Navigation – Plan du site
Points de vue anglo-saxons

Présentation

Hélène Rouch
p. 11-20

Texte intégral

  • 1  Comme le savoir en général. Il n’est que de lire, par exemple, de Michèle le Dœuff : L’étude et le (...)

1La science a longtemps été, est encore, un domaine « réservé » aux et par les hommes1. Que l’on soit passé d’une exclusion des femmes à des formes plus ou moins patentes d’inégalité traduit certes une évolution favorable aux femmes. Néanmoins sa lenteur est inquiétante, et rien ne prouve qu’elle est irréversible, pas plus que ne l’est l’amélioration générale de la situation des femmes dans le monde occidental.

2Nous ne reviendrons pas sur ce qui, en France, a considérablement limité la réflexion critique féministe sur la science tant au niveau de la production de textes que de leur diffusion : spécificité du mouvement des femmes, tradition épistémologique bien différente de celle du monde anglo-saxon, résistances institutionnelles et politiques au développement des études féministes, déficit chronique de publications féministes, et, il faut bien le dire, une connaissance insuffisante des travaux anglo-saxons sur le sujet qu’on pourra d’ailleurs juger réciproque. En France, pour les sciences humaines et sociales, le problème du positionnement social et donc sexué du chercheur dans sa relation à l’objet est depuis longtemps posé. Si la réflexion a commencé à se développer dans les sciences biologiques et biomédicales, notamment par le biais de l’histoire et de la sociologie des sciences, pour les sciences dites « dures », elle semble se heurter au postulat de neutralité des contenus, neutralité qui s’étendrait comme naturellement aux pratiques scientifiques.

3Nous avons choisi, dans une bibliographie très abondante, quatre textes qui nous ont paru représentatifs de l’ampleur et de l’évolution qu’a prise, depuis les années soixante-dix, la réflexion critique féministe anglo-saxonne sur la science : sur la place qui y occupent les femmes, sur les mécanismes et les raisons qui agissent pour y maintenir l’inégalité entre hommes et femmes, particulièrement dans les sciences dures.

4Nous avons souhaité que les textes proposés ici constituent un outil de travail et une source de références utiles pour les étudiant(e) s et enseignant(e) s qu’intéressent la place des femmes dans les sciences et surtout la question des rapports entre genre et science. Néanmoins, même si nous jugeons que ces quatre textes donnent une bonne vision d’ensemble des travaux anglo-saxons de ces trente dernières années, nous n’ignorons pas que le choix aurait pu être différent et, aussi, que la présentation d’un article ou d’un chapitre d’ouvrage, forcément partiale et partielle, fige la pensée de son auteur au moment où il l’a écrit.

5Les deux premiers textes, de Margaret Rossiter (1993) et de Londa Schiebinger (1999), historiennes des sciences, adoptent une perspective historico-sociologique, tandis que les deux derniers, celui de Evelyn Fox Keller (1991), biophysicienne et historienne des sciences, puis celui de Elisabeth Kerr et Wendy Faulkner (1997), sociologues des sciences, proposent une perspective plus épistémologique.

Mesures et mécanismes de l’inégalité/exclusion

  • 2  L’interprétation de Cole sera vivement critiquée, notamment par les féministes, car son travail ne (...)

6Dans « L’effet Matthieu/Matilda en sciences » (1993), Margaret Rossiter déplace « l’effet Matthieu » – emprunt à l’Évangile dû au sociologue Robert Merton (1968) pour nommer le fait que dans le monde scientifique la reconnaissance va de plus en plus à ceux qui sont déjà connus, ceux-ci se voyant généralement attribuer le mérite des travaux de collègues ou de subordonnés moins bien placés – en « effet Matilda ». Cet effet joue, avec une constance remarquable, dans l’histoire des sciences : suffit à nous en persuader un rapide rappel de femmes scientifiques de haut niveau qui, épouses, collègues ou collaboratrices de scientifiques hommes, ont vu leur travail minimisé, occulté au profit de ces derniers à qui en fut attribué, souvent avec leur complicité, le mérite et les honneurs (prix Nobel y compris). Pratiques de sous-estimation et d’exclusion courantes jusque dans les années quatre-vingt, comme en témoignent les annuaires et répertoires de scientifiques qui minimisaient scandaleusement le nombre de femmes. Les travaux de psychologues et de sociologues, dans leurs études sur le milieu scientifique, allaient dans le même sens puisqu’ils ignoraient les femmes ou les écartaient dans un second temps à cause de leur faible représentation – avec les conséquences qu’on peut supposer sur l’orientation scolaire et professionnelle des femmes vers les sciences. Un sommet a sans doute été atteint avec Jonathan Cole dans son ouvrage Fair Science (1979) : un progrès, puisqu’il était consacré aux femmes scientifiques, mais un joli coup de bâton en retour, puisqu’il y prétendait que les femmes, publiant moins et étant moins citées que les hommes, méritaient leur statut moins élevé à l’université2.

