Navigation – Plan du site
Points de vue anglo-saxons

Le/la scientifique : sexe et genre dans la pratique scientifique

Evelyn Fox Keller
Traduction de Irène Jami
p. 75-87

Notes de la rédaction

Version originale : « The Wo/man Scientist : Issues of Sex and Gender in the Pursuit of Science », in Harriet Zuckerman, Jonathan R. Cole and John T. Bruer (eds), the Other Circle :Woman in the Scientific Community, New York and London, W.W. Norton, 1991, p. 227-236.

Texte intégral

  • 1    Nous avons choisi de conserver le terme anglais equity, qui se réfère sans doute à Rawls, et dés (...)

1Mon objectif dans cet essai est de plaider en faveur d’un changement dans l’orientation de nos débats – pour que l’on passe du sujet « les femmes dans la pratique scientifique » à celui des hommes et des femmes dans la pratique scientifique. En d’autres termes, je souhaite intégrer un troisième pôle à nos débats et soulever là où, auparavant, il n’y en avait pas, une question quant à ces aspects mêmes du rapport entre hommes et science dont l’on suppose qu’ils sont tellement normaux et naturels. Avant de pouvoir poser avec pertinence la question de l’equity1 entre hommes et femmes dans la recherche scientifique, il faut d’abord trouver une façon d’introduire la parité dans les questions que nous posons – et dans nos hypothèses de départ – sur les rapports qu’hommes et femmes entretiennent avec l’activité scientifique.

  • 2    Aucune signification politique n’y est a priori attribuée aux différences entre hommes et femmes

2À première vue, il semble y avoir une façon simple de le faire. Elle consiste à nier qu’il existe des différences significatives (c’est-à-dire pertinentes) entre hommes et femmes, et à faire d’eux un genre unique, en l’occurrence, le genre humain. Cette affirmationfonde l’idéologie libérale occidentale2, même s’il n’en a pas été tenu compte dans la pratique libérale occidentale. Ainsi modifiée, notre discussion est également bipolaire, mais avec une différence importante : les deux termes ne sont plus « femmes et science », mais « humains et science ». La parité conceptuelle est en effet décrétée : hommes et femmes devraient entretenir les mêmes rapports avec la recherche scientifique parce que ces relations sont les mêmes. Toute différence susceptible d’être observée dans la réalité résulterait non pas de la nature des hommes, des femmes ou de la science, mais simplement de la persistance de préjugés résiduels (c’est-à-dire d’opinions résultant de l’ignorance).

3C’est cette approche, en apparence simple, qui a été adoptée par les récentes générations de femmes scientifiques américaines cherchant à parvenir à une égalité de statut en science. Mais je vais essayer de montrer que cette formulation n’est pertinente ni en pratique, puisqu’elle n’a pas permis d’assurer l’equity pour les femmes scientifiques, ni en principe. Surtout, elle ne prend pas en compte à quel point les convictions (ou si l’on veut, les préjugés) sont intériorisées par les hommes et les femmes réels, et même par les pratiques de la science. Si l’on réduit les deux termes en un seul (familièrement : « homme »), on ne perçoit pas que « l’homme universel » a été historiquement modelé en fonction d’une expérience culturelle donnée de l’humanité ; les processus occultes d’intégration des normes de la masculinité dans la science sont ainsi masqués.

