Navigation – Plan du site

Introduction

Claude Zaidman et Prisca Bachelet
p. 9-22

Texte intégral

1Pour cette nouvelle publication des cahiers du CEDREF, nous avons souhaité mettre au premier plan la situation des femmes migrantes dans leur rapport aux politiques de l'immigration et à l'emploi. Ce choix de favoriser la visibilité de leur activité est en rupture apparente avec l'actualité et les préoccupations majeures exprimées dans les médias, tant par les pouvoirs publics que par les féministes, tels que le port du voile ou la prostitution féminine. Il s'agit de prendre en compte les changements sociaux liés aux processus de mondialisation et de participer aux analyses des mouvements migratoires et de la division internationale du travail en termes de rapports de sexe.

2Mettre l'accent sur le travail des femmes migrantes amène à reconsidérer les clichés et les biais sexistes et racistes qui permettent d'ignorer leur rôle fondamental dans notre société. Dans ce voyage, on trouve des femmes qui bougent, qui travaillent, qui luttent. Ces femmes sont au cœur de notre société en ce que, par leur travail, elles assurent une part de la reproduction sociale au quotidien de nos sociétés tout en étant bien souvent elles-mêmes chefs de famille en France ou dans leur pays d'origine.

  • 1   Green Nancy L., Repenser les migrations, PUF, 2002
  • 2   INSEE Première, n° 791, juillet 2001

3Il faut, comme nous y invite Nancy Green « Repenser les migrations1 », prendre en compte un fait nouveau, leur « féminisation ». Au moins la moitié, et parfois plus, des migrants sont des femmes, dont la plupart voyage sans partenaire masculin. En France, en 2001, non seulement les femmes sont aussi nombreuses que les hommes dans la population immigrée recensée par l'INSEE, mais elles sont aussi de plus en plus nombreuses sur le marché du travail2. Cette « féminisation » des processus migratoires conduit à interroger les politiques de l'immigration en les replaçant dans le cadre général de la globalisation. La spécificité de la situation des femmes dans ce contexte général ouvre de nouvelles perspectives d'analyse des migrations en termes de genre et de nouvelles interrogations concernant le féminisme.

4Nous nous inscrivons dans une approche plus structurelle que culturaliste, en analysant les migrations féminines du point de vue de la mondialisation libérale de l'économie (dérèglement, délocalisation et système de sous-traitance en cascade dans les pays du Nord). Du point de vue aussi des guerres et des systèmes d'oppression et d'exploitation des populations civiles dans les pays du Sud (réfugiés, exilés, demandeurs d'asile, etc.). Mais, en même temps, nous refusons de considérer les migrants et les migrantes comme de simples victimes, en prenant en compte la force des projets migratoires et les dynamiques qu'ils peuvent impulser dans les pays d'accueil comme dans les pays d'origine.

5En France, les féministes, mobilisées par l'arrivée massive de femmes prostituées très souvent par le biais de réseaux maffieux, se mobilisent contre d'exploitation sexuelle des femmes et la traite des êtres humains. Mais elles se mobilisent peu contre leur exploitation économique, ne faisant pas toujours le lien entre les différents aspects de la situation des femmes migrantes, et sans prendre en compte les aspects volontaires et positifs de la circulation des femmes.

6Le défi actuel pour les féministes sur le plan théorique et militant, c'est de penser la diversité des rapports de sexe et des formes de domination. Le concept de genre, pensé comme rapport de pouvoir politique entre les groupes de sexe, permet de décrire l'agencement des rapports entre hommes et femmes. Mais avec la mondialisation économique et politique, il nous faut plus que jamais prendre en compte la diversité des situations des femmes et la complexité des rapports sociaux.

