insistent sur la production du care dans ses dimensions matérielles et émotionnelles, qui a permis l’expansion économique du monde occidental dans les conditions néolibérales de restrictions en matière de protection sociale et de flexibilité de la main-d’œuvre. La mondialisation a conduit à la marchandisation des divers services, y compris les services de care, qui prennent désormais la forme de chaînes mondiales du care. Celles-ci sont définies (Hochschild, 2000 : 131) comme « une série de liens personnels entre des individus dans le monde entier, basés sur l’accomplissement, rémunérée ou non, de tâches de care ». Les chaînes peuvent varier pour ce qui est de la force connective des liens ou du nombre de leurs maillons, mais elles combinent à chaque fois des relations à la fois locales et internationales, fondées sur le pourvoi de care. Les migrations internationales peuvent à leur tour générer des migrations à l’échelle locale, depuis les zones rurales, pour satisfaire les nouveaux besoins en termes de care. Plus on descend la chaîne et plus la valeur du travail diminue, au point que les personnes qui en constituent les derniers maillons ne pouvent pas se permettre de payer qui que ce soit pour effectuer les tâches de care qui leur incombent et doivent pour cela recourir au travail familial gratuit. L’image des chaînes mondiales du care est particulièrement efficace pour rendre compte de la dimension concrète des transferts physiques et émotionnels qui s’opèrent, mais le panel relativement restreint d’études de cas sur lequel elle se fonde a conduit à établir le modèle conceptuel en privilégiant les thématiques de la maternité transnationale et du foyer. Néanmoins, des critiques ont été avancées à propos du concept de chaînes de care, proposant de l’élargir et de le recontextualiser pour le rendre plus efficient.

Les membres de la famille et ses modes de constitution

21Insister sur le soin aux enfants, sur la maternité transnationale et sur les enfants laissé-e-s dans les sociétés de départ est une façon simpliste d’analyser les migrations des femmes et les dynamiques familiales transnationales. Les personnes âgées comme par exemple les grand-mères, à la fois comme pourvoyeur-e-s et comme bénéficiaires de care, y ont aussi leur place. Telle personne âgée peut fournir un travail de care, soit dans son propre pays pour des parent-e-s émigré-e-s, soit dans un autre pays, si le regroupement familial est possible (Escrivá, 2005).

L’hétéronormativité

22Dans la suite du point précédent, à propos de l’intérêt persistant pour la maternité et du manque de considération pour les autres parent-e-s et les proches, Manalansan (2006) a critiqué les préjugés hétéronormatifs contenus dans le concept de chaînes mondiales du care, qui ne prennent en compte que les mères hétérosexuelles, négligeant par conséquent les hommes (qu’ils soient homosexuels ou hétérosexuels) et les femmes célibataires. En dépit du fait que les terrains de recherche comprennent souvent des hommes et des femmes célibataires (Parreñas, 2001), le cadre analytique est réduit à la relation maternelle conçue comme la chaîne reliant les foyers pourvoyeurs et bénéficiaires. Bien que l’ouvrage le plus récent de Parreñas (2005) sur les enfants des familles transnationales s’intéresse également aux pères migrants, il continue toutefois de privilégier la famille nucléaire et les personnes mariées.

Les secteurs, les qualifications, les lieux du care

23On ne pense qu’au foyer et à la sphère domestique, et pourtant le care lui-même est pris en charge par des individu-e-s de différents niveaux de qualification. Même si nous retenons la notion de care comme une relation interpersonnelle et interactionnelle, beaucoup d’activités professionnelles, qui ont subi des réductions sévères d’effectifs, remplacés par la main-d’œuvre migrante, entrent dans cette classification. Comme nous l’avons dit plus haut, les secteurs privés, associatifs ou bénévoles de la santé et des services de proximité emploient une main-d’œuvre migrante. Le métier d’infirmière s’est mondialisé et, comme profession du care, correspond parfaitement au cadre conceptuel des chaînes du care (Yeates, 2004 b).

24L’une des forces du concept de chaînes mondiales a été de mettre en lumière le rôle des foyers dans l’économie mondialisée ; cet aspect devient néanmoins une faiblesse si le concept n’est pas relié aux autres espaces où s’effectue le travail de care et s’il persiste à ignorer la présence des hommes dans des professions très féminisées (Manalansan, 2006).