7Pour nommer l’« effet Matilda », Rossiter s’est inspirée de la vie de Matilda Gage, figure exemplaire du féminisme suffragiste à la charnière des XIXe-XXe siècles et pourtant, victime elle aussi du même effet, puisque pratiquement inconnue aujourd’hui. Non contente de dénoncer un patriarcat qui s’approprie le travail des femmes sans le reconnaître, elle s’est lancée dans les années 1890 dans la critique de la religion chrétienne qui justifie et valorise la sujétion des femmes. Avec une vingtaine d’autres femmes, elle publia une Woman’s Bible, interprétant et modifiant le texte dans un sens plus équitable pour les femmes. La Bible, ce « grand récit » en l’honneur et au profit des hommes, nous donne à voir, comme l’histoire des sciences, l’efficacité de l’effet Matilda dans l’exercice de la domination masculine : plus les hommes bénéficient du travail des femmes et moins elles sont reconnues pour ce travail.

8Londa Schiebinger (1999) développe le constat de l’inégalité entre hommes et femmes dans les sciences surtout à des postes élevés. Partant de la double ségrégation déjà soulignée par Rossiter en 1982, la ségrégation hiérarchique – la difficulté pour les femmes d’accéder à des postes supérieurs – et la ségrégation territoriale – la répartition inégale des femmes dans les disciplines, avec une nette différence entre sciences « dures » (mathématiques et physique) et sciences sociales et sciences de la vie –, elle en ajoute une troisième, institutionnelle – leurs difficultés à être embauchées dans les meilleures universités, les salaires inférieurs à poste égal.

9Les données sur les USA font apparaître le jeu conjugué des trois formes de ségrégation à l’encontre des femmes et montrent également comment l’appartenance ethnique redouble le facteur sexe. Les comparaisons d’une part avec les autres pays industrialisés, d’autre part avec les pays en voie de développement sont évidemment très éclairantes : si le facteur sexe joue toujours en défaveur des femmes, des disparités importantes doivent être expliquées par l’intervention d’autres facteurs qui confortent ou réduisent la discrimination due au sexe : la religion prédominante dans le pays, leur culture de la famille, le contexte socio-économique, les politiques gouvernementales, le style de l’éducation (mixte ou non, enseignement des sciences au collège obligatoire ou non)…

10Ces comparaisons interculturelles amènent d’ailleurs Schiebinger à une intéressante digression sur les « savoirs indigènes » dont témoignent les femmes du Tiers Monde, notamment dans les pratiques agricoles : pratiques parallèles à l’importation des technologies occidentales (en même temps que de la conception occidentale de la science) qui relèvent, et bien que ce leur soit dénié, d’une véritable connaissance scientifique de l’environnement.

11Dans son approche des mécanismes à l’œuvre dans la discrimination des femmes, Schiebinger reprend d’abord, après Rossiter, les études statistiques censées permettre d’évaluer la situation des scientifiques en fonction de leur mérite apprécié par leur productivité (nombre de publications) et leur reconnaissance par le milieu (nombre de citations). Malgré les biais sexistes et les approximations méthodologiques, ces études confirment une moindre productivité des femmes. Cependant la divergence, voire la contradiction, des interprétations données à partir de résultats semblables, fait apparaître que les obstacles ne se situent pas seulement dans une opposition entre choix de la vie familiale ou de la vie professionnelle. Les enquêtes montrent alors que les pratiques des communautés scientifiques et pour certaines, non formalisées, non explicitées, non reconnues ou même non conscientes, sont systématiquement favorables aux hommes : le comportement des patrons, le choix des collaborateurs, l’appartenance à des réseaux informels, l’accès aux ressources, jouent autant que la nature des horaires ou les possibilités de déplacement et reproduisent très exactement l’effet Matilda. Sans compter le harcèlement sexuel qui, dans son continuum allant du sexisme le plus ordinaire de la parole dans le quotidien du laboratoire jusqu’à la mise en acte ou sa tentative, même s’il a tendance à diminuer, ce que croit Schiebinger, reste pour nous un phénomène permanent, quitte à prendre des formes plus subtiles. Il faut passer par une sociologie et une ethnographie de la vie au laboratoire pour mettre à jour et évaluer l’importance des barrières « invisibles » auxquelles se heurtent les femmes, même si beaucoup y répondent par la dénégation ou par un retrait stratégique.

