Navigation – Plan du site
Points de vue anglo-saxons

Mesures de l’équité

Londa Schiebinger
Traduction de Irène Jami
p. 41-74

Notes de la rédaction

Version originale : « Meters of Equity », in Has Feminism Changed Science ?, Cambridge, MA, Harvard University Press, chap. II, 1999, p. 33-53.

Texte intégral

1Quelle est aujourd’hui la situation des femmes dans la science américaine ? On a vraiment commencé à recueillir des statistiques sur les femmes en science dans les années soixante-dix, quand on a souhaité voir leur nombre augmenter. Depuis 1982, la National Science Foundation a publié des brochures intitulées : Les femmes et les minorités en sciences et ingénierie ou Femmes, minorités et handicapés en sciences et ingénierie. Il est devenu courant que les livres et les conférences sur les femmes dans la science commencent par des études statistiques.

  • 1   Daryl Chubin et Shirley Malcom, « Policies to Promote Women in Science », in EquityEquation, Davi (...)

2Pourquoi des statistiques ? Ce n’est pas en mesurant la discrimination qu’on la fait disparaître. Mais dans notre société, les chiffres ont un parfum de vérité, et on croit que les statistiques fournissent une mesure objective du statut des femmes. À l’origine, ils ne servaient qu’à prouver combien les femmes étaient désavantagées dans les professions scientifiques. Aujourd’hui ils servent plus souvent à retracer les changements positifs quant aux possibilités d’emploi et aux salaires des femmes1.

3Au début des années quatre-vingt, Margaret Rossiter a proposé deux concepts pour comprendre la masse de statistiques sur les femmes dans la science et les handicaps dont les femmes souffraient toujours. Elle a appelé le premier ségrégation hiérarchique, le phénomène bien connu selon lequel plus on monte dans l’échelle du pouvoir et du prestige, moins on peut s’attendre à voir des visages féminins (Figure 1).

  • 2    Universités qui ne mènent qu’au Bachelor degree, en quatre ans, et n’ont pas de graduate program (...)

Figure 1 : Les scientifiques titulaires d’une thèse et les ingénieurs employés dans les universités et les four year colleges2, 1995. La représentation des femmes parmi les enseignants en science et en ingénierie diminue au fur et à mesure que l’on progresse vers le haut. Source : National Science Foundation, Characteristics of Doctoral Scientists.

  • 3    Équivalent de la licence, mais qui demande quatre années d’études supérieures (NDLT).
  • 4    Grade d’enseignant le plus élevé aux États-Unis (NDLT).
  • 5    Rossiter, Women Scientists, 1982, chap. X., Vetter, Professional Women, p. 172. NSF, Science and (...)

4Cette notion est peut-être plus utile que celle du plafond de verre – la barrière supposément invisible qui empêche les femmes d’atteindre le sommet – car la notion de disparités hiérarchiques attire l’attention sur les nombreuses étapes auxquelles les femmes renoncent à gravir les échelons universitaires ou industriels. Les femmes obtiennent aujourd’hui 54 % de l’ensem­ble des bachelor degrees3 aux États-Unis (la parité ayant été atteinte en 1982) et 50 % en sciences. Les femmes commencent à renoncer au niveau du troisième cycle, où elles obtiennent 40 % des doctorats (31 % en sciences et ingénierie). Un autre renoncement se produit au niveau du corps enseignant : en 1995, 11 % des full professors4 dans l’ensemble des disciplines scientifiques et d’ingénierie étaient des femmes. Parmi les 311 doyens de colleges accréditésd’ingénieurs des États-Unis, il n’y avait que trois femmes – soit moins de 1 %5.

  • 6    Rossiter, Women Scientists, 1982, chap. VIII ; Rossiter, Women Scientists, 1995, ta­bleau 4.4. A (...)

5Rossiter discutait aussi de la « ségrégation territoriale » ou de la façon dont les femmes se regroupent dans les disciplines scientifiques. L’exemple le plus frappant de territorialité professionnelle se rencontrait lorsque les femmes restaient à la maison et que les hommes sortaient pour travailler. Ce n’est plus vrai aujourd’hui puisque les femmes constituent près de la moitié de la force de travail. Mais elles tendent toujours à être concentrées dans les professions les moins bien rémunérées : 60 % des femmes blanches qui travaillent sont infirmières, employées dans les crèches, ou professeurs dans les établissements scolaires, alors que presque la moitié de l’ensemble des femmes noires qui travaillent exercent des emplois de femme de chambre, d’auxiliaire dans les services sociaux, de femme de ménage ou d’aide-soignante6.

6La territorialité rend aussi compte de la vie des femmes à l’université. Chacun sait qu’une femme a davantage de chances d’enseigner et de faire de la recherche dans les « humanités » ou en sciences humaines et sociales, qu’en sciences de la vie ou en ingénierie. (Il y a incontestablement des exceptions ; en 1994 par exemple, les femmes ont soutenu 41 % des thèses en biologie, mais seulement 37 % en histoire.) On constate des disparités territoriales d’une discipline scientifique à l’autre : dans les années vingt et trente, la chimie, la médecine et l’ingénierie étaient les trois grandes disciplines scientifiques des hommes alors que la botanique, la zoologie et la psychologie – dotées d’un moindre prestige et moins rémunérées — étaient celles des femmes. Aujourd’hui, les femmes se regroupent dans ce que l’on appelle les sciences « molles » : les sciences de la vie et du comportement et les sciences sociales, dans lesquelles, pour les deux sexes, les salaires sont relativement bas (Figure 2).

Figure 2 : Pourcentage des thèses scientifiques soutenues par des femmes, 1950-1992 (moyennes sur trois années). Il y a moins de femmes en sciences physiques. Source : VETTER, Professional Women and Minorities.

  • 7    National Center for Education Statistics, Digest of Education Statistics, Washington, US Departm (...)

7On trouve peu de femmes dans les sciences « dures » ou en physique, où le prestige comme les rémunérations sont élevés. Cela pourrait expliquer pourquoi 9 % seulement des physiciens des États-Unis sont des femmes : jusqu’à la fin de la guerre froide, la physique était probablement la discipline la plus prestigieuse de la science américaine7.

  • 8    Patricia Ostertag et J. Regis McNamara, « Feminization of Psychology: The Changing Sex Ratio and (...)

8Les femmes peuvent aussi être vouées à certaines spécialités comme la pédiatrie ou la gynécologie en médecine, et la « féminisation » de certaines disciplines, telles que les women’s studies, n’être en faveur ni de leur prestige ni de leur financement. Les femmes se regroupent aussi dans certains domaines parce qu’elles s’y sentent bien et que, là, elles ont la possibilité d’accéder à des positions dirigeantes. On entend souvent dire qu’on « ne trouve pas » de femmes suffisamment bonnes pour occuper certains postes universitaires, en particulier de professeur ou de directeur de recherche. Peut-être ce constat émane-t-il de départements qui n’affichent pas de postes dans des domaines qui attirent traditionnellement les femmes8.

  • 9    Vetter, Professional Women, p. 251. Du milieu des années soixante-dix au milieu des années quatr (...)

9Les hommes se débrouillent mieux dans les professions traditionnellement féminines comme celle d’infirmier/ère que les femmes dans les disciplines traditionnellement masculines telles que la physique ou l’ingénierie. En 1991, il y avait une majorité écrasante (91 %) de femmes parmi les nouveaux titulaires de PhD débouchant sur le métier d’infirmier/ère, et pourtant 4 % des professeurs de cette discipline étaient des femmes. Il n’y a aucune discipline scientifique où les femmes soutiennent moins de 10 % des PhD, même là où elles n’ont que 4 % des postes de professeurs. En 1992, 9 % des PhD en ingénierie ont été décernés à des femmes, mais elles ne sont que 1 % parmi les professeurs. Même en psychologie, un domaine où les femmes s’adjugent la majorité des PhD (62 % en 1994), elles détiennent un pourcentage bien plus faible de postes définitifs (19 % en 19949).

  • 10  Zuckerman, « Careers », p. 39 ; NSF,Women, Minorities, 1996, p. 70.

10Outre la discrimination hiérarchique et disciplinaire, les femmes pâtissent d’une ségrégation institutionnelle. Alors qu’aujourd’hui elles font leur études dans des universités prestigieuses dans la même proportion que les hommes, les femmes sont rarement invitées à occuper des postes d’enseignement dans ces universités d’élite. Il a fallu attendre 1989 pour que Harvard recrute une femme (Cynthia Friend) à un poste définitif en chimie et 1992 en physique (Melissa Franklin). La sociologue Harriet Zuckerman a remarqué que « plus l’institution est prestigieuse, plus la promotion des femmes se fait attendre. » Les hommes ne sont généralement pas confrontés à cette situation10.

  • 11  NSF, Women, Minorities, 1996, p. 72-74. Edward Silverman, « New NSF Report on Salaries of Ph.D.’s (...)

11Le statut subordonné des femmes dans la communauté scientifique se traduit également dans leurs salaires. En 1993, les salaires médians des femmes scientifiques et des ingénieures titulaires d’un doctorat étaient inférieurs de 20 % à ceux des hommes. Il est vrai que cela tient, en partie, au fait que les femmes sont concentrées dans des domaines moins rémunérés. Mais même à l’intérieur d’une discipline, les femmes sont habituellement payées 15 à 17 % de moins que les hommes. Il faut également mentionner l’existence de différences de salaires entre les femmes. Avec 10 à 14 ans d’ancienneté et à qualification égale, les scientifiques noires gagnent 3,4 % de moins que les blanches. Chez les ingénieures, les Asiatiques tendent à gagner davantage que les autres femmes11.

  • 12  Jeanhee Kim, « Female Engineers: Short Circuit in Pay », Working Woman, décembre 1993, p. 16.

12Plus généralement, les femmes tendent à gagner moins que leurs collègues masculins, qu’elles soient employées dans l’industrie, par le gouvernement, ou à l’université – encore que la différence la plus importante se rencontre à l’université. Il n’y a qu’en ingénierie et en chimie que les femmes débutent avec des salaires plus élevés que les hommes : environ 4 000 dollars de plus par an pour les ingénieures. Mais au bout de cinq ans, les salaires des ingénieures plongent à environ 2 000 dollars au-dessous de ceux des hommes et restent à un niveau inférieur12. Cela, bien sûr, n’est nullement propre aux professions scientifiques : dans les 800 sociétés les plus importantes des États-Unis, parmi les 4 000 salariés les mieux payés, il n’y a que 19 femmes.

  • 13  NSF, Women, Minorities, 1996, p. 73-74. Barbara Mandula, « Women Scientists Still Behind », Associ (...)