Le financement et l’offre de care à domicile

25L’essor des emplois de care à domicile n’est pas une simple conséquence des changements en termes de division sexuelle du travail et de structures familiales : il résulte aussi du fait que l’offre directe de services se présente désormais sous des formes privatisées, plus informelles et diversement financées. La recherche de nouveaux modes de pourvoi de care à un moment où l’offre de services à domicile est de plus en plus marquée par la marchandisation, l’influence des nouvelles idéologies du care et les attaques menées contre l’offre institutionnelle et professionnelle de services sociaux et sanitaires (Knijnn, 2004) ont conduit à une commercialisation croissante du care au sein du foyer. Ce phénomène a pris différentes formes, y compris les allocations monétaires directes aux usager-e-s de services de care à domicile (Daly, 2002 ; Ungerson, 2003). Dès lors, si le care peut s’effectuer à domicile, la nature de la relation qui en résulte change selon l’identité de la personne prestataire de service. Les formes de cette commercialisation diffèrent aussi en fonction du groupe concerné. Dans les Etats de l’Union Européenne, les soins aux enfants tendent à être organisés de manière plus cohérente que les soins aux personnes âgées et, bien qu’ils relèvent du domaine privé (parental), il est de plus en plus communément accepté que ceux-ci soient subventionnés par le secteur public (Daly, Lewis, 2000). En 2002, le Royaume-Uni a donc étendu les crédits d’impôts pour les parents qui travaillent, une décision qu’il faut replacer dans le contexte de l’émergence d’un « Etat soucieux d’investir dans le social » [‘social investment state’] (Lister, 2003, 2006), une expression proposée par Anthony Giddens (1998) comme alternative au traditionnel « Etat-social », dans lequel l’investissement dans le capital humain est prioritaire sur l’offre directe de maintenance économique. Selon cette approche, le soin aux enfants est perçu comme une priorité parce qu’il est un investissement pour l’avenir. Quant aux personnes âgées, des changements, particulièrement complexes, ont été dictés par une multiplicité de facteurs et de modes de privatisation (Trydegard, 2003).

  • 3  En Suède, ces compagnies obligent les employées à accepter des contrats de travail à temps partiel (...)

26Il nous faut donc également voir les liens entre la commercialisation de la sphère domestique et la marchandisation des services hors du foyer, ainsi que le rôle de plus en plus important des services domestiques fournis par des entreprises et des agences privées (Cancedda, 2001). Comme le suggère Yeates (2004 b), l’aide publique aux programmes pour l’emploi poursuivis dans toute l’Europe va probablement favoriser l’essor du travail salarié de care. Au Danemark depuis 1994, l’Etat subventionne les services domestiques (faire les courses, la cuisine, le ménage et aller chercher les enfants à l’école). Environ la moitié de ces tâches sont prises en charge par des entreprises plutôt que par des employé-e-s de maison. Dans un secteur extrêmement concurrentiel, la diversification croissante de l’offre produit une intensification de l’économie domestique ; les services sont ainsi proposés par une pluralité de fournisseurs : par des entreprises privées internationales et nationales, par le secteur asso­ciatif (séculier et religieux), par les autorités locales, par des agences nationales et par des salarié-e-s employé-e-s par les foyers. Le fait que, d’une part, l’Etat tente d’équilibrer l’offre et la demande, et que, d’autre part, les entreprises privées tentent de faire des bénéfices dans un secteur où les marges de profit sont basses, encourage l’essor d’emplois peu payés, à mi-temps et flexibles3. De plus, l’introduction de politiques « argent contre care », comme ce fut le cas pour le soin aux personnes âgées dans nombre de pays comme l’Italie, la France, le Royaume-Uni, les Pays Bas ou l’Autriche, a contribué à la commercialisation, à des degrés variés, d’un système d’arrangements où le care était autrefois fourni gratuitement et de manière informelle : chaque foyer peut désormais employer directement des travailleur-e-s domestiques (que ce soit des migrant-e-s ou leurs propres parent-e-s) (Yeandle et Ungerson, 2002 ; Stark, 2005).

