Navigation – Plan du site
Migration et travail domestique

Une frontière dans l’intimité. La confrontation culturelle entre femmes étrangères et femmes autochtones dans l’espace domestique

Adelina Miranda
p. 115-135

Texte intégral

1Les études sur le phénomène de l'immigration en Italie ont mis en relief un pourcentage élevé de femmes travaillant dans le secteur domestique privé. Les motifs évoqués sont la persistance d’un modèle bourgeois de la domesticité, la carence des services destinés à la garde des enfants et aux soins pour les personnes âgées et, plus particulièrement, l’« entrée » des femmes dans le monde du travail. Les étrangères se substituent donc aux autochtones dans leur travail domestique quotidien, tandis que ces dernières en sortent. Tout en reflétant la situation italienne, une telle perspective ouvre néanmoins deux questions. La première concerne le fait que la présence féminine étrangère n’est pas un trait caractéristique des immigrations italiennes. Elle est devenue un fait sociologique déterminant pour comprendre les nouvelles configurations migratoires, plus multiformes et diversifiées que dans le passé. La seconde concerne le fait que la rencontre entre immigrés et autochtones se joue dans la sphère privée, dans des interstices typiquement féminins. Cette relation de travail débouche en conséquence sur un autre questionnement : la valeur économique et symbolique du travail domestique dans la société occidentale. De ce fait, il apparaît fondamental d’analyser la situation des travailleuses immigrées à l’aide d’un appareil conceptuel capable de restituer la complexité de leur relation de travail en terme de rapports sociaux de sexe. Dans cette optique, il faut essayer de comprendre si leur position comme immigrées peut être étudiée en termes de « substitution » (comme, par exemple, l’on a fait pour les migrants travaillant dans les industries) ou si, plutôt, elle ne nécessite pas la révision des paradigmes interprétatifs utilisés pour étudier les migrations passées et présentes.

  • 1   Je pars de l’hypothèse que la particularité de chaque situation migratoire demande l’utilisation (...)
  • 2    J’éviterai d’utiliser cet euphémisme politique très à la mode en Italie. Désormais, la personne (...)
  • 3    Ainsi nomme-t-on les femmes de ménage. Dans ce cas, la valorisation de l’aspect de collaboration (...)

2Le présent article analyse le travail domestique des étrangères présentes en Italie au travers de cette série de questionnements1. La première partie relativise le paradigme de la sédentarité féminine associée aux migrations passées à l’aide de l’exemple des émigrées italiennes ; la deuxième partie présente les résultats d’une étude réalisée dans la région de Naples sur les migrantes en provenance des pays de l’Est, travaillant en tant que « badanti2 »ou « collaboratrici domestiche3 ». Le fait que ces migrantes se retrouvent dans l’espace intime des familles autochtones crée une situation culturelle quotidienne dans laquelle une grande altérité culturelle coexiste avec une grande intimité. J’analyserai cette rencontre inégale et subalterne entre immigrées et autochtones en restituant le point de vue des immigrées, le regard qu’elles posent sur les familles napolitaines.

La valeur de la sédentarité et les émigrations féminines italiennes

  • 4    Par exemple, les émigrées italiennes ont travaillé dans les fish and chips en Grande Bretagne et (...)
  • 5    L’analyse de Vernant J.-P. (1963) du couple Hestia-Hermès est l’exemple par excellence de cette (...)

3Les flux migratoires féminins reliés au secteur domestique ne sont pas une condition inédite du monde contemporain. Cette affirmation, qui est désormais évidente, demande la révision des paradigmes physiocratiques et de la sédentarité. Comme Albera (1997) l’a mis en relief, ils ont été à la base des analyses des migrations passées et, parfois, ils persistent dans les études actuelles. Ainsi que le montre la longue histoire de l'émigration italienne, le départ des femmes a souvent été utilisé en tant qu’indicateur statistique pour saisir la typologie migratoire. Le départ à l’étranger ou le maintien de la femme au village découlait du projet masculin. S’il était stable et définitif les femmes partaient, s’il était pendulaire et temporaire les femmes restaient au village d’origine. Par contre, des études récentes ont souligné que les femmes émigraient en direction des Amériques (où les hommes partaient d’une manière définitive) et également des pays européens (où les hommes pratiquaient un plus grand pendularisme). Depuis le XIXe siècle, elles se sont déplacées chaque fois que leur aide économique se révélait nécessaire pour la réussite du projet migratoire4. Leur présence a été dissimulée par l’effet d’un système des valeurs qui symbolisait la femme comme un élément de permanence et de sédentarité en opposition à l’homme, élément en constante ou possible pérégrination5. Cette « scotomisation anticipée » (Signorelli 2001) a caché la participation essentielle des femmes aux mouvements de population qui ont caractérisé l’histoire nationale italienne.

  • 6    Ce métier a également attiré les Italiennes vers les grandes villes de leur pays d’origine. L’hi (...)
  • 7    En 1901, 97 % des Italiennes résidant en France et actives économiquement étaient employées comm (...)

4Le cas de l’immigration italienne en France nous permet de mettre en évidence le fonctionnement de ce cadre interprétatif conceptuel. En synthétisant les recensements français entre 1901 et 1999, l’on peut conclure que malgré une présence masculine plus élevée, les Italiennes ont toujours représenté une « minorité consistante ». En outre, l’on peut observer qu’elles ont eu un rôle économique fondamental dès leur arrivée en France. La courbe du travail des femmes met en évidence que leur taux d’activité n’a pas suivi le soi-disant « cycle d’intégration » : elles ont été plus occupées dans le travail extérieur au début qu’à la fin du XXe siècle. Leurs sorties et rentrées du marché du travail se sont adaptées aux exigences économiques de la famille et au déploiement, à travers le temps et les lieux, du projet migratoire (Miranda 2001b). D’autre part, il faut souligner, il est vrai, que la présence féminine italienne est devenue plus « visible » avec l’arrivée définitive de toute la famille, mais que de nombreux réseaux migratoires étaient composés exclusivement de femmes qui partaient comme ouvrières (Lambert, Pietri 1999, Carazza 1997) et surtout comme domestiques6, nourrices ou bonnes à tout faire7.

  • 8    L’analyse des taux d’activité féminine nous informe que, au-delà des femmes employées dans les s (...)

5Le cas des Italiennes en France met en lumière que les migrantes ont souvent été occupées dans ce qui aujourd’hui est défini comme le secteur de services. Cette assignation sur le marché du travail a produit une sorte d’occultation de leur présence dans les flux migratoires. En effet, jusqu’à une époque récente, les déplacements qui portaient les femmes à s’employer au domicile d’autres familles n’étaient pas considérés comme étant l’expression de mouvements migratoires. Le travail des domestiques, des bonnes à tout faire ainsi que celui des nourrices sur place était naturalisé, comme celui des femmes qui restaient chez elles, et ceci malgré sa forte incidence sur l’économie domestique8.

