Navigation – Plan du site
Femmes migrantes et travail en France

Espagnoles en « banlieue rouge »

L’Intégration à travers le parcours des femmes (1920-2000)
Natacha Lillo
p. 191-209

Texte intégral

  • 1   Cette monographie visait à rendre compte d’un processus migratoire sur le long terme en retraçant (...)

1Dans le cadre de ma thèse sur les migrants espagnols de la banlieue nord de Paris au long du XXe siècle, j’ai délibérément choisi d’accorder une attention particulière à la place des femmes, parentes pauvres de l’historio­graphie en général1. J’ai essayé de mesurer quelle était leur place au sein des groupes espagnols et en quoi la migration a, ou non, fait évoluer leur statut au sein de la famille et influé sur leur devenir social.

2J’ai choisi d’étudier cette partie de la banlieue car la présence espagnole y était très importante et visible du fait de leur regroupement dans des îlots bien délimités. Des originaires de la Péninsule résidaient à Saint-Denis et à Aubervilliers dès 1905, mais il s’agissait alors majoritairement de très jeunes hommes, voire d’enfants de 8 à 10 ans, confiés par leurs parents à des « négriers » qui les plaçaient dans les grandes verreries de Saint-Denis et de Pantin. À cette date, les petites colonies espagnoles comptaient très peu de femmes. La migration vers la banlieue nord connut son véritable essor à partir de 1915, les nombreuses industries de guerre de la zone nécessitant beaucoup de main-d’œuvre.

3Ces migrants appartenaient pour la plupart à des réseaux villageois bien précis : plus de 30 % étaient originaires de l’est de la province de Cáceres, entre 20 et 25 % arrivaient de régions très pauvres de Vieille Castille et environ 20 % venaient du León. Il s’agissait très majoritairement de journaliers agricoles ou de propriétaires de minuscules lopins sans qualification, ils venaient travailler comme manœuvres dans les grandes usines métallurgiques et chimiques du nord du département de la Seine.

4Une des principales caractéristiques des migrants espagnols de l’entre-deux-guerres à Saint-Denis et dans les communes environnantes est leur regroupement dans des îlots où ils constituaient plus de la moitié, voire parfois plus des deux-tiers, de la population. Le premier et le plus important d’entre eux était la « petite Espagne » de la Plaine Saint-Denis, territoire situé à cheval sur les communes de Saint-Denis et d’Aubervilliers, entre les rues de la Justice et du Landy – au cœur de cet îlot, dans les années 1930, l’impasse et le passage Boise comptaient plus de 90 % de résidents espagnols. À Saint-Denis, 86 % des Espagnols recensés en 1921 vivaient à la Plaine dans un réseau d’une dizaine d’impasses et de passages ; en 1936 encore, 76 % des membres de la colonie habitaient le même espace. Dans l’entre-deux-guerres, à Aubervilliers, entre 75 et 80 % des Espagnols recensés vivaient dans le lacis de ruelles de la Plaine.

  • 2   Villain Christian, Le Franc-Moisin. Un quartier de Saint-Denis et ses habitants immigrés, 1922-19 (...)
  • 3   Barron Pierre, Le « Quartier nègre », in Histoire sociale d’un quartier d’ouvriers espagnols depu (...)

5Dès le milieu des années 1920, devant les arrivées incessantes de nouveaux migrants, apparurent d’autres territoires espagnols en banlieue nord : lotissement en auto-construction du Franc-Moisin à Saint-Denis dès 1924, baptisé « quartier chinois »2 ; « quartier nègre » de Drancy à la même époque3 ; « quartier chinois » du Blanc-Mesnil au tout début des années 1930, etc.

6À l’occasion de la guerre civile, plusieurs hommes habitants les îlots espagnols de la banlieue nord partirent combattre dans le camp républicain et plusieurs familles ont activement participé à des réseaux de solidarité. Ceci explique le très bon accueil réservé aux exilés républicains à partir de 1939 et surtout dans l’immédiat après-guerre.

7Ces mêmes îlots, où « économiques » et « politiques » avaient « fusionné » dans les années 1945-1955 (notamment à travers des mariages de filles d’ « économiques » avec de jeunes exilés auréolés de leur gloire de « combattants »), furent également le lieu d’accueil des migrants « économiques » des années 1955-1970 que leurs prédécesseurs aidèrent à trouver un emploi, un logement, etc.

Recréation des microcosmes villageois marqués par le patriarcat et le machisme (1920-1950)

Des épouses cantonnées à leur foyer

8À partir de 1919, la migration espagnole en banlieue nord est devenue essentiellement familiale. Les hommes partaient généralement les premiers en éclaireurs et, au bout de quelques mois, après avoir trouvé un emploi et un logement, même précaire, ils faisaient écrire à leurs femmes de les rejoindre avec leurs enfants. Elles effectuaient alors généralement le voyage en train, accompagnées d’un frère, d’une sœur, d’une belle-sœur ou d’une voisine, celle-ci voyageant également en compagnie de ses enfants. La place importante des femmes (épouses, sœurs ou filles d’émigrants) apparaît dans le calcul du rapport de masculinité à partir des recensements de Saint-Denis.

9Dans toutes les communes étudiées, les foyers constitués par des hommes seuls, célibataires ou ayant laissé leur femme au pays, furent toujours minoritaires par rapport aux couples : à Saint-Denis, les hommes seuls formaient 18 % des foyers en 1921, 10 % en 1936. Cette diminution s’explique par les mariages en banlieue nord avec des compatriotes ou avec des Françaises.

