Navigation – Plan du site
Choix de textes

La notion de féminisation

De la description statistique à l’analyse des comportements
Claude Zaidman
p. 229-239

Texte intégral

1L’objet de cette intervention est d’abord de mettre en évidence le jeu sur les différents emplois de la notion de « féminisation » en fonction de leurs contextes d’utilisation. En effet ce terme qui désigne d’abord un constat statistique n’est jamais totalement exempt d’une connotation supplémentaire, d’un surplus de signifiant : on parle plus volontiers du taux de féminisation que du taux de masculinisation sans que la seule difficulté de prononciation soit en jeu. Il s’agit toujours de désigner un processus, mais dont le sens et les effets restent à définir.

2Je distinguerai ainsi trois usages et les chaînes associatives qui les caractérisent. D’abord la féminisation comme dynamique d’égalisation, rattrapage présumé d’un retard (historique) qui n’est pas sans évoquer, surtout s’agissant d’enseignement, la notion ou l’idéologie de « démocratisation » avec sa connotation résolument optimiste. De la féminisation de l’enseignement on parvient vite à la féminisation d’un secteur ou d’une profession tout entière, investie en force par les femmes et désertée par les hommes, donc dévalorisée. Ce deuxième sens permet d’interroger l’idée de « métier féminin » (masculin). Mais on parlera aussi de féminisation à l’inverse quand des femmes entrent modestement et en petit nombre dans des métiers jusque-là monopole masculin. Cette entrée en douceur, quand il s’agit de secteurs de pouvoir ou présumés tels, évoque l’idée d’une subversion (positive ou négative) selon les positions.

  • 1  Baudelot C., Benoliel, Cukrowicz H., Establet R., Les étudiants, l’emploi, la crise, Maspe-ro, 198 (...)

3Dans un premier sens, la « féminisation » évoque donc l’idée d’une marche vers l’égalité, égalité en droits, égalité en nombre : la levée d’obstacles juridiques, mais plus encore l’évolution sociale et économique favorisent le « rattrapage » d’un retard historique. Ainsi la proportion des filles dans la population étudiante passe de 2,3 % en 1899-1900 à 51 % en 1977-1978, ce qui permet de parler de « l’égalisation des chances d’accès à l’Université entre les garçons et les filles1». On parlera alors d’une féminisation de l’Université, les femmes après avoir dû lutter pour obtenir le droit à l’instruction finissent par égaler voire dépasser en nombre les hommes. Le terme de féminisation n’est pas alors sans évoquer dans l’ordre des rapports sociaux de sexe, des rapports hommes/femmes, l’idée de démocratisation dans une analyse des rapports des différentes classes sociales à la scolarisation.

  • 2  Ferry J., Discours sur l’égalité d’éducation, 1870.

4Il est ainsi frappant de retrouver des analogies sur le plan de l’idéologie comme sur celui des pratiques dans les réactions des « hommes au pouvoir » à la demande sociale d’instruction, respectivement (et avec quelque temps de décalage) des « classes laborieuses » et des femmes (de la bourgeoisie). Ainsi les réticences à l’accès des femmes aux études sont du même ordre de discours : elles n’en sont pas capables, mais surtout trop d’instruction les empêcherait de remplir les tâches auxquelles elles sont destinées. L’accès à l’instruction n’est pas pensé en termes d’aptitudes mais en termes de prédétermination par le milieu ou par le sexe. Quand il n’est plus possible d’empêcher l’accès à l’éducation et que se pose le problème de l’ouverture de l’enseignement secondaire, la classe politique dirigeante essaiera d’enrayer la poussée féminine comme celle des nouvelles couches sociales ascendantes par la mise en place d’enseignements spécifiques : l’enseignement « spécial », l’enseignement « féminin » dont la caractéristique commune est d’être « modernes », le latin et surtout le grec restant dans les deux cas l’ultime rempart, le dernier instrument de la distinction. On ne peut que se référer au fameux discours de J. Ferry qui, réclamant l’égalité d’éducation pour toutes les classes la revendique également pour les deux sexes, dénonçant dans une même envolée « l’orgueil de la classe et l’orgueil du sexe2».

