Navigation – Plan du site
Points de vue anglo-saxons

De la vision des Brockenspectres1

Sexe et genre dans la science du XXe siècle
Elisabeth Kerr et Wendy Faulkner
Traduction de Irène Jami
p. 89-114

Notes de la rédaction

Version originale : « On seeing Brockenspectres. Sex and Gender in Twentieth-Century Science », in John Krige and Dominique Pestre (eds), Science in the 20th Century, Amsterdam, Harwood, 1997, p. 43-59.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Nous avons choisi de conserver le terme anglais, qui n’a pas d’équivalent en français, et de renvo (...)
  • 2   Ehrenreich B. and English D., For Her Own Good 150 Years of the Docos’Advice to Women, Londres, P (...)
  • 3   Rose H., Love, Power and Knowledge: Towards a Feminist Transformation of the       Sciences, Oxfo (...)

1Les femmes ont toujours été exclues de la puissante « nouvelle » philosophie2 des fondateurs de la science moderne européenne et, malgré la disparition de toutes les barrières légales, leur présence est très minoritaire dans presque toutes les sciences de la vie3. Seules quelques exceptions notables ont apporté une contribution jugée suffisamment importante pour figurer, par exemple, dans les livres d’histoire des sciences. Les féministes se sont bien sûr efforcées d’élargir l’accès des femmes à la science – depuis les féministes de la « première vague » qui ont lutté à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle pour le droit à l’enseignement supérieur et au suffrage, jusqu’à celles de la « deuxième vague » du mouvement de libération des femmes qui s’est développé depuis la fin des années soixante.

  • 4    Harding S., The Science Question in Feminism, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1986, (...)

2Cette dernière génération de féministes ne s’est pas uniquement préoccupée de l’accès à la science : elle a aussi produit de fortes critiques de la science elle-même. Pour reprendre les termes de la philosophe des sciences Sandra Harding, l’attention des féministes de différentes convictions s’est déplacée de la « question des femmes » en science à la « question de la science » du point de vue du féminisme4. Depuis les années soixante-dix, scientifiques et militantes féministes, contestant les traditionnelles affirmations sur l’objectivité de la science, ont montré comment, à de nombreux égards, les données comme les théories scientifiques, en particulier dans les sciences biologiques, sont « biaisées » au profit des hommes. Au début des années quatre-vingt, les écoféministes, notamment, ont identifié dans la notion même d’objectivité, et plus largement dans le projet scientifique, une part d’essencemasculine laissant ainsi entendre que les femmes avaient peut-être des raisons de choisir de ne pas participer à la science. Plus avant dans les années quatre-vingt, les philosophes et scientifiques, plutôt que de rejeter à la fois la science et l’objectivité, ont tenté d’introduire des « épistémologies féministes » alternatives de la science susceptibles de contribuer à transformer la pratique même de la science.

3Nous nous intéresserons surtout ici aux différentes critiques féministes de la science développées durant les dernières décennies du vingtième siècle. C’est pourquoi nous nous pencherons moins sur la situation des femmes en science, que sur les implications de la science pour les femmes – ou plus précisément pour les relations de genre – et aux implications de la contestation féministe de la science. Comme nous allons le montrer, l’un des thèmes centraux des critiques et des épistémologies féministes est la relation entre sexe et genre, en particulier entre la domination masculine de la science d’un côté et son apparente masculinité de l’autre. Cela soulève, à nos yeux, quatre questions essentielles : en quel sens la science est-elle une entreprise masculine ? Dans quelle mesure la masculinité de la science est-elle due au fait qu’elle est dominée par les hommes ? Ou bien, la science est-elle soumise à une domination masculine du fait de son image et de sa culture masculines, les deux aspects se renforçant mutuellement ? Enfin, s’il y avait davantage de femmes en science, cela changerait-il de quelque manière, soit la façon dont la science est pratiquée, soit la connaissance produite ?

4Nous commencerons par présenter des exemples de « science sexiste » où la connaissance scientifique tout à la fois reflète et favorise les intérêts des hommes au détriment des femmes. Les féministes ont débattu pour savoir si ces exemples pouvaient être disqualifiés comme les produits d’une « mauvaise science », qu’il serait possible d’améliorer par le recours à de « meilleures » méthodologies, de « meilleures » procédures, de « meilleurs » protocoles, etc.,ou si le biais manifeste qu’ils comportent est inévitable dans le cadre de la « science telle qu’elle se fait ». La critique « radicale » de la science et la « nouvelle » sociologie des sciences qui ont émergé dans les années soixante et soixante-dix, se sont fait l’écho de ce débat. Nous tirons de ces perspectives critiques deux conclusions importantes : d’abord, que toute revendication de connaissance (en science comme ailleurs) est « relative » au contexte social de ceux qui l’émettent et par là même, subjective ; et deuxièmement, que les prétentions à l’objectivité, quand bien même elles présentent peu de ressemblances avec la pratique de la science, peuvent remplir une importante fonction rhétorique comme mythes. Comme nombre de féministes, nous sommes confrontées à ce dilemme : vouloir à la fois maintenir cette position critique à l’égard de l’objectivité et de la science et trouver des critères de choix entre prétentions concurrentes à la connaissance. Nous envisageons donc des pratiques scientifiques alternatives qui tentent d’associer des éléments d’objectivité avec la conscience de la nécessité pour les scientifiques de faire preuve de distance critique quant à leur « caractère situé ».

5D’autres féministes ont adopté une tactique différente pour parvenir à cette approche plus globale, et suggèrent que la science – et notamment l’objectivité – est dans une certaine et dangereuse mesure masculine, ou qu’une approche « féminine » de la science est à la fois possible et souhaitable. Nous ne nous reconnaissons pas dans la tendance à « essentialiser » les notions de masculinité et de féminité que partagent, à des degrés divers, ces différentes positions, car elle ne permet pas de rendre compte de la diversité des vies et des expériences des hommes et des femmes. Certes, comme en témoigne le cas de la primatologie, il semble tout à fait possible que les femmes puissent, dans des domaines spécifiques, partager des points de vue qui influencent leurs pratiques en tant que scientifiques. Cependant, comme nous le montrons par la suite, il n’est guère de preuves à l’appui de l’hypothèse fascinante selon laquelle les femmes « font de la science différemment » des hommes – à tout le moins au niveau de la méthodologie. Notre conclusion rassemble ces éléments relativement disparates et examine la relation contestée entre domination masculine de la science et masculinité (ou non) de sa pratique et de ses produits.

  • 5    Wajcman J., Feminism Confronts Technology, Oxford, Polity Press, 1991, p. 143-144.

6Acquittons-nous au préalable de certaines précisions de terminologie. Par convention dans les travaux universitaires féministes et en sciences sociales, les termes « mâle » et « femelle » sont utilisés pour se référer au sexe biologique, tandis que le terme genre se rapporte aux catégories culturellement ou socialement construites de masculinité et de féminité. Cette distinction n’est pas absolue : comme les biologistes féministes l’ont soutenu, il y a interaction significative ou influence réciproqueentre « le biologique » et « le social » ; la définition même du sexe biologique est un acte social. Néanmoins, la notion de genre comme catégorie dans une large mesure sociale, donc susceptible de varier, est fondamentale. Cela veut dire que ce que nous considérons comme des traits et des comportements masculins et féminins peut varier d’un milieu culturel à un autre et d’un individu à un autre ; il n’y a pas de « masculinité » monolithique ou universelle. Les constructions du genre peuvent bien sûr être assez contradictoires y compris au sein d’un même milieu culturel : pour certains hommes, un moteur de voiture bien huilé est l’incarnation même de l’association entre hommes et technologie, d’autres trouvent cette image dans un environnement high tech5. Le fait que les termes « masculinité » et « féminité » puissent être utilisés de deux manières : soit pour se référer à ces caractères socialisés portés respectivement par les hommes et par les femmes, soit pour se référer aux traits stéréotypés qui peuvent être portés, de façon variée, par des hommes ou des femmes, représente une dernière source de confusion. Nous essayons de distinguer ce que nous voulons signifier en nous référant explicitement au stéréotype de genre (masculin ou féminin) lorsque nous voulons évoquer le second sens.

La science sexiste

7Les féministes ont depuis longtemps des raisons de se méfier des données et des théories scientifiques qui tentent d’expliquer des modèles inéquitables de comportement social en termes biologiques ; ce déterminisme biologique profite à des idéologies qui considèrent les inégalités sexuelles (et les autres) comme « naturelles », et s’opposent ainsi à ce que le changement social et politique y mette fin.

