Navigation – Plan du site
Femmes migrantes et travail en France

Initiatives de femmes immigrées dans les zones sensibles urbaines

Madeleine Hersent
p. 239-261

Texte intégral

  • 1   Noiriel Gérard, état, nation et immigration, Éd. Belin, 2001, p. 190.

1La question du travail des femmes immigrées est restée longtemps une question non posée. En France, comme dans d’autres pays européens, les politiques de l’immigration ont été avant tout des politiques de main d’œuvre industrielle ayant recours à des outils statistiques1, comme les politiques sociales qui les accompagnaient.

  • 2   Green Nancy L., Repenser les migrations, Éd. PUF, 2002, p. 107.

Si une première vision des mouvements migratoires contem­porains est résolument masculine, c’est qu’elle est liée aux interrogations sur l’industrialisation, l’urbanisation et la moderni­sation, triptyque innovant de la nouvelle histoire sociale des années 1970-1980. N’oublions pas que le fait de rappeler le rôle important des immigrés dans l’histoire du développement du capitalisme industriel était déjà une « découverte ». Combler ce silence historiographique passait par une mise en avant de l’immigré générique2.

  • 3   Zecca Marine, Politiques publiques et capitalisation des savoir-faire de l’intégration, rapport p (...)
  • 4   Immigration, marché du travail, intégration, Commissariat Général du Plan, octobre 2002, p. 107.

2Historiquement, les politiques d’immigration ont été en majorité masculine et ont peu pris en compte la dimension des femmes, sinon comme partie prenante d’une politique familiale. Dans un rapport au Haut Conseil à l’Intégration, Marine Zecca souligne que : « Le modèle français semble essentiellement considérer les femmes immigrées, actrices sociales, sous l’angle conjugal et familial »3. Pourtant l’immigration s’est de plus en plus féminisée ces dernières années. Comme le fait observer un rapport du Commissariat Général au Plan, « l’équilibre hommes-femmes est désormais atteint alors que, pour des raisons liées à l’histoire de l’immigration, la population immigrée avait toujours été majoritairement masculine »4. Le nombre des femmes migrantes est très important. Ce phénomène a démarré avec le développement des mesures facilitant le regroupement familial souhaité dans les années soixante par le patronat pour « fixer » les travailleurs en France afin d’éviter la « Noria » et la perte d’investissement, tout relatif, en formation professionnelle qu’elle représentait. Paradoxalement cette politique a été mise en œuvre dans les années soixante-dix au moment où la décision était prise de freiner l’immigration après le choc pétrolier de 1973.

  • 5   Zecca Marine, Politiques publiques et capitalisation des savoir-faire de l’intégration, op. cit. (...)

Les textes réglementaires ne prévoyaient que la venue de femmes épouses des travailleurs immigrés, il n’était jamais fait mention de travailleuses immigrées. Les accords bilatéraux déterminaient principalement les besoins en main-d’œuvre sous l’angle masculin, les logements en foyers d’immigrés étaient réservés aux hommes seuls, l’obtention d’appartements passant par les chefs de famille salariés5.

3Ce lien étroit entre gestion des flux et politique sociale est à l’origine de nombreux écrans et mesures disposés en quelque sorte en chicane, qui ont contribué à rendre les femmes immigrées et leur insertion dans le marché de l’emploi indiscernable. Le travail féminin dans les classes moyennes françaises était alors encore sujet de vives controverses, surtout pour ses conséquences présumées sur l’éducation des enfants. Aussi n’est-il pas étonnant que les femmes étrangères, par ailleurs le plus souvent d’origine rurale et considérées, de ce fait, comme peu qualifiées, aient été avant tout prises en compte comme épouses et comme mères par les travailleurs sociaux. Les interventions tendant à les former s’organisaient donc autour des rôles traditionnels (service sexuel rendu au mari, gestion des biens, éducation des enfants), interventions somme toute peu différentes de celles qui visaient les éléments les plus pauvres de la société française. L’alphabétisation était alors à peu près le seul trait distinctif. Le thème du travailleur célibataire ou isolé, sexuellement frustre, donc potentiellement dangereux se lisait souvent en filigrane du paternalisme affiché des politiques de regroupement familial. C’est d’ailleurs la période, où l’on voyait moult intervenants, y compris, des enseignants, s’efforcer de convaincre les mères de ne pas s’adresser à leurs enfants dans leur langue d’origine, contrairement à la position quasi unanime des linguistes. En appliquant les schémas dominants à l’époque, une partie sans doute restreinte de ces femmes aurait dû être salariée sans qualification dans l’industrie, les autres se répartissant dans les emplois les moins qualifiés des services, et la majorité restant au foyer. C’est leurs filles qui par l’effet de la scolarisation connaîtront une meilleure intégration, concrétisée par une relative ascension sociale.

4Mais c’était sans compter sur l’évolution du marché du travail qui en s’orientant vers un chômage structurel important et durable allait conduire toute une partie de la population à chercher à subvenir à ses besoins par d’autres moyens que le salariat classique. Nous laisserons ici de côté ce qui, dans ces activités économiques nées de la précarité et de la misère, peut avoir de loin ou de près un lien avec l’illégalité petite ou grande (du classique travail au noir à la prostitution et aux trafics divers) pour nous attacher à des initiatives qui, pour nous, font partie d’une démarche d’économie solidaire. Nous reprendrons ici la définition de Jean-Louis Laville :

  • 6   Laville Jean-Louis, « Les raisons d’être des associations », in Association, démocratie et sociét (...)

De la façon la plus extensive, l’économie solidaire peut être définie comme l’ensemble des activités contribuant à la démocratisation de l’économie à partir d’engagements citoyens… Elle émane d’actions collectives visant à instaurer des régulations internationales et locales, complétant les régulations nationales ou suppléant à leurs manques6.