6En prenant en considération exclusivement les secteurs officiels et garantis, les études sur les mouvements de population confirmaient l’habituelle place résiduelle attribuée au rôle économique de la femme. La valeur centrale conférée à la sphère productive – liée à la logique du marché, à la rationalité, à la production des biens et des gains – a transformé la sphère reproductive en une sorte de prédicat, un appendice par rapport au « vrai » projet migratoire. Celui-ci ne pouvait qu’être « économique », donc masculin. Par contre, en reconstruisant l’histoire des migrations à l’aide de la perspective féminine, de nombreuses études ont démontré que le choix masculin de partir, rester à l’étranger ou rentrer au village d’origine a été mûri à l’intérieur d’un projet familial. Elles ont confirmé que les femmes ont toujours été actives économiquement tant au lieu de départ qu'au lieu d’arrivée et que leur « flexibilité migratoire » a été déterminée par la relation établie entre secteur productif et secteur reproductif. Hommes et femmes se sont retrouvés à gérer une situation migratoire commune, au-delà de la mobilité masculine et de la sédentarité féminine.

Nouvelles configurations migratoires et immigration féminine en Italie

7Le passage de l’Italie de pays d’émigration à pays d’immigration se situe à l’intérieur d’un contexte mondial où les mouvements de populations ont emprunté des configurations diversifiées et multiformes. Dans ces circonstances, la mobilité féminine est devenue un élément dominant. Désormais presque la moitié des migrants est constituée par des femmes. Leur pourcentage est plus élevé dans les régions développées, où elles travaillent plus que les autochtones même si elles sont sous-représentées dans les statistiques officielles à cause du type de recrutement pratiqué et de leur état de clandestinité. En effet, à partir de la fin des années soixante-dix, on a assisté à une progressive féminisation des flux migratoires, en concomitance avec la transnationalisation du secteur des services. Au cours des années quatre-vingt-dix, la demande d’une main d’œuvre à bas prix s’est accrue. On a pu alors constater une baisse de la demande de la main d’œuvre masculine et une augmentation de la main d'œuvre féminine dans des niches du secteur des services, là où la division sexuée du travail est forte (Kofman, Phizacklea, Raghuram, Sales2000). Sassen (2001), en mettant en relation la mobilité avec les processus de globalisation, a profilé l’apparition de deux types de main d’œuvre immigrée. La première est expression de la survalorisation du capital des entreprises et l’autre de sa dévalorisation. L’emploi des femmes est en effet fonctionnel et il répond à une demande générée par des secteurs toujours plus flexibles et précaires.

8Si l’on analyse la brève histoire de l'immigration italienne, il est possible de repérer ces tendances mondiales. Au cours des années soixante, les premières immigrées en provenance des Philippines, de l’Éthiopie, des îles du Cap-Vert, de la Somalie et du sud de l’Amérique sont arrivées comme employées de maison. En même temps, des flux migratoires minoritaires, composés notamment d’hommes en provenance du Nord de l’Afrique, sont arrivés pour travailler comme ouvriers agricoles saisonniers et pêcheurs sur les bâteaux siciliens. La présence migratoire s’est ensuite diversifiée. En 1996, quand l’Italie a dépassé le seuil symbolique du million d’immigrés, la présence féminine commençait à se relativiser : elles n’étaient plus que 42 % des immigrés. Les données mettaient, en outre, en relief qu’elles étaient moins insérées que les hommes dans le marché du travail et qu’un pourcentage très élevé, presque 80 %, déclarait être arrivé en Italie pour des raisons familiales (ISMU 1997).

  • 9   Istituto Nazionale della Previdenza Sociale. Ces données ne recouvrent pas toute la réalité, étan (...)
  • 10  Désormais, on assiste à un vieillissement de cette population : 30 % des femmes employées comme do (...)

9L’évolution du phénomène (Caritas 2002) confirme que, malgré ses débuts féminisés, l’immigration en Italie est majoritairement composée d’hommes. L’on compte 635 729 femmes sur un total de 1 388 153 d’immigrés. Ce phénomène est expliqué par le fait que les femmes se font rejoindre par les hommes et que certains courants sont fortement masculinisés. En effet, la désagrégation des données par nationalité met en relief de fortes différences selon les groupes nationaux. Les flux migratoires en provenance du Cap-Vert, de l’Érythrée, du Pérou, des Philippines, de Pologne sont fortement féminisés ; ceux qui proviennent de Roumanie, de l’Argen­tine et de la Chine connaissent un certain équilibre de sexes ; ceux qui arrivent du Maroc, de l’Albanie, du Sénégal et de la Tunisie sont fortement masculinisés. Si l’on considère la distribution sur le territoire national, il apparaît que les immigrées sont présentes notamment dans les régions du Centre de l’Italie (Molise et Ombrie) et dans certaines capitales régionales comme Catane, Naples et Florence où leur présence dépasse 50 %. Les données confirment, en outre, que les femmes sont employées presque exclusivement dans le secteur domestique qui désormais apparaît fortement ethnicisé. En 1999, selon les élaborations effectuées par Caritas à partir des données disponibles à l’INPS9, 77,8 % des travailleurs domestiques sont des femmes, en provenance notamment de l’Asie et de l’Amérique Latine. La présence économique des immigrées est donc fortement dépendante du marché du travail domestique. Ce secteur est le seul moyen pour elles de trouver un emploi et il n’offre presque aucune possibilité de mobilité professionnelle10.

  • 11  Pasquinelli (2000) a mis en évidence que entre Somaliennes et Érythréennes (souvent confondue par (...)

10L’appartenance de genre constitue donc une variable interprétative importante et discriminatoire pour saisir la situation migratoire italienne. Toutefois, elle ne doit pas nous conduire vers une réification de la catégorie « femme ». Par exemple, il est difficile de trouver une seule cause explicative déterminant les départs féminins : certaines arrivent pour des motifs politiques (Somaliennes et Érythrénnes), d’autres pour des motifs économiques (Capverdiennes), d’autres pour les deux (Philippines). En outre, les différences restent importantes si l’on compare de groupes d’immigrées en apparence identiques11 ou si l’on approfondit les dynamiques d’un même groupe. C’est le cas des Marocaines. Bien que la majorité des femmes arrivent en Italie pour « suivre » leur conjoint, il existe un groupe de femmes – statistiquement marginal – qui émigrent seules, souvent en situation de rupture familiale ou à la recherche d’un avenir différent (Maciotti 2000). Enfin, il faut remarquer que la condition de la femme immigrée peut subir des variations qui ont une incidence sur tout le groupe. À Milan, les Philippines vivent une situation complètement différente par rapport à leur arrivée. Au début des années soixante-dix sont arrivées des célibataires, avec un haut niveau de scolarisation et souvent à la recherche d’autonomie ; à partir des années quatre-vingt sont arrivées des femmes mariées, moins scolarisées. On a ainsi assisté à la recomposition des groupes familiaux par regroupement ou par naissance des enfants en Italie et les formes de solidarité ont fortement changé (Palidda 2000).