Un arsenal juridique pour l'égalité des droits

7Dans les pays du Nord, la situation des femmes a changé au cours du XXe siècle. On assiste à des déplacements dans les formes de la division sexuelle du travail et des changements dans la gestion étatique et institutionnelle des rapports entre hommes et femmes. Mais il ne s'agit pas de parler en termes de progrès ou d'acquis, ce qui nous renverrait à une vision évolutionniste de la société et des rapports entre les sexes. Le mode de gestion sociale de la différence des sexes, le contrat social entre les sexes, a changé avec l'entrée des femmes comme citoyennes à part entière dans les démocraties occidentales. En Europe tout particulièrement, la promulgation du principe d'égalité entre hommes et femmes et ses mises en œuvre juridiques conduisent à reconsidérer les pratiques sociales traditionnelles. Le cadre juridique mis en place intervient désormais sur tous les aspects de la vie publique et privée des hommes et des femmes.

8Ce changement social, à la fois cause et effet des luttes des femmes dans différents secteurs de la société a plusieurs types de conséquences. On pourrait dire que les luttes pour les droits des femmes ont profité à toutes les femmes en termes juridiques. Les principes inscrits dans les textes constitutionnels et juridiques, dans les déclarations et les directives ou circulaires européennes et plus largement internationales, constituent un instrument incomparable qui distingue, pour le statut des femmes dans leur ensemble, les sociétés démocratiques des sociétés soumises à des régimes théocratiques ou despotiques. Mais en centrant l'analyse sur la France et sur l'Europe on peut aussi souligner combien cet arsenal juridique reste difficile à manier et fragile face aux effets de la mondialisation libérale. Si les droits sont de plus en plus égaux, leur accès reste fondamentalement inégal et leurs effets le plus souvent sexués.

Politiques européennes

9L'Europe se construit comme espace économique et politique en tentant d' « harmoniser » ses lois par-delà les différences historiques et culturelles des nations membres, tout en fermant ses frontières. Mais en dépit de cette volonté d'unification des politiques migratoires au niveau des contrôles frontaliers, les lois et procédures d'entrée tant dans l'espace économique que dans l'espace politique, demeurent différentes au niveau des États. L'histoire des pays, qui ont souvent été tout à tour, pays d'émigration et pays d'immigration, par exemple l'Italie, le Portugal ou l'Espagne, l'importance du passé colonial pour la France et la Grande-Bretagne, les principes fondamentaux d'accession à la citoyenneté, loi du sang en Allemagne, loi du sol en France, crée des grandes différences de situations. Mais en même temps, Saskia Sassen interroge le degré d'autonomie des États-Nation dans la poursuite de politiques migratoires :

  • 3   Sassen Saskia, «  Les migrations ne surgissent pas du néant » in Histoire(s) d'immigration, Le Mo (...)

Comment les politiques migratoires s'intègrent-elles au nouveau cours mondial, avec son intégration économique, ses accords internationaux sur les droits humains, avec l'extension aux immigrants résidents, de divers droits sociaux et économiques, la multiplication des acteurs politiques3, etc. ?

10En outre, l'élargissement futur de l'Europe à des pays à plus faible développement économique, le « vieillissement » de la population de certains pays européens, les manques en main d'œuvre qualifiée amène des responsables économiques à s'interroger sur le principe même de fermeture des frontières nationales.

Discours sur l’intégration et politique familialiste

11Actuellement les discours et débats sur l'intégration concernent une population majoritairement féminine mais mal ciblée : on confond les primo arrivantes du regroupement familial et les filles françaises, scolarisées en France de mères immigrées. En même temps on passe sous silence les migrations féminines de travail. On est ainsi passé de l'image de l'immigré comme homme seul, « le travailleur migrant », à celles de la famille immigrée née du regroupement familial, immigration de peuplement et non plus de travail qui poserait de nouveaux problèmes à la société d'accueil, ceux des mœurs et coutumes, celui de l'intégration. Mais cette vision familialiste appuyée sur certaines analyses anthropologiques de l'immigration, les difficultés présumées liées à telle culture ou religion d'origine, nous semble en grande partie procéder de notre passé colonial d'une part qui focalise l'immigration sur le Maghreb ou certaines ex-colonies africaines, au rejet de la religion musulmane d'autre part. Elle cache des processus de constitution d'une main-d'œuvre féminine où les femmes migrantes, de la communauté européenne ou non, reprennent les fonctions des migrantes « de l'intérieur » des siècles passés.