Figure 1 : Le Flamboyant, Creil

changer le mondeLe Flamboyant

Figure 2 : Rencontres Ré-actives, Aix en Provence

Figure 1 : Le Petit Prince

Les initiatives et la politique de la ville

5Depuis plusieurs années, ces activités se développent dans les quartiers où ont été regroupées de fait les populations immigrées. Ces quartiers font l’objet de politiques singulières notamment la politique de la ville. Cette politique a été une politique en rupture avec les politiques traditionnelles, car elle se voulait territoriale, c’est-à-dire traitant l’ensemble des problèmes, sociaux, économiques, culturels, rencontrés sur un territoire en dépression sociale et grande difficulté socio-économique, regroupant des populations en situation de grande pauvreté ou précarité, vivant du RMI ou chômeurs, populations immigrées vivant dans des quartiers excentrés et à l’habitat dégradé. Elle s’est voulue globale, transversale, partenariale et appuyée sur la participation des habitants. Il s’agissait de passer d’une politique de catégorisation des populations, les « mal logés », les chômeurs, les enfants, les malades, les immigrés, etc., à une politique des interactions et de leur inscription sur un territoire. Cette politique a évolué au fil des années, de la politique du Développement Social des Quartiers centrée sur les quartiers au Grand Projet Urbain, puis au Grand Projet ville, qui voulait réintégrer ces quartiers dans la ville en général en traitant en priorité l’urbain. Mais, les changements d’échelle n’ont pas favorisé les transformations. De fait, ces politiques se construisent parallèlement à une culture administrative conçue de manière sectorielle et en terme de politique de public et de catégorie. Le Délégué adjoint à la Ville reconnaît :

  • 7   La lettre de l’insertion par l’activité économique, n° 49, juin 1999.

nous avons du mal à « territorialiser » les politiques de développement économique, à coordonner les politiques locales et à fédérer les différents acteurs. Aussi est-il déjà important que l’État décloisonne ses interventions dans les domaines de l’emploi, de la culture, de l’éducation ; l’état doit se donner un point de vue transversal pour être un véritable partenaire localement7.

6Or, justement ces micro-initiatives de femmes touchent plusieurs champs, économique, social, citoyen, culturel, et font appel à de nombreux partenaires.

Une culture traditionnellement masculine

7La culture majoritaire de la politique de la ville reste avant tout celle de l’équipement, de l’urbanisme. La priorité est toujours donnée au réaménagement urbain, aux transformations du bâti. La place laissée au développement humain, au repérage des ressources, à la fédération des énergies est très restreinte. Dans ces conditions, les femmes ont du mal à s’y faire une place, à faire reconnaître leurs besoins, leurs priorités qui sont toujours considérées comme minimes ou sans importance face aux grands enjeux de la reconstruction. La politique de la ville a peu pensé une approche sexuée des différentes questions qui se posaient sur un territoire. Conçue en gestion de crise sociale et non en prévention durable, elle s’est inscrite dans une logique de réponse aux problèmes. De fait, elle a surtout concerné ceux qui se faisaient entendre ou étaient des éléments de perturbation. La politique de la ville s’est conjuguée au masculin s’adressant en priorité aux jeunes garçons qui se retrouvaient en bande et provoquaient des désordres publics allant parfois jusqu’aux émeutes urbaines. De nombreux lieux se sont ouverts dans les secteurs sportif et culturel, salles de musculation, de sports de combat, clubs de foot, mais aussi café musique rock, rap, plus pratiqué par les garçons que pas les filles, même si le groupe I am revendique une approche féministe. Ces activités sont peu ouvertes aux jeunes filles, qui se sentent de plus en plus exclues et en dehors des dispositifs. Le souci de mixité, d’égalité a été peu pris en compte. Durant tout un temps, les jeunes filles réussissaient mieux en classe que les garçons, ne sortaient guère de chez elles, leurs aspirations, leurs souffrances n’étaient guère connues, leur discrétion en quelque sorte les a pénalisées. Aujourd’hui, de nombreux acteurs et les médias s’accordent à considérer que leur situation s’est aggravée. La question émerge de manière violente sur la place publique, notamment avec les interventions du collectif « Ni putes, ni soumises », qui dénonce les mauvais traitements infligés aux jeunes filles dans les cités et les violences auxquelles elles sont soumises. Les politiques d’immigration en direction des mères de famille se concentraient sur l’alphabétisation ou bien la médiation entre culture d’origine et administration, mais n’étaient pas centrées sur l’émancipation sociale et professionnelle des femmes de ces quartiers. Ainsi, ces actions en direction des femmes n’ont guère favorisé la création d’emploi, la formation professionnelle, mais ont été plus centrées sur l’économie domestique (couture, cuisine, etc.) ou sur l’insertion sociale. Lors d’un bilan réalisé en 1990 pour le ministère des Droits des femmes, nous avions constaté qu’il n’existait aucune action d’insertion professionnelle. De fait la majorité des activités ont porté sur des actions d’insertion sociale, connaissance des institutions, services sociaux, école, alphabétisation, politique qui se maintient et prend sa forme la plus actuelle dans le nouveau contrat d’intégration. Le seul programme en direction du public féminin a été celui des médiatrices interculturelles ou femmes relais qui a fait naître de nombreux débats sinon conflits sur la question de la professionnalisation de ces postes. Pour certains, il s’agissait d’un métier, pour d’autres d’une compétence ou d’une fonction. Mais en règle générale, ce programme n’a pas permis une réelle professionnalisation ou de véritables solutions professionnelles pour des femmes, qui en fait se substituent aux dysfonctionnements d’une société et d’une administration peu à l’écoute de la diversité culturelle. Ce programme s’est transformé en un programme « adulte relais » qui était mixte et de plus, plusieurs postes ont été remplacés par les emplois jeunes.

Une politique complexe

  • 8   Delarue Jean-Marie, La Relégation, Ed Syros, 1992.