13Certains attribuent le faible succès professionnel (en termes de rang hiérarchique et de salaires) des femmes à leur manque d’expérience. Prises dans leur ensemble, les femmes scientifiques sont plus jeunes et moins expérimentées que leurs homologues masculins (en 1993, les femmes employées dans les professions scientifiques ou comme ingénieures détenaient leur doctorat depuis environ dix ans en moyenne, contre seize ans pour les hommes). La National Science Foundation est cependant parvenue à la conclusion que, les différences d’âge, d’expérience et de formation pondérées, la discrimination reste la seule explication de la médiocrité des postes et des salaires des femmes et des minorités. Margaret Klein, directrice des programmes de la National Science Foundation pour les femmes, note que les femmes tendent à quitter les professions scientifiques et d’ingénierie à l’approche de la quarantaine, juste au moment où la maturité devrait leur permettre d’accéder à des postes de direction. Les femmes, dit-elle, ne conservent souvent guère d’illusions. Elles préfèrent vraisemblablement quitter les professions scientifiques plutôt que de mener une bataille ardue pour la reconnaissance et la promotion13.

  • 14  Families and Work Institute, Women, the New Providers: A Study of Women’s Views on Family, Work, S (...)

14Des signes positifs pointent néanmoins à l’horizon. En 1996, les salaires des femmes dans les professions ont progressé et atteint 85 à 95 % de ceux des hommes occupant des postes similaires. Les femmes les plus jeunes aux États-Unis (femmes sans enfant âgées de 27 à 33 ans) gagnaient presque la même chose (98 %) que les hommes de leur groupe d’âge. Dans l’ensemble de la force de travail, les femmes gagnent 74 % de ce que gagnent les hommes (59 % dans les années soixante-dix)14.

  • 15  NSF, Women, Minorities, 1996, p. 75, 106, 108. Ronald Hoy, « A Model Minority’s Speaks Out on Cult (...)

15Les études portant sur les femmes dans les sciences, plus que d’autres domaines des women’s studies, ont surtout porté sur les femmes blanches. Que sait-on actuellement de la situation des minorités dans les professions scientifiques aux États-Unis ? Nombre des problèmes qui accablent les femmes, qui constituent une majorité (51 %) de la population, frappent également les minorités. La représentation de la plupart des minorités dans les professions scientifiques est nettement inférieure à ce qu’elle est dans l’ensemble de la population active. Les Noirs américains représentent 11 % de la force de travail mais seulement 3 % des scientifiques et ingénieurs exerçant un emploi. On est frappé par leur absence parmi les enseignants à l’université : en 1987, sur les 60 347 enseignants à temps plein du supérieur en sciences de la nature des États-Unis, il n’y avait que 1 % de Noirs. Au début des années quatre-vingt-dix, l’université de Chicago ne comptait que 21 enseignants noirs, toutes disciplines comprises, sur un corps enseignant composé de 1 226 personnes. Les Hispaniques aussi sont faiblement représentés en sciences : 8 % de la population active mais 3 % seulement des scientifiques et ingénieurs. Les Indiens sont tellement peu nombreux parmi les scientifiques des disciplines dominantes que les statistiques ne permettent pas de mesurer leur présence. Seuls les Asiatiques sont « surreprésentés » dans les professions scientifiques, comptant pour 9 % de l’ensemble des scientifiques et ingénieurs des États-Unis, mais seulement pour 3 % de la population. Leur surreprésentation est apparue au moment où il fallait décider si l’affirmative action (discrimination positive) devait s’appliquer à eux (dans la plupart des cas elle ne s’applique pas à eux, et dans certaines universités on a fixé des limites à leur embauche). Si, de façon générale, ils brillent à l’université, les Asiatiques rencontrent souvent des difficultés pour obtenir de l’avancement. Ils sortent rarement du rang15.

  • 16  Hull et al. (eds), All the Women Are White ; NSF, Women and Minorities, 1990, p. 82. Voir égalemen (...)

16Aux États-Unis, le terme « minorité » a souvent désigné des hommes (et en particulier les hommes noirs) et celui de « femme », des Blanches. Comme le dit un livre sur les women’s studies noires d’aujourd’hui, « les femmes sont toutes des Blanches, les Noirs sont tous des hommes ». La National Science Fondation n’a commencé que récemment à subdiviser les données statistiques ayant pour critère le sexe selon les catégories ethniques et celles portant sur les minorités, en fonction du sexe. La NSFpersiste dans son étonnant message selon lequel les minorités sont mieux représentées parmi les scientifiques femmes que parmi les scientifiques hommes. En 1990, par exemple, 11 % des femmes scientifiques et des ingénieures étaient des Noires, contre 7 % seulement des hommes scientifiques et des ingénieurs. Mais, en chiffres absolus, on compte environ deux fois plus de Noirs que de Noires dans les professions scientifiques. Les Noires trouvent plus souvent un emploi (33,5 % des titulaires de PhD) que les Blanches (21,5 %)16.

  • 17  Yitchak Haberfeld et Yehouda Shenhav, « Are Women and Blacks Closing the Gap? Salary Discriminatio (...)

17La différence de salaire entre les Blancs et les minorités (sans différenciation de sexe) s’est accrue. Alors que les scientifiques blancs et noirs gagnaient à peu près la même chose en 1972, une décennie plus tard les salaires des Noirs étaient inférieurs d’environ 6 % à ceux des Blancs. En 1991 les scientifiques de couleur titulaires d’un PhD gagnaient environ 9 % de moins que leurs homologues blancs. La différence la plus importante se rencontrait en chimie, où les Blancs gagnaient 22 % de plus que les Noirs17.

  • 18  Shirley Malcom, « Equity and Excellence: Compatible Goals », Washington, American As­so­ciation fo (...)

18Il importe de rappeler combien récemment encore, des discriminations flagrantes à l’encontre des Noirs étaient considérées comme acceptables aux États-Unis. En 1967, la mixité (raciale) était encore interdite par la loi dans de nombreux états. En 1962 aucun Noir, quel que soit son sexe, n’avait le droit de préparer un PhD en Virginie, même si l’État finançait l’enseignement pour les Noirs dans tous les colleges. Les femmes des minorités se heurtent souvent à la double contrainte du racisme et du sexisme. L’expérience de Vivienne Malone Mayes, à l’Université du Texas, en est un exemple. En 1962, elle a été la troisième femme aux États-Unis à soutenir un PhD en mathématiques (les deux premières l’avaient fait en 1949). Du fait de sa race, elle ne put accéder à un poste d’assistante ni à certaines salles de cours. Pour la même raison, elle ne pouvait entrer dans le café où son directeur de thèse et ses camarades se rencontraient pour des discussions informelles. Ce n’est qu’après que la bataille pour la fin de la ségrégation du café ait été gagnée, qu’elle découvrit que les femmes, quelle que soit leur race, n’étaient pas les bienvenues. Réfléchissant, quelques années plus tard, à son expérience, elle écrivit : « J’étais la seule Noire et la seule femme… mon isolement était total18. »

Comparaisons interculturelles

  • 19 19 « Comparisons across Culture », Science 263 (11 mars 1994) ; Motoko Kuwahar, « The Participation (...)

19Qu’en est-il de la participation des femmes à la science aux États-Unis, si on la compare à ce qu’elle est dans le reste du monde ? Il est difficile de répondre à cette question ; les données interculturelles sont en cours de collecte. Entre pays industrialisés il n’y a guère de différences fondamentales, mais quelques variations intéressantes. En 1994, Jim Megaw a publié des statistiques révélant que certains des pays les plus « développés » affichaient les proportions de femmes les plus faibles parmi leurs professeurs de physique. Les États-Unis, avec 5 %, occupaient le septième rang parmi 29 états ; seuls le Japon, le Canada, l’Allemagne, la Suisse, la Norvège et la Corée avaient des chiffres équivalents ou inférieurs. Des pays comme l’Italie, l’ex-URSS, et le Portugal faisaient bien mieux, plus d’un quart de leurs postes universitaires en physiques étant occupés par des femmes. Aucune explication satisfaisante de ces différences n’a été donnée. Les premières recherches suggèrent que dans beaucoup des pays où les femmes réussissent en sciences, les mathématiques et les sciences sont obligatoires dans l’enseignement secondaire. Les femmes réussissent également mieux dans les pays où les enfants sont scolarisés dans des établissements non mixtes19.

20Les différences de succès des femmes en sciences d’un pays à l’autre s’expliquent également par des attitudes différentes à l’égard du travail et de la famille. On a suggéré que les femmes réussissent mieux dans les pays majoritairement catholiques (l’Italie et la France), où la famille élargie fournit toujours un réseau de proches pour aider à élever les enfants. L’absence d’une éthique de travail protestante permet, de plus, davantage de flexibilité sur le lieu de travail. Mais cette hypothèse ne tient pas compte de la nécessité de la mobilité professionnelle ; les possibilités de déménager pour obtenir une promotion professionnelle étant moindres pour les couples liés à des familles élargies.

  • 20  Je remercie Annette Vogt, du Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte, pour cette informati (...)
  • 21  Plan de développement régional pour 1994-1999 soumis au Fonds social de l’Union Européenne, cité p (...)

21Cette hypothèse ne prend pas non plus en compte le rôle des gouvernements nationaux dans l’établissement d’une aide sociale aux parents qui travaillent. L’exemple des deux Allemagne d’avant 1991 montre que les politiques publiques jouent un rôle au moins aussi important que les traditions religieuses. Il revient à la République Fédérale d’Allemagne le triste honneur d’être un des pires endroits pour les femmes universitaires. La proportion de femmes parmi les professeurs dans les cinq sciences – biologie, physique, chimie, maths, et géosciences – ne dépasse pas 2 %. En 1997, dans les lieux d’élite que sont les Instituts Max Planck, 2 % seulement des membres scientifiques étaient des femmes20. Dans l’ancienne République Démocratique Allemande en revanche, des femmes détenaient une proportion nettement plus élevée de postes universitaires en général, et représentaient 9 % de l’ensemble des physiciens. Ces chiffres ont considérablement diminué depuis la réunification en 1989 ; l’actuel gouvernement allemand a reconnu que les femmes scientifiques de l’Est avaient pâti de la réunification21.

22Comment explique-t-on ces différences entre des pays qui, jusqu’à la seconde guerre mondiale, partageaient à de nombreux égards les mêmes traditions religieuses et culturelles ? Après la guerre, l’Allemagne de l’Ouest a continué à promouvoir l’idée que les femmes devaient consacrer leur vie à Kinder, Küche, et Kirche (les enfants, la cuisine, et l’Église). L’Allemagne de l’Est sous domination soviétique, au contraire, a encouragé la participation des femmes à la force de travail et créé des structures de prise en charge des enfants dans la journée. Ces structures permettaient aux familles d’assumer de façon équilibrée carrière et éducation des enfants, mais il était également clair que l’établissement de cet équilibre était l’affaire des femmes. En Allemagne de l’Est comme dans l’ancienne URSS et aujourd’hui aux États-Unis, ce sont les femmes qui portent le double fardeau du travail domestique et des emplois à plein temps.

  • 22  Chaired professor : professeur titulaire d’une chaire (NDLT).