12Les femmes immigrées ne sont pas toutes, loin s'en faut, « amenées » par des hommes migrants : célibataires, divorcées, mères seules, ou encore chargées de famille dans leur pays de départ, elles vivent très souvent des situations qui ne s'inscrivent pas dans un cadre familial « classique » ou normé. Or les politiques européennes dans leur ensemble n'ont pas pris en compte ce nouvel aspect des mouvements migratoires.

13Enfin, cette approche engage à interroger les théories féministes de la reproduction sociale et de l'unité des femmes comme catégorie sociale. En effet, le statut de ces femmes migrantes et l'ethnicisation des rapports sociaux rejaillissent sur l'ensemble des femmes d'origine étrangère et aussi sur celles dont le nom, la couleur, et le lieu d'habitation etc. peuvent laisser à penser qu'elles sont d'origine étrangère, discrimination et stigmatisation de fait.

Féminisation des migrations

  • 4   Glaude Michel et Borel Catherine, «  les immigrés et leurs descendants sur le marché du travail : (...)

14Selon les statistiques de l'INSEE, on assiste depuis 1970 à une féminisation de la population immigrée qui était traditionnellement en majorité masculine. Entre 1990 et 1999, l'augmentation de la population immigrée est entièrement le fait des femmes. De la même façon, l'augmentation du nombre d'immigrés actifs depuis 1990 est due à la progression du nombre des femmes actives. Cette forte progression a plusieurs explications : un changement de comportement des femmes depuis leur arrivée en France, l'arrivée en France de femmes plus actives, moins souvent d'origine rurale et dans certains cas plus scolarisées. Toutefois, les comportements se différencient très nettement en fonction des pays de naissance4. Les chiffres du recensement de 1999 ou de l'enquête sur l'emploi de mars 2000, permettent donc des comparaisons entre femmes « immigrés » et hommes « immigrés », entre femmes « immigrées » et « autres » (femmes) et entre femmes « immigrées » selon leur pays d'origine. Si ces statistiques ont l'intérêt de rendre visible un phénomène ignoré – les femmes immigrées ne sont pas que des épouses d'immigrés, elles sont actives et doivent être prises en compte comme citoyennes à part entière et non seulement pour leur statut dépendant – elles ne proposent que des éclairages bien partiels du phénomène, laissant dans l'ombre toutes les femmes non recensées pour cause de statut juridique insuffisant.

15L'enquête sur l'emploi permet plusieurs lectures selon qu'on rattache les femmes immigrées, pour les comparer, au groupe des immigrés ou à celui des femmes. Si les femmes immigrées connaissent comme les hommes immigrés de plus grandes difficultés que les Français nés de parents français sur le marché de l'emploi, elles partagent aussi, en les aggravant, tous les désavantages des femmes comme groupe social face à l'activité professionnelle. En somme, elles cumulent toutes les difficultés. Plus souvent au chômage, plus souvent employées dans des emplois peu qualifiés, dans des emplois précaires surtout si elles viennent d'AAAF ou de Turquie. Donc, au même titre que les hommes immigrés, elles expérimentent la dérégulation de l'emploi, les pratiques patronales d'utilisation de la main-d'œuvre immigrée pour imposer la « flexibilité » de l'emploi.

«Les dessous féminins de la globalisation5»

  • 5   Traduction libre de « The female underside of globalization » in Introduction, Ehrenreich Barbara (...)
  • 6   On pourrait également citer employées dans le secteur éducatif telles les (ASM) assistantes scola (...)
  • 7    Merckling Odile, «  L'emploi des femmes étrangères et issues de l'immigration », in Hommes & mig (...)