10Dans l’optique de leurs époux, les femmes venues vivre en France n’avaient pas vocation à exercer un travail salarié, mais étaient là pour assurer le travail de reproductionen se consacrant aux tâches domestiques : soin des enfants, préparation des repas, ménage, entretien et confection du linge et des vêtements, etc. Selon de nombreux témoignages, la grande majorité des hommes refusait que leurs femmes exercent un emploi salarié, y compris quand eux-mêmes ne percevaient qu’un faible salaire de manœuvre. Or, ces femmes avaient généralement travaillé en Espagne avant leur départ, soit comme journalières agricoles, soit dans la petite exploitation familiale. Mais là, dans un contexte urbain et industriel, les pères de famille semblent avoir craint que leurs épouses n’acquièrent les « mœurs des Françaises » en entrant dans le monde du travail. Profondément machistes et très jaloux pour nombre d’entre eux, ils redoutaient qu’elles entrent en contact avec des Français, réputés hâbleurs et « coureurs de jupons », et plus encore avec des Kabyles Algériens, également nombreux à travailler comme manœuvres dans les « bagnes » industriels de la Plaine, d’autant plus potentiellement « dangereux » qu’il s’agissait essentiellement d’hommes seuls vivant à l’hôtel.

11La grande majorité des femmes espagnoles fut donc enregistrée comme « ménagère » par les agents recenseurs entre 1921 et 1931. Les femmes exerçant un emploi étaient généralement des jeunes filles arrivées avec leurs parents ou des veuves devant subvenir seules aux besoins de leur famille – les difficiles conditions de travail des hommes entraînèrent de nombreux décès précoces dans les années 1920 et 1930, suite à des accidents du travail ou à des maladies professionnelles, notamment dans l’industrie chimique. Si on ne tient compte que des femmes mariées de moins de 65 ans, 88 % étaient ménagères en 1921, 93 % en 1926 et 82 % en 1931. L’augmentation du travail salarié des femmes à partir de 1931 tient aux prémisses de la crise et à l’apparition du chômage des époux, comme nous le verrons plus loin.

12Comme leurs époux ou leurs pères, les femmes salariées étaient très majoritairement manœuvres. Beaucoup travaillaient dans l’industrie chimique, d’autres dans les diverses boyauderies (proximité des abattoirs de la Villette), dans des entreprises de récupération et de tri de chiffons (proximité de la « zone » où officiaient les « biffins ») ou dans la manutention.

13Il est très probable que les listes nominatives de recensement aient sous enregistré le travail des femmes. Par exemple, certaines travaillaient à façon à domicile pour des couturiers du Sentier qui leur prêtaient une machine à coudre, et quelques-unes lavaient le linge de familles aisées mais ce cas était rare dans ces villes à très forte majorité ouvrière.

14Outre la réticence de leurs époux, la principale raison du non salariat des femmes était la taille de leur famille. La colonie espagnole de la Plaine comptait beaucoup de familles nombreuses : 25 % des couples avaient trois enfants et près de 25 % quatre et plus, les familles de cinq ou six enfants n’étant pas rares. Cette vitalité démographique est l’une des particularités des îlots espagnols de la banlieue nord, qui se distinguaient en ceci très nettement des Français et y compris des migrants italiens habitant les mêmes espaces. Dans les archives municipales de Saint-Denis, j’ai retrouvé plusieurs lettres de riverains français se plaignant du voisinage des Espagnols et dénonçant la taille de leur progéniture en des termes comme « ce ne sont que familles nombreuses ».

15à cette époque, les Espagnols de la banlieue nord, originaires des campagnes déshéritées d’Estrémadure, de Vieille Castille ou du León, en étaient au début de la transition démographique : natalité élevée et baisse de la mortalité infantile due aux vaccins et à l’encadrement sanitaire meilleur que dans les villages de départ.

16Au sein des îlots espagnols, le rôle des ménagères était très ingrat car les migrants vivaient dans des conditions difficiles : baraques en auto-construction (parpaings, bois, carton bitumé) ; grande promiscuité (quelle que soit leur taille, les familles habitaient généralement dans deux pièces) ; corvées quotidiennes pour aller chercher l’eau aux bornes-fontaine situées aux coins des rues principales ; absence d’électricité et de gaz. Le faible salaire des époux, cantonnés au plus bas de l’échelle professionnelle – manœuvres dans la métallurgie (Saint-Denis) et l’industrie chimique (Aubervilliers) – allié à la taille importante des familles, les obligeait à effectuer de véritables prodiges en matière de gestion de l’économie familiale : élaboration de plats bon marché (généralement du cocido à base de pois chiches et de bas morceaux de bœuf), confection et ravaudage des vêtements, etc.

Les femmes comme pivots du maintien des traditions

17Le regroupement dans des îlots à majorité espagnole entraîna rapidement la reproduction des modes de vie des villages d’origine. Aux beaux jours, les gens installaient des chaises aux pieds sciés le long des ruelles pour discuter entre voisins, les femmes en profitant pour faire du tricot, du crochet… Les dimanches, les hommes se retrouvaient dans les petits bistrots tenus par des compatriotes pour y jouer aux cartes (tute, mus, subasta…) et/ou aux dominos, d’autres jouaient de la guitare. Les femmes, elles, allaient « boire le café » les unes chez les autres.

18Dès 1925, dans chaque îlot, des petits commerces de proximité ont commencé à être ouverts par des Espagnols qui avaient réussi à mettre suffisamment d’argent de côté – leurs boutiques se trouvaient au rez-de-chaussée des bicoques qu’ils avaient construites eux-mêmes. Il s’agissait généralement d’ « épiceries-buvettes » où étaient vendus, entre autres, des produits nécessaires à la cuisine espagnole achetés aux Halles : huile d’olive, pois chiches, chorizo, morue. Souvent, de petits salons de coiffure mixtes tenus par des Espagnol(e)s s’installèrent également dans les îlots. Ces commerces étaient souvent tenus par des femmes et leurs filles, alors que les hommes continuaient à travailler en usine et se chargeaient juste du réapprovisionnement.

