Navigation – Plan du site
Synthèse d'un séminaire

Être femme dans la recherche

Éléments de réflexion
Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Claude Zaidman
p. 123-159

Texte intégral

  • 1    CEDREF, Centre de Documentation, de Recherche et Enseignements Féministes de l’Université Paris (...)

1Pendant trois ans, le séminaire du CEDREF1 a eu pour thème « Sciences et Genre ». Nous nous sommes interrogées sur la place des femmes et des hommes dans la science avec le projet d’analyser les pratiques scientifiques dans les  laboratoires – l'organisation du travail, la division des tâches, le choix des thématiques de recherche, l’accès au financement, les relations de travail, la valorisation des recherches et l’attribution du mérite – à la lumière des mécanismes de division sexuelle du travail et de la construction sociale du féminin et du masculin

2Le séminaire de l’année 2000-2001 a consacré ses séances à l’analyse de ces pratiques à partir de l’expérience de chercheuses en sciences exactes ou expérimentales.

3Sont intervenues dans ce séminaire, Evelyn Fox Keller (Histoire des sciences), Joëlle Wiels (Biologie), Évelyne Peyre (Anthropologie physique), Christiane Frougny et Natacha Portier (Mathématiques-Informa­tique), Catherine Goldstein (Mathématiques), Catherine Vidal (Neurobiologie), Marianne Debauche (Physique), Jacqueline Mandelbaum (Médecine/biologie de la reproduction).

  • 2    Le premier séminaire a consisté en une séance co-organisée avec le CNRS et Reid Hall autour des (...)

4L’année 2001-2002 ouverte par Michèle Le Doeuff (philosophe)2 a été consacrée aux discussions autour des principaux thèmes évoqués lors de la première année avec la participation de Claudine Hermann (physicienne), Michèle Ferrand (sociologue), Éric Fassin (sociologue), Marie-Claude Hurtig (psychologue) et l’année 2002-2003 à la discussion des textes anglo-saxons dont la traduction est présentée dans cet ouvrage.

5Nous avons demandé à chacune des intervenantes un travail d’auto-analyse de leurs trajectoires et expériences professionnelles sur la base d’un questionnement élaboré par les responsables du séminaire (voir encadré 1). Ces récits de parcours professionnels interrogés à partir de la question : « Comment le fait d’être une femme a joué (ou non ?) et à quel moment de votre trajectoire ? dans votre histoire professionnelle, personnelle ? » permettent de soulever un certain nombre de questions « transversales » aux diverses sciences sur l’impact du genre dans la fabrication des carrières et dans les pratiques de laboratoire.

6La manière même dont chacune a interprété la consigne donne des pistes pour les recherches ultérieures. À partir de ces récits de parcours et de nos débats, nous présentons trois thèmes qui nous ont paru particulièrement significatifs. En premier lieu, la formation initiale et le rôle des expériences familiales et sociales dans l’orientation vers des filières scientifiques qui interrogent sur la question historiquement située de la mixité et non-mixité scolaire et posent le problème sociologique du rôle des filières d’excellence. Deuxièmement, la façon dont la vie privée (histoire familiale, identité de genre, orientation sexuelle, maternité) a été ou non évoquée à l’occasion des choix d’études ou des choix d’objets de recherche ou encore dans le déroulement du métier de chercheur-e repose la question du lien entre vie familiale et carrière professionnelle. Enfin, les stratégies développées par nos collègues pour résister tant aux biais sexistes dans la démarche scientifique qu’au sexisme au quotidien et à ses conséquences sur les carrières soulignent le rôle et les différentes modalités de la vie associative et des positionnements féministes.

  • 3    Philippe Busquin, Commissaire à la recherche Commission européenne, Politiques scientifiques dan (...)

7Le « manque » de femmes engagées dans des carrières scientifiques, dénoncé par les instances européennes, est particulièrement flagrant en France où la crise des vocations scientifiques n’est pas compensée par une entrée massive des femmes : « Il est une problématique qui limite toujours le potentiel de recherche européen : c’est la sous-représentation des femmes dans le domaine des sciences, de la recherche et du développement3. »

Liste des questions que nous aimerions voir aborder par nos intervenantes, pas forcément toutes, et peut-être y en a-t-il d’autres auxquelles nous n’avons pas pensé.

1. Les débuts de carrière scientifique :

bac, classes préparatoires, choix d’une trajectoire « masculine » (physique) ou « féminisée » (sciences de la vie).

2. Influence des « ruptures » biographiques sur votre trajectoire

mise en couple (problème de reconnaissance de ou par l’autre, du statut inférieur ou supérieur de l’autre, surtout si c’est un homme ?).

choix dans des moments décisifs de carrière quand les besoins de l’un(e) et de l’autre entrent en conflit.

arrivée des enfants (partage des responsabilités familiales ?).

Interrogations à mettre en liaison avec les horaires plus contraignants des labos scientifiques par rapport aux autres disciplines ; avec les rythmes de carrière.

3. Éthique de travail

Il semble que pour les femmes, ce qui compte c’est le travail bien fait, pour les hommes ce serait plutôt la visibilité (se faire bien voir, en particulier par les supérieurs hiérarchiques).

les femmes publient moins car, d’une part, elles douteraient davantage d’elles-mêmes, d’autre part elles fourniraient un travail plus solide.

comment se constitue l’investissement dans la réputation ; dans l’industrie, la règle du jeu est formulée : quantité d’abord, qualité ensuite ; dans la recherche, quelle est la place accordée à l’originalité ?

comment se joue la compétitivité : stratégie « guerrière » (avec le typique code de l’honneur masculin) côté hommes, stratégie de « ruse » côté femmes ? Est-ce que les femmes utilisent des stratégies spécifiquement « féminines » ? Y a-t-il parfois un avantage à être une femme ?

4. Commandement

image de la féminité en contradiction avec le commandement : les femmes ont pourtant aussi le goût du pouvoir, d’où dilemme et jeu compliqué entre résistance « féminine » (plus ou moins intériorisée) et exercice du pouvoir ; variations de ce jeu suivant les interlocuteurs hommes ou femmes.

quelle est la version « acceptable » du « pouvoir au féminin » ?

5. Vie des labos

5a) Votre rôle dans :

l’obtention des crédits (universitaires, industriels), liaisons avec le marché.

le choix des thématiques de recherche en liaison avec les politiques scientifiques.

la direction des jeunes, direction des équipes (cf. point 4).

5b) Les relations entre sexes

sexualisation des femmes : y a-t-il harcèlement ? (ouvert ? larvé ?) et/ou désexualisation de celles qui ne correspondent pas aux normes standard de la féminité ?

effets du commandement sexué (cf. point 4).

division sexuée du travail (entre « pairs », entre chercheurs/chercheuses et techniciens/nes).

dans quelle mesure les femmes sont-elles conscientes de l’existence des discriminations, la nient-elles ?

Y a-t-il une solidarité entre les femmes chercheuses ?

6. Créativité ou conformisme

La discrimination potentielle est-elle source de marginalité productive ou au contraire de conformisme stabilisant ?

Est-il souhaitable de créer des lieux de femmes dans la recherche, des réseaux de soutien, des sites de discussion (notamment sur le Web) ?

8Mais comme le souligne Claudine Hermann qui a représenté la France à la Commission européenne, le point de vue des ministres de la science qui signent les conventions européennes n’est pas un point de vue scientifique mais un point de vue politique :

La Commission européenne est là pour essayer d’égaliser un peu plus l’Europe, elle fait travailler les Conseils des ministres de la science ; les ministres de la science signent, comme un seul homme, des résolutions telles que « Il n’y a pas assez de femmes en science, il faut des minima, puisqu’on les éduque et qu’elles ne font rien, nous allons faire quelque chose, par conséquent nous allons mettre en œuvre… », ils signent ça tous ensemble à Bruxelles et, quand ils rentrent dans leurs pays, ils ne disent évidemment à personne qu’ils ont signé ça ; nous aussi nos ministres ont signé en 1979, et puis en 2001… Donc, eux, leur point de vue, ce n’est pas un avis scientifique, c’est un point de vue de politiques qui considèrent que le système fonctionne mieux, qu’il y a des milliards de gens qui travaillent dedans…, qu’il y ait plus de femmes ce n’est pas par charité chrétienne ou par volonté scientifique, c’est parce qu’ils ont considéré un jour ou l’autre que le système marcherait mieux comme ça. C’est une hypothèse, elle n’est peut-être pas bonne, mais c’est leur hypothèse.

  • 4   « Femmes et Sciences », colloque organisé par l’ASTS, palais de l’Unesco, Paris, 1995.
  • 5    Pour les ouvrages abordant le problème des pratiques et des représentations sexuées on peut cite (...)

9Le récent intérêt pour l’interrogation sur la place des femmes dans la science a suscité de nombreux colloques et la création d’associations de femmes scientifiques en diverses disciplines, nous reviendrons sur ce point dans la troisième partie. Au niveau des publications, on trouve des rapports financés par les institutions et de nombreux comptes rendus de colloques4, mais encore trop peu d’ouvrages portant sur les pratiques scientifiques à proprement parler5.

10Passer de l’étude des statistiques ou des mécanismes globaux d’orientation à celle des trajectoires individuelles de femmes qui se sont orientées vers des carrières scientifiques permet d’aborder certains problèmes plus généraux. En effet, les influences des rapports de force et l’impact des représentations sexuées ne peuvent se mesurer qu’après coup, rétrospectivement, dans la mesure où elles rejouent à différents moments de la carrière et de l’histoire de vie, en fonction de l’histoire (elle-même sexuée et politique) du champ scientifique.

Genre, milieu social et mixité. Promotion de sexe et de classe

11Le point le plus généralement étudié est la formation par l’école, la socialisation différenciée des filles et des garçons menant à des orientations puis des trajectoires scolaires et professionnelles divergentes. Les sciences ont des connotations sexuées qui influent sur les processus d’orientation : aux garçons les mathématiques et les sciences dures, aux filles les disciplines littéraires. Mais si ces clichés ont la vie dure, on voit bien que leur efficacité tient beaucoup à un processus de socialisation qui, tout en écartant les enfants des classes populaires, repousse les filles comme classe de sexe, des filières et carrières à fort rendement social en termes de pouvoir et d’argent. On peut alors se demander, face aux caractérisations des différentes disciplines, elles-mêmes fluctuantes selon les périodes, comment interfèrent classe et sexe dans le choix des études puis des carrières professionnelles.

12Les mathématiques et la physique théorique représentent actuellement l’instrument magique de sélection de sexe et de classe et remplacent dans ce rôle le grec ou le latin qui dans les années cinquante en France étaient encore des outils privilégiés de « distinction sociale », le must étant à l’époque la double compétence : mathématiques et lettres classiques. L’ouverture massive du système scolaire, le rattrapage de la scolarisation des filles, la mixité des établissements et des filières modifient considérablement le paysage dès la fin des années soixante. Mai 68, effet et révélateur de la surchauffe du système scolaire, marque un tournant dans le développement du système universitaire.

13Notre séminaire était composé majoritairement de chercheuses confirmées ayant échappé aux principaux écueils qui font obstacle aux carrières scientifiques des filles. Sans revenir dans le détail sur les analyses désormais connues de l’éducation différenciée des filles et des garçons, deux points ont retenu particulièrement notre attention : la mixité ou non-mixité scolaire et l’articulation entre genre et milieu d’origine ou mixité sociale.