23Les aides sociales aux parents qui travaillent ne garantissent pas toujours la réussite des femmes en science. Les Suédois bénéficient de crèches financées par le gouvernement ; la Suède est, de tous les pays où je me suis rendue ces dernières années, l’un des rares où l’organisation domestique ne paraissait pas un sujet d’inquiétude pour les femmes avec qui j’ai discuté. Et pourtant, il n’y a que 6 % de femmes parmi les professeurs d’université. Être professeur ne signifie pas la même chose en Suède et plus généralement en Europe, qu’aux États-Unis : les systèmes universitaires sont plus élitistes et leurs « professeurs » sont plus proches de la catégorie des distinguished et des chaired professors22 des États-Unis.

  • 23  Faruqui et al. (eds), Role of Women ; Kotte, Gender Differences in Science.

24Les femmes réussissent-elles mieux dans ce que l’on appelait le Tiers Monde ? Lorsqu’il est question des femmes dans les sciences dans le Tiers Monde, on a tendance à penser surtout à la participation des femmes à la science dans la recherche et à l’université. Les institutions scientifiques de ces pays sont généralement calquées sur celles des États-Unis ou de l’Europe ; les possibilités pour les femmes relèvent donc d’un modèle similaire à ceux des États-Unis et de l’Europe. Le transfert de technologies comporte souvent, sans que l’on y prenne garde, le transfert des idéologies et la division du travail américaine et européenne de genre. Les hommes sont plus souvent encouragés à choisir des disciplines « masculines/viriles » comme la physique, la chimie, les mathématiques ou l’ingénierie. Les femmes, si tant est qu’elles soient scolarisées, reçoivent souvent des formations d’infirmière, de secrétaire, ou d’enseignante du secondaire. Au Ghana, les femmes représentent 9 % des chercheurs en sciences de la nature, 4 % des ingénieurs, et 13 % des chercheurs en sciences sociales – un profil familier aux yeux des Européens et des Américains23.

  • 24  Xie Xide, « Women Scientists in China: Past, Present and the Future », in Role of Women, Faruqui e (...)

25Dans certains cas cependant, la participation des femmes devance celle que l’on trouve aux États-Unis et en Europe. En Chine, la proportion de femmes chez les scientifiques et les ingénieurs est supérieure à celle des États-Unis (32 contre 16 % en 1988). Bien que l’on exige des filles des résultats supérieurs de 5 % à ceux exigés des garçons pour l’entrée à l’université, les femmes représentent 17 % des scientifiques universitaires. Même en Chine la proportion de femmes décroît avec le prestige des postes : l’Académie Chinoise des Sciences ne compte que 3,5 % de femmes parmi ses membres24.

  • 25  Feride Acar, « Women in Academic Science Careers in Turkey », in Women in Science: Token Women or (...)

26On rencontre également profusion de femmes scientifiques et d’ingénieures en Turquie. 32 % des chercheurs en sciences de la nature (chiffre en diminution par rapport à celui de 1946 : 44 %), 30 % du personnel médical, et 24 % des ingénieurs sont aujourd’hui des femmes. Après la première guerre mondiale, les dirigeants turcs ont inclus dans leur programme de modernisation une amélioration du statut des femmes. Les femmes de l’élite, qui pouvaient embaucher des domestiques et des bonnes d’enfants, ont profité des possibilités qui s’ouvraient dans les sciences de la nature. Au cours de cette période de modernisation rapide, les bénéfices de l’appartenance à l’élite sociale l’ont souvent emporté sur le handicap représenté par le fait d’être des femmes. Pour pourvoir les postes à l’université, les autorités gouvernementales ont préféré des femmes des classes sociales supérieures à des hommes de moindre origine sociale. (Aujourd’hui encore, seules 1 % des femmes et 2 % des hommes accèdent à l’université en Turquie.) Si les femmes étaient honorablement représentées dans les sciences de la nature, elles étaient notablement absentes du personnel enseignant en droit et en sciences politiques – disciplines plus étroitement associées, en Turquie, au pouvoir et aux privilèges25. Les hommes reçoivent souvent peu d’incitation familiale à mener des carrières à l’université, mal rémunérées. Les femmes, dont l’on n’attend pas forcément qu’elles fassent vivre leur famille, sont mieux désignées pour mener des carrières souvent faiblement rémunérées dans la recherche scientifique.

Les savoirs indigènes des femmes

  • 26  Chandra Mohanty, « Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Discourses » in Third Wor (...)

27Peut-on étendre l’utilisation des instruments occidentaux d’analyse du genre à d’autres cultures ? Le féminisme occidental est souvent adopté par d’autres femmes dans le monde ; il arrive aussi que le féminisme ne soit pas mieux accueilli que les sciences occidentales dans ce que l’on appelait le Tiers Monde. L’accent mis par le féminisme sur l’égalité pour les femmes n’est souvent considéré que comme une valeur occidentale de plus imposée à d’autres cultures qui ont leurs propres traditions26.

  • 27  Helen Appleton, Maria Fernandez, Catherine Hill, et Consuelo Quiroz,  « Gender at the Interface of (...)

28L’un des aspects de la participation des femmes à la science que l’on ne fait que commencer à étudier est leur implication dans ce que l’on appelle souvent les traditions scientifiques « indigènes ». Plusieurs systèmes de connaissances précoloniaux ont été détruits ; il en reste, ou l’on en fait revivre, de nombreux éléments. On peut faire l’hypothèse que, de même que les femmes ont joué un rôle important comme sages-femmes en Europe et aux États-Unis, dans d’autres régions du monde les femmes pourraient être mieux représentées dans les systèmes de connaissance indigènes – ou non professionnalisés. Au début des années quatre-vingt-dix, les Nations Unies ont mis en place un groupe de travail pour étudier les savoirs indigènes des femmes afin d’encourager la recherche dans ce domaine27.

  • 28  Agarwal  « Indigenous and Scientific Knowledge: Myth or Reality? », Resources:Journal of Sustainab (...)

29Tout le monde admet que l’expression « savoirs indigènes » ne va pas sans poser des problèmes, mais je l’utilise ici pour évoquer des connaissances qui ne sont pas reconnues comme « scientifiques ». Achoka Awori a suggéré que cette expression – qui désigne les systèmes de connaissance originaires d’une région donnée – est préférable à l’expression « science traditionnelle » qui a été utilisée pour évoquer l’application brute des technologies existantes. Les anthropologues ont cependant eu recours, à l’origine, à un autre terme, celui d’« ethnoscience », pour se référer aux systèmes de connaissance propres à telle ou telle culture. Comme les anthropologues étudient généralement des peuples « primitifs », les Occidentaux ont tendu à dévaloriser l’ethnoscience, considérée comme primitive – statique, retardataire, fondée sur le mythe et la superstition. Pour la philosophe Sandra Harding, l’« ethnoscience » s’applique à toutes les formes de science, y compris aux sciences occidentales. « La valorisation de la neutralité culturelle », insiste-t-elle, « est une valeur qui a sa propre spécificité culturelle. » L’abstrac­tion et le formalisme représentent « des traits culturels, non l’absence de toute culture »28.

30Même si certains continuent d’objecter que le mot « indigène » demeure trop étroitement lié aux notions d’origine et de sous-développement, j’utiliserai l’expression, aujourd’hui largement employée, de « science indigène » pour me référer aux traditions scientifiques qui ne correspondent pas au modèle de recherche universitaire. Ces connaissances existent également dans les pays industrialisés, tantôt à côté de, tantôt en concurrence avec la science américaine ou européenne. On s’y réfère parfois sous le terme de « connaissances locales ». Mais en réalité, comme dans le cas des sages-femmes, beaucoup ne sont pas locales mais largement disséminées d’une culture à l’autre.

  • 29  Kihika Kiambi et Monica Opole, « Promoting Traditional Trees and Food Plants in Kenya », in Growin (...)

31Les exemples de connaissance indigène portée par les femmes ont souvent concerné l’agriculture et la gestion de la forêt car, dans de nombreuses cultures, ce sont les femmes qui s’occupent de la nourriture et de sa préparation. La mathématicienne Ram Mahalingam a suggéré que les femmes Tamil en Inde avaient activement développé certaines disciplines des mathématiques essentielles pour l’art du kolam, dessin traditionnel de fleurs de riz au sol, et le pallanguzhi, jeu de calcul qui se pratique sur un tableau de bois ; cela n’a pas encore fait l’objet de recherches complètes29.

  • 30  Carolyn Sachs, Gendered Fields: Rural Women, Agriculture, and Environment, Boulder, Westview, 1996 (...)

32La physicienne Vandana Shiva a relevé plusieurs exemples de savoir indigène de femmes issu de leurs travaux d’agriculture et d’élevage pour satisfaire les besoins de leurs familles en Inde. L’un de ces exemples concerne les techniques de gestion de la forêt : ce qui est enlevé à la forêt sous forme de fourrage, d’eau, de combustible et de fibres lui est rendu sous forme de compost, dans le but de créer des écosystèmes soutenables. Dans ce domaine, les femmes ont développé une technique appelée « lopping » : l’effeuillage sélectif des chênes. Les feuilles de chêne, associées à un mélange d’herbes séchées et de dérivés de l’agriculture, nourrissent le bétail durant la fin de l’automne, l’hiver, et une partie du printemps. Grâce à l’émondage, les feuilles restent tendres et conservent, l’été venu, un goût agréable pour les animaux. Cela permet d’utiliser les arbres pour le fourrage tout en stimulant leur densité et leur productivité30.

  • 31  Je remercie Hector Flores et Carolyn Sachs, de Pennsylvania State University, d’avoir attiré mon a (...)

33Un autre exemple de savoir indigène de femmes nous vient des Andes, où depuis des siècles les femmes Quetchuan ont cultivé et conservé les pommes de terre et leurs graines. On comprend mieux l’exploit de ces semilleras, ou « gardiennes des semences » si l’on tient compte du fait qu’un épi de maïs sauvage mûr mesurait environ 2,5 cm de long et avait l’épaisseur d’un crayon ; les pommes de terre sauvages sont à peu près aussi éloignées de nos standards actuels31. Les gardiennes des semences d’aujourd’hui sont de véritables mines de renseignements en agronomie et en physiologie des racines et des tubercules des Andes. Elles se rencontrent chaque année pour échanger des produits, trouver de nouvelles semences, et se communiquer des connaissances sur leur production, leur conservation et leur utilisation. Une semillera expérimentée peut distinguer entre des dizaines de variétés de pommes de terre et sait tout sur la date de leur maturation, leur rendement, leur vulnérabilité aux maladies, leurs propriétés culinaires, leur temps de conservation, etc. Une seule femme peut gérer jusqu’à 56 variétés de pommes de terre et d’autres tubercules.

34Les femmes andines ont l’habitude de sélectionner et de classer leurs pommes de terre en fonction de quatre critères : le type de culture, la comestibilité, les traitements nécessaires, et la résistance au gel et aux épidémies. Ce que l’on pourrait appeler les différentes « variétés » sont ensuite classées selon la couleur de la peau et de la chair, la consistance alimentaire, la forme des tubercules, la profondeur et la forme des yeux. Les « sous-variétés » sont d’abord classées en fonction de la couleur des tubercules. Une femme cultive différentes pommes de terre à la fois pour fournir à sa famille un régime équilibré et pour préserver la fertilité de la terre. Elle s’efforce également de satisfaire les goûts des membres de sa famille. Les pommes de terre qui ont le plus de saveur sont réservées aux jours de fête.