8Au fil des années, la politique de la ville s’est complexifiée, car elle articule différents niveaux d’intervention, ceux de l’état, de la région, du département et de la collectivité locale. Le maniement des procédures est indispensable pour s'inscrire dans le cadre légal de fonctionnement, de financement, devenu de plus en plus complexe, pris dans une logique de « mille feuilles »8, où ces procédures s’amoncellent. Croiser logique de projet et de programme, logique de territoire et de public, contraint les porteurs à inscrire des actions innovantes dans des cadres rigides et inadaptés. Ces projets font appel à des registres différents et demandent une approche transversale peu adaptée à la complexité endémique de programmes cloisonnés. Dans Demain la ville, Jean-Pierre Sueur montre bien les dysfonctionnements entraînés par la complexité des procédures à l’œuvre

  • 9  Sueur Jean-Pierre, Demain la ville, rapport présenté à Martine Aubry, Ministre de l’emploi et de l (...)

La complexité des circuits et la lourdeur excessive des procédures sont massivement dénoncées par les acteurs de la politique de la ville, qui déplorent le temps consacré aux réunions et au montage administratif des dossiers. Le règne de la procédure s’installe au détriment de l’émergence ou du développement de véritables projets, qui risquent ainsi plus d’êtres étouffés qu’ils n’ont de chances d’être mûris. Ces pesanteurs semblent avoir trois types de causes : la multiplicité des partenaires à mobiliser engourdit les dispositifs de pilotage ; la juxtaposition de procédures financières diverses et rigides additionne les contraintes ; la multiplicité des dispositifs concernant un même site complique le travail des acteurs9.

9Cette complexité demande une bonne maîtrise des domaines de compétences des pouvoirs publics. Pour une petite association de quartier de femmes d’origine immigrée monter un projet devient une véritable course d’obstacles. Savoir monter les dossiers, les rédiger dans les normes culturelles et administratives de chaque institution, nécessite des savoirs particuliers, qui font défaut aux personnes non rodées à la culture et au langage administratifs. Des groupes de femmes, même s’ils ont les savoir-faire, l’énergie, le désir de travailler, l’envie de transformer leurs conditions de vie, ne sont évidemment pas des spécialistes des dispositifs comme il faut l’être actuellement pour monter un projet de création d’activité dans le cadre de la politique de la ville.

Des décalages temporels et culturels

10Le temps des administrations et des politiques est difficile à harmoniser et à coordonner avec le temps des individus et des groupes soumis de près à l’urgence de situations problématiques, mais aussi au temps nécessaire des apprentissages. Monter une activité économique demande des temps de maturation, de préparation, nécessite de travailler au rythme du public concerné, qui a besoin de temps et de durée pour maîtriser réellement de nouvelles connaissances et pour gérer le temps de la transformation sociale ; or dans la réalité il faut s’adapter en permanence aux contraintes administratives et aux contraintes budgétaires annuelles, et parfois aux calendriers électoraux. Il faut intégrer les logiques de programmes, les logiques budgétaires, même si elles sont en décalage ou parfois même en contradiction avec l’initiative. Un projet doit suivre les directives administratives, s’y soumettre, s’y intégrer, alors qu’on pourrait imaginer que les programmes s’adaptent aux nécessaires transformations sociales. Une autre inadéquation de la politique de la ville porte sur le temps des discours et des palabres qui ont tendance à s’étendre et à limiter de manière dramatique le temps de l’action. Face à cette situation, les groupes de femmes se démobilisent, perdant tout désir d’action, dans cet étalement du temps qui ne leur permet pas de faire aboutir leur projet dans des délais raisonnables. On constate aussi une tendance au déclaratif avec un décalage entre le discours et le réel. Le développement de la capacité d’action des personnes n’est pas prioritaire. Alors les habitants, en particulier les femmes immigrées, se sentent peu à l’aise, peu écoutés dans les nombreuses réunions qui réunissent l’ensemble des acteurs concernés. Mettre autour d’une table un ensemble d’acteurs, habitants et institutionnels en faisant comme s’ils étaient les mêmes, comme s’ils avaient le même capital social, comme s’ils avaient les mêmes connaissances, est un leurre. Un préfet n’a pas le même capital social, intellectuel, administratif et culturel qu’une femme immigrée, maîtrisant mal la langue et les codes institutionnels. Les femmes ont du mal à se situer dans une galaxie dont elles n’ont pas les clefs. Un rapport de la Commission européenne insiste sur :

  • 10  Richez Battesti Josy, Femmes et développement rural dans l’Union européenne, Commission européenne (...)

la question des délais et la difficulté de résoudre des problèmes liés au temps. Il faut parfois des années pour installer des dynamiques ; il faut aussi du temps pour obtenir des résultats qu’il s’agisse de programme de formation ou de création d’entreprise. Or, les femmes porteuses de projet ou bénéficiaires de formation ont des besoins concrets de réussite. De leur côté, financeurs et banquiers attendent des résultats financiers rapides. Sans aide, ces décalages engendrent d’insurmontables difficultés, des échecs et des découragements graves non seulement pour les acteurs et actrices concernés mais aussi pour les micro-collectivités locales dans lesquelles ils se situent10.

Une difficile adéquation

11Pour toutes ces raisons, ces décalages territoriaux, temporels et culturels, la dynamique « femme » a du mal à s’articuler avec les logiques de la politique de la ville. Le rapport, commandité à Marseille par la Délégation Régionale des Droits des femmes et la Préfecture, est éclairant à ce propos.

  • 11  Deckmyn Chantal, « Les “Actions Femmes” », in La politique de la ville en région Provence-Alpes-Cô (...)

De façon récurrente, la DRDF constate que les actions conduites dans la région par la Politique de la Ville ne correspondent pas aux besoins : elles ne sont pas assez nombreuses, le montant de leur financement est faible, voire « petit », et elles ne sont pas pertinentes, c’est-à-dire que loin de s’inscrire dans une conception globale et cohérente, elles manquent d’envergure, ne sont pas à la hauteur des problèmes, et qu’elles ne portent pas sur les bonnes questions (les questions économiques, celles de la formation ou de l’emploi, les questions de la monoparentalité, etc.) De fait, Politique de la Ville et Politique des Droits des Femmes répondent aussi à une temporalité, des modèles et des modes d’intervention radicalement différents11.