  • 6    Shapin S., « Phrenological knowledge and the social structure of early nineteenth century Edinbu (...)
  • 7    Ehrenreich and English, op. cit., note 1, chap. V.
  • 8    Cette théorie a été vivement contestée ; voir par exemple Grifftihs D., « The exclusion of women (...)

8C’est ainsi qu’au dix-neuvième siècle, la phrénologie est venue étayer les assertions aristotéliciennes sur l’infériorité intellectuelle des femmes par rapport aux hommes en prouvant que le cerveau des femmes était plus petit que celui des hommes6. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, les médecins répétaient aux femmes de la middle class – notamment aux féministes de la première vague – que des activités intellectuelles comme l’éducation allaient drainer l’énergie essentielle de leurs utérus ou provoquer le flétrissement de leurs ovaires ! Au même moment, la suppression de la sexualité des femmes de cette classe se traduisait par des théories associant toutes les formes de maladie de femme et l’« hystérie » – notamment celle qui pouvait résulter d’ambitions frustrées – à des organes sexuels trop actifs que l’on « traitait » par la clitoridectomie ou d’autres formes de mutilation sexuelle7. Un siècle plus tard encore, la recherche sur la différence des sexes a redonné de la crédibilité aux théories sur les différences psychologiques en capacité intellectuelle : en particulier, la théorie selon laquelle le faible nombre de femmes scientifiques et ingénieures pourrait s’expliquer par des différences marginales des capacités de visualiser l’espace chez les adolescents8.

  • 9    Janson Smith D., « Sociobiology So What? » in Brighton Women and Science Group (eds), Alice Thro (...)
  • 10  Voir par exemple Brighton Women and Science Group, op. cit., note 8, au Royaume-Uni, et Hubbard R. (...)

9On considère dans une large mesure que l’émergence du féminisme de la deuxième vague dans les années soixante-dix a encouragé la résurgence des recherches sur la différence des sexes et la naissance du nouveau domaine de la sociobiologie. Les sociobiologistes tentent d’expliquer le comportement social des animaux en recourant à la théorie de l’évolution. (Pratiquement toute la recherche porte sur des animaux, mais on en extrapole couramment les résultats à l’homme.) Ils ont ainsi cherché à « expliquer » un comportement comme le multipartenariat sexuel masculin et la violencemâle en termes de « stratégies » des gènes pour optimiser leur continuité9. On ne s’étonnera pas, compte tenu du caractère hautement significatif de ces théories « naturalisantes » en termes de genre, que la préoccupation prioritaire des premières critiques féministes ait été de s’opposer au déterminisme biologique, en s’appuyant dans une large mesure sur les apports de l’anthropologie et des autres sciences sociales10. Au cours des années quatre-vingt, cette approche a cependant ouvert la voie à une analyse approfondie des « biais » sexistes de la science et plus généralement de leur impact sur la production de savoir scientifique.

10C’est dans la recherche sur la différence des sexes, et dans deux disciplines qui la recouvrent partiellement : la primatologie et l’évolution humaine, que le biais sexiste a été montré de la façon la plus complète. Sur la différence des sexes, les féministes semblent suggérer que de « meilleures » méthodes de recherche et de « meilleures » hypothèses théoriques peuvent faire justice des biais, alors qu’en primatologie et dans le domaine de l’évolution de l’homme, on considère souvent que la contestation féministe apporte un « contre-biais » à la science sexiste.

  • 11  Bleier R. (ed), Feminist Approaches to Science, New York, Pergamon Press ; Longino H. and Doell R. (...)

11Pour illustrer ce dernier cas, on se référera aux résultats de recherche d’après lesquels les fœtus féminins soumis à des influences masculinisantes tendent à devenir des « garçons manqués » à l’adolescence, utilisés à l’appui de l’hypothèse selon laquelle les comportements mâle et femelle résultent des influences hormonales au cours de la croissance fœtale dans l’utérus. C’est un exemple classique de la façon dont le déterminisme des biologistes passe souvent par une étape réductionniste, cherchant à rendre compte de phénomènes complexes en termes biologiques, habituellement moléculaires ou génétiques, sans localisation pertinente dans l’ensemble de l’organisme, le contexte social ou environnemental. L’examen attentif de ces travaux montre qu’il y a loin de l’hypothèse à la preuve. Outre la faiblesse méthodologique liée à la taille de l’échantillon et aux questions de mesure, les hypothèses associées sont toutes dans une large mesure déterminées par des jugements de valeur – à commencer par celle qui consiste à dire que le « garçon manqué » incarne une forme universellede masculinité, et que ce sont les hormones et non pas les attitudes des parents, les jeux avec les frères et sœurs, etc. qui sont responsables de ces aspects du comportement des adolescents11.

  • 12  Longino and Doell, op. cit.,note 10.
  • 13  Morell. W., « Seeing nature through the lenses of genre », Science, April 16, 1993, 260, p. 428-42 (...)

12Compte tenu de la très faible quantité de données disponibles sur l’évolution humaine, en revanche, les débats dans ce domaine se cantonnent essentiellement au niveau de la théorisation et il est souvent impossible de les soumettre à l’épreuve de la réalité. C’est ainsi que l’on entend formuler les débats sur le rôle de l’utilisation des outils dans le développement du bipédisme en termes d’« homme chasseur » et de « femme collectrice » – l’influence du point de vue des scientifiques sur le genre est suffisamment transparente ici12 ! Dans les années soixante et soixante-dix, de nombreuses femmes ont commencé à travailler en primatologie ; elles sont créditées (et se créditent elles-mêmes) d’avoir « réduit à néant » les biais de leurs collègues mâles en jetant la lumière sur les primates femelles. A l’époque, la domination mâle des sociétés était considérée comme la règle chez les primates. Par exemple, en 1959, Irv De Vore a publié une étude qui expliquait le comportement social des babouins par une hiérarchie masculine : les mâles lui paraissaient le sexe le plus évident à étudier, il ne voyait donc tout simplement pas ce qui est aujourd’hui admis – qu’il y a transfert des mâles d’un groupe à l’autre et que dans cette espèce ce sont les femelles qui assurent la stabilité sociale. Les contre-biais concernent aussi bien la théorie que l’observation : on avait par exemple l’habitude d’expliquer la fréquence relative des cas d’infanticide chez les langures indiens en termes de sélection sexuelle des mâles, comme un moyen pour les mâles de mettre les femelles en chaleur ; en 1970 Sarah Blaffer Hrdy a montré que les femelles ont leurs propres stratégies reproductives consistant, expliquait-elle, à user de la promiscuité, ce qui favorisait l’incertitude à l’égard de la paternité13.

  • 14  Ibid.
  • 15  Haraway D., « Primatology is politics by other means », in Bleier, op. cit., note 10, 1986, p. 80 (...)

13L’historienne des sciences Donna Haraway désigne le domaine de la primatologie comme un terrain essentiel pour la description par la société occidentale industrielle du « naturel » – et, dès lors, particulièrement sujet à controverses. Ses développements les plus récents ont manifestement été influencés par le féminisme de la deuxième vague. En 1966, Thelma Rowell ne trouvait aucune domination masculine dans les sociétés babouin olive d’Ouganda mais expliquait que c’était un phénomène exceptionnel lié à l’habitat en forêt ; jusqu’au milieu des années soixante-dix elle a gardé la plus grande confiance dans les théories de la domination mâle14. Haraway explique que les femmes primatologues américaines et britanniques arrivées dans la spécialité dans les années soixante et soixante-dix « ont changé les faits de nature en changeant les visions des mondes possibles ». Les différentes positions théoriques prises – par les féministes comme par les non-féministes – sont autant de versions de nos propres « histoires » ; la primatologie, c’est donc « une autre façon de faire de la politique15 ».

  • 16  Birke L., « From zero to infinity: Scientific views of lesbians », in Brighton Women and Science G (...)
  • 17  Martin E., « The egg and the sperm: How science has constructed a romance based on stereotypical m (...)

