Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Metchild Gilzmen, Frauen Internierungslager in Sudfrankreich – Rieucos und Brens 1939-1944

Berlin, Orlando Frauenverlag, 1994
Rita Thalmann
p. 218-221
Référence(s) :

Frauen Internierungslager in Sudfrankreich – Rieucos und Brens 1939-1944, Berlin, Orlando Frauenverlag, 1994

Texte intégral

1Dédié aux internées de Rieucros et Brens, ce premier ouvrage sur les deux principaux camps d'internement français de femmes est dû à une germaniste-romaniste allemande, assistante de l'Université libre (fu) de Berlin. C'est à partir d'une rencontre en 1990 avec d'anciennes résistantes à Mende, ville proche de Rieucros, et de la remise, au cours de celle-ci, d'un document intitulé « Souvenirs de Rieucros-Août 1940 », que Mechtild Gilzmen commença la quête laborieuse de matériaux d'archives et d'entretiens pour reconstituer la vie quotidienne et les activités culturelles de ces « indésirables » que déjà le gouvernement Daladier avait décidé d'interner à partir d'octobre 1939 à Rieucros, lorsque ce camp, le premier du genre ouvert en février 1939, fut spécifiquement affecté aux femmes. Camp maintenu et renforcé par Vichy jusqu'au transfert, en février 1942, des 300 détenues qui s'y trouvaient encore - avec aussi quelques enfants -au camp de Brens, à 60 kilomètres de Toulouse. Région familière à l'auteure qui fut assistante d'allemand dans cette ville.

2Précédé, dans un premier chapitre, d'un bref historique de la situation de l'émigration du IIIe Reich en France et de la politique d'internement des gouvernements d'avant-guerre, le deuxième chapitre traite successivement des étapes de l'internement des femmes de la Petite Roquette à Paris puis de Rieucros à Brens. Développement complété par la topographie de Rieucros, les origines des détenues et une première esquisse de la vie quotidienne dans ce camp. Le troisième chapitre doit beaucoup au Journal d'Ursula Katzenstein (née en 1916) que l'auteure a pu rencontrer à trois reprises entre 1984 et 1992 à Berlin, ainsi qu'aux notes, esquisses et peintures que Sylta Busse (1906-1989), dessinatrice de décors et de costumes de scène, réalisa durant sa détention à Rieucros. D'où la richesse des illustrations du livre. La création culturelle et artistique des internées, sujet que l'auteure connaît bien pour avoir contribué auparavant à l'exposition et au catalogue sur les femmes, en particulier les créatrices, du camp de Gurs (éd. Argon, Berlin, 1990/91), représente en effet un antidote quasi vital à la déprime de l'univers clos du camp, de la faim et du froid, comme à l'incertitude des lendemains. Un moyen aussi d'améliorer les rapports entre femmes d'origine, de culture, de milieu social très différents.

3Officiellement considéré comme un « camp répressif  », Rieucros réunit en effet, non sans conflits, des politiques, qualifiées par les préfets « d'extrémistes », « dangereuses pour la sécurité intérieure », des femmes déclarées de « mauvaise conduite » ou de « galanterie », ainsi que des « cas divers » allant des émigrées sans papier à celles arrêtées pour menus larcins, trafic de cocaïne, prostitution, logées, contrairement à celles des baraques, dans une maison en dur. Ce qui leur vaut - comme aux « poules de luxe » bénéficiant d'un dortoir spécifique - le surnom de « cas d'hiver ».

4Aux clivages d'ordre social et politique s'ajoutent les divisions en groupes nationaux, allemand, espagnol, polonais et français après l'armistice. Et transversalement, la cohésion particulière des communistes, exclusive - sans aller jusqu'à l'exclusion tranchée du « camp répressif  » masculin du Vernet - des « dissidentes ». Cohésion favorisée par l'engagement antérieur d'une partie de ces militantes dans la guerre civile espagnole, puis, l'arrivée après l'armistice, de communistes françaises, notamment de Mathilde Péri, de sa soeur Pauline avec sa fille de deux ans et de leur mère septuagénaire dont le commandant du camp craint l'influence au point de les séparer du baraquement des politiques pour les loger dans le bâtiment des « cas divers ». La cohabitation s'avère particulièrement pénible entre réfugiées du IIIe Reich et adeptes du régime nazi jusqu'à leur rapatriement après l'armistice.

5Malgré les mauvaises conditions et bien qu'ils constituèrent pour un certain nombre de politiques et l'ensemble des détenus juifs livrés par Vichy, l'antichambre de la déportation, les camps d'internement ne peuvent être comparés aux camps de concentration nazis. Différence fondamentale, l'organisation du travail, des corvées et même des loisirs est laissée à l'initiative des détenues. Ce qui permet aux politiques d'en prendre rapidement le contrôle. Encore que des divergences apparaissent dès 1939 entre les espagnoles qui acceptent, moyennant un modeste salaire, de coudre et de tricoter des effets pour l'armée française, alors que les allemandes estiment qu'elles n'ont pas à travailler pour un gouvernement qui les enferme et se montre si peu disposé à combattre le fascisme. On voit par contre se développer dès le départ des activités artistiques et artisanales autonomes dont la vente, à l'occasion d'expositions autorisées par la direction du camp, permet d'acheter à la cantine les produits indispensables pour compenser la manque d'hygiène et les effets de la malnutrition. Aspect spécifique que l'on trouve même encore à Auschwitz-Birkenau, l'ingéniosité de certaines femmes à utiliser le moindre chiffon, voire à confectionner des produits cosmétiques pour rester « présentables ».

6Quant aux activités culturelles et artistiques, les conférences et les cours incombent essentiellement aux politiques tandis que les artistes organisent dans la « baraque culturelle » des soirées de lectures et de récitation, souvent de leur propre production, constituent une chorale, montent des représentations de danses folkloriques ou de pièces de théâtre, jusqu'au tournant de 1942-1943 à Brens alors que plane déjà la menace permanente de la déportation imminente. Spectacle surréaliste transmis par des documents d'archives et des photos prises par une déléguée de la cimade et une surveillante du camp, de ces détenues souriantes, maquillées et costumées en danseuses exotiques ou en bergères du XVIIe siècle pour L'Amour Médecin de Molière, alors que peu de semaines après, des gardes mobiles encerclent les lieux, font irruption dans les baraques pour emmener une partie d'entre elles vers les camps de transit d'où l'Etat vichyste les livrera à la déportation.

7Complété par trois listes de détenues déportées et une annexe biographique d'une dizaine d'entre elles qui parviennent à échapper au piège mortel, cet ouvrage constitue un apport vivant à l'histoire largement méconnue de femmes qui eurent, pour la plupart, le seul tort de se croire envers et contre tout, en sécurité dans la patrie des droits de l'Homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Thalmann, « Metchild Gilzmen, Frauen Internierungslager in Sudfrankreich – Rieucos und Brens 1939-1944 », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 218-221.

Référence électronique

Rita Thalmann, « Metchild Gilzmen, Frauen Internierungslager in Sudfrankreich – Rieucos und Brens 1939-1944 », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/474

Haut de page

Auteur

Rita Thalmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org