Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Féminismes au présent

Eliane Viennot
p. 218-221
Référence(s) :

Féminismes au présent, supplément à la revue Futur antérieur, Paris, l’Harmattan, 1993

Texte intégral

1Onze contributions, un entretien avec Michèle Perrot et dix compte rendus de livres, pour ce volume réalisé sous la responsabilité de Michèle Riot-Sarcey avec l'aide de Christine Planté et d'Eleni Varikas, et qui se propose de témoigner « de la fécondité de la réflexion féministe » contemporaine. Le parti-pris, qu'explicite le s du mot féminismes dans le titre de l'ouvrage, est celui de la diversité disciplinaire, conceptuelle et politique. Ainsi les points de vue s'entrecroisent-ils à partir de l'histoire, de la linguistique, de la philosophie, de la psychanalyse, et les positions défendues par les auteures s'inscrivent dans les diverses sensibilités du féminisme contemporain. Pour autant il ne s'agit pas d'une simple juxtaposition: l'originalité du volume est de vouloir aller au-delà des apparences et des positionnements traditionnels de courants de pensée qui se sont laissé enfermer dans – ou qui ont eux-mêmes forgé – des clivages devenus stériles. Ainsi Michèle Riot Sarcey analyse-t-elle que l'école des Annales, qui pourtant s'est définie contre le positivisme, en est en partie l'héritière dans sa volonté de « scientificiser » l'histoire et de refuser de poser la question du « pourquoi » – autrement dit la question du pouvoir. Ainsi Eleni Varikas cherche-t-elle à élucider quelles démarches différentes, voire contradictoires, sont regroupées dans ce qu'on appelle, aux Etats-Unis, le « French Feminism ». Ainsi Marie-Josèphe Dhavernas s'interroge-t-elle sur les relations conflictuelles entre le féminisme radical et la psychanalyse, au-delà des positions théoriques, comme aporie – et donc souffrance – vécue individuellement. Ainsi encore, Françoise Collin dévoile-t-elle judicieusement l'« anti-féminisme moderne » à l'œuvre dans le courant philosophique dit « de la déconstruction », qui passe pourtant, aux Etats-Unis du moins, pour féministe.

2Mais c'est, de loin, le vieux débat qui oppose féministes « égalitaristes » et féministes « différencialistes », qui est le plus questionné, et d'une manière souvent remarquable. Naomi Shor, notamment, dénonce la fonction d'anathème que joue le terme d'« essentialiste » au sein du mouvement féministe, alors qu'elle identifie quatre types de critiques de l'essentialisme, dont celui qui est à l'œuvre dans la pensée d'Irigaray – en pleine évolution d'ailleurs. Christine Planté appelle pour sa part à un « maintien d'une défiance politique de principe vis-à-vis du thème de la différence » mais souligne la nécessité de continuer à travailler la question d'un point de vue théorique, et, surtout, elle propose un dépassement du schématisme des oppositions binaires par « l'attention accrue à la multiplicité des différences ». Quant à Marcelle Marini (dont c'est ici la première partie seulement de l'article), elle montre comment les travaux de Mélanie Klein, trop mal connus en France, ont remis en cause une bonne partie des concepts freudiens et lacaniens sur la différenciation des sexes –ces analyses que les féministes françaises rejettent souvent en les identifiant avec « la » Berlin, Orlando Frauenverlag, 1994 psychanalyse.

3Pour finir, notons l'humour et la verve avec lesquels Michèle Le Dœuff éreinte le livre d'Elisabeth Badinter, XY, dans ce qui est bien plus que la critique d'un mauvais livre : une analyse pertinente des raisons de la production (au sens de « produit ») de ce genre d'ouvrage, et du rôle de « contre-dame » (au sens de « contre-maître ») proposé par le patriarcat aux femmes vieillissantes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eliane Viennot, « Féminismes au présent », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 218-221.

Référence électronique

Eliane Viennot, « Féminismes au présent », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/476

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org