Navigation – Plan du site
Genre et politiques de l'immigration en Europe

Ces mères qui dérangent : immigrées africaines en France

Catherine Rassiguier
p. 25-43

Notes de l’auteur

Je voudrais remercier le Centre d’études sur les Femmes et le Taft Memorial Fund de l’Université de Cincinnati pour leur soutien dans mes recherches. Cet article est adapté de « Troubling Mothers : Immigrant Women from Africa in France, «  présenté au colloque Images of « Motherhood » – African and Nordic Perspectives, Dakar, Sénégal, 15 au 15 février, 2003 (à paraître dans JENdA : A Journal of Culture and African Women Studies). Traduit de l’américain par Claude Zaidman.

« Le bruit et l’odeur » ou Cherchez la mère

Le père vit entasser avec trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses. Il touche 50 000,00 francs de prestations sociales, sans, naturellement travailler. Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, le travailleur français, il devient fou. (1991)

Texte intégral

  • 1  Tévanian Pierre, Le Racisme Républicain : Réflexions sur le modèle français de discrimination, Par (...)

1Cette déclaration maintenant quasi légendaire de Jacques Chirac alors qu’il était Maire de Paris n’a pas entraîné sa démission, comme cela a été le cas en décembre 2002, aux États-Unis, pour le Sénateur Trent Lott à la suite de propos racistes. Au contraire, en dépit de la polémique générée par ces quelques phrases, Jacques Chirac a non seulement conservé son statut d’élu, mais a aussi poursuivi sa carrière politique pour devenir Président de la République en 1995. Le parcours politique très réussi de Jacques Chirac à la suite de tels propos mériterait une analyse approfondie. Entre autres choses, la trajectoire remarquable de Jacques Chirac met en lumière de très grandes contradictions dans la politique française et évoque ce que certains commentateurs décrivent comme le caractère persistant du racisme républicain français1. Cependant, dans cet article, je voudrais me concentrer sur un autre sujet. Plutôt que d’analyser le parcours politique de Jacques Chirac,je préfère pauser mon regard sur un personnage secondaire mais clef dans le texte « du bruit et de l’odeur ». Ce personnage d’arrière-plan mais d’une importance centrale dans la thématique du « problème-de-l’immigration-en-France » qu’évoque Jacques Chirac dans son discours de 1991, c’est la mère africaine.

2Tout d’abord je tiens à remarquer qu’à première lecture le scénario « du bruit et de l’odeur » oppose deux personnages masculins. En effet, dans la déclaration de Jacques Chirac, l’immigré africain et le citoyen français sont liés dans une relation étroite mais conflictuelle qui pousse l'homme français de façon graduelle et dramatique vers le seuil de la folie. Il faut aussi noter que ces deux personnages sont perçus de façon très différente. Le citoyen français, qui n’apparaît qu’au dénouement de la scène, lorsqu’il « devient fou », est introduit en tant que « travailleur français ». L’homme qui est évoqué ici est donc clairement positionné comme membre de la communauté nationale (c’est un français) mais il est aussi dépeint comme un membre productif de la société française (c’est un travailleur). Par contre, l’immigré africain n’est jamais clairement nommé comme tel. Son personnage est plutôt évoqué à travers une série de liens linguistiques et imaginaires.

3La scène s’ouvre avec ces deux mots : « le père ». Le terme générique de parenté utilisé pour introduire l’immigré africain sert au moins à deux choses. Premièrement, cela le situe dans le domaine de la famille et de l’immigration de longue durée. En contraste avec le migrant célibataire et travailleur (le travailleur immigré) emblématique des années soixante et soixante-dix, l’immigré présenté dans le scénario « du bruit et de l’odeur » est quelqu’un qui n’est plus seul en France. Il a emmené femme(s) et enfants avec lui. N’étant plus un « invité » temporaire, il est en France pour y rester. Deuxièmement, le père qui ouvre la scène est opposé au travailleur qui la conclue. En opposant une catégorie de parenté à une catégorie économique, le scénario de Jacques Chirac joue sur le thème commun de l’immigration-comme-menace-économique.

4La menace économique évoquée ici n’est pas celle de l’immigré qui fait concurrence au travailleur français sur le marché de l’emploi, même si cette menace n’a pas totalement disparu de l’imaginaire français. Les partis d’extrême droite et leurs leaders gagnent toujours des votes sur les liens fallacieux qu’ils établissent entre les chiffres croissants du chômage en France et une immigration qu’ils présentent comme étant sans mesure. Ici, c’est plutôt parce que le père immigré perçoit de grosses sommes en prestations sociales sans pourtant travailler que le père français se sent menacé. Le script de Jacques Chirac oppose donc le travailleur français qui contribue à la richesse nationale à l’allocataire immigré et non-français, qui draine les ressources de l’État « sans, naturellement travailler ».

  • 2  Voir Raissiguier Catherine, « The Sexual and Racial Politics of Civil Unions in France », dans Rad (...)

5De plus, le père immigré allocataire et improductif vit « entassé avec trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses ». Le scénario présenté ici oppose donc bien la famille africaine improductive nombreuse et polygame à la famille nucléaire française monogame et productive. Alors que l’épouse et mère africaine ne fait qu’une brève apparition dans la scène, son personnage est, cependant, central dans la logique du discours. N’est-ce pas parce que ces mères africaines donnent naissance de 5 à 7 enfants chacune que les pères immigrés arrivent à percevoir autant d’argent en allocations familiales et autres prestations sociales ? N’est-ce pas parce qu’elles ne viennent pas seules mais par deux ou par trois que la France a maintenant le « problème » de la polygamie à régler ? N’est-ce pas encore parce qu’elles ne sont pas accoutumées aux « raffinements » de la culture et de la cuisine française que de mauvaises odeurs émergent de leurs cuisines ? Pour finir, n’est-ce pas parce qu’elles ne savent pas tenir leurs enfants que le tapage qu’ils produisent vient déranger la paix et l’ordre public français ? Serait-ce aller chercher trop loin que de suggérer ici, comme je l’ai déjà fait ailleurs, qu’à ce niveau symbolique, c’est précisément parce que ces mères sont là que l’ordre social français se sent menacé, et que la folie apparaît comme étant le dénouement tragique mais inévitable du discours de Jacques Chirac2 ?