14Les féministes ont tout simplement mis en évidence à quel point la marque omniprésente, mais subtile et inconsciente, du genre dans nos perceptions, peut avoir de l’influence non seulement sur que les scientifiques trouvent intéressant de chercher, mais aussi sur la façon dont ils « voient » les données qu’ils ont sous les yeux. C’est ainsi que le cadre même des recherches sur les différences de sexe détourne notre attention des similitudes entre sexes, dont on peut soutenir qu’elles ont beaucoup plus d’importance. De la même façon, si les recherches sur l’homosexualité (un autre domaine très controversé) se sont presque toujours concentrées sur les hommes gays – les lesbiennes sont restées en grande partie invisibles à la science (de même qu’aux autres institutions) –, c’est que l’on tient pour acquis que la sexualité lesbienne, comme elle ne comporte pas de pénétration, n’est pas une vraie sexualité16. Une illustration classique de ce filtre masculin est fournie par la savoureuse analyse discursive que fait Emily Martin du texte scientifique et des articles de recherche sur la question de la fécondation qui dépeignent « l’œuf sous les traits d’une jeune fille innocente en détresse » et « le sperme sous ceux d’un guerrier héroïque volant à son secours ». Martin démontre que ce langage non seulement reflète et renforce les stéréotypes de genre, mais occulte la façon dont le chercheur voit le processus qu’il étudie. La recherche récente a montré que le sperme n’est pas tout puissant et que l’œuf joue un rôle actif, mais même ces découvertes sont présentées en termes de genre – l’œuf « attire et captive »le sperme, par exemple17.

15En somme, les féministes ont démontré que les théories biologisantes tendent tout à la fois à refléter et à renforcer le sexisme de la société dans laquelle elles sont produites. Les propres points de vue des scientifiques sont influencés par la société dans son ensemble, et seront manifestes dans les théories et les données qu’ils produisent (notamment lorsque la question traitée concerne le comportement humain). On comprend donc pourquoi les théories scientifiques tendent à renforcer les préoccupations et les points de vue dominants de la période. Malgré le déclin de l’idéal d’« objectivité », il est bien évident que la recherche sexiste décrite ici conforte les certitudes d’une société où les différences de sexe sont toujours soulignées dans le cadre d’une idéologie de la supériorité du masculin et de l’infériorité du féminin. Que signifie cette critique pour la science ? La science sexiste est-elle simplement de la mauvaise science qui faillit au devoir d’objectivité, ou bien l’objectivité est-elle un mythe plus qu’une réalité ?

Le mythe de la connaissance indépendante des valeurs

16On peut, en gros, distinguer trois positions au sein de la critique féministe de la connaissance scientifique : la science sexiste est une « mauvaise science » qui peut être corrigée par l’élimination des biais ; la science sexiste, c’est « la science telle qu’elle se fait », car la science est toujours chargée de valeurs ; enfin une position plus globale soutient qu’une « bonne science » est possible pourvu que les scientifiques reconnaissent explicitement les valeurs qu’ils y apportent. Les deux premières ont été vivement débattues au sein du mouvement radical en sciences et de la nouvelle sociologie des sciences – deux courants critiques apparus dans les années soixante et soixante-dix, qui ont, ensemble, ébranlé la certitude de l’objectivité du savoir scientifique. La troisième position a été élaborée pour une large part par les philosophes des sciences féministes à la fin des années quatre-vingt.

  • 18  Rose S., « Scientific Racism and Ideology: The IQ Racket from Galton to Jensen » in Rose S. and Ro (...)
  • 19  Pour une introduction, voir Barnes B. et Edge D. (eds), Science in Context: Readings in the Sociol (...)

17Les scientifiques radicales ont souligné les liens entre science et idéologie, par exemple dans le cas de la race et du QI18. Mais il n’y a pas eu de consensus quant à l’étendue des influences idéologiques sur la science – certaines ont adopté la solution selon laquelle tout savoir scientifique est idéologique, d’autres qu’un tel savoir est de la « mauvaise science » et qu’une bonne science, indépendante de toute idéologie, est possible. Les nouveaux sociologues des sciences ont généralement adopté une approche moins explicitement politique, mais le projet qu’ils poursuivent consiste à démontrer la nature socialement construite du savoir scientifique – que les hypothèses et les données sur lesquelles sont fondées les théories sont contingentes, et que les observations sont « lestées de théorie19 ». La sociologie de la connaissance scientifique a joué un rôle central dans ce projet ; elle adopte une approche relativiste délibérément agnostique quant à la « vraie valeur » de toute affirmation de connaissance. Enfin les scientifiques radicales comme les nouveaux sociologues des sciences soulignent l’importance rhétorique des prétentions de la science et des scientifiques à l’indépendance par rapport aux valeurs et à l’objectivité. De leur point de vue, l’ampleur de l’adhésion à la vision de la science et des scientifiques détachés et désintéressés, et donc « au-dessus » de la politique, occulte en grande partie le fait que la pratique scientifique implique toujours de la subjectivité et des préjugés ; et cela, en retour, explique pourquoi notre société attribue une telle autorité à la connaissance scientifique.

  • 20  Haraway D., op. cit., note 14, p. 80.

18Beaucoup de féministes critiques ont elles-mêmes été actives dans le mouvement scientifique radical, mais ont ressenti une insatisfaction croissante, au fur et à mesure que s’approfondissaient les divergences idéologiques, à l’égard de la tendance aux débats théoriques abstraits, comme de l’apparente ignorance dans laquelle l’essentiel de la discussion politique tenait le genre. Les féministes ont pris au sérieux l’analyse constructiviste sociale de la sociologie de la connaissance scientifique, mais n’en ont jamais vraiment été partie prenante. Entre autres raisons parce que le relativisme présente à leurs yeux un handicap majeur : s’il est extrêmement utile comme position méthodologique – suspendre le jugement lorsque l’on analyse les revendications de connaissance – certains semblent souvent l’adopter comme position de principe : ne jamais trancher entre les prétentions à la connaissance. Si nous admettons la vieille équation entre savoir et pouvoir, nous et d’autres féministes voulons être en mesure d’émettre des jugements sur les prétentions concurrentes à la connaissance afin de contester et d’améliorer la science sexiste ; pour reprendre les termes d’Haraway, nous voulons une épistémologie qui permette de distinguer (et de construire) les bonnes histoires des mauvaises20.En d’autres termes, la position selon laquelle toute science est chargée de valeurs est un peu trop proche d’une sorte de nihilisme politique du style « tout est possible ». D’un autre côté, la position selon laquelle la science sexiste est de la mauvaise science ne tient pas compte de l’évidence que la science est nécessairement imprégnée de valeurs. Beaucoup de théoriciennes féministes se trouvent donc coincées entre une insistance relativiste sur la construction sociale du savoir et le désir de conserver certains des anciens critères d’objectivité.

19Les philosophes féministes de la science montrent qu’il est cependant possible de ne pas s’enfermer dans la dichotomie entre objectivité et relativisme. Leurs épistémologies cherchent une voie différente entre de ces deux pôles en reconnaissant que la science est imprégnée de valeurs. Sandra Harding, par exemple, plaide en faveur d’une pratique d’« objectivité forte » en science, en insistant pour que les scientifiques se montrent « réflexifs » quant aux conditions subjectives et sociales qui donnent forme à leur prétention au savoir. On peut y parvenir moyennant

  • 21  Harding S., Whose science? Whose knowledge Thinking from Women’s Lives, Milton Keynes, UK, Open Un (...)

les conditions d’une réflexivité crédible : une appréhension systématique du poids des convictions fondamentales (et)… l’analyse causale des microprocessus (au niveau du laboratoire) et des macro tendances (au niveau social) qui donnent forme à la pratique scientifique21

20Inspirée d’une démarche similaire, Haraway défend la notion de « connaissance située », qui

  • 22  Haraway D., « Situated knowledges: The science question in feminism and the privilege of partial p (...)

requiert que les objets de la connaissance soient décrits comme des acteurs et des agents, non comme des objets, des fondements pour une hypothèse, des ressources, encore moins comme les esclaves d’un maître qui, en l’absence de toute dialectique, demeurerait le seul agent et le seul producteur de connaissance « objective ».C’est un paradigme des approches critiques en sciences sociales et humaines : la capacité d’agir des personnes qui sont l’objet de l’étude pèse sur l’ensemble du projet de production d’une théorie sociale. Accepter la notion selon laquelle les « objets » d’étude sont dotés d’une capacité d’agir est la seule façon, pour ces sciences, d’éviter de grossières erreurs et de déboucher sur une connaissance faussée22.

21Haraway suggère que, puisque la capacité d’agir est une partie inévitable de la production de connaissance, il faudrait la rendre explicite, au lieu de la nier : ce processus, explique-t-elle, produit une connaissance meilleure, parce que moins opaque.