12Bien que ce ne soit pas précisé dans les textes de Rossiter et de Schiebinger, parce que pour elles, en tant que féministes, c’est de l’ordre de l’évidence, l’inégalité des femmes en sciences n’est pas à rechercher dans des différences d’aptitudes. En réalité, les attitudes discriminatoires des plus grossières aux plus subtiles sont un élément structurel des institutions de recherche qui répètent, à leur façon mais avec efficacité, les mécanismes de la domination masculine dans tous les lieux de pouvoir – ce que Schiebinger pourrait souligner davantage. C’est bien pourquoi l’inégalité persiste malgré les mesures de discrimination positive en faveur des femmes.

Comprendre et combattre l’inégalité/exclusion

13Pour Evelyn Fox Keller la question des femmes et de la science est une mauvaise question, car il s’agit des femmes et des hommes dans la science, de la science et du rapport des hommes et des femmes.

  • 3  Voir Reflections on Gender and Science, New Haven, Yale University Press, 1985.

14Une construction simultanée dans l’histoire des normes culturelles établissant la dualité du genre et de la science explique, pour elle, l’adéquation masculin/science et féminin/non-science. La division travail intellectuel/travail émotionnel qui assure à la science d’être objective et renvoie à la non-science tout ce qui est subjectif, assure en même temps la séparation du masculin et du féminin. Sexe et nature sont des donnés, genre et science en sont les transformations culturelles. La dualité science/non-science a reproduit celle du masculin/féminin au travers de « dynamiques psychosociales complexes qui ont tissé les normes de genre et les normes scientifiques actuelles en un inextricable réseau ». Dans ce texte de 1991, Fox Keller renvoie la tâche d’élucidation de ces dynamiques à l’histoire et à la philosophie des sciences d’une part et aux études féministes d’autre part. Elle s’y est d’ailleurs occupée elle-même dans des textes antérieurs3 et fait allusion à la floraison de travaux, dans le monde anglo-saxon, dus au renouvellement des problématiques en histoire et philosophie des sciences (et en sociologie ajouterons-nous) dans une influence réciproque avec les gender studies.

  • 4  Si elle admet à un moment de son texte que « les données réelles de la science de la nature ne son (...)
  • 5  Et, de toute façon, les femmes payent : dans le premier cas par une infériorisation permanente ; d (...)

15Pour Fox Keller, le dualisme du genre, féminité/masculinité, est une construction culturelle à partir de la différence biologique des sexes considérée comme un donné4, qui enferme les individus dans l’une ou l’autre des catégories. Il y a des différences réelles entre hommes et femmes, fussent-elles dues à cette construction du genre, dans leur rapport au monde et en particulier à la science, car les individus se sont développés dans leur appartenance de genre et en ont intériorisé les normes. Dire qu’ils ont le même rapport à la science – une science qui n’aurait rien à voir ni avec la masculinité ni avec la féminité – c’est occulter que cette science-là a, en réalité, été construite sur les normes d’une masculinité qui de fait en écartent les femmes. Elle en donne pour preuve l’histoire de la présence en dents de scie des femmes américaines dans les institutions scientifiques depuis le début du siècle, histoire qui se résume à un dilemme : au nom de leur revendication d’aptitudes scientifiques égales dans les deux sexes et de la neutralité de la science, qu’elles affichent leur féminité pour ne pas se couper de leur identité sexuée, ou qu’elles la nient pour être mieux acceptées, leur intégration institutionnelle échoue tout autant5. Pour dépasser le dilemme, c’est la science qui doit changer : accepter qu’elle est aussi déterminée par des normes « sociales, psychologiques et politiques », abandonner sa prétention à l’objectivité absolue et à l’universalisme, reconnaître la contingence des objectifs, des méthodes, des théories, pour admettre les différences et pas seulement la différence localisée dans le sexe, d’autant que le genre varie selon les cultures et selon les individus tout autant que les autres différences. Nous retrouvons ici les idées féministes des années quatre-vingt qui seront développées dans le texte suivant de Elisabeth Kerr et Wendy Faulkner.