Le rôle de l’Etat et des lois sur l’immigration

27Nous devons également prendre en compte le rôle de l’Etat dans la production de l’offre et de la demande pour ce qui concerne le travail de care, et ne pas supposer que c’est le marché seul qui provoque le transfert de travail entre des foyers tout autour du globe. Des Etats comme les Philippines encouragent autant la formation à des professions qui peuvent être exportées (infirmière par exemple), que l’émigration. D’autres peuvent empêcher certaines catégories, telles que les femmes les moins qualifiées, d’émigrer légalement. C’est le cas du Sri Lanka. Les lois visant à réguler l’immigration structurent l’offre de travail par des politiques d’immigration sélective (Harzig, 2003 ; Misra, Merz, 2005). De cela résulte un système complexe de stratifications liées aux rapports sociaux de classe, de sexe et de « race », fondé sur l’articulation des qualifications obtenues, du mode d’entrée dans le pays d’immigration et de la nationalité : la concurrence mondiale pour attirer les migrant-e-s les plus qualifié-e-s a rendu les pays d’immigration particulièrement bienveillants à leur égard en leur donnant la possibilité d’être naturalisé-e-s (Kofman et al., 2005).

28Or, la plupart des Etats européens, en dehors de ceux du Sud de l’Europe, ne considèrent pas le service domestique comme une forme de travail susceptible de garantir un permis de travail.

La reproduction sociale

29La reproduction sociale est le second concept majeur récemment remis au goût du jour pour approfondir notre compréhension des processus de la mondialisation. La discussion autour de ce concept sera plus brève que pour le care, dans la mesure où la reproduction sociale en lien avec les migrations mondiales et le transfert de travail a été, en quelque sorte, négligée au profit de la notion de chaînes mondiales du care. La reproduction sociale présente également quelques-uns des problèmes que j’ai abordés à propos du care, comme, par exemple, la focalisation sur la sphère domestique, mais sa conceptualisation provient d’un cadre théorique plus large et moins individualiste.

30De nombreux textes datant des débuts du mouvement féministe qui visaient à repenser le rôle des femmes dans la reproduction étaient centrés sur la sphère domestique (Dalla Costa, 1973 ; Smith, 1979). Au cours des années soixante-dix, la relation entre production et reproduction est devenue l’un des points centraux de discussion dans le mouvement féministe, culminant dans le débat sur le travail domestique, qui soulevait la question suivante : le travail domestique doit-il être analysé comme une production ou une reproduction ? Maureen Mackintosh, dans un texte de 1979, offrait l’une des premières criti­ques globales de ce débat.

31La reproduction a été définie comme « l’ensemble des activités et des relations visant à maintenir les individus dans des bonnes conditions tant au quotidien que d’une génération à l’autre » (Nakano Glenn, 1992). Truong (1996) a mis en avant le fait que le transfert du travail reproductif d’un groupe social à l’autre, qu’il soit défini par la classe ou l’ethnicité, et d’une nation ou d’une région à une autre, commençait à attirer l’attention, tout en conseillant de replacer cette affirmation dans un contexte mondial susceptible d’expliquer trois éléments : premièrement, les brèches structurelles dans le travail de reproduction qui affectaient différentes classes et différentes économies, deuxièmement, les processus par lesquels ce transfert se produit et, troisièmement, les implications de ce phénomène pour les Etats, pour le capital, pour les « communautés » et pour les personnes elles-mêmes qui travaillent à la reproduction.

32Même lorsque les paramètres plus larges de la reproduction sociale sont pris en compte, les analyses ont tendance à se limiter au foyer (Hill Maher, 2004) ou au travail sexuel et relationnel des femmes. En laissant de côté la reproduction systémique, que les féministes ont tendance à négliger, on s’aperçoit que la reproduction de la famille ne se produit pas forcément dans les limites du foyer. La commercialisation des services peut ainsi résulter dans le déplacement de la reproduction familiale en dehors du foyer, dans les crèches ou les maisons de retraite, pour ne nommer que deux des espaces essentiels dans ce domaine.

33Nakano Glenn (1992) énumère elle aussi un ensemble d’activités qui constituent le travail reproductif, telles que faire les courses, assurer la socialisation des enfants, pourvoir au soin et au bien-être des adultes, maintenir les liens avec les parent-e-s et la « communauté ». Ces activités recouvrent les occupations reproductives, qu’elles relèvent du domaine du soin aux autres ou non, ainsi que celles relevant de l’organisation de ces tâches, plutôt que celles impliquant un contact direct avec les bénéficiaires. Les migrant-e-s sont ainsi très clairement indispensables au pourvoi de ces divers services.