12Tous ces dysfonctionnements se traduisent par l’inadaptation des moyens mis en œuvre pour mener à bien ces actions. La question de la professionnalisation est rarement posée comme condition nécessaire pour la réalisation d’une activité. On surévalue les compétences techniques des actrices, comme si le savoir familial était garant d’un savoir professionnel, mais on sous-évalue systématiquement leur capacité à organiser, gérer leur activité. On est en permanence dans le trop ou le trop peu. Si l’aspect technique est systématiquement surévalué, les capacités en ressources humaines, gestion, commercialisation, organisation sont sous évalués. Les femmes ne seraient pas en capacité de gérer leur activité, « pas capables » en un mot. Peu de partenaires souscrivent à l’idée d’une formation qualifiante. Pour la formation à l’entrepreunariat collectif, la tâche se complique encore. Pourtant Edmond Hervé dans Le Temps des villes insiste sur l’importance de la formation :

  • 12  Hervé Edmond, Temps des Villes, rapport remis à Nicole Pery Secrétaire d’état aux droits des femme (...)

La marche vers l’égalité professionnelle exige un accès plus grand à la formation professionnelle, une orientation scolaire ouverte, la parité dans le monde économique, la reconnaissance universitaire de l’intérêt économique d’une politique d’égalité, la mixité dans le plus grand nombre de professions, l’évolution du droit du travail, etc. tout spécialement le respect de la loi relative à l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes12.

Des questions de place et de positionnement

13Beaucoup d’actions sont de fait des histoires de rencontres, d’alliances, de croisements, de synergie. Mais, actuellement, pratiquement toutes les initiatives ont des problèmes de place et de positionnement face aux travailleurs sociaux, aux différents intervenants et techniciens qui agissent dans les quartiers en grande paupérisation. Un intervenant social aide un groupe à émerger, puis à se structurer, mais ensuite ne le laisse ni s’organiser, ni se développer seul et en général la démarche d’autonomisation avorte et les femmes n’arrivent pas à agrandir la place nécessaire au développement de leur projet, de leur action, de leur initiative. Jean-Noël Chopart souligne bien cette difficulté :

Au bas de l’échelle des qualifications et des grades, la valeur de « proximité » est essentielle. C’est par l’épreuve, l’inter­connais­sance et le partage des conditions économiques, sociales et culturelles de la vie des populations en difficulté que se construit une nouvelle forme de compétence peu à peu reconnue. à l’inverse de nouvelles figures du social – peu nombreuses mais disposant d’un meilleur capital symbolique – car plus proches des idéologies du jour, se rapprochent plus facilement des sphères gestionnaires et politiques. La « bonne distance », ce que d’aucuns nommaient la « neutralité bienveillante » et qui fondait un principe majeur de la professionnalité, est doublement mise à mal par ces deux nouvelles formes de l’intervention sociale.

  • 13  Aballéa François, «  Crise du travail social, malaise des travailleurs sociaux », in Recherches et (...)

14Les travailleurs sociaux montent les opérations, remplissent les dossiers, négocient pour les femmes. François Aballéa13 insiste également sur ces concurrences entre acteurs : « la politique de la ville constitue un espace où les champs se télescopent » et où « la concurrence s’avive entre professionnels », mais surtout ilmontre bien comment face aux logiques, l’éthique « autour de valeurs comme le développement de l’autonomie, la participation démocratique, le refus des discriminations, le désintéressement, l’a priori favorable vis-à-vis de la demande, le respect de l’intimité des individus et des groupes » est mise en porte-à-faux. Nous avons pu constater à de nombreuses reprises une véritable difficulté pour les travailleurs sociaux à se situer face aux nouveaux acteurs. Cette difficulté les amène parfois à endiguer ou refréner les initiatives.

Une triple discrimination

15Le succès même de leurs entreprises est souvent minoré, financeurs, intermédiaires et autres s’en attribuant facilement la paternité. En effet, freins et obstacles ne manquent pas pour celles qui sont l’objet des trois discriminations majeures de notre société, sociale, culturelle, sexuelle. Nathalie Frigul dans la revue « Plein Droit » soulève le cumul de difficultés rencontrées par les femmes étrangères :

  • 14  Frigul Nathalie, «  Femmes étrangères doublement discriminée », in Revue Plein Droit, n° 41-42, av (...)

les femmes étrangères sont davantage exposées aux inégalités so­ciales pour différentes raisons liées au statut social et profes­sionnel, aux problèmes de la langue, aux méconnaissances des procédures administratives, à l’absence de protection syndicale, mais aussi à la peur de perdre un emploi, dans un contexte où c’est l’emploi qui donne la légitimité de la présence en France14.

16Ces femmes sont pauvres, du fait de vivre dans un quartier de relégation, quelles que soient leurs compétences et leurs qualifications. En effet, dans ces quartiers, les salaires, quand ils existent, sont extrêmement faibles, les seules autres ressources légales sont des emplois précaires, ponctuels et les produits de la redistribution sociale.

  • 15  « Conditions d’accès à l’entreprise des jeunes étrangers ou d’origine étrangère : nature des résis (...)

La discrimination par le lieu d’habitation n’est pas spécifique aux jeunes étrangers ou d’origine étrangère. Les employeurs dévelop­pent des représentations négatives globales des jeunes habitant dans certaines zones et ce, quelle que soit la nationalité ou la couleur de peau du jeune. Il existe un amalgame entre jeune, vio­lence, « problèmes » et inadaptation au travail15,

17souligne la revue Migrations études lors de la synthèse des travaux sur l’immigration en France.

  • 16  Bentachi Ahmed, Bouamama Saïd, «  Les discriminations dans l’emploi et leurs impacts, l’exemple ro (...)