  • 6   Sur l’histoire de la mixité scolaire voir Nicole Mosconi, La Mixité dans l’enseignement secondair (...)
  • 7   Voir notamment Christian Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Seuil, 1992. Marie Duru- (...)

14Le thème de la mixité ou non-mixité des lycées apparaît dans plusieurs récits. En effet, plusieurs d’entre nous avons fait nos études dans des lycées non-mixtes, la mixité ne s’étant généralisée dans les lycées qu’après 19706. Bien qu’étant toutes très convaincues de l’importance politique de la mixité scolaire, nous nous sommes surprises à ressentir une pointe de nostalgie pour ces lycées de filles où des enseignantes transmettaient le savoir et représentaient un modèle de femmes scientifiques. Il ne s’agit pas de remettre en cause la mixité scolaire mais de resituer les trajectoires dans des conjonctures particulières et de comprendre le rôle des institutions. À travers quelques récits, on retrouve certains des thèmes souvent cités au sujet de l’éducation des filles et de leurs choix d’orientation scolaire et professionnelle7.

15Marianne D. reprend le thème classique du « manque de confiance en soi » qui empêcherait notamment les filles de s’orienter vers les sciences dures. Si elle constate chez ses étudiantes ce frein lié aux représentations sexuées des disciplines, elle oppose sa propre expérience en lycée non-mixte :

Moi je suis quelqu’un qui n’a jamais eu confiance en soi quand j’étais gamine, j’ai fait sans problèmes des sciences, mais c’est vrai qu’on vivait dans un monde de femmes, enfin de prof. femmes. Sciences « dures », maths et physique, « masculines » ou sciences humaines « fémini­nes », jamais je ne me suis posé la question à ce moment-là, parce qu’il n’y avait que des femmes dans mon univers, mon prof. de physique était une femme, ma prof. de maths, que des femmes ; effectivement, à ce moment-là, tu ne te dis pas « c’est spécifiquement masculin ».

  • 8   Néologisme construit à partir du concept de « genre ».

16Est alors mis en avant le fait de profiter, dans la non-mixité, des modèles de réussite féminine ou encore d’une égale représentation des femmes dans tous les domaines enseignés. À une interrogation concernant la féminisation du corps enseignant, Marianne précise son point de vue en évoquant des interactions produites par la situation même de mixité. On pense ici aux travaux des psychosociologues évoqués par Marie-Claude Hurtig, qui montrent comment la situation de mixité exacerbe la conscience de la différence de genre ou identité de genre. La confrontation entre des enfants ou adolescents de sexes différents, apporte des comportements plus fortement genrés8. On pourrait dire, que non gérée pédagogiquement, la mixité conforte les stéréotypes en produisant une définition de la situation centrée sur l’affirmation des différences de comportements liées au sexe social. Cette conscience de l’autre fait surtout pression sur les filles comme groupe socialement dominé.

17Catherine V. reprend ce thème de la non-mixité :

Pour moi, la question du choix entre carrière masculine ou féminine ne s’est pas posée en ces termes, parce que j’étais dans un lycée de filles. De fait il n’y avait pas de compétition entre garçons et filles, ni de domaines réservés aux uns et aux autres. Si je me souviens bien, il y avait à l’époque autant d’élèves dans les filières scientifiques que dans les filières littéraires.

18Mais elle complète ses souvenirs de lycée en s’interrogeant sur la façon dont ont pu jouer en même temps le milieu parental et l’espace social de sa scolarisation :

J’étais élève au lycée Lamartine dans le 9earrondissement. Dans ce quartier, il y avait à l’époque une population importante d’origine juive polonaise d’immigration récente. Les parents poussaient énormément les enfants à faire des études, et cette volonté dépassait com­plè­tement les clivages entre filières masculines ou féminines. Dans les familles, quand mes copines avaient des frères, l’encouragement des parents pour les études s’exerçait autant pour les filles que pour les garçons. La plupart sont devenus médecins ou avocats.

19Catherine V. souligne sa liberté de « choix » dans l’orientation par opposition à deux types d’obstacles souvent invoqués : d’une part la compétition avec les garçons, ici évitée grâce à la non-mixité de son lycée, et d’autre part, des attitudes différenciées selon le sexe de la part des parents, ici évitée du fait de la dynamique migratoire d’un grand nombre de parents d’élèves.

20Catherine G. revient, à partir de sa propre expérience sur ce point d’articulation entre sexe et classe, la sélection sociale et l’apprentissage des codes de comportements socio-sexués sont bien indissociables :

Ce que je voulais dire tout de suite parce que c’est pour moi très important, c’est principal, c’est que j’ai toujours vécu la question des femmes et de la discipline inséparable de la question de mon milieu d’origine, c’est-à-dire que ce qui m’a frappée, par exemple, dès que je suis entrée à Louis Le Grand, évidemment le fait que d’être femme, c’était singulier, mais surtout le fait qu’il y avait la moitié des gens de la classe dont les parents étaient liés aux maths et aux sciences. Par exemple, c’est là que pour la pre­mière fois, j’ai lu un bouquin de maths, un vrai bouquin de maths qui était apporté par quelqu’un dont le père était mathématicien, ou physicien… et qui arrivait avec ça dans la classe ; je ne savais pas qu’il existait de la recherche en maths, je ne savais pas qu’il existait des livres de mathéma­tiques, de recherche, je ne connaissais pas ce genre-là. Ça a marqué, je crois, beaucoup de choses de mon parcours, ça continue à me marquer.

21Le problème de la mise en œuvre de la mixité devient central dans le récit d’Hélène R. A la différence des autres participantes, Hélène évoque le comportement différencié des parents :

Fille d’un instituteur et d’une employée des postes vivant à la campagne, née juste avant la guerre, je suis allée au lycée de la ville, lycée non mixte, en internat, un internat très sévère. Première chose importante : mon père, rentré malade de la captivité, l’a été de plus en plus, et dans leur prévoyance parentale, ils ont décidé que leur fils, l’aîné, devait pouvoir suivre un cursus normal, c’est-à-dire lycée plus études supérieures, et que, pour la fille, il fallait assurer, donc lycée puis École normale d’institutrice.

22Mais surtout elle souligne dans son récit la façon dont elle a été affectée par l’expérience de la mixité scolaire qui l’a amenée à « douter de ses capacités scientifiques » :

J’étais une élève brillante au lycée, j’ai été une élève encore plus brillante à l’École normale d’institutrice. Première rupture pour moi, la classe de math. élem., j’avais le choix entre philo et math. élem. J’ai pris la filière scientifique qui était plus valorisée. Cette math-élem. était mixte, on était 4 filles pour 20 à 25 garçons, et délocalisée, c’est-à-dire qu’on allait à l’École normale de garçons (la philo se faisait à celle des filles) et on avait que des profs. hommes. Les garçons qui n’étaient pas tous si bons que ça n’arrêtaient pas de la ramener, et les filles étaient terrées dans leur coin. Je ne sais pas ce qui s’est passé, alors que j’étais très bonne en maths, tout d’un coup « l’insight » m’a abandonnée, c’est-à-dire qu’il y avait une partie du programme qui était géométrie dans l’espace et, littéralement, je n’ai plus suivi, je ne (me) voyais pas dans l’espace, donc ça a été pour moi une catastrophe et même si je continuais à être bonne en algèbre, en arithmétique, ça n’allait plus du tout pour moi. C’est aussi arrivé à une période où la découverte et la pratique de l’homosexualité m’ont pas mal perturbée. J’ai eu quand même mon bac, mais de justesse, et dans les affres. Après j’ai eu l’autorisation de faire la fac, au lieu de faire la quatrième année profes­sionnelle, avec les trois autres filles dont aucune n’a voulu tenter la prépa. à Fontenay, alors que plusieurs garçons ont tenté Saint-Cloud. Mais j’ai tellement douté de mes capacités scienti­fi­ques que je n’ai pas voulu faire maths ou physique, j’ai tellement eu peur que j’ai fait sciences nat.

23On retrouve donc ici le thème de la déstabilisation des filles dans leur confrontation avec les garçons, et la perte de confiance en soi quand on passe d’un milieu non-mixte, entre filles, à un milieu mixte.

  • 9    Nicole Mosconi, Femmes et savoir – la société, l’école et la division sexuelle des savoirs, L’Ha (...)

24Mais un nouveau problème est ici posé, c’est la différence entre le secondaire et le supérieur, le fait de transmettre le savoir ou de le produire : « La question devient plus difficile quand il s’agit non plus de l’appropriation et de la transmission des savoirs, mais de leur production. Car si les filles peuvent trouver dans leurs enseignantes des modèles de femmes “sachantes”, elles ne peuvent y trouver si aisément des modèles de femmes “savantes”, créatrices de nouveaux savoirs9 ». Ainsi Claudine H. énumère les étapes de son entrée dans le champ disciplinaire : née en 1945, elle passe le bac en 62 dans un lycée de filles, puis après les classes préparatoires « masculines » à Charlemagne, elle se retrouve à l’École normale supérieure de jeunes filles, « dans un cercle de filles ». Le choix de la physique comme discipline ne pose pas de problème particulier :

parce que les gens qui nous conseillaient pour notre carrière, c’étaient des femmes, qui avaient des enfants… donc ça paraissait logique et normal de faire comme elles, ce qui fait que je ne me suis pas vraiment posé de questions. Les filles de ma génération quand elles sont entrées à l’École normale supérieure, elles imaginaient une carrière d’enseignantes du secondaire parce qu’il n’y avait pas autre chose et qu’elles étaient influencées par ces femmes qui nous suivaient.

  • 10  Sur les filières d’excellence, voir Michèle Ferrand, Françoise Imbert, Catherine Marry, L’excellen (...)

Et puis après, il se trouve que, après ma thèse, je suis allée faire de la physique dans un laboratoire de l’École Polytechnique où, ajoute-t-elle avec humour, je me suis retrouvée dans une situation très minoritaire, (c’est-à-dire seule)10.

25Finalement se dessine un tableau des étapes significatives, choix de la discipline, au lycée et dans les ENS de filles avec, pour les sciences, le passage par des prépas mixtes très majoritairement masculines où se joue la concurrence voire l’agressivité masculine (bizutages, etc.). Au bout de ce parcours, beaucoup de femmes s’orientent vers l’enseignement secondaire plutôt que vers la recherche.

  • 11  Claude Zaidman, « La mixité scolaire en questions », Raison Présente, 2001.

26Ce regard sur les étapes franchies, les obstacles surmontés, ne nous conduit pas à regretter la mise en œuvre de la mixité scolaire. L’envers de la non-mixité ce sont en effet les confréries masculines qui se nouent dès les classes prépas, mais surtout au niveau des associations d’anciens élèves des grandes écoles. Là encore sexe et origine sociale se combinent pour écarter les femmes des lieux de réussite sociale par le biais de réseaux d’influence très puissants et plus ou moins occultes. Loin de remettre en cause le processus démocratique de la mixité scolaire11, les participantes au séminaire veulent souligner les possibilités d’amélioration de ce mode pédagogique. La remise en question toujours renouvelée de la mixité scolaire constitue une mise en cause de la forme républicaine de l’école voire de la laïcité. Une autre réponse est possible : l’organisation d’une solidarité qui à divers niveaux et sous diverses formes peut tenter de répondre aux ratés et aux effets pervers du système sans remettre en cause une avancée légitime. Ce sera l’objet de notre troisième partie.