  • 32  Stephen Brush, « Potato Taxonomies in Andean Agriculture », in Indigenous KnowledgeSystems and Dev (...)

35Depuis 1950, les femmes ont également distingué entre les pommes de terre d’origine locale (appelées « pommes de terre offertes » ou « pommes de terre de couleur ») et celles introduites par le Programme National Péruvien de la Pomme de Terre (appelées « pommes de terre améliorées » ou « pommes de terre blanches » – à cause de leur chair blanche). Les variétés améliorées sont cultivées pour leur productivité (deux ou trois fois celle des pommes de terre locales) et la possibilité de les commercialiser dans les agglomérations urbaines. Mais elles ne se conservent pas bien, ne produisent pas de semences viables, et nécessitent l’usage de fertilisants chimiques, d’insecticides, et de fongicides. Les femmes andines considèrent les pommes de terre « améliorées » comme inférieures aux pommes de terre locales et les donnent rarement à manger à leurs propres familles32.

  • 33  Certains critiquent l’incitation à la préservation du savoir indigène ex situ, de façon centralisé (...)

36On peut déceler des dynamiques de genre intéressantes dans les discussions au sujet de la conservation de ce savoir. Il existe au Pérou deux modèles de conservation. Le premier s’organise autour du Centre International de la Pomme de Terre de Lima, où les spécimens sont conservés ex situ dans un laboratoire centralisé. Ce passage de la campagne au laboratoire se traduit par un changement de personnel : les femmes qui jouent un rôle central dans la culture des pommes de terre à la campagne sont marginales dans la conservation des pommes de terre dans des laboratoires de style occidental. Un modèle alternatif de conservation nécessite la conservation in situ, les semences demeurant dans des conditions climatiques et culturelles très spécifiques. Ce modèle requiert que le projet de préservation de la biodiversité soit lié à celui de la préservation de la diversité culturelle. Pour conserver leurs semences in situ, il faut que les semilleras andines puissent contrôler l’utilisation de leurs terres dans un contexte économique qui leur permet de gagner leur vie et de nourrir leurs familles33.

  • 34  Bina Agarwal réfute l’argumentation écoféministe dans « The Gender and Environment Debate ».

37Il n’y a rien de sacré ou de mystique dans le fait que ce sont des femmes qui ont développé ces savoirs particuliers sur la nature. Le travail des femmes dans la conservation des semences résulte de la division sexuelle du travail, de la propriété, et du pouvoir dans telle ou telle culture34. Dans d’autres conditions, les hommes pourraient accomplir le même genre de travail.

  • 35  Estrella Laredo, « The Advantages and Difficulties of Being a Woman Scientist in a Third World Cou (...)

38Il est indispensable de multiplier les comparaisons interculturelles sur le faisceau de facteurs – sociaux, économiques, institutionnels, culturels et politiques – qui convergent pour encourager et pour décourager la participation des femmes à la science. Les quelques études réalisées suggèrent que, à travers les différentes cultures, le nombre de femmes dans une science donnée tend à être inversement proportionnel au prestige de cette science : plus on s’élève dans la hiérarchie scientifique, moins on trouve de femmes. Lorsque les statistiques sont encourageantes, c’est sans doute que les emplois ne sont guère valorisés et peuvent donc être accessibles aux femmes. Au Venezuela, où les femmes représentent 54 % du personnel médical, aucune n’avait accédé à l’Académie Nationale de Médecine avant 199135. C’est là où la science se mesure surtout en termes de prestige international, que l’on trouve, semble-t-il, le moins de femmes.

Le décompte des publications

39Les statistiques ne sont que l’un des moyens par lesquels les universitaires ont tenté d’objectiviser l’expérience, parfois subjective, de la discrimination. Le décompte des publications et des citations en est un autre. Est-ce un instrument utile à l’analyse en termes de genre ? Le décompte des publications est important dans la mesure où l’on s’en sert très souvent, et de plus en plus, même dans les « humanités », pour attribuer les postes définitifs. Mais que nous dit-il exactement ?

  • 36  Brokensha et al. (eds), Climbing the Academic Ladder, p. 19.

40Apparu dans les années soixante pour mesurer la productivité scientifique, le décompte des publications a servi à juger des accusations de discrimination, ouverte ou masquée. En 1979, le National Research Council (Conseil National de la Recherche) a attribué la responsabilité du faible nombre de femmes dans les professions scientifiques aux « discriminations de sexe pratiquées depuis de nombreuses années, en troisième cycle, par certains départements de science36 ». Jonathan Cole a riposté en arguant que ce n’étaient pas les discriminations, qu’elles soient apparentes ou cachées, qui rendaient compte de la regrettable situation des femmes en science. Dans son livre Fair Science (1979), il attribue l’échec des femmes à atteindre les meilleurs résultats à l’infériorité de leurs contributions à la connaissance scientifique, de leur productivité, de la fréquence de citation de leurs articles, et à leur auto-élimination des processus de compétition, et ainsi de suite. À en croire Cole, la perception de la discrimination – tout ce que les femmes rapportent – ne résiste pas à l’expérience. La science est « juste » ; les femmes sont responsables de la faiblesse de leur présence. Alors que les statistiques tendaient, le plus souvent, à confirmer l’hypothèse d’une discrimination en sciences, on s’est servi du décompte des publications pour démontrer que les femmes, en réalité, récoltent des gratifications correspondant à leurs mérites de scientifiques actives.

  • 37  Cole, Fair Science, p. 69. Pour un point de vue opposé, voir Paul Atkinson et Sara Delamont, « Pro (...)

41Cole a conçu des formes élaborées de décompte des publications pour montrer qu’en réalité les gratifications attribuées aux femmes étaient proportionnelles à ce qu’elles produisaient. Selon lui, le simple fait de la sous-représentation des femmes en science est trop souvent imputé à la discrimination. Les femmes ne constituent que 5 % des membres de l’Académie Nationale des Sciences, par exemple, parce qu’elles n’ont pas eu la production scientifique nécessaire pour y parvenir. Cole va jusqu’à prétendre que, si l’on tient compte de la productivité, « il y a une légère tendance à la surreprésentation des femmes dans les meilleurs départements », dans des endroits comme Harvard, Berkeley, Stanford, ou Princeton37. Il soutient aussi que les programmes d’affirmative action ont éliminé toute discrimination à l’encontre des femmes et que la poursuite de ces programmes se traduirait par une « discrimination inversée » – les femmes étant gratifiées au-delà de leur mérite. Les affirmations de Cole ont suscité chez les sociologues une petite industrie visant à la mesure exacte de la productivité scientifique. Cette littérature s’est étroitement concentrée sur l’individu scientifique – ses choix de vie et la façon dont ils influencent une carrière.

  • 38  Cole et Zuckerman, « Productivity Puzzle », p. 225.

42En 1984, Cole a joint ses forces à celles de Harriet Zuckerman pour publier « The Productivity Puzzle » : ils y expliquent que la différence entre les sexes dans les résultats scientifiques est importante et également « curieuse ». Ils montrent que, sur une cohorte de scientifiques ayant obtenu une thèse en 1970, le taux de publication des femmes est inférieur environ de moitié à celui des hommes, et ce dans l’ensemble des disciplines scientifiques. Étudiant des couples assortis (des hommes et des femmes ayant obtenu un PhD dans le même département au cours des mêmes années), Cole et Zuckerman aboutissent à la conclusion que les différentiels de genre en matière de publications interviennent dès le début de la carrière et augmentent avec la maturité du scientifique. Ces différentiels sont moins importants, mais non nuls, à rang et à type d’institution égaux. La faible présence des femmes résulte d’importantes différences aux deux extrémités de l’échelle de la productivité ; les hommes travaillant dans des institutions prestigieuses produisent plus que tout le monde, publiant cinq papiers ou plus chaque année. Douze ans après leur PhD, 22 % des femmes (contre 11 % des hommes) n’ont publié aucun article scientifique38.

  • 39  Long, « Measures of Sex Differences » ; Cole et Zuckerman, « Productivity Puzzle », p. 245 et 249.

43Il faut garder à l’esprit que les études de productivité se fondent sur des ensembles de données relativement anciens : l’article de Cole et de Zuckerman est écrit à partir d’une cohorte de scientifiques ayant obtenu leur PhD en 1970 ; le travail publié en 1992 par J. Scott Long concerne des scientifiques lauréats du PhD entre 1950 et 1967. Compte tenu des progrès rapides des femmes au cours des deux dernières décennies, on pourrait s’attendre à ce que leur productivité ait considérablement augmenté. Mais en 1984, Cole et Zuckerman concluent que le changement social apporté par le mouvement des femmes et par l’affirmative action n’a rien fait pour changer la productivité globale de femmes39. Le nombre de femmes augmente parmi les scientifiques les plus prolifiques (passant de 8 % des femmes ayant obtenu leur PhD en 1957-1958 à 26 % de celles qui l’ont obtenu en 1970), mais elles demeurent sous-représentées dans ce groupe. Il sera essentiel, à cet égard, de voir ce que les études portant sur les femmes ayant obtenu leurs diplômes dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix – à une période de réforme institutionnelle rapide pour les femmes – révéleront.

  • 40  Cole et Zuckerman, « Productivity Puzzle », p. 218. Mary Frank Fox, « Gender, Environmental Milieu (...)

44Cole et Zuckerman ne voient guère d’obstacles importants à la productivité des femmes. Les femmes rencontrent peu de difficultés à publier. Elles n’ont, de même, guère de problèmes dans leurs collaborations. Les femmes travaillent en collaboration avec des collègues à peu près aussi souvent que les hommes ; au cours de leurs carrières les hommes comme les femmes ont 2,5 à 3,1 collègues par article. D’autres sociologues font cependant remarquer que si les femmes travaillent en collaboration aussi souvent que les hommes, elles ont moins de collaborateurs, ce qui débouche sur des réseaux d’information moins larges. Ne mesurer que la fréquence des travaux en collaboration, c’est ignorer le fait que les femmes travaillent plus souvent que les hommes avec un conjoint (6 à 10 % des femmes, contre 1 à 2 % des hommes). Cette différence vient peut-être de la proportion très élevées de femmes scientifiques qui épousent d’autres scientifiques40.

  • 41  Behrensmeyer, cité dans Science 255 (13 mars 1992), p. 1388.