5Mais dans les deux cas, l’égalité d’accès enfin réalisée et l’optimisme du discours qui en rend compte masquent les processus de sélection à l’œuvre dans les mécanismes scolaires d’orientation. Si l’idéologie de la démocratisation de l’enseignement cache les effets d’une élimination des fils d’ouvriers des filières longues de l’enseignement, l’idée de féminisation, rapportée à un phénomène réel – l’accroissement en nombre absolu des femmes dans l’appareil scolaire – cache la ségrégation de fait des femmes dans les filières spécifiques en termes de spécialité et non plus de niveaux. Rappelons simplement pour exemple que les étudiants de Lettres sont des étudiantes pour 65 % contre seulement 35 % en sciences ou que les lycéennes représentent 81,9 % des effectifs du bac A (philosophie, lettres) contre 6,2 % en E (maths et technique), etc. De plus cette ségrégation de fait ne semble pas en voie de résorption. Ces mécanismes de relégation devraient alors être analysés en termes de reproduction des rapports sociaux de sexe dans leur double dimension : anticipation des places assignées sur le marché du travail et dans la famille du fait de la division sexuelle et sociale du travail, anticipation qui se traduit sur le

  • 3  Sur les analyses concernant la division sexuelle du travail, voir l’ouvrage collectif Le sexe du t (...)

6plan des comportements et des choix scolaires par des interdits et des blocages3.

7Mais la difficulté est de maintenir constantes dans la démarche ces deux dimensions de l’analyse. Ainsi dans leur ouvrage Les étudiants, la crise, l’emploi, analysant les transformations réelles ou prétendues de l’Université, les auteurs ne tirent pas, selon nous, toutes les conclusions des phénomènes qu’ils mettent en évidence. En effet ils opposent à la démocratisation, élargissement progressif de la base sociale de l’Université, qui n’est qu’un leurre, la féminisation qui au contraire manifeste un changement bien réel de la composition du public et des mentalités et précisent que ce phénomène est identique pour toutes les catégories sociales.

8Ce phénomène qui constitue le fait important et nouveau concernant l’Université et qui est transversal aux rapports sociaux de classe devrait être justiciable d’une approche propre. Or cette nouvelle dimension des rapports sociaux ainsi mis en évidence, les rapports hommes/femmes, disparaît pratiquement dans l’analyse de ce qui se passe dans l’institution pour ne réapparaître que dans l’étude des « sorties » de l’appareil scolaire, les débouchés de l’Université. Sans que soit analysé en détail le mode de participation des femmes à la vie étudiante, leur place dans les différentes filières en fonction de leurs origines, de leur trajectoire et de leurs représentations de l’avenir, seul l’effet global de cette féminisation est retenu : son rôle dans les transformations du rapport des femmes à l’activité, dans la mise au travail des femmes. Ainsi quand les auteurs construisent le type idéal de l’étudiant en Lettres d’origine populaire pour l’opposer à l’étudiant en médecine d’origine bourgeoise, on peut se demander si, en partant d’autres interrogations et en utilisant d’autres indicateurs, on ne pourrait pas tout aussi bien opposer l’étudiante en Lettres à l’étudiant (de grandes écoles) d’origine bourgeoise par exemple.

9Le deuxième usage courant de la notion de féminisation renvoie cette fois à l’idée d’une transformation des caractéristiques d’une profession ou d’un secteur d’activité par l’entrée massive des femmes. Il ne s’agit plus d’égalisation mais de domination quantitative. On parle ainsi de la féminisation du secteur public, du corps enseignant et, avec en tête l’exemple de l’URSS, de risque de féminisation du corps médical… Les femmes envahissent progressivement une profession qui de « féminisée » deviendra vite « féminine » et donc dévalorisée. L’étude du processus de féminisation d’une profession peut dès lors donner un certain éclairage sur la notion même de métier « féminin ».