  • 3   Le concept de racialisation est ici utilisé selon la définition de Omi et Winant pour signifier « (...)

6Les deux premières parties de cet article explorent la position qu’occupent les femmes immigrées, en tant que membres de familles, dans l’imaginaire français, le paysage social et le contexte juridique. En parcourant la production universitaire, les constructions médiatiques et les textes juridiques, je souligne la complexité des discours et des pratiques qui constituent, en partie, la réalité matérielle des mères africaines en France. La dernière partie de l’article montre comment les femmes africaines (et les femmes immigrées en général, en particulier dans le mouvement des sans papiers) critiquent, résistent et transforment, les processus sociaux et discursifs analysés au début de cet article. En partant de ces analyses, je suggère que les images de la « Mère Africaine » qui circulent dans les discours récents sur l’immigration réarticulent de nombreuses perceptions post-coloniales des Africains et de l’Afrique, contribuant ainsi à la racialisation3 de certaines communautés immigrées et à la question de l’immigration en France.

Ces mères qui dérangent

  • 4  Voir Chaïb Sabah, «  Facteurs d’insertion et d’exclusion des femmes immigrantes dans le marché du (...)
  • 5  Voir Raissiguier Catherine, Becoming Women/Becoming Workers : Identity Formation in a French High (...)

7Le scénario du « bruit et de l’odeur » se sert de la figure de la mère africaine de façon insidieuse pour créer une image de certains immigrés comme ne pouvant pas, ou ne voulant pas s’intégrer dans la culture française. Il faut noter cependant que cette notion est accompagnée par une autre image qui lui sert de contre-poids et qui présente les femmes immigrées ou les filles d’immigrés comme étant à l’avant-garde des dynamiques d’insertion et d’inclusion dans l’espace social français4. C’est le cas, par exemple, de la place qui a été faite aux beurettes dans l’imaginaire français. Ces beurettes sont apparues au milieu des années quatre-vingt, dans des articles qui suggéraient qu’à la différence de leurs frères, elles réussissaient mieux à l’école, et s’étaient embarquées sur les voix du succès et de l’intégration5. L’idée que les femmes immigrées sont à la pointe des processus d’intégration (grâce à leur rôle clef dans la famille) circule souvent en France et constitue la face cachée de la femme immigrée évoquée par Jacques Chirac. Dans les deux cas, on instrumentalise les femmes pour rendre problématique la présence de certains immigrés dans l’espace national français.

8Soit qu’elles la portent, soit qu’elles la transgressent, les femmes sont évoquées pour agiter le spectre de la « Tradition » qui se pose ici en obstacle à l’intégration des immigrés en France.Dans cet article je soutiens donc que la construction imaginaire des immigrés et des communautés immigrées en France se fait sur un corpus d’images genrées, souvent contradictoires, où les femmes occupent une place centrale. Cette hyper-visibilité des femmes immigrées (tout spécialement celles venues du continent africain) dans le discours politique et dans les représentations des médias est accompagnée d’une réelle pénurie de connaissances à leur sujet. En effet, en dépit d’une telle importance médiatique et symbolique, les études sur l’immigration ont longtemps tardé à porter une attention sérieuse à la présence des femmes dans différentes communautés immigrées et aux réactions politiques générées par celle-ci.

  • 6  Chaïb, op. cit.
  • 7  Ouali Nouria, «  Les télévisions francophones et l’image des femmes immigrées », in Annuaire de l’ (...)

9Sabah Chaïb, dans un rapport commandé par la CFDT, offre une excellente analyse de la production universitaire française sur le genre et l’immigration6. Chaïb montre en particulier comment, dans cette production, les femmes immigrées sont enfermées dans la sphère privée, où elles occupent surtout les rôles domestiques et familiaux. L’auteure d’une des études lue par Chaïb sur la représentation des immigrées dans les chaînes de télévision françaises, Nouria Ouali, remarque que les sujets traitant directement des femmes immigrées ne figurent que dans une minorité des programmes. Cependant, les images de femmes sont omniprésentes comme toile de fond. En effet, femmes voilées, épouses, mères et filles abondent dans ces programmes. L’étude de Ouali montre aussi que ces femmes se voient rarement donner la parole, et qu’elles ne sont presque jamais dépeintes comme faisant partie de la population active. En outre, les documentaires comme les fictions semblent privilégier les histoires sur les jeunes femmes victimes de ou se révoltant contre leur famille7.

10Les filles d’immigrés ont fait leur entrée sur la scène politique et médiatique en 1989 lors de « l’affaire du foulard ». L’incident qui a lancé le débat national impliquait trois jeunes filles d’origine Nord-africaine, qui furent exclues d’un lycée public pour avoir refusé d’enlever leur foulard à l’intérieur du lycée. La controverse qui entoure l’incident du foulard a principalement porté sur l’incapacité de certains immigrés à se « fondre » dans la société française et sur le pouvoir d’intégration déclinant des institutions républicaines. Ces jeunes filles (construites parfois comme des actrices libres et déterminées et parfois comme des agents manipulés) sont très rapidement devenues les symboles d’une incapacité ou d’une réticence de la part de certains immigrés à accepter la culture française et les principes de laïcité qui la sous-tendent. En partant de ces constructions genrées – et aussi étroitement lié à elles – l’Islam est alors apparu comme étant l’un des principaux barrages à l’intégration réussie des immigrés venus des anciennes colonies françaises.