La discrimination concerne ici l’origine culturelle, mais elle est complétée par une stigmatisation liée au lieu de résidence. Habiter telle ou telle ville est en soi un facteur de discrimination. Le poids des deux facteurs, origine culturelle d’une part et stigmatisation du lieu de résidence d’autre part, est difficilement repérable… L’image de quartiers populaires abritant une « classe dangereuse » se surajoute ici à des pratiques de discrimination à base d’origine culturelle. La discrimination « ethnique » se surajoute à la discrimination sociale sans que l’on puisse bien sûr distinguer le poids de chacune16.

18Pourtant la situation des femmes immigrées est très diverse. Par exemple, de nombreuses femmes d’origine africaine ont fait des études supérieures, mais souffrent d’une non-reconnaissance de leurs potentialités et spécificités. Alors que leur maîtrise des codes des systèmes devrait faciliter le montage des projets, nous constatons paradoxalement des résistances plus lourdes et plus ambiguës de la part des institutions. Être femme, jeune, intelligente, élégante et vivre dans un quartier sensible dérange et génère des réactions de l’institution dont l’extrême violence nous surprend toujours.

Initiatives : quelles stratégies ?

  • 17  Voir les travaux sur le Micro politique par Deleuze Gilles et Gattari Félix.

19Malgré toutes ces difficultés, les femmes les plus dynamiques veulent défricher des pistes, telle que la création d’activité, mais le prix à payer pour l’indépendance est lourd. Ces initiatives ne sont pas seulement économiques, elles sont aussi sociales et politiques. En effet, elles créent des liens nouveaux entre habitants, elles restaurent des liens disparus de solidarité, de convivialité, elles sont l’occasion de débats, d’échanges, de prise de conscience, ce qui n’est pas négligeable, même s’il s’agit d’actions à petite échelle17. Elles initient des projets là où elles « vivent » au sens plein du terme, « territoire du cœur », comme le dit la Présidente de Ré-Actives. Elles puisent une force certaine de l’attachement à l’association d’origine, au réseau de relations qu’elles ont tissé au cours des années en s’inscrivant dans une économie de vie, intégrant l’ensemble des éléments qui sous-tendent la vie au quotidien, la santé, l’éducation des enfants, les rapports au travail, à la famille, au savoir, aux constellations (famille élargie, communautés culturelles, coreligionnaires, sensibilité politique, etc.). Elles souhaitent favoriser l’intégration de leurs enfants en leur donnant des images positives d’intégration et en leur ouvrant le chemin. De plus, ces activités installées sur le lieu de vie des femmes, leur permettent de concilier vie familiale/vie professionnelle, d’assurer des passerelles entre sphère privée et sphère publique. Les projets favorisent à la fois l’épanouissement personnel de la femme, par le renforcement de son potentiel, mais aussi celui de son environnement familial et social. Les enfants sont souvent fiers de leur mère, de voir qu’elle prend une place reconnue. Louise Toupin, chercheuse québécoise, analyse tous les effets que peut générer une activité reconnue sur un quartier, qui permet en particulier de :

  • 18  Toupin Louise, «  Des indicateurs socio-communautaires pour estimer le travail des femmes dans les (...)

augmenter l’estime de soi, quand ce n’est pas donner une identité sociale, amener les personnes à retourner aux études, amener des personnes à trouver du travail, à cet égard, on note que le contexte de travail en économie sociale permet l’intégration au travail de personnes qui auraient pu difficilement être fonctionnelles dans un emploi traditionnel, amener des personnes à reprendre le contrôle sur leur vie et sur leur entourage, à se « projeter dans l’avenir » et à « redonner l’espoir aux gens ». « Quand on parle de rentabilité », c’est le fait que la personne ne se sente pas juste un numéro dans un système, mais qu’elle se sente partie prenante de la réalisation18.

20Dans toutes les activités que nous avons pu observer, les femmes ont fait le choix de travailler à temps partiel. Le mode de fonctionnement de ces activités présente aussi des caractéristiques particulières, notamment en développant des compétences appuyées sur les savoirs sociaux acquis de l’expérience. En se dotant de leur propre forme d’organisation et d’auto-organisation, les femmes ont choisi des modes de partage de travail leur permettant de gérer à la fois les contraintes familiales et la nécessité d’assurer un revenu. Cela leur donne une indépendance et la possibilité de continuer à s’occuper de la famille, du quotidien et des enfants. Elles peuvent être présentes à la sortie de l’école, s’occuper des petits. Dans le choix de la proximité du lieu d’habitation, il y a incontestablement un désir fort de pouvoir continuer à assumer l’éducation des enfants, petits ou adolescents. C’est un facteur important dans des banlieues difficiles où les adultes redoutent beaucoup les phénomènes de délinquance des jeunes quand ceux-ci sont livrés à eux-mêmes. Les femmes de ces initiatives revendiquent la possibilité de mettre en acte cette identité plurielle dont parle Dominique Méda :

  • 19  Méda Dominique, Le temps des femmes, Pour un nouveau partage des rôles, Éd. Flammarion, 2001, pp. (...)

D’une certaine manière, et pour le dire rapidement, elles veulent tout à la fois travailler et avoir du temps à consacrer à leurs enfants, à leur compagnon, à elles-mêmes. Elles ressentent leur identité, ou leur ancrage, comme pluriel – même si cette pluralité est difficile à construire et est le produit d’un combat acharné – et elles revendiquent hautement cette pluralité. Il ne s’agit donc pas pour elles d’abandonner quoi que ce soit, de choisir, mais bien de tenir les différents bouts ensemble19.

  • 20  Roulleau-Berger Laurence, «  Le travail en friche », in Les mondes de la petite production urbaine(...)