  • 6  Pour Fox Keller il est clair que les femmes, en tant que groupe, par leur histoire et leur place d (...)

16Il n’est question à aucun moment pour Fox Keller d’une science féminine6. Mais puisqu’elle a posé la science comme masculine par l’adéquation des normes du masculin et des normes de la science, la science espérée ne doit pas être masculine non plus. Mais alors reste-il de la science ? Que peut-on garder d’une science genrée, ou que faut-il en jeter pour faire de la « bonne » science ?

17Sur cette problématique, Elisabeth Kerr et Wendy Faulkner (1997) nous montrent la variété et l’évolution des positions féministes durant ces trente dernières années.

18Leur première question est : en quoi la science est-elle une entreprise masculine ? Elle l’est d’abord par la liaison historique masculinité/objectivité. Les pères fondateurs de la science moderne, de Bacon à Descartes, ont fait de la nature une pure matière inerte et opaque à soumettre « à la question » ; ils ont choisi une forme de rationalité, l’objectivité, qui rejette tout lien avec l’objet étudié ; ils ont exclu les femmes de la science en prétextant leur proximité corporelle à la nature, cause d’ailleurs de leur infériorité intellectuelle. La science est aussi une entreprise masculine, sans aucun doute, quand elle continue à tenter de justifier la domination masculine par une naturalisation de l’infériorité des femmes et de la division sexuelle du travail. Les premiers travaux féministes ont d’ailleurs consisté en la dénonciation des biais sexistes de la science, en particulier en primatologie et en biologie. Une première attaque était portée à la prétendue objectivité de la science dans ces disciplines à la charnière entre sciences « dures » et sciences « molles ».

  • 7  études qui s’intéressent dans une problématique donnée, ici le genre, aux différences des cultures (...)
  • 8  Parmi les premières et importantes théoriciennes du stand point, il faut citer Hilary Rose et Nanc (...)
  • 9  Le, la scientifique, comme tout un chacun-e, est pris dans un contexte historique, social et perso (...)

19S’en est suivi trois positions des féministes. La première, celle de l’écoféminisme, a rejeté la science comme entreprise masculine destinée à maîtriser la nature, une entreprise de pouvoir et de destruction de l’environnement et de l’espèce humaine, une science parfaitement inutile, en particulier pour les femmes. La deuxième a préféré penser que la science pouvait rester utile à condition qu’on en corrige les biais sexistes, qu’une bonne science pouvait remplacer une mauvaise science. La troisième, inspirée du courant relativiste issu des nouvelles études en philosophie, sociologie et histoire des sciences faisant de l’objectivité un mythe, n’a d’abord plus cru en la possibilité d’une bonne science ; en effet, si l’objectivité est un mythe, autant raconter, selon la formule célèbre de Donna Haraway, de « bonnes histoires » (celles qui permettent aux femmes de lutter contre l’oppression, sinon d’en sortir) plutôt que des « mauvaises » (celles qui servent à justifier et à pérenniser l’oppression). Ce troisième courant s’est considérablement développé et diversifié chez les féministes anglo-saxonnes à partir du milieu des années quatre-vingt avec l’intensification des cultural studies7. Il a produit une réflexion critique très riche portant sur l’influence des schémas de genre, conçus comme non monolithiques à cause de la diversité des situations des femmes – et d’ailleurs des hommes – caractérisées par d’autres critères (de classe, d’ethnie, de religion, de rapport aux technologies), dans la définition de l’objectivité : celle-ci, et donc la science, restent possibles, à condition de tenir compte de cette diversité. Dona Haraway avec sa théorie des « connaissances situées », et surtout Sandra Harding, avec celle du « stand point8 » enrichie de la notion d’« objectivité forte », sont les théoriciennes de ce courant les plus connues du public français9.