Les immigrées des pays de l’Est dans le creuset napolitain

  • 12  Dans ce cas, il s’agit d’une population plutôt jeune, de provenance urbaine, concentrée dans les v (...)
  • 13  Il faut signaler que la situation migratoire à Naples est particulière : 16,9 % d’étrangers sont d (...)
  • 14  En 1999, les immigrés employés dans le secteur domestique à Naples et dans sa province étaient 3 6 (...)

11En 2000, dans la région de la Campanie on a dénombré 63 360 personnes (soit 5,1 % de la population résidente), dont presque la moitié (49,1 %) est représentée par des femmes. La présence maghrébine reste la plus importante, puisque 50,68 % des migrants déclarent être arrivés de l’Afrique, notamment du nord de ce continent12. En effet, au cours des années soixante-dix, les premières femmes en provenance de l’Érythrée sont arrivées dans la région napolitaine pour s’employer dans le secteur domestique. Pendant les années quatre-vingt ont fait leur apparition les migrants en provenance du Maghreb, des Philippines, du Cap-vert et du Sri-Lanka. Durant les années quatre-vingt-dix, cette tendance migratoire s’est confirmée avec l’arrivée des Polonaises, des Ukrainiennes et des Chinois. À ses débuts, le phénomène était apparu comme la conséquence de la fermeture des frontières des pays d’immigration traditionnelle (notamment la France et l’Allemagne). Les flux migratoires étaient alors considérés comme étant passagers et justifiés par une particulière absence de contrôle policier local. Le haut taux de chômage semblait être incompatible avec l’immigration. La situation a néanmoins évolué rapidement et, malgré l’existence d’un fort pendularisme, les données ont fait émerger une présence étrangère stable13. Comme l’a souligné Pugliese (1997), ces courants migratoires souvent s’insèrent dans des segments de travail où il n’existe plus d’offre de main d’œuvre locale. Cingalais, Capverdiennes et Philippines continuent à être employés par les familles de beaux quartiers (Amato 1998)14 ; Sénégalais et Marocains s’em­ploient souvent dans la vente ambulante tandis que les Chinois ont dynamisé le secteur entrepreneurial local (Miranda 2002).

  • 15  Cette manière d’entretenir le rapport avec les lieux d’origine alimente le mythe de l’immigration. (...)

12Le phénomène migratoire dans la région de Naples est un exemple de ce qui a été défini le « modèle migratoire méditerranéen » caractérisant les pays d’immigration récente (Pellicani 1999 ; Pugliese 1996 et 2000). Dans cette typologie, l’immigration coexiste avec des phénomènes en apparence contradictoires (chômage et émigration) et la présence des femmes employées dans le domicile des autochtones est prépondérante. À l'intérieur du creuset napolitain, ce sont les femmes arrivées des pays de l’Est qui occupent cette place. Elles sont insérées dans des chaînes migratoires, qui se sont formées au cours des années quatre-vingt-dix, suite à la chute du Mur de Berlin, et elles vivent un fort pendularisme. Les échanges avec leurs pays d’origine sont fréquents. Toutes les migrantes ont un téléphone portable leur permettant de communiquer avec leurs parents et leurs relations villageoises. Des lignes d’autobus relient Naples aux villes principales de la Pologne et de l’Ukraine et ce moyen de transport est utilisé pour faire parvenir, d’une manière régulière, argent, vêtements, nourriture et même des produits italiens à ceux qui sont restés au pays15.

  • 16  Cette condition les différencie des femmes autochtones pour lesquelles elles travaillent. Celles-c (...)
  • 17  Les salaires varient selon le type de prestation. Pour l’assistance aux personnes âgées, avec la p (...)

13Ces femmes arrivent dans la région de Naples depuis une réalité urbaine et elles sont représentatives des flux migratoires contemporains. Elles sont souvent scolarisées à un niveau supérieur et, surtout, elles ont une expérience du monde du travail garanti16. Notamment les femmes plus âgées soulignent avec force que de travailleuses salariées et qualifiées, elles sont parvenues à une situation sans aucune garantie. Devenues « irrégulières », ou plus souvent « clandestines », elles décrivent leur parcours migratoire comme une conséquence de la conjoncture politico-économique de leur pays d’origine. Elles se sentent insérées dans une relation de travail précaire, sous la menace que celle-ci puisse se terminer d’un moment à l’autre. D’autre part, la précarité des conditions de travail rend le turn-over très important et la compétition avec les groupes employés dans le même secteur reste forte. à leur arrivée les Polonaises « ont créé un fort mécontentement auprès des communautés traditionnellement dédiées au travail domestique. Elles pratiquent des prix inférieurs, en garantissant le relais à l’intérieur de la même communauté d’appartenance » (Amato 1998). Actuellement, les Polonaises accusent les Ukrainiennes d’arriver sur « leur » marché de travail en cassant les prix et, surtout, en donnant une « mauvaise » image des femmes de l’Est17.

Parcours migratoires féminins et acquisition d’un nouveau « habitus » domestique

14Le secteur domestique est la seule voie possible pour les immigrées afin de s’insérer dans la réalité économique. Néanmoins, l’articulation interne aux courants migratoires féminins nous conduit à souligner que cette catégorie est très variée. Le même travail prend un sens différent selon les parcours migratoires des sujets. Pour certaines, il représente un passage vers une autre occupation ; pour d’autres il reste une expérience limitée dans le temps en attendant le retour au pays d’origine ; pour d’autres encore il peut se définir comme un travail stable et pour d’autres, enfin, il représente une phase se concluant avec le mariage avec un autochtone. D’ailleurs, le statut matrimonial de l’immigrée et la présence ou l’absence du conjoint a une influence décisive sur le rapport à ce type de travail. Quand l’immigrée arrive en compagnie de ce dernier, le projet migratoire coïncide avec celui du couple et, parfois, les deux conjoints utilisent une sorte d’auto-exploitation pour faciliter le retour au pays, surtout quand ils y ont laissés les enfants.