21Elles choisissent un mode d’organisation plus « autogestionnaire » qui leur permet de garder des dynamiques collectives, revendiquant l’entrepreunariat collectif, la polyvalence, la maîtrise de l’outil de production. Elles revendiquent le partage des responsabilités et des tâches. C’est cette organisation singulière, où les femmes ont la maîtrise de leur outil de travail, qui leur donne la volonté de continuer malgré les différentes contraintes. De plus, ces activités leur permettent de s’appuyer sur leur capital social, d’utiliser au mieux l’ensemble des savoirs et connaissances acquises. Dans le montage d’initiatives, les femmes acquièrent un certain nombre de compétences en prenant appui souvent sur les savoirs de l’expérience acquise dans leur parcours migratoire. Au cours de leurs différentes expériences, des rencontres, des « galères », elles ont acquis cette culture de l’aléatoire, « l’art de faire avec peu », dont parle Laurence Roulleau-Berger20. Les compétences de l’expérience, c’est savoir circuler, savoir se repérer, utiliser des ruses quand on ne maîtrise pas la langue, utiliser des capacités d’orientation, de rassemblement, d’adaptation, de réponse rapide. Survivre dans un pays étranger, parfois hostile, demande des capacités stratégiques. Ces initiatives sont une expérience de valorisation positive des savoirs et permettent de sortir des expériences négatives vécues souvent, suite à la perte de certains repères et à la confrontation à des situations d’échec et d’exclusion. Dans ces actions, les femmes retrouvent une dignité, une légitimité, une place sociale très importante. Elles insistent beaucoup sur le fait de se faire reconnaître sur la base de leurs savoirs, savoir-faire, et sur le fait qu’elles se projettent de manière positive dans l’avenir. Elles veulent utiliser l’ensemble de leurs savoirs culturels et corporels (littérature, tradition orale, couture, coiffure, musique, danse), par exemple se faire reconnaître en faisant découvrir et apprécier des plats de leur pays d’origine, du mafé au tiop en passant par le couscous, le tajine et même l’exotique soupe Candia est gratifiant, comme faire partager leur culture, leurs connaissances. « Les femmes ont le droit de vivre de leur travail et de vivre de leur culture. On a une demande par rapport à l’autonomie », revendique une promotrice. Mais, dans ces lieux, on trouve également des femmes qui souhaitent valoriser leurs savoirs professionnels non reconnus en France.

22Ces projets d’initiatives économiques ne naissent pas par « génération spontanée », ils mûrissent souvent longtemps au sien d’associations, de collectifs, qui regroupent des habitantes de ces quartiers. Par exemple, l’association « Shebba », à Marseille, a plus de quinze années d’existence et de nombreuses femmes du quartier s’y investissent. Les femmes s’inscrivent dans des projets collectifs, qui leur permettent de compenser les faiblesses et les fragilités individuelles. En effet, seule une dynamique collective donne les forces suffisantes pour se lancer dans des démarches longues et difficiles en mutualisant les compétences, pour résister aux pressions et développer des stratégies efficaces. Elles se retrouvent dans des dynamiques interculturelles pour dépasser les logiques communautaires et contrebalancer le poids des cultures traditionnelles. Elles tentent de faire un pont entre culture d’origine et culture du pays d’accueil et de lutter contre la montée des intégrismes et la dégradation de la vie sociale. Mais ceci leur demande souvent beaucoup d’énergie, elles doivent résister aux pressions de leur communauté pour garder cette dimension interculturelle et leur liberté d’action. La notion du temps est essentielle dans ces démarches pour une bonne maîtrise du processus. Ces initiatives s’appuient sur une démarche spécifique avec ses temporalités propres, ses rythmes d’apprentissage. Laisser le temps de maturation nécessaire au montage des projets est essentiel, pour que ces derniers aient les moyens de se construire de manière durable. Il faut intégrer le temps de nouvelles recompositions permettant d’acquérir progressivement des nouveaux rythmes, pour passer du bricolage au professionnel, modifier les relations, les modes d’intervention, le positionnement dans la sphère privée et publique.

L’économie solidaire au niveau européen

23Beaucoup de ces initiatives se reconnaissent dans la mouvance de l’économie solidaire. L’économie solidaire se trouve aux confins des actions touchant la participation des habitants, de la création d’activités économiques et de l’entrepreunariat collectif, qui ont du mal à véritablement se faire reconnaître et accepter par les politiques publiques. Les initiatives insuffisamment reconnues, à la frange du politique, de l’économique et du social, qui se fédèrent sous le vocable d’économie solidaire, sont atypiques et ne s’intègrent pas dans les moules traditionnels et les procédures habituelles. Leur transversalité renvoie à une complexité qui déroute. Inscrites dans des logiques collectives et non individuelles, elles sont confrontées à des difficultés particulières en terme de statut juridique, financement propre et montage en ressources humaines, formation, accompagnement. On pourrait faire l’hypothèse qu’elles préfigurent de nouvelles formes sociales en terme d’organisation du travail, de transformation sociale, de régulation des sphères sociale et privée, et accorder à ces projets un environnement institutionnel et administratif favorable pour éclore et se développer.

24Malgré les difficultés pour exister, se faire reconnaître, ces projets se retrouvent dans de nombreux pays européens. Nous avons travaillé pendant plusieurs années dans le cadre de programme européen sur la comparaison des initiatives de femmes dans différents pays de la Communauté européenne, en particulier en Italie, Espagne et Portugal. Nous avons pu constater, au-delà des contextes politiques différents, de grands éléments de convergence entre les initiatives. à Turin, une association à but non lucratif, a été créée en mai 1994 par un groupe de femmes italiennes et étrangères, qui voulaient créer un lieu ressources et de rencontre pour toutes les femmes qui arrivaient à Turin. Ainsi est né le centre « Alma Mater ». C’est un lieu de rencontre des femmes italiennes et étrangères, un point d’accueil et d’information pour les femmes qui se trouvent confrontées à des problèmes liés au processus d’immigration. Il fonctionne comme un lieu d’échanges pour les femmes de toutes origines et de connaissance réciproque pour une société ouverte à une convivialité multi-ethnique et inter-ethnique. Elles essaient de donner aux membres du groupe des outils pour qu’elles puissent à leur tour dans leur communauté offrir des services, des activités utiles à toutes/tous dans le respect et la valorisation d’elles-mêmes, soit par leurs compétences propres, soit en tant que porte parole d’une culture et d’une identité spécifique. Il peut s’agir de couture ou de restauration, mais c’est toujours la professionnalité qui est visée en dehors de toute logique d’assistance. Ainsi, ont été notamment mis en place un restaurant, un hammam, un centre d’hébergement. Il en est de même pour d’autres régions d’Italie, notamment en Emilie-Romagne et aussi en Toscane. Au Portugal également, à Lisbonne et à Setubal, la coopérative SEIES (Sociedade de Estudos e Intervençao em Engenharia Social) accompagne de nombreuses femmes capverdiennes et angolaises afin qu’elles créent leur propre emploi.