4La parité effective dans la conceptualisation des relations entre hommes et femmes et dans l’activité scientifique nécessite une taxonomie plus complexe – qui non seulement conserve les trois termes (hommes, femmes, et science), mais en même temps prend acte du caractère socialement constitué de chacun des termes. Il faut insister sur ce dernier point, dans la mesure même où il échappe si souvent à la perspicacité. Cela nécessite de faire deux distinctions essentielles : d’une part entre sexe et genre, d’autre part entre nature et science. Si le sexe est une catégorie biologique dans laquelle nous sommes nés comme enfants mâles ou femelles, le genre est une catégorie culturelle qui modèle notre développement en tant qu’hommes et femmes adultes. En ce sens, le genre représente une transformation culturelle du sexe. De façon en grande partie similaire, la science représente (ou donne à voir) une transformation culturelle de la nature. La nature, pour le dire brièvement, ne nous apparaît pas sans médiation. Les représentations de la nature tiennent leur forme des instruments, théories, et valeurs que des scientifiques donnés apportent dans le travail de « révélation » de la nature. Exactement de même que ce qu’est une culture, et ce que sont ses valeurs, se reflète dans les définitions socialement admises qu’elle donne de la masculinité et de la féminité (c’est-à-dire ses idéaux de genre), les instruments, théories et valeurs particuliers que les scientifiques utilisent dans leur entreprise de représentation de la nature se reflètent dans l’image de la nature qui émane de leurs bureaux et de leurs laboratoires. En d’autres termes, on pourrait peut-être dire que le sexe et la nature sont donnés, mais on ne peut en dire autant du genre ni de la science. Cette intrusion de la culture – entre le sexe et le genre d’une part, entre la nature et la science de l’autre – compromet irrémédiablement la confiance que nous pourrions avoir placée dans le caractère monolithique de l’une ou l’autre de ces catégories : le genre ou la science.

  • 3    Pour ce faire, je m’appuie en grande partie sur l’excellente présentation de Rossiter, Women Sci (...)

5Afin de montrer que l’approche « libérale » de la question des femmes en science (à savoir le déni de différences réelles et significatives entre hommes et femmes) n’a de pertinence ni politique, ni conceptuelle, je commencerai par un inventaire bref et forcément incomplet des problèmes rencontrés par les femmes scientifiques américaines qui l’ont utilisée tout au long du siècle qui vient de s’écouler. Je discuterai ensuite des avantages de la taxonomie plus complexe que j’ai proposée. Mais il semble en premier lieu nécessaire d’indiquer le contexte historique dans lequel une stratégie « libérale » a pu apparaître comme un pas de géant en avant3.

Le contexte historique

6A la fin du dix-neuvième siècle, les stratégies auxquelles les femmes recouraient pour accéder au monde de la science visaient davantage au compromisqu’à l’equity. A ce titre, on peut les qualifier de « pré-libérales ». De nombreuses femmes scientifiques se résignaient à (ou parfois recherchaient activement) des attributions secondaires dans le domaine de la science. Elles acceptaient l’existence, dans le cadre d’une sphère masculine, d’un sous-ensemble féminin, espérant sans doute pouvoir parvenir, à l’intérieur de cet apanage restreint, à une forme d’égalité. En dépit des possibilités de formation qu’elle a pu fournir, on a rapidement admis que ce n’était pas une stratégie professionnelle pertinente. Elle destinait ces femmes, qui s’étaient arrangées pour entrer dans le monde de la science, à un travail de femme – c’est-à-dire faiblement rémunéré, de statut peu élevé, et généralement considéré comme intellectuellement inférieur (voir par exemple Rossiter, 1982).

7En conséquence de quoi, les stratégies séparatistes ont cédé la place à des stratégies d’intégration. Là, les femmes scientifiques ont trouvé un allié naturel dans les prétentions scientifiques à l’objectivité et à la neutralité. Si la science est indépendante de ceux qui la produisent, il ne devrait pas y avoir place pour le genre (non plus à cet égard que pour la race, la religion ou d’autres marqueurs sociaux) dans le discours scientifique. Et si les esprits scientifiques sont réellement désincarnés, la question de savoir si le corps d’un scientifique est mâle ou femelle n’a aucune pertinence. Moyennant quoi, les femmes pourvues d’un esprit scientifique devraient pouvoir revendiquer les mêmes possibilités d’accès à la science que les hommes.