22Ces positions, d’une portée globale, sont fondées sur de nouvelles conceptions de l’objectivité. Fee, par exemple, explique que « l’objectivité est suffisamment vague pour comporter de multiples acceptions », dont certaines positives :

  • 23  Fee E., « Women’s nature and scientific objectivity », in Hubbard R. and Lowe M. (eds), Women’s Na (...)

le processus incessant d’interaction pratique avec la nature ; la volonté de prendre en considération toutes les hypothèses et méthodes comme ouvertes au questionnement… l’idée de créativité individuelle soumise aux contraintes de la validation par la communauté à travers une série de procédures reconnues23.

  • 24  Longino H., Science as Social Knowledge, USA, Princeton University Press ; Nelson L. H., Who Knows (...)

23Fee ne conteste pas ces acceptions mais rejette ce qu’elle appelle « la hiérarchie des distances » en objectivité, qui prend quatre formes : le traitement de la production de connaissance comme séparée de son usage social ; la séparation entre la rationalité scientifique et l’émotion dans le langage de la science ; la distance entre le sujet et l’objet de l’étude ; et la vision de la science comme séparée et distincte de la société. Helen Longino et Lynn Hankinson Nelson se reconnaissent dans cette nouvelle conception de l’objectivité, fondée sur un empirisme nourri de l’évaluation critique des revendications de connaissance et des certitudes scientifiques justifiéespar les données disponibles24. Longino y associe une démarche réflexive lorsqu’elle plaide pour un « empirisme contextuel » : les scientifiques, non contents de chercher à dévoiler les biais sexistes, doivent admettre que leurs engagements politiques orientent leurs préférences en termes de modèles en science.

24Ces thèmes – qui associent réflexivité et rigueur – ont été d’une importance croissante pour les féministes qui travaillaient dans les sciences de la vie et de la société, qui ont suggéré de nombreux changements susceptibles, à eux tous, d’en finir avec la production de science sexiste. Le domaine de la biologie, avec sa tendance caractéristique de la discipline à chercher des explications biologiquement déterministes (et souvent réductionnistes) à des phénomènes qui (combien seraient prêts à le soutenir) ont au moins en partie, sinon dans leur totalité, des fondements sociaux, est un objectif évident. Les modèles interactifs, fondés sur une approche interdisciplinaire et holistique de la recherche, sont considérés comme plus pertinents. Plus généralement, les féministes montrent la nécessité de davantage d’humilité et d’honnêteté quant aux limites de la preuve comme de la théorie, en même temps que davantage de réflexion autocritique quant aux valeurs personnelles et sociales qui imprègnent la science. Il faut que les hypothèses et les jugements concernant le genre soient aussi explicites que possible, de même que le langage concernant le genre – que les scientifiques admettent qu’effectivement les lecteurs attribuent du sens au mot écrit. De cette façon, la possibilité de perspectives alternatives sur un sujet est donnée à voir. De nombreuses féministes suggèrent en outre que l’implication d’un ensemble plus important de groupes sociaux dans la science mènerait à un ensemble plus important de perspectives et par conséquent, de théories.

25Nous reviendrons plus tard sur cette dernière question ; mais poursuivons d’abord la critique des notions traditionnelles d’objectivité. La culture populaire comme la culture scientifique associent étroitement masculinité et objectivité. S’agit-il d’une association purement rhétorique (ou stéréotypique), et donc facile à rejeter, ou bien les hommes sont-ils, à certains égards, intrinsèquement plus objectifs ? Qu’est-ce que cela implique pour les notions traditionnelles et actualisées de l’objectivité discutées plus haut ?

Objectivité et masculinité

  • 25  Les deux citations sont reprises de Easlea B., Science and Sexual Oppression, London, Weidenfeld a (...)
  • 26  Cité dans Lutzker E., Women Gain a Place in Medecine, New York, McGraw Hill, 1969, p. 48.

26La science moderne a été construite comme une entreprise spécifiquement masculine. Francis Bacon et les fondateurs de la Royal Society, pensant que les femmes nuiraient à la science, ne visaient à recruter au service de nouvelle philosophie que des mâles. Selon les termes de l’un des premiers membres de la Royal Society, Joseph Glanvill, « la vraie philosophie » ne pourrait progresser là où « les affectionsportent la culotte et le Féminin gouverne25 ». Deux siècles plus tard, alors que les femmes forçaient l’entrée de la profession médicale, le Dr Robert Christian, de l’Université d’Edimbourg, émit l’opinion que la pratique de la médecine par des femmes ferait « injure à la profession scientifique qu’est la médecine26. » Ces convictions étaient fondées sur une vision du monde totalement dichotomique et genrée – héritée de l’Église (et des croyances des Grecs et préchrétiennes) à la fin du XIIIe siècle, puis adaptée par Descartes et d’autres « philosophes mécanistes » – associant les femmes à la nature, à l’obscurité, au mystère, au corps et aux émotions, les hommes au ciel, à la lumière, à la clarté, à l’esprit et à la rationalité. Les nouveaux philosophes pensaient que leur science exigeait une forme de rationalité – l’objectivité – rejetant toute émotion éprouvée à l’égard de, ou toute identité avec l’objet de l’étude, à savoir la nature. Sur la foi des liens charnels qui leur étaient imputés avec la nature et de leur infériorité intellectuelle par rapport aux hommes, les femmes étaient considérées comme incapables d’effectuer cette séparation. Il est significatif que ces points de vue aient été retenus alors même que tant d’autres étaient disqualifiés comme relevant de la « superstition » et de l’« ignorance ».

  • 27  White L., Medieval Technology and Social Change, London, Oxford University Press, 1962, p. 1205.
  • 28  Pour un exposé complet de leurs positions et de leurs arguments, voir Easlea B., op. cit., note 24 (...)

27Selon Carol Merchant et Brian Easlea, la position des nouveaux philosophes découlait de l’attitude radicalement nouvelle à l’égard de la nature introduite par les philosophes mécanistes du XVIIe siècle. Là où, auparavant, la nature était regardée comme une entité organique, à la fois nourrissante et dangereuse, mue par des « esprits » ou par la « main invisible » de Dieu, la philosophie mécaniste cherchait à chasser de la nature tout esprit, la rendant pure matière inerte, une machine, et confinant Dieu au seul rôle de créateur. Pour reprendre les conclusions de Lynn White, en dépouillant la nature de ses mystérieux pouvoirs de création, les « philosophes de la nature » « ont rendu possible l’exploitation de la nature dans un sentiment d’indifférence à l’égard de ce que ressentaient les objets naturels27 ». Ce changement était nécessaire au projet baconien parce qu’accéder à la connaissance des mécanismes de la nature ne serait pas facile, mais nécessiterait une expérimentation à l’aide d’instruments techniques. Certains parallèles (souvent explicites) avec les procès en sorcellerie de l’époque moderne, formulés dans le langage du genre, utilisés entre autres par Bacon pour décrire la relation des nouveaux philosophes au monde naturel, glacent le sang. Ainsi des innombrables références à l’idée de « mettre la nature à la question » et de « pénétrer ses secrets et fissures intimes ». Merchant et Easlea ajoutent que la transformation de la nature en une machine inerte ouvrait la voie au « viol de la nature » implicite, manifeste dans l’exploitation destructrice de l’environnement et la menace d’anéantissement nucléaire (dans les deux cas par des moyens technologiques) dont nous sommes aujourd’hui témoins28.

  • 29  Ce point est développé dans McNeil M. (ed), « Being reasonable feminists », in McNeil M. (ed), Gen (...)

28Nous considérons que les métaphores de genre dans le discours des philosophes de la nature sont largement rhétoriques29, qu’elles reflètent les stéréotypes de la culture dans laquelle ils vivaient ; on ne peut leur imputer de refléter nécessairement les motivations et attitudes des scientifiques d’aujourd’hui. Cependant, même s’il est clair que le langage est plus influencé par les pratiques sociales qu’il ne les influence, on aurait tort de suggérer que cela n’a pas d’effets matériels. Il reste trois choses importantes de l’héritage des pères fondateurs de la science : (1) l’association historique entre masculinité et science (et objectivité) reste profondément enracinée dans les perceptions populaires ; (2) la persistance de ce discours a permis de maintenir l’exclusion des femmes de la science ; et (3), comme l’expliquent Easlea et Merchant, il est vrai que le comportement de nombreux scientifiques « semble marqué par l’indifférence » à l’égard du monde naturel comme des conséquences de leur travail.