11L’hyper-médiatisation de problèmes comme le hijeb, les mariages forcés, l’excision, et les meurtres de jeunes femmes pour préserver l’honneur de la famille contribue à banaliser des notions de sens commun où ces femmes sont forcément prisonnières de la religion et de la sphère privée et familiale. Dans de telles représentations, elles ne peuvent émerger qu’en tant que victimes ou qu’en tant que rebelles. Il ne s’agit pas ici de nier que de tels problèmes existent (ce qui devrait bien sûr nous alarmer), mais plutôt de souligner comme le font aussi Ouali et Chaïb, que les médias français ont tendance à ne montrer que certaines femmes et certaines réalités et nous présentent donc des portraits sociaux qui sont à la fois dangereux et réductifs. Avant tout, ils présentent les femmes immigrées comme un groupe homogène et échouent donc à transmettre l’incroyable hétérogénéité des expériences et du vécu des femmes immigrées en France : où sont les images alternatives de femmes immigrées dont la vie est ordinaire et complexe à la fois ? Où sont les mères seules qui travaillent ? Où sont les organisatrices politiques ? Où sont les femmes divorcées et celles qui sont venues seules en France ? Où sont les enseignantes, les étudiantes ou les fonctionnaires déplacées par les forces de la globalisation économique ?

12Les constructions réductrices des femmes immigrées ne sont pas totalement absentes des recherches universitaires. Ceci reste particulièrement problématique puisqu’elles informent les médias et par ce biais influencent aussi les perceptions populaires. Par exemple, Chaïb note que la question cruciale de la participation des immigrées à la population active est sous-analysée dans la grande majorité des études qu’elle a lues. « Quelles sont les raisons pour laquelle l’activité des femmes immigrées ne s’impose pas comme une “évidence phénoménologique”? » demande-t-elle. Chaïb attribue ce manque au fait que la plupart de ces études ont une approche soit familiale (femmes en tant que membres de la famille) soit culturelle (femmes en tant qu’agent de reproduction ou de transformation culturelle). Chaïb montre aussi que la sur-représentation des femmes du Maghreb dans ces études contribue au manque général d’attention portée aux questions liées au travail. Les femmes maghrébines sont en effet celles qui ont le taux d’activité le plus faible parmi les femmes immigrées.

  • 8  Voir Raissiguier Catherine, «  Scattered Markets, Localized Workers : Gender, Work, and Immigratio (...)

13En fin de compte, ce que l’on retient de ces études c’est que les femmes immigrées ne participent aux les activités salariées que de façon marginale. Même si c’est le cas pour certaines, le fait est que les femmes immigrées, indépendamment de leur pays d’origine et de leur statut familial, arrivent de plus en plus nombreuses sur le marché de l’emploi8. En 1995, par exemple, le taux d’activité des femmes immigrées européennes (entre 30 et 59 ans) était de 66,2 % ; il était de 40 % pour les femmes algériennes, de 37,8 % pour les Marocaines, de 44,8 % pour les Tunisiennes et de 67,4 % pour les Africaines (hors Maghreb).

  • 9  En 1992, le taux d’activité chez les femmes de 25 à 49 ans est de 78,3 % dans la population totale (...)

14Ce qui est particulièrement intéressant dans ces chiffres, c’est que le taux d’activité des Africaines (hors Maghreb) est plus élevé que celui de leurs homologues européennes (avec l’exception des Portugaises dont le taux d’activité est de 74,5 %) et qu’il n’est que légèrement inférieur à la moyenne de l’activité féminine en France9. Par manque de chiffres désagrégés par nationalité, d’information sur le niveau des diplômes, le niveau de langue et la situation géographique dans le pays d’origine, il est difficile d’interpréter ces données. Ce qui est clair, cependant, c’est que ces chiffres démystifient la notion raciste/sexiste qui présente les Africaines que comme de simples consommatrices de prestations sociales qui ne contribuent en rien à l’économie française.

  • 10  Deckmyn Chantal, Les « actions femmes », in la politique de la ville en région Provence-Alpes-Côte (...)

15De telles constructions universitaires et médiatiques ne peuvent que façonner les services sociaux et les programmes prévus pour les femmes immigrées. Une étude analysée par Chaïb, par exemple, illustre la sous-représentation de programmes sociaux dans la région P.A.C.A. mettant l’accent sur l’insertion par l’économique (20 des programmes listés sur un total de 186). La majorité de ces programmes offrent aux immigrées des activités centrées sur les problèmes d’intégration sociale et sur le travail des mamans. L’auteure montre ironiquement la tendance sexiste qui réduit les femmes à leur rôle de mère : « on n’imagine pas des associations proposant aux hommes des activités centrées sur leur rôle de père »10.

16Ce que je soutiens ici, c’est que les femmes immigrées (africaines) sont construites de façon à accentuer et à renforcer leur rôle domestique dans la famille. Ces constructions les situent principalement dans la sphère du privé et du traditionnel. Dans une logique particulièrement perverse, les femmes immigrées émergent donc comme un symbole de la tradition et de la non-modernité, en même temps qu’elles sont enfermées dans des réalités matérielles qui reproduisent et maintiennent leur place et leur rôle hors de cette modernité. Certaines idées colonialistes/patriarcales sur les femmes africaines sont donc réarticulées pour racialiser certaines communautés immigrées et pour politiser la question de l’immigration en France. Le discours juridique est un autre site dans lequel nous pouvons voir cette logique en jeu.

La loi française : des droits dérivés à l’autonomie légale

17Depuis la suspension officielle de l’immigration du travail en 1974, la France a implanté une double stratégie de contrôle et d’intégration de l’immigration. Patrick Weil, politologue, explique que depuis les années soixante-dix, les gouvernements français – indépendamment de leur couleur politique – ont essayé

  1. de brider l’immigration légale et pénaliser l’immigration « clandestine » dans le but de l’arrêter ; et

  2. d’établir et préserver les droits des immigrés, et d’assurer une intégration réelle des immigrés déjà présents sur le territoire français.