16Mais d'autre part, par le type d'emplois auxquels elles sont assignées, elles assurent la reproduction d'une division sexuelle du travail mise en cause par les revendications des femmes des pays du nord et les politiques d'égalité. Odile Merckling décrit les transformations de l'emploi « des femmes étrangères et issues de l'immigration » en France : « La part de l'industrie ayant fortement diminué, il y a eu surtout un déplacement vers les commerces (notamment les grandes surfaces), les grandes chaînes de la restauration et de l'hôtellerie, l'hygiène et le nettoyage dans le cadre des sociétés de sous-traitance ; mais aussi vers les professions de secrétariat et de santé. Près de la moitié des étrangères sont désormais classées parmi les employées, mais celles-ci sont en grande partie des personnels de service directs aux particuliers » ou des « agents de service ». Elle signale par exemple une « montée des femmes étrangères dans les nombreux emplois de l'aide sociale : les travailleuses familiales, les assistantes maternelles (nourrices agréées), les aides ménagères et enfin les aides-soignantes6, qui relèvent de la fonction publique hospitalière, de communautés territoriales ou du secteur associatif ». Elle conclut à une dégradation des conditions d'emploi et de travail, « une construction sociale des différences » qui opère à tous les niveaux de la société à travers un cloisonnement de filières, de statuts et de secteurs d'emplois, surtout si l'on tient compte des différences entre le secteur public et semi-public, le secteur privé lucratif, le secteur privé non lucratif ou associatif et le développement des sociétés intérimaires et de sous-traitance qui jouent sur la variété des statuts juridiques7.

  • 8   Titre du journal du MLF (Mouvement de Libération des Femmes).
  • 9   Titre de l'article de Delphy Christine sur l'analyse du travail domestique paru en 1970 dans Les (...)

17Une des grandes originalités du mouvement féministe des années soixante-dix et des théorisations de certaines chercheuses dans les années quatre-vingt, du Torchon brûle8 à « L'ennemi principal9 », avait été de centrer leurs dénonciations sur le travail invisible des femmes, le travail domestique. La critique des théories fonctionnalistes de la famille qui s'appuyaient sur la vision d'une complémentarité nécessaire entre les sexes a permis de dévoiler les dimensions matérielles et symboliques de la domination masculine. La théorisation de la division sociale et sexuelle du travail, sa transversalité dans l'ensemble de la société ont fourni une large base d'analyse pour les recherches féministes.

18Or les transformations de la famille et l'accès généralisé des femmes à l'emploi conduisent au recours à des femmes immigrées pour seconder ou remplacer les femmes (et les hommes) dans leurs tâches de reproduction. Plutôt qu'un modèle de libération des femmes par le recours à la technique, à la professionnalisation des tâches ménagères, à la parentalisation des tâches éducatives, on s'achemine vers une société de délégation des tâches à des femmes migrantes qui n'est pas sans rappeler le recours massif à la domesticité des aristocrates et des classes bourgeoises au XIXe siècle et au début du XXe. Le développement d'emplois de proximité et de « services aux personnes » contribuent à l'exécution dans le cadre d'un secteur salarié, de tâches similaires à celles qu'elles ont l'habitude d'effectuer dans la sphère privée, compte tenu de l'utilisation de qualités jugées « féminines » et qui sont peu rémunérées.

L'étude des évolutions au cours des trois dernières décennies met en évidence qu'un nombre croissant de tâches du travail domestique est désormais, soit transformé par l'élargissement des consommations marchandes, soit réalisé au sein d'institutions publiques, privées et associatives. Ainsi en est-il de la garde des enfants, les plus jeunes notamment et des soins aux personnes âgées que les femmes doivent nécessairement déléguer le temps où elles exercent une activité professionnelle. Une grande part des autres tâches sera reportée en fin de semaine ou prise en charge, selon les revenus disponibles, par les aides ménagères rémunérées

19et Dominique Fougeyrollas ajoute :

  • 10  Fougeyrollas-Schwebel Dominique, «  Travail domestique », in Dictionnaire critique du féminisme, P (...)

la proportion importante de main d'œuvre immigrée constatée dans ces secteurs témoigne de ce qu'il s'agit bien de tâches qu'on préfère laisser aux autres. L'emploi de salariés domestiques est un fait so­cial de longue date, mais ce qui est nouveau, c'est le redéploiement de ces emplois impliquant l'émergence de relations d'employeur à employé entre les classes moyennes (les catégories intermédiaires de l'INSEE) et les classes populaires et le renforcement des polarisations de l'emploi féminin10.