  • 12  Rapport de la Commission Européenne, op. cit.

27Les femmes de notre séminaire font partie de générations « pionnières » entrées dans des professions « masculines » à la faveur d’ouvertures dont elles ont eu la capacité de profiter. L’entrée dans le monde de la recherche paraît bien souvent liée aux « hasards » des rencontres. Mais elle dépend aussi beaucoup d’une part de la conjoncture institutionnelle, d’autre part de l’évolution du champ scientifique. En effet, les disciplines et objets de recherche déjà très institués n’offrent que peu d’opportunité pour les femmes. La cooptation masculine fonctionne à tous les moments de la carrière, sous des formes plus ou moins franches ou larvées. Les femmes chercheurs doivent donc se saisir de toutes les opportunités pour rentrer dans ce monde. Au-delà des choix d’orientation, c’est en effet au niveau du post-doctorat, lorsque les plans de carrière se mettent en place que le pourcentage de femmes diminue. Ensuite, à chaque fois que l’on gravit un échelon dans la hiérarchie, le nombre de femmes diminue : « Cette déperdition de femmes, au niveau post-doctorat et au-delà, a été associée à l’idée d’un “tuyau percé” (en anglais, leaky pipeline)12. »

  • 13  « Le sexe des sciences », op. cit.

28Avez-vous rencontré des formes de résistance à votre engagement scientifique ? demande Françoise Collin13 à Françoise Gaill, (Directeur de recherche au CNRS — Centre de biologie cellulaire) :

De la part de mes proches, non. Dans le milieu scientifique, apparemment non plus, encore que tout dépende des milieux scientifiques que l’on aborde. Une expérience que j’ai faite sur le terrain en géologie m’a paru très dure à cet égard. Je pense que la résistance est plus forte dans les sciences anciennement constituées et instituées. Mais la biologie était une science jeune – elle s’est affirmée à peu près au moment de l’accès des femmes à la science – et le milieu était donc plus souple.

  • 14  Colloque « femmes et sciences », nov. 1995, Palais de l’Unesco, Paris.

29Mais outre la conjoncture d’embauche et l’ouverture de nouveaux champs, on peut s’interroger sur l’effet des politiques publiques en faveur de l’égalité des chances entre hommes et femmes. Marianne Grumberg-Manago14, Présidente de l’Académie des sciences, résume les différents facteurs de réussite professionnelle dont elle a bénéficié par l’articulation entre trois termes : une découverte scientifique (compétence personnelle), un champ scientifique en création (conjoncture), la prise de conscience sociale de « l’importance » des femmes (aux États-Unis d’abord) :

En ce qui me concerne, je pense que le fait d’être une femme m’a plutôt avantagée. Tout d’abord, lorsque j’étais jeune fille, je ne songeais pas le moins du monde à « faire carrière », mais bien plutôt à trouver ce qui m’intéressait, et je ne m’imaginais donc pas qu’être une femme puisse être un désavantage. Qui plus est, mes parents étant des immigrés russes, j’avais le sentiment qu’on ne pouvait pas prévoir l’avenir, et je ne m’en inquiétais pas. Ensuite, lorsque j’ai découvert la recherche, j’ai été enthousiasmée, et j’ai su que j’avais trouvé ma voie. J’ai alors eu la chance de vivre les premiers pas de la biologie moléculaire. Par la suite, j’ai découvert une enzyme très importante qui synthétise les macromolécules de haut poids moléculaire. Cette découverte est arrivée à point nommé, au moment où on commençait à comprendre l’importance des femmes. C’est ainsi que j’ai été choisie pour enseigner à l’université de Harvard, spécifiquement parce que j’étais une femme et ceci à peut-être joué pour les autres présidences que j’ai exercées.

30Dans ce récit, on retrouve le rapprochement entre genre et origine sociale : étant fille d’immigrée, elle se situe hors des codes de réussite, hors d’un destin de classe et de sexe attendu, mais apparaît aussi un thème nouveau avec l’effet de surprise voulu : elle n’a pas réussi, bien que femme, mais parce que femme, ce qui implique en filigrane une forme de discrimination positive.

  • 15  Commission femmes dans la recherche, La recherche des femmes : enquête, réflexions sur les femmes (...)
  • 16  Anne-Marie Devreux et Marie-Claude Hurtig (Commission Inégalités Hommes-Femmes), « Quelles (mâles (...)

31Et pourtant, malgré l’intérêt proclamé pour les carrières féminines, on constate entre 1968 et 1977 une baisse des recrutements et une chute régulière du pourcentage total de femmes chercheurs au CNRS : 32,2 % en 1968, 29,3 % en 1977 où seulement 22 % des postes offerts à l’embauche ont été octroyés à des femmes15 (les chiffres sont bien différents en ce qui concerne l’ensemble du personnel féminin : ingénieures, techniciennes et administratives). à la fin des années 1990, les femmes ne représentent au total que 30 % du corps des chercheurs. « Cette proportion varie évidemment selon les disciplines mais en 1998 par exemple, sur les quarante sections du Comité national, une seule passe la barre des 50 % avec 53 % de femmes. Et si, la même année, les femmes représentaient près de 36 % des chargés de recherche, elles n’étaient plus que 21 % dans le corps des directeurs de recherche16. »

  • 17  Les enseignantes chercheuses à l’université, op. cit.

32Pour l’Université, entre 1981 à 200117, la progression est également différente selon les disciplines et les grades. Si on arrive à une quasi-parité des maîtres de conférences en lettres, en droit et en santé, ce n’est pas le cas pour les professeurs notamment en santé et en sciences où les femmes stagnent dans les 10 % : « à ce rythme, pour atteindre la parité pour les professeurs de sciences, il faudra 200 ans, »et Claudine Hermann ajoute, « nous voyons donc que si la plus forte croissance des effectifs se situe en sciences, aussi bien au niveau maître de conférences que professeurs, c’est en sciences, mis à part la santé, que l’on enregistre la plus faible croissance du pourcentage féminin. »

33Quittons les chiffres de la discrimination qui désormais commencent à faire l’objet d’études plus nombreuses et documentées grâce à l’action pour la parité, et reprenons l’analyse des situations des chercheuses, une fois intégré le milieu de la recherche.

Être femme dans un univers d’homme

34Une des thématiques dominantes de l’analyse des différences entre hommes et femmes a été paradoxalement peu abordée dans les présentations que nos collègues ont faites de leur itinéraire. En effet, de manière générale, la vie privée n’a pas été abordée.

  • 18  Dominique Fougeyrollas-Schwebel « Travail domestique », in Dictionnaire critique du féminisme sous (...)

35Cet aspect est sans doute symptomatique du fait que des univers comme ceux de l’enseignement supérieur ou de la recherche, comme toute autre activité d’encadrement font comme si homme et femme étaient dans des situations symétriques. Et pourtant l’exercice d’une profession même du supérieur n’efface pas le fait que dans nos sociétés, les responsabilités familiales reposent sur l’obligation du travail domestique pour les femmes18.

36Pendant longtemps, les femmes elles-mêmes ont reconduit cette attitude d’effacement et lorsqu’elles parvenaient à faire des carrières à égalité avec leurs collègues masculins, elles avaient une certaine fierté à souligner combien les collègues étrangers qu’elles côtoyaient dans les congrès internationaux, par exemple, étaient fort surpris d’apprendre qu’elles étaient mères de plusieurs enfants.

37Cependant au cours des trois dernières décennies, les conditions d’articulation entre la vie familiale et la vie professionnelle ont changé pour les femmes exerçant des professions du supérieur. Dans les années 1960, si leur nombre était réduit, lorsqu’elles étaient mariées avec enfants, elles bénéficiaient dans leur quasi totalité de revenus de ménage importants qui permettaient des emplois de personnels d’aide pour la maison et la garde des enfants. A partir des années 1970, la féminisation des professions du supérieur a accompagné une démocratisation de la population recrutée qui ne bénéficiait pas de revenus suffisants pour assurer des gardes d’enfants au quotidien à la maison. L’attitude antérieure d’effacement de la vie familiale est un peu atténuée, et même s’il est toujours de mauvais ton de mettre en avant les arrêts pour congé de maternité dans une valorisation de carrière, les jeunes doctorantes bénéficiaires d’une allocation demandent que la maternité soit prise en considération dans leur délai de contrat. Elles refusent ainsi de se soumettre aux règles en cours où les différences entre garçons et filles n’étant pas prises en compte, il règne une suspicion de trahison envers ses collègues lorsqu’une étudiante, doctorante allocataire par exemple, est enceinte. Lorsque le nombre de bourses est particulièrement limité, lorsque les équipes sont particulièrement en concurrence pour publier en premier des résultats originaux, il y aurait un risque à promouvoir une femme. L’idée que la maternité impliquerait nécessairement une nouvelle définition de l’activité professionnelle des femmes appartient au domaine de l’évidence et conforte ainsi les pratiques selon lesquelles les enfants sont la seule affaire des femmes. Au demeurant, cette représentation de la disponibilité est souvent encore largement dominante, parmi les patrons de labos, dans les choix de promotion de doctorants : pourquoi « investir » dans une jeune femme qui, à tout moment, peut demander un congé maternité comme si les jeunes gens, hommes ou femmes étaient exempts de tout changement d’orientation ?

38Si la vie privée a été très peu évoquée dans ce séminaire, une des intervenante a néanmoins mis en avant l’articulation vie familiale vie professionnelle et les choix qui se sont alors opérés dans les thématiques de recherche.

Marianne D. : Je me suis consacrée à la pédago­gie, aux étudiants. j’ai eu ma fille longtemps après mon premier enfant, donc en fait j’ai eu des enfants pendant 35 ans, avec une petite période de recouvrement des deux. Donc, comme ma fille a fini sa maths spé et est rentrée dans une école, elle a quitté sa mère, je me remets à faire un peu de recherche parce que je trouve que c’est amusant et que j’ai du temps, c’est-à-dire que je suis un peu disponible à ça et que je pense que je vais arriver à mener de front mon travail pédagogique et puis la recherche. Voilà pour l’histoire.

39Quand tu dis : « maintenant que ma fille n’est plus là, je vais faire de la recherche », il y a des rythmes quotidiens qui ne sont pas les mêmes pour la recherche ?

Marianne D. : Oui, absolument. J’ai souvent travaillé seule, avec d’autres gens, mais je faisais mes trucs toute seule. À un moment je travaillais avec un monsieur qui était absolument adorable, un collègue, lui n’avait pas d’horaires, il arrivait à 4 heures au labo pour travailler ; moi, malgré tout, c’était l’époque où ma fille était à la crèche, je n’aimais pas la laisser jusqu’à 7 heures toute seule, c’est vrai que j’étais obligée de regarder ma montre quand on travaillait ensemble, c’est vrai que c’est quelque chose de compliqué ; je pense qu’il y a des femmes qui s’en sortent très bien pour gérer tout ça en même temps, mais je ne trouve pas ça évident, d’autant plus que dans le couple, avec le père de ma fille, au début il était très bien, il s’occupait de plein de choses et puis après, c’est vrai que moi j’ai des horaires absolument libres, à part quatre ou six heures d’enseignement par semaine, le reste du temps je n’ai aucune obliga­tion quasiment ; je fais de la théorie, la théorie tu peux très bien travailler chez toi, tu n’as pas besoin d’être au labo, donc effectivement tu as des horaires libres, tu peux rentrer donc ; très vite ça a dégénéré, lui avait un boulot qui le prenait de toute façon jusqu’à 7 heures du soir, donc moi je rentrais et c’est moi qui m’occupais de… ; ce sont des choses qui vont très, très vite dans les couples, même si au départ ça a l’air d’être égalitaire, il y a une dérive très rapide.