19La présence de ces petits commerces « ethniques » et le fait que la plupart des commerçants français et italiens, à la Plaine notamment, aient acquis des rudiments d’espagnol pour servir leurs clientes, fit que de nombreuses femmes n’eurent jamais besoin d’apprendre à parler le français. Sortant très rarement des microcosmes que constituaient les îlots, elles ne s’adressaient à leurs enfants, à leur époux et à leurs voisines qu’en castillan et ne voyaient donc pas la nécessité d’apprendre la langue du pays d’accueil.

20Malgré ou à cause de ces conditions de vie difficiles, tous les témoins rencontrés ainsi que quelques rapports de police ont évoqué la très forte solidarité qui régnait au sein des colonies espagnoles de la banlieue nord. Les femmes étaient au cœur de ces réseaux de sociabilité. Dans la journée, quand les enfants étaient à l’école et les hommes au travail, les îlots devenaient leur territoire comme l’illustrent les très rares photographies du quartier réalisées par des photographes ambulants dans l’entre-deux-guerres. Elles se rendaient visite les unes aux autres et s’entraidaient en se prêtant quelques sous, des denrées alimentaires, etc. Elles échangeaient des recettes de plats bon marché, des patrons de vêtements faciles à réaliser, celles qui disposaient de machine à coudre les prêtant à leurs voisines, etc.

  • 4   En 1925, une épidémie de rougeole emporta onze enfants espagnols de la Plaine, âgés de 3 mois à 3 (...)

21Les naissances, qui jusqu’à la Seconde Guerre mondiale avaient généralement lieu à domicile, avec l’aide de sages-femmes françaises, étaient l’occasion de visites après l’accouchement de parents et d’amis. En cas de maladie, les gens se rendaient beaucoup visite, au grand dam des médecins français en charge des épidémies qui déploraient ces habitudes allant à l’encontre de l’ « isolement prophylactique »4. À l’occasion des décès, des collectes étaient organisées dans les îlots pour aider la veuve ou le veuf à payer les funérailles et à subvenir à ses besoins immédiats.

22Mais cette grande promiscuité au sein des îlots avait également ses côtés négatifs, pour les femmes elle permettait de reproduire le contrôle social des unes sur les autres, à l’image de ce qui se passait dans les villages de départ. En effet, les migrants avaient transporté avec eux les schémas patriarcaux en vigueur dans leur pays d’origine. Tous les témoins de la deuxième génération rencontrés ont évoqué le rôle central du pater familias tout puissant que personne n’envisageait de contester, ni sa femme, ni ses enfants, même une fois devenus majeurs. Les pères avaient la haute main sur leur femme et sur leurs enfants ; en cas de disparition du père, c’était l’aîné des fils qui prenait la relève et assurait le contrôle de ses frères et, surtout, de ses sœurs plus jeunes. En effet, les jeunes filles étaient très encadrées au niveau de leurs sorties et de leurs fréquentations.

23Si plusieurs témoins ont évoqué devant nous les « raclées » paternelles reçues en cas de mauvaises notes à l’école ou de bêtises dans la rue, aucun n’a fait mention d’éventuelles violences de leur père envers leur mère, certainement par pudeur. Or, nous savons néanmoins, par des témoignages indirects, que plusieurs époux frappaient régulièrement leur femme.

24Même après avoir vécu plusieurs années en France, les primo arrivantes des colonies espagnoles continuaient à transmettre les schémas patriarcaux dominants à leurs filles. Toujours dans le cadre du schéma patriarcal importé d’Espagne, les petites filles et a fortiori les adolescentes participaient bien plus aux travaux domestiques que les garçons : avant et après l’école, elles devaient faire les courses, aider à la cuisine et au ménage, s’occuper de leurs petits frères et sœurs. La participation aux tâches domestiques demandée aux garçons se cantonnait au portage de l’eau ; une fois cette corvée accomplie, ils pouvaient rejoindre leurs camarades pour jouer dans la rue. Cette division sexuée des rôles se retrouve à l’heure de faire appel à la mémoire des témoins rencontrés : si les femmes se souviennent toutes précisément de comment cuisinait leur mère (à l’huile d’olive ou au beurre) et des produits utilisés, les hommes n’en ont conservé qu’un souvenir très vague. En revanche, ils sont beaucoup plus diserts sur leur passion pour le football ou la boxe, sur les batailles de boules de neige, les billes et autres jeux de rues.

25Une fois encore comme en Espagne, en cas de décès précoce de la mère, c’était la fille aînée qui la remplaçait pour accomplir les tâches domestiques, s’occuper du père et des frères et sœurs. À travers l’étude des listes nominatives de recensement et divers témoignages, il ressort que, dans de telles circonstances, l’aînée quittait son travail salarié pour devenir ménagère et diriger le foyer – plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs restées célibataires et ont vécu auprès de leur père, veuf, jusqu’à son décès.

26Le contrôle social au sein des îlots espagnols était encouragé par l’Église, puissant vecteur de maintien des traditions héritées de la terre natale. À partir de 1908, l’Église espagnole de la monarchie se préoccupa des conditions de vie de ses compatriotes de la Plaine Saint-Denis – un prêtre de l’ordre des Clarétains, appartenant à la Mission parisienne de la rue de la Pompe, célébrait chaque dimanche une messe dans l’église Sainte-Gene­viève de la Plaine et y baptisait les enfants de ses compatriotes.

27Outre la pratique du culte, la paroisse jouait un important rôle caritatif : dons de vêtements par de riches paroissiens de la rue de la Pompe ; création d’un dispensaire après l’épidémie de 1925, où officiaient des sœurs infirmières espagnoles et un médecin français ; aide aux nouveaux arrivants pour trouver du travail, pour obtenir leurs papiers de séjour, etc.