20L'analyse présentée dans un numéro précédent des Cahiers du CEDREF par Laura Oso montre ce recours des femmes des nouvelles classes moyennes espagnoles à des domestiques pour leur permettre d'accéder pleinement à la modernité occidentale :

Dans le Nord, la participation croissante des femmes migrantes dans le marché de l'emploi répond à une demande de main-d'œuvre dans les secteurs des services, pour des travaux peu qualifiés et mal rémunérés. à la différence des activités indus­trielles, le service domestique, l'hôtellerie, les services personnels et sexuels ne peuvent s'exporter, ce qui implique une demande de courants migratoires de caractère féminin. Les femmes immigrées réalisent de manière commercialisée, les activités reproductives. (…) La migration féminine s'inscrit donc dans un processus de transfert international du travail reproductif, processus parallèle à l'internationalisation de la production.

  • 11  Oso Laura, «  L'immigration en Espagne des femmes chefs de famille », in Femmes en migrations, Cah (...)
  • 12  Ehrenreich Barbara and Hochschild Arlie Russel (ed), Global Woman. Nannies, Maids and Sex Workers (...)

21Ce phénomène est en phase ajoute-elle avec l'augmentation dans la planète des femmes chefs de famille11. Dans cette perspective, on peut parler d'une « world-wide gender révolution »12.

Une dualisation de l'emploi féminin

22Les transformations économiques des années quatre-vingt, les avancées de la mondialisation libérale conduisent à l'affaiblissement du rôle des États nation dans les régulations du marché du travail. Ce qu'on appelle « l'État-Providence » a permis à une partie des femmes d'accéder à l'emploi et à certaines formes d'égalité entre les sexes. Mais son affaiblissement ou sa disparition révèle une aggravation des distances sociales entre les femmes et modifie les conditions de la prise en charge de la vie quotidienne, privée et publique des populations.

23Je reprendrais ici les analyses de Danièle Kergoat sur la consubstantialité des rapports sociaux qui permet, dit-elle, de comprendre la nature des fortes turbulences qui traversent actuellement la division sexuelle du travail. La dualisation de l'emploi féminin illustre bien, selon elle, le croisement des rapports sociaux :

  • 13  Kergoat Danièle, «  Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Dictionnaire cr (...)

Depuis le début des années 1980, le nombre de femmes comptabilisées par l'INSEE (enquêtes Emploi) comme cadres et professions intellectuelles supérieures a plus que doublé ; 10 % environ des femmes actives sont actuellement classées dans cette catégorie. Simultanément à la précarisation et à la pauvreté d'un nombre croissant de femmes (elles représentent 46 % de la population active mais 52 % des chômeurs et 79 % des bas salai­res), on assiste donc à l'augmentation des capitaux économiques, culturels et sociaux d'une proportion non négligeable de femmes actives. On voit ainsi apparaître pour la première fois dans l'histoire du capitalisme, une couche de femmes dont les intérêts directs (non mediés comme auparavant par les hommes : pères, époux, amant…) s'opposent frontalement aux intérêts de celles touchées par la généralisation du temps partiel, les emplois de service très mal rétribués et non reconnus socialement, et plus généralement par la précarité13.

24Les effets d'une généralisation du caractère international de la division du travail et l'évolution des processus migratoires ajoutent un degré de complexité à cette situation, notamment par un phénomène d'ethnicisation ou de racialisation des rapports sociaux. La « féminisation » de la migration et sa participation à la vie professionnelle rendent plus tangible la place qu'occupent les femmes immigrées dans notre société. Or, si bien des processus de précarisation sont communs, d'une part aux femmes paupérisées ou précarisées, d'autre part à l'ensemble des immigrés, les femmes immigrées, dans et par-delà leur diversité de statut et d'emploi, posent fondamentalement le problème de la reproduction sociale dans notre société. Les femmes immigrées européennes et non-européennes, avec, sans, ou « en attente » d'un statut légal, travaillant « au noir » ou déclarées, actives dans un secteur informel ou dans des emplois précaires, diplômées ou non, sont le plus souvent affectées aux tâches de reproduction, ce que les Anglo-Saxonnes appellent le « care ».