  • 4  Sullerot É., Histoire et sociologie du travail féminin, Gonthier, 1968.

10Il est inutile de rappeler ici tous les avatars des codifications en termes de métiers masculins ou métiers féminins qui varient selon les époques, comme le montre É. Sullerot4 en fonction de la valorisation de ces métiers et de la définition dominante du statut de la femme. Ainsi enseigner fut d’abord considéré comme contraire au rôle de la femme et donc interdit aux femmes, du moins comme profession. Comme on l’a vu, le difficile accès des femmes à l’instruction passera par le refus de la mixité et la création d’enseignements spécifiques d’où la nécessité pour l’État de créer un corps enseignant féminin. L’ouverture de ce métier aux femmes en fera alors le premier et seul débouché pour des femmes instruites et voulant gagner leur vie. C’est dans ce contexte que pourra avoir lieu la redéfinition du métier d’enseignant en termes de transfert des compétences attribuées à la femme dans le cadre familial, la mère « éducatrice », à celles attendues dans le cadre professionnel, la femme « enseignante ».

11Les transformations des fonctions et des idéologies concernant l’appareil scolaire, soit le passage d’une problématique sociale en termes de « scolarisation » (avec maintien de structures séparées selon les classes sociales) à une problématique « d’unification » du système scolaire et de « sélection/démocratisation » du recrutement des élèves, s’accompagnent d’une modification des attentes envers les enseignants et des rapports avec la famille. Les changements dans le mode de recrutement et donc progressivement dans la composition du corps enseignant sont liés à ces changements dans le mode d’exercice de la profession. À titre d’exemple je voudrais me référer à deux manières différentes de caractériser les transformations dominantes du corps des instituteurs.

  • 5  Berger I., Les instituteurs d’une génération à l’autre, PUF. Mais aussi, par exemple « La sainte v (...)
  • 6  Vincent G., L’école primaire française, Presses Universitaires de Lyon. 1980.

12I. Berger, par le rapprochement qu’elle effectue entre « féminisation » et « embourgeoisement » incite à opposer de fait deux images : l’une, nostalgique, de l’instituteur – fils de paysan ou d’ouvrier (promotion sociale par l’école) qui, choisissant ce métier par « vocation » était à l’écoute des enfants des classes populaires ; l’autre, l’institutrice d’origine sociale plus élevée et souvent mariée à un cadre, qui n’a choisi ce métier que par commodité : salaire d’appoint et loisirs pour l’éducation de ses propres enfants, donc routinière5. Par ailleurs G. Vincent, parlant de la formation des instituteurs, décrit comme nouvelle image modale de l’instituteur(trice) s’opposant à l’élève-maître ou l’élève-maîtresse (recrutement et formation en écoles normales parfois même dès la 3e) dont la motivation a été forgée dans une institution spécifique à visée professionnelle, « la bachelière devenue remplaçante après un échec dans l’enseignement supérieur6 ».

13Ces analyses ne mettent chacune l’accent que sur une des facettes du problème : là encore ce qui semble manquer c’est une analyse qui tiendrait compte à la fois des transformations structurelles du système scolaire et des changements dans les dispositifs de la division sexuelle du travail.

  • 7  Voir Chabaud D., Fougeyrollas D, Sonthonnax F., Travail, travail domestique et espace-temps des fe (...)

