Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

Un tournant institutionnel : le colloque de Toulouse

Liliane Kandel
p. 81-101

Texte intégral

  • 1  Le CEFUP, à l’Université d’Aix-Marseille.

1Le 12 décembre 1982, dans un amphithéâtre bondé de l'Université du Mirail à Toulouse, neuf cents femmes se trouvaient réunies pour participer au premier colloque national sur les femmes et les études féministes, intitulé « Femmes, féminisme et recherche ». Une décennie seulement s’était écoulée depuis la création du premier groupe d’études féministes dans l’Université française1, et à peine davantage depuis celle des premiers groupes de réflexion ou la publication des premiers textes de critique féministe des discours théoriques et scientifiques sur les femmes.

  • 2  En France du moins. Dans d’autres pays, moins marqués par la tradition jacobine (et bureaucratique (...)

2Il nous avait fallu dix années pour créer un champ inédit et autonome de réflexions, d’enseignements et de travaux, pour en affirmer l’existence, en définir les problématiques : pour, contre ignorances et malveillances, les rendre visibles, et les faire reconnaître comme domaine d’investigation à part entière. Comparé au développement d’autres champs disciplinaires (même dans les sciences humaines), dix ans finalement ce n’était pas très long2. Cela n’avait pas non plus toujours été simple.

De l’accumulation primitive en milieu féministe3

  • 3  Ce titre s’est imposé à moi comme une évidence lorsque j’ai commencé ce texte. Je m’aperçois que M (...)

3On peut dire que les études et recherches féministes naissent pratiquement en même temps que le mouvement des femmes lui-même. Dès le début des années soixante-dix, des groupes de réflexion et de travail informels se forment ici et là, explorent les écrits des théoriciens sur les femmes et la « condition féminine », à la recherche d’instruments de compréhension de la situation subordonnée et exploitée imposée aux femmes, et bien sûr de lutte contre celle-ci.

  • 4  Elles-mêmes parfois participaient au mouvement féministe ou se sentaient, simplement, intéressées (...)
  • 5  Cf. Kandel 2000

4Spontanément ou à la demande des étudiantes, des enseignantes4, commencent à faire des cours sur l'histoire des femmes, sur la division sexuelle du travail, sur l'anthropologie des sexes.... Des chercheuses entreprennent de relire les textes fondateurs de leur discipline, de les interroger, d’en découvrir, souvent avec stupéfaction (parfois avec colère) les points aveugles, les présupposés, les conclusions parfois lourdes de conséquences épistémologiques – et pas seulement épistémologiques. Les unes interrogeaient les raisons et les effets du rejet par la sociologie et par l'économie de tout le champ de la production domestique ; d'autres examinaient les modalités (et les effets) du préjugé de genre parmi les classiques des sciences sociales ou de la psychanalyse ; les historiennes, Michelle Perrot le rappelle ici même, n'en finissaient pas de s'étonner de la place pour le moins congrue que l'histoire, y compris la plus proche du quotidien, donnait aux femmes, à leurs activités, à leurs réalisations, et à leur action historique. D'autres encore s'attachaient à l'analyse et à la critique des concepts centraux de leur discipline, – par exemple ceux de « sexe » ou de « différence des sexes5 » -, en repéraient les incohérences, les confusions et les contradictions : la fonction d’« obstacle épistémologique » à la connaissance des rapports de domination entre hommes et femmes.

5Cela s'appelait à l'époque la « critique féministe des sciences », et il faut bien dire que, dans le domaine des sciences humaines du moins, bien peu en réchappèrent.

6Toutes ces femmes en tout cas ressentaient le besoin de se rencontrer, de mettre en commun leurs interrogations, leurs découvertes, leurs projets. Et elles s'en donnèrent les moyens en créant des groupes de réflexion situés dans, à côté (ou en dehors) des institutions universitaires, des revues, des lieux d'échange ou de rencontre, en organisant séminaires et colloques.

Les groupes de réflexion et de recherche

7Les groupes de réflexion et de recherche se créent à partir de 1972 et regroupent le plus souvent des enseignantes et des chercheuses déjà insérées peu ou prou, dans l'institution universitaire, et des étudiantes ou des militantes féministes tantôt intéressées par les questions débattues, tantôt bien décidées à détruire, y compris de l'intérieur, les institutions et les appareils idéologiques du « Patriarcat ». J'ajoute que la frontière était souvent floue, et passait, pour certaines d'entre nous du moins, au moins autant à l'intérieur de chacune qu'entre les unes et les autres.

8Ces groupes avaient eux-mêmes des inscriptions institutionnelles variables – mais jamais, il faut bien le dire, totalement assurées : nous étions pour la plupart d’entre nous tolérées, parfois avec un intérêt poli mais distant, souvent avec une ironie ou une condescendance non dissimulées, parfois aussi avec agacement, voire avec une évidente exaspération.

9En tout cas, à la fin des années soixante-dix, on pouvait dénombrer, dans l’ordre chronologique de leur création (et je suis sûre d'en oublier) : le centre d’Études Féminines de l’Université de Provence (CEFUP) à Aix‑en‑Provence, le Groupe d'Études féministes (GEF) de Paris 7, le Centre Lyonnais d'Études féministes (CLEF), le Groupe de recherche pour l'Histoire et l'Anthropologie des femmes M.S.H. (Paris), le Centre de recherche politique – femmes à Nantes, le groupe Histoire des femmes des pays et minorités germanophones, à Tours, le GRIEF (Groupe de Recherche interdisciplinaire d'Etude des femmes) à Toulouse, le Groupe Femmes et Mathématiques inter IREM, le Groupe Femmes et langage ...ainsi qu’une myriade d'autres groupes, sans rattachement institutionnel précis, sinon parfois à travers les individues qui le composaient. Ainsi, le groupe interdisciplinaire féministe (G.I.F., M.S.H.) ; le séminaire Limites – Frontières (Paris) ; l'Université des femmes ; La Millénaire ; le groupe d’études Féminisme et sociobiologie ; le groupe Science féministe ; le Groupe de réflexion féministe critique, le Club Flora Tristan et bien d’autres encore.

Des revues

  • 6  En même temps que maintes autres revues, journaux ou bulletins militants féministes. Ces années fu (...)