  • 30  Easlea B., op. cit., note 24 ; et Easlea B., Fathering the Unthinkable Masculinity, Scientists and (...)
  • 31  Keller E. F., « From Secrets of Life to Secrets Death » in Jacobus M., Keller E. & Shuttleworth S. (...)
  • 32 L’object-relations theory se réfère à un courant psychanalytique – dont l’influence s’est surtout e (...)
  • 33  Les sociologues conservent habituellement le terme anglais, dont aucun terme français ne permet de (...)

29Des féministes ont cherché à rendre compte de cet état de fait par certains aspects de la relation générale entre genre et sexe. On a ainsi expliqué que la science était masculine parce qu’elle était produite par des hommes qui y apportaient des traits psychologiques spécifiques. Easlea, par exemple, attribue l’implication des hommes dans la science, et en particulier dans la recherche sur les armes nucléaires, tantôt à un sentiment d’impuissance sexuelle, tantôt à un désir de compenser ou de s’approprier la créativité des femmes30. S’appuyant partiellement sur ses travaux, Evelyn Fox Keller trace des parallèles spectaculaires entre la quête des « secrets de vie » qui a guidé les scientifiques à la découverte de l’ADN et celle des « secrets de mort » qui a débouché sur la conception de la bombe atomique31. Comme d’autres, elle s’est concentrée sur le peu d’intérêt des scientifiques à l’égard du sujet de leur étude, qui s’explique, selon elle, en termes d’« object-relations theory32 » concernant la masculinité. Cette théorie souligne l’importance psychanalytique (dans les sociétés qui sanctionnent les comportements transgenres et où le parent principal est presque toujours une femme) de la séparation que les très jeunes garçons ont à opérer entre eux-mêmes et leur mère lorsqu’ils réalisent qu’elle est d’un « autre » genre, alors que les petites filles, explique-t-on, n’ont pas à effectuer une telle séparation, donc pas le même besoin de rejeter ou de « maîtriser » leur propension au care33et leur affectivité.

  • 34  Qui se rapporte à la théorie de la connaissance située (NDLT).
  • 35  Rose H., « Hand, brain and heart », Signs: Journal of Women in Culture and Society,1983, 9 (1), p. (...)

30Les épistémologistes féministes dans la tradition du « point de vue » (standpoint34)si elles admettent que masculinité et féminité sont des catégories cohérentes mais distinctes, expliquent les différences de genre en termes de division du travail (d’après Hegel) et non en termes de développement psychologique dans la petite enfance. Hilary Rose et Nancy Hartsock expliquent ainsi que les hommes ont en commun une façon de voir spécifique, qualitativement différente de celle des femmes, parce qu’ils accomplissent des formes de travail différentes. Grâce à leur fonction de principales pourvoyeuses de soins de la maison et de la famille – travail qui implique, selon les termes de Rose, « l’unité entre la main, le cerveau et le cœur » – les femmes bénéficient d’une position d’observation privilégiée sur le monde. D’où l’idée qu’il y a moins de chances de les voir adopter les critères d’objectivité détachée défendus par les scientifiques de sexe masculin (quand ils n’y adhèrent pas), et qu’une science fondée sur le point de vue des femmes impliquerait « une pratique de la perception, de la pensée et de l’écriture à l’opposé de l’abstraction de la pensée scientifique bourgeoise et masculine35 ».

  • 36  Les classiques de l’écoféminisme : Caldicott L. et Leland S., Reclaim the Earth, London, Women’s P (...)

31De notre point de vue, ces deux positions ont en commun une conception du genre implicitement essentialiste. Nous qualifions d’essentialistes les théories qui voient dans la masculinité et la féminité des catégories plus ou moins fixées et donc immuables, explicables en termes de déterminisme psychologique ou biologique. Il faut cependant reconnaître que, comme beaucoup de féministes, Keller et les théoriciennes du standpoint sont implacablement opposées au déterminisme biologique ; la conception essentialiste du genre est plus explicite pour l’écoféminisme. Cette dernière tradition a émergé au début des années quatre-vingt et associe l’environnementalisme, le féminisme, et les mouvements spirituels de femmes, dans des campagnes contre la technologie militaire et l’expérimentation animale aussi bien que sur des questions environnementales. Suivant les analyses de Merchant, l’écoféminisme accepte dans une large mesure la dichotomie baconienne mais inverse les valeurs qui y sont associées. Ainsi l’objectivité (supposément) détachée des hommes est considérée comme un trait négatif largement responsable du gaspillage environnemental et de la menace d’anéantissement nucléaire. Les femmes, en revanche, sont considérées comme forcément plus proches de la nature – en vertu de leur implication dans le fait de porter et d’élever les enfants et dans la consommation – et ayant de ce fait un rôle vital à jouer dans le salut tant de l’humanité que de la planète36.

32Tous les courants du féminisme dont les grandes lignes sont tracées ici ont, à la question : « en quoi les hommes sont-ils si différents des femmes ? », des réponses très différentes allant des domaines psychologique, matériel et spirituel à celui de la biologie. Mais tous se préoccupent jusqu’à un certain point, d’établir les traits communs au masculin d’une part et au féminin d’autre part, et de concevoir le genre comme nettement dichotomique. Reste le problème général que les positions essentialistes – qu’elles soient implicites ou explicites – courent le risque de naturaliser les relations d’inégalité entre hommes et femmes, compromettant ainsi, au même titre, les possibilités de changement politique.

  • 37  Longino H., op. cit., note 23, p. 111.
  • 38  Haraway D., « A Manifesto for Cyborgs: Science, Technology and Socialist Feminism in the 1980’s », (...)

33L’approche adoptée par ces féministes pose, à nos yeux, trois autres problèmes. Premièrement, nous ne sommes pas convaincues qu’hommes et femmes sont réellement différenciés à ce point selon des caractères de genre. D’un point de vue postmoderne, on peut reprocher à toutes ces théoriciennes de suggérer que les femmes ont davantage en commun que ce n’est en réalité le cas, pour la raison que « nous connaissons trop de différences entre les femmes pour produire un cadre cognitif unique37 ». Comme Haraway, nous émettons des réserves à l’égard de l’idée selon laquelle toutes les femmes ont en commun des positions subordonnées dans la société et, partant, une seule et même vision de la réalité. Il n’y a pas, explique-t-elle, un standpoint unique à partir duquel approcher la science, mais plusieurs, un flux de positions communes, ou de solidarités, entre les scientifiques38.

34Deuxièmement, nous dirions que cette approche ne tient pas compte du rôle que peuvent jouer les stéréotypes dans les discussions quant aux différences entre hommes et femmes. Elle tend donc à minimiser ou à ignorer les bénéfices matériels qu’il y a à tirer (pour les scientifiques de sexe masculin) des stéréotypes concernant le détachement rationnel des hommes et l’aliénation irrationnelle des femmes dans une société où le pouvoir est attaché et à la science, et au statut d’être objectif. Si les scientifiques mâles se sont approprié les traits associés au fait d’être objectifs, dans leur rhétorique ou dans leur pratique, c’est peut-être parce que la science semble l’exiger d’eux et que c’est une institution sociale puissante – et non pas parce que ces activités ou ces caractères sont forcément masculins.

35Enfin, les féministes n’ont tout simplement pas besoin de justifier le rejet de ces aspects de l’objectivité par le fait qu’ils sont masculins. La déconstruction de l’objectivité, on l’a vu, permet de disqualifier l’indifférence à l’égard du monde naturel et des conséquences de la connaissance scientifique, et la pratique de distanciation entre le sujet et l’objet de l’étude au motif qu’elles génèrent des formes moins bonnes de connaissance scientifique. Les théories nettement dichotomiques, selon lesquelles hommes et femmes ont des façons si différentes de penser et d’agir, présentent une difficulté que nous allons maintenant développer.

Les femmes font-elles de la science différemment des hommes ?

  • 39  Voir l’article de fond « Women in Science “93” », Science, 16 avril 1993, 260, p. 383-430.