14Pour que les femmes se trouvent interpellées de façon privilégiée par l’enseignement comme profession, du fait de la répartition des tâches au sein de la famille, il faut que soient réunies les conditions sociales du passage d’une fonction (éducation, soin) à une profession (enseignant, médecin, par exemple) qui manifestent tant les changements dans le rapport des femmes à l’emploi que des changements dans les modalités dominantes d’exercice de cette profession. On peut citer comme autre exemple le cas de la médecine : les qualités du médecin libéral s’opposent aux qualités reconnues à l’infirmière et plus encore à la mère soignante au sein de la famille mais s’y opposent précisément dans un dialogue interne aux « institutions de la reproduc-tion7 ». Ainsi au XIXe siècle, l’enjeu de la médecine c’est aussi d’édu-quer la femme comme mère-épouse, c’est-à-dire lutter contre une mauvaise hygiène, contre les préjugés, etc. pour en faire l’auxiliaire privée, bénévole, du médecin. Mais c’est le développement de nouvelles pratiques médicales – fonctionnarisation mais aussi médecine de groupe, etc. – lié à une augmentation de la demande sociale de médicalisation qui, joint au mouvement irréversible d’accès des femmes à la formation et à l’emploi pourrait amener à une « féminisation » du corps médical. De même en ce qui concerne l’enseignement, la généralisation de la mixité fait tomber les derniers barrages à l’accès des femmes à l’emploi d’enseignant. Les femmes à la recherche de places sur le marché du travail « s’engouffrent » dans des métiers où elles pensent pouvoir monnayer leur qualification définie au sein de l’institution familiale. Or non seulement les femmes ne sont pas présentes dans les mêmes proportions à tous les échelons hiérarchiques de la profession (du primaire au supérieur, de l’instituteur(trice) au directeur ou à l’inspecteur), mais de plus, le sens social de la profession s’inverse avec le développement de l’institution, de promotion sociale en relégation, et les femmes se trouveront alors souvent en concurrence dans les études comme dans les trajectoires professionnelles avec les hommes sursélectionnés des classes populaires.

  • 8  Pour les femmes professeurs voir Mayeur F., L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la II (...)

15Finalement l’enseignement deviendra un « métier féminin » par excellence parce qu’il permet de concilier les rôles familiaux et professionnels alors même que les premières femmes professeurs comme les premières institutrices furent souvent des célibataires « obligées » (par les conditions d’accès à la profession8).

16Le troisième phénomène souligné ou salué par l’utilisation de la notion de féminisation est l’accès des femmes à des professions, des carrières qui leur étaient jusque-là interdites par la coutume, sinon par la loi. Nous venons de montrer comment des métiers « féminins » sont bien souvent des métiers autrefois « masculins ». Mais alors que dans le thème précédent, l’idée de féminisation était traditionnellement associée à celle de dévalorisation, je veux mettre ici en évidence la connotation résolument positive, voire triomphaliste, de l’emploi de cette notion dans certains types de discours. De discours passéistes déplorant la perte de statut d’une profession du fait de sa féminisation on passe à des projections sur le futur, un pari sur l’avenir des femmes, voire de la société tout entière à partir du fait qu’un certain nombre de femmes accèdent à des carrières de cadres, carrières dont elles étaient autrefois écartées. Ainsi on parlera de la féminisation des grandes écoles pour décrire une réalité statistique simple : l’augmentation du taux de féminité, phénomène d’autant plus perceptible que l’ouverture de ces écoles aux femmes est plus récente. Mais de la nouveauté du phénomène on inférera vite à son extension voire sa généralisation future, annonçant ainsi la fin de la discrimination sexuelle sur le marché du travail. On retrouve la problématique d’égalisation que nous avons évoquée dans la première partie mais avec une dimension nouvelle qui tient au fait qu’il s’agit ici de professions à fort prestige social par leur rapport direct avec le pouvoir, pouvoir sur les hommes, pouvoir politique, pouvoir économique.

17Vient alors la deuxième dimension de ce discours à partir de l’accent mis sur la nouveauté, le changement. Puisque les femmes accèdent désormais aux fonctions de cadres, ne vont-elles pas en transformer les pratiques professionnelles? On passerait ainsi de la « féminisation » des professions à celle des comportements.

  • 9  Huet M., Schmitz N., « La population active », in Données sociales, INSEE, 1984.