10En même temps, des revues surgissaient qui permettaient elles aussi – et c'étaient à l'époque les seuls lieux où cela fût possible – de diffuser nos travaux, de faire connaître les questions que nous posions sur les savoirs institués, et sur nos rapports avec ceux-ci. En l'espace de deux ans, à partir de 1977, naquirent successivement : La Revue d'en Face, Questions féministes, Pénélope, le BIEF, Parole6 ! . Mais il ne faut pas oublier que, dès la fin de 1973, les Cahiers du GRIF déjà s'étaient attelés à la tâche, que Sorcières réfléchissait sur l'écriture des femmes – et aussi, par moments, sur leur politique -, que l'on trouvait des articles souvent très savants dans des publications d'orientation plus militante (la séparation entre les unes et les autres ne se fit que beaucoup plus tard), enfin que bon nombre de revues nous avaient proposé de prendre en charge des dossiers, des numéros spéciaux ou des chroniques régulières consacrés aux femmes et au féminisme – notamment les Temps Modernes, sans compter bien sûr les Révoltes Logiques dont chaque numéro ou presque comportait des articles et études sur l’histoire des femmes.

11Il faut souligner le rôle central joué ici par l’édition : certaines de ces revues (Questions féministes, La Revue d'en Face, Parole ! Les Cahiers du GRIF,) furent toutes, à des moments divers, publiées par une maison d'éditions féministe – la seule à vrai dire que nous ayons jamais eue : les éditions Tierce, dont le rôle dans la diffusion des revues et ouvrages d'études féministes sera, durant plusieurs années, essentiel. Sa fondatrice Françoise Pasquier vient de nous quitter, avant peut-être que nous ayons mesuré la dette que, en tant que chercheuses féministes, nous avions toutes à son égard.

Des colloques

12Enfin, des colloques réunissent peu à peu entre elles ces différentes initiatives, et facilitent les échanges entre ces différents groupes : « Les femmes et les sciences humaines » (7-8 juin 1975, à Aix en Provence) ; « Les femme et la classe ouvrière » (15 au 15 décembre 1978, à Vincennes) ; « Les femmes et la question du travail » (CLEF, Lyon, décembre 1980), en les confrontant éventuellement aux travaux menés par les chercheuses étrangères, ainsi les rencontres sur « New Woman, New Family » au Moulin d’Andé dont Françoise Basch relate plus haut l’histoire.

Des projets

  • 7  Je la rencontrais régulièrement, avec d’autres, depuis le numéro spécial des Temps Modernes « Les (...)

13D'autres projets internes ou extérieurs à l'Université contribuent à cimenter cette mouvance des études féministes. Simone de Beauvoir m’avait demandé un jour7 si je connaissais des chercheuses intéressées par une participation au projet d'émission-fleuve de télévision consacrée à "Sartre témoin de son siècle". Si cela nous intéressait ! Nous retrouvâmes ainsi en 1975 un certain nombre de féministes (dont certaines du GEF, récemment créé : M-J. Bonnet, Lydia El Haddad, Christine Fauré, Geneviève Fraisse, Françoise Picq, Nadja Ringart, moi-même) dans le cadre de ce projet. Nous devions y assurer, en principe, le seul volet "femmes" ; nous y apportâmes, là encore, la perturbation : à la ligne générale de l’ensemble, d’inspiration principalement maoïste, nous opposions non seulement la « condition féminine » mais encore Cronstadt, Makhno, les livres de Voline. L’émission ne se fit pas – mais nous avions dévoré la littérature, exhumé des archives, discuté de leur interprétation, appris enfin à travailler ensemble, y compris dans un climat qui ne nous était pas toujours des plus bienveillants.

Des commissions

  • 8  Syndicat national des chercheurs scientifiques.
  • 9  Le questionnaire comportait 71 questions dont 41 questions ouvertes. Pour 2000 questionnaires dist (...)

14Enfin, à l'intérieur même des institutions de recherche, des femmes se regroupent, créent des commissions de travail, réfléchissent à leur place dans l’institution, et à leurs perspectives. En octobre 1977 se crée au SNCS8 une commission « Femmes dans la recherche » : celle-ci réalisera une vaste enquête par questionnaire sur la situation des femmes chercheurs9, dont le résultat sera publié en volume par le SNCS début 1981 sous le titre « La recherche des femmes » avec le concours, là encore, des éditions Tierce.

15Des initiatives donc sont apparues, d'abord spontanées et dispersées, puis, peu à peu et de plus en plus souvent, coordonnées. Nous avions appris à nous rencontrer, à nous connaître, à prendre et à mener à bien des initiatives et des projets communs.

16Faut-il ajouter que ceux-ci étaient toujours, pour la plupart, absolument impécunieux, et demandaient une force d’investissement – voire d’oblation – considérables ? Nous avions la chance à Paris 7 d’avoir obtenu, grâce à Michelle Perrot, la disposition d'un local pour les réunions (c'était beaucoup, et c'était aussi un début de reconnaissance), puis quelques aides sporadiques (par exemple pour Pénélope), mais dans l’ensemble peu de ces groupes ou de ces projets bénéficiaient d’un quelconque soutien institutionnel.

17Peu importe cependant : au début des années 1980, la phase d’« accumulation primitive » avait porté ses fruits : le milieu était créé, la masse critique (si bien nommée) de réflexions et de recherches atteinte. Qu’allions-nous en faire désormais ?

gérer le possible

18Le 10 mai 1981, F. Mitterrand est élu président de la République – et nous étions bien sûr pour la plupart, ce soir-là, de cœur sinon de corps, à la Bastille : un avenir, dont nous ne doutions pas qu’il ne fût radieux, s'ouvrait.

19« Soyez réalistes, demandez l'impossible », disions-nous en 1968. C'est le possible désormais, que nous allions découvrir, dont nous allions explorer les contours, et dont nous allions aussi, pour certaines du moins, payer le prix fort. Une amie féministe avait écrit à l’époque dans un article : « le problème avec les socialistes, c'est qu'ils vont nous forcer à grandir ». Ce que, délibérément ou non, ils firent – et parfois même au-delà de leurs espérances, voire des nôtres (et/ou de nos résistances)

20Jean-Pierre Chevènement, à l'époque ministre de la recherche et de l'industrie, annonça très vite une vaste concertation devant aboutir à un Colloque National sur la recherche et la technologie.