[…] Je pense que je n’avais pas envie de négliger quelque chose par rapport à ma fille, de rater quelque chose, j’avais raté quelques trucs avec mon fils parce que j’étais trop jeune et, là, j’avais envie quelque part que ça passe un peu avant. Ma fille je l’ai eue à 35 ans.

[…] Quand on est théoricien, tu es libre… le poids de la manip, c’est pour ça que je disais que je n’étais pas très représentative des gens qui font de la physique, en plus dans ce couloir de physique théorique, il y a une femme qui fait de la physique, plus les secrétaires, sinon ce n’est que des mecs, en physique théorique il n’y a pas beaucoup de femmes. Il y en avait une à côté et elle part à la retraite.

  • 19  SGEN-CFDT-CNRS, Action Recherche, juin 2001, op. cit., Le journal du CNRS, n° 159, mars 2003.

40Cependant les arguments mis en avant dans cet extrait montrent combien les situations sont contradictoires : faire de la recherche en physique théorique comme en mathématiques, par exemple, devrait permettre de ne pas être soumis à des contraintes de collectif de travail et être ainsi plus favorable aux femmes dans l’autonomie de leur horaire de travail et pourtant ces disciplines sont particulièrement masculines ; au contraire, les sciences dit expérimentales, biologie, chimie, physique expérimentale attirent davantage de femmes, mais il est vrai qu’elles occupent peu souvent les postes de direction19.

  • 20  Paola Tabet « Les mains, les outils, les armes », in La construction sociale de l’inégalité des se (...)
  • 21  Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey (dir.), op. cit.
  • 22  Joan Cassell, « Différence par corps : les chirurgiennes », Cahiers du genre, n° 29, « Variations (...)

41Plusieurs travaux ont montré l’importance des préjugés et des stéréotypes de genre qui avaient plus ou moins cours dans chacune des disciplines scientifiques et qui pouvaient expliquer, dans une certaine mesure la part respective des femmes dans chacune d’entre elles. Comme dans l’ensemble des professions, les femmes sont moins présentes dans les domaines les plus pointus de la technologie. Prolongeant les travaux de l’anthropologue Paola Tabet20, les recherches de Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey21 nourrissent les réflexions sur les rapports différenciés des femmes aux techniques. De même, compte tenu que les femmes sont ainsi mises à l’écart des outils, on peut comprendre que, dans les domaines qui nous intéressaient comme la médecine, la part des femmes en chirurgie reste très faible et combien cette spécialité demeure marquée d’une culture misogyne22. Cependant dans les discussions que nous avons menées dans le séminaire, l’argument qu’être femme constitue un handicap dans le monde de la recherche est souvent apparu comme ambivalent compte tenu des réserves de la grande majorité des intervenantes à l’égard de toute analyse qui reconduirait les stéréotypes sexués de division des tâches entre les hommes et les femmes.

42Dans le cas précis qui suit, il faudra la conjonction des deux situations, être femme et être femme de petite taille, pour que ce qui pourrait ne pas être qualifié de masculin ou féminin devienne explicitement une qualité masculine.

Jacqueline M. : J’ai pu vérifier de façon incontestable que je ne ferai pas de chirurgie parce que, vu de l’intérieur, surtout quand on est interne – on est au cœur du bloc opératoire – c’est vraiment un milieu qui est extrêmement machiste et assez brutal et j’y étais en infériorité de base, d’abord parce que j’étais une fille, parce que j’étais jeune et que j’étais petite, et ça c’était complètement rédhibitoire, il fallait qu’on me mette un petit escabeau pour que j’accède au champ opératoire. J’ai quand même toujours vécu un peu ça comme une humiliation. Et puis ça nécessitait quand même, surtout dans ce domaine-là, une certaine force physique etc., ça ne m’attirait pas. Il y avait une technique, qui est une technique merveilleuse, qu’on appelle la cœlioscopie, une technique merveilleuse qui se développe fantasti­quement parce qu’elle permet de faire de la chirurgie sans avoir d’ouverture de grande taille, sans « ouvrir le ventre », on fait juste une petite boutonnière, ça permet de faire beaucoup d’actes chirurgicaux. Elle nécessite, pour être réalisée, d’avoir à la main un trocart, qui est exactement comme un poignard assez volumineux et avec lequel on transperce au niveau de l’ombilic et c’est un geste que je n’arrivais absolument pas à faire, qui me prenais à la gorge ; j’étais en binôme à ce moment-là avec un interne qui me regardait de temps en temps et un jour qui me dit « Tu as peur de la tuer hein ? Tu n’as pas envie de la tuer ». Brusquement j’ai pris conscience que c’était un geste d’une très grande agressivité ! Tout ça m’était très lourd et j’ai tout de suite su que ça, c’était hors de question, je ne supportais pas.

43Une autre des participantes du séminaire, Catherine V.s’engage en revanche dans un domaine à forte majorité masculine : la difficulté est alors de se démarquer du collectif de femmes dans le labo qui ne sont pas des chercheuses mais des techniciennes.

Catherine V. : J’ai choisi comme domaine de recherche la neurobiologie, plus précisément l’électrophy­sio­logie. Dans cette discipline, on travaille avec des oscilloscopes, des amplificateurs, des électrodes. Il faut aussi savoir faire des soudures. Autant d'activités qui attirent les hommes et repoussent les femmes. Dans le laboratoire où j’ai fait ma thèse, j’étais la seule femme chercheuse, mis à part la femme du patron… Par contre les femmes étaient majoritaires aux postes de techniciennes, secrétaires, bibliothécaires et dans l’animalerie.

44Une des difficultés pour repérer des pratiques de différenciations entre les hommes et les femmes tient au fait que l’univers des sciences en tant que monde de la rationalité intellectuelle pose comme principe la nécessité d’une mise à distance du corps et que, par ailleurs, des différences entre hommes et femmes ne sont pas fondées pour caractériser l’activité intellectuelle.

  • 23  Voir présentation de ce séminaire plus loin.
  • 24  Laborie Françoise in Armatte, Bailly, Baruk, Blanchard-Laville, Favret-Saada, Feldman, Laborie,Sch (...)

45Au début des années 1980 dans le cadre du séminaire « sur les savoirs et les sciences23 », Françoise Laborie, restituant son parcours personnel, met en évidence divers obstacles auxquels elle s’est trouvée confrontée au cours de sa carrière de chercheuse dans un domaine particulièrement pointu à l’époque : la chimie organique24. Fortement engagée dans le mouvement féministe lorsqu’elle rédige cet article, elle met en avant les difficultés qu’elle a eues à concilier la vie familiale et la vie professionnelle, mais lorsqu’elle décrit les pratiques de recherche et les rapports de concurrence et d’autorité qu’elle n’était pas prête à affronter, elle n’interroge pas ces difficultés en mettant en évidence la place des femmes dans son laboratoire et met davantage en avant une critique des sciences comme critique des rapports d’autoritarisme de patron de labo.

46L’expérience des femmes est toujours ambivalente. Des débats que nous avons menés à partir de nos différentes expériences, il ressort nettement qu’un certain nombre souligneront que fondamentalement leur déroulement de carrière n’a pas été différent du fait qu’elles étaient femmes ; au contraire d’autres souligneront certains aspects de leur expérience de femme dans un univers masculin, comme la valorisation des dimensions relationnelles.

Marianne D. : Je n’en ai jamais souffert [d’être la seule femme en physique théorique] parce qu’on est une toute petite structure, c’est vrai que pendant longtemps mon rôle était que les gens venaient me raconter leurs histoires, en dehors de la physique, leurs problèmes ; il y avait un jeune qui venait me raconter ses problèmes avec les femmes, ses diffi­cultés personnelles et c’est vrai que dans ce couloir j’ai beaucoup eu ce rôle-là pendant une époque ; c’est aussi parce que moi je m’intéresse aux gens.

47Une autre dimension à travers laquelle les femmes sont perçues concerne l’apparence physique. C’est sans doute une question délicate à aborder en public et les exposés n’en ont fait état que de manière indirecte.

48Par exemple, Catherine G. met en avant les différences sociales par rapport aux impératifs de « bonne présentation » publique des femmes.

Catherine G. : C’est un peu anecdotique, dans ma famille, il n’était pas question de ne pas être maquillée, habillée d’une certaine façon, il n’y avait aucun moyen d’échapper à ça, on ne se pose pas de questions là-dessus, ça va de soi. Je suis arrivée dans un milieu où non seulement on n’en parlait pas, mais c’était très important de ne pas être maquillée, c’était très important de ne pas faire atten­tion à ça, c’était très négativement noté, mais on n’en parlait pas parce qu’on était au-dessus, on ne s’intéressait pas à l’apparence physique, mais en fait, le fait qu’on avait l’air de s’y intéresser était immédiatement connoté comme, non pas sans importance, mais négativement.

49D’autres situations, en particulier, des missions à l’étranger, peuvent dévoiler combien les codes de comportement en public entre les hommes et les femmes sont différents. Dans ce cadre, les réactions de machisme de collègues masculins deviennent beaucoup plus évidentes.

Catherine V. : J’ai effectué mon stage post doctoral dans un laboratoire de l’Institut Max Plank à Munich. C’est là que j’ai vécu pour la première fois le sexisme, alors je n’étais jusque là que peu sensibilisée à cette question. En Allemagne, d’une façon générale, la recherche est d’abord une activité réservée aux hommes, tandis que les femmes sont techniciennes, secrétaires etc. Je suis arrivée dans un labo où tous les chercheurs étaient des hommes, Allemands et des Améri­cains. J’ai eu droit d’emblée à des remarques sur les « petites femmes de Paris », le Moulin Rouge, sans oublier le camembert et le Beau­jolais. Mais dans l’organisation du labo, je n’existait plus. Les débuts ont été très durs. Quand des réunions scientifiques avaient lieu, ils oubliaient tout simplement de me prévenir. J’avais développé certains projets de recherche dont ils se moquaient ouvertement, persuadés que je serai incapable de les mener à bien. C’était des braves garçons mais tellement impré­gnés de leur sexisme ordinaire… Dans d’autres laboratoires, des situations similaires existaient. Je me souviens d’une étudiante allemande en thèse qui me disait avoir réussi à intégrer un labo très connu car elle correspondait aux critères du patron qui lui avait déclaré en face : « je n’ai pas l’habitude de travailler avec des femmes. Mais je vais quant même vous accepter, vous êtes jolie, c'est bien pour l’image du labo quand on a des visiteurs étrangers » !

  • 25  M. Jaspard, E. Brown, S. Condon, D. Fougeyrollas-Schwebel, A. Houel, B. Lho­mond, F. Maillochon, M (...)
  • 26   http://clasches.multimania.com
  • 27  En 2002, une séance du séminaire a été consacrée aux « Normes de conduite et représentations de la (...)