18Il faut d’abord rappeler que là encore, la description statistique cache, si l’on en reste aux chiffres globaux, des phénomènes de distribution des postes selon les secteurs et les niveaux hiérarchiques qui différencient fortement les profils de carrière en fonction des sexes. « La progression de la part des femmes que l’on observe pour chaque grande catégorie d’emplois cache des évolutions différenciées au niveau des catégories détaillées. Pour les cadres supérieurs notamment, la progression de leur part parmi les femmes s’explique davantage par l’augmentation des personnels enseignants que par celle des ingénieurs et cadres administratifs, à l’inverse des hommes9. » De même, si l’on parle cette fois en termes de secteurs d’activité, il semble que l’ouverture des carrières de cadres aux femmes corresponde essentiellement à la création de nouvelles professions liées à la définition de nouveaux besoins sociaux ou à la création de nouveaux profils de postes. Il n’y a donc pas à proprement parler de concurrence avec les hommes, l’augmentation de femmes cadres ne passe pas par une diminution du nombre des cadres hommes.

19Il y a déplacement des formes de la division sexuelle du travail et non abolition.

  • 10  Huppert-Laufer J., La féminité neutralisée ? Les femmes cadres dans l’entreprise, Flammarion, 1982 (...)

20Mais il n’en reste pas moins que l’augmentation du nombre de femmes qui « font carrière » c’est-à-dire accèdent à des postes à haut niveau de revenus et à hautes responsabilités permet de poser le problème de la différence des sexes non plus en termes de métiers féminins/masculins mais en termes de rapport féminin/masculin aux pratiques professionnelles. Ainsi des travaux concernant des femmes cadres10 interrogent sur ce qu’il en est de la féminité dans les rapports de travail et les rapports au travail. Mais peut-on passer de la recherche d’une identité féminine au travail à l’idée de comportements féminins et finalement d’une contagion de ces comportements aux hommes cadres ?

  • 11  Je pense ici aux idéologies centrées autour du thème du « partage du travail » encourageant à une (...)
  • 12  Ray M., « Travail : le changement au féminin », Article du Monde, dimanche 18 octobre 1981.

21Il me semble qu’il y a là un renversement par le biais des notions de féminité/masculinité de l’interrogation sur les possibilités des femmes à assumer certaines fonctions sociales du fait de leur rapport à la maternité, de leurs difficultés à concilier vie familiale et vie professionnelle. Le problème serait alors résolu par le fait qu’on assisterait tendanciellement à une « féminisation » des comportements, les femmes étant modélisées dans leur rapport spécifique au travail et à la carrière, préfigurant ainsi de nouvelles pratiques professionnelles en particulier dans le rapport entre vie privée et vie publique11. Enfin de la coïncidence entre l’apparition de nouvelles conceptions du rapport au travail portées par certaines couches sociales, avec les revendications des femmes en tant que femmes (c’est-à-dire soumises sous des formes différentes selon les classes sociales à des contraintes liées à la maternité comme fonction sociale) ; certains iront jusqu’à parler d’une « féminisation de la société12 ».

22Mais ne s’agit-il pas alors de la valorisation idéologique d’une nouvelle forme d’exclusion du pouvoir, pouvoir réel sur les choses et sur les hommes ?

23Ma recherche actuelle sur les femmes à l’Université permet de mettre en œuvre la série de questions que je viens d’évoquer. Ainsi j’ai été amenée à me poser la question du rapport spécifique des femmes aux études et à la formation en référence au rapport au temps, temps quotidien mais surtout temps biographique. On peut faire l’hypothèse que même dans le cas de positions scolaires analogues, hommes et femmes s’inscrivent dans des stratégies sociales différenciées, leur mode d’inscription dans un projet pédagogique et dans un projet professionnel étant lié aux représentations de l’avenir en termes de temps biographique différent. L’un des problèmes auquel on se heurte pour comparer les attitudes et représentations des hommes et des femmes dans l’Université c’est que l’Université est d’abord un lieu de passage entre la famille d’origine et la famille constituée, entre l’appartenance au milieu social d’origine et la position acquise. Pour pouvoir mesurer et analyser les trajectoires suivies autrement qu’en termes de simple « reproduction » de modèles, il faut une confrontation directe avec les manifestations de la division sexuelle du travail au sein de la famille comme dans le travail salarié.