28Les Clarétains accordaient une attention toute particulière aux enfants de migrants qu’ils voulaient voir élevés dans la tradition espagnole et catholique. Des cours de catéchisme avaient lieu tous les jeudis, suivis par des activités ; des cours de castillan étaient également dispensés aux enfants chaque soir par des sœurs teresianas. Tout comme la répartition des tâches au sein des familles, les activités proposées aux enfants de l’un et l’autre sexe différaient de manière caricaturale : les filles faisaient de la couture sous la houlette des Teresianas et confectionnaient leurs sous-vêtements ; les garçons faisaient du théâtre avec les pères au sein d’une troupe uniquement masculine, participaient au mouvement scout, jouaient au football et à la pelote basque.

29Comme les pères et les époux, les Clarétains de la Plaine participaient au contrôle de la virginité des jeunes filles et de la fidélité des épouses. Outre leur crainte de la « contagion communiste », légitime dans cette « banlieue rouge », ils veillaient à éviter que la « dépravation des mœurs » du prolétariat français ne gagne leurs ouailles. Mais le milieu ambiant étant ce qu’il était, ils durent adopter au fil du temps des positions plus conciliantes que celles de leurs homologues curés dans les petites paroisses rurales espagnoles. Ainsi, ils unirent religieusement différents couples de concubins, dont certains avaient eu des enfants hors mariage, baptisèrent les enfants naturels de plusieurs filles-mères et marièrent nombre de fiancées enceintes de plusieurs mois.

30Alors que nombre d’hommes abandonnèrent la messe dominicale au bout de quelques années en France, beaucoup de femmes continuaient à y assister en compagnie de leurs enfants.

L’ascension sociale nette des jeunes femmes de la deuxième génération

31Si les mères ne sont guère sorties des microcosmes espagnols, il n’en a pas été de même pour leurs filles membres de la deuxième génération, arrivées petites ou nées en France. Même si elles étaient étroitement surveillées au sein des quartiers espagnols, le passage par l’école publique puis par l’usine leur permettait d’échapper quelque peu à l’autorité des pères et des grands-frères. Leur scolarisation, depuis la maternelle jusqu’au CM2, leur permit d’accéder à l’instruction, ce qui n’avait pas été le cas de leurs mères dont beaucoup étaient analphabètes. Plusieurs témoins nous ont rapporté que, contrairement à leur père, qui avait des notions de lecture et d’écriture acquises en Espagne, leur mère ne savait ni lire ni écrire. L’étude des signatures des parrains/marraines sur les registres de baptêmes de la paroisse nous a permis de corroborer ces dires : entre 1923 et 1929, 11 % des parrains signaient d’une croix contre 29 % de femmes, soit près du tiers ; entre 1930 et 1939, on comptait toujours 11 % d’hommes signant d’une croix contre 16,5 % de femmes. Cette diminution n’est pas due à une alphabétisation des primo arrivantes, mais au fait que beaucoup de sœurs aînées ou de cousines, scolarisées en France, sont devenues marraines.

32L’accès des filles à l’école constitua donc l’un des changements majeurs par rapport à la situation de leurs mères. Celles qui sont parties vivre en Espagne avec leurs parents lors de la crise des années 1930 et ont dû abandonner l’école pour aller travailler aux champs, garder des moutons ou devenir servantes dans des familles aisées ont gardé une profonde nostalgie de l’école primaire française, et certaines éprouvent encore du ressentiment vis-à-vis de leurs parents qui ont fait le choix du retour.

33D’après les témoignages recueillis et les listes de lauréats du Certificat d’études primaires (CEP) publiées dans la presse locale à partir de 1945, les filles obtinrent souvent de bons résultats scolaires et nombre d’entre elles décrochèrent leur CEP. Le strict encadrement familial des filles passait aussi par leur réussite à l’école, ce qui explique sans doute, entre autres, ces bons résultats. Si plusieurs aînées furent sacrifiées sur l’autel de la famille et durent partir travailler dès l’âge de 13 ou 14 ans, comme manœuvres, vendeuses, manutentionnaires, etc., les plus jeunes et celles qui avaient des frères aînés purent souvent continuer leurs études après le CEP et décrocher le Brevet élémentaire, puis suivre les cours d’écoles professionnelles dans les domaines de la couture, du secrétariat et de la comptabilité (notamment chez Pigier).

34À l’issue de ces études, plusieurs entrèrent dans le secteur tertiaire, passant directement du monde de l’usine à celui du bureau. Cette évolution professionnelle apparaît dès 1936 à travers l’étude des recensements et est manifeste en 1946 et en 1954. Nombre de jeunes femmes d’origine espagnole sont alors recensées comme secrétaires, aides-comptables, sténos dactylos, téléphonistes, etc. Plusieurs d’entre elles, nées en France et dont les parents ont effectué les démarches nécessaires à l’obtention de la nationalité française par déclaration et d’autres ayant acquis la nationalité à la suite d’un mariage mixte, entrèrent dans l’administration dans l’immédiat après-guerre : Sécurité sociale, PTT, hôpitaux, fonction publique territoriale, etc.

35L’entrée de ces jeunes femmes sur le marché du travail et surtout le fait qu’elles rapportent de l’argent à la maison à l’instar de leurs frères leur octroya davantage de libertés au sein des familles et entraîna un desserrement, relatif, du contrôle social dont elles étaient l’objet. La majorité d’entre elles épousa des Français ou des hommes issus d’une autre immigration, rencontrés dans le cadre de leur scolarité, sur leur lieu de travail ou dans des bals – les jeunes femmes vivant chez leurs parents étaient autorisées à aller au bal en compagnie de leurs frères ou de leurs cousins.