  • 11  Intervention de Charles Pasqua lors du Colloque des Amis de Passages/Unesco, le 14 octobre 1993, c (...)

18Il est clair, cependant, que ce double mouvement de fermeture et d’intégration a différemment affecté les immigrés selon leur origine nationale. On a pu noter que le développement d’une politique d’immigration de plus en plus restrictive a touché principalement les immigrés issus de pays localisés hors de la communauté européenne. Plus spécifiquement, certains observateurs ont montré que les premières cibles de cette nouvelle politique de contrôle de l’immigration ont été les Maghrébins et les Africains (hors Maghreb). Charles Pasqua, qui a introduit en 1993 les plus restrictifs de ces changements juridiques, a affirmé de façon révélatrice dans un de ses discours que « le plus difficile pour le creuset français, c’est […] l’intégration de ces populations venues d’Afrique et notamment d’Afrique du Nord »11.

  • 12  Lesselier Claudie, «  Pour une critique féministe des lois sur l’entrée et le séjour des personnes (...)

19Pour approfondir l’analyse que je propose dans cet article, il est important de noter les effets genrés qu’ont engendrés les lois françaises sur l’immigration et leur tournant restrictif depuis le milieu des années soixante-dix. Alors que les textes de lois sont maintenant neutres du point de vue du genre (ils font en effet référence aux époux plutôt qu’aux maris ou aux épouses), les institutions, les normes culturelles et les interactions sociales ne le sont pas12. Il a été amplement démontré, par exemple, que la suspension officielle, en 1974, de l’immigration du travail a accru et accéléré un élan déjà existant vers la féminisation de l’immigration en France. Après 1974, le regroupement familial est devenu l’un des rares moyens d’accès légal au territoire français. à la suite de ces changements, une partie des hommes (en particulier venant d’Afrique) qui pratiquaient jusqu’alors une forme d’immigration périodique a décidé de ne plus repartir et a finalement fait venir leurs femmes et leurs enfants.

  • 13  Tribalat Michèle, De L’immigration à l’assimilation. Enquête sur les populations étrangères en Fra (...)

20Certains profils migratoires ont dramatiquement changé dans les années soixante-dix et quatre-vingt. En effet, durant la seconde moitié des années soixante-dix, on commence à voir des hommes qui émigrent après avoir épousé une femme résidant légalement en France ou une jeune française d’origine immigrée. Alors que ces changements doivent être perçus comme des renversements intéressants de pratiques sociales genrées, on a pu noter aussi que ces nouveaux profils migratoires ont ancré (et renforcé) des pratiques matrimoniales qui semblaient pourtant être en recul. Dans certains cas, et à cause de ces nouvelles pratiques, des jeunes femmes se sont retrouvées dans des situations extrêmement difficiles, où les violences émotionnelles et physiques font souvent parties du quotidien13.

  • 14 Rahal-Sidhoum Saïda, « Du statut des femmes », in Quantara, 14 jan­vier/Fé­vrier/mars 1995, 12.

21Les juristes, les organisations de femmes immigrées et les organismes internationaux ont montré la vulnérabilité juridique spécifique des femmes immigrées en France. On a décrit leurs droits en matière d’immigration comme étant des droits dérivés. Par le biais du regroupement familial (parce que la vaste majorité des époux « qui rejoignent » sont en fait des femmes), les femmes immigrées sont juridiquement liées à un homme de la famille. Ainsi c’est « le statut juridique du mari (ou du père) qui va déterminer le statut juridique octroyé à la femme ». La position juridique de la femme immigrée va alors dépendre de la nationalité et du statut d’immigration de l’époux ou du père14. Lorsque les relations maritales ou familiales sont endommagées cela peut mettre les femmes en difficulté juridique vis-à-vis de l’État français, et dans le pire des cas, les pousser dans l’illégalité.

  • 15  Naïr Sami, 1997, op. cit., 22.

22La loi de 1993 sur l’immigration accentue cette vulnérabilité. Elle restreint les conditions requises pour le regroupement familial, et elle stipule qu’ « en cas de divorce ou de rupture de la vie commune dans l’année qui suit la délivrance du titre de séjour, celui-ci pourra être retiré ou non renouvelé à l’ex-conjoint étranger »15. Lorsque l’épouse est en rupture de vie commune, elle peut donc sombrer dans l’illégalité et être expulsée vers son pays d’origine. Les mères d’enfants français sont protégées contre de telles mesures, mais se retrouvent sans papiers, et ne peuvent donc plus travailler légalement ni prétendre à certaines prestations sociales. Les circonstances contradictoires créées par la législation sur la naturalisation et sur l’immi­gration mettent souvent les femmes et leurs enfants dans des situations dramatiques qui empêchent leur intégration à long terme – ce qui est pourtant l’un des buts déclarés par les différents gouvernements français depuis plus de vingt ans.

  • 16  Voir notamment Rude-Antoine Edwige, «  Des épouses soumises à des régimes particuliers », in Migra (...)

23En France, la polygamie est un phénomène marginal et pourtant le sujet apparaît régulièrement lorsqu’on aborde le « problème » de l’immigration. Il est bien sûr impossible de quantifier avec précision l’existence de familles polygames en France. Différentes estimations suggèrent, cependant, que la polygamie ne touche que de quelques milliers de familles sur le territoire français. Toutefois, la polygamie a capté une attention énorme car elle présente un problème réel pour le système juridique français, et parce que les campagnes anti-immigration ainsi que leurs leaders l’ont exploitée pour des raisons politiques évidentes. Il est important de noter que les discours alarmistes sur la polygamie persistent malgré l’existence d’un corpus de recherches qui aurait dû dissiper le mythe du danger polygame en France16.