36Si les hommes sont (historiquement du moins) associés à la version de l’objectivité « détachée » de l’objet qui rejette la subjectivité du scientifique, cela soulève la question de savoir si les femmes ont (ou auraient) une pratique scientifique différente. L’intérêt de cette question ne se limite pas au champ académique : si les femmes, en général, font ou apportent une approche de la science différente, et si cette approche est « meilleure », dans les termes épistémologiques soulignés plus haut que celle, masculine, qui existe, alors cela représente une raison supplémentaire d’accroître considérablement la représentation des femmes dans la science – une raison de plus, que la simple justice. La question permet d’associer le projet libéral : assurer une plus grande présence des femmes en science, au projet radical : la transformation la pratique de la science. Que ce soit pour cette raison, ou du fait de l’écho accru que lui procure son essentialisme implicite, la question a vivement éveillé l’intérêt du grand public dans les années quatre-vingt-dix. En 1993, la revue Science lui accordait une place de choix dans son numéro spécial sur les femmes dans la science39. Ici comme ailleurs, on invoque, pour prouver que les femmes apportent effectivement une approche différente dans la pratique de la science, deux références : le domaine de la primatologie et les travaux de la généticienne Barbara McClintock qui a obtenu le Prix Nobel pour la théorie des « gènes sauteurs ». Mais, nous le montrons, on peut fournir des éléments majeurs à l’appui de la thèse opposée.

  • 40  Morrel V., « Called “trimates”, Three bold women shaped their field », Science, 16 avril 1993, 260 (...)

37Comme on l’a déjà dit, on attribue fréquemment aux femmes ayant débuté en primatologie dans les années soixante et soixante-dix d’avoir braqué le projecteur sur les primates femelles, « corrigeant » ainsi les préjugés de leurs homologues masculins. Mais on peut soutenir que, plus profondément, leur contribution a consisté à initier une réorientation significative tant dans les méthodes que dans l’interprétation. Alors qu’auparavant l’accent était d’abord mis sur la théorie, et l’observation surtout faite à une certaine distance (depuis une jeep), les nouvelles venues se sont approchées à des distances inusitées, vivant pratiquement parmi les singes pour arriver à les connaître et les observer de près. Résultat de leur approche minutieuse fondée sur l’observation, elles ont été les premières à voir certaines choses. Jane Goodall a observé des chimpanzés utilisant des outils faits de brindilles pour extraire des termites de leur nid, et ainsi mis à mal les points de vue chèrement défendus sur ce qui distingue les hommes des autres animaux. Plus généralement, elle, puis d’autres ont observé des variations très importantes d’un individu à l’autre dans le comportement des primates – ce qui remettait profondément en question la tonalité évolutionniste de la théorie existante et permettait une meilleure compréhension de ces animaux. L’un des articles les plus cités dans le domaine est un article méthodologique de Jeanne Altmann sur la nécessité de consacrer le même temps à l’observation de chacun des individus d’un groupe social40.

  • 41 Ibid.
  • 42  Cet exemple, en fait, est plus complexe qu’il n’y paraît d’abord ; voir D. Haraway, Primate Vision (...)

38Ce qui semble intéressant du point de vue du genre est que ces femmes ont légitimé la pratique consistant à établir une empathie avec l’objet de l’étude – allant ainsi à l’opposé de la conception « distanciée » de l’objectivitéque le stéréotype associe aumasculin. Les hommes primatologistes interviewés par les journalistes de Science reconnaissent volontiers une relation de genre : on rapporte que Louis Leakey, qui a favorisé les carrières de Goodall, Dian Fossey et Birute Galdikas, « faisait confiance aux femmes pour leur patience, leur persévérance, et leur intuition41 ». Mais cela ne signifie pas que les hommes sont incapables de telles qualités, ou que l’objet femelle échappe à leur observation. Haraway a montré que le rôle des femmes pionnières en primatologie est spécifiquement anglo-saxon : dans les années cinquante, une équipe japonaise entièrement composée d’hommes qui étudiait les macaques rhésus avait adopté des méthodes similaires à celles mises en œuvre, plus tard, par les nouvelles venues en Grande-Bretagne et aux États-Unis, et était arrivée à des conclusions similaires quant à la non pertinence du modèle de domination masculine dans la vie sociale des primates42.

  • 43  Keller E. F, Reflections on Gender and Science, New Haven, CT, Yale University Press, 1985, p. 159 (...)

39En apparence, la célèbre biographie de Barbara McClintock par Keller semble également venir à l’appui du stéréotype des femmes ayant davantage d’empathie avec la nature. Keller explique que McClintock était une « déviante philosophique et méthodologique » – philosophique parce qu’elle contestait le « dogme central », selon lequel l’ADN modèle la nature mais n’est pas modelable, et méthodologique parce qu’elle « cultivait le fait d’être attentive » et le « respect de la différence43 ». Ainsi, pendant six années de travail, elle développa une intimité mystique, quasi familiale avec les plantes qu’elle étudiait, au point de presque se sentir elle-même « au milieu des gènes » :

  • 44  Keller E. F., A feeling for the Organism: The Life and Work of Barbara McClintock,New York, Freema (...)

Pour elle, le moindre détail fournissait la clé de la totalité. Elle était convaincue que plus elle s’approcherait de près, plus elle accorderait d’attention au détail individuel, aux caractéristiques propres à chaque plante, à chaque noyau, à chaque chromosome, plus elle en apprendrait sur les principes généraux selon lesquels la plante du maïs, dans son ensemble, était organisée, et meilleur serait son « sens de l’organisme »44.

40Keller suggère que l’approche de McClintock représente le modèle d’une science qui pourrait être différente – avec son scepticisme à l’égard de l’orthodoxie hégémonique et son insistance sur « l ‘écoute du matériel ».

  • 45  Keller E. F., op. cit., note 40, p. 178.

41Le cas McClintock est fréquemment interprété comme la preuve que les femmes font de la science différemment des hommes, mais Keller elle-même réfute énergiquement cette lecture. Elle suggère plutôt que McClintock pourrait fournir un modèle de science « indépendante du genre » qui (faisant écho à Rose) renonce « à la séparation entre travail émotionnel et travail intellectuel qui fait que la science reste un domaine réservé masculin45 ». Mais on peut montrer qu’il y a ici une contradiction, au regard des positions plus générales de Keller sur le genre. En particulier, son insistance sur le fait que la séparation entre travail émotionnel et travail intellectuel est précisément ce qui maintient les femmes à l’écart de la science, implique que plus vraisemblablement les femmes doivent être les porteuses d’une science indépendante du genre, revendiquant une approche empreinte de plus de care et plus proche de l’objet.

  • 46  Keller E.F., « Learning about women, gender, politics and power », Daedalus, Journal ofthe America (...)

42Il est significatif que le point de vue des femmes dans les sciences aujourd’hui semble réfuter cette hypothèse : la plupart des femmes scientifiques ne voient aucune différence méthodologique entre elles-mêmes et leurs collègues masculins, et réagissent vivement lorsqu’on leur suggère l’existence de telles différences, même si certaines prétend-on, en privé, croient à ces différences. Il est largement admis que les femmes scientifiques doivent constamment prouver qu’elles sont capables de faire de la science « aussi bien que les hommes » ; insister sur la différence, c’est donc prendre le risque de menacer une situation déjà fragile. Mais contrairement à ce qui est dit s’agissant de méthodologie, de nombreuses femmes scientifiques maintiennent qu’hommes et femmes n’abordent pas de la même façon les interactions sociales dans la pratique de laboratoire, les femmes mettant davantage l’accent sur la coopération et les hommes, sur la compétition46.

Conclusion

43Nous pouvons maintenant revenir aux questions par lesquelles nous avions débuté sur le sexe et le genre en science. Nous avons d’abord exploré deux aspects importants du caractère masculin de la science : le sexisme (au profit du masculin) de certaines théories et pratiques scientifiques, et l’association, dont on peut identifier les fondements historiques mais qui conserve une grande force rhétorique, entre masculinité et objectivité.

44Notre deuxième question – dans quelle mesure cette masculinité de la science est-elle due au fait qu’elle est dominée par les hommes ? – oblige à se demander dans quelle mesure il existe des traits communs d’une part aux hommes, et d’autre part aux femmes. Il est clair que nous considérons comme une erreur de se référer à des différences qualitatives d’essence entre hommes et femmes : les stéréotypes de la masculinité rendent souvent aussi mal compte des véritables traits de caractère des hommes, que le mythe de la connaissance indépendante des valeurs, de la pratique scientifique. Exagérer, comme tant de gens le font, les différences entre hommes et femmes, c’est masquer la complexité de et les différences entre la masculinité et la féminité et, potentiellement, ériger des obstacles au changement. Nous préférerions soutenir que le stéréotype masculin qui entoure la science joue un rôle qui, du moins dans une certaine mesure, est avalisé sans qu’il soit tenu compte du fait que la plupart des scientifiques sont des hommes. Le mythe de la neutralité de valeurs et de la distance scientifiques fournit à la société la ressource de l’expertise désintéressée, et aux scientifiques l’autorité que confère ce statut. Il faudrait une infinité de changement dans les comportements pour obtenir que les scientifiques, les sponsors de la science et la population en général acceptent qu’une science peut rester valable et utile même lorsqu’elle est critique à son propre égard, – sans parler du fait qu’elle pourrait être plus rigoureuse et fiable que celle dont nous disposons aujourd’hui !