8Pour beaucoup de gens, la question était bien sûr de savoir si les femmes avaient un véritable esprit scientifique – question qui invoquait le spectre de la différence dans un cadre par définition défavorable aux revendications des femmes scientifiques à l’equity. Au cours des cent dernières années, cette question a circonscrit le principal désaccord entre féministes et non féministes dans la bataille pour définir le rapport entre femmes et science. Avant même le début de ce siècle, les féministes scientifiques – c’est-à-dire les féministes qui étaient des scientifiques et les féministes qui fondaient leur théorie politique sur des principes scientifiques – s’étaient rendu compte de la facilité avec laquelle les revendications de différence se traduisent par des conditions inégalitaires. Cette prise de conscience déboucha sur la conviction que toute revendication d’égalité passait nécessairement par le rejet du mythe d’un esprit féminin. Voulant ôter tout crédit aux conceptions traditionnelles des différences innées, biologiques, entre les sexes (en particulier dans le domaine des capacités cognitives) et de démontrer l’importance des facteurs environnementaux et institutionnels, elles firent beaucoup d’efforts pour rassembler des données psychologiques, sociologiques et anthropologiques sur les hommes et les femmes. Il leur paraissait absolument nécessaire de réfuter les affirmations sur la différence naturelle – tout l’avenir des femmes en science leur semblait en dépendre. Elles avaient une telle confiance dans la justesse de leur point de vue d’un côté, et dans l’objectivité de la science de l’autre, qu’elles croyaient qu’il suffisait de se fier à des critères de rigueur scientifique reconnus pour démontrer et exposer les failles du raisonnement qui imprégnait le sens commun.

  • 4   Voir, par exemple, Rossiter, 1982, chap. V, pour un approfondissement de cet aspect.

9Rétrospectivement, il apparaît que ces femmes scientifiques accordaient une confiance excessive aux critères de rigueur scientifique. Les scientifiques féministes n’étaient pas les seules à s’intéresser à la science des différences de sexe, et, à un moment, le sujet leur a été brutalement confisqué. Certaines de leurs données, rassemblées pour démontrer à quels obstacles se heurtaient les femmes scientifiques, ont été interprétées différemment par d’autres scientifiques qui voulaient contester les possibilités croissantes d’accès des femmes à la science4.

10La tendance s’est rapidement inversée au détriment de ces premières féministes, et l’un des épisodes les plus tristes de l’histoire des femmes dans ce pays a vu la remise en cause d’une bonne partie de leurs conquêtes. Dès les années cinquante, la proportion de scientifiques femmes avait diminué de moitié environ par rapport à ce qu’elle était au début du siècle. En 1956, près d’un siècle après avoir admis sa première étudiante, Ellen Swallow Richards, le MIT a réuni une commission spéciale pour examiner la question de savoir s’il fallait ou non continuer à accepter des femmes parmi ses étudiants ; et cette commission a recommandé qu’il soit mis fin à la mixité de la formation dispensée (voir Keller, 1981).

11La trace des premières féministes scientifiques, qui revendiquaient fièrement leur identité de femmes tout en soulignant leur égalité avec les hommes sur le plan intellectuel, a pratiquement disparu au cours de cette sombre période. A leur place est apparue une génération de femmes qui se battaient pour devenir des scientifiques en consentant tacitement à rayer de leur identité professionnelle le fait qu’elles étaient des femmes. Elles aussi étaient engagées en faveur de l’equity, mais différemment de celles qui les avaient précédées ; elles recherchaient la sécurité dans l’absence de toute caractéristique distinctive, de toute manifestation d’intérêt, ou de tout caractère mental susceptible de les marquer comme des femmes. Pour les femmes scientifiques des années cinquante, la survie ne passait pas seulement par la neutralité de genre attendue de la science : elle requérait aussi leur propre neutralité de genre. « Y arriver » signifiait y arriver en tant que scientifique, indistinctement des autres scientifiques. Mais comme les autres scientifiques étaient mâles, cela impliquait de faire disparaître tous les signes de différence entre elles et les hommes de leur profession. Si différence il y avait, c’était plutôt entre elles et les autres femmes. Il n’est peut-être pas très surprenant, dans ces conditions, qu’elles aient effectivement disparu, en tant que femmes, de la science américaine. Leur représentation en nombre n’était plus régulièrement comptabilisée par les féministes universitaires ; et souvent, plus comptabilisée du tout (Rossiter, communication personnelle ; voir également Keller, 1981). Souvent, elle choisissaient d’elles-mêmes de ne pas faire figurer leurs prénoms révélateurs dans les publications.