24Les étrangers résidant en France sont autorisés à suivre, tant que leur statut personnel est concerné, la législation de leur pays d’origine, pour autant que cela ne dérange pas « l’ordre public ». De tels compromis juridiques créent parfois des conflits et des situations contradictoires qui affectent surtout les femmes immigrées. Les mariages polygames sont reconnus en France lorsqu’ils ont été effectués dans le pays d’origine. Cependant, les lois Pasqua de 1993 interdisent l’entrée des familles polygames, même en cas de regroupement familial. Elles interdisent aussi le renouvellement des titres de séjour pour les étrangers polygames. Récemment, les autorités françaises ont demandé aux familles polygames de dé-cohabiter afin de maintenir leur statut légal en France. Ce qui, dans un contexte national de pénurie de logements à loyer modéré, n’a pu qu’accentuer la vulnérabilité économique et sociale des épouses polygames.

Une voix de Sans Papière

25Au printemps 1996, trois cents immigrés sans papiers ont lancé un mouvement de résistance qui a redessiné les contours des mouvements immigrés en France. En révélant les impasses juridiques que la loi française génère pour chacun d’eux le mouvement des sans papiers force la France à faire face aux contradictions qui se trouvent au cœur des discours et des pratiques de la république. Les femmes ont toujours été présentes dans le mouvement. En fait, elles étaient partout dans les représentations médiatiques des événements (manifestations de rue, grèves de la faim et occupation de lieux publics) qui se sont déroulés pendant le printemps et l’été 1996.

  • 17  Le traitement spécifique de Madjiguène Cissé par les media français mérite une analyse plus poussé (...)

26En dépit de leur visibilité graphique, je n’ai pas été en mesure alors (je résidais à ce moment-là aux États-Unis) de déterminer le nombre de femmes impliquées, ni leur rôle spécifique dans les premiers stades du mouvement. En effet, en parcourant la presse et les revues non-spécialisées, j’ai pu apprendre que les sans papiersqui allaient occuper l’église Saint Bernard, avait pour la plupart émigré du Mali, mais aussi du Sénégal, du Cameroun, de la Guinée, de la Mauritanie et du Maghreb. J’ai aussi appris qu’une centaine d’enfants et qu’une douzaine de familles polygames se trouvaient parmi eux. Et pourtant, la presse française n’a pas su analyser la signification de cette présence féminine dans les actions des sans papiers. Les voix masculines des leaders du mouvement ont dominé les reportages et les interviews. Alors que les femmes étaient très actives dans les premiers stades du mouvement (l’un des portes paroles des sans papiers était une femme17), les médias les ont littéralement effacées de leurs analyses.

27En effet, malgré l’importance numérique des femmes dans le collectif Saint-Bernard – plus du tiers des adultes étaient des femmes – elles n’ont jamais été prises sérieusement en compte. Il suffit de lire Le Monde entre le 14 et le 30 août 1996 pour assister à cet effacement des femmes et des enfants de la lutte des sans papiers. C’est une période pendant laquelle le conflit est analysé de façon permanente dans la presse française. à ce moment-là, 10 sans papiers sont en grève de la faim depuis plus de 40 jours. Les négociations entre le gouvernement et les sans papiers ont été interrompues, et le gouvernement français est en train de planifier l’évacuation de l’église.

Figure 1 : From Le Monde, August 14, 1996
(Paru dans Le Monde daté du 14 août 1996)

  • 18  Le Monde, 14 août 1996

28Si l’on analyse les dessins que Le Monde publie pour illustrer la crise, on peut voir que le mouvement est pensé et présenté comme une histoire dont les protagonistes principaux sont des hommes, et tout spécialement des hommes français. Dans les dessins publiés dans le journal (en particulier ceux de Plantu), le conflit est représenté comme une affaire d’hommes (blancs). Cependant, les articles que l’on trouve à l’intérieur du quotidien offrent une analyse un peu plus nuancée de la lutte. En fait, les sans papiers sont tellement présents dans la culture qu’ils sont aussi utilisés pour illustrer d’autres événements. Dans Le Monde daté du 14 août 1996, l’article à la une du journal porte sur la diminution des accidents de la route en période de vacance en France. Sur la même page, on peut aussi lire un article sur les sans papiers, et l’aide croissante qu’ils reçoivent de la part des partis de gauche et des organisations humanitaires. Le dessin de Plantu, qui représente un policier français reconduisant toute une famille africaine à la frontière, sert d’illustration aux deux articles. L’un des passagers africains commente : « Les Français, ils conduisent de mieux en mieux ! » Le policier français, en tant que conducteur, est au centre de l’image. à l’arrière, un homme africain est entouré par une ribambelle d’enfants et une femme. Cette femme, comme le dessin le laisse entendre, est l’épouse de l’immigré africain et la mère de tous ses enfants. Cette représentation d’une femme africaine en liaison avec la lutte des sans papiers est à la fois exceptionnelle et typique. Elle est exceptionnelle dans le sens où d’habitude, les femmes ne sont même pas présentes dans ces dessins, et typique parce qu’elle est la quintessence même de la femme africaine qui apparaît lorsque la présence africaine en France a besoin d’être représenté de façon graphique. Il va sans dire que cette femme n’a pas la parole dans le dessin. Elle est à demi cachée par l’encadrement de la fenêtre de la voiture. Cette image, d’une certaine façon, contredit l’histoire beaucoup plus compliquée qui est en train de se dérouler à l’église Saint-Bernard. En effet, le lecteur n’a qu’à aller à la page 6 pour découvrir l’histoire de Marianne Camara. Cette Malienne de 27 ans, mère de deux enfants, est en colère et elle est déterminée. Elle vient de rejoindre 4 autres femmes dans leur grève de la faim. Marianne Camara et ses camarades protestent contre l’hospitali­sation forcée (le 12 août) des grévistes de Saint Bernard : « Les bébés pleuraient, peut-être que les CRS cherchaient à nous faire peur, pour qu’on abandonne la lutte. Mais on n’abandonnera pas. On a pas peur qu’ils nous expulsent de l’église18. »

  • 19  Nom fictif pour protéger l’anonymat de Louisa.