21L'entreprise fut grandiose. Le colloque, qui se tint à Paris du 13 au 16 janvier 1982, à la Sorbonne, avait été préparé durant tout l'automne 1981 par pas moins de 31 assises régionales, réunissant plus de 22 000 personnes, dont 10 000 chercheurs ainsi que des syndicalistes, des élus, et des représentants de la société civile.

22Les objectifs, plus qu’ambitieux, avaient été clairement exprimés. Il s'agissait, lisait-on dans la présentation du projet, de présenter au gouvernement une nouvelle politique de la recherche, prenant largement en compte « la demande sociale » et les « changements de mentalité », favorisant aussi l'« interdisciplinarité », et les « recherches finalisées par les besoins sociaux ». Les études féministes étaient, donc, directement concernées, et « interpellées ».

23Oui, mais voilà : par un curieux oubli, nous n'avions pas été prévues, encore moins invitées ou sollicitées. Ce n’était évidemment pas une raison pour nous laisser oublier. La course d’obstacles commençait.

  • 10  Pour une analyse détaillée de cet ensemble d’initiatives et de négociations, voir les deux article (...)

24Dès le mois d’Octobre, des groupes de chercheuses décidaient d’intervenir lors des assises régionales préparatoires (à Aix, Lyon, Toulouse, Orléans-Tours, Paris). Elles insistaient sur le lien privilégié des études féministes avec le mouvement social, leur nécessaire pluridisciplinarité et, surtout, le fait qu'il s'agissait là d'un domaine de recherche original, presqu’inédit en France – et… ignoré par les organisateurs10.

25L'accueil fut divers. M-F. Pichevin (1981) relate ainsi, avec humour, quelques-unes des raisons invoquées par la Commission d’organisation de la région PACA, pour refuser d’abord la tenue d’un colloque sur « la Recherche et les femmes » dans le cadre des Assises régionales : « ce serait aussi ridicule qu'un colloque sur « la recherche et les hommes » » ; « ce serait céder à une mode » ; « cela pourrait signifier : Mais alors sont-elles si mal traitées ? », etc., et s’interroger ensuite longuement pour savoir si la place des féministes serait davantage dans la section « Hommes et structures », « Dimension sociale de la recherche », ou… « Tiers-Monde ».

  • 11  Les trois textes distribués émanaient respectivement du Gef-Paris 7, du GIF-MSH, et de l’Universit (...)

26À Paris, ce fut quelque peu différent. Plusieurs groupes avaient pris contact les uns avec les autres, et il avait été décidé de faire entendre notre voix lors des Assises régionales Ile de France, dans deux commissions : « Sciences de l’homme et de la société », et « Hommes et structures ». Nous allions également y diffuser plusieurs textes écrits pour la circonstance, où nous définirions nos objectifs, nos besoins, et nos propositions11.

  • 12  La demande, formulée d’abord par le GEF, avait été reprise ensuite par l’ensemble des groupes part (...)

27Nous étions donc déterminées, mais peu optimistes. Certaines d’entre nous, persuadées d’expérience de l’inanité de nos efforts, avaient même, dès avant le début des Assises, rédigé un communiqué préventif – et vengeur – à l’usage de la presse, intitulé (à peu près) : « Une fois de plus, on a étouffé la parole des femmes » : leur surprise fut de… ne pas avoir à le distribuer. Malgré réticences, évitements et diversions, les féministes purent en effet se faire entendre le 19 novembre dans les deux commissions où elles étaient présentes, intervenir plus longuement le lendemain, faire reprendre une partie de leurs propositions lors de la séance plénière du 21 novembre, y exposer enfin leur demande d’organisation, à l’occasion du Colloque de janvier, d’un « Atelier National d’études et Recherches féministes et sur les femmes12 ». Après quelques négociations, le projet fut accepté par le Ministère de la Recherche, qui mettait un amphithéâtre à notre disposition dans ses locaux mêmes, à l’école Polytechnique : c’était la reconnaissance du caractère officiel de la rencontre.

  • 13  1. Mouvement social et recherche ; 2. Interdisciplinarité des recherches ; 3. Lieux de la recherch (...)

28Le 12 janvier 1982, à la veille de l’ouverture du Colloque National se tenait donc l’Atelier des Études Féministes. Il rassemblait 200 femmes, venues de Paris et de province dont un grand nombre se rencontrait là pour la première fois. Des groupes de travail avaient préparé chacun des quatre grands thèmes de la journée13, auxquels l’assistance participa abondamment.

29D’autre part, une invitation au Colloque National, qui commençait le lendemain, avait été arrachée in extremis par les chercheuses féministes. Présentes, elles réussirent à faire mentionner les études féministes dans le rapport oral de synthèse sur les sciences humaines, et à introduire un certain nombre d’amendements dans le volumineux rapport final du Colloque.

  • 14  Maurice Godelier, qui devint par la suite directeur du Département des Sciences de l’Homme et de l (...)

30Le succès même de l’Atelier de janvier nous poussait à continuer. Le 14 février 1982 eut lieu au Ministère de la Recherche une réunion entre un certain nombre de chercheuses féministes d’une part et, d’autre part, P. Barret, conseiller auprès du Ministère pour les Sciences Humaines, Michèle Coquillat, responsable de la Recherche au Ministère du Droit des Femmes et Maurice Godelier, alors chargé de mission au Ministère pour le secteur des Sciences de l’Homme et de la Société14. À la surprise de leurs interlocuteurs, les chercheuses se refusèrent à formuler sur le moment même quelque demande que ce soit (en termes de moyens, de postes ou de structures) : il était nécessaire auparavant, disaient-elles, d’organiser une vaste consultation sur l’état des recherches féministes en France, leur développement dans les différentes disciplines et les différentes structures d’enseignement et de recherche, les besoins exprimés, les moyens à mettre en œuvre. Bref, il fallait organiser, sur le modèle même du Colloque de janvier 1982, un Colloque National des Études Féministes.

  • 15  Il faudra écrire un jour l’histoire des relations, tout à la fois conflictuelles et complémentaire (...)