36Si, dans les années 1920, les mariages mixtes concernaient avant tout des hommes car les colonies ne comptaient pas de jeunes femmes venues seules, à partir de la fin des années 1930, on constate un nombre élevé d’unions mixtes, tant de femmes que d’hommes.

37Sur 165 mariages religieux de jeunes femmes ayant été baptisées à la paroisse, 69,5 % ont épousé des Français, 21 % des Espagnols et 9,5 % des hommes issus d’une autre immigration, Italiens notamment. À l’époque où eurent lieu la plupart de ces mariages (1940-1955), les parents étaient conscients du fait que leurs enfants resteraient vivre en France et l’union avec un national représentait une forme d’ascension sociale.

38Autre différence, de taille, avec leurs mères, la très grande majorité des femmes de la deuxième génération ont continué à travailler après leur mariage et y compris après la naissance de leurs enfants, leurs mères leur servant d’ailleurs fréquemment de nourrice. Toutes ont adopté les comportements démographiques des Français, donnant naissance à un ou deux enfants quand elles-mêmes étaient souvent issues de familles de quatre enfants et plus.

39Par ailleurs, en ce qui concerne la langue, tant dans les couples constitués par deux enfants d’Espagnols que, a fortiori, dans les couples mixtes, la pratique quotidienne du castillan fut abandonnée au profit du français.

Les Espagnoles à travers les crises des années 1930

Retours et entrée des femmes dans le monde du salariat

40Les colonies espagnoles de la banlieue nord furent frappées de plein fouet par les répercussions de la crise de 1929 en France. Dès 1931, on comptait 13 % d’hommes au chômage parmi les Espagnols de Saint-Denis ; ils représentaient 47 % des actifs masculins en 1936. Dans toutes les usines de la région, les étrangers avaient été licenciés les premiers, surtout quand ils n’avaient pas de qualifications. À partir de 1931-1932, s’ouvrit une période très difficile pour les familles. Cette situation, conjuguée avec la proclamation de la Seconde République en Espagne en avril 1931, qui suscita de nombreux espoirs de réforme agraire, entraîna de très nombreux retours. La colonie espagnole d’Aubervilliers diminua ainsi de 48 % entre 1931 et 1936, passant de plus de 4 300 à 2 220 membres. Dans l’ensemble de l’espace étudié, la présence espagnole diminua de près d’un tiers entre 1931 et 1936.

41En règle générale, les retours au pays ont concerné des familles entières, y compris des enfants célibataires déjà salariés en France, seuls les jeunes gens ayant effectué des mariages mixtes sont restés vivre en banlieue nord. D’après plusieurs témoignages, les pères étaient généralement plus enclins au retour que leurs épouses car ils avaient davantage la nostalgie de leur terre natale, de leur pueblo. Les mères, elles, auraient apparemment souvent préféré rester vivre en France où, malgré le contrôle social existant au sein des îlots espagnols, elles jouissaient de davantage de liberté que dans leurs villages d’origine où les prêtres exerçaient une vigilance de tous les instants sur leurs paroissiens. En outre, elles semblaient davantage conscientes que leurs époux de la chance que représentait l’école pour leurs enfants. Mais, quels que soient leur avis sur la question, les femmes et les enfants ne pouvaient rien objecter une fois que le pater familias avait pris la décision de rentrer au pays.

42Dans les familles qui choisirent de rester en France, les hommes durent accepter que leurs épouses entrent sur le marché du travail pour pallier le fait qu’ils soient eux-mêmes au chômage : on ne comptait plus que 56 % de ménagères de moins 65 ans en 1936. En fait, ce chiffre est à prendre avec du recul car si l’on additionne le nombre des femmes recensées comme « chômeuses » à celui des ménagères, en fait 71 % de femmes ne travaillaient pas à l’extérieur de leur foyer. Néanmoins, le fait qu’elles travaillent à l’extérieur où qu’elles cherchent un emploi contribua à modifier quelque peu les rapports de forces au sein des couples. Certains hommes vécurent d’ailleurs très mal cette nouvelle situation qui remettait en cause leurs schémas de pensée traditionnels et sombrèrent dans l’alcoolisme, souvent accompagné de violences domestiques, quand ils se retrouvèrent oisifs toute la journée alors que c’était leur épouse qui rapportait l’argent nécessaire à la bonne marche du foyer.

43Les femmes espagnoles trouvèrent essentiellement à s’embaucher dans des emplois où n’existaient pas de quotas restreignant la présence des étrangers car les Françaises répugnaient à y travailler : boyauderies et tri des chiffons essentiellement.

Figures de résistantes de la deuxième génération

44Les grèves de 1936 consécutives à la victoire du gouvernement de Front populaire n’ont pas laissé beaucoup de souvenirs dans les mémoires des membres des colonies espagnoles de la banlieue nord car, d’une part beaucoup de leurs membres étaient au chômage et, de l’autre elles ont été occultées par le véritable tremblement de terre de l’été 1936 : le déclenchement de la guerre civile espagnole. Depuis Saint-Denis, au moins 40 hommes d’origine espagnole partirent directement combattre sur le front républicain dès août 1936 ou un peu plus tard dans le cadre des Brigades Internationales. Des réseaux de solidarité entre les familles restées en France et la République se mirent très rapidement en place, impulsés soit par les anarchistes, soit par les communistes. Beaucoup de jeunes et notamment de jeunes femmes y prirent part à travers des quêtes sur la voie publique, des collectes de vêtements, de boîtes de lait, de conserves, la confection de pulls pour les combattants, etc. Les activités du réseau communiste nous sont mieux connues car elles étaient relayées par le PCF local et ses nombreuses organisations satellites : le Secours rouge/populaire, l’Union des Femmes françaises, etc.