Maintenant je travaille six heures par jour. Trois heures le matin et encore trois heures l’après-midi. Puis, les gérants d’un restaurant avaient besoin d’une dame pour faire le ménage quand il y a des fêtes, des anniversaires ou des mariages. Mon mari m’a présentée et j’y travaille tous les jours, le soir. Après que j’ai fini l’autre travail, nous allons dans ce restaurant et nous nettoyons. Nous finissons vers deux heures, trois heures du matin. Nous arrivons à la maison très fatigués. (Roumaine, 39 ans)

15Toutefois, en général, les migrantes arrivent « seules » et, tant les célibataires que les mariées, s’emploient à temps complet auprès des familles autochtones. Ensuite, elles choisissent de travailler pour plusieurs familles où elles apprennent à vendre leur propre position en demandant un salaire plus élevé.

J’ai quitté la première famille pour laquelle je travaillais parce que les choses n’allaient plus très bien. Ils m’exploitaient trop. Pendant trois mois je ne suis jamais sortie de la maison. Ils voulaient une esclave à la maison qui ne sorte pas, qui ne rencontre jamais personne. Ils ne voulaient pas que je sorte par peur que je rencontre d’autres filles qui puissent me dire : « Regarde, tu as ces droits ». En parlant avec d’autres filles, je me suis rendue compte de la manière de travailler. Les droits qu’elles avaient, que les jours fériés étaient libres tandis que moi non. Une fois j’ai dû me fâcher avec eux pour avoir le jour de Pâques libre. Puis, je n’ai pas pu résister. J’ai dû changer parce que quand tu commences avec certains droits et devoirs après tu ne peux plus changer parce que les gens ne veulent pas que tu travailles moins et ils te paient plus. Alors, j’ai dû changer de travail. (Polonaise 24 ans)

16Faire la femme de ménage permet de vivre une plus grande autonomie individuelle. L’immigrée peut rentrer chez elle le soir, dans son propre espace de vie, mais les frais augmentent. Travailler pour plusieurs familles implique, en effet, louer un appartement et soutenir des dépenses quotidiennes. Il est en conséquence le signe d’un projet migratoire qui avance vers la stabilisation liée à une plus grande familiarité avec la société locale, fruit de l’élargissement de son propre réseau de connaissances, de l’acquisition de compétences linguistiques et ménagères locales. Par contre, les personnes employées nuit et jour chez la même famille vivent une situation de travail fortement dépendante. En général, elles prennent soin des enfants en bas âge ou des personnes âgées. Néanmoins, au cours de la journée, les employées s’occupent de tout ce qui se rapporte à la maison au-delà de la tâche pour laquelle elles ont été embauchées. S’occuper d’un enfant ou assister une personne âgée – souvent malade – croise toutes les autres fonctions domestiques (nettoyer la maison, remettre de l’ordre, donner les médicaments, etc.).

J’ai un contrat car je suis régulièrement embauchée depuis presque deux ans. Sur les papiers il y a écrit que je travaille 25 heures par semaine. Par contre, ces vingt-cinq heures, moi, je les fais en deux jours. Tous les jours je travaille dix, onze heures car avec les enfants je n’ai jamais le temps. Je n’ai pas le temps pour me reposer. Ma vie n’existe pas. Samedi et dimanche sont les seules journées où j’ai un peu de repos. Samedi après-midi, après avoir tout fini, je suis libre. (Polonaise de 26 ans)

  • 18  Cette modalité de travail caractérise le travail domestique et d’autres nombreuses occupations fém (...)

17Pour les employées à temps complet, il est difficile de séparer le temps du travail du temps du repos. L’intensité et les modalités de leurs prestations sont déterminées par les exigences de la famille, comme toute femme au foyer18. Les compétences requises – disponibilité, flexibilité et fonctionnalité – pour établir ce rapport de travail sont représentées comme étant naturellement féminines. C’est d’autant plus vrai qu’elles ont une grande difficulté à définir le travail réalisé.

Je fais la baby-sitter. Si on peut ainsi dire, car je fais tout. C’est-à-dire que je fais le ménage, je garde les enfants, je nettoie, je fais tout ce qu’il faut faire dans une maison. Tout. Parce que j’habite avec eux, alors le fait d’habiter dans la même maison… Quand j’ai commencé à travailler, elle – l’employeure – avait dit que pour elle la chose la plus importante était les enfants. Puis, petit à petit, ils se sont pris un peu plus d’espace. Alors mon travail a augmenté. (Polonaise de 24 ans)

18L’exploitation économique, caractérisant l’emploi de la main d’œuvre étrangère en général, dans le cas du travail domestique prend une forme de « comparaison informelle, constante et serrée » (Casella 2001). Malgré le partage de la vie quotidienne et des lieux privés, le rapport entre étrangères et autochtones garde une forte distance sociale, souvent masquée dans le discours. L’employeure est souvent décrite comme étant une sœur ou une mère ; la personne âgée comme étant un père ou un grand-père. Mais, derrière cette terminologie tendant à assimiler la domestique étrangère à un possible membre de la famille, il se cache un fort sentiment d’étrangeté. Le passage de l’activité pour soi et/ou pour sa famille à celui pour les autres, modifie le sens attribué au travail domestique. Il se crée ce que nous pouvons définir comme une « frontière dans l’intimité ». Celle-ci, engendrée par la présence d’une personne étrangère dans le domicile, assume une valeur culturelle particulière en situation migratoire. Sa signification est élaborée à partir de la position subalterne que les immigrées occupent et elle est accompagnée par une crise culturelle, vécue et explicitée différemment par les interviewées. Leur arrivée dans un pays étranger coïncide souvent avec l'installation chez une famille différente de sa propre famille. Ce passage vers une « intimité étrangère » est fréquemment décrit comme étant un vrai choc culturel, accompagné par une grande difficulté pour déchiffrer les codes culturels, les significations et le système de relations locales. Nous sommes face à ce que Signorelli (2000) a défini comme la « crise de la domesticité ».