45Traditionnellement, on considère les femmes qui travaillent avec des hommes, et en particulier avec leur mari, comme des partenaires de moindre importance. On suppose généralement que c’est à Pierre Curie que revient la principale responsabilité du Prix Nobel qu’il a partagé avec sa femme, Marie, alors qu’en réalité elle a fait la moitié du travail. On a dit qu’Enrico Fermi avait « donné » à sa collègue Maria Goeppert-Mayer le modèle pour le travail qui lui a valu son Prix Nobel de physique. Certaines femmes disent qu’elles répugnent à travailler avec des hommes par crainte de se trouver impliquées dans des rumeurs de relations sexuelles. Pour différentes raisons, peu de femmes collaborent avec d’autres femmes. La paléobiologiste Anna Behrensmeyer, connue pour être la mère de la taphonomie, s’est rendu compte que lorsqu’elle écrivait régulièrement avec une autre femme, « il y avait des remarques sournoises sur le fait qu’il n’y avait que des femmes qui faisaient de la taphonomie ». On entend rarement des remarques de ce genre à propos d’une collaboration de long terme entre des hommes41.

  • 42  Cole et Zuckerman, « Marriage », p. 160.

46De façon assez surprenante, Cole et Zuckerman écartent également le mariage et les responsabilités familiales qu’il entraîne comme facteur important de la médiocrité supposée des performances des femmes dans la recherche. Ils concluent que le mariage augmente en réalité la productivité des femmes dans la recherche, en dépit du fait que le mariage diminue considérablement les capacités des femmes à changer de travail pour progresser dans leur carrière. Plus étonnant encore, Cole, Zuckerman et d’autres soulignent que les femmes mères de deux enfants ou moins sont exactement aussi productives que celles qui n’ont pas d’enfants42.

  • 43  J. Scott Long, « The Origins of Sex Differences in Science », Social Forces 68 (1990).

47 J. Scott Long montre pourtant que si le mariage a une influence positive sur la productivité d’une femme, ce n’est pas à mettre au compte de sa position dans le ménage, mais du fait que les patrons des femmes (qui sont, pour 87 %, des hommes) sont plus à l’aise lorsqu’ils travaillent avec des femmes mariées. Long a découvert qu’être mariée double les chances, pour une post-doctorante, de collaborer avec son directeur de thèse. Et aussi qu’une femme qui a des enfants a moins de chances de collaborer avec un patron de sexe masculin ; une mère a moins de temps à consacrer au laboratoire et son emploi du temps est moins souple ; et, jusqu’à récemment, elle pouvait ne pas être considérée comme une scientifique sérieuse. C’est donc, explique Long, le peu d’occasions de collaboration, et non le fait d’avoir de jeunes enfants, qui fait diminuer la productivité de ces femmes. Pour les hommes, en revanche, les questions familiales sont rarement importantes. Ni le mariage, ni les enfants, n’ont guère d’effet sur leur productivité ou sur leurs relations avec leur patron (encore que cela pourrait se produire, dans l’avenir, puisque davantage de femmes deviennent patronnes). Long remarque également que les patrons des femmes sont moins productifs (avec 25 % d’articles publiés de moins que les patrons d’hommes), moins prestigieux, et plus souvent des femmes43.

  • 44  J. Scott Long, « Productivity and Academic Position in the Scientific Career », American Sociologi (...)

48Que nous dit réellement le décompte des publications ? Pour Cole et Zuckerman, qu’on le veuille ou non, la réalisation de recherches est la monnaie d’échange lorsqu’il s’agit de récolter des ressources et des gratifications. Mais lorsqu’ils affirment que les gratifications sont le fidèle reflet du mérite, ils sont en contradiction flagrante avec la conclusion de Long, en 1978, selon laquelle le recrutement ne dépend pas de la productivité. Une étude suédoise récente montre que les femmes doivent publier trois fois plus d’articles pour atteindre le même rang que leurs collègues hommes. Quelle que soit l’issue du débat sur la productivité scientifique, la majorité des chercheurs dans ce domaine (y compris Zuckerman) sont d’accord pour dire que, toutes choses égales par ailleurs, à résultats de recherche équivalents, hommes et femmes n’occupent pas les mêmes places. Les hommes tendent à occuper des places supérieures à celles des femmes et à travailler dans des universités de recherche plus prestigieuses. Quelle que soit leur productivité, les réalisations des femmes ne sont pas récompensées par les mêmes augmentations de salaire, les mêmes promotions et la même reconnaissance44.

  • 45  À l’origine, Robert Merton a baptisé ce phénomène « effet Matthieu », en référence à l’évangile se (...)

49Ce seul résultat montre que l’on est loin d’avoir résolu ce que l’on appelle le casse-tête de la productivité. Les femmes qui occupent des places de second rang dans des universités peu prestigieuses contrôlent des ressources plus faibles. Si d’après les statistiques les hommes, dans l’ensemble, produisent tellement que les femmes, c’est parce qu’un petit nombre d’entre eux, bien placés, publient une grande quantité d’articles. Ces hommes bénéficient de ce que les sociologues appellent des « avantages cumulatifs » – ceux qui réussissent professionnellement amassent les ressources qui vont leur permettre de faire encore mieux par la suite. Les hommes ont davantage de chances de figurer parmi l’élite universitaire, de se voir attribuer des chaires, de généreux financements, des laboratoires spacieux et modernes, des collaborateurs dans le monde entier, des sièges dans les académies nationales et internationales, et des prix prestigieux. Les femmes, en revanche, tendent à avoir davantage de difficultés à être en relation avec ce monde ; elles souffrent de « handicaps cumulatifs » ou, en d’autres termes, d’une discrimination subtile et impossible à quantifier45.

Le décompte des citations

  • 46  David Hamilton « Publishing by – and for ? – the Number », Science 250 (7 décembre 1990), p. 1331.

50Il y a deux façons de mesurer les réalisations des chercheurs : selon le nombre d’articles publiés, et selon le nombre de fois où un article donné est cité. Le simple nombre de publications ne signifie rien sur la qualité ni sur l’influence des travaux d’un scientifique. De nombreux articles, publiés pour satisfaire les agences qui ont financé la recherche ou dans le but d’obtenir une promotion ou une augmentation de salaire, peuvent n’apporter qu’une faible contribution à la connaissance humaine. Plus de la moitié des articles publiés ne sont jamais cités, et 80 % ne sont pas cités plus d’une fois (et ces uniques citations sont parfois le fait d’un auteur ou d’une auteure qui cite ses propres articles). Le décompte des citations (mesuré en fonction du prestige de la revue – 9 citations sur 10 se réfèrent à 10 % des revues scientifiques) est donc utilisé pour évaluer l’importance des travaux d’une personne donnée46.

  • 47  Cole et Zuckerman, « Productivité Puzzle », p. 235. Long « Measures of Sex Dif­ferences », p. 173. (...)

51Comme les hommes publient davantage d’articles, la proportion globale de citations est supérieure. Mais, si l’on prend les articles un par un, ceux des femmes sont cités aussi souvent que ceux des hommes (5,02 citations en moyenne pour une femme en 1984, 4,92 en moyenne pour un homme). Plus récemment, J. Scott Long en a surpris plus d’un en découvrant que chez les biochimistes, un article écrit par une femme est cité en moyenne 1,5 fois plus souvent qu’un article écrit par un homme47.

  • 48  Sonnert et Holton, Gender differences, p. 149-151.

52Pourquoi, malgré le fait que les femmes occupent des positions plus marginales à l’université, leurs articles auraient-ils autant, voire davantage, d’influence que ceux des hommes ? Gerhard Sonnert et Gerald Holton ont découvert que les femmes ont des critères de publication différents de ceux des hommes : les femmes qu’ils ont interviewées disent qu’elles valorisent la recherche approfondie et exhaustive ; les hommes sont moins nombreux à caractériser leurs publications de cette façon48. Comment rendre compte de cette disparité ? Les femmes sont-elles moins conscientes de la nécessité de publier vite et souvent ? Ont-elles, comme le suggèrent Sonnert et Holton, une approche moins « stratégique » de la publication ?

  • 49  Gerbi, cité dans Elizabeth Culotta « Study: Male Scientists Publish More, Women Cited More », Scie (...)

53S’il existe une tendance, chez les femmes, à produire un travail plus important, ce pourrait être, si curieux que cela puisse paraître, la conséquence de la discrimination. Leur présence en science étant souvent contestée, les femmes peuvent hésiter quand il s’agit de publier. Selon Susan Gerbi, une biologiste de la cellule de Brown University, « les femmes tendent à se sentir un peu moins sûres de la façon dont leur travail va être accueilli… et veulent quelque chose de complet, d’achevé, avant de publier ». Le fait d’être plus méticuleux ralentit la productivité. Long propose une explication différente : ce n’est pas que les femmes soient plus exigeantes que les hommes au sujet de ce qu’elles publient, mais qu’elles ont une situation différente dans la communauté scientifique. Les hommes sont plus souvent des scientifiques reconnus qui, en plus de leurs propres travaux, signent en tant que directeurs de thèse ou de laboratoire de nombreux articles de moindre importance. Cela fait augmenter leur productivité et diminuer la fréquence de leur citation. Sonnert et Holton ont découvert que les femmes, au contraire, préfèrent souvent se creuser leur propre niche et travailler sur leurs problèmes plutôt que d’entrer dans une concurrence effrénée sur des sujets de pointe49.

  • 50  Michele Paludi et Lisa Strayer, « What’s in an Author’s Name  Differential Evaluations of Performa (...)

54Le décompte des publications et des citations ne prend pas en compte de nombreuses formes de discrimination structurelle. Plusieurs études classiques de « what’s in a name » ont révélé que la culture universitaire valorise le travail des hommes par rapport à celui des femmes. Étudiant la façon dont les lecteurs réagissent à un nom, les psychologues ont montré que, même lorsque le contenu est le même, les lecteurs préfèrent les articles attribués à des hommes. Les chercheurs ont soumis à des hommes et à des femmes des articles signés John T. McKay, Joan T. McKay, J. T. McKay (ce dernier nom étant supposé neutre), Chris T. McKay, ou Anonyme. Les articles étaient identiques à tous égards, à la seule exception du nom de l’auteur supposé. Les femmes comme les hommes ont une appréciation plus favorable sur un article lorsqu’il est attribué à un homme, que lorsqu’il est attribué à une femme. De plus, ils préfèrent l’ambigu « J. T. » à « Joan », mais non à « John ». Les lecteurs apprécient nettement moins l’article lorsqu’ils pensent que « J. T. » est une femme qui cherche à cacher son identité. De façon générale, les lecteurs considèrent « J. T. » comme une femme plutôt que comme un homme50.

55On pourrait consacrer des volumes entiers aux pratiques de dénomination. Aux États-Unis, on appelle souvent « Mrs. » (Madame), à tort, les femmes qui utilisent leur nom de jeune fille. Ce qui se veut une manifestation de respect évoque plutôt – sans nulle intention – une image d’inceste (m’appeler Mrs. Schiebinger, c’est supposer que je suis la femme de mon père ou de mon frère). Le terme « Ms. », conçu comme le pendant de « Mr. » (monsieur) et n’impliquant pas de connaître le statut marital, trop connoté comme féministe, n’a jamais « pris » dans l’ensemble de la société.