12L’impression générale est que ces femmes ne comptaient plus sur la science pour prouver leur égalité intellectuelle en tant que classe. Elles gardaient une confiance absolue dans l’équité et l’objectivité de la science pour prouver, et récompenser, leurs réalisations individuelles de scientifiques – et notamment lorsqu’elles arrivaient à faire disparaître les marques d’une appartenance de classe de genre à laquelle elles semblaient avoir échappé. Le recul nous permet hélas de constater que cette stratégie a échoué à protéger ces femmes scientifiques des conséquences d’une politique professionnelle de plus en plus excluante – elle n’a contribué qu’à masquer les effets de cette politique. Non seulement leur nombre a diminué, mais le statut des femmes scientifiques (en tant qu’individus et en tant que classe) s’est régulièrement dégradé.

13Même lorsque les femmes ont commencé à bénéficier de davantage d’ouverture dans les sciences, à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix – en partie du fait de l’impulsion donnée par Spoutnik en faveur de l’accès à des carrières scientifiques d’un nombre croissant de jeunes gens et en partie du fait du mouvement des femmes naissant – les femmes scientifiques sont restées fortement attachées à l’idée selon laquelle le genre n’avait pas de pertinence pour rendre compte de la pratique de la science. En témoigne cette anecdote personnelle. En 1974, j’ai décidé de consacrer à la question des femmes dans la science une série de conférences à l’Université du Maryland. Je me souviens aujourd’hui encore de mes angoisses. Le seul fait d’introduire la question des femmes dans la science devant un public professionnel apparaissait alors comme un changement audacieux, voire dangereux.

14Cela dit, à la faveur des initiatives nationales destinées à développer notre force de travail scientifique, des améliorations réelles ont commencé à se produire. Les femmes ont recommencé à se compter, à se reconnaître, et même à se conseiller mutuellement. L’amélioration spectaculaire du statut des femmes au MIT au cours des vingt dernières années fournit un témoignage éclairant de l’efficacité de ces efforts collectifs. Mais la revendication de leur conscience collective en tant que femmes, au MIT comme ailleurs, a en même temps ravivé chez elles un autre besoin : celui de transformer (sinon d’effacer) la conscience que les hommes avaient d’elles en tant que femmes. Elle a rendu vigueur au paradoxe que Nancy Cott (1987) décrit comme la plaie de toute l’histoire du féminisme contemporain – et auquel les scientifiques femmes ont été confrontées avec une acuité particulière. La réémergence de leur identité collective de femmes a quasiment suscité l’insistance renouvelée, plus appuyée que jamais, sur l’indifférenciation intellectuelle – le rejet de la différence. Elles se sont retrouvées, une fois de plus, à combattre les affirmations, sur les différences innées d’un sexe à l’autre en matière d’attributs mentaux, à commencer par celles qui émanaient désormais de la communauté scientifique elle-même.

15Ces affirmations ont connu une nouvelle jeunesse, particulièrement offensive, au cours de ces dernières années, et c’est est allé de pair, plusieurs auteurs l’ont fait remarquer, avec les succès du féminisme contemporain. La réfutation scientifique des affirmations sur les différences de sexe est donc redevenue une préoccupation essentielle pour les scientifiques féministes d’aujourd’hui. Au cours des dix dernières années, un certain nombre de synthèses critiques ont été publiées à cet effet, certaines allant jusqu’à suggérer que la recherche même d’un fondement biologique aux différences de comportement entre mâles et femelles est une entreprise sexiste.