Migrantes et État-social

34Le degré et les modes d’intégration des migrant-e-s, les tendances à la segmentation et à la stratification, et l’importance des marchés du travail mondialisés varieront forcément, quel que soit l’Etat concerné, selon le type d’immigration et d’emplois, selon les législations régulant le séjour des étranger-e-s et selon les systèmes de protection sociale locaux. Les études comparatives des systèmes de protection sociale et des Etats-sociaux, du point de vue du genre, sont généralement fondées sur la typologie fondamentale d’Esping-Andersen (1990) (régime social-démocrate, conservateur ou libéral) ou sur l’une de ses variantes. Son modèle était basé sur la relation entre l’Etat, le foyer et le marché, et se focalisait sur les transferts de fonds (pensions de retraite, indemnités de chômage, sécurité sociale, allocations familiales) plutôt que sur l’offre directe de services. Depuis, les configura-tions institutionnelles ont beaucoup évolué, notamment celles qui se sont formées entre l’Etat et d’autres organismes, telles que les organisations non gouvernementales et le secteur associatif. Des chercheur-e-s ont élaboré des schémas à partir des modèles d’organisation du care auprès des enfants et des personnes âgées, et ont davantage pris en compte l’offre de services. Daly (2002) distingue ainsi quatre ensembles de pays : les « Etats pourvoyeurs de care »[caring states] (Scandinavie) qui correspondent au modèle social-démocrate ; les « Etats familialistes pourvoyeurs de care »[pro-family caring states] (Allemagne, France, Pays Bas) qui présentent des systèmes de protection sociale conservateurs ; les « Etats chauds et froids » [hot and cold states] (Irlande, Italie, Royaume-Uni) qui n’offrent pas le même degré de protection pour les enfants et pour les personnes âgées — le care pour ces dernières étant plus développé que celui destiné aux enfants, sauf en Italie ; les « Etats non-pourvoyeurs de care »[non-caring states] (les pays méditerranéens).

35Ni Esping-Andersen, ni Daly ne considèrent le travail des migrant-e-s comme ayant un rôle central dans la structure des régimes de protection sociale contemporains. D’autres, néanmoins, ont utilisé la typologie d’Esping-Andersen pour étudier l’intégration sur le marché du travail des migrant-e-s en Allemagne, un Etat dont le régime de protection sociale est de type conservateur (Lash et Urry, 1994), ou en Italie qui présente une variante méditerranéenne du modèle conservateur (Sciortino, 2004). Dans ces deux pays, la famille, fondée sur le modèle de « l’Homme pourvoyeur », joue un rôle crucial dans le pourvoi de care et d’autres services aux personnes, même si, en Allemagne, le secteur associatif est également très important (Starck, 2005).

36La mondialisation et le transfert du travail de reproduction doivent donc être recontextualisés. J’ai montré qu’en fonction des différents types de régime de protection sociale, de politiques de l’emploi ou de régulations de l’immigration, les flux migratoires et leur intégration sur le marché du travail national prennent des formes à chaque fois singulières. Bien sûr, le niveau de développement du travail migrant ne reflète pas toujours directement le régime de protection sociale correspondant. Encore faut-il prendre en compte l’évolution de ce régime, les configurations institutionnelles qu’il a pu présenter dans le passé, la présence des femmes sur le marché du travail et les attitudes à l’égard du care, entre autres aspects. De plus, non seulement les politiques nationales de l’immigration ne reflètent pas la réalité du marché du travail, mais elles sont déterminées par les déficits perçus en termes de main-d’œuvre, par la reconnaissance ou le déni de qualifications (en particulier lorsque celles-ci sont applicables au travail domestique et de care), par le chômage des minorités établies [established minority groups] et par les débats sur l’identité nationale et l’intégration des migrant-e-s. En même temps, les projets individuels et familiaux des migrant-e-s, dans le cadre de configurations familiales transnationales très variées, permises ou limitées, jusqu’à un certain point, par les politiques migratoires nationales, sont également indispensables à la compréhension de la mondialisation du care et de la reproduction sociale.