45C’est justement en 1936 que le PCF suscita la création des Jeunes Filles de France (JFF), organisation de jeunesse servant de pendant féminin aux Jeunesses communistes. Les parents, et a fortiori les pères espagnols, acceptaient plus volontiers que leurs filles militent au sein d’une organisation non mixte. Plusieurs jeunes Espagnoles de la Plaine (souvent filles ou sœurs d’hommes partis se battre pour la République) entrèrent aux JFF à l’occasion de la guerre civile et y militèrent très activement – elles avaient par exemple monté un groupe de danses espagnoles qui se produisait pour recueillir de l’argent. Nombre d’entre elles devinrent marraines de blessés républicains soignés à l’hôpital d’Eaubonne.

46À partir de juin 1940, avec l’Occupation, les migrants espagnols connurent des temps difficiles. Là encore, les femmes furent en première ligne pour gérer la pénurie, le rationnement, le manque de charbon, etc. Plusieurs d’entre elles, notamment des jeunes femmes, durent recourir au système D, allant par exemple régulièrement dans des fermes du grand bassin parisien pour y travailler et revenir avec des produits alimentaires introuvables en banlieue.

47Par ailleurs, un réseau de résistance précoce vit le jour dès l’automne 1940 à la Plaine Saint-Denis autour du PCF, des JC et des JFF – la majorité de ses membres étaient d’origine espagnole. Les JC et les JFF de la Plaine participèrent activement à la manifestation du 14 juillet 1941. Angèle Martinez et Léone Rubiano – deux jeunes femmes ayant un frère aîné parti se battre dans le camp républicain durant la guerre civile – avaient confectionné un drapeau tricolore qu’elles dissimulèrent sous leurs vêtements jusqu’à Strasbourg-Saint-Denis.

48Le 18 septembre 1941, la Gestapo organisa une importante rafle au sein de la « petite Espagne » de la Plaine. À cette occasion, plus de 300 hommes furent arrêtés, gardés à vue et interrogés durant trois jours au Fort de l’Est. La rafle eut pour conséquence l’arrestation de treize résistants espagnols dont Angèle Martinez et Léone Rubiano. Après un an à la prison de la Santé, elles furent déportées en Allemagne en tant que « Nuit et Brouillard » et internées dans les prisons de Prum, Breslau et Cologne. Ensuite, ce fut le camp Ravensbrück, où Léone Rubiano mourut de la tuberculose puis Mauthausen pour Angèle Martinez. Selon ses propres dires, elle n’y survécut que grâce à la solidarité manifestée par les nombreux Espagnols du camp et revint en banlieue nord en 1945. Médaillée de la Résistance et de la Déportation, c’est l’actuelle présidente de la section de la FNIDRP de Saint-Denis.

49Les parcours exemplaires des résistant(e)s d’origine espagnole de la Plaine contribuèrent à l’intégration de la colonie tout entière à la communauté nationale à partir de la Libération.

Les nouvelles migrantes « économiques » de la période 1955-1970

Des départs à la frontière de l’ « économique » et du « politique »

50Hormis quelques épouses d’exilés politiques venues retrouver leurs conjoints en banlieue nord, il y eut peu de départs d’Espagne avant 1955 car le gouvernement franquiste avait interdit toute émigration. À l’inverse, après la fin de la politique d’autarcie économique, le pouvoir l’encouragea. Les premiers migrants à venir s’installer à la Plaine Saint-Denis appartenaient souvent à des familles l’ayant quittée dans les années 1930. Nombre d’entre eux avait gardé une forte nostalgie de leur enfance passée à la Plaine, notamment les femmes.

51À la différence de l’entre-deux-guerres, si la majorité des migrants arrivés dans cette période était à nouveau des couples avec leurs enfants (selon le même schéma d’installation : l’époux part en premier et fait venir sa famille après avoir trouvé un travail et un logement), on repère des migrations de femmes seules, célibataires voire même ayant laissé leur époux en Espagne. Elles arrivaient généralement avec des contrats de travail d’employées de maison au sein de familles françaises. Selon le recensement de Saint-Denis en 1968, on comptait 3 % de femmes seules (non veuves) à la tête d’un foyer, ce qui reste faible, mais est cependant tout à fait nouveau.

52La grande majorité des départs fut motivée par des raisons strictement économiques, tenant au fait que pour les classes populaires rurales, il était impossible de subvenir correctement aux besoins de leur famille, même en ayant un emploi stable. En outre, à partir du milieu des années 1950, les membres des familles installées en banlieue nord depuis l’entre-deux-guerres purent commencer à se rendre dans leurs villages d’origine et, pour nombre d’entre eux, inciter leurs parents restés au pays à émigrer dans le but d’accéder à un meilleur niveau de vie.

53En plus des raisons strictement économiques généralement invoquées, lors des entretiens réalisés avec elles, deux femmes venues seules en France à la fin des années 1950 pour travailler chez des particuliers ont insisté sur le poids étouffant de l’Église dans des petits villages où l’assistance à la messe et la confession étaient obligatoires sous peine de démêlés avec la Phalange locale. L’une d’elles m’a rapporté que pour le curé de son village andalou « tout était péché, par exemple c’était un péché de porter des manches aux coudes ». Ces femmes vécurent leur arrivée en France comme une « libération », même si leur travail de domestique ne leur plaisait pas.

Maintien des structures patriarcales traditionnelles pour les primo arrivantes

54Hormis la présence d’un plus grand nombre de femmes célibataires au sein des colonies immigrées, à quarante ans de distance, à travers les recueils de témoignages oraux et le dépouillement des listes nominatives du recensement de 1968 à Saint-Denis, j’ai constaté beaucoup de similitudes entre la situation des migrants des Trente Glorieuses et celle de leurs prédécesseurs de l’entre-deux-guerres. Ces ressemblances tiennent sans doute, entre autres, au fait que la situation des régions d’émigration n’avait guère évolué durant la période de glaciation franquiste (certains villages de l’est de la province de Cáceres n’ont eu accès à l’eau courante qu’à la fin des années 1970, après la Transition démocratique). En 1968, Saint-Denis comptait 4 400 Espagnols, dont la majorité appartenait à la vague migratoire récente, beaucoup de primo arrivants de l’entre-deux-guerres étant décédés et la grande majorité de leurs enfants ayant acquis la nationalité française.