16Pour nécessaires qu’elles soient, ces entreprises n’en sont pas moins marquées par leur fragilité et (sans doute est-ce inévitable) par leur caractère défensif.Chaque nouvelle affirmation de corrélation hormonale ou physiologique avec des traits de comportement connus ou supposés doit être examinée comme une nouveauté, et l’erreur qui fonde son inanité, identifiée et publiée. Alimenté au moins en partie par une succession continuelle de compte rendus d’observations de différences de comportement et de performances entre scientifiques hommes et femmes (ou entre étudiants hommes et femmes), ce travail est en cours et, comme la qualité scientifique de cette recherche progresse, il est devenu de plus en plus exigeant. De plus, les termes mêmes du débat sur la différence des sexes favorisent des formes caractéristiques de myopie culturelle. Mais avant de pouvoir corriger notre myopie, il nous faut faire changer l’orientation du débat, de « femmes et science » à « hommes, femmes et science », sans perdre de vue qu’aucune de ces catégories n’est elle-même monolithique.

17Le débat sur les différences de sexe est habituellement centré sur la nature ou la socialisation des femmes et pose implicitement la nature ou socialisation des hommes comme norme. Le plus souvent, l’usage du terme « genre » y fait référence non pas à une norme culturelle donnée, se rapportant de la même façon aux hommes et aux femmes, mais à une catégorie femmes universelle. Ce qui ne permet pas de percevoir que les conventions normatives de la socialisation des hommes de classe moyenne blanche ont été incorporées dans les critères utilisés pour appréhender le comportement et les performances des hommes et des femmes élevés sous des normes différentes. Je propose trois exemples à l’appui de cette idée.

18La critique féministe en sciences s’est beaucoup intéressée aux affirmations fondées sur les différences constatées entre les performances des garçons et celles des filles dans les Standard Aptitude Tests (Benbow and Stanley, 1980) quant aux différences d’attributs mentaux entre hommes et femmes. Les critiques ont attiré l’attention sur le fait que les résultats de ce test n’avaient pas grand chose, voire rien de commun avec les performances créatives des vrais mathématiciens ; mais la question de ce que les résultats de ce test décrivent effectivement n’a pas été approfondie. Dans quelle mesure ne font-ils pas que décrire ce que certains garçons, dans notre culture, sont encouragés à faire ? Dans quelle mesure les critères d’intelligence scientifique communément admis mesurent-ils de façon fiable la capacité réelle à réaliser des travaux scientifiques, et dans quelle mesure reflètent-ils en toute inconscience des normes culturelles bien précises biaisées par le genre ?

  • 5   Communication personnelle d’Alice Huang, 1982.

19Un deuxième exemple concerne ce qui est peut-être une source d’inequity permanente et a été abordé au cours d’une conférence sur les femmes et la science à l’initiative de la Macy Foundation en 19815. Concluant que la plupart des formes les plus traditionnelles de discrimination n’étaient plus apparentes, il était suggéré qu’il y avait un handicap définitif et permanent que l’on pouvait identifier : la formation des femmes ne les rendait pas suffisamment compétitives pour survivre et prospérer à la pointe de la recherche actuelle. Il semblait en découler une recommandation évidente : reformer les femmes pour qu’elles soient plus compétitives. La question qui n’était pas posée était de savoir si les normes de compétition actuellement admises par les scientifiques sont des normes de socialisation masculine admises culturellement ou si elles sont nécessaires à une bonne recherche. Soyons directe : est-il nécessaire ou même est-il bon pour la physique que, pour reprendre les termes d’un physicien célèbre, « il n’y (ait) que les francs salauds qui s’en sortent dans ce boulot » (cité dans Traweek, 1984) ?

20Le troisième exemple est plus banal. Il concerne la pratique répandue qui consiste à mesurer la productivité scientifique en comptant le nombre total d’articles dont chacun est l’auteur. Le nombre d’articles pour lesquels le nom du principal chercheur apparaît dépend, en général, directement de la taille du laboratoire ou du groupe qu’il ou elle dirige. Supposons que (pour une raison sociale ou psychologique quelconque) la plupart des femmes scientifiques préfèrent diriger de petits groupes. Ces scientifiques tendraient évidemment à avoir une moindre « productivité ». Si l’on se sert de ces mesures de productivité pour en déduire la qualité de la science, il s’ensuit que les grands laboratoires (ou groupes) produisent de la meilleure science que les petits – une hypothèse que personne n’accepterait sous une forme aussi directe.