29Marianne Camara donc, à l’opposé de la femme du dessin de Plantu, parle et agit. Il faut noter toutefois que ce sera la seule et la dernière mention de la participation des femmes à la lutte dans cet article. Je voudrais finir ici en citant une interview que j’ai effectuée au printemps 2002 avec une jeune femme musulmane qui a émigré des Comores. Louisa19, comme Marianne Camara, est une jeune femme qui lutte pour définir les contours et le sens de sa présence en France. Son témoignage nous offre un discours contrastant avec ceux analysés dans le reste de cet article.

30J’ai rencontré Louisa à Marseille. Elle avait 25 ans au moment de l’interview. Elle était arrivée en France, en 1993, à l’âge de 17 ans, pour y vivre avec sa sœur aînée et étudier. Elle était entrée en France avec un visa de trois mois, espérant qu’elle serait régularisée sa sœur ayant accepté de lui servir de tuteur légal. Après avoir attendu un an pour que sa demande soit enfin examinée, Louisa a finalement obtenu une réponse négative de la préfecture. Louisa était alors trop âgée pour que sa sœur lui serve de tutrice. Au lieu de retourner vers des parents vieillissants, une économie disloquée, et un système éducatif en faillite, Louisa a décidé de rester en France. Elle s’est inscrite dans une école privée en 1995, a appris le français et a obtenu d’excellents résultats dans son lycée. Elle n’a pourtant pas pu passer le Baccalauréat parce qu’elle n’avait pas la carte de séjour qu’on lui demandait. En 1997, elle a refait une demande de régularisation, demande qui a encore été rejetée. C’est alors, en 1998, qu’elle s’est engagée dans le mouvement des sans papiers. Entre sa première demande et le moment où elle a finalement été régularisée (en 2001) Louisa a déposé 4 dossiers qui ont tous été rejetés.

31La jeune femme parle avec éloquence de l’influence que sa mère a eue sur elle. La mère de Louisa à qui on avait refusé toute chance, a toujours insisté sur l’indépendance de ses filles :

Ma mère était au courant [de mon militantisme dans le mouvement des sans papiers] mais elle n’a rien dit. Elle disait : « on peut toujours protéger son enfant, mais il faut que l’enfant se protège soi-même parce qu’on ne peut pas le suivre partout où il va. » Ma mère, elle a toujours voulu qu’on se débrouille à fond, parce qu’elle était orpheline, elle s’est mariée à 15 ans, elle a commencé à avoir des gosses, donc ça a été difficile pour connaître le monde, donc… elle a dit que ses enfants ne seront pas mariés avant de comprendre ce que c’est que le mariage, ce que c’est qu’une vie…

32Louisa nous raconte qu’elle a beaucoup appris de sa mère et qu’elle se bat pour elle aussi bien que pour les autres femmes qu’elle a rencontrées dans le mouvement des sans papiers. Les femmes, nous dit-t-elle, ne doivent compter que sur elles-mêmes et se battre afin de montrer au monde entier ce qu’elles ont à apporter et ce qu’elles méritent. Louisa est très critique envers les autorités françaises et la façon dont elles traitent les sans-papières qui essaient d’obtenir leur régularisation. Louisa me raconte, par exemple, que les services de la préfecture à Marseille lui ont conseillé de se marier afin d’être régularisée :

Carrément, [à] la Préfecture, ils disaient : si vous voulez, enfin vous ne pouvez pas être régularisée, mais si vous vous mariez, vous pourrez être régularisée – voilà il y aura pas de problèmes… avec un Français bien sûr [rires], mais je voulais pas cette situation ! Si vous voulez être régularisée il faut avoir des enfants… c’est pas écrit, mais ils le disaient carrément, les gens qui étaient au guichet. Oui, c’est pour vous rendre service, peut-être ils veulent rendre service, mais c’est pas un bon choix, c’est pas mon choix ! Je cherchais ma vie d’abord mais c’est une lutte à gagner. Y-a des femmes qui ont entendu ce discours, qui se sont mariées avec des gens qu’ils aiment pas, et après ils les menacent, parce que même si tu es mariée, si tu as la carte de séjour, il faut attendre 3 ans pour être autonome… tu peux pas divorcer, tu peux pas te bagarrer avec ton mari parce que tu as peur qu’il demande le divorce. Donc ils sont descendus plus bas que… moi, qui avait pas de papiers, y-en a qui ont eu des enfants, les hommes qui ont eu les enfants avec eux ils ont pas déclaré les enfants donc ils sont restés sans papiers, donc plus bas que moi. Donc [je lutte] pour montrer à toutes ces femmes-là qu’on peut avoir ce qu’on veut en se battant !

33Le témoignage de Louisa offre une illustration intéressante de l’analyse que j’offre plus haut et qui souligne que les femmes immigrées, en France, sont littéralement liées à la famille à travers une série de pratiques discursives et sociales. Plus tard dans l’interview, Louisa explique comment les femmes célibataires sont toujours considérées comme des personnages suspects aux yeux de l’administration française :

Comment une femme peut vivre ici ? Comment une femme peut vivre en France sans papiers et elle a pas de famille pendant 10 ans ? Donc, ils considèrent que les femmes peuvent pas vivre toutes seules.

34Parce que les femmes immigrées sont presque toujours conçues et perçues comme dépendante d’un homme, il devient pratiquement impossible de les imaginer autrement. Et alors que des centaines de femmes le font tous les jours, on a du mal à les voir émigrer seules, s’instruire, obtenir un emploi salarié, et se prendre en charge. Selon Louisa, l’administration française traite les femmes immigrées comme des mineures. Pour toutes ces raisons, Louisa voit la lutte pour l’autonomie juridique des femmes immigrées comme étant au cœur du mouvement des sans papiers.