45En bref, nous croyons donc que la masculinité de la plus puissante des institutions sociales n’est qu’en partie fonction de la domination masculine de la science. D’un autre côté, on ne peut pas nier – pour répondre à notre troisième question – que la masculinité de la science sert également à renforcer la domination masculine sur la science. Si les revendications scientifiques sur les différences de capacités intellectuelles selon le sexe ont directement renforcé les pratiques et les attitudes discriminatoires, la masculinité de l’image de la science pénètre plus subtilement dans la socialisation genrée domestique et scolaire. Ainsi, la socialisation qui encourage « le bricolage avec les machines » et la pensée rationaliste abstraite chez les garçons, et le comportement caring avec l’expressionde l’affectivité qui y est associée chez les filles, sert à réduire la probabilité que les filles considèrent les sciences comme une bonne voie. Celles qui optent, malgré tout, pour les sciences, rapportent fréquemment qu’on les traite au mieux comme des bizarreries, au pire comme si, en fait, elles n’étaient pas des femmes. Elles font également l’expérience de conditions de travail semblables à celle des femmes dans les autres domaines dominés par les hommes : des structures de carrières excessivement compétitives ; de l’exclusion de réseaux informels décisifs ; des horaires lourds, peu compatibles avec une vie sociale, qui rendent difficile l’association d’une carrière avec la vie de famille ; etc. Autant d’autres façons dont la pratique de la science est masculine, et qui amènent nombre de femmes à abandonner les carrières scientifiques.

46Notre dernière question est de savoir si, la science n’étant plus soumise à la domination masculine, la représentation égale des femmes en science changerait en quoi que ce soit sa pratique ou ses résultats. Les données concernant l’impact des femmes déjà présentes en sciences ne sont pas convaincantes mais peut-être, en l’absence de changements plus importants tant en sciences que dans les rapports de genre, la question devrait-elle être considérée comme une hypothèse nécessaire. Après tout, le débat présenté ci-dessus montre qu’il est peu vraisemblable que nous assistions à une importante augmentation du nombre de femmes dans les sciences en l’absence d’une offensive d’ampleur comparable contre l’image et la pratique masculines de la science – les deux batailles doivent aller de pair.

  • 47  Kerr E., op. cit., note 42 ; Birke L., Women, Feminism and Biology: The Feminism Challenge, Bright (...)

47Il paraît probable, du moins à court terme, que l’engagement croissant de féministes aura davantage d’impact sur la pratique de la science que celui de femmes per se. Les scientifiques féministes qui essaient de mettre en place des approches alternatives en science soulignent à quel point le processus est difficile et lent47. D’énormes pressions institutionnelles pèsent sur les féministes, et sur les groupes marginaux quels qu’ils soient, en faveur de la conformité des méthodes comme des sujets de recherche – l’absence de financement pour des approches alternatives n’étant pas la moindre. Les approches socio-constructivistes se heurtent également à une forte résistance idéologique, notamment dans la mesure où il semble qu’elles menacent tant l’autorité de la science. Dans ce contexte, nous voudrions insister sur la force réelle de la « troisième position » soutenue par les féministes : qu’il est évidemment possible de ne pas jeter le bébé – l’objectivité – avec l’eau du bain – la rhétorique de la connaissance indépendante des valeurs. Cette approche permet d’espérer une science meilleure précisément parce qu’elle sort de la dichotomie traditionnelle entre relativisme et objectivité – exactement comme, soutiendrions-nous, le féminisme permet d’espérer une société meilleure parce qu’il cherche, en fin de compte, à dépasser l’aliénante dichotomie entre masculinité et féminité.

  • 48  Tiré de Chambers Science and Technology Dictionary, 1991.

48Nous avons vu dans le brockenspectre une métaphore utile de la perspective apportée par le féminisme à la question du sexe et du genre en science. Le brockenspectre, ou spectre du brocken, est un terme emprunté à la météorologie qui désigne l’ombre d’un observateur projetée par le soleil sur une nappe de brouillard ; ce phénomène, vu du sommet d’une colline, donne l’illusion d’une forme gigantesque sur le nuage sous-jacent48. Cette métaphore illustre la relation entre l’observateur et l’observé en science. C’est l’ombre portée sur la science par la subjectivité et le caractère situé de l’observateur qui la produit, et les sommets sur lesquels se tiennent les observateurs scientifiques représentent leur position épistémologique, leur contexte social ou leur situation. Il y a donc sur la science une ombre masculine, produite par la population à prédominance masculine qui la produit (perceptible dans le caractère sexiste des revendications de connaissance et du symbolisme scientifique). Le paradoxe est que, la science étant toujours menée d’un point de vue ou d’un autre, les féministes, tout en désignant cette ombre, en ont également projeté d’autres – les autres « histoires » — sur la science qu’elles produisaient.

49La métaphore jette la lumière sur toute l’ambiguïté du rapport entre sexe et genre en science. L’ombre masculine sur la science est liée à la réalité matérielle d’une pratique soumise à une domination masculine mais, en même temps, a des qualités qui font illusion. La science n’est donc pas intrinsèquement ou nécessairement masculine, mais peut exagérément le paraître : témoin combien l’aspect idéologique de l’ombre masculine de la science a été amplifié – que ce soit par les hommes scientifiques soucieux de préserver leur statut social, ou par les féministes cherchant à le contester. Nous-mêmes demeurons ambivalentes quant à l’ampleur et l’importance de l’illusion de la science comme masculine, bien que nous soyons convaincues qu’il n’est bon ni pour les femmes ni pour la science de chercher à la grossir davantage. Notre projet central, reflété dans les épistémologies féministes dont les grandes lignes sont exposées ici, est de démasquer l’illusion – en contestant la force rhétorique des idéologies qui considèrent la science comme indépendante des valeurs et masculine, et en déconstruisant le caractère situé et la subjectivité de celui qui sait.

50La métaphore a des implications majeures pour la science elle-même puisqu’elle nous dit qu’il n’y a pas de science « sans ombre », et que toute une série de points de vue (et donc d’ombres) sont possibles, parce que la pratique de la science est nécessairement subjective et dépendante du contexte. La critique que les féministes font de la biologie sexiste les a obligées à reconnaître qu’elles aussi impriment leur positionnement social et politique sur la science, et à insister pour que les autres aient également un regard critique sur leur propre pratique. Par-delà l’opposition entre points de vue féministes et masculinistes, nous avons montré qu’il y a sur la science plusieurs points de vue féministes, et non un unique point de vue partagé par toutes les femmes. Nous sommes fermement convaincues que cette diversité n’est pas une faiblesse, mais une force. Obtenir l’accès à la science pour des groupes sociaux beaucoup plus diversifiés, mènera à davantage de pluralité dans les subjectivités et les situations, et par conséquent dans les méthodes et les théories – et cela ne peut que favoriser une science plus rigoureuse. Encourager et respecter la différence, c’est fournir les bases fécondes d’une science non sexiste et « sans genre » : des « ombres » en science, il devrait y en avoir bien davantage !

Haut de page

Notes

1  Nous avons choisi de conserver le terme anglais, qui n’a pas d’équivalent en français, et de renvoyer à l’explication de cette métaphore qui figure dans la conclusion de l’article (NDLT).

2   Ehrenreich B. and English D., For Her Own Good 150 Years of the Docos’Advice to Women, Londres, Pluto, 1979, (2e éd.), chap. I-III.

3   Rose H., Love, Power and Knowledge: Towards a Feminist Transformation of the       Sciences, Oxford, Polity Press, 1994, p. 107-108.

4    Harding S., The Science Question in Feminism, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1986, p. 9.

5    Wajcman J., Feminism Confronts Technology, Oxford, Polity Press, 1991, p. 143-144.

6    Shapin S., « Phrenological knowledge and the social structure of early nineteenth century Edinburgh », Annals of Science, 1975, XXXII, p. 21-43.