25Ces initiatives dépassent le cadre européen. à Québec, par exemple, l’expérience des cuisines collectives est portée par des femmes de communautés étrangères. L’exemple de Trois Rivières est tout à fait riche d’expé­rien­ce en ce sens.

  • 21  Article de Mandard Stéphane dans Le Monde du 22 octobre 2002.

L’association ne se contente pas de former de la main-d’œuvre pour les entreprises de la région, elle crée ses propres entreprises d’économie sociale. La première, Bouff’elles, un restaurant collec­tif qui fait également traiteur a vu le jour il y a tout juste dix ans. Depuis, elle a été rejointe par une entreprise de condition­nement de café équitable, une autre d’aide ménagère à domicile, un comptoir de vêtements usagés, une ébénisterie et une crèche. Au total, ce sont ainsi 150 emplois qui ont été créés21.

26Beaucoup de ces initiatives sont engagées dans des actions de solidarité internationale. Les québécoises travaillent en partenariat avec les Cantines populaires du Pérou, qui permettent à de nombreuses femmes de survivre dans les quartiers pauvres du Pérou. Alma Mater soutient des projets économiques dans plusieurs autres continents. Par exemple, une action menée en Bolivie a favorisé le retour au pays de deux Boliviennes, immigrées à Turin, afin d’utiliser leurs compétences techniques et professionnelles, pour le développement des capacités professionnelles, productives et culturelles des femmes indiennes. Des cours de coupe et de couture pour la confection de vêtements et des aides personnelles concernant le droit des femmes, la prévention sur les maladies sexuelles et la reproduction sont prévues pour les jeunes immigrées de la communauté dans la ville de Sucre. Ce projet permet également la valorisation de la culture de la communauté indigène par la formation de groupes de femmes des « ayllus » en créant des espaces, des lieux, des maisons pour les femmes, la recherche de débouchés commerciaux pour les produits sur le marché national et sur le marché turinois dans le cadre du commerce équitable et solidaire et l’amélioration de l’alimen­tation des populations indigènes des montagnes par la construction de serres pour la culture de légumes et de fruits. Au Vietnam, un projet de coopération est né en 1994 entre l’association « Produire et Reproduire » de la Maison des femmes de Turin et l’association WOCA de la ville Ho Chi Minh. L’objectif est de permettre aux femmes âgées et pauvres de vivre dignement en utilisant, valorisant, récupérant, transmettant leur propre savoir-faire, ceci s’articulant autour de trois actions : l’adoption de « grands-mères » sans ressources, la création d’une petite organisation pour la production et la vente de produits en laine par les femmes âgées capables de travailler la laine et le développement de la production de tissus traditionnels.

27Mais, la difficulté aujourd’hui de faire accepter l’économie plurielle, c’est-à-dire une économie avec une pluralité des ressources, formes et modes d’organisation, fait que ces initiatives ne trouvent pas la place qu’elles devraient avoir et restent toujours fragiles. Elles sont encore trop souvent mal vues, mal perçues, alors qu’elles devraient trouver leur place dans une palette de solutions à la crise économique. Comme le fait observer Jean-Louis Laville

  • 22  Defourny Jacques, FavReau Louis, Laville Jean-Louis, Insertion et nouvelle économie sociale. Un bi (...)

Elles ne constituent pas un phénomène isolé. Elles occupent un espace intermédiaire à l’intersection de la relation entre l’État et la société civile, de l’économique et du social, du local et du national, sans perdre de vue une ouverture sur le monde22.

28Dans le cadre d’un groupe de travail international sur « femmes et économie », nous avions souligné que :

  • 23  Synthèse du Chantier « Femmes et économie » de l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et so (...)

les initiatives des femmes répondent à des besoins contextualisés, c’est-à-dire que l’environnement physique, politique, économique et culturel est déterminant des besoins et des initiatives elles-mêmes. Le foisonnement des initiatives dans certains secteurs et milieux est révélateur de la catastrophe qu’impose l’économie « dominante » au développement humain. Les initiatives rendent ainsi visibles des aspects de l’économie qui jusque-là n’étaient pas, et parfois ne sont toujours pas, reconnus et comptabilisés23.

  • 24  Guérin Isabelle, Femmes et économie solidaire, Éd. La Découverte/M.A.U.S.S./SED, 2003, p. 15.

29Dans son travail « femmes et économie »24, Isabelle Guérin insiste sur la question de l’économie solidaire face aux inégalités entre sexes en relevant trois fonctions interstitielles, un rôle de justice de proximité face au caractère multidimensionnel de la pauvreté, des modes d’accès à la parole publique à travers l’expression et la revendication collectives et la participation à des pratiques réciprocitaires qui luttent contre les inégalités intrafamiliales.