31La proposition fut acceptée – et, il faut le souligner, sans trop de difficulté15. Un budget assez important fut débloqué : 450 000 F (dont un tiers était pris en charge par le Ministère du Droit des Femmes).

  • 16  Ou absentes à une précédente réunion, et mécontentes des décisions qui s’y étaient prises.

32C'est la première fois qu'une initiative féministe bénéficiait d'un réel soutien financier : le possible était, enfin, à portée de main. Encore fallait-il apprendre à le gérer – et ceci signifiait : créer une association 1901 (c'était là bien sûr un exercice inconnu jusqu’à présent de la plupart d'entre nous) ; lui donner des statuts, et des structures acceptables par toutes, présentes ou absentes16 ; ...structures si possible représentatives de toutes les composantes de la recherche féministe ; choisir parmi nous les plus motivées, et les plus aptes à les faire fonctionner, i.e. les plus compétentes et, si possible, les moins ombrageuses ; les amener à travailler ensemble, malgré les divergences épistémologiques, politiques, et...personnelles, malgré les antagonismes – ceux d'hier, qui n'étaient pas forcément résorbés, et ceux de demain, qui n'allaient pas tarder à se manifester.

33En somme, pour ces spécialistes de l’utopie, de la radicalité – et de la rupture – politiques, une vétille.

  • 17  Notamment entre régions (il y en eut 6, Paris compris), entre disciplines, ainsi qu’entre chercheu (...)
  • 18  Cf. Pré-rapport 1982, Kail 1984.

34C'est donc tout simplement aussi que naquit un Conseil d’Administration de 28 personnes, composé pour moitié de titulaires, et pour moitié de suppléantes, que celui-ci tenta de respecter tant bien que mal de fort savants dosages17, que ces 14 représentantes se réunirent toutes ensemble 5 fois en l'espace de 6 mois, tantôt à Paris, tantôt en province, durant une journée ou durant tout un week-end ; qu’elles se retrouvèrent bien plus souvent encore dans leurs « régions » et dans leurs disciplines respectives, où elles organisèrent ateliers, groupes de réflexion, réunions et journées préparatoires ; que ceux-ci donnèrent lieu à publications, rapports, et propositions d’organisation18 ; que bien sûr, comme dans la chanson, elles eurent des orages, que mille fois elles firent leurs bagages… mais que, tant bien que mal, le 12 décembre 1982, elles étaient toutes présentes à Toulouse, que l'amphithéâtre de l'Université du Mirail était plein à craquer, et qu'il y avait là 900 femmes ayant toutes fait, faisant ou déterminées à faire des études féministes ou à s'y intéresser.

  • 19  Quelques (rares) compte-rendus ont été publiés notamment dans la Revue d’En Face (Sofer 1983, Picq (...)
  • 20  Sur l’affrontement, mémorable, entre « provinciales » et « parisiennes » à propos du projet d’Asso (...)
  • 21  Un des enjeux de Toulouse fut ainsi, délibérément ou non (mais les féministes comptaient quelques (...)

35Il est impossible de résumer ici tout ce qui se dit et se débattit durant ces trois jours, dans les Assemblées plénières ou les commissions thématiques19. Il en résulta un épais volume de mille pages, contenant environ 140 communications – sans compter les annexes (Actes, 1984), où l’on peut reconnaître, au moins à l’état d’ébauche, l’essentiel des thèmes des recherches féministes qui seront développés par la suite. Ce fut ensuite, après maintes discussions et négociations, la création de l’ATP « Recherches sur les femmes et recherches féministes » au CNRS, et celle d’un certain nombre de postes d’études féministes dans les Universités. Ce fut encore la mise sur pied d’un certain nombre d’associations régionales, dont l’APEF (Association parisienne des études féministes20), réunies par la suite dans l’ANEF. Et ce fut, surtout, une reconnaissance et une visibilité nouvelles pour un champ d’études, de réflexions et de recherches surgi seulement quelques années auparavant. Le pari était gagné : imposer la parole, les analyses et les propositions des chercheuses féministes aux instances technocratiques et hiérarchiques du gouvernement, de l’Université et de la recherche21.

  • 22  Seule l’aventure intellectuelle de l’histoire des femmes a fait jusqu’à présent l’objet d’un tel t (...)

36Une histoire complète de ce que fut ce mouvementd’invention, d’affirmation, d’approfondissement, et de mise en œuvre des « études féministes », de ses agents, ses opposants ou ses spectateurs(trices), ses stratégies – souvent divergentes -, ses succès et ses échecs, reste encore à écrire22. Le présent volume avait aussi pour objet d’y contribuer.

Quelques remarques me paraissent nécessaires pour conclure.

  • 23  Cf. Picq 1993.

371. Le colloque de Toulouse marque bien un tournant institutionnel dans les études féministes. Mais, et on oublie trop souvent de le dire, ce tournant n’était ni fortuit, ni purement conjoncturel, ni imposé par quelque irrépressible contrainte extérieure – ou par quelque impératif de préséance dans le « champ ». Il était tout simplement significatif du début des années quatre-vingt, de la conjoncture inédite créée par la victoire socialiste – et aussi, d’un long travail de réflexion et d’analyse effectué depuis plusieurs années dans le mouvement : sur le pouvoir, sur les fonctions de l’État (et de l’État de droit), sur la terreur, sur le développement des totalitarismes – ailleurs (en URSS, en Chine et dans d’autres pays communistes), et ici même dans certaines franges de l’extrême-gauche post-soixante-huitarde ou dans le mouvement féministe lui-même23.

  • 24  Cf. par exemple le livre collectif des éditions Tierce, Proches et lointaines (1980)
  • 25  Ce courant, où je me reconnaissais sans difficulté, s’exprimait de manière privilégiée dans la Rev (...)
  • 26  « Mouvement et institutions », la Revue d’En Face n° 11, 4e trimestre 1981. Voir aussi sur ce poin (...)

38Nous avions, comme beaucoup d’autres, suivi avec passion les luttes des dissidents (puis des femmes dissidentes) soviétiques, certaines avaient travaillé de près avec elles – et avec eux24. Pas plus que d’autres, nous n’avions été épargnées par l’effondrement des utopies révolutionnaires, et nous tentions, tant bien que mal, d’en tirer des leçons pour le féminisme. Un de nos slogans favoris était, durant cette période : « Le monde change, pourquoi pas nous25 ? Un numéro spécial de la Revue d’En Face : « Mouvement et institutions » tentait de faire le point de nos interrogations – et de nos malaises26.