Avant, tout me faisait peur ! Une amie m’avait expliqué comment faire. Elle m’avait expliqué le travail, mais je n’avais rien compris. Le matin après mon arrivée en Italie, tous ont essayé de m’aider, mais je ne comprenais rien. Je ne comprenais rien. J’étais là, avec mon livre. Oui, parce que j’avais étudié un peu d’italien avant de partir. Mais c’était comme si ma tête était vide. Mamma mia ! Comme un vrai choc. Mamma mia ! Je ne pouvais même pas dire bonjour. Je ne comprenais rien. J’ai eu vraiment peur. Comment je vais faire ? Puis, petit à petit, la famille m’a aidée. (Polonaise de 45 ans)

19Un autre élément qui contribue à l’élaboration du cadre de la crise culturelle vécue par les immigrées est représenté par le fait que le travail ménager n’est pas en conformité avec celui qu’elles ont appris dans la société d’origine. Elles doivent redéfinir les connaissances et les techniques incorporées sous forme d’habitus. Qu’elles travaillent comme domestiques ou employées de maison, toutes doivent réapprendre la manière d’assurer l’hygiène, le maintien de l’ordre, la gestion de la santé et de la maladie selon les codes de la réalité locale. Outre aux us et coutumes quotidiens, la diversité se rapporte également au type d’habitation, à l’organisation de la maison et même au climat. L’évaluation comparative de tous ces éléments induit à une explication différente du rôle domestique féminin, entre la société de départ et la société d’arrivée.

Ici c’est différent parce que chez nous il n’y a pas le carrelage. Il y a du bois. Le carrelage existe seulement dans les salles de bains. Le reste est en bois et nous ne lavons pas par terre tous les jours. On peut le nettoyer. Jamais j’aurais pensé que l’on puisse laver le parterre deux fois par jour : le matin et l’après-midi. Ici, il y a toujours de la poussière. Pourquoi ? Maintenant j’ai compris. Parce qu’on rentre chez soi toujours avec les chaussures. Chez nous non. Nous laissons les chaussures à l’entrée et nous mettons les chaussons. Même les personnes étrangères. Je pense que les chaussures apportent cette poussière parce que chez nous, quand je dépoussière, il n’y en a pas autant. Mais peut-être aussi parce qu’ici l’air est plus chaud. Chez nous, en hiver, il y a la neige et quand il y a la neige, il n’y a pas de poussière. Puis, il y a aussi le problème des draps. Chez nous il n’y a pas des couvertures, mais des duvets. Les lits sont plus petits car les chambres sont plus petites parce qu’il fait toujours froid et on a besoin de chaleur. (Polonaise de 45 ans)

Intégration, complémentarité et subrogation du rôle domestique des femmes autochtones

  • 19  Ainsi de jeunes immigrées prennent soin de nouveaux nés sans avoir jamais eu d’enfants ou accompag (...)

20Le processus d’adéquation à la société locale vécu par les immigrées présente des caractéristiques de genre. Ce sont les femmes autochtones qui initient les étrangères, dans le quotidien, à la connaissance du monde domestique napolitain. Le rôle des immigrées se modèle sur celui des femmes autochtones et son apprentissage se fait à travers une logique pragmatique (Signorelli 1993, 1996)19.

Quand j’ai commencé mon travail, la belle-fille du grand-père venait tous les jours. Elle venait et elle me disait les choses à faire. C’est ainsi que j’ai appris à faire la cuisine parce que chez nous c’est différent. Elle venait et me disait : « Regarde ». Elle a fait à manger et moi j’ai écrit dans un cahier. Mais j’ai écrit dans ma langue parce que je connaissais pas l’italien. Puis, petit à petit j’ai tout appris. (Polonaise de 45 ans)

21L’acquisition d’un nouvel « habitus domestique » de la part des immigrées est liée au type des prestations qui leur sont demandées et à la relation qui se noue avec les femmes locales. Cette rencontre peut se décliner au moins de trois manières : intégration, complémentarité et subrogation. Dans le premier cas, les domestiques sont appelées à s’associer au rôle ménager des femmes locales. Elles doivent faire preuve d’une grande adaptation à leurs exigences.

Par exemple chez madame Maria nous faisons le ménage ensemble. Nous faisons tout ensemble : laver par terre, laver les carreaux, faire la vaisselle. Mais je garde pas les enfants. Chez madame Maria Pia, qui a un enfant âgé de deux ans, quand elle a besoin de prendre un bain ou une douche, elle me dit : « Peux-tu garder Marco ? » « Oui, madame ». Alors Marco reste à mes côtés, je parle avec lui, je fais le ménage, il reste tranquille. Parfois il m’aide, il tire la prise de l’aspirateur. (Roumaine, 39 ans)

  • 20  Souvent, par exemple, les premières font la cuisine et les courses, tâches réputées symboliquement (...)

22Les tâches accomplies par l’immigrée sont variables, qu’elle soit employée à temps complet ou pendant quelques heures. Dans tous les cas, les employeures exercent un contrôle sur les temps et les modalités de travail, ce qui assure le maintien de la valeur de leur rôle domestique20. Les autochtones laissent aux étrangères une place limitée à certains interstices et les immigrées vivent cette situation comme l’exercice d’un vrai pouvoir. Dans le cas où la domestique assume un rôle complémentaire de celui de l’employeure, elle a une plus grande autonomie dans l’organisation des temps, des modalités et de la manière d’exercer son activité.

Je m’organise toute seule. Tous les jours je lave par terre, je fais les lits, je fais à manger, je fais les machines et ce genre de choses. Je nettoie le salon deux fois par semaine, après je nettoie à fond une chambre à la fois. ça dépend du temps qu’il me faut. Maintenant, ils doivent rentrer, ils doivent trouver tout prêt. Ils doivent manger, il faut que tous soit prêt. Ma patronne n’est pas à la maison, alors c’est moi qui prépare à manger. (Polonaise 25 ans)

23Dans ce cas, les tâches accomplies par l’employée complètent le rôle domestique de l’autochtone. Son travail s’adapte aux présences et aux absences de cette dernière et elle opère également une mise en relation des besoins individuels et familiaux.

Ma journée commence à 7 h 30. Je me réveille, je prépare le petit-déjeuner à l’enfant plus grand. Je le prépare pour qu’il aille à l’école, il sort vers 8 heures avec sa mère. Moi, je reste à la maison avec le plus petit. Je prépare le repas, je range la maison, puis vers une heure je le fais manger. Vers 2 h 30, la mère rentre avec l’autre enfant. Nous faisons les choses habituelles, nous préparons le repas de midi, nous nettoyons la maison et après le repas les enfants se reposent. (Polonaise 26 ans).

24À côté de ces deux situations où les domestiques sont appelées à occuper des interstices plus ou moins grands laissés libres par les autochtones, il existe une troisième situation qui a pris forme dans des réseaux où elles sont absentes bien que, selon le modèle culturel local, elles devraient accomplir les tâches effectuées par les étrangères.

Je fais tout. Chaque matin je prépare le petit-déjeuner, j’aide le grand-père à mettre ses chaussures, je fais le ménage, je vais faire les courses, j’achète les choses que je vais préparer à manger. C’est moi qui décide ce que je dois faire à manger. Ensuite, je fais le ménage. L’après-midi, je joue aux cartes avec le grand-père. Je fais tout. Je lui lave les épaules, les cheveux et les pieds car il ne tient pas débout. (Polonaise de 45 ans)

  • 21  Il est important de souligner que c’est surtout dans ce cas que l’on peut assister à l’émergence d (...)