55L’importance de l’immigration familiale transparaît à travers le rapport de masculinité : 104 hommes pour 100 femmes. Néanmoins, le nombre des hommes seuls, célibataires ou non, était proportionnellement plus important que dans l’entre-deux-guerres car la colonie espagnole dionysienne comptait un nombre non négligeable de veuves arrivées dans l’entre-deux-guerres et n’ayant effectué aucune démarche pour acquérir la nationalité française. La majorité des familles comptait désormais deux ou trois enfants, celle de quatre enfants et plus étant nettement plus rares qu’auparavant.

56Prolétaires non qualifiés arrivés directement du monde rural, les hommes étaient majoritairement OS dans la métallurgie et l’industrie chimique ou travaillaient sur des chantiers du bâtiment. Quant aux femmes, la majorité d’entre elles ne travaillait pas à l’extérieur de leur foyer. En 1968, 61 % étaient ménagères. Ce chiffre est cependant nettement inférieur à ceux observés dans l’entre-deux-guerres et bien moins élevé qu’en Espagne à la même période, où on comptait encore 75 % de femmes au foyer en 1970. Cette entrée des femmes dans le monde du travail a certainement été directement due à l’influence de la société française d’accueil, entre autres à travers les incitations des assistantes sociales qui suivaient les familles dans le cadre du regroupement familial. En outre, le nombre des ménagères a sans doute été surévalué par le recensement, certaines d’entre elles travaillant sans être déclarées pour bénéficier de la prime accordée aux femmes au foyer. Au vu des témoignages recueillis, l’accès des femmes au salariat s’amplifia dans les années suivantes car nombre de celles arrivées durant les Trente Glorieuses entrèrent sur le marché du travail dans les années 1970, une fois leurs enfants scolarisés au collège ou au lycée.

57Comme leurs époux, elles occupaient essentiellement des emplois peu qualifiés. Contrairement au cliché en vigueur à l’époque qui voulait que toutes les Espagnoles soient bonnes à tout faire, concierges ou femmes de ménage, 40 % des femmes actives de Saint-Denis travaillaient comme OS dans la métallurgie (automobile, câblages, etc.) et dans l’industrie chimique. L’une d’elles nous a confié qu’elle avait préféré le travail à la chaîne dans l’industrie automobile à son précédent emploi de bonne chez des particuliers, car elle aimait travailler en équipe et appréciait d’avoir un comité d’entreprise et de pouvoir se syndiquer. Environ 12 % des actives de Saint-Denis étaient employées chez des particuliers, la plupart à Paris intra muros, car la banlieue nord comptait peu de familles assez aisées pour faire appel à du personnel de maison. Par ailleurs, beaucoup d’entre elles étaient employées dans l’alimentation et les services comme femmes de ménage, vendeuses, manutentionnaires, etc. Elles quittèrent souvent ces emplois peu rémunérés à l’occasion de la naissance de leurs petits-enfants pour s’en occuper quand leurs filles ou leurs brus travaillaient.

  • 5   David Cédric, «  La résorption des bidonvilles de Saint-Denis. Un nœud ! », in L'histoire d'une v (...)

58Comme ceux de l’entre-deux-guerres, les immigrants des Trente Glorieuses furent confrontés à des conditions de vie difficiles, dues notamment à la pénurie de logements. Nombre d’entre eux durent habiter durant plusieurs années dans des bidonvilles, tels le Franc-Moisin à Saint-Denis ou La Campa à la Courneuve. Ils vivaient dans des roulottes, de vieux camions, des baraques de bois ou de tôle, sans accès à l’eau courante ni à l’électricité. Là encore, les femmes durent déployer des trésors d’habileté pour assurer la bonne marche de leurs foyers. Cette situation précaire perdura jusqu’au début des années 1970, date à laquelle les bidonvilles de la banlieue nord furent résorbés et laissèrent la place à des cités de HLM5. La plupart des migrants s’installèrent alors dans le parc de logement social et certains accédèrent au parc privé.

59Dans les années 1955-1970, la paroisse espagnole de la Plaine retrouva l’importante activité qui était la sienne dans l’entre-deux-guerres. En effet, les nouveaux migrants, élevés dans la tradition catholique omniprésente sous le franquisme la fréquentèrent assidûment. Outre les classiques activités du patronage destinées aux enfants (chaque jeudi, un autocar venait chercher les enfants habitant les bidonvilles éloignés de la Plaine) et les cours de castillan, les pères clarétains organisaient désormais chaque été des colonies de vacances non mixtes dans deux châteaux appartenant à l’ambassade d’Espagne. Le « Patronato » redevint un pôle d’attraction important, notamment les dimanches à l’heure de la messe. Ici encore, nombre de femmes et d’enfants assistaient à la cérémonie, tandis que leurs époux préféraient les attendre dans le café attenant.

60Aujourd’hui, à l’heure de la retraite, la question du retour se pose avec acuité pour les migrants des Trente Glorieuses. Si un nombre très important d’entre eux a choisi de partir vivre définitivement en Espagne, dans des maisons construites au fil des ans grâce à l’argent économisé, beaucoup d’autres effectuent régulièrement des allers et retours permanents entre la banlieue nord et leur village natal. Au travers de nos entretiens, nous avons remarqué que, contrairement à leurs époux, les femmes préfèrent généralement passer davantage de temps en France, afin d’être auprès de leurs enfants et de leurs petits-enfants auxquels elles sont très attachées. En fait, le nombre de mois passés ici ou là-bas est fonction du « rapport de force » au sein du couple.