50En liaison avec les recherches menées au sein de l’équipe enveff25 (Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France), en particulier sur la question du harcèlement au travail ou en milieu étudiant, nous avions fait un premier constat de l’extrême difficulté pour aborder la question à l’université. L’université se situait comme hors des cadres usuels du code du travail puisque contrairement aux lois promulguées en 1992, aucune information sur le harcèlement sexuel au travail n’était prévu dans les règlements intérieurs ou dans les livrets étudiants. Il faudra attendre l’action du collectif de doctorants et doctorantes clasches (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement dans l’enseignement supérieur26) créé en janvier 2002 pour qu’un débat s’amorce. De larges polémiques, alimentées par les médias ont alors émergé sur ce qui, dans la tradition mandarinale, serait attendu et donc convenu des relations d’autorité et de séduction entre enseignants et étudiants27.

51Des formes plus insidieuses de harcèlement existent également pour rappeler aux femmes qu’elles ne sont en quelque sorte que tolérées dans un univers où l’intellect est une valeur masculine et où la féminité n’aurait d’attrait que par son sex-appeal. Ont été cités par exemple dans le séminaire les aspects quelque peu perturbateurs des images de femmes nues exposées dans un des livres de mathématiques relativement diffusé, la diffusion d’écran de veille aux images pornographiques chez quelques collègues. Les recherches épistémologiques, de Michèle Le Doeuff notamment, ont d’ail­leurs montré l’antinomie construite entre le travail abstrait, intellectuel et la sensualité des relations entre les individus : la présence féminine viendrait faire obstacle à l’évacuation des incarnations corporelles dans cet univers d’exaltation de l’intellect.

Stratégies des femmes comme « groupe minoritaire »28

  • 28  « On entendra par minoritaires non ceux qui seraient forcément en nombre moindre mais bien ceux qu (...)

52Les chercheuses peuvent se positionner, comme femmes, de bien des façons, depuis la débrouille individuelle, jusqu’à la solidarité féminine, jusqu’aux luttes syndicales ou encore aux prises de position féministes, toutes choses compatibles entre elles. Elles peuvent se sentir mobilisées face à certaines injustices du système, ou recenser les formes de discrimination sexiste, ou dénoncer et parfois rectifier les biais sexistes dans la conduite des recherches, ou encore mettre en évidence les points aveugles de la science. Entre l'approche syndicaliste et les séminaires critiques de la science sous l'angle féministe, émergent des formes d'action liées à des moments, des conjonctures particulières du point de vue des changements et des conflits sociaux et politiques. Les exposés des participantes à notre séminaire ici transcrits mettent l’accent sur les implications politiques correspondant à des engagements, qu’ils soient individuels ou collectifs.

  • 29  Ce qu'on a appelé souvent « effet Spoutnik », image pour désigner la concurrence et la lutte pour (...)

53Dans les années d'après-guerre en France, que l'on désigne souvent comme les trente glorieuses, s'effectue une formidable extension du monde scientifique et une accélération en termes d'ouverture de nouveaux champs et objets de recherche, en termes de découvertes. En même temps, l'interrogation sur l'usage politique de la science est réactivée par le traumatisme récent des expériences nazies et le premier bombardement nucléaire sur Hiroshima. On peut esquisser une périodisation à grands traits du point de vue des États et du développement économique. Prenant en compte le fait que les rythmes de ce développement peuvent être différents entre les États-Unis et l'Europe, on pourrait décrire, pour la France, la succession de recentrages des thèmes politiques concernant la diffusion des connaissances. Dans les années 1950, on accorde une importance considérable à l’investissement scientifique programmé dans le développement de la concurrence entre les États29. En conséquence et en réponse aux luttes contre la sélection sociale dans l'enseignement dans les années 1960, l'Université, conçue par les théories du capital humain comme réservoir de compétences, subit des transformations quantitatives (université de masse) et des changements dans sa fonction même (université technocratique). C'est dans ce cadre que s'instaure progressivement la mixité scolaire généralisée et que les femmes, comme catégorie de sexe, « rattrapent » le niveau de scolarité des hommes et changent leur rapport à l'activité. En même temps, la Communauté européenne, dans sa volonté d’unifier le marché du travail pour l’ensemble des États membres, dénonce les discriminations envers les femmes, dénonciation relayée et ampli­fiée par les luttes des femmes dans les années soixante. Ces changements sociaux sont accompagnés d'une marche des femmes vers l'égalité juridique. La fin des années quatre-vingt voit les instances européennes déplorer les discriminations envers les femmes scientifiques comme perte d'un potentiel humain, alors que certains mouvements féministes mettent en avant la lutte pour la parité.

54C'est alors que plusieurs expériences de critique des institutions de recherche prennent place. Dans le cadre du séminaire, nos discussions ont particulièrement porté sur trois exemples et nous adjoignons ici un quatrième exemple. À la lumière de ces débats, deux mouvements principaux se distinguent : la critique épistémologique de la science qui met en cause la définition même de la pratique scientifique à partir des théorisations féministes, la création d'associations de défense et de promotion des femmes dans les carrières scientifiques.

Points de vue féministes dans la critique des sciences

55Mettre en parallèle deux séminaires : le séminaire d’interrogations sur les savoirs et les sciences, séminaire coordonné par Jacqueline Feldman et Françoise Laborie pendant trois ans au sein du CNRS et le séminaire Limites-Frontières à l’initiative d’un groupe de chercheuses féministes dont plusieurs d’entre elles (Christiane Frougny, Jeanne Peiffer, Hélène Rouch), à la différence des autres séminaires féministes, appartenaient aux sciences dites « dures », donne de fait un aperçu des divergences qui parcouraient, dans ces années-là, le mouvement féministe quant aux possibilités et aux stratégies de transformations sociales. Le premier part des interrogations que suscite la critique du scientisme par les scientifiques eux-mêmes sur la lancée de mai 1968 en y intégrant le point de vue féministe ; la deuxième part des questionnements féministes pour interroger les pratiques scientifiques. Le premier est dans un cadre institutionnel et mixte, le deuxième, non mixte, se situe résolument hors institution. Ces deux séminaires se situent dans un même contexte politique, le moment charnière des années quatre-vingt où les critiques venues des milieux scientifiques dans les années soixante-dix peuvent sortir de l’ombre, tandis que progressivement certaines tendances critiques vont à leur tour s’institutionnaliser.

Séminaire « Le sujet et l’objet »

  • 30  Feldman, Laborie,Bailly, Dayan-Herzbrun, Fellous, Gavarini, Jandrot-Louka, Jenny, Lage, Louka, Mah (...)

56Jacqueline Feldman décrit ce contexte dans son introduction au second volume des interventions du séminaire qui s’est déroulé sur trois ans 30 :

Le séminaire d’interrogations sur les savoirs et les sciences s’est voulu un lieu d’ouverture, où des scientifiques de cultures et de fonctions différentes pouvaient soutenir divers questionnements, dans le cadre de leur travail quotidien, tels leurs investis­sements personnels, le rôle de la science dans la société ou encore la nature de la science confrontée à d’autres modes de connaissance.

Nous l’avions proposé après avoir participé à un mouvement de contestation des sciences : à la suite des étudiants remettant en cause, de façon drastique en mai 1968, les présupposés implicites de la culture, de la morale et de l’enseignement, des scientifiques avaient ressenti la nécessité de ne plus accepter ceux de la science. […]

Pour que la critique de la science puisse « prendre » dans le milieu scientifique lui-même, il aura fallu que celui-ci cesse de se ressentir comme privilégié : avec l’accroissement de la taille de l’entreprise scientifique, se perdent les caractères artisanal, convivial, de la recherche, qui contribuaient à son élitisme. Tandis que s’implante une organisation bureaucratique, visant à gérer la production de connaissances selon le mode industriel, le savant du siècle dernier fait place au travailleur scientifique qui, sauf pour la petite minorité qui accède aux échelons supérieurs du prestige et du pouvoir, n’est plus qu’un rouage dans la machine science. D’où la dénonciation virulente de la hiérarchie, laquelle avait été jusque-là acceptée en tant que reconnaissance de valeur.

Il faut rappeler que la puissance du carcan dogmatique régnant alors était telle que les premières critiques et interrogations durent s’effectuer sur le mode de la provocation et dans des réunions quasi-clandestines, hors des locaux de l’Institution ­ce qui correspondait aussi à un désir de faire se rejoindre vie privée et vie professionnelle, seuls les chercheurs en position bien assurée pouvant se risquer hors de l’anonymat. […]

  • 31  Labo Contestation, « La vocation actuelle de la sociologie », n° 6, été 1972.

57Rappelons que pour les sciences sociales, le constat est du même ordre. La publication du n° 6 de Labo Contestation31, justifie dans une note l’anonymat des textes : « Si nous ne nommons pas nos adversaires et si nous ne signons pas, c’est qu’à travers des patrons concrets, c’est au système lui-même que nous nous en prenons, et que l’action de sape est collective. On sait d’autre part, et les textes le montrent, que la répression existe dans ces milieux. »

58De la même façon, dans les années quatre-vingt, les chercheuses féministes sortent difficilement de l’anonymat sous lequel elles avaient écrit leurs premiers travaux. Il s’agit là encore avant tout d’un anonymat de prudence dans les années soixante-dix. Ainsi Christine Delphy, chercheuse au CNRS signe sous le nom de Christine Dupont « L’ennemi principal »paru en 1970 dans la revue Partisans. Mais la sortie de l’anonymat est source de violents débats politiques dans le Mouvement des femmes en proie à des divisions, car pour beaucoup, la signature représenterait « l’appropriation nominative d’un travail collectif », c’est-à-dire élaboré dans le cadre d’un mouvement, et non le fruit d’un travail personnel.

59La réflexion critique sur les sciences reste minoritaire mais il devient possible, indique Jacqueline Feldman, de la mener au sein même de l’institution et d’en espérer une certaine reconnaissance : la publication du séminaire par les éditions du CNRS en témoigne. La venue au pouvoir de la gauche, en 1981, avec notamment l'organisation par le ministre de la Recherche d'un grand Colloque national sur la recherche et la technologie tenu à Paris en janvier 1982, favorise le développement et surtout la visibilité des réflexions critiques féministes. La multiplication des actions de visibilité et la prise en compte par les instances institutionnelles de la recherche, Ministère et CNRS au travers des départements de sciences sociales et humaines aboutira à la mise en place d’un colloque national « Femmes, féminisme et recherches » en décembre 1982 à Toulouse, rencontre qui trouvera des prolongements par la programmation de financements spécifiques du CNRS de 1983 à 1989 sur cette même thématique « Recherches sur les femmes et recherches féministes ».

60J. Feldmanpoursuit :

La responsabilité du chercheur n’est pas simple à lire dans la société actuelle. L’enthousiasme scientiste des siècles précédents avait évacué le problème en faisant s’équi­valoir connaissance, maîtrise et progrès. L’insistance est plutôt mise aujourd’hui sur la complexité de la société, l’existence d’interjeux ou de rétroactions ou encore, celle d’effets « pervers ». S’engager dans une direction qui semble juste ne permet pas d’être en mesure de prévoir ce qu’il en adviendra vraiment : l’exemple des premiers fondateurs de la science moderne est là pour le prouver.

C’est sans doute la raison pour laquelle, face à cette impuissance reconnue, on voit revenir sur scène la « morale », rebaptisée « éthique », mot savant qui doit permettre, de s’instituer, à son tour, en affaire de spécialistes. […]

D’où notre insistance, dans ce volume, sur l’implication du chercheur dans son travail s’il entend être autre chose qu’un fonctionnaire à la carrière lisse : la passion de savoir, l’exigence de rigueur sont aux sources des sciences exactes. Comment se retrouvent-elles dans les sciences de l’homme ? Comment s’y joue l’engagement épistémique et éthique ?