  • 10  Avec l’argument classique qu’il y a plus de différences parmi les femmes et parmi les hommes qu’il (...)
  • 11  C’est également ce que dit Fox Keller dans son texte et ailleurs quand on lui reproche, notamment (...)
  • 12  On voit bien par ailleurs que la masculinité ne s’analyse pas de la même façon quand il s’agit des (...)
  • 13  Le caring est le souci de l’autre, une sollicitude, une facilité à soigner les autres, qui serait (...)

20La question posée ensuite par Kerr et Rossiter, à savoir : la science est-elle masculine parce qu’occupée majoritairement par des hommes, ou les hommes y sont-ils majoritaires parce qu’elle présente une image et une culture masculines, nous semble assez tautologique : si les hommes ont créé la science, bien entendu ils l’ont faite à leur image (même si elle n’est pas que masculine) et cette image ne peut que leur convenir (même si elle ne convient pas à tous) ; si cette science leur donne du pouvoir, bien entendu ils auront envie de ce pouvoir, de l’obtenir, de le garder en créant et en maintenant les conditions qui en excluent les femmes. La question nous paraît être plutôt : en quoi consiste exactement la masculinité de la science ? Les auteurs y répondent par la critique des stéréotypes de genre et de la dichotomie de ce dernier10. Le terme ultime de la démarche de déconstruction du genre serait qu’au bout du compte il n’y aurait plus de masculinité ou de féminité mais seulement de la bonne ou de la mauvaise science11. Mais, toutes à leur anti-essentialisme, elles n’insistent peut-être pas assez, pour nous, sur le hic et nunc de la hiérarchie des genres et sur son déplacement : si l’accès à la science n’est plus hors de portée des femmes, et que même on favorise cet accès, les pratiques comme on l’a vu dans les textes précédents restent, elles, bien discriminatoires à l’égard des femmes12. Quand elles taxent Hilary Rose et Evelyn Fox Keller d’essentialisme, l’une pour sa théorie du caring, l’autre pour son utilisation de celle de l’object relations13, c’est qu’elles refusent l’idée de toute naturalisation du genre, sauf qu’il nous semble qu’il s’agit pour Rose comme pour Keller d’une socialisation et d’une psychologisation précoces, peut-être discutables dans leur déterminisme, mais qui n’ont rien d’inné. Kerr et Faulkner ne font pas autre chose quand elles évoquent la socialisation différente non moins précoce des garçons et des filles quant aux jeux et comportements favorisés, tolérés ou interdits qui peuvent orienter ensuite les choix professionnels.

21Il est sûr, en tout cas, que la science doit changer, et pas seulement parce qu’elle est une structure de pouvoir entretenant des pratiques discriminatoires à l’égard des femmes – d’ailleurs pas uniquement à l’égard des femmes. Elle doit changer parce qu’elle se veut le sanctuaire d’une objectivité garantissant la neutralité des connaissances produites. Or cette neutralité est impossible, disent Kerr et Faulkner, au travers de leur superbe métaphore météorologique du brockenspectre : c’est l’ombre déformée d’un observateur placé au sommet d’une colline sur une nappe de brouillard située plus bas. De même la subjectivité et le caractère situé du scientifique sont projetés sur la science. L’idéologie masculine de la science est une de ces ombres, mais les points de vue féministes créent également des ombres. De la prise de conscience de ces ombres et de leur confrontation devrait naître une nouvelle objectivité, l’objectivité « forte » chère à Sandra Harding, qui enrichirait la science en lui évitant de tomber sous la coupe de l’impérialisme masculin ou du relativisme. Vision utopique que certes nous partageons, mais qui ne nous fait pas oublier que l’inégal rapport de forces, s’il peut se jouer courtoisement dans la confrontation théorique des points de vue, peut prendre des formes beaucoup moins aimables, et excluantes, aussi bien dans les formes institutionnelles que dans l’exercice quotidien de la science.