L’émancipation des jeunes femmes

61Les filles appartenant à la deuxième génération connurent, elles, un processus d’ascension sociale et d’intégration à la société française identique à celui observé dans les années 1930-1950. Leur scolarisation à l’école primaire, désormais généralement suivie d’études secondaires dans le cadre de lycées d’enseignement professionnel, voire de lycées d’enseignement général pour les plus jeunes, les conduisit souvent à décrocher des BEP ou des baccalauréats techniques (série G) ouvrant sur les emplois du tertiaire (secrétariat, comptabilité, etc.), certaines obtenant des diplômes y compris des BTS. Le bilinguisme leur permit ensuite d’accéder assez rapidement à des postes de responsabilités dans le tertiaire, soit dans le privé, soit dans la fonction publique pour celles nées en France ou ayant acquis la nationalité française.

62Contrairement à leurs mères, toutes les femmes de la deuxième génération rencontrées ont continué à travailler après leur mariage et la naissance de leurs enfants. La très grande majorité d’entre elles a effectué des mariages mixtes, soit avec des Français, soit avec des représentants des nouveaux flux migratoires en banlieue nord (Algériens et Portugais notamment). Autre nouveauté par rapport à leurs mères et aux femmes de la deuxième génération de l’entre-deux-guerres, plusieurs d’entre elles ont divorcé de leur premier conjoint, se sont remariées ou non, et ont constitué des familles recomposées, tout à fait semblables en cela aux Françaises de leur génération. Elles ont également totalement adopté les comportements démographiques du pays d’accueil.

63L’ensemble de notre étude concernant la place des femmes dans les vagues migratoires liées à des départs pour des raisons essentiellement économiques montre que le fait de s’installer en banlieue nord n’a pas entraîné de modifications majeures en termes de rapport de forces au sein du couple ou d’accès à l’indépendance matérielle pour les primo arrivantes, même si l’on observe quelques différences à la marge entre celles de l’entre-deux-guerres et celles des Trente Glorieuses, notamment en matière d’entrée sur le marché du travail. Le fait de vivre dans des îlots majoritairement peuplés par des compatriotes a certainement beaucoup influé sur le faible niveau d’intégra­tion des primo arrivantes, celle-ci se contentant de reproduire en France les habitudes acquises dans leurs villages d’origine.

  • 6    Pour effectuer ce travail, j’ai fait appel à de nombreuses sources écrites, listes nominatives d (...)

64En revanche, dans les deux cas, on constate une nette évolution en ce qui concerne les femmes de la deuxième génération qui, à travers les études puis le travail salarié, ont pu accéder à l’indépendance vis-à-vis de leurs parents et choisir librement leur conjoint, le plus souvent à l’extérieur du microcosme espagnol. L’accès à l’instruction leur a permis de connaître une ascension sociale nette, surtout au regard de leurs mères, restées majoritairement femmes ou foyers. Tout en restant conscientes et parfois fières de leurs origines ibériques, elles ont adopté les comportements matrimoniaux et démographiques caractéristiques des femmes françaises de leur génération6.

Haut de page

Notes

1   Cette monographie visait à rendre compte d’un processus migratoire sur le long terme en retraçant l’arrivée et l’installation des trois principales vagues migratoires espagnoles ainsi que leurs inter-relations : migrants « économiques » de l’immédiat avant Première Guerre mondiale et des années 1920 et 1930 ; exilés politiques après la défaite républicaine de 1939 ; nouveaux migrants « économiques » des années 1955-1970. Espagnols en « banlieue rouge  ». Histoire comparée des trois principales vagues migratoires à Saint-Denis et dans sa région au XXe siècle, thèse dactyl., IEP Paris, 2001.

2   Villain Christian, Le Franc-Moisin. Un quartier de Saint-Denis et ses habitants immigrés, 1922-1954, maîtrise dactyl., Paris-VIII, 1998.

3   Barron Pierre, Le « Quartier nègre », in Histoire sociale d’un quartier d’ouvriers espagnols depuis 1924, DEA dactyl., Paris, EHESS, 1998.

4   En 1925, une épidémie de rougeole emporta onze enfants espagnols de la Plaine, âgés de 3 mois à 30 mois.

5   David Cédric, «  La résorption des bidonvilles de Saint-Denis. Un nœud ! », in L'histoire d'une ville et de « ses » immigrés, de la fin des années cinquante à la fin des années soixante-dix, maîtrise dactyl., Paris-I, 2002.

6    Pour effectuer ce travail, j’ai fait appel à de nombreuses sources écrites, listes nominatives de recensement qui m’ont permis d’élaborer une base de données informatique constituée de fiches de familles et de fiches individuelles ; archives policières et diplomatiques ; archives municipales ; registres des baptêmes et des mariages célébrés au Real Patronato Español Santa Teresa de Jesús de la Plaine Saint-Denis entre 1923 et 1975et j’ai recueilli une soixantaine de témoignages oraux. Mon travail a consisté, entre autres, à confronter en permanence les sources écrites et les témoignages oraux, ceux-ci se révélant indispensables en ce qui touche à la vie quotidienne et, entre autres, au rôle des femmes au sein des îlots espagnols, car elles sont généralement absentes des sources écrites à cause de leur absence d’activité salariée et de leur engagement syndical et politique moindre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Lillo, « Espagnoles en « banlieue rouge » », Les cahiers du CEDREF, 12 | 2004, 191-209.

Référence électronique

Natacha Lillo, « Espagnoles en « banlieue rouge » », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 12 | 2004, mis en ligne le 02 juillet 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/557

Haut de page

Auteur

Natacha Lillo

CERIC, Université Paris 7 – Denis Diderot, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org