37Il est aussi impératif de travailler avec une vision plus englobante du care et des autres activités de la reproduction qui se déploient dans différents lieux, différents sites et différents secteurs professionnels. La littérature traitant de l’éthique du care ou de la reproduction sociale reconnaît que le care implique tant « soi » que « les autres » dans de multiples contextes et relève de l’interaction entre différents acteurs.

38Or « les autres », dans ce cas, ce n’est pas seulement le care dans le pays d’accueil ou auprès d’une population non-migrante, mais aussi le care tel qu’il est pratiqué par et pour la population migrante, dans le cadre du pays d’accueil comme dans celui du pays d’origine. Il faut entendre ici le sens de la notion de care, au-delà du simple fait de prendre soin de personnes dépendantes ou de parent-e-s, dont traitent généralement les études de politiques sociales abordant les thèmes des chaînes mondiales et de l’organisation du care. En effet, le care concerne également le soutien des membres du voisinage et de la « communauté ». Il nous faut aussi considérer comme des professionnel-le-s du care les personnes employées par les organisations et les associations communautaires, qui font, dans ce cadre, un véritable travail de médiation culturelle et sociale, ainsi que de défense des intérêts individuels et collectifs. Les migrant-e-s sont autant pourvoyeur-e-s que bénéficiaires du care, et comme la population nationale, ne maintiennent que difficilement un rapport équilibré entre travail et care.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, B. (2000), Doing the Dirty Work. The global politics of domestic labour, London, Zed.

Ball, R. (2004), « Divergent development, racalised rights : globalised labour markets and the trade of nurses — the case of the Philippines », Women’s Studies International Forum, 27(2), p. 119-133.

Bommes, M., Geddes, A. (2000), Immigration and Welfare : challenging the borders of the welfare state, London, Routledge.

Buchan, J., Parkin, T., Sochalski, J. (2003), International Nurse Mobility : Trends and Policy Implications, <www.rcn.org.uk/downloads/ InternationalNurseMobility>

Cancedda, L. (2001), Employment in Household Services, European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions, Dublin.

Castells, M. (1996), The Rise of the Network Society, Oxford, Blackwell.

Cerc (1999), Immigration, emploi et chômage. Un état des lieux empirique et théorique, Paris, Les Dossiers de Cerc, n° 3.

Chaloff, J. (2005) « Immigrant women in Italy », in OECD and European Commission Seminar Migrant Women and the Labour Market : diversity and challenges, 26-7, Brussels.

Cox, R. (2006), The Servant Problem. Domestic employment in a global economy, London, I.B. Tauris.

Dalla Costa, M (1973), Power of Women and the Subversion of the Community, Bristol, Falling Wall Press.

Daly, M. (eds.) (2001), Care Work. The quest for security, Geneva, ILO.

Daly, M. (2002), « Care as a good for social policy », Journal of Social Policy, 31 (2), p. 1-20.

Daly, M., Lewis, J. (2000), « The concept of social care and the analysis of con­temporary welfare states », British Journal of Sociology, 51(2), p. 281-298.

Duffy, M. (2005), « Reproducing labor inequalities. Challenges for feminists conceptualizing care at the instersections of gender, race and class », Gender and Society, 19 (1), p. 66-82.

Ehrenreich, B. ; Russell-Hochschild, A. (2003), « Introduction », in Ehrenreich, B., Russell-Hochschild, A., Global Women: nannies, maids and sex workers in the new economy, New York, Henry Holt and Company, Metropolitan Books.

Esping-Andersen, G. (1990), Three Worlds of Welfare Capitalism, Cambridge, Polity (Traduction : (2007), Les trois mondes de l’Etat-providence : essai sur le capitalisme moderne, Paris, PUF).

Escriva, A. (2004), Securing care and welfare of dependants transnationally. Peruvians and Spaniards in Spain, Working Paper n° 404, Oxford Institute of Ageing.

Escriva, A. (2005), « Aged global care chains : a Southern-European contribution to the field », Conference on Migration and Domestic Work in Global Perspective, Wassenaar, 26-29 May 2005.

Fauve-Chamoux, A. (eds.) (2004), Domestic Service and the formation of European Identity, Peter Lang, Bern.

Fisher, B., Tronto, J. (1990), « Towards a feminist theory of caring », in Abel, E., Nelson, M. (eds.), Circles of Care. Work and Identity in Women’s Lives, Albany State, University of New York Press.