39Marie-Josèphe Dhavernas constatait ainsi que, loin d’être demeuré une force de contestation, d’opposition et de rupture, le mouvement féministe était lui-même devenu une institution, répétitive dans ses analyses et ses modes d’organisation ; institution sans doute d’autant plus pernicieuse qu’elle était masquée, occulte, n’explicitant ni ses règles de fonctionnement ni ses mécanismes de pouvoir. Institution parfois « terrorifiante » ajoutait Françoise Picq dans une analyse non moins sévère : « Nous avons cru que le pouvoir, attribut de la virilité, ne nous concernait pas (…) Mais c’est une autre forme de pouvoir que nous avons laissé s’instaurer : celui de la séduction ou des grandes gueules, celui de la fascination de la parole d’une seule, jusqu’à constitution du syndrome du perroquet ». Et de conclure, non sans courage : « Il nous faut retrouver les grands principes démocratiques inventés par les hommes pour se prémunir de la tyrannie (…) Nous ne pouvons plus aujourd’hui faire confiance aux femmes pour se passer du formalisme démocratique qui seul permet le contrôle » (Picq 1981, souligné par moi).

40Par ailleurs M-J. Dhavernas faisait avec humour l’inventaire des difficultés que nous rencontrions à l’époque : « Pendant des années, écrivait-elle, nous nous sommes projetées imaginairement dans une société révolutionnaire ou post-révolutionnaire, mais qui d’entre nous s’était projetée dans une période social-démocrate ? » C’est pourtant bien à celle-là que nous étions désormais confrontées, qui nous obligeait à inventer de nouveaux schémas d’analyse, et de nouvelles modalités d’intervention politique, différentes de la seule contestation, que nous avions si bien su manier jusque-là. Il lui semblait nécessaire donc que les féministes se constituent en interlocutrices face à l’état, et qu’elles se donnent les moyens « d’avoir des propositions à faire : non pas seulement des propositions utopiques (…) dont le but essentiel est de montrer le caractère patriarcal du système social (…), mais également des projets réalisables dans la société actuelle ». Des « projets réalisables ». Des « principes démocratiques inventés par les hommes ». On imagine le chemin parcouru depuis les années soixante-dix.

  • 27  Toutes bien sûr ne partageaient pas ce point de vue. A l’opposé de la Revue d’En Face, et au même (...)

41Là donc où certaines parlaient de la « trahison des clercs » (cf. Lagrave 1990), d’autres au contraire déploraient (ou dénonçaient), d’abord, une trahison… du mouvement par lui-même27.

42C’est aussi dans ce contexte de ré-évaluation progressive du rôle de l’État, de la démocratie « formelle » (ou de la Révolution), et des nouveaux enjeux du mouvement social, qu’il faut situer le « tournant institutionnel » des études féministes, tournant contemporain – et sans doute parallèle – au tournant politique de nombre d’organisations et de militants de l’extrême-gauche des seventies.

  • 28  In « Le sexisme ordinaire », Seuil, 1979. C. Crachat était le pseudonyme dans ces chroniques, de C (...)

« C’est pourtant bien parce qu’ils étaient retournés contre nous, les mots – et non seulement les mots, mais toute la pensée ; et non seulement la pensée, mais toute l’organisation sociale ; et non seulement l’organisation sociale, mais… C’est bien parce que tout cela était retourné contre nous qu’il fut décidé de ne plus se laisser faire sans rien dire. » Catherine Crachat, Naissance d’une notion28. ». « Penser, c’est déjà changer. Penser un fait, c’est déjà changer ce fait. » Colette Guillaumin, 1981

432. Peut-être est-ce finalement le débat, récurrent durant toutes ces années, sur les relations entre mouvement et recherche qu’il faudrait tenter de repenser aujourd’hui ?

  • 29  Celui-ci est réel, comme l’a montré notre enquête sur les premières actrices du mouvement (cf. Pic (...)
  • 30  Inversement, on peut s’étonner qu’A.Touraine si attentif par ailleurs aux mouvements sociaux, n’ai (...)

44Diverses analyses ont été proposées quant au développement des études féministes à partir de la fin des années soixante-dix. On sait que P. Bourdieu (1998) insiste sur l’existence d’un fort « capital culturel » préalable parmi les militantes féministes29. Rose-Marie Lagrave pour sa part décrivait une série de « reclassements professionnels », d’effets de rapports de force dans un champ universitaire dominé, d’oppositions et de convergences entre « capital militant » et « capital universitaire », de stratégies d’intégration et de normalisation en même temps que de « dévoiement du potentiel subversif » du mouvement féministe (Lagrave 1990). Et je passe sur les accusations de « prise de pouvoir », de « déviation » voire de trahison (fût-elle « virtuelle ») formulées par les unes, sur la mauvaise conscience affichée par les autres durant toutes ces années30.

  • 31  Ceci le distingue profondément de la plupart des autres mouvements de l'époque (mais le rapproche (...)
  • 32  En même temps bien sûr que de parole, et d’action.
  • 33  Souvent écrits du reste par les mêmes individues (cf. par exemple Partisans, Les femmes s’entêtent (...)

45Toutes ces analyses sont en partie exactes ; et toutes sont, en même temps, largement insuffisantes. Toutes en effet veulent ignorer ce fait massif : à savoir que le projet politique du mouvement féministe fut dès le départ inséparable de sa visée épistémologique, de son activité de critique, de « déconstruction » et d'élaboration scientifique – ou, plus exactement, que celle-ci fut une composante nécessaire, sans doute incontournable, de celui-là31. On oublie facilement aujourd’hui la frénésie de lecture, le sentiment d’urgence (et de nécessité) de cette exploration critique tous azimuts32 qui caractérisait les groupes féministes durant cette période. On se souvient rarement que les premières publications du MLF abritaient simultanément témoignages, poèmes, pétitions et articles de recherche33, et que les uns et les autres participaient de la même mise en question des institutions, des discours et des théories (ou pseudo-théories) auxquelles nous nous heurtions.