Haut de page

Notes

1  Comme le savoir en général. Il n’est que de lire, par exemple, de Michèle le Dœuff : L’étude et le rouet (Seuil, 1989) et Le sexe du savoir (Aubier 1998), et de Fraisse Geneviève, Sissa Guilia, Balibar Françoise, Rousseau-Dejardin Jacqueline, Badiou Alain, David-Ménard Monique, Tort Michel : L’exercice du savoir et la différence des sexes (L’Harmattan, 1991) Mais le monde scientifique développe une (im)perméabilité particulière à l’entrée des femmes.

2  L’interprétation de Cole sera vivement critiquée, notamment par les féministes, car son travail ne prend pas en compte les facteurs discriminants en particulier lors de l’embauche dans les universités ; voir la note 30 du texte de Margaret Rossiter et le texte de Londa Schiebinger : il ne s’agit pas seulement du plafond de verre (glass ceiling) mais de tous les obstacles mis depuis le début à la carrière scientifique des femmes.

3  Voir Reflections on Gender and Science, New Haven, Yale University Press, 1985.

4  Si elle admet à un moment de son texte que « les données réelles de la science de la nature ne sont pas inscrites dans la nature », ce n’est pas son propos, dans ce texte, de discuter de la construction scientifique du sexe et elle adopte le schéma de l’adéquation du sexe (biologique/donné) et du genre (social/construit).

5  Et, de toute façon, les femmes payent : dans le premier cas par une infériorisation permanente ; dans le second elles n’évitent pas moins l’infériorisation et, de plus, accumulent les « cicatrices résiduelles » laissées par leur effort permanent de déni de leur identité sexuée. On aurait aimé ici que Fox Keller précise davantage les rapports qu’elle fait entre féminité et identité sexuée de femme.

6  Pour Fox Keller il est clair que les femmes, en tant que groupe, par leur histoire et leur place dans la société ont un vécu différent de celui des hommes, et donc ont une manière différente d’aborder la réalité dont ne peut rendre compte le prétendu universalisme masculin (lequel le prétend néanmoins) et qui ne tient pas à des qualités féminines supposées innées.

7  études qui s’intéressent dans une problématique donnée, ici le genre, aux différences des cultures d’un pays à l’autre mais aussi à l’intérieur d’un même pays (aux USA voir les problèmes posés au féminisme blanc et bourgeois par le black feminisism).

8  Parmi les premières et importantes théoriciennes du stand point, il faut citer Hilary Rose et Nancy Hartsock.

9  Le, la scientifique, comme tout un chacun-e, est pris dans un contexte historique, social et personnel vis-à-vis duquel il se positionne. Prendre conscience de ce positionnement (et, en premier, pour les femmes, leur position de dominée), le revendiquer dans son travail, le confronter à d’autres, en accepter la discussion, permet à la fois d’exprimer un point de vue (stand point) qui sinon n’existerait pas et de prendre une distance critique permettant une objectivité nettement plus acceptable et efficace que la prétendue objectivité du scientifique « neutre » (et donc asexué).

10  Avec l’argument classique qu’il y a plus de différences parmi les femmes et parmi les hommes qu’il n’y en a entre le groupe femmes et le groupe hommes.

11  C’est également ce que dit Fox Keller dans son texte et ailleurs quand on lui reproche, notamment dans sa biographie de Barbara McClintock, de croire en une science « féminine », ce qu’elle réfute vivement.

12  On voit bien par ailleurs que la masculinité ne s’analyse pas de la même façon quand il s’agit des critères de la science (l’objectivité, la rationalité, l’universalité), des compétences qui permettent de les respecter (recherche de l’exactitude, esprit critique, aptitudes à poser des hypothèses et à les vérifier, à énoncer des théories), de traits de caractères (intuition, créativité, ténacité) ou de comportements (agressivité, compétitivité, autosatisfac­tion).

13  Le caring est le souci de l’autre, une sollicitude, une facilité à soigner les autres, qui serait une des conséquences historiques pour les femmes de la division sexuelle du travail ; lobject relations theory, en référence à la psychanalyse, permet à Fox Keller d’expliquer la propension des hommes à mettre l’objet à distance par le fait que les petits garçons ont à se séparer de la mère de façon bien plus radicale que les petites filles dans l’apprentissage de leur genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Rouch, « Présentation », Les cahiers du CEDREF, 11 | 2003, 11-20.

Référence électronique

Hélène Rouch, « Présentation », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/502

Haut de page

Auteur

Hélène Rouch

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org