25Dans la région de Naples, cette situation de la subrogation est devenue la règle en ce qui concerne l’assistance aux personnes âgées. Dans ce cas, la gestion de la maison, de la santé et de la vieillesse, qui souvent requière des compétences spécialisées21, repose entièrement sur l’étrangère qui jouit de plus amples espaces de négociation.

  • 22  Il existe une large littérature sur la famille méditerranéenne et sur l’importance des valeurs d’a (...)
  • 23  Si l’on analyse les composants et les parcours qui sont en train de conduire les femmes de l’Itali (...)

26Ce rapport de travail, comme celui de l’intégration et de la complémentarité, se construit dans l’espace domestique, à l’intérieur d’une relation de genre qui crée une situation subalterne entre femmes appartenant à des cultures différentes. Il articule le rôle des étrangères à celui des autochtones, permettant de continuer à affirmer la valeur conférée aux liens tissés entre les générations, dans la maison22. Tout en intégrant les tâches ménagères, l’activité des immigrées s'organise autour de l’enfance et la vieillesse. Dans ce sens, l’immigration féminine accompagne la redéfinition de la valeur de la domesticité dans la vie des autochtones et elle répond à la mutation de leurs modèles culturels familiaux23. Cette condition, qui caractérise l’emploi de la main d’œuvre étrangère demande une révision des modèles explicatifs des migrations.

27En effet, le cas analysé permet d’observer que les étrangères ne se limitent pas à « occuper » la place laissée libre par les autochtones. Leur arrivée ne répond pas nécessairement à une exigence dérivée de l’ « entrée » des Napolitaines dans le marché du travail. Dans la région de Naples, marquée par de hauts taux de chômage féminin, les femmes qui ne travaillent pas à l’extérieur font également recours aux services des immigrées, créant une situation d’échange fortement inégale et ethnicisée dans l’espace domestique. L’expression désormais courante dans la région de Naples : « As-tu la Polonaise », utilisée pour demander si la famille fait recours au travail domestique étranger, rend parfaitement compte de cette construction socioculturelle. À la relation économique asymétrique, accompagnant toute situation migratoire, s’ajoute une élaboration culturelle particulière : en passant par l’intimité et l’espace privé, la société locale établit une relation entre appartenance de genre, tâches et rôles domestiques, et immigration féminine. Cette construction est la conséquence de la capacité performative du stéréotype qui permet l’essentialisation de la différence, cristallise les identités individuelles et les discrimine au niveau du groupe. La sphère culturelle produit une disqualification sociale, généralise le particulier, structure les croyances, oriente l’action (Costa-Lascoux 2001), en se servant de l’appar­tenance de genre comme un élément constituant.

  • 24  Cf. Wills, Yeoh (2000) ; Anderson (2000) ; Lutz (2002). Anderson a mis en évidence que l’approfond (...)

28D’autre part, comme nous l’avons vu, l’expérience vécue par les immigrées porte à une progressive modification de leur « habitus domestique ». La redéfinition des pratiques liées à l’ordre et la gestion du monde domestique réunissent les sphères productives des pays de départ et d’arrivée, à travers une circulation des savoirs et des procédures. Ce mouvement à l’intérieur de la sphère privée est plus difficile à saisir que celui qui se produit dans l’espace public. Toutefois, son analyse est essentielle pour saisir les formes de mobilité contemporaine. Il est vrai que la présence des immigrées dans le secteur domestique n’est pas inédite ; néanmoins, les mouvements de populations actuels se configurent différemment que dans le passé. Le haut pourcentage de femmes présentes dans les flux migratoires rend inadéquate l’explication dérivée des schémas théoriques traditionnels fondée sur la logique du « cycle migratoire » c’est-à-dire la succession des adultes et des enfants. L’étude des femmes employées dans l’espace privé peut devenir une clef possible de lecture pour saisir les nouvelles configurations migratoires24. L’approfondissement des dynamiques relatives à la rencontre entre étrangères et autochtones permet, en effet, de considérer la multitude des dimensions qui guident les projets migratoires, d’examiner l’importance des structures familiales, des liens de parenté, des valeurs culturelles, et d’évaluer le poids différentiel de la variable économique selon la relation qu’elle entretient avec la sphère reproductive.

Haut de page

Bibliographie

Albera D., « Dalla mobilità all’emigrazione. Il caso del Piemonte sud-occidentale », in Corti P., Schor R. (sous la dir. de), Esodo frontaliero : gli Italiani nella Francia meridionale, Recherches Alpes Maritimes et Contrées limitrophes régionales, Cuneo, 1997, pp. 25-63.

Albera D., Blok A., Bromberger Ch. (sous la dir. de), L’anthropologie de la Méditerranée. Anthropology of the Mediterranean, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Paris, 2001.

Amato F., « Viaggio nell’immigrazione tranquilla : dallo Sri Lanka a Napoli », in Brusa C., (sous la dir. de), Immigrazione e multicultura nell’Italia di oggi, Franco Angeli, Milano, 1998, pp. 423-434.

Ambrosini M., « Oltre l’integrazione subalterna. La questione della valorizzazione della risorsa-immigrati », in Studi Emigrazione, 141, 2001, pp. 2-29.

Anderson B., Doing the Dirty Work ? The Global Politics of Domestic Labour, Zed Books, London and New York, 2000.

Arru A., « Uomini e donne nel mercato del lavoro servile », in Groppi A., (sous la dir. de), Il lavoro delle donne, Laterza, Roma-Bari, 1996, pp. 247-298.

Bevilacqua P., De Clementi A., Franzina E. (sous la dir. de), Storia dell’emigrazione italiana. Partenze, Donzelli Editore, Roma, 2001.

Carazza S., « Itinerari professionali femminili. Le setaiole di una comunità manifatturiera piemontese nella Francia meridionale », in Corti P., Schor R. (sous la dir. de), Esodo frontaliero : gli Italiani nella Francia meridionale, Recherches Alpes Maritimes et Contrées limitrophes régionales, Cuneo, 1997, pp. 107-120.

Caritas, XI Rapporto sull’immigrazione, dossier statistico 2001, Anterem, Roma, 2002.

Casella Paltrinieri A., « Collaboratrici domestiche straniere in Italia. L’integrazione culturale possibile », in Studi Emigrazione, n° 143, 2001, pp. 515-538.

Chistolini S., Donne Italoscozzesi, Centro Studi Emigrazione, Roma, 1986.