24En effet pour les femmes c’est sur l’ensemble de leur vie que l’on peut apprécier les effets de cette division sexuelle du travail à travers leur rapport à la reproduction. Je fais référence aux éventuelles interruptions d’activité, aux « retards » pris dans la carrière professionnelle du fait du poids des charges familiales, mais plus encore aux effets de l’anticipation des places assignées par cette division du travail.

25C’est la raison pour laquelle j’ai centré mon étude sur les transformations des publics de l’Université, transformations qui en Lettres et Sciences humaines concernent d’abord les femmes : le recours à l’Université en formation post-initiale. L’observation et le suivi d’étudiantes en reprise d’études doivent permettre de mettre en évidence une demande spécifique des femmes s’exprimant au travers de nouvelles pratiques de formation. Les reprises d’études seraient alors analysées comme une tentative pour échapper à l’assignation aux différentes places et fonctions déterminées par la division sociale et sexuelle du travail : échapper sur le plan professionnel au métier de secrétaires ou d’enseignantes, échapper dans le cadre familial à une dévalorisation liée au travail domestique. D’où le double enjeu de ce type de public à l’Université : stratégie professionnelle peut-être, mais surtout renforcement personnel dans un processus de revalorisation à ses propres yeux et à ceux de l’entourage familial.

Haut de page

Notes

1  Baudelot C., Benoliel, Cukrowicz H., Establet R., Les étudiants, l’emploi, la crise, Maspe-ro, 1981.

2  Ferry J., Discours sur l’égalité d’éducation, 1870.

3  Sur les analyses concernant la division sexuelle du travail, voir l’ouvrage collectif Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, PUG., 1984. Voir également Chaudron M., « La mise en éducation différenciée des garçons et des filles », Philographies. Mélanges offerts à Michel Verret, Nantes, ACL éditions, Sociétés Crocus, 1987.

4  Sullerot É., Histoire et sociologie du travail féminin, Gonthier, 1968.

5  Berger I., Les instituteurs d’une génération à l’autre, PUF. Mais aussi, par exemple « La sainte vocation laïque a disparu », interview dans l’Instit magazine, n° 0, juin 1981.

6  Vincent G., L’école primaire française, Presses Universitaires de Lyon. 1980.

7  Voir Chabaud D., Fougeyrollas D, Sonthonnax F., Travail, travail domestique et espace-temps des femmes, CAESAR, Université Paris X, 1981, sur la définition des institutions de la reproduction.

8  Pour les femmes professeurs voir Mayeur F., L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1972. Pour les institutrices, Fraisse G., « La petite fille, sa mère et son institutrice », Les temps modernes, « Petites filles en éducation », mai 1976.

9  Huet M., Schmitz N., « La population active », in Données sociales, INSEE, 1984.

10  Huppert-Laufer J., La féminité neutralisée ? Les femmes cadres dans l’entreprise, Flammarion, 1982. Aubert N., Le pouvoir usurpé ? Femmes et hommes dans l’entreprise, Paris, Laffont, 1982.

11  Je pense ici aux idéologies centrées autour du thème du « partage du travail » encourageant à une valorisation de la vie privée et au désinvestissement du secteur professionnel comme lieu de concurrence et de lutte pour le pouvoir au détriment de la quotidienneté.

12  Ray M., « Travail : le changement au féminin », Article du Monde, dimanche 18 octobre 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman, « La notion de féminisation », Les cahiers du CEDREF, 15 | 2007, 229-239.

Référence électronique

Claude Zaidman, « La notion de féminisation », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/499

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org