46On a souvent évoqué l’importance des slogans du mouvement – plus rarement leur dimension de… déconstruction théorique. Il est pourtant arrivé plus d’une fois que de longs et importants articles sur la « contrainte à l’hétérosexualité », sur la mythologie de la « différence des sexes », sur le viol comme système de contrôle des femmes ou encore sur l’imposition du travail domestique, se trouvent condensés au gré d’une manifestation ou d’un tract en quelques phrases lapidaires d’une étonnante efficacité symbolique, telles par exemple (pour reprendre les mêmes thèmes) : « Avez-vous choisi d’être hétérosexuelle ? », « Je suis une femme, pourquoi pas vous ? », « Viol de nuit, terre des hommes » ou encore « Travailleurs de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? »

  • 34  C’était là un des prolongements, et pas le plus heureux, d’un des slogans fondateurs du mouvement  (...)
  • 35  Une polémique avait opposé dès 1975 le groupe dit des « Mongoliennes » (qui se revendiquaient comm (...)

47Il faut reconnaître que ce même mouvement développait, paradoxalement, quelques-uns des discours les plus violemment anti-intellectualistes du moment. Aux accusations, fréquentes, à l’encontre des « intellectuel(le)s petit(e)s bourgeois(e)s » traîtres aux masses ou à la reven­dication, non moins fréquente, du contrôle sur les « intellectue(le)s organiques », le féminisme avait ajouté quelques thèmes qui lui appartenaient en propre : celui de la « primauté du vécu », du « concret34 » ou du « langage du corps », celui du refus des théories et des sciences (forcément masculines, forcément « patriarcales »), accompagnés parfois même, chez les plus radicales, du refus de toute pensée et tout débat rationnels ou de surprenants éloges du mutisme, de la paralysie ou – au mieux – de la folie des femmes35.

  • 36  Un exemple de cette difficulté, parmi cent. En 1989 paraît "Chronique d'une passion", ouvrage cons (...)

48Analyses simplificatrices d’un côté, soupçons et anathèmes de l’autre, mauvaise conscience enfin chez la plupart : on comprend mieux, dès lors l’étonnante prégnance, en ces temps-là, du thème de la coupure entre mouvement et recherche, la difficulté à prendre en compte leur continuité, et leur synergie36.

  • 37  Par exemple à la Maison des Femmes, où se tenaient les réunions de préparation du colloque de Toul (...)

49Je ne cherche nullement en disant cela à donner une image irénique des rapports entre chercheuses et militantes (sans compter, plus tard, les « gestionnaires »…) : la séparation existait, les tensions et les conflits aussi37, mais ce n’étaient certainement pas à l’époque les plus centraux, ni les plus aigus. Ceux-ci se jouaient ailleurs, parfois à l’intérieur même du milieu scientifique – et ils pouvaient être féroces. (C’est pourquoi je n’ai pas non plus la nostalgie d’un idyllique âge d’or, qui aurait vu ces « noces de la pensée et de la vie » dont parle M-J. Bonnet.)

  • 38  Ce qui n’excluait ni les stratégies d’affirmation et de pouvoir, ni les conflits de territoire, ni (...)
  • 39  Et personne ne doutait que nous vivions, précisément, un de ces moments.

50Je souhaite simplement rappeler, puisque c’est le thème de cette journée, que l’activité épistémique du mouvement féministe n’était pas une simple « conséquence », un « prolongement », un « effet », voire un sous-produit (encore moins une dangereuse déviation) de celui-ci : qu’elle en était au contraire non seulement contemporaine mais – à l’origine du moins – indissociable38. On comprendrait difficilement la longue phase d’« accumulation primitive » des études féministes – que nous avons été quelques-unes à évoquer ici – si l’on omettait de prendre en compte la passion de découverte, d’exploration, d’élaboration de savoirs critiques qui traversait le mouvement, le plaisir incontestable qu’elles suscitaient, le pari partagé enfin que, dans certains moments historiques39, l’activité de pensée pouvait, elle aussi, changer le monde.

51Ce que devinrent cette passion, ce plaisir – et ce pari – par la suite, est une autre histoire. Qui reste à écrire.

Haut de page

Bibliographie

Actes du colloque « Femmes, féminisme et recherches » (1984), Toulouse, AFFER.

Basch Françoise (1991) Introduction, in Crises de la société, féminisme, changement, o.c.

Bourdieu Pierre (1998), La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, 144 p., coll. Liber

CLEF (1989) Chronique d'une passion : le Mouvement de libération des femmes à Lyon, Paris, l'Harmattan

Dhavernas Marie-Jo (1981) : « Une seule solution : autre chose » (la victoire de la gauche et le mouvement des femmes), La Revue d’En Face n° 11, « Mouvement et institutions »,

Commission Femmes dans la Recherche SNCS (1981) : La recherche des femmes (Enquête, réflexions sur les femmes chercheuses au CNRS), Paris, SNCS-FEN

Crises de la société, féminisme, changement (1991), colloque GEF, Paris, Tierce

Delphy Christine (1981) : Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles, Nouvelles Questions féministes, n° 2, Octobre

Delphy C ; Ducrocq F., Echard N., Kail M., Kandel L., Picq F. (1982) : Proposition pour la création d'une commission interdisciplinaire du CNRS : « Recherches féministes et sur les femmes », in Pré-rapport

Duroux Françoise, Ezekiel Judith, Ferrand Michèle, Houel Annik, Kail Michèle, Kandel Liliane, Picq Françoise), « Études féministes et études sur les femmes en France en 1995 », in La Place des femmes : Les Enjeux de l'identité et de l'égalité au regard des sciences sociales ». Paris : La Découverte, 1995, 689-710

Ezekiel Judith (1992) : Radical in Theory : Organized Women's Studies in France, the Women's Movement and the State, Women's Studies Quarterly, Fall/Winter.

« Femmes dans la recherche, rapport de la Commission Femmes dans la recherche », La Vie de la Recherche scientifique, SNCS, Juin-Juillet 1978, pp. 9-14.

Godelier Maurice (1982) : La production des grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruyas de Nouvelle Guinée, Paris, Fayard.