61Dans ce séminaire, aux « confrontations » vont succéder les « implications », comme en témoigne le titre des volumes : de « la nécessité de prendre en compte le sujet qui fait la science » à « la responsabilité du chercheur dans la société ». La large référence à la psychanalyse, puisque « le sujet est replacé au centre du savoir et le savoir dans le désir », et la proximité du mouvement des femmes laisseraient supposer que la question de l'identité sexuée du sujet est une des questions majeures à soulever. Effectivement, J. Feldman note que :

Le mouvement de libération des femmes […] exacerbe encore la critique en dénonçant, au-delà du capitalisme, le patriarcat et fait ainsi ressortir ce fait que la science, qui se prétend universelle, est l’affaire quasi-exclusive des hommes. Le sujet épistémique mis en place par Descartes et désormais embrigadé par l’Institution-Science, est ainsi sommé de répondre de ses déterminations sociales, psychiques, voire biologiques.

62Et pourtant le séminaire fera très peu de place à cette question. Sans doute peut-on l'interpréter comme un effet récurrent de la mixité du groupe et de la pression normative de l'institution. Il faut y voir aussi que les préoccupations épistémologiques des féministes font l'objet de fortes résistances – énoncées ou non – de la part d'une critique des sciences majoritairement inspirée en France par des courants marxistes le plus souvent hermétiques aux propositions féministes. C'est donc ailleurs que pourront se manifester plus clairement les analyses féministes.

Séminaire « Limites-Frontières »

63Il s’agit cette fois d’une approche féministe de la science à partir de l’expérience féministe et des théories féministes. Ce séminaire est résolument pluridisciplinaire, non mixte et hors institution, mêlant chercheuses et non chercheuses. Hélène Rouch, qui en fut une des initiatrices, en rappelle les modalités :

  • 32 Voir notamment « 25 ans d’études féministes. L’expérience Jussieu », op.cit.

Le séminaire Limites-Frontières s’est tenu de 1980 à 1987. J’y ai trouvé, en tout cas pendant les trois ou quatre premières années, à la fois ce que j’avais envie de travailler sur le plan théorique et la façon dont j’avais envie de le travailler. Comme l'ont rappelé bien des féministes32, il y a eu un lien dès le départ entre le mouvement politique, le mouvement de libération des femmes, et la visée épistémologique de déconstruction des savoirs. Cela se faisait déjà pas mal dans les sciences humaines et sociales, mais peu dans les autres disciplines. Nous étions quelques copines scientifiques, dont plusieurs assez branchées sur la psychanalyse, à être un peu lasses d’être les groupies des sociologues et à avoir envie de parler des rapports de nos disciplines (maths, physique, biologie) avec le féminisme ce qui était évidemment impossible dans l’institution (c’était déjà difficile pour les autres). Nous voulions interroger notre rapport au savoir à partir de notre position de femmes – une position collective de dominée et une position individuelle due à l’expérience de chacune. Nous sommes parties du constat banal que le savoir est confisqué par les institutions universitaires ou de recherche qui l’ont cloisonné en disciplines dont l’ordre hiérarchique de valeur correspond à une représentation sexuée de la discipline de plus en plus masculine. D’où l’idée de se balader, dans un séminaire hors institution, aux limites qui peuvent se déplacer, aux frontières qui peuvent faire communiquer, dans une sorte de continuum des disciplines. Et qu’on pourrait se permettre alors d’aborder sans complexes, directement ou indirectement, des problèmes tels que savoir savant (reconnu de l’institution)/savoir militant (comme vision politique du monde), subjectivité (la place de l’irrationnel, du désir)/objectivité (support de la neutralité, de la maîtrise). Pour ça, il fallait que tout le monde s’écoute et se comprenne. D’où les trois principes du séminaire :

1) un travail collectif qui regroupait chercheuses pro et chercheuses non-pro ;

2) une interdisciplinarité non savante qui consistait à essayer de se familiariser avec le point de vue de l’autre (dans sa discipline ou son activité professionnelle) à partir de son propre point de vue ;

3) une réflexion critique bien entendu sur la machine patriarcale mais aussi sur nos propres positions idéologiques. […]

Je crois que ce qui m’a le plus marquée ça a été la façon dont on l’a fait, dans une espèce de liberté très grande, une absence de dogmatisme totale, c'est-à-dire que des femmes du mouvement, aux savoirs et aux pensées politiques très différents, venaient là, donc il y avait des conflits, mais en même temps ça donnait l’impression qu’on ne s’enfermait pas dans une pensée dominante, dans ce qu’il faut dire, ne pas dire, penser, ne pas penser, ce qui est valable ou pas, ce qui est sérieux ou pas, etc. Certes le niveau du séminaire était très inégal, mais pas de la même façon pour tout le monde ; il y a eu des séances extraordinaires et des séances ratées, mais comme on dit, il se passait toujours quelque chose, et il y avait beaucoup de monde. Un climat de solidarité jouait où le savoir se voulait discuté et partagé au-delà des compétences de chacune. […]

On a bien sûr abordé la critique des pratiques institutionnelles, mais il y a eu aussi beaucoup de séances sur l’imaginaire sexué à l’œuvre dans toute production culturelle y compris dans les sciences dites dures. Ça n’a pas été toujours facile. Je me souviens, par exemple, d’avoir fait une séance, au tout début, sur l’imaginaire masculin tel qu’il pouvait se lire au travers du discours sur la cellule et sa conception comme entité fermée, agressante ou agressée ; je me suis fait remettre vivement en place par les biologistes présentes pour qui le contenu de la biologie cellulaire était neutre, on pouvait dénoncer des présupposés et des biais sexistes en primatologie, en sociobiologie, mais pas en biologie cellulaire. […] Nous avons eu des séances sur les trous noirs, sur le chaos, sur le formalisme en mathématique, sur l’anthropologie physique, sur la sociobiologie…, contestant tout autant, mais avec des désaccords, l’idéologie scientiste que le refus de la science. De la même façon, on pouvait à la fois refuser le statut de science à la psychanalyse et croire à l’inconscient (certaines, pas toutes, surtout pas celles qui prenaient la psychanalyse pour une escroquerie). A posteriori, je pense que nous étions alors très proches des anglo-américaines, sans les avoir ou pas assez lues, en particulier des théories du standpoint, sans prendre la peine de les formuler. Oui, nous avons été bien trop dilettantes même si je persiste à penser que ce séminaire a constitué un réservoir de questions et d’idées exploitées par la suite avec plus de méthode et dans des cadres théoriques mieux définis. Mais, à l’époque, pouvoir faire s’exprimer dans un même lieu des positions essentialistes et des positions matérialistes tenait de l’exploit, tout comme de tenter de faire le lien entre la critique d’un imaginaire sexué de la science et celle des concepts et des méthodologies au travers d’un large éventail de disciplines. […]

À la longue, le besoin d’être plus cohérentes, de resserrer les problématiques, d’être plus efficaces, de se renouveler, s’est fait sentir. On a très vite compris que le séminaire n’en serait pas le lieu. Parallèlement l’institutionnalisation progressive des études féministes après le colloque de Toulouse (1982) lui a fait perdre de sa nécessité. Nous y avons perdu le chaud rapport au militantisme et surtout, si la réflexion épistémologique et sur les pratiques s’est bien développée dans les sciences humaines et sociales, pour les sciences expérimentales et exactes c’est resté, en dehors de quelques tentatives individuelles, en plan jusqu’à tout récemment.

64Ce séminaire, quelque peu iconoclaste à l'époque, est très différent, on le voit, du précédent dont il est pourtant contemporain. Il met en évidence ce qu'on pourrait appeler les points aveugles, quant aux interrogations féministes, du séminaire de J. Feldman : des liens étroits avec la volonté politique de changement du mouvement des femmes, le désir de ne pas faire des disciplines scientifiques un domaine à part inaccessible à la critique féministe, la volonté d’une perspective pluridisciplinaire, un refus de ne donner la parole qu'aux spécialistes…

65Vingt ans après, la relecture de ces textes et principalement leurs attentes frappent par les traits d’idéalisme, voire d’utopie, sans oublier les manifestations jubilatoires qui caractérisaient cette époque. La contestation d'une pensée aliénée à une idéologie phallocentriste s'est doublée d'une vision idéaliste de ce que pouvait être le rapport des femmes au savoir : vision idéaliste qui éludait d'une part le fait que les femmes ne sont pas semblables dans l'oppression et l'exclusion, d'autre part le fait que la science ne se fait pas en dehors des institutions qui la légitiment.

  • 33  Françoise Collin « L’apport des “gender studies”. La singularité française », Revue française des (...)

66Le rapprochement des deux séminaires est intéressant en ce qu'il marque historiquement le dilemme d'une pensée féministe sur la science au bord de l’institutionnalisation : ou elle s'inscrit dans l'institution et elle perd sa spécificité au profit d'une critique globale et non sexuée de la science, ou elle revendique sa spécificité et elle est absente des lieux où se fait et continue à se faire la science. À partir de 1982, des financements du ministère de la recherche et du CNRS sont programmés. Cependant, après 1989 les formes institutionnelles qui devaient prendre le relais de ces premières opérations ne parviennent pas à se mettre en place. Comme le souligne Françoise Collin33, dans le contexte centralisé de la recherche française, cette interruption est fortement dommageable. Ce ne sont pas les projets de recherches sur les femmes ou sur la différence des sexes qui se trouvent limités mais ceux qu’animent des chercheuses féministes.

67Toutefois, à partir du milieu des années quatre-vingt dix, une nouvelle donne s’offre aux recherches féministes, principalement par le biais des réseaux et des financements européens. Dans cette logique, des femmes intégrées dans des métiers ou des institutions scientifiques, plus éloignées de la contestation militante et/ou théorique, mais plus proches des propositions pragmatiques des politiques européennes, ont axé leurs réflexions et leurs actions sur une amélioration de leur situation.

Les associations de femmes scientifiques

68Deux associations de femmes scientifiques ont été présentées dans notre séminaire. Dans la tradition de l'AFFDU, Association française des femmes diplômées des universités, se sont créées successivement l'association Femmes et mathématiques (1987) et l'association Femmes et sciences (2000). Ces associations féminines de défense et de promotion des femmes scientifiques expriment une nouvelle étape des mouvements féministes, marquée par des revendications aux seins des institutions politiques et, notamment en France, par les campagnes pour la parité dans les instances de décision. L'AFFDU représente bien cette adaptation. Fondée en février 1920, elle regroupe des femmes diplômées de l'enseignement supérieur. Il s'agit d'une association à but non lucratif, reconnue d'utilité publique et de type corporatiste, ou de défense mutuelle de ses membres, avec une visée pacifiste qui correspond à l'époque de sa création. À la fin des années quatre-vingt, l'AFFDU renouvelle son action et participe au réseau Demain la parité dès sa création.

69Créée en 1987, en marge des institutions, le but premier de l'association Femmes et mathématiques, agir pour la promotion des femmes dans les milieux scientifiques et plus spécifiquement mathématiques, s'est élargi à une promotion de l'orientation des filles vers les mathématiques et l’ensemble des disciplines dites des sciences et de la technologie.