Stratégies féminines de migration

25Dans le cadre de cette circulation mondiale des femmes, qu'en est-il des actrices et de leurs stratégies ? Il y a des modèles de migration féminine différentes selon les pays. Mais parler de migration implique de parler en même temps d'émigration et d'immigration. C'est la raison pour laquelle nous préférons parler de femmes en migration que de femmes immigrées. Il faut alors s'interroger sur les mécanismes migratoires en dépassant l'idée des vases communicants qui amèneraient des flux de « pauvres » à chercher à rentrer à tout prix dans les pays « riches ».

26« Les migrations ne naissent pas du néant » et Saskia Sassen énumère certains des acteurs majeurs qui agissent en premier lieu sur les déplacements de populations :

  • 14  Sassen Saskia, art. cité.

certaines sociétés multinationales, qui, du fait de leur rôle dans l'internationalisation de la production, supplantent les petits producteurs locaux, ce qui limite les perspectives de survie de ces derniers dans l'économie traditionnelle et créée ainsi une main-d'œuvre mobile. Des gouvernements et des groupes armés qui, par leurs opérations militaires, provoquent des déplacements de populations et des flux de réfugiés et de migrants. Enfin, les accords de libre-échange qui, renforçant les flux de capitaux, de services et d'informations transfrontaliers, impliquent une circu­lation transfrontalière de travailleurs spécialisés14.

  • 15  Ehrenreich Barbara, ouvrage cité.
  • 16  Mozère Liane, «  Des domestiques philippines à Paris : un marché mondial de la domesticité », in R (...)

27Les industries des pays du Nord délocalisent et sous-traitent créant ainsi les conditions de la précarisation de la main-d'œuvre dont les immigrés et les femmes immigrées en particulier sont les premières victimes. D'un autre côté, la déstructuration économique et politique des pays du Sud démultiplie le nombre des femmes chefs de famille. Les femmes s'exportent comme main d'œuvre pour assurer la survie de leur propre famille. On retrouve alors un vaste circuit de délégation, de circulation mondiale du travail de reproduction entre femmes où elles deviennent des « Global Woman » qui viennent servir de « Nannies, Maids and Sex Workers15 » dans les pays riches tandis qu'elles laissent le soin de leurs propres enfants à des grands-mères, sœurs, belles-sœurs. Liane Mozère parle ainsi à propos des domestiques philippines à Paris d'un « marché mondial de la domesticité16 ».

Et les féministes ?

  • 17  Lloyd Cathie, «  Genre, migration et ethnicité : perspectives féministes en Grande-Bretagne », in (...)
  • 18  Gaspard Françoise, «  Pourquoi avons-nous tant tardé ? », in Les Cahiers du Mage, 3/96.

28Le féminisme français a particulièrement tardé à prendre en compte cette diversité des situations et des intérêts des femmes qui peuvent aller jusqu'à les opposer. La lutte pour la parité dans les années quatre-vingt, menée avant tout par des femmes engagées dans des institutions et des organisations directement ou indirectement relevant de l'État, s'est traduite par une demande de partage du pouvoir politique. Certaines observatrices ont parlé d'un féminisme d'État qui fait écran aux réalités sociales des femmes socialement situées dans d'autres sphères de la société. Cette analyse peut également s'étendre à certaines associations ou organisations internationales se prétendant les représentantes des femmes opprimées auprès des pouvoirs politiques et des institutions publiques. En France, pour les chercheurs comme pour les militantes féministes, la référence à l'universalisme républicain jointe à l'oubli de l'histoire coloniale de la France a longtemps contribué à obscurcir la réflexion sur la diversité des situations et des vécus des femmes. En Angleterre, comme le montre Cathie Lloyd, les luttes des femmes des minorités ont engagé le débat avec les féministes et les chercheuses. Reprenant le terme utilisé pour s'auto-désigner par les militantes des « minorités », elle explique que « les femmes noires doivent lutter contre leur invisibilité imposée par la société : en termes de racisme, elles sont soumises à un discours dont le sujet est mâle, et en terme de genre, elles sont éclipsées par un discours dont le sujet est la femme blanche17 ». En France, par contre, les quelques luttes et réflexions sur l'immigration des années quatre-vingt, ont été occultées par le débat entre identité et différence, entre universalisme et particularisme, qui a fort occupé les féministes. Françoise Gaspard parle du travail des femmes immigrées comme du « point aveugle de la connaissance tant pour le passé récent que pour le présent »18.