Guillaumin Colette (1981) : Femmes et théories de la société. Remarques sur les effets théoriques de la colère des opprimées, Sociologie et Société, vol. XIII, 2, reproduit dans ibid., Sexe, Race et Pratique du pouvoir, Paris, Côté-Femmes, 1992.

Kail Michèle (1982) : Au hit-parade du changement : les études et recherches féministes, Nouvelles Questions féministes n° 3, avril, pp.79-98.

Kail Michèle (1984) : Historique du Colloque, in Actes du colloque « Femmes, féminisme et recherches ».

Kandel Liliane (1979) Des journaux et des femmes, Pénélope, n° 1, 1979 (repris et développé dans Le Débat, n° 1, 1980 puis Questions féministes, n° 7, 1980).

KandelLiliane (1991) : Du politique au personnel : le prix d’une illusion, in Crises de la société, féminisme, changement, o.c.

KandelLiliane (2000),Sur la différence des sexes, et celle des féminismes, Les Temps modernes, n° 609, Juin-Juillet-Août, pp. 283-306

Lagrave, Rose-Marie (1990) « Recherches féministes ou recherches sur les femmes ? », Actes de la recherche en sciences sociales n° 83, p. 27-39.

Perrot Michèle (1982), Recherches sur les femmes et études féministes, in M. Godelier : Les sciences de l’Homme et de la société en France, rapport au Ministre de la Recherche et de l’Industrie, Paris, La Documentation Française, pp. 311-322

Peiffer Jeanne (2000), Les débuts de la critique féministe des sciences en France (1978-1988), in Gardey Delphine, Löwy Ilana, L'invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éditions des archives contemporaines

Pichevin Marie-France (1981) : Deux ou trois choses entendues… un 14 octobre 1981, BIEF, n° 7-8 spécial : Les Femmes et la Recherche, Novembre, pp. 11-13.

Picq Françoise (1981) : Sauve qui peut, le MLF, La Revue d’En Face, n° 11

Picq Françoise (1983) : Toulouse et après, La Revue d’En Face, n° 14

Picq Françoise (1991) : Stratégie de sexe ou destin de classe, in Crises de la société, féminisme, changement, o.c.

Picq Françoise (1993), Libération des femmes. Les années mouvement, Seuil

Pré-rapport sur la recherche féministe, (1982), Paris, Collectif parisien d'organisation du colloque « Femmes, féminisme et recherches ».

Rapport sur la place des études féministes dans les cursus universitaires, (1982), Paris, Collectif parisien d'organisation du colloque « Femmes, féminisme et recherches ».

Ringart Nadja (1991) : Quand ce n’était qu’un début, in Crises de la société, féminisme, changement, o.c.s

Sofer Catherine (1983) : À propos du colloque de Toulouse, La Revue d’En Face, n° 14, Automne.

Thébaud Françoise (1998), Ecrire l'histoire des femmes, Paris, ENS Éditions

Haut de page

Notes

1  Le CEFUP, à l’Université d’Aix-Marseille.

2  En France du moins. Dans d’autres pays, moins marqués par la tradition jacobine (et bureaucratique) française, ce développement s’était fait de manière moins centralisée, plus rapide, plus « libérale ». Nombre de collègues étrangères néanmoins disaient, en 1982, nous envier le soutien officiel que nous venions de gagner.

3  Ce titre s’est imposé à moi comme une évidence lorsque j’ai commencé ce texte. Je m’aperçois que Michelle Perrot l’utilise également, pour sa part. Peut-être le lui ai-je emprunté sans m’en souvenir, après l’avoir entendue au colloque, peut-être simplement avons-nous ressenti de la même manière cette expérience.

4  Elles-mêmes parfois participaient au mouvement féministe ou se sentaient, simplement, intéressées et concernées par les questions qu'il soulevait, et les nouveaux regards qu'il posait sur la société -

5  Cf. Kandel 2000

6  En même temps que maintes autres revues, journaux ou bulletins militants féministes. Ces années furent véritablement celles de l’explosion d’une nouvelle presse féministe (cf. Kandel 1979).

7  Je la rencontrais régulièrement, avec d’autres, depuis le numéro spécial des Temps Modernes « Les femmes s’entêtent » (printemps 1974), et à l’occasion des Chroniques du Sexisme ordinaire que nous écrivions tous les mois dans les TM.

8  Syndicat national des chercheurs scientifiques.

9  Le questionnaire comportait 71 questions dont 41 questions ouvertes. Pour 2000 questionnaires distribués, il reçut près de 500 réponses (dont 266 femmes), chiffre plus qu’honorable, et qui témoignait de l’intérêt rencontré dans le milieu.

10  Pour une analyse détaillée de cet ensemble d’initiatives et de négociations, voir les deux articles de Michèle Kail (1981 et 1984), où j’ai puisé une grande partie des éléments rapportés ici.

11  Les trois textes distribués émanaient respectivement du Gef-Paris 7, du GIF-MSH, et de l’Université des femmes

12  La demande, formulée d’abord par le GEF, avait été reprise ensuite par l’ensemble des groupes participant à ces Assises.

13  1. Mouvement social et recherche ; 2. Interdisciplinarité des recherches ; 3. Lieux de la recherche féministe : structures et institutions ; 4. Problèmes de publication et de diffusion.

14  Maurice Godelier, qui devint par la suite directeur du Département des Sciences de l’Homme et de la Société au CNRS, était anthropologue et auteur d’un ouvrage sur la domination masculine chez les Baruyas de Nouvelle Guinée (Godelier 1982). Son intérêt propre pour les questionnements féministes constitue un élément fortuit, mais non dénué d’importance sans doute dans l’accueil que ceux-ci reçurent de l’Institution.

15  Il faudra écrire un jour l’histoire des relations, tout à la fois conflictuelles et complémentaires, entre les divers mouvements sociaux et le pouvoir socialiste. Il me paraît clair que la relative ouverture de ce dernier aux demandes féministes était liée non seulement à la pression exercée par celles-ci, mais aussi à leur rôle (présumé) dans l’entreprise globale d’ouverture (et de « modernisation ») de la société française, mise en chantier par la gauche après 1982 : l’accent mis de part et d’autre sur la « demande sociale » en était bien sûr un des éléments moteurs.