  • 6    Dans la pratique, bien sûr, ceux qui exercent des professions scientifiques sont bien conscients (...)

21Prises entre les termes d’un impossible dilemme, les femmes scientifiques du vingtième siècle ont eu tendance à rechercher l’equity en réfutant les affirmations sur la différence. L’expérience historique nous a appris la vulnérabilité et en dernier ressort la non pertinence de cette stratégie, mais elle nous a également appris que les hypothèses sur la différence tendent, en pratique, à jouer contre nos intérêts. La reconnaissance de la différence fondée sur le genre a presque invariablement servi à justifier l’exclusion. Dans la mesure où les performances scientifiques sont rapportées à une échelle unique, être considéré comme différent, c’est laisser à désirer. Confronté à un tel critère universel, l’espoir d’equity, semble dépendre du démenti de la différence6.

22Mais avec le recul, on peut voir les écueils de cette stratégie : si un critère universel lie la différence à l’inégalité, le même critère déduit l’uniformité de l’égalité, assurant l’exclusion de toute expérience, perception, ou valeur qui est autre. En conséquence, les « autres » ne sont admissibles que s’ils peuvent supprimer ces différences et faire disparaître toutes les traces de cette suppression. Cependant non seulement ces opérations ne suffisent pas à assurer une protection efficace contre la discrimination qui continue de facto à prévaloir, mais elles se révèlent souvent n’être que des réussites partielles, et laissent dans leur sillage des cicatrices résiduelles qui empêchent ceux qui survivent de devenir des « concurrents » pleinement efficaces. La réussite de l’assimilation a donc tendu à nécessiter non pas des capacités égales, mais des capacités supplémentaires – la capacité supplémentaire de compenser les coûts cachés encourus par le déni ou la suppression d’une histoire passée du fait de son « altérité ».

23Tant que nous acceptons de concevoir la science comme une entreprise monolithique – définie par un but unique et un seul critère de réussite – ni l’affirmation ni le déni de la différence ne permettront d’obtenir l’equity pour les femmes en science. Il est évident que l’adoption même d’un critère universel jouecontrel’égalité au détriment des porteurs de la moindre différence, de quelque source qu’elle soit. C’est là le dilemme dans lequel les femmes scientifiques blanches ont été piégées durant toute leur histoire, en grande partie de même qu’il piège aujourd’hui les scientifiques (hommes ou femmes) de couleur.

24Heureusement, notre compréhension de la nature de la connaissance scientifique a largement évolué, au cours des dernières décennies, par rapport à cette conception univoque. Les développements récents de l’histoire et de la philosophie des sciences ont mené à une réévaluation dans laquelle on reconnaît que les objectifs, les méthodes, les théories, et même les données réelles de la science de la nature ne sont pas inscrits dans la nature ; ils sont tous soumis au jeu inévitable de forces sociales. Les exigences empiriques et logiques peuvent peser sur les représentations de la nature qui émanent des bureaux et des laboratoires des scientifiques, mais elles ne les déterminent pas. On ne peut échapper aux normes sociales, psychologiques et politiques, et elles influencent aussi les questions que nous posons, les méthodes que nous choisissons, les explications que nous considérons comme satisfaisantes, et même les données dont nous jugeons qu’elles valent la peine d’être enregistrées.

25Ce changement dans notre conception de la science fournit un moyen de sortir du dilemme auquel les premières féministes ont été confrontées en science. Si l’on reconnaît que la science peut avoir plusieurs objectifs et plusieurs critères, il devient possible (du moins en principe) de plaider pour l’inclusion de la différence – d’expérience, de perception, et de valeurs – comme valeur intrinsèque pour la production scientifique ; il devient alors possible d’envisager l’égalité sans uniformité. Mais cette proposition comporte elle aussi un écueil – un écueil qui découle de la tentation familière et répandue de localiser la différence dans le sexe. Cette tentation cache l’hypothèse que la différence signifie la dualité et implique que les femmes en tant que classe feront une science différente (ou « féminine »). Mais cette proposition ne tient pas compte des leçons que nous avons tirées de l’histoire des femmes en science. Elle échoue aussi à rendre justice à l’extrême variété que l’on constate, dans la réalité, entre les femmes.