Folbre, N. (2001), « Accounting for care in the United States », in Care Work. The quest for security, Geneva, ILO, p. 175-191.

Friese, M. (1995), « East European woman as domestics in Western Europe — new social inequality and division of labour among women », Journal of Area Studies, n°6, p. 194-202.

Gautier, A., Heinen, J. (Dir.) (1993), Le Sexe des Politiques Sociales, Paris, Côté Femmes.

Giddens, A. (1998), The Third Way. The renewal of social democracy, Cambridge, Polity.

Harzig, C. (2003), « Immigration policies : a gendered historical comparison », in Erel, U., Morokvasic-Muller, M., Sinozaki, K. (eds.), Crossing Borders and Shifting Boundaries. Gender on the Move, Opladen, Leske and Budrich.

Haylett, C. (2003), « Remaking labour imaginaries : Social reproduction and the internationalising project of welfare reform », Political Geography, 22(7), p. 765-788.

Hess, S., Puckhaber, A. (2004), « ‘Big sisters’ are better domestic servants : comments on the booming au pair business », Feminist Review, 77, p. 65-78.

Hillmann, F. (2005), « ‘Migrants’ care work in private households, or the strength of bilocal and trasnantional ties as a last(ing) resource in global migration », in Pfau-Effinger, B., Geissler, B. (eds.), Care and Social Integration in European Societies, Bristol, Policy Press, p. 93-112.

Katz, C. (2001), « Vagabond capitalism and the necessity of social reproduction », Antipode, 33(4), p. 709-728.

King, R., Thomson, M., Fielding, T., Warnes, T (2004), Gender, Age and Generations, Sussex Centre for Migration and Population Studies.

Kofman, E. ; Phizacklea, A. ; Raghuram, P. ; Sales, R. (2000), Gender and International Migration in Europe : employment, welfare and politics, London, Routledge.

Kofman, E, Raghuram, P., Merefield, M. (2005), Gendered migrations : Towards gender-sensitive policies in the UK, Working Paper 6, Asylum and Immigration Series IPPR Asylum and Immigration Series.

Kofman, E. (2002), « Contemporary European migrations, civic stratification and citizenship », Political Geography, 21(8), p. 1035-1054.

Kofman, E., Raghuram, P. (2006), « Gender and global labour migrations : incorporating skilled workers », Antipode, 38(2), p. 282-303.

Kofman, E., Raghuram, P. (2004), « Family-related migration : a critical review of European studies », Journal of Ethnic and Migration Studies, 30(2), p. 243-62.

Kofman, E., Raghuram, P (2004), « Gendered global migrations : diversity and stratification », International Feminist Journal of Politics, 2004, 6(4), p. 642-64.

Kofman, E., Raghuram, P (2005), « Gendered migrations, livelihoods and entitlements in European welfare regime » ; UNRISD, Gender Equality, Striving for Justice in an Unequal World, http://www.unrisd.org/unrisd/website/document.nsf/ (httpPublications)/3D6D3CEDC4703D17C1256FF00046C428?OpenDocument

Knijn, T. (2004), « Commodifying care : new risks and opportunities », Conference of Europeanists, Chicago, p. 11-13.

Lash, S., Urry, J. (1994), Economies of Signs and Space, London, Sage.

Lewis, J. (eds.) (1993), Women and Social Policies in Europe. Work, Family and the State, Aldershot, Edward Elgar.

Lewis, J. (2002), « Gender and welfare state change », European Societies, 4(4), p. 331-357.

Litt, J., Zimmerman, M. (2003), « Guest editors’ introduction : Global perspectives on gender and carework », Gender and Society, 17(2), p. 156-165.

Lister, R. (2003), « Investing in the citizen-workers of the future : transformation in citizenship and the state under New Labour », Social Policy and Administration, 37(5), p. 427-443.

Lister, R. (2006), « Children (but not women) first : New Labour, child welfare and gender », Critical Social Policy, 26(2), p. 315-335. LloydLOYD, C. (2003), « Women migrants and political activism », in Andall, J. (eds.), Gender and Ethnicity in Contemporary Europe, Oxford, Berg.