La face cachée de la reproduction

29L'objectif de ce travail qui parle « des femmes » migrantes n'est pas de les isoler en les séparant de l'histoire des migrations, mais de déplacer le regard en insistant sur un aspect trop méconnu de ces migrations. Montrer comment à toutes les étapes de ces parcours toujours mouvementés, souvent difficiles parfois tragiques, les femmes et les hommes ne vivent pas toujours la même réalité. Ensemble ou séparés, l'expérience de la migration les atteint différemment du fait de la structure des rapports entre hommes et femmes propres à chaque société, des pays d'émigration aux pays d'immigration. Ces rapports de sexe sont différents dans chaque conjoncture sociale et locale, mais traversent l'ensemble du monde, traversent les frontières. Les textes rassemblés ici dénoncent l'invisibilisation permanente des femmes migrantes et de leurs luttes. Ils montrent à partir de pays et de situations migratoires différents cette spécificité des situations vécues et des dynamiques sur laquelle nous souhaitons alerter tant les autorités publiques et les services sociaux que les syndicats, les associations et plus généralement les militant-e-s des droits humains. Nos auteures s'accordent pour montrer combien la lutte au niveau des instances européennes est importante alors qu'à l'heure actuelle, les politiques restrictives des pays européens aggravent la situation des femmes migrantes.

30Ces articles posent notamment le problème de la reconnaissance des femmes dans les instances nationales et internationales comme « groupe social » soumis à des persécutions particulières tant dans les raisons de leur migration ou de leur fuite en exil que dans leurs conditions de vie dans les pays d'arrivée.

  • 19  Voir Madiguène Cissé et Quiminal Catherine, «  La lutte des « Sans- papières » », in Femmes en mig (...)
  • 20  Sur l'histoire de cette lutte voir Eff Carine, «  Journal d'une femme de chambre. La lutte improba (...)

31Contre l'invisibilité, les luttes pour les régularisations sont une occasion de révéler l'envers du décor et les luttes des sans-papières en France19 témoignent de la présence et l'énergie des femmes immigrées, notamment des femmes venues d'Afrique. D'autres luttes comme celle des travailleuses d'Arcade ouvrent la voie aux refus de la surexploitation de la main-d'œuvre notamment par le biais des sociétés de sous-traitance. En mars 2002, 35 femmes de ménages employées par la société de nettoyage Arcade, sous-traitante du groupe ACCOR se sont mises en grève contre leurs conditions de travail illégales. Elles ont mené une lutte longue et difficile mais victorieuse et ont réussi à faire plier une multinationale20.

32Au-delà de la dénonciation commune des formes de répression et d'exploitation, notons deux axes de réflexion qui selon moi émergent de la richesse de ces textes :

    • 21  Dans cette perspective voir Anderson Bridget, Doing the Dirty Work ?

    à l'échelon mondial, une question centrale reste : comment allons-nous nous occuper des personnes dépendantes, enfants, malades, personnes âgées ? Dans cette perspective, il ne s'agit pas de victimiser les femmes migrantes ou de culpabiliser les femmes des pays du Nord qui recherchent leur autonomie par le travail21, mais plutôt de montrer les lignes de réflexion et d'action qu'ouvre la mise en évidence des situations vécues et de leurs contextes. Comment traiter du pouvoir des femmes ? Comment traiter de la nouvelle circulation du travail domestique ? De la professionnalisation de la reproduction ?