26L’évolution récente de l’histoire et de la philosophie des sciences nous a sensibilisés à l’influence des forces sociales sur le développement de la science. Mais celle des études féministes a mis en évidence le rôle de ces forces sociales pour orienter le développement des hommes et des femmes – c’est-à-dire pour la définition des normes de genre. Elle a également attiré l’attention sur l’importance historique des dynamiques psychosociales complexes qui ont tissé les normes de genre et les normes scientifiques actuelles en un inextricable réseau. Supposer que, à conditions égales, les femmes feraient une science différente, une science plus « féminine », c’est ignorer à quel point les femmes aussi bien que la « féminité » sont des catégories socialement construites. Plus important, c’est ignorer à quel point nos conceptions actuelles de la féminité et de la science ont été construites en opposition l’une à l’autre. Si la science a fini par signifier l’objectivité, la raison, l’absence de passion, et le pouvoir, la féminité a fini par signifier tout ce que la science n’est pas : la subjectivité, les sentiments, la passion, et l’impuissance. La méconnaissance du rôle majeur des étiquetages culturels dans la construction de ces catégories invite à les accepter comme « naturelles » ; elle agit ainsi au détriment de la possibilité de reconstruire ou d’évaluer les étiquetages eux-mêmes. De plus, si nous ne sommes pas attentifs à la force des dynamiques culturelles dans la construction des normes qui ont défini les mots « masculin », « féminin », et « scientifique », nous sommes condamnés à ignorer les usages que l’on fait de ces constructions.

27J’ai soutenu ailleurs (Keller, 1985) que l’exclusion du féminin de la science a été associée à une définition bien précise de la science comme indéniablement objective, universelle, impersonnelle – et aussi masculine. Cette définition contribue à assurer l’invulnérabilité de la science face à la critique sociale, et sert en même temps à démarquer ce qui est mâle de ce qui est femelle. C’est une définition qui nourrit et se nourrit d’une division entre travail émotionnel et travail intellectuel – une division selon le sexe.

  • 7    L’histoire de Barbara McClintock fournit un exemple à cet égard (voir Keller, 1983). Fière de so (...)

28Dans le passé comme aujourd’hui, cette division sexuelle du travail a justement fourni un appui décisif aux affirmations selon lesquelles la science constitue une autorité épistémique univoque et par conséquent absolue. La même autorité a, à son tour, servi à dénigrer la totalité du domaine exclu, celui de ces valeurs qui ont été étiquetées « féminines ». La science elle-même jouant un rôle dans ces dynamiques culturelles et historiques complexes, toute discussion sur les hommes et les femmes en science doit tenir compte du fait que notre culture est imprégnée, jusque dans la définition de la science, de préjugés quant aux genres. Échouer à la faire, c’est passer à côté d’une voie essentielle par laquelle des valeurs culturelles bien précises sont importées à l’intérieur des normes invoquées pour distinguer la « bonne » science de la « mauvaise ». C’est très exactement de cette façon que de facto la discrimination est souvent pratiquée à l’encontre d’individus ou de groupes qui se trouvent apporter avec eux certaines de ces valeurs qui, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la productivité scientifique, ont été d’avance jugées indésirables7.