70Enfin, c'est sur la lancée du mouvement pour la parité et de l’impulsion européenne que s'est créée l'association Femmes et sciences. Des associations analogues existent dans les différents pays et, en ce qui concerne l’Europe, elles participent de divers réseaux financés par le Conseil de l’Europe et la Commission européenne.

Association Femmes et mathématiques

71Catherine Goldstein présente l’association Femmes et mathématiques et sa volonté de soutenir les femmes mathématiciennes et de faciliter leur entrée dans le monde masculin des mathématiques :

J’ai quand même l’impression que l’association Femmes et maths a joué un rôle pour favoriser cette intégration. Les circonstances de la création ont été la mise en place de la mixité dans les Écoles normales supérieures (et la crainte, justifiée d'ailleurs, que cela allait aggraver la situation pour les femmes scientifiques), et un mouvement international, matérialisé par une table ronde sur les mathématiciennes au colloque international de Berkeley. Mais il se trouvait que ça correspondait aussi en France à une interrogation, à une inquiétude de la part des mathématiciens en général sur le recrutement, sur la profession, sur les débouchés. Ceci nous a permis d'intervenir comme association, via évidemment des personnes, mais comme association ; c’était important parce que je crois que le milieu mathématique est particulièrement individualiste, c’est un milieu anti-lobbying très fort et l'idée d'une association de défense des droits des femmes, par exemple, ou d’une association sur un modèle américain aurait été très mal accueillie (y compris par les femmes, d'ailleurs !). Mais là, il y avait des efforts de réflexion collective, avec des mathématiciens purs, appliqués, des enseignants, et nous avons pu d’abord demander que la situation des filles soit explicitement prise en compte (dans les enquêtes par exemple), puis participer en tant qu’association à quelque chose qui s’appelait Maths A Venir, qui regroupait cinq associations professionnelles (de chercheurs, d'enseignants du secondaire, etc.) et qui organisait des colloques, faisait des interviews, des questionnaires, des exposés dans des lycées (…). De la même façon, on a obtenu un bureau officiel comme association savante à l’Institut Henri Poincaré, (la Maison des mathématiciens) […]. L'association a aussi été un tremplin qui, pour un certain nombre de femmes, leur a permis de devenir visibles : par le fait qu’elles étaient dans cette association et qu’on pouvait dire par exemple, en tant qu’association on veut qu’il y ait des femmes qui interviennent à une table ronde sur l’enseignement des maths ; là, donc, il y avait des femmes mathématiciennes qui intervenaient. Je pense que ça a joué un rôle relativement important, et ça continue à jouer un rôle de ce point de vue, cela permet aux femmes de prendre des responsabilités dans le milieu mathématique, c’est un peu plus facile que s’il n’y avait pas eu l’association. C’est déjà un aspect des choses. Cela a aussi aidé à légitimer le fait de regarder les pourcentages de femmes recrutées, ou ce genre de données (incroyablement difficiles à obtenir il y a 15 ans !).

Il me semble qu’il y a une différence entre un groupe de pression qui est reconnu comme tel et puis le fait qu’un certain type d’activité des femmes, en tant qu’individues, réussit à passer, à être visible, ce n’est pas tout à fait la même chose (…), c'est-à-dire que je n’ai pas l’impression que les femmes auxquelles je pense soient perçues comme déléguées de Femmes et maths ; même si on peut voir dans leur parcours qu’elles ont commencé à certains endroits liés à Femmes et maths, je crois que, du point de vue de la communauté mathématique au sens large, elles sont vues comme des femmes qui ont été actives à plein d’endroits.

Dans les premières années, Femmes et maths était beaucoup plus universitaire, j’ai l’impression qu'actuellement c’est quand même plus orienté vers les professeurs du secondaire et que Femmes et maths, en tant qu’association, est un peu moins visible du point de vue des mathématiciens professionnels. C’est clair qu’il y a beaucoup à faire à l’école, ou dans les classes prépas par exemple en matière d’information, mais aussi de critique. Il y a aussi des activités en direction des jeunes chercheuses, avec des colloques pour leur permettre de se rencontrer, d’exposer ce qu’elles font, cela a beaucoup de succès. On a aussi acquis une certaine légitimité auprès des gens qui s'intéressent aux questions des femmes et des sciences (des sociologues par exemple !). En fait, aussi bien les types d'activité que les orientations de l'association dépendent beaucoup des responsables du moment, qui a envie de s'investir dans quoi. C’est ce qui a aidé l’association à survivre, ce renouvellement des activités et des responsables.

72L’exposé de Catherine Goldstein restitue les tensions qui parcourent une association comme Femmes et mathématiques et le mélange d’intérêts collectifs et d’intérêts individuels. Le milieu des mathématiciens est pour une part symptomatique de la misogynie du milieu scientifique qui prône une science idéale de l’abstrait et donc de l’universel, mais qui dans les faits reste un milieu masculin. Les signes de la féminité, comme nous l’avons souligné dans le texte ci-dessus, devraient y être neutralisés à un point tel que bien des jeunes filles s’y sentent étrangères et souvent minorent leur capacité de réussite. Face à ce contexte, les membres de l’association ont prioritairement à cœur d’être reconnues comme mathématiciennes et de ne pas être écartées des instances de reconnaissance.

Association Femmes et sciences

73Claudine Hermann explique la genèse de l’association Femmes et sciences, et souligne que la question de la mixité des associations ou des mouvements qui s’investissent dans l’action en faveur des femmes reste problématique :

Á l’Union européenne, ils étaient très favorables à cette création, car dans d’autres pays il existait déjà des associations de ce type. En France nous avions depuis longtemps l’Association française des femmes diplômées des universités qui n’est pas principalement axée vers les sciences, beaucoup de ses membres sont littéraires, linguistes ; elles sont formées à l’université, mais leur profession n'y est que rarement ; ensuite il y a eu Femmes et mathématiques qui s’est créée à la fin des années quatre-vingt à la suite des difficultés de recrutement en sciences dures liées à la mixité des Écoles normales supérieures ; dans ce cas, leurs membres sont dans la recherche en mathématiques ou profs de mathématiques de lycée ; elles ont, je crois, vraiment très peu d’hommes adhérents ; ensuite est arrivée Demain la parité, qui est un collectif d’associations sur la parité en politique très actif ; c’est Demain la parité qui a été le pilote des études sur les écoles d’ingénieurs car il leur est apparu que les sciences, et en particulier la filière des grandes écoles, étaient une voie d'accès au pouvoir en France. Huguette Delavault, disparue en avril 2002 et à qui je tiens à rendre hommage, a dirigé les premiers travaux sur les filles en classes préparatoires scientifiques (1997) et dans les grandes écoles scientifiques (1998). La raison pour laquelle nous avons créé l'association Femmes et Sciences, c’est que nous n'arrivions plus, Huguette et moi, à faire face aux demandes constantes d’interventions dans tous les coins de la France sur les différents travaux que nous avions faits sur la place des filles dans les filières scientifiques et techniques. J’ai cru naïvement que créer une association permettrait de répartir le travail sur davantage des personnes. Ce n’est pas ce qui s'est passé parce que la visibilité de notre cause a augmenté, donc on nous a plus demandées et, pour l’instant, ça n’a pas vraiment diminué le travail. D'ailleurs cette association est jeune et il y a peut-être plus de travail au début.

Quand on a dû faire les statuts de l’association, tout le monde était d’accord pour que les hommes y soient admis comme membres mais il y a eu de très fortes réticences pour qu’ils aient le même statut que les femmes. Actuellement, dans les statuts tels qu’ils sont, les hommes doivent être marrainés. Il y a très peu d’hommes, c’est une clause qui gêne un certain nombre d’adhérent-e-s, à mon avis ça ne durera pas éternellement… (cette clause a, depuis cette intervention au séminaire, été supprimée par changement de statut voté en mars 2003).

74Claudine Hermann souligne l’ampleur et la croissance continue des activités de l’association Femmes et sciences. Son succès est lié aux échos que la lutte pour la parité a rencontrés en France dans les années 1995, au temps de la cohabitation gouvernementale entre la gauche et la droite. Pour tenir son rang dans le contexte international, la France comprend tout l’intérêt qu’il y a à accroître le nombre de femmes scientifiques. Nombre de gestionnaires de la recherche font le constat de la faible présence française dans les financements de la Commission européenne. De manière encore plus volontariste que pour l’association Femmes et mathématiques, il s’agit avant tout d’assurer la promotion des femmes scientifiques dans un milieu qui comme nous l’avons montré a longtemps tenu les femmes éloignées des instances de décision.

Conclusion

75Au cours des trois années de notre séminaire, nous avons cherché à préciser le contexte de formation et d'engagement scientifiques et politiques d’un certain nombre de chercheuses, ce qui nous a amenées à parcourir à grands traits différents aspects des critiques féministes des sciences en France à partir des années 1970. Comme nous l’avons souligné dans la présentation des textes anglo-saxons, la critique féministe des sciences en France supporte mal la comparaison avec celle qui a été menée dans le monde anglo-saxon, en ce qui concerne du moins les sciences expérimentales et exactes. Organiser des débats à partir des itinéraires de quelques-unes de nos collègues a mis en évidence tant du point de vue institutionnel que de celui des contenus et des pratiques scientifiques, combien la critique féministe des sciences est restée en France le fait de tentatives isolées et sporadiques dont l’impact est à la mesure de la faible diffusion des études féministes.

  • 34  Cf. les réflexions dans le même sens par les participantes de la Commission « Femmes dans la reche (...)

76Les participantes à notre séminaire, femmes scientifiques occupant une place confortable, voire élevée, dans l’institution représentent des positions très diverses : conscientes de l’inégalité entre hommes et femmes, elles ont choisi de lutter contre cette inégalité soit individuellement, soit dans des structures syndicales ou associatives, soit en s’engageant dans le mouvement des femmes. Mais toutes ont tenu leur féminisme, déclaré ou non, à l’écart de leur activité scientifique professionnelle – par nécessité et/ou par fidélité à la croyance de la possibilité d’une science neutre et objective34.

  • 35  Il suffit de comparer par exemple le faible impact des mesures prises en 1984 par Yvette Roudy, al (...)
  • 36   Par exemple, la création de l’association Femmes et sciences ; la mise en place de missions pour (...)
  • 37  Rappelons L’invention du naturel, L’engendrement des choses, La distinction entre sexe et genre, t (...)

77Les choses ont changé ces dernières années35. Les exhortations européennes y ont été pour beaucoup. Les initiatives se multiplient pour un changement sur le plan institutionnel36 : il s’agit de relancer l’action sur le nombre et la situation des femmes dans les carrières scientifiques, de trouver les méthodes pour pallier les difficultés rencontrées et attirer les jeunes filles dans les filières scientifiques. Par ailleurs, le renouvellement des problématiques féministes dans l’histoire et la sociologie des sciences donne lieu à des séminaires, des colloques, suivis de publications37, portant sur les contenus mêmes de la recherche, sur leur caractère partiel et partial en dehors même de la présence de biais sexistes.

  • 38  « Une autre science ? », op.cit.