Conclusion

35Les demandes d’autonomie juridique ont toujours été au centre des efforts organisés par les femmes immigrées en France. Depuis la loi de 1981, qui autorise les immigrés à former leurs propres associations, de nombreuses organisations de femmes immigrées ont vu le jour. Un article paru en 1984 dans Hommes et Libertés, rapporte que l’autonomie juridique des femmes est apparue comme un des objectifs principaux des associations de femmes immigrées dés le début des années quatre-vingt :

  • 20  de Oliviera A Silva Edna et El Mahalawi-Nouet Martine, «  L’Aspiration à l’autonomie des femmes im (...)

Un dossier constitué par le Collectif des femmes immigrées analyse – et dénonce – la politique de regroupement familial. Composé de vingt-cinq organisations et de personnes indivi­duelles, le collectif – créé en avril 1982 – s’est donné l’objectif de défendre « le droit pour les femmes immigrées à exister en tant que personnes à égalité de droits avec les Françaises », et de « dénoncer toute régularisation juridique et pratique judiciaire qui maintient de fait les femmes immigrées dans la dépendance »20.

36Les auteures de cet article soutiennent qu’un tel désir d’autonomie a aussi généré une série de projets implantés localement dans lesquels les femmes immigrées ont elles-mêmes mis en place des projets culturels, des réseaux de solidarité, des programmes de formation professionnelle et éducative, des émissions de radio et des brochures d’information. Une étude réalisée pour le Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville (Direction de la Population et des Migrations), décrit clairement les effets potentiellement libératoires de tels engagements citoyens.

  • 21  Quiminal Catherine, Diouf Babacar, Fall Babacar, Timera Mahomet, Mobilisation associative et dynam (...)

En somme, l’implication associative et la conquête de l’espace public, et partant de la citoyenneté, comportent forcément des contradictions avec la logique patriarcale du ménage. Les savoirs glanés ici et là, c’est-à-dire toute cette accumulation empirique (alphabétisation, formation, acquisition des modalités de fonction­nement de la société d’accueil) grâce au mouvement associatif remettent, dans une certaine mesure, en cause la gestion exclusive par le seul mari du ménage21.

  • 22  Vetter Maddy, Situation juridique et sociale des femmes âgées étrangères (en région P.A.C.A.). Bur (...)

37En 1992, un lobby d’organisations non-gouvernementales a demandé au Parlement Européen de reconnaître l’importance de la question de l’autonomie juridique des femmes immigrées et a invité les institutions de l’Union Européenne à prendre certaines mesures « pour garantir aux femmes migrantes un statut légal indépendant et leur reconnaître à titre personnel le droit à un permis de résidence et de travail, ce qui devrait permettre de réduire leur vulnérabilité en cas de divorce, de violence conjugale, d’abus sexuel et de viol22. » Grâce à ces pressions, le Parlement Européen a commencé à porter son regard sur la situation des femmes immigrées.

38Dans cet article, je soutiens qu’une analyse de l’immigration qui prend sérieusement en compte les femmes immigrées et le genre nous aide à comprendre les processus discursifs et sociaux qui rendent problématique la présence de certains immigrés dans l’espace national français. Une analyse genrée de ces processus nous montre aussi comment les femmes sont instrumentalisées de façon à racialiser l’immigration et la citoyenneté en France.

  • 23  Le Bras Hervé, Le Sol et le sang : Théories de l’invasion au XXe siècle, Paris : Éditions de l’aub (...)

39Dans Le Sol et le Sang : Théorie de l’invasion au XXe siècle, le démographe français Hervé Le Bras analyse l’émergence d’une idéologie de l’invasion (immigrée) en France au XXe siècle. Le Bras montre que l’immigré, en France, présente « une double figure, celle du travailleur, et celle de l’habitant. L’une cache en général l’autre : on ne voit que le travailleur en période de boom économique et que l’habitant en période de crise23. »

40Cependant, Le Bras ne montre pas que le plus souvent, le visage de l’immigré-habitant est celui d’une femme. Le port du voile islamique, la polygamie, les mariages forcés et l’excision sont des thèmes courants dans les discours qui présentent l’immigration comme un problème pour la France et les Africains comme des immigrés indésirables qui ne veulent ou ne peuvent pas s’intégrer à la société française. Sur fond de transformations économiques mondiales, de construction européenne, et d’anxiétés nationales croissantes, « la mère immigrée » et ses enfants sont donc apparus comme étant des menaces pour la nation. C’est sur cet imaginaire et cette toile de fond, qu’une conception française d’inclusion nationale fondée sur des notions politiques et culturelles perd de sa force. à sa place, on voit surgir une réarticulation de la distinction raciste entre les Français de souche et les Français par « acquisition ». La résurgence d’idées issues du racisme, de la xénophobie, et du nationalisme français ainsi que des idées profondément enracinées dans des conceptions patriarcales de la citoyenneté ont créé un contexte dans lequel certaines femmes immigrées et leurs filles se retrouvent particulièrement vulnérabilisées face aux processus de l’exclusion sociale.

41Alors que les organisations d’immigrés et le mouvement des sans papiers continuent de défier les lois françaises sur l’immigration et de créer des brèches en faveur de l’autonomie d’action et de l’amélioration de la situation des femmes immigrées, la législation française continue de considérer (et les médias français continuent de construire) les femmes comme étant dépendantes de leur mari. Cet article propose un début d’analyse sur les problèmes générés par de telles contradictions juridiques et discursives.

Haut de page

Notes

1  Tévanian Pierre, Le Racisme Républicain : Réflexions sur le modèle français de discrimination, Paris : L’Esprit Frappeur, 2001.

2  Voir Raissiguier Catherine, « The Sexual and Racial Politics of Civil Unions in France », dans Radical History Review, Issue 83. Spring 2002. pp.73-93.