7    Ehrenreich and English, op. cit., note 1, chap. V.

8    Cette théorie a été vivement contestée ; voir par exemple Grifftihs D., « The exclusion of women from technololy » in Arnold E. and Faulkner W. (eds), Smothered by Invention Technology in women’s Lives, London, Pluto, 1985, p. 51-71.

9    Janson Smith D., « Sociobiology So What? » in Brighton Women and Science Group (eds), Alice Through the Microscope: The Power of Science over Women’s Lives, London, Virago, 1980, p. 62-86.

10  Voir par exemple Brighton Women and Science Group, op. cit., note 8, au Royaume-Uni, et Hubbard R., Henifin S., et Fried B. (eds), Women Looking at Biology Looking at Women, Cambridge, MA, Schenkman, 1979, aux états-Unis.

11  Bleier R. (ed), Feminist Approaches to Science, New York, Pergamon Press ; Longino H. and Doell R., « Body, bias, and behaviour. A comparative analysis of reasoning in two areas of biological science », Signs: Journal of Women in Culture and Society, 1986, 9 (2), p. 206-207.

12  Longino and Doell, op. cit.,note 10.

13  Morell. W., « Seeing nature through the lenses of genre », Science, April 16, 1993, 260, p. 428-429.

14  Ibid.

15  Haraway D., « Primatology is politics by other means », in Bleier, op. cit., note 10, 1986, p. 80 et p. 114.

16  Birke L., « From zero to infinity: Scientific views of lesbians », in Brighton Women and Science Group, op. cit., note 8, 1980, p. 108-123.

17  Martin E., « The egg and the sperm: How science has constructed a romance based on stereotypical male-female roles », Signs: Journal of Women in Culture and Society, 1991, 16 (3), p. 485-501, p. 491 et p. 490.

18  Rose S., « Scientific Racism and Ideology: The IQ Racket from Galton to Jensen » in Rose S. and Rose H. (eds), The Political Economy of Science, London, Macmillan, 1976, p. 112-141.

19  Pour une introduction, voir Barnes B. et Edge D. (eds), Science in Context: Readings in the Sociology of Science, Milton Keynes, UK, Open University Press, 1982.

20  Haraway D., op. cit., note 14, p. 80.

21  Harding S., Whose science? Whose knowledge Thinking from Women’s Lives, Milton Keynes, UK, Open University Press, 1991, p. 149.

22  Haraway D., « Situated knowledges: The science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies, 1988, 14 (3), p. 575-599, p. 598.

23  Fee E., « Women’s nature and scientific objectivity », in Hubbard R. and Lowe M. (eds), Women’s Nature: Rationalisations of Inequality, New York, Pergamon Press, 1983, p. 16.

24  Longino H., Science as Social Knowledge, USA, Princeton University Press ; Nelson L. H., Who Knows; From Quine to A Feminist Empiricism, Philadelphia, Temple University Press, 1989.

25  Les deux citations sont reprises de Easlea B., Science and Sexual Oppression, London, Weidenfeld and Nicolson, 1981, p. 70.

26  Cité dans Lutzker E., Women Gain a Place in Medecine, New York, McGraw Hill, 1969, p. 48.

27  White L., Medieval Technology and Social Change, London, Oxford University Press, 1962, p. 1205.

28  Pour un exposé complet de leurs positions et de leurs arguments, voir Easlea B., op. cit., note 24 et Merchant C., The Death of Nature: Women, Ecology and the Scientific Revolution, London, Wildwood House, 1982, 2e ed.

29  Ce point est développé dans McNeil M. (ed), « Being reasonable feminists », in McNeil M. (ed), Gender and Expertise, London, Free Association Books, 1987.

30  Easlea B., op. cit., note 24 ; et Easlea B., Fathering the Unthinkable Masculinity, Scientists and the Nuclear Arms Race, London, Pluto, 1982.

31  Keller E. F., « From Secrets of Life to Secrets Death » in Jacobus M., Keller E. & Shuttleworth S. (eds), Body/Politics Women and the Discourses of Science, London, Routledge, 1990, p. 177-191.

32 L’object-relations theory se réfère à un courant psychanalytique – dont l’influence s’est surtout exercée en sociologie – inspirée par Mélanie Klein, et représenté notamment par Dorothy Dinnerstein (The Rocking of the Cradle and the Ruling of the World, Londres, The Women’s Press, 1976, 1987), et Nancy Chodorow (The Reproduction of Mothering: Psychoanalysis and the Sociology of Gender, Berkeley, University of California Press, 1978). L’object-relations theory met l’accent sur la première année de la vie, et les relations formatrices que l’enfant établit avec un ensemble d’objets, réels ou imaginaires. Selon D. Dinnerstein, certains comportements autoritaires masculins seraient le résultat de la dévolution quasi exclusive aux femmes de la prise en charge de la petite enfance : pour se prémunir contre l’excès d’autorité qu’elles ont exercé sur eux au cours de leurs premières années, hommes et femmes devenus adultes s’accorderaient à limiter leur pouvoir dans la vie sociale. N. Chodorow explique la reproduction de la division sexuelle par le fait que les petits enfants sont confiés à leurs mères et que celles-ci les traitent différemment en fonction de leur genre (NDLT).

33  Les sociologues conservent habituellement le terme anglais, dont aucun terme français ne permet de rendre le contenu. Il désigne non seulement les soins prodigués aux autres, mais aussi l’intérêt, nourri d’affectivité, qu’on leur porte. Le fonctionnement de la société s’appuie largement sur la propension – qui se manifeste le plus souvent chez les femmes – à assumer le care, grand dévoreur de temps et de disponibilité (NDLT).

34  Qui se rapporte à la théorie de la connaissance située (NDLT).

35  Rose H., « Hand, brain and heart », Signs: Journal of Women in Culture and Society,1983, 9 (1), p. 73-96, p. 73 et 88 ; Hartsock N., « The feminist standpoint: developping the ground for a specifically feminist historical materialism » in Harding S. and Hin­tikka M. (eds), Discovering Reality: Feminist Perspectives on Epistemology, Metaphysics and Philosophy of Science, Dordrecht, Reidel Publishing, 1983, p. 283-310.

36  Les classiques de l’écoféminisme : Caldicott L. et Leland S., Reclaim the Earth, London, Women’s Press, 1983 ; Merchant C., Radical Ecology: The Search for a Liveable World, New York, Routledge, 1992.

37  Longino H., op. cit., note 23, p. 111.

38  Haraway D., « A Manifesto for Cyborgs: Science, Technology and Socialist Feminism in the 1980’s », Socialist Review, 1985, 80, p. 65-101 ; et op. cit., note 2.

39  Voir l’article de fond « Women in Science “93” », Science, 16 avril 1993, 260, p. 383-430.

40  Morrel V., « Called “trimates”, Three bold women shaped their field », Science, 16 avril 1993, 260, p. 420-425.

41 Ibid.

42  Cet exemple, en fait, est plus complexe qu’il n’y paraît d’abord ; voir D. Haraway, Primate Visions: Gender, Race and Nature in the World of Modern Science, New York, Routledge, 1989, p. 245-256.

43  Keller E. F, Reflections on Gender and Science, New Haven, CT, Yale University Press, 1985, p. 159, p. 164 et p. 163.

44  Keller E. F., A feeling for the Organism: The Life and Work of Barbara McClintock,New York, Freeman, 1983, p. 101. Traduction française : L’intuition du vivant. La vie et l’œuvre de Barbara McClintock, Paris, Tierce, 1988.

45  Keller E. F., op. cit., note 40, p. 178.

46  Keller E.F., « Learning about women, gender, politics and power », Daedalus, Journal ofthe American Academy of Arts and Sciences, 1987, 116 (4), p. 77-91.

Fausto-Sterling A., « Building two-way streets: The case of feminism and science », National Women’s Studies Association’s Journal, 1992, 4 (3), p. 336-349.

Barinaga M., « Is there a “female style” in science? », op. cit., note 3.

Kerr E. A. (non publié), « Feminising Science: linking theory and practice » PhD, University of Edinburgh, 1995.

47  Kerr E., op. cit., note 42 ; Birke L., Women, Feminism and Biology: The Feminism Challenge, Brighton, UK, Harvester Wheatsheaf, 1986.

48  Tiré de Chambers Science and Technology Dictionary, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Kerr et Wendy Faulkner, « De la vision des Brockenspectres », Les cahiers du CEDREF, 11 | 2003, 89-114.

Référence électronique

Elisabeth Kerr et Wendy Faulkner, « De la vision des Brockenspectres », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/511

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org