78On pourrait penser qu’avec une entrée massive des femmes dans les carrières scientifiques, certains problèmes scientifiques se poseront autrement ou que de nouvelles questions seront abordées. Ce n’est pas dire que les femmes, parce que femmes, feraient de la science « autrement ». La science est un lieu de pouvoir, un lieu de pouvoir masculin, qui fait autorité sur la société. Selon Isabelle Stengers38, « l’identité historique des femmes, au sens où leur rapport au pouvoir s'est historiquement défini comme n'étant ni légitime, ni naturel, peut les rendre non par définition mais peut-être en moyenne, plus sensibles au prix dont se paie le pouvoir ». Pour elle, le féminisme doit garder dans ses interrogations sur la science le point de vue d’un mouvement « minoritaire » c’est-à-dire d’un mouvement qui « conteste la notion même de majorité et le rapport au pouvoir qui s’y rattache ». Et, en effet, toute tentative de penser le problème des rapports genre/science ne peut faire l’économie de la mise en question de la référence au pouvoir qu’est et que représente la science.

79Cette perspective ouvre au féminisme français d’autres enjeux que ceux de l’égalitarisme, comme la lecture des textes anglo-saxons traduits pour cette publication nous y invite. Par exemple, pourquoi la réflexion sur le rôle des scientifiques dans la dégradation de l’environnement, ou sur le développement de la militarisation, devrait-elle être laissée à l’initiative des seuls mouvements écologistes ? Dans les rapports Nord-Sud, si les mouvements altermondialistes prennent bien à bras le corps les problèmes politique-socio-économiques, les analyses féministes restent nécessaires à la compréhension de la situation des femmes des pays du Sud, dans leur propre pays ou émigrées vers les pays du Nord, quant à la valorisation de leurs connaissances et à leur accès aux savoirs occidentaux. De même, le domaine de la santé, de la pratique médicale, des technologies biomédicales (et il ne s’agit pas seulement des techniques reproductives), est à réinvestir moins pour interroger les discours éthiques de tous ceux qui généralisent au nom du genre humain, que pour comprendre l’idéologie de logiques scientifiques. En refusant d’envisager les femmes (mais aussi des hommes) en tant que personnes « pensantes », ces logiques excluent toute aspiration démocratique au sein du développement scientifique.

Haut de page

Notes

1    CEDREF, Centre de Documentation, de Recherche et Enseignements Féministes de l’Université Paris 7 – Denis Diderot. Pour l’historique du CEDREF, voir « 25 ans d’études Féministes. L’expérience Jussieu », les Cahiers du CEDREF, 2001.

2    Le premier séminaire a consisté en une séance co-organisée avec le CNRS et Reid Hall autour des travaux de Michèle Le Doeuff : débat avec Max Deutscher.

3    Philippe Busquin, Commissaire à la recherche Commission européenne, Politiques scientifiques dans l'Union européenne, in « Intégrer la dimension du genre, un facteur d’excellence ». Rapport du groupe de travail « femmes et sciences » du réseau ETAN, Commission européenne, 2001.

4   « Femmes et Sciences », colloque organisé par l’ASTS, palais de l’Unesco, Paris, 1995.

« La Place des Femmes dans les Sciences. Enseignement et Recherche », Commission française pour l’Unesco, Conférence européenne régionale « Women in Science », Bled, Slovénie, 1998.

Colloque « Sciences et techniques : pourquoi les filles ? » consécutif à la signature de la Convention par les Ministères de la Recherche, de l’éducation nationale, de l’Agriculture et de la Pêche et le Secrétariat d’Etat aux Droits des Femmes et à la Formation professionnelle, CNAM, Paris, 2000.

Huguette Delavault, Noria Boukhobza, Claudine Hermann avec la collaboration de Corinne Konrad, préface de Françoise Gaspard, Les enseignantes-chercheuses à l’université. Demain la parité ?, L’Harmattan, 2002.

5    Pour les ouvrages abordant le problème des pratiques et des représentations sexuées on peut citer notamment :

« Les femmes et la science », Pénélope, pour l’histoire des femmes, n° 4, printemps 1981.

« Savoir et différence des sexes », Les Cahiers du GRIF n° 45, 1990.

Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch (dir.), Sexe et genre, éd. du CNRS, 1991, réédité en 2002.

Françoise Vouillot (dir.), « Sciences et techniques,  pourquoi si peu de filles », numéro spécial de L’orientation scolaire et professionnelle, INETOP, vol. 20, 3, 1991.

Françoise Collin (dir.), « Le sexe des sciences. Les femmes en plus », Autrement, 1992.

« Sciences et cultures », in Sextant, ULB, n° 2, 1994 ; avec notamment Catherine Goldstein, « Une créativité spécifique des femmes en mathématiques ? », Isabelle Stengers, « Une autre science ? ».

Michel de Manassein (dir.), De l’égalité des sexes, CNDP, 1995.

Delphine Gardey et Ilana Lowy (dir), l’invention du naturel. Les sciences ou la fabrication du féminin et du masculin, éditions des archives contemporaines, 2000.

Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey (dir.), L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, éditions des archives contemporaines, 2002.

Ilana Löwy et Hélène Rouch (dir.), « La distinction entre sexe et genre. Une histoire entre biologie et culture », Cahiers du genre, n° 34, L’Harmattan, 2003.

La Recherche, numéro hors-série, « Sexes. Comment on devient homme ou femme », 2001, avec notamment Ilana Löwy, « La lente émancipation du sexe social », Joëlle Wiels, « L’ovaire sort de l’ombre », Evelyne Peyre, « Une mémoire enfouie dans l’os » et « Anatomiquement correct », Catherine Vidal, « Quand l’idéologie envahit la science du cerveau ».

6   Sur l’histoire de la mixité scolaire voir Nicole Mosconi, La Mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblant ?, PUF, 1989. Claude Zaidman (en coll. avec Claudine Baudoux), L’égalité entre les sexes. Mixité et Démocratie, L’Harmattan, 1992. Claude Zaidman, La mixité à l’école primaire, Bibliothèque du féminisme, l’Harmattan, 1996.

7   Voir notamment Christian Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Seuil, 1992. Marie Duru-Bellat, L’école des filles, L’Harmattan, 1990.

8   Néologisme construit à partir du concept de « genre ».

9    Nicole Mosconi, Femmes et savoir – la société, l’école et la division sexuelle des savoirs, L’Harmattan, 1994.

10  Sur les filières d’excellence, voir Michèle Ferrand, Françoise Imbert, Catherine Marry, L’excellence scolaire : une affaire de famille – Le cas des normaliennes et normaliens scientifiques, L’Harmattan, 1999.

11  Claude Zaidman, « La mixité scolaire en questions », Raison Présente, 2001.

12  Rapport de la Commission Européenne, op. cit.

13  « Le sexe des sciences », op. cit.

14  Colloque « femmes et sciences », nov. 1995, Palais de l’Unesco, Paris.

15  Commission femmes dans la recherche, La recherche des femmes : enquête, réflexions sur les femmes chercheurs au CNRS, SNCS, 1981.

16  Anne-Marie Devreux et Marie-Claude Hurtig (Commission Inégalités Hommes-Femmes), « Quelles (mâles chances) pour les femmes aux concours de chercheurs du CNRS ? », in Action Recherche SGEN-CFDT, CNRS et assimilés, n° 17, juin 2001.

17  Les enseignantes chercheuses à l’université, op. cit.

18  Dominique Fougeyrollas-Schwebel « Travail domestique », in Dictionnaire critique du féminisme sous la dir. d’Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré, Danièle Senotier, PUF, 2000.

19  SGEN-CFDT-CNRS, Action Recherche, juin 2001, op. cit., Le journal du CNRS, n° 159, mars 2003.

20  Paola Tabet « Les mains, les outils, les armes », in La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, L’Harmattan, 1998.

21  Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey (dir.), op. cit.

22  Joan Cassell, « Différence par corps : les chirurgiennes », Cahiers du genre, n° 29, « Variations sur le corps », 2000.

23  Voir présentation de ce séminaire plus loin.

24  Laborie Françoise in Armatte, Bailly, Baruk, Blanchard-Laville, Favret-Saada, Feldman, Laborie,Schiltz, Thuillier, Trotignon, Woesler de Panafieu, Le sujet et l’objet : confrontations. Séminaire, l’interrogations sur les savoirs et les sciences, années 1980-1981, éd. du CNRS, 1984.

25  M. Jaspard, E. Brown, S. Condon, D. Fougeyrollas-Schwebel, A. Houel, B. Lho­mond, F. Maillochon, M-J. Saurel-Cubizolles, M-A. Schiltz, Les violences envers les femmes en France. Une enquête nationale, La Documentation française, 2003.

26   http://clasches.multimania.com

27  En 2002, une séance du séminaire a été consacrée aux « Normes de conduite et représentations de la féminité et de la masculinité », présentation Dominique Fougeyrollas, invité Eric Fassin.

28  « On entendra par minoritaires non ceux qui seraient forcément en nombre moindre mais bien ceux qui dans une société sont en état de moindre pouvoir, que ce pouvoir soit économique, juridique, politique… », in Colette Guillaumin, « Femmes et théories de la société : Remarques sur les effets théoriques de la colère des opprimées », Sociologie et Sociétés, vol 13, 2, 1981, republié dans Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L'idée de Nature, Côté-femmes, « Recherches », 1992.

29  Ce qu'on a appelé souvent « effet Spoutnik », image pour désigner la concurrence et la lutte pour la suprématie militaire par le développement scientifique dans les années de guerre froide.

30  Feldman, Laborie,Bailly, Dayan-Herzbrun, Fellous, Gavarini, Jandrot-Louka, Jenny, Lage, Louka, Maho, Markiewicz, Lagneau, Moreau de Bellaing,, de Panafieu, Stewart, Verlet, Le sujet et l'objet : implication. Séminaire d'interrogations sur les savoirs et les sciences, années 1981-1982 et 1982-1983, éd. du CNRS, 1986.

31  Labo Contestation, « La vocation actuelle de la sociologie », n° 6, été 1972.

32 Voir notamment « 25 ans d’études féministes. L’expérience Jussieu », op.cit.

33  Françoise Collin « L’apport des “gender studies”. La singularité française », Revue française des affaires sociales, 49° année, n° hors série, « Du côté des femmes. Conférences, institutions, recherches », août 1995.

34  Cf. les réflexions dans le même sens par les participantes de la Commission « Femmes dans la recherche » du SNCS, « La recherche des femmes », Pénélope, 1981, op.cit.

35  Il suffit de comparer par exemple le faible impact des mesures prises en 1984 par Yvette Roudy, alors ministre déléguée chargée des Droits de la femme, avec les effets de la Convention 2000 (citée note 5).

36   Par exemple, la création de l’association Femmes et sciences ; la mise en place de missions pour la parité au sein du CNRS, des ministères de la recherche et de l’enseignement supérieur ; la création du réseau RING (Réseau interdisciplinaire et interuniversitaire national sur le genre) ; l’organisation par le CNRS dans le cadre d’une session de formation permanente des Ateliers scientifiques pluridisciplinaires « Sexes et genre » à Cargèse, novembre 2002. Voir également Les enseignantes-chercheuses à l’université, op.cit.

37  Rappelons L’invention du naturel, L’engendrement des choses, La distinction entre sexe et genre, tous op.cit.

38  « Une autre science ? », op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Claude Zaidman, « Être femme dans la recherche », Les cahiers du CEDREF, 11 | 2003, 123-159.

Référence électronique

Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Claude Zaidman, « Être femme dans la recherche », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/518

Haut de page

Auteurs

Dominique Fougeyrollas-Schwebel

Articles du même auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org