3   Le concept de racialisation est ici utilisé selon la définition de Omi et Winant pour signifier « l’extension/attribution d’une signification raciale à une relation, une pratique sociale ou un groupe initialement sans classification », dans Omi Michael and Winant Howard, Racial Formation in the United States From the 1960s to the 1980s, New York, London, Routledge, 1986. p. 64.

4  Voir Chaïb Sabah, «  Facteurs d’insertion et d’exclusion des femmes immigrantes dans le marché du travail en France : Quel état des connaissances ? », Document de travail élaboré pour la Confédération Française Démocratique du Travail, janvier 2001.

5  Voir Raissiguier Catherine, Becoming Women/Becoming Workers : Identity Formation in a French High School, Albany, SUNY Press, 1994.

6  Chaïb, op. cit.

7  Ouali Nouria, «  Les télévisions francophones et l’image des femmes immigrées », in Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXIV, 1995., cité dans Chaïb, op. cit.

8  Voir Raissiguier Catherine, «  Scattered Markets, Localized Workers : Gender, Work, and Immigration », in Black Women, Globalization and Economic Justice : Studies from Africa and the African Diaspora, ed. Filomena Steady, Rochester, Vermont : Schenkman Books, 2002.

9  En 1992, le taux d’activité chez les femmes de 25 à 49 ans est de 78,3 % dans la population totale. Sources : INSEE, Les Immigrés en France, Paris : INSEE, 1997. p. 73. Pour l’année 1994, les taux d’activité des femmes en France sont les suivants : 77,0 % (30-34 ans), 77,0 % (35-39 ans), 79,0 % (40-44), 76,9 % (45-49), 68,3 % (50-54), et 46,3 % (55-59). Sources : INSEE, Les Femmes, Paris : INSEE, 1995. p. 117. Ces chiffres ne tiennent évidemment pas compte du travail « au noir » de beaucoup de femmes immigrées, qui ne peut pas être mesuré par l’INSEE.

10  Deckmyn Chantal, Les « actions femmes », in la politique de la ville en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Rapport pour la Délégation Régionale des Droits de Femmes P.A.C.A., mars 1999, cité dans Chaïb, op. cit.

11  Intervention de Charles Pasqua lors du Colloque des Amis de Passages/Unesco, le 14 octobre 1993, cité dans Naïr Sami, Contre les lois Pasqua, Paris, Arléa, 1997, p. 95.

12  Lesselier Claudie, «  Pour une critique féministe des lois sur l’entrée et le séjour des personnes étrangères en France »,  in Brochure du RAJFIRE, 2 mars 2000.

13  Tribalat Michèle, De L’immigration à l’assimilation. Enquête sur les populations étrangères en France, Paris, La Découverte/Ined, 1999, dans Chaïb, op. cit., ainsi qu’une interview personnelle avec Lesselier Claudie du RAJFIRE.

14 Rahal-Sidhoum Saïda, « Du statut des femmes », in Quantara, 14 jan­vier/Fé­vrier/mars 1995, 12.

15  Naïr Sami, 1997, op. cit., 22.

16  Voir notamment Rude-Antoine Edwige, «  Des épouses soumises à des régimes particuliers », in Migrants Formation, 105, juin 1996 ; « Le Statut personnel : Liberté ou sujétion ? », in Plein Droit, 24, avril-juin 1994 ; « Le Statut personnel en France », dans ADRI Point Sur, juillet 1994 ; « La Polygamie face au droit positif Français », in Migration Societé, 35, septembre-Octobre 1994 ; et « La polygamie et le droit Français », in Regards sur l’Actualité, décembre 1991. Voir aussi Thomas Brigitte, «  La gestion quotidienne des problèmes générés par des questions de statut personnel », in Les droits personnels des femmes étrangères en France : Le cas des femmes algériennes, marocaines, tunisiennes et turques et leurs conséquences juridiques et sociales, Paris : Actes de la rencontre du 25 juin 1992, coordonnée par Rahal-Sidhoum Saïda ; Gaspard Françoise, «  Statut personnel et intégration sociale, culturelle et nationale », dans Hommes et Libertés, 84, Juin-Juillet-Aout 1995 ; et Rahal-Sidhoum Saïda, «  Du statut des femmes », in Quantara, 14, janvier/février/mars 1995.

17  Le traitement spécifique de Madjiguène Cissé par les media français mérite une analyse plus poussée qui ne peut être développée dans le cadre de cet article.

18  Le Monde, 14 août 1996

19  Nom fictif pour protéger l’anonymat de Louisa.

20  de Oliviera A Silva Edna et El Mahalawi-Nouet Martine, «  L’Aspiration à l’autonomie des femmes immigrées », in Hommes et Libertés, 33, 1984/3. p. 40.

21  Quiminal Catherine, Diouf Babacar, Fall Babacar, Timera Mahomet, Mobilisation associative et dynamiques d’intégration des femmes d’Afrique sub-Saharienne en France, Étude Ministère des Affaires Sociales de la Santé de la Ville – Direction de la Population et des Migrations, 1995, p. 26.

22  Vetter Maddy, Situation juridique et sociale des femmes âgées étrangères (en région P.A.C.A.). Bureau Régional de Ressources Juridiques Internationales, 1997, p. 12.

23  Le Bras Hervé, Le Sol et le sang : Théories de l’invasion au XXe siècle, Paris : Éditions de l’aube, 1994, p. 77.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : From Le Monde, August 14, 1996(Paru dans Le Monde daté du 14 août 1996)
URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rassiguier, « Ces mères qui dérangent : immigrées africaines en France », Les cahiers du CEDREF, 12 | 2004, 25-43.

Référence électronique

Catherine Rassiguier, « Ces mères qui dérangent : immigrées africaines en France », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 12 | 2004, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/538

Haut de page

Auteur

Catherine Rassiguier

Women’s and Gender Studies, New Jersey City University, USA.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org