Cristofari M.-F., Miranda A., « La socialisation d’un rapport intime à caractère privé. Les métiers de la petite enfance », in Cahiers du GEDISST 22, l’Harmat­tan, Paris, 1998, pp. 126-149.

Corti P., (sous la dir. de), Le donne nelle campagne italiane del Novecento, Istituto Alcide Cervi, n° 13, 1991.

« L’émigration temporaire féminine piémontaise », in Les Cahiers de la Méditerranée, n° 52, pp. 163-172, 1996.

« I movimenti frontalieri al femminile. Percorsi tradizionali ed emigrazione di mestiere dalle valli cunesi alla Francia meridionale », in Corti P., Schor R. (sous la dir. de), Esodo frontaliero : gli Italiani nella Francia meridionale, Recherches Alpes Maritimes et Contrées limitrophes régionales, Cuneo, pp. 107-120, 1997.

Costa-Lascoux J., « L’ethnicisation du lien social dans les banlieues françaises », in Revue Européenne Migrations Internationales, n° 2, 2001, pp. 123-138.

De Clementi A., Di qua e di là dell’oceano. Emigrazione e mercati nel meridione (1860-1930), Carocci, Roma, 1999.

Di Gennaro G., Pizzuti D., Conte M., « L’immigrazione extracomunitaria in Campania : risultati di una ricerca empirica in tre province », in Studi Emigrazione, n° 121, pp. 223-271, 1996.

Falquet J., Goldberg-Salinas A., Zaidman Cl. (sous la dir. de), « Femmes en migrations. Aperçus de recherches », in Cahier du CEDREF, Paris, 2000.

Golub A., Morokvasic M., Quiminal C., « évolution de la production des connaissances sur les femmes immigrées en France et en Europe », in Migrations et Société, n° 52, pp. 19-37, 1997.

Goody J., L'évolution de la famille et du mariage en Europe, Préface de Duby G., Armand Colin, Paris, 1985.

Kilani M., L’invenzione dell’altro. Saggi sul discorso antropologico, Dedalo, Bari, 1997.

Kofman E., Phizacklea, Raghuram P., Sales R., Gender and International Migration in Europe, Routedge, London and New York, 2000.

ISMU, Terzo rapporto sulle migrazioni, Franco Angeli, Milano, 1997.

Jonckers D., Carré R., Dupré M.-Cl., (sous la dir. de), Femmes plurielles. Les représentations des femmes, discours, normes et conduites, MSH, Paris, 1999.

Lambert K., Pietri V., « La route de la soie », in Les Cahiers de la Méditerranée, n° 58, 1999, pp. 97-119.

Lutz H., « At your service madam! The globalisation of domestic service », in Feminist Review, n° 70, 2002, pp. 89-104.

Macioti M., Pugliese E., Gli immigrati in Italia, Laterza, Bari, 1991.

Macioti M., La solitudine e il coraggio. Donne marocchine nella migrazione, Guerini, Milano, 2000.

Mauss M., « Les techniques du corps », in Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1950.

Miranda A., « Donne e imprenditoria italo-francese nella regione parigina », in Migrations Société, Femmes italiennes en France. L’émigration féminine entre passé, présent et futur, Paris, n° 78, 2001, pp. 81-97.

Il valore del lavoro nei percorsi migratori femminili. Analisi e prospettive a partire da uno studio dedicato alle Italiane impegnate in un’attività autonoma nella regione parigina, Rapport de Recherche non publié, Paris, 2001.

« Les Chinois dans la région de Naples. Alterités et identités dans une économie locale en mutation », in M. Péraldi (sous la dir. de), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes de la Méditerranée, Éditions Maisonneuve & Larose, Paris, 2002, pp. 431-451.

Oppo A., Piccone S. e Signorelli A., (sous la dir. de), Maternità, identità, scelte. Percorsi dell’emancipazione femminile nel mezzogiorno, Liguori, Napoli, 2000.

Palidda S. (sous la dir. de), Socialità e inserimento degli immigrati a Milano, Franco Angeli, Milano, 2000.

Pasquinelli C., « Il corpo delle altre : donne africane in Italia », in Afriche e Orienti, 3-4, 2000, pp. 41-48.

Pellicani M.C., « L’Italia nel quadro delle migrazioni mediterranee », in Studi Emigrazione, XXXVI, 135, 1999, pp. 499-521.

Piccone Stella S., Saraceno C., « Introduzione », in Genere, la costruzione sociale del femminile e del maschile, Il Mulino, Bologna, 1996.

Pugliese E., « Le nuove immigrazioni internazionali e i modelli migratori nei paesi del Sud Italia », in Inchiesta, luglio-settembre, n° 113, 1996, pp. 49-58.

« La divisione etnica del lavoro », in Parole chiave. Il lavoro, n° 14, 1997, pp. 179-194.

« L’Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne », in Politicainternazionale, 4-5, 2000, pp. 229-267.

Revelli, L’anello forte, Einaudi, Torino, 1985.

Sassen S., Migranti, coloni, rifugiati. Dall’emigrazione di massa alla fortezza Europa, Feltrinelli, Milano, 1999.

Globalizzati e scontenti, Il Saggiatore, Milano, 2002.

Schiavo M., Italiane in Belgio. Le emigrate raccontano, Liguori, Napoli, 1984.

Signorelli A., « Il pragmatismo delle donne », in Piccone S., Saraceno C. (a cura di), op. cit., 1993, pp. 223-251.

« Ancora sul pragmatismo delle donne », in Ginatempo N. (sous la dir. de), Donne del Sud. Il prisma femminile sulla questione meridionale, Gelka, 1996, pp. 67- 77.

« Le molteplici singolarità di un processo di massa. Alcune riflessioni sullo studio antropologico delle migrazioni », in Etnoantropologia. Migrazioni e dinamiche dei contatti culturali, Argo, Lecce, pp. 285-295, 2000.

Tilly Louise A., Scott Joan W., Women, Work, and Family, Holt, Rinehart and Wiston, 1978.

Vernant J.-P. « Hestia-Hermès. Sur l'expression religieuse de l'espace et du mouvement chez les Grecs », in l'Homme, n° 3, 1963, pp. 155-201.

Wills K., Yeoh B. (sous la dir. de), Gender and Migration, The International Library of Studies on Migration, Cheltenham, Northampton, 2000.

Haut de page

Notes

1   Je pars de l’hypothèse que la particularité de chaque situation migratoire demande l’utilisation d’une perspective capable de s’ancrer dans des lieux spécifiques. Selon Sassen, c’est là que les multiples formes d’économie et de culture du travail se réalisent.