  • 51  Storer « Hard Science », p. 79.

56Dans l’étude sur la façon dont les gens réagissent au nom des auteurs, les lecteurs ont peut-être raison de supposer que J. T. est une femme qui cherche à cacher son identité : il est vrai que les femmes essaient parfois, comme dans l’annuaire, de se protéger en utilisant des initiales. Les pratiques de dénomination diffèrent également d’une discipline à l’autre. En sciences physiques, où les femmes ne sont pas bien représentées, les auteurs ne sont le plus souvent désignés que par des initiales (peut-être à cause du grand nombre de coauteurs). Dans les années soixante, lorsque les femmes étaient rares, certaines revues de science physique les exemptaient de cette pratique et les autorisaient à utiliser leur prénom ou à se désigner clairement comme des femmes51. Dans les « humanités », où les femmes sont plus nombreuses, les auteurs utilisent habituellement un prénom de l’état civil qui s’ajoute à une initiale centrale.

  • 52  Wesley Shrum et Yehouda Shenhav, « Science and Technology in Less Developed Countrie », in Handboo (...)

57En dépit de sa précision, le décompte des publications et des citations ne nous en dit pas très long sur les discriminations en science. Les universitaires, dans ce domaine, s’intéressent surtout à ce que les femmes doivent faire pour devenir plus compétitives, par le biais de choix de mariage, de mobilité professionnelle, et de modèles de collaboration menant à davantage de succès. Ils ne prennent pas en considération les nombreuses et subtiles barrières qui tendent toujours à désavantager les femmes. Nous montrons ailleurs que les femmes ne sont toujours pas à l’aise dans la culture scientifique. De plus, les mesures de productivité et d’influence qui coupent les cheveux en quatre n’abordent pas la science dans un contexte global : il est rare que le Science Citation Index se réfère à d’autres sources que celles de langue anglaise52.

Les enquêtes

  • 53  Spector, « Women Astronomer », p. 20 ; 8 % seulement des membres de minorités rapportaient avoir a (...)

58Les statistiques de décompte des publications et des citations ont toutes pour objectif la mesure de l’equity. Les enquêtes ont pour objectif de quantifier les incidents de discrimination. Les enquêtes auprès des femmes scientifiques expriment une somme d’insatisfaction surprenante. Peut-être est-ce parce que les femmes qui ne se plaignent pas publiquement de crainte de scier la branche sur laquelle elles sont assises se sentent plus libres de le faire de façon anonyme. Tout le monde, de plus, n’attribue pas la même signification aux termes « discrimination » et « harcèlement ». Il est difficile de déterminer la mesure de la surdénonciation. Comme beaucoup d’autres, j’ai tendance à penser qu’en milieu professionnel, la discrimination et le harcèlement ostensibles (calendriers de charme dans les lieux publics, insinuations sexuelles) appartiennent au passé. Il n’empêche que beaucoup de femmes en font état. En 1991, la Société Américaine d’Astronomie a établi que 40 % de ses membres féminins estimaient avoir été victimes ou témoins de discrimination, alors que 12,4 % seulement des hommes interrogés avaient été témoins d’une forme ou d’une autre de discrimination à l’encontre de femmes astronomes. Dans une seconde enquête 39 % des femmes membres de la Société rapportent avoir été moins prises au sérieux que leurs collègues hommes. En 1992, une enquête de la Société Américaine de Chimie fait état de problèmes similaires : 43 % des femmes rapportent avoir rencontré des discriminations sur leur lieu de travail. En 1993, le New England Journal of Medicine indique que près des trois quarts des étudiantes et des internes sont harcelées au moins une fois au cours de leurs études médicales, et que les trois quarts des femmes médecins interrogées ont subi du harcèlement sexuel de la part de leurs patients hommes. Même les étudiantes en science et en ingénierie sondées en 1991 disaient qu’elles avaient quotidiennement affaire à « d’irritantes remarques sexistes (ouvertes ou légèrement voilées) de la part de leurs pairs, avec le stress interne de se sentir malvenues et sous pression53 ».

  • 54  Goldman-Rakic, cité dans Barinaga, « Profile », p. 1367. Interview de Maxon par l’auteure diffusée (...)

59De nombreuses femmes qui réussissent se sentent exclues des véritables centres de pouvoir. « Que les femmes partagent le pouvoir avec des hommes dans les commissions ? aucun problème tant que ces commissions n’ont pas de pouvoir », dit Patricia Goldman-Rakic, professeure de neuroanatomie et de neurophysiologie à l’Université de Yale. « Mais dès que l’on approche du centre du pouvoir… il y a de fortes chances que la commission ne comporte que des hommes. » Les barrières demeurent en partie du fait que même les hommes et les femmes les mieux intentionnés tendent à connaître davantage de personnes de leur propre sexe et à penser d’abord à elles lors des commissions, des conférences ou d’autres réunions de travail. Linda Maxon, ancienne directrice du département de biologie de Pennsylvania State University, a fait remarquer : « On peut difficilement parler de préjugés ; c’est la nature humaine qui veut cela. » La situation pourrait être améliorée moyennant des efforts volontaristes pour intégrer les femmes (ou, dans certains cas, les hommes). En 1988, lorsque Shirley Tilghman, professeure à Princeton a organisé une Gordon Conference sur la génétique moléculaire, 33 % environ des intervenants et 45 % des participants étaient des femmes. Deux ans plus tard, lorsque c’est une commission exclusivement composée d’hommes qui a organisé une conférence sur le même sujet, sur une centaine d’intervenants, il n’y avait que deux femmes54.

  • 55 Sunday World-Herald (16 juin 1991), 13-B. Jane Gross, « Stanford Medical School Official Is Ousted (...)

60Plus répandu que le harcèlement direct est le régime des perpétuelles petites agressions et insinuations qu’endurent certaines femmes. En 1991, la Docteure Frances Conley, une neurochirurgienne de pointe, démissionnant après vingt-quatre ans de services du centre médical de l’université de Stanford, a raconté à la presse : « J’ai démissionné de mon poste de professeur titulaire parce que j’en avais assez que l’on s’adresse à moi avec condescendance sous le vocable de « chérie », que l’on disqualifie mes différences d’opinion en les ramenant à des manifestations du syndrome prémenstruel, et que l’on prenne mes idées moins au sérieux que celles des hommes avec qui je travaillais… J’ai démissionné à cause d’un sexisme subtil qui, bien que ne comportant aucune agression physique, est extrêmement envahissant et débilitant. » Elle décrivait un environnement dans lequel, en 1991 encore, les enseignants épiçaient leurs conférences de diapositives reproduisant les pages centrales de Playboy, où les remarques sexistes étaient monnaie courante, où c’étaient les victimes des insultes que l’on accusait de manquer de délicatesse, et où les enseignants imposaient aux étudiantes des attouchements et des caresses. À cinquante ans, Conley déclarait ne plus vouloir travailler dans un environnement « hostile ». Elle a réintégré le corps enseignant par la suite, après que l’homme qu’elle considérait comme l’un des pires agresseurs ait été démis des fonctions de direction qu’il occupait dans le département où elle travaillait et accepté de suivre une formation de sensibilisation à ces questions. Malgré le nombre croissant de femmes dans les écoles de médecine, cette discipline cultive toujours le sexisme, favorisé par sa hiérarchie enseignante rigidement structurée55.

  • 56  Beverly Sauer, « Introduction: Gender and Technical Communication », IEEE Transactions on Professi (...)

61La législation sur le harcèlement sexuel a surtout été mise en place pour protéger les femmes. Mais attirer l’attention sur le harcèlement peut approfondir la division entre les sexes. Comme l’a dit Berverly Sauer : « Comme les produits chimiques toxiques, le harcèlement sexuel peut empoisonner un lieu de travail, en créant une atmosphère de défiance et de suspicion56. » Au début des années quatre-vingt, au moment même où le harcèlement sexuel était en train de devenir un problème public, un professeur de l’université de Harvard a cessé de déjeuner avec ses étudiantes célibataires pour éviter d’éventuels malentendus. A supposer que cette précaution protège les femmes célibataires (il n’y a aucune raison de penser que ce professeur-là ait jamais représenté une menace), cela les excluait aussi de tout contact informel avec leur directeur de thèse.

  • 57  Zappert et Stanbury, « Pipeline », p. 21. Akilah Monifa, « On Africa-Descent: A Three-fers Story » (...)

62Les efforts destinés à éviter toute apparence de comportement indélicat peuvent entrer en contradiction avec la construction des solides relations de travail indispensables au succès professionnel et aux conditions de travail qui en découlent. Une étudiante de troisième cycle fait état d’une distance du même ordre qui s’est établie, à Stanford, entre professeurs et étudiantes : « Je ne me promène pas avec mon directeur de thèse. Je ne déjeune pas avec lui. Je ne déconne pas avec lui comme les mecs. » Les barrières invisibles qui entourent la sexualité continuent de diviser hommes et femmes, hétérosexuels et gays. Pour apaiser ce qu’elle perçoit comme des angoisses à propos de sa sexualité, une professeure lesbienne de couleur dit qu’elle met un point d’honneur à ne jamais se rendre nulle part – que ce soit prendre un café ou déjeuner – avec un étudiant seul, qu’il soit « straight » ou gay. Lorsqu’une rencontre est absolument nécessaire, elle emmène l’étudiant au café qui est juste en face de son bureau et s’assure que l’étudiant prend avec lui des articles et de la lecture pour que l’on voie bien que leur rencontre est de nature professionnelle57.

  • 58  Bernice Sandler et Roberta Hall, « The Campus Climate Revisited: Chilly for Women Faculty, Adminis (...)

63On trouve encore des exemples flagrants de sexisme aujourd’hui, mais moins souvent que dans le passé. Plus intéressants sont les biais – souvent sans intention – à l’encontre des femmes qui persistent chez les gens les mieux intentionnés. Les femmes et les hommes qui travaillent dans la même institution, enseignent ou étudient dans le même département, vivent souvent les choses de façon très différente. Les femmes rencontrent toujours une foule d’obstacles personnels et sociaux subtils – des obstacles que les décomptes de productivité laissent dans l’ombre et que les lois ne peuvent faire disparaître. Ces obstacles sont si souvent imbriqués dans les relations qu’entretiennent hommes et femmes que parfois on ne les remarque même pas58. Les femmes peuvent aussi perpétuer leur propre subordination lorsqu’elles adoptent des comportements conformes aux stéréotypes féminins (même si cela correspond souvent à ce que l’on attend d’elles, et que c’est souvent difficile à éviter). Nous montrons ailleurs que les attitudes à l’égard du genre ne sont pas extérieures à la science, mais qu’elles structurent des aspects essentiels tant des institutions dans lesquelles la science est produite, que de la connaissance qui émane de ces institutions.

Haut de page

Bibliographie

Agarwal Bina, « The Gender and Environment Debate: Lessons from India », Feminist Studies 18 (printemps 1992).