Lutz, H. (1993), « In between or bridging cultural gaps ? Migrant women from Turkey as mediators », New Community, 19(3), p. 485-492.

Mackintosh, M. (1979), « Domestic labour and the household », in Burman, S (eds.), Fit Work for Women, London, Croom Helm, p. 173-191.

Manalansan, M. IV (2006), « Queer intersections : sexuality and gender in migration studies », International Migration Studies, 40(1), p. 224-249.

Misra, J. ; Merz, S. (2004), « Neoliberalism, globalization and the international division of care », in Paper for consideration in The Wages of Empire: Globalization, State Transformation and Women’s Poverty.

Misra, J. ; Woodring, J. ; Merz, S. (2005), « The Globalization of Carework, immigration, economic restructuring and the world-system », Paper presented at the annual meeting of the American Sociological Association, CA, Aug 14, 2004, <http://www.allacademic.com/meta/p108338_index.html>

Morokvasic, M. (1975), « L’immigration féminine en France : l’état de la question », L’Année Sociologique, 26, p. 563-575.

Morokvasic, M. (1996), « Entre Est et Ouest, des migrations pendulaires », in Morokvasic, M., Rudolph, H. (Dir.), Migrants. Les nouvelles mobilités en Europe, Paris, L’Harmattan.

Morokvasic-Muller, M. (2003), « Transnational mobility and gender: a view from post-wall Europe », in Erel, U. ; Morokvasic-Muller, M. ; Sinozaki, K. (eds.), Crossing Borders and Shifting Boundaries. Gender on the Move, Opladen, Leske and Budrich, p. 101-133.

Morris, L. (2002), Managing Migration. Civic stratification and migrants’ rights, Routledge, London.

Nakano, Glenn, E. (1992), « From servitude to service : historical continuities in the racial division of paid reproductive labor », Signs, Journal of Women in Culture and Society, 18, p. 1-43.

Oso-Casas, L. ; Garson, J.-P. (2005), « Migrant women and the labour market : Diversity and.challenges », OECD and European Commission Seminar, Brussels, 26-27 September.

Parrenas, R. (2001) Servants of Globalization : women, migration and domestic work, Stanford : Stanford University Press.

Parrenas, R. (2005), « Long distance intimacy : class, gender and intergenerational relations between mothers and children in Filipino transnational families », Global Networks, 5(4), p. 317-36.

Parrenas, R. (2005), Children of Global Migration, Stanford: Stanford University Press. (2000), « Men, women and reproductive work in the global economy », European Journal of Development Research, 12(2), p. 219-237

Pellegrino, A. (2004), Migration from Latin America to Europe : trends and policy challenges, IOM.

Raghuram, P. (2004), « The difference that skills make : gender, family migration strategies and regulated labour markets », Journal of Ethnic and Migration Studies, 30 (2), p. 303-322.

Raghuram, P. ; Montiel, D. (2003), « Skilled migratory regimes: The case of female medical migrants in the UK », in Montanari, A. (eds.), The New Geography of Human Mobility : Inequality Trends, Rome, Home of Geography Publication, p. 67-84.

Riano, Y. (2003), « Migration of skilled Latin American women to Switzerland and their struggle for integration », in Mutsuo, Y. (eds.), Latin American Emigration : Interregional Comparison among North America, Europe and Japan, JCAS Symposium Series 19, Japan Centre for Area Studies, National Museum of Ethnology, Osaka.

Russell-Hochschild, A. R. (2000), « The nanny chain », The American Prospect (Online edition), 11(4).

Sainsbury, D. (1996), Gender Equality and Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press. (2003), « Immigrants’ social rights in comparative perspective. Towards an understanding of the dynamics of welfare and immigration policyregimes », Comparative Social Policy Workshop, Stirling Scotland, 16-17 May.

Sarti, R. (2005), « Conclusion. Domestic service and European identity », in Pasleau, S., Schopp, I. (eds) avec Sarti, R., Proceedings of the Servant Project, Liege, Editions de l’Université de Liege, vol. V., p. 195-284.

Schierup, C.U., Hansen, P., Castles, S. (2006), Migration, Citizenship and the European Welfare State, Oxford, Oxford University Press.

Sciortino, G. (2004), « Immigration in a Mediterranean welfare state : the Italian experience in a comparative perspective », Journal of Comparative Policy Analysis 6(2), p. 111-129.

