Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Eliane Viennot, Marguerite de Valois. Histoire d'une femme, histoire d'un mythe

Paris, Payot, 1993
Marcelle Marini
p. 223-224fr
Référence(s) :

Marguerite de Valois. Histoire d'une femme, histoire d'un mythe, Paris, Payot, 1993

Texte intégral

1Ce livre, issu d'une thèse de doctorat, restitue la personnalité et l'histoire de cette grande princesse que l'on ne connaît guère, encore aujourd'hui, qu'en cette « reine Margot » du roman d'Alexandre Dumas. On n'a cessé d'écrire sur la dernière reine de Navarre, cependant, « plus les livres s'accumulent, plus on s'éloigne du personnage historique ». On découvre ici à quel point ce personnage a été défiguré non seulement par la calomnie, mais surtout par l'occultation de sa stature intellectuelle, de son rôle politique et de son talent de mémorialiste, au profit de la seule carrière amoureuse (y compris chez ceux qui lui rendent hommage, comme Stendhal) - pour ne pas dire simplement sexuelle.

2Par sa composition même, cet ouvrage oppose une biographie scrupuleuse à « une légende qui tient lieu de savoir et de réflexion » à l'ensemble de la littérature savante reprenant généralement, sans examen critique, les mêmes sources et préjugés que la littérature populaire, pourtant si méprisée. De ce point de vue, il se situe au carrefour des études seiziémistes qui renouvel­lent aujourd'hui l'analyse du rôle des Valois lors de ces quarante ans de guerre civile qui déchirèrent la France, et des études féministes qui reconsidèrent la place des femmes dans la vie sociale et politique à différentes époques de notre histoire.

3Réévaluation donc de cette figure princière dans la première partie : fille et soeur de rois de France, fille de la régente Catherine de Médicis, épouse de Henri de Navarre qui divorce pour conclure une alliance plus utile, lorsqu'il devient roi de France, Marguerite de Valois a reçu l'éducation requise pour jouer sa partie dans les lieux de pouvoir - et elle la joue. Par sa naissance et son mariage, elle se trouve au coeur des guerres de religion  : ses Mémoires révèlent la position singulière qu'elle essaie d'assumer, avec plus ou moins de succès, au milieu des intrigues et des pressions qu'elle subit. Enfin, la campagne menée contre elle pour justifier le divorce, l'amène sans doute à une réflexion plus « féministe », à la fin de sa vie.

4En seconde partie, l'analyse critique de la légende a l'allégresse d'un énorme bêtisier, comme souvent les études féministes en découvrent. Cependant, cela va plus loin : tout s'enracine, de son vivant, dans les manoeuvres politiques de Henri IV pour légitimer divorce et remariage, en discréditant une Marguerite populaire. Et, à cette époque, comme à la nôtre, c'est au nom des moeurs qu'on discrédite le plus sûrement une femme. Les XIX et XXèmes siècles reprennent ces attaques, en les amplifiant, dans une perspective politique différente : l'exclusion des femmes de la citoyenneté et la séparation entre public et privé, rend impensable désormais la participation des femmes, même inégale, à la vie politique. De façon obsédante, la critique d'une société fondée sur le privilège se confond avec la dénonciation des moeurs scandaleuses des femmes proches du pouvoir, comme si leur seule présence était corruption de la vie publique. Voir les sens de « femme libre » ou de « femme publique » face à « homme libre » ou « homme public »...

5Ce travail s'inscrit donc dans les recherches féministes qui s'attachent aux variations socio-politico-culturelles du traitement de la différence des sexes. Pour élargir la réflexion, rappelons le volume collectif que l'auteure a édité avec Danielle Haase-Bubosc, Femmes et pouvoirs sous l'Ancien Régime (Rivages /Histoire, 1991) : une saine lecture pour échapper aux idées reçues de notre éducation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcelle Marini, « Eliane Viennot, Marguerite de Valois. Histoire d'une femme, histoire d'un mythe », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 223-224fr.

Référence électronique

Marcelle Marini, « Eliane Viennot, Marguerite de Valois. Histoire d'une femme, histoire d'un mythe », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 24 janvier 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/480

Haut de page

Auteur

Marcelle Marini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org