American Association of University Women, How Schools Short-Change Girls, Washington, AAUW Educational Foundation, 1992.

Barinaga Marcia, « Profile of a Field: Neuroscience », Science 255 (13 mars 1992).

Barinaga Marcia, « Surprises accross the Cultural Divide », Science 263 (11 mars 1994).

Brokensha David, Warren D. et Werner Oswald (eds), Indigenous Knowledge Systems and Development, Landham, Md, University Press of America, 1980.

Climbing the Academic Ladder: Doctoral Women Scientists in Academe, Washington, National Academy of Science, 1979.

Cole Jonathan, Fair Science: Women in the Scientific Community,New York, Free Press, 1979.

Cole Jonathan et Zuckerman Harriet, « Marriage, Motherhood, and Research Performance », in Science, 1987, repris dans Zuckerman, Cole et Bruer (eds), The Outer Circle,1991.

Cole Jonathan et Zuckerman Harriet, « The Productivity Puzzle: Persistence and Change in Patterns of Publication of Men and Women Scientists », in Advances in Motivation and Achievement women in science, Steinkamp and Maehr (eds), vol. 2, Greenwich, CT. JAL, 1984.

Committee on Women in Science and Engineering, National Research Council, Women Scientists and Engineers Employed in Industry: Why So Few?, Washington, National Academy Press, 1994.

Cooper David, Vellve Renée et Hobbelink Henk (eds), Growing Diversity: Genetic Resources and Local Food Security, Londres, Intermediate Technology Publication, 1992.

Davis Cinda-Sue, Ginorio Angela, Hollenshead Carol, Lazarus Barbara et Rayman Paula (eds), TheEquity Equation: Fostering the Advancement of Women in the Sciences, Mathematics, and Engineering, San Francisco, Jossey-Bass, 1996.

Faruqui Aktar, Hassan Mohammed et Sandri Gabriella (eds), TheRole of Women in the Development of Science and Technology in the Third World, Singapour, World Scientific Publishing, 1991.

Hewitt Nancy et Seymour Elaine, « Factors Contributing to High Attrition Rates among Science and Engineering Undergraduates Majors », Rapport pour la Alfred P. Sloan Foundation, 26 avril 1991.

Hull Gloria, Bell Scott Patricia et Smith Barbara (eds), All the Women Are White, All the Blacks Are Men, but Some of Us Are Brave: Black Women’s Studies,Old Westbury, New York, Feminist Press, 1981.

Jasanoff Sheila, Markle Gerald, Petersen James et Pinch Trevor (eds), Handbook of Science and Technology Studies, Thousand Oaks, Californie, Sage, 1995.

Kenschaft Patricia et Keith Sandra (eds), Winning Women into Mathe­matics, Washington, Committee on Participation of Women, Mathematical Association of America, 1991.

Kotte Dieter, Gender Differences in Science Achievement in Ten Countries, Francfort, Peter Lang, 1992.

Long J. Scott, « Measures of Sex Differences in Scientific Productivity », Social Forces 71 (1992).

National Science Foundation, Women, Minorities and Persons with Disabilities in Science and Engineering: 1996, Arlington, Virginia, septembre 1996.

Rossiter Margaret, Women Scientists in America: Before Affirmative Action, 1940-1972, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1982.

Rossiter Margaret, Women Scientists in America: Struggles and Strategies to 1940, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1995.

Shiva Vandana, Staying Alive: Women, Ecology and Development, Londres, Zed Books, 1988.

Sonnert Gerhard et Holton Gerald, Gender Differences in Science Careers: The Project Access Study, New Brunswick, Rutgers University Press, 1995.

Sonnert Gerhard et Holton Gerald. « “Glass Ceiling” vs. “Treshold”: The Career Paths of Women Scientists », présenté à la réunion annuelle de la Society for Social Studies of Science, Cambridge, Massachusetts, 1991.

Spector Barbara, « Women Astronomers Say Discrimination in Field Persists », Scientist 5 (1er avril 1991).

Storer Norman, « The Hard Sciences and the Soft », Bulletin of the Medical Library Association 55 (1967).

Vetter Betty, Professional Women and Minorities,Washington, Commission on Professionals in Science and Technology, janvier 1994.

Vetter Betty, « What is Holding up the Glass Ceiling? Barriers to Women in the Science and Engineering Workforce », Washington, Commission on Professionals in Science and Technology, 1992.

Zappert L. T. et Stanbury K., « In the pipeline: A comparativeanalysis of men and women in graduate programs », in Science, engineering, and medicine at Stanford University, Tech. Rep. Working Paper 20, Institute for Research on Women and Gender, Standford University Stanford, CA, 1984.

Zuckerman Harriet, « The Careers of Men and Women Scientists: A Review of Current Research », in Zuckerman, Cole et Bruer (eds), The Outer Circle, 1991.

Zuckerman Harriet, Cole Jonathan R. and Bruer John T., (eds). The Outer Circle: Women in the Scientific Community, New York and London : W. W. Norton & Company, 1991

Haut de page

Notes

1   Daryl Chubin et Shirley Malcom, « Policies to Promote Women in Science », in EquityEquation, Davis et al. (eds), p. 7 ; Paula Rayman et Jennifer Jackson, « Women Scientists in Industry », ibid. ; Committee on Women in Science and Engineering, Women Scientists and Engineers.

2    Universités qui ne mènent qu’au Bachelor degree, en quatre ans, et n’ont pas de graduate programs (master ou doctorat) (NDLT).

3    Équivalent de la licence, mais qui demande quatre années d’études supérieures (NDLT).

4    Grade d’enseignant le plus élevé aux États-Unis (NDLT).

5    Rossiter, Women Scientists, 1982, chap. X., Vetter, Professional Women, p. 172. NSF, Science and Engineering Doctorate Awards: 1996, Arlington, VA, 1997, p. 12 et 16 (NSF inclut la psychologie, l’économie, les sciences politiques, et la sociologie dans sa définition de la science). Mary Cage, « Women Say Opportunities in Engineering are Improving, but the Pace Is Slow », Chronicle of Higher Education, 7 avril 1995, A 20.

6    Rossiter, Women Scientists, 1982, chap. VIII ; Rossiter, Women Scientists, 1995, ta­bleau 4.4. American Association of University Women, How Schools Short-Change Girls, p. 4.

7    National Center for Education Statistics, Digest of Education Statistics, Washington, US Department of Education, 1996, p. 258-264. Rossiter, Women Scientists, 1982, p. 134-137. NSF, Women, Minorities 1996, p. 63.

8    Patricia Ostertag et J. Regis McNamara, « Feminization of Psychology: The Changing Sex Ratio and Its Implication for the Profession », Psychology of Women Quarterly 15, 1991 ; Judith Lorber, « A Welcome to a Crowded Field: Were Will the New Women Physicians Fit In? », Journal of the American Medical Women’s Association 42 (1987) ; Constance Holde, « Researchers Find Feminization a Two-Edged Sword », Science 271 (29 mars 1996).

9    Vetter, Professional Women, p. 251. Du milieu des années soixante-dix au milieu des années quatre-vingt, les hommes n’ont soutenu que des thèses pour la profession d’infir­mier et les femmes, entre 2 % des thèses de sciences de l’ingénierie. En 1992, les femmes ont soutenu des thèses de physique mais n’occupaient que des postes de professeur ; ont soutenu des thèses en sciences de la vie mais n’occupaient que 10 % des postes de professeur, et ont soutenu des thèses de sciences sociales, mais n’occupaient que 11 % des postes de professeur. Florence Denmark, « Engendering Psychology », American Psychologist 49 (1994).

10  Zuckerman, « Careers », p. 39 ; NSF,Women, Minorities, 1996, p. 70.

11  NSF, Women, Minorities, 1996, p. 72-74. Edward Silverman, « New NSF Report on Salaries of Ph.D.’s Reveals Gender Gaps in All Categories », Scientist 5 (19 août 1991), p. 20. Edward Silverman, « NSF’s Ph.D. Salary Survey Finds Minorities Earn Less than Whites », Scientist 5 (16 septembre 1991), p. 21.

12  Jeanhee Kim, « Female Engineers: Short Circuit in Pay », Working Woman, décembre 1993, p. 16.

13  NSF, Women, Minorities, 1996, p. 73-74. Barbara Mandula, « Women Scientists Still Behind », Association for Women in Science Magazine 20 (mai-juin 1991), p. 10-11.

14  Families and Work Institute, Women, the New Providers: A Study of Women’s Views on Family, Work, Society and the Future, New York, 1995. Diane Harris, « How Does Your Pay Stack Up? », Working Women (fév. 1996), p. 27-28. Alors que les salaires des hommes ont diminué de 12 % entre 1973 et 1996, ceux des femmes ont augmenté 6 %.

15  NSF, Women, Minorities, 1996, p. 75, 106, 108. Ronald Hoy, « A Model Minority’s Speaks Out on Cultural Shyness », Science 262 (12 novembre 1993), p. 1117-1118.

16  Hull et al. (eds), All the Women Are White ; NSF, Women and Minorities, 1990, p. 82. Voir également Beatriz Clewell et Angela Ginori, « Examining Women’s Progress in the Sciences from the Perspective of Diversity », in Equity Equation, Davis et al. (eds) ; Daniel Solorzano, « The Baccalaureate Origins of Chicana and Chicano Doctorates in the Physical, Life, and Engineering Sciences: 1980-1990 », Journal of Women in Minorities in Science and Engineering 1 (1994) ; Beatriz Clewell et Bernice Anderson, Women of Color in Mathematics, Science, and Engineering, Washington, Center for Women Policy Studies, 1991

17  Yitchak Haberfeld et Yehouda Shenhav, « Are Women and Blacks Closing the Gap? Salary Discrimination in American Science during the 1970s and the 1980s », Industrial and Labor Relations Review 44 (1990). Silverman, « NSF’s PhD. Salary Survey ».

18  Shirley Malcom, « Equity and Excellence: Compatible Goals », Washington, American As­so­ciation for the Advancement of Science, 1983 ; Vivienne Malone Mayes, « Black and Female », Association for Women in Mathematics Newsletter 5 (1975). Kenschaft et Keith (eds), Winning Women in Mathematics, p. 39.

19 19 « Comparisons across Culture », Science 263 (11 mars 1994) ; Motoko Kuwahar, « The Participation of Japanese Women in ST », Research Institute for Education, St. Andrews University, Japon, mars 1998. Barinaga, « Surprises ».

20  Je remercie Annette Vogt, du Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte, pour cette information. En 1997 14 % des scientifiques des 76 Instituts Max Planck, et seulement 2 % des membres scientifiques étaient des femmes.

21  Plan de développement régional pour 1994-1999 soumis au Fonds social de l’Union Européenne, cité par Mary Osborn, « Status and Prospects of Women in Science in Europe », Science 263 (11 mars 1994).