Scrinzi, F. (2005), « Les hommes de ménage, ou comment aborder la féminisation des migrations en interviewant des hommes », Migrations et Société, 17, n°99-100, p. 229-240.

Sevenhjuisen, S. (1998), Citizenship and the Ethics of Care, London, Routledge. (2000), « Caring in the third way : the relation between obligation, responsibility and care in Third Way discourse », Critical Social Policy, 20(1), p. 5-37.

Smith, P. (1979), « Domestic labour and Marx's theory of value », Kuhn, A., Wolpe, A. (eds.), Feminism and Materialism, London, Routledge and Kegan Paul, p. 198-219.

Stark, A. (2005), « Warm hands in cold age -on the new of a new world order of care », Feminist Economics, 11(2), p. 7-37.

Theobald, H. (2005), « Labour market participation of women and social exclusion : contradictory processes of care employment in Sweden and Germany », in Pfau-Effinger, B., Geissler, B. (eds.), Care and Social Integration in European Societies, Bristol, Policy Press, p. 195-214.

Tronto, J. (1993), Moral Boundaries : a political argument for an ethics of care, New York, Routledge.

Truong, T.D. (1996), « Gender, international migration and social reproduction: implications for theory, policy, research and networking », Asian and Pacific Migration Journal, 5(1), p. 27-52.

Trydegard, G.-B. (2003), « Les réformes des services de soins suédois dans les années quatre-vingt-dix. Une première évaluation de leurs conséquences pour les personnes âgées », Revue Française des Affaires Sociales, vol. 57, n° 4, p. 423-442.

Ungerson, C. (2003), « Commodified care work in European labour markets », European Societies, 5(4), p. 377-396.

Ungerson, C. (2005), « Gender, labour markets and care work in five European funding regimes », in Pfau-Effinger, B. ; Geissler, B. (eds.), Care and Social Integration in European Societies, Bristol, Policy Press, p. 722-749.

Williams, F. (2003), « Rethinking care in social policy », Paper Finnish Social Policy Association, University of Joensuu.

Williams, F (2005), « Intersecting issues of gender, ‘race’, and migration in the changing care regimes of UK, Sweden and Spain », International Sociological Conference Research Committee, September 8-10, Chicago.

Winkelmann-Gleed, A. (2006), Migrant Nurses, motivation, integration, contribution, Radcliffe Medical Press, Oxford.

Wolkowitz, C. (2002), « The social relations of body work », Work, Employment and Society, 16(3), p. 497-510.

Working lives institute/RAGU (2005), Women Refugees from volunteering to employees: a research project on paid and unpaid work in the voluntary sector, London.

Yeandle, S. ; Ungerson, C. (2002), « Marginalisation or Recognition ? Gender and Paid Care Work in Modern Welfare States », Paper presented at the International Sociological Conference, Brisbane, Australia.

Yeates, N (2004), « A dialogue with 'global care chain' analysis: nurse migration in the Irish context », Feminist Review, 17, p. 79-95.

Yeates, N (2004), « Global care chains. Critical reflections and lines of enquiry », International feminist Journal of Politics, 6(3), p. 369-391.

Yeates, N. (2005), « Global care chains : a critical introduction », in Global Commission on International Migration, Global Migration Perspectives, n° 44.

Haut de page

Notes

1  Il y avait 783 693 femmes non européennes sur le marché du travail en Espagne en 2005, alors qu’il y en avait 707 643 en Allemagne, 409 638 au Royaume-Uni et 213 901 en France (Labour Force Survey, 2005, Eurostat).

2  La crise budgétaire au Royaume-Uni oblige actuellement à faire appel à des infirmières étrangères.

3  En Suède, ces compagnies obligent les employées à accepter des contrats de travail à temps partiel (conversation avec Jane Lethbridge, Fédération syndicale internationale du secteur public).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eléonore Kofman, « Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare state. Un état des discussions », Les cahiers du CEDREF, 16 | 2008, 101-124.

Référence électronique

Eléonore Kofman, « Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare state. Un état des discussions », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 20 avril 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/579

Haut de page

Auteur

Eléonore Kofman

Professeure de Genre, migrations et citoyenneté et co-responsable du SPRC (Social Policy Research Centre) à l’université de Middlesex, Londres.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org