30Pour faire reconnaître cette dynamique, ces initiatives éprouvent le besoin de se fédérer pour être plus fortes « toutes ensemble » et faire reconnaître la spécificité de leur démarche. Plusieurs collectifs se sont créés pour mutualiser les expériences. Ainsi, en France s’est créé le réseau Ré-Actives, « Réseau d’Activités d’Economie Solidaire », qui a comme projet de faire évoluer ces questions, de créer des liens entre les différents champs de l’économie solidaire et de ceux qui agissent au quotidien au plus près des réalités du terrain. Le Mouvement de l’Economie Solidaire fédère les différents acteurs encore trop souvent dispersés et faire reconnaître et rendre visible un secteur encore mal perçu. Regroupant 22 réseaux, acteurs, chercheurs, groupes d’appui et organisations de solidarité internationale, il travaille au décloisonnement, aux rencontres et aux alliances. Surtout le Mouvement de l’économie Solidaire veut établir des liens entre les différentes composantes de l’économie solidaire, le commerce équitable, les finances solidaires, les initiatives collectives, mais aussi en établissant des passerelles avec l’économie sociale ; en effet depuis le XIXe siècle, dès le développement du premier capitalisme, « le capitalisme sauvage », des tentatives ont eu lieu pour casser le lien entre liberté d’entreprise et exploitation économique, en créant des associations de producteurs sans capitaux, des coopératives.

La modernité de l’économie sociale et solidaire doit être affirmée quand elle cherche à dépasser les contradictions qui déchirent notre société : entre enracinement local et mondialisation, intérêt individuel et bien-être collectif, projets de long terme et contrain­tes du court terme, etc. Quelles autres organisations peuvent aujour­d’hui mieux articuler responsabilité individuelle et engage­ment collectif, redistribution des revenus et investissement à long terme, capacité de réactivité et solidarités intergénéra­tionnelles ?

  • 25  Demoustier Danièle, L’économie sociale et solidaire. S’associer pour entreprendre autrement, Éd. S (...)

31comme le souligne Danièle Demoustier25.

32Les différents réseaux se sont retrouvés à Lima, puis au Québec aux rencontres « Globaliser la solidarité », ainsi que dans les différents forums sociaux continentaux ou mondiaux pour tisser des liens entre les initiatives et les militants de l’altermondialisation. C’est la capacité des acteurs de cette mouvance à créer du lien avec les autres mouvements qui lui permettra de consolider ces initiatives encore trop souvent fragilisées et soutenir le développement de rapports économiques solidaires et de faire reconnaître la position spécifique des femmes dans la société.

Haut de page

Notes

1   Noiriel Gérard, état, nation et immigration, Éd. Belin, 2001, p. 190.

2   Green Nancy L., Repenser les migrations, Éd. PUF, 2002, p. 107.

3   Zecca Marine, Politiques publiques et capitalisation des savoir-faire de l’intégration, rapport pour le Secrétariat général à l’Intégration, 1993, p. 118.

4   Immigration, marché du travail, intégration, Commissariat Général du Plan, octobre 2002, p. 107.

5   Zecca Marine, Politiques publiques et capitalisation des savoir-faire de l’intégration, op. cit. p. 118.

6   Laville Jean-Louis, « Les raisons d’être des associations », in Association, démocratie et société civile, Éd. La Découverte/MAUSS/CRIDA, 2001, p. 113.

7   La lettre de l’insertion par l’activité économique, n° 49, juin 1999.

8   Delarue Jean-Marie, La Relégation, Ed Syros, 1992.

9  Sueur Jean-Pierre, Demain la ville, rapport présenté à Martine Aubry, Ministre de l’emploi et de la solidarité, t. I, 13 février 1998. p. 132.

10  Richez Battesti Josy, Femmes et développement rural dans l’Union européenne, Commission européenne, août 1995, op. cit. p. 70.

11  Deckmyn Chantal, « Les “Actions Femmes” », in La politique de la ville en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour la DRDF et le SGAR, mars 1999, pp. 11-14.

12  Hervé Edmond, Temps des Villes, rapport remis à Nicole Pery Secrétaire d’état aux droits des femmes et à la formation professionnelle et à Claude Bartolone, Ministre délégué à la ville le 19 juin 2001, pp. 28-30.

13  Aballéa François, «  Crise du travail social, malaise des travailleurs sociaux », in Recherches et prévisions, juin 1996, p. 19.

14  Frigul Nathalie, «  Femmes étrangères doublement discriminée », in Revue Plein Droit, n° 41-42, avril 1999, p. 12.

15  « Conditions d’accès à l’entreprise des jeunes étrangers ou d’origine étrangère : nature des résistances », in Migrations études n° 94, 2000.

16  Bentachi Ahmed, Bouamama Saïd, «  Les discriminations dans l’emploi et leurs impacts, l’exemple roubaisien », in Voix de Nanas, mars 2000, p. 49.

17  Voir les travaux sur le Micro politique par Deleuze Gilles et Gattari Félix.

18  Toupin Louise, «  Des indicateurs socio-communautaires pour estimer le travail des femmes dans les communautés », op. cit. p. 45-50.

19  Méda Dominique, Le temps des femmes, Pour un nouveau partage des rôles, Éd. Flammarion, 2001, pp. 66-67.

20  Roulleau-Berger Laurence, «  Le travail en friche », in Les mondes de la petite production urbaine, Éd. de l’Aube, 1999.

21  Article de Mandard Stéphane dans Le Monde du 22 octobre 2002.

22  Defourny Jacques, FavReau Louis, Laville Jean-Louis, Insertion et nouvelle économie sociale. Un bilan international, Éd. Desclée de Brouwer, 1998, p. 361.

23  Synthèse du Chantier « Femmes et économie » de l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire, 2002.

24  Guérin Isabelle, Femmes et économie solidaire, Éd. La Découverte/M.A.U.S.S./SED, 2003, p. 15.

25  Demoustier Danièle, L’économie sociale et solidaire. S’associer pour entreprendre autrement, Éd. Syros, 2001, p. 189.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Le Flamboyant, Creil
URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 2 : Rencontres Ré-actives, Aix en Provence
URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 1 : Le Petit Prince
URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Hersent, « Initiatives de femmes immigrées dans les zones sensibles urbaines », Les cahiers du CEDREF, 12 | 2004, 239-261.

Référence électronique

Madeleine Hersent, « Initiatives de femmes immigrées dans les zones sensibles urbaines », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 12 | 2004, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/549

Haut de page

Auteur

Madeleine Hersent

Directrice de l’ADEL (Agence pour le Développement de l’Économie Locale).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org