22  Chaired professor : professeur titulaire d’une chaire (NDLT).

23  Faruqui et al. (eds), Role of Women ; Kotte, Gender Differences in Science.

24  Xie Xide, « Women Scientists in China: Past, Present and the Future », in Role of Women, Faruqui et al. (eds).

25  Feride Acar, « Women in Academic Science Careers in Turkey », in Women in Science: Token Women or Gender Equality? Veronica Stolte-Heiskanen (ed), Oxford, Berg, 1991 ; Patricia Kahn, « Turkey: A Prominent Role on a Stage Set by History », Science 263 (11 mars 1994).

26  Chandra Mohanty, « Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Discourses » in Third World Women and the Politics of Feminism, Chandra Mohanty, Anna Rosso, and Lourdes Torres (eds), Bloomington, Indiana University Press, 1991.

27  Helen Appleton, Maria Fernandez, Catherine Hill, et Consuelo Quiroz,  « Gender at the Interface of Science and Technology, and Indigenous Knowledge », art. publié pour la Commission des Nations Unies sur la Science et la Technologie pour le Développement, Groupe de travail sur le Genre, 10 mai 1994.

28  Agarwal  « Indigenous and Scientific Knowledge: Myth or Reality? », Resources:Journal of Sustainable Development in Africa 2, 1991, p. 1. Sandra Harding  « Is Science Multicultural? », Configurations 2 (1994), p. 319 ; Sandra Harding, « Is Science Multicultural? », Bloomington, Indiana University Press, 1998.

29  Kihika Kiambi et Monica Opole, « Promoting Traditional Trees and Food Plants in Kenya », in Growing Diversity, Cooper, Vellve, et Hobbelink (eds) ; Monica Opole, « Revalidating Women’s Knowledge on Indigenous Vegetables: Implications for Policy », in Cultivating Knowledge: Genetic Diversity, Farmer Experimentation, and Crop Research, Walter De Beof et al. (eds), Londres, Intermediate Technology Publications, 1993. Ram Mahalingam, « Feminist Mathematics: Implications for a Multicultural Mathematics Education », Conférence Women, Gender and Science Question, Université du Minnesota, Minneapolis, mai 1995.

30  Carolyn Sachs, Gendered Fields: Rural Women, Agriculture, and Environment, Boulder, Westview, 1996. Vandana Shiva et Irene Dankelman, « Women and Biological Diversity: Lessons from the Indian Himalaya », in Growing Diversity, Cooper et al. (eds), Shiva, Staying Alive, p. 65-66.

31  Je remercie Hector Flores et Carolyn Sachs, de Pennsylvania State University, d’avoir attiré mon attention sur cet exemple. Voir Flores, « Insane Roots and Forked Radishes: Underground Metabolism, Biotechnology, and Biodiversity », in Phytochemicals and Health, David Gustine et Hector Flores (eds), Rockville, MD, American Society of Plant Physiologists, 1995, p. 231. On pourrait réfléchir à l’importance de la pomme de terre, importée de cette région, pour le développement industriel occidental ; la pomme de terre fut un aliment essentiel pour la population de l’Europe qui connut une forte croissance aux XVII et XVIIIe siècles. Alfred W. Crosby, The Columbian Exchange: Biological and Cultural Consequences of 1492, Westport, Conn., Greenwood, 1972, p. 171.

32  Stephen Brush, « Potato Taxonomies in Andean Agriculture », in Indigenous KnowledgeSystems and Development, Brokensha et al. (eds). Mario Tapia et Ana De La Torre, La Mujer Campesina y las Semillas Andinas, Lima, FAO, 1993.

33  Certains critiquent l’incitation à la préservation du savoir indigène ex situ, de façon centralisée, qu’ils comparent à création de « mausolées » du savoir. Agarwal, « Indigenous and Scientific Knowledge », p. 5. Vandana Shiva, « The Seed and the Earth: Biotechnology and the Colonisation of Regeneration », in Close to Home: Women Reconnect Ecology, Health and Development Worldwide, Vandana Shiva (ed), Philadelphie, New Society Publishers, 1994.

34  Bina Agarwal réfute l’argumentation écoféministe dans « The Gender and Environment Debate ».

35  Estrella Laredo, « The Advantages and Difficulties of Being a Woman Scientist in a Third World Country » et Gioconda San-Blas, « Venezuelan Women of Science », in The Role of women, Faruqui et al. (eds), p. 726 et 739.

36  Brokensha et al. (eds), Climbing the Academic Ladder, p. 19.

37  Cole, Fair Science, p. 69. Pour un point de vue opposé, voir Paul Atkinson et Sara Delamont, « Professions and Powerlessness: Female Marginality in the Learned Occupations », Sociological Review 38 (1990) ; Yehouda Shenhav et Yitchak Haberfeld,   « Scientists in Organizations: Discriminations Processes in an Internal Labor Market », Sociological Quarterly 29 (1988).

38  Cole et Zuckerman, « Productivity Puzzle », p. 225.

39  Long, « Measures of Sex Differences » ; Cole et Zuckerman, « Productivity Puzzle », p. 245 et 249.

40  Cole et Zuckerman, « Productivity Puzzle », p. 218. Mary Frank Fox, « Gender, Environmental Milieu, and Productivity in Science », in The Outer Circle, Zuckerman et al. (eds), p. 198.

41  Behrensmeyer, cité dans Science 255 (13 mars 1992), p. 1388.

42  Cole et Zuckerman, « Marriage », p. 160.

43  J. Scott Long, « The Origins of Sex Differences in Science », Social Forces 68 (1990).

44  J. Scott Long, « Productivity and Academic Position in the Scientific Career », American Sociological Review 43 (1978). Nigel Williams, « EU Moves to Decrease the Gender Gap », Science 280 (1998), p. 822. Zuckerman, « Careers », p. 46 ; Sonnert et Holton, « Glass Ceiling », p. 6.

45  À l’origine, Robert Merton a baptisé ce phénomène « effet Matthieu », en référence à l’évangile selon Saint Matthieu : « Car à celui qui a, il lui sera donné… mais à celui qui n’a pas il lui sera retiré. » « The Matthew Effect in Science », Science 159 (5 janvier 1968). La sécularisation de cette notion a donné les « avantages cumulatifs » et les « handicaps cumulatifs ». Margaret Rossiter a créé l’« effet Matilda » pour décrire la situation spécifique des femmes dans les sciences  « The (Matthew) Matilda Effect in Science », Social Studies of Science 23 (1993).

46  David Hamilton « Publishing by – and for ? – the Number », Science 250 (7 décembre 1990), p. 1331.

47  Cole et Zuckerman, « Productivité Puzzle », p. 235. Long « Measures of Sex Dif­ferences », p. 173. Long a étudié les femmes biochimistes pour les années 1950-1963. Sonnert et Holton ont reconfirmé ce résultat pour les biologistes : les articles de femmes étaient cités 24,4 fois, ceux des hommes 14,1 fois : Gender Differences, p. 149. E. Garfield a trouvé un schéma similaire dans son étude sur les mille scientifiques les plus cités « Women in Science », Current Comments 9 (1er mars 1993) ; de même que Cole et Zuckerman « Productivity Puzzle », p. 218.

48  Sonnert et Holton, Gender differences, p. 149-151.

49  Gerbi, cité dans Elizabeth Culotta « Study: Male Scientists Publish More, Women Cited More », Scientist, 26 juillet 1993, p. 14. Sonnert et Holton, Gender Differences, p. 147.

50  Michele Paludi et Lisa Strayer, « What’s in an Author’s Name  Differential Evaluations of Performance as a Function of Author’s Name », Sex Roles 12 (1985) ; Michele Paludi et William Bauer, « Goldberg revisited: What’s in An Author’s Name », Sex Roles 9 (1993).

51  Storer « Hard Science », p. 79.

52  Wesley Shrum et Yehouda Shenhav, « Science and Technology in Less Developed Countrie », in Handbook of Science and Technology Studies, Jasanoff et al. (eds).

53  Spector, « Women Astronomer », p. 20 ; 8 % seulement des membres de minorités rapportaient avoir assisté à ou subi des discriminations à l’encontre des minorités. Vetter, « Glass Ceiling », p. 13. Spector « Women Astronomer », p. 20 ; Joan Burrelli, « Women Chemists in the US », Chemistry and Industry (21 juin 1993), p. 464. Susan Phillips et Margaret Schneider « Sexual Harassment of Female Doctors by Patient », New England Journal of Medicine (23 décembre 1993). Le harcèlement persiste à tous les niveaux de l’enseignement. Dans une enquête de 1987 sur le personnel enseignant et les étudiants de Harvard, 2 % des femmes titulaires d’un poste définitif de professeur et 49 % des femmes non-titulaires déclarent avoir été victimes de harcèlement sexuel, 1 % des étudiantes de troisième cycle et 34 % des étudiantes de premier et second cycles avaient été harcelées au moins une fois au cours de leur séjour à Harvard par des personnes ayant autorité sur elles, et 15 % des étudiantes de troisième cycle et 12 % des étudiantes de premier et deuxième cycles déclaraient avoir changé de domaine de spécialisation du fait de harcèlement. La plupart de ces enseignants et de ces étudiants déclaraient n’avoir pas fait état de ces incidents, de peur des répercussions qu’auraient leurs récits. Hewitt et Seymou « Factors », p. 98.

54  Goldman-Rakic, cité dans Barinaga, « Profile », p. 1367. Interview de Maxon par l’auteure diffusée par WPSU Radio, 1992. Science 255 (13 mars 1992), p. 1369.

55 Sunday World-Herald (16 juin 1991), 13-B. Jane Gross, « Stanford Medical School Official Is Ousted after Sexism Complain », New York Times (25 février 1992), A-13. Frances Conley, Walking Out on the Boys, New York, Farrar, Straus and Giroux, 1998.

56  Beverly Sauer, « Introduction: Gender and Technical Communication », IEEE Transactions on Professional Communication 35 (déc. 1992), p. 193-194.

57  Zappert et Stanbury, « Pipeline », p. 21. Akilah Monifa, « On Africa-Descent: A Three-fers Story », in Lesbians in Academia: Degrees of Freedom, Beth Mintz et Ester Rothblum (eds), New York, Routledge, 1997.

58  Bernice Sandler et Roberta Hall, « The Campus Climate Revisited: Chilly for Women Faculty, Administrators, and Graduate Students », Washington, Association for American Colleges, 1986, p. 2.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les scientifiques titulaires d’une thèse et les ingénieurs employés dans les universités et les four year colleges2, 1995. La représentation des femmes parmi les enseignants en science et en ingénierie diminue au fur et à mesure que l’on progresse vers le haut. Source : National Science Foundation, Characteristics of Doctoral Scientists.
URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/506/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 2 : Pourcentage des thèses scientifiques soutenues par des femmes, 1950-1992 (moyennes sur trois années). Il y a moins de femmes en sciences physiques. Source : VETTER, Professional Women and Minorities.
URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/506/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Londa Schiebinger, « Mesures de l’équité », Les cahiers du CEDREF, 11 | 2003, 41-74.

Référence électronique

Londa Schiebinger, « Mesures de l’équité », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/506

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org