29C’est, en fin de compte, au nom de la productivité scientifique aussi bien que de l’equity qu’il nous faut reconnaître la valeur et l’ampleur de la différence. La considérable diversité (culturelle comme individuelle) qui existe parmi les hommes et les femmes réels dépasse largement la diversité biologique, que ce soit entre ou à l’intérieur des catégories mâle ou femelle (c’est-à-dire des sexes). Il y a d’abord la diversité culturelle entre les différents concepts de « masculinité » et de « féminité » (c’est-à-dire les genres). Mais il peut aussi y avoir une diversité encore plus importante dans le degré auquel les individus hommes ou femmes se conforment à ou s’éloignent des normes de genre (ou stéréotypes) du cadre culturel qui est le leur. Oublier ces dernières sources de différence, c’est autant ignorer la diversité de la culture humaine que faire injustice à ces femmes qui, ne serait-ce que pour être des scientifiques, ont eu à transcender les stéréotypes de notre propre héritage culturel. Le déni de la différence entre hommes et femmes s’est avéré aussi inefficace pour les femmes scientifiques qu’irréaliste dans son application. Le déni de la différence parmi les hommes et parmi les femmes ne saurait donner de meilleurs résultats.

Haut de page

Bibliographie

Benbow Camilla et Stanley Julian, « Sex Differences in Mathematical Ability: Fact or Artifact? », Science, 1980 (12 déc.).

Cott Nancy, The Grounding of Modern Feminism, New Haven, Yale University Press, 1987.

Keller Evelyn Fox, « New Faces in Science and Technology: A Study of Women Students at MIT », manuscrit non publié, 1981.

Keller Evelyn Fox, A Feeling for the Organism: The Life and Work of Barbara McClintock, New York, Freeman, 1983.

Keller Evelyn Fox, Reflections on Gender and Science, New Haven, Yale University Press, 1985.

Rossiter Margaret, Women Scientists in America, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1982.

Traweek Sharon, « High Energy Physics: A Male Preserve », Technology Review, 1984 (nov.-déc.).

Haut de page

Notes

1    Nous avons choisi de conserver le terme anglais equity, qui se réfère sans doute à Rawls, et désigne la recherche conjointe de l’égalité et de la justice (NDTL).

2    Aucune signification politique n’y est a priori attribuée aux différences entre hommes et femmes

3    Pour ce faire, je m’appuie en grande partie sur l’excellente présentation de Rossiter, Women Scientists in America, sur ma recherche sur l’histoire des femmes au MIT (Keller, 1981), ainsi que sur ma propre expérience de femme venue à la pratique scientifique à la fin des années cinquante, lorsqu’elle est significative.

4   Voir, par exemple, Rossiter, 1982, chap. V, pour un approfondissement de cet aspect.

5   Communication personnelle d’Alice Huang, 1982.

6    Dans la pratique, bien sûr, ceux qui exercent des professions scientifiques sont bien conscients de la valeur des différences de talent et de style entre les individus. Ce n’est que   lorsque l’on prétend que ces différences sont genrées que cette conscience implique un conflit ouvert avec la conviction que la valeur et la qualité de la performance scientifique peuvent être évaluées par une mesure unique : dans quelle mesure est-il/elle bon/ne ?

7    L’histoire de Barbara McClintock fournit un exemple à cet égard (voir Keller, 1983). Fière de son individualisme iconoclaste, déterminée à transcender tous les stéréotypes attachés à son sexe, elle est parvenue à façonner une vision de la science très différente de celle qui prévalait autour d’elle. Sa différence d’avec ses collègues ne venait ni de son sexe, ni de sa socialisation de femme, mais précisément de sa position d’icono­clas­te et d’« outsider ». Ainsi vu, cet exemple sert à mettre en évidence les valeurs bien particulières qui sous-tendent les normes scientifiques traditionnelles. J’ai expliqué que ces valeurs ne sont pas, contrairement à ce que nous avons appris, universelles, mais qu’elles sont l’héritage de l’équation culturelle entre « scientifique » et « masculin » qui a contribué à forger l’histoire de la science contemporaine. (Sur cette dernière affirmation, voir Keller, 1985.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyn Fox Keller, « Le/la scientifique : sexe et genre dans la pratique scientifique », Les cahiers du CEDREF, 11 | 2003, 75-87.

Référence électronique

Evelyn Fox Keller, « Le/la scientifique : sexe et genre dans la pratique scientifique », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/509

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org