  1. à travers les migrations, les échanges entre Nord et Sud donnent lieu à d'autres types d'échange que ceux imposés par la mondialisation libérale écrase-tout. Dans l'ombre et parfois dans la clandestinité, les migrants nous montrent l'espoir d'autres formes de circulation des biens et des personnes qui permettraient d'œuvrer dans le sens du co développement.

33Cet ouvrage souhaite contribuer à l'accumulation d'un savoir critique pour le développement de recherches et notamment de recherches féministes menées grâce aux problématiques du genre.

Haut de page

Notes

1   Green Nancy L., Repenser les migrations, PUF, 2002

2   INSEE Première, n° 791, juillet 2001

3   Sassen Saskia, «  Les migrations ne surgissent pas du néant » in Histoire(s) d'immigration, Le Monde diplomatique, Manière de voir 62, mars-avril 2002.

4   Glaude Michel et Borel Catherine, «  les immigrés et leurs descendants sur le marché du travail : un regard statistique », in Immigration, marché du travail, intégration, Commissariat Général du Plan, octobre 2002.

5   Traduction libre de « The female underside of globalization » in Introduction, Ehrenreich Barbara and Hochschild Arlie Russel (ed), Global Woman. Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, Granta Books, London, 2003.

6   On pourrait également citer employées dans le secteur éducatif telles les (ASM) assistantes scolaires municipales et les auxiliaires de puéricultures.

7    Merckling Odile, «  L'emploi des femmes étrangères et issues de l'immigration », in Hommes & migrations, Africains, citoyens d'ici et de là-bas, n° 1239 – septembre-octobre 2002.

8   Titre du journal du MLF (Mouvement de Libération des Femmes).

9   Titre de l'article de Delphy Christine sur l'analyse du travail domestique paru en 1970 dans Les femmes s'entêtent, repris dans L'ennemi principal, Syllepse « Nouvelles questions féministes », 1998.

10  Fougeyrollas-Schwebel Dominique, «  Travail domestique », in Dictionnaire critique du féminisme, PUF, 2000.

11  Oso Laura, «  L'immigration en Espagne des femmes chefs de famille », in Femmes en migrations, Cahiers du CEDREF n° 8/9, Université Paris 7 – Denis Diderot, janvier 2000.

12  Ehrenreich Barbara and Hochschild Arlie Russel (ed), Global Woman. Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, Granta Books, London, 2003.

13  Kergoat Danièle, «  Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Dictionnaire critique du féminisme, PUF, 2000.

14  Sassen Saskia, art. cité.

15  Ehrenreich Barbara, ouvrage cité.

16  Mozère Liane, «  Des domestiques philippines à Paris : un marché mondial de la domesticité », in Revue Tiers Monde, n° 170, Avril-juin 2002.

17  Lloyd Cathie, «  Genre, migration et ethnicité : perspectives féministes en Grande-Bretagne », in Femmes en migration, ouvrage cité.

18  Gaspard Françoise, «  Pourquoi avons-nous tant tardé ? », in Les Cahiers du Mage, 3/96.

19  Voir Madiguène Cissé et Quiminal Catherine, «  La lutte des « Sans- papières » », in Femmes en migration, ouvrage cité.

20  Sur l'histoire de cette lutte voir Eff Carine, «  Journal d'une femme de chambre. La lutte improbable des salariées d'Arcade », in Vacarme, n° 22, Hiver 2003.

21  Dans cette perspective voir Anderson Bridget, Doing the Dirty Work ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman et Prisca Bachelet, « Introduction », Les cahiers du CEDREF, 12 | 2004, 9-22.

Référence électronique

Claude Zaidman et Prisca Bachelet, « Introduction », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 12 | 2004, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/537

Haut de page

Auteurs

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Prisca Bachelet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org