2    J’éviterai d’utiliser cet euphémisme politique très à la mode en Italie. Désormais, la personne étrangère employée par une famille italienne « bada », c’est-à-dire qu’elle suit avec attention et affection personnes âgées et enfants. Cette définition élude tout le travail domestique que ces femmes ont à faire au quotidien.

3    Ainsi nomme-t-on les femmes de ménage. Dans ce cas, la valorisation de l’aspect de collaboration cache la nature subalterne et souvent assujettie qui structure la relation entre employée et employeure.

4    Par exemple, les émigrées italiennes ont travaillé dans les fish and chips en Grande Bretagne et en Irlande (Chistolini 1986), comme glaciers en Belgique (Schiavo 1984), comme secrétaires dans de petites et moyennes entreprises de maçonnerie en France (Miranda 2001). Dans tous ces cas, elles déclarent avoir « aidé » les autres membres de la famille.

5    L’analyse de Vernant J.-P. (1963) du couple Hestia-Hermès est l’exemple par excellence de cette construction symbolique.

6    Ce métier a également attiré les Italiennes vers les grandes villes de leur pays d’origine. L’histoire du service domestique met en relief qu’il s’est féminisé au cours du XIXe siècle et que ce phénomène a intéressé surtout les femmes en provenance des campagnes italiennes ou des régions les plus pauvres du pays (Arru 1996).

7    En 1901, 97 % des Italiennes résidant en France et actives économiquement étaient employées comme domestiques. à ce propos Corti (1997) signale que déjà à la fin du XIXe siècle, environ 140 000 Italiennes étaient employées de maison, bonnes de chambres ou domestiques dans les régions de la Savoie et de la Côte d’Azur.

8    L’analyse des taux d’activité féminine nous informe que, au-delà des femmes employées dans les secteurs de l’industrie, du commerce ou des transports de marchandise, le service domestique a toujours constitué le secteur d’emploi le plus important pour les femmes. En général, les jeunes femmes partaient comme bonnes à tout faire, domestiques, nourrices (cf. parmi d’autres, Goody 1985, Tilly Louise, Scott Joan 1978).

9   Istituto Nazionale della Previdenza Sociale. Ces données ne recouvrent pas toute la réalité, étant donné que souvent les femmes travaillant au domicile des Italiens ne sont pas déclarées.

10  Désormais, on assiste à un vieillissement de cette population : 30 % des femmes employées comme domestiques ont entre 30 et 40 ans et 20 % entre 41 et 50 ans.

11  Pasquinelli (2000) a mis en évidence que entre Somaliennes et Érythréennes (souvent confondue par l’opinion commune italienne) existent de profondes différences dans les pays d’origine et qui déterminent des parcours migratoires diversifiés.

12  Dans ce cas, il s’agit d’une population plutôt jeune, de provenance urbaine, concentrée dans les villes les plus importantes de la région, Naples et Caserte. La moitié de ces immigrés déclarent avoir « un travail stable mais irrégulier », et de se trouver dans une situation précaire, voire même illégale. (Di Gennaro, Pizzuti, Conte 1996).

13  Il faut signaler que la situation migratoire à Naples est particulière : 16,9 % d’étrangers sont des Américains, c’est-à-dire le premier groupe. Cette présence s’explique par l’installation d’une base de l’OTAN.

14  En 1999, les immigrés employés dans le secteur domestique à Naples et dans sa province étaient 3 619, 64,9 % étaient de femmes.

15  Cette manière d’entretenir le rapport avec les lieux d’origine alimente le mythe de l’immigration. Les immigrées envoient souvent des images vidéo ou des photos les représentant avec au fond monuments et panoramas de rêve.

16  Cette condition les différencie des femmes autochtones pour lesquelles elles travaillent. Celles-ci souvent n’ont pas eu une expérience de travail à l’extérieur de leur domicile qui ait été déclarée et constante dans le temps.

17  Les salaires varient selon le type de prestation. Pour l’assistance aux personnes âgées, avec la permanence nocturne inclue, les interviewées affirment percevoir une rémunération entre 500 et 600 € par mois, sans être déclarées.

18  Cette modalité de travail caractérise le travail domestique et d’autres nombreuses occupations féminines, comme celle des assistantes maternelles (Cristofari, Miranda 1998).

19  Ainsi de jeunes immigrées prennent soin de nouveaux nés sans avoir jamais eu d’enfants ou accompagnent les personnes âgées vers la mort, sans avoir jamais vécu cette expérience.

20  Souvent, par exemple, les premières font la cuisine et les courses, tâches réputées symboliquement importantes dans la vie familiale.

21  Il est important de souligner que c’est surtout dans ce cas que l’on peut assister à l’émergence d’un champs de compétences lié au travail, analysé par Paltrinieri Casella dans sa recherche milanaise.

22  Il existe une large littérature sur la famille méditerranéenne et sur l’importance des valeurs d’appartenance de genre, de l’honneur ainsi que du clientélisme et la religiosité. En cette occasion je me limite à signaler la récent bilan dressé par Albera, Blok, Bromberger (2001).

23  Si l’on analyse les composants et les parcours qui sont en train de conduire les femmes de l’Italie du sud vers l’« émancipation » il apparaît que, bien que la transformation socioculturelle soit importante, les femmes gardent leur rôle domestique tandis que les hommes ne participent pas – ou très peu – au travail domestique (Oppo, Piccone et Signorelli, 2000). Dans notre contexte d’analyse, il est essentiel de se demander, en outre, pourquoi l’« entrée » des femmes dans le monde du travail n’a pas déterminé une redistribution du travail ménager entre les sexes et les générations plutôt qu’une demande accrue de main d’œuvre étrangère féminine.

24  Cf. Wills, Yeoh (2000) ; Anderson (2000) ; Lutz (2002). Anderson a mis en évidence que l’approfondissement de cette thématique est fondamental puisque la plupart des femmes immigrées sont employées, à différent titre, dans le domicile des occidentaux. Elle souligne, en outre, que ce type d’analyse permettrait de saisir les conditions de vie des migrants, mais également les mécanismes renfonçant les identités des autochtones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adelina Miranda, « Une frontière dans l’intimité. La confrontation culturelle entre femmes étrangères et femmes autochtones dans l’espace domestique », Les cahiers du CEDREF, 12 | 2004, 115-135.

Référence électronique

Adelina Miranda, « Une frontière dans l’intimité. La confrontation culturelle entre femmes étrangères et femmes autochtones dans l’espace domestique », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 12 | 2004, mis en ligne le 02 juillet 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/551

Haut de page

Auteur

Adelina Miranda

Département de Sociologie, Université de Naples Federico II, Italie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org