16  Ou absentes à une précédente réunion, et mécontentes des décisions qui s’y étaient prises.

17  Notamment entre régions (il y en eut 6, Paris compris), entre disciplines, ainsi qu’entre chercheuses ou groupes de recherche déjà intégrés dans l'institution, partiellement dans l'institution, et totalement hors institution. et, bien sûr, entre tempéraments.

18  Cf. Pré-rapport 1982, Kail 1984.

19  Quelques (rares) compte-rendus ont été publiés notamment dans la Revue d’En Face (Sofer 1983, Picq 1983), et dans le Bief ( n° 11-12, 1983)

20  Sur l’affrontement, mémorable, entre « provinciales » et « parisiennes » à propos du projet d’Association nationale d’études féministes présenté par celles-ci, cf. Picq 1983.

21  Un des enjeux de Toulouse fut ainsi, délibérément ou non (mais les féministes comptaient quelques stratèges de haut vol en leur sein), l’affrontement entre les « chercheuses aux pieds nus » qu’étaient la plupart des participantes, et les pouvoirs traditionnels en place – avec avantage final, pour quelque temps du moins, aux premières.

22  Seule l’aventure intellectuelle de l’histoire des femmes a fait jusqu’à présent l’objet d’un tel travail (Thébaud, 1998). On ne peut qu’espérer que d’autres suivront son exemple. La thèse (en cours) de Muriel Andriocci à Toulouse constitue l’une des tentatives en ce sens.

23  Cf. Picq 1993.

24  Cf. par exemple le livre collectif des éditions Tierce, Proches et lointaines (1980)

25  Ce courant, où je me reconnaissais sans difficulté, s’exprimait de manière privilégiée dans la Revue d’En Face, Parole !, le Sexisme ordinaire ou l’éphémère association « Féminisme et politique » (souvent regroupés autour de – et encouragés par – les éditions Tierce). Mais il trouvait également des échos dans, par exemple, « Elles voient rouge », revue des féministes dissidentes du PC, et dans de nombreux autres débats et publications. « Je suis une femme, pourquoi pas vous ? » était le détournement des campagnes d’affiches du PC où le portrait d’une jeune femme ornait la légende : « Je suis communiste, pourquoi pas vous ? »

26  « Mouvement et institutions », la Revue d’En Face n° 11, 4e trimestre 1981. Voir aussi sur ce point Ezekiel 1992.

27  Toutes bien sûr ne partageaient pas ce point de vue. A l’opposé de la Revue d’En Face, et au même moment qu’elle, Nouvelles Questions Féministes exprimait au contraire avec véhémence le soupçon que les chercheuses féministes, une fois intégrées dans l’Université, ne cèdent à « la trahison potentielle inscrite dans [leur] statut d’intellectuelles », i.e. qu’elles cessent de lutter « contre le rôle de la classe intellectuelle et pour la révolution », qu’elles « abandonnent le fil qui [les] relie à [leur] classe de femmes » pour « basculer du côté de l’institution, du côté de [leurs] oppresseurs » : qu’elles deviennent, en un mot, « traîtres à la classe des femmes » (Delphy 1981). Précisons que, aussi divergentes que soient ces analyses, leurs auteures devaient toutes participer activement, et en bonne entente, à la préparation du colloque de Toulouse.

28  In « Le sexisme ordinaire », Seuil, 1979. C. Crachat était le pseudonyme dans ces chroniques, de Cathy Bernheim.

29  Celui-ci est réel, comme l’a montré notre enquête sur les premières actrices du mouvement (cf. Picq 1991, Ringart 1991), mais il n’a pas forcément ou en tout cas pas seulement, la signification que Bourdieu lui attribue.

30  Inversement, on peut s’étonner qu’A.Touraine si attentif par ailleurs aux mouvements sociaux, n’ait jamais intégré les études et recherches féministes dans sa réflexion sur le mouvement.

31  Ceci le distingue profondément de la plupart des autres mouvements de l'époque (mais le rapproche par contre du mouvement et des études gays contemporains).

32  En même temps bien sûr que de parole, et d’action.

33  Souvent écrits du reste par les mêmes individues (cf. par exemple Partisans, Les femmes s’entêtent, la Revue d’En Face…).

34  C’était là un des prolongements, et pas le plus heureux, d’un des slogans fondateurs du mouvement : « le personnel est politique ».  La polysémie, voire l’ambiguité, de celui-ci (cf. Kandel 1991) avaient sans douté été aussi une des raisons de son succès.

35  Une polémique avait opposé dès 1975 le groupe dit des « Mongoliennes » (qui se revendiquaient comme telles) à quelques autres féministes. Celles-ci leur avaient répliqué vivement que si en effet l’Histoire ne marchait pas sur la tête, elle ne pensait pas non plus avec ses pieds, et que des femmes en mouvement ne pouvaient en aucun cas être des femmes-tronc ou des femmes sans tête : « Nous préférions cent têtes à pas de tête, nous étions entêtées et non pas étêtées » (in Les femmes s’entêtent n° 2, Mai 1975).

36  Un exemple de cette difficulté, parmi cent. En 1989 paraît "Chronique d'une passion", ouvrage consacré au mouvement des femmes à Lyon mis en oeuvre, pensé et réalisé par des féministes membres du CLEF, et publié sous cette signature collective. Cependant l’histoire de ce groupe, créé depuis 1975, n’est évoqué nulle part dans le livre. Comme si, aux yeux de ses animatrices elles-mêmes, militantes féministes de la première heure, le CLEF (et leurs propres activités dans ce cadre) ne faisaient pas vraiment partie du mouvement, comme s’ils lui étaient extérieurs, étrangers.

37  Par exemple à la Maison des Femmes, où se tenaient les réunions de préparation du colloque de Toulouse.

38  Ce qui n’excluait ni les stratégies d’affirmation et de pouvoir, ni les conflits de territoire, ni les luttes sororicides.

39  Et personne ne doutait que nous vivions, précisément, un de ces moments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Kandel, « Un tournant institutionnel : le colloque de Toulouse », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 81-101.

Référence électronique

Liliane Kandel, « Un tournant institutionnel : le colloque de Toulouse », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 28 juin 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/520

Haut de page

Auteur

Liliane Kandel

Psycho-sociologie, Université Paris 7-Denis Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org