Navigation – Plan du site

Introduction

Jules Falquet, Emmanuelle Lada et Aude Rabaud
p. 7-29

Texte intégral

  • 1  On sait que les femmes ont été touchées différemment selon leurs appartenances de classe et de « r (...)

1La question, déjà ancienne, de l’articulation des rapports sociaux de sexe, de classe et de « race » fait actuellement l’objet d’un intérêt renouvelé en France. Cet intérêt est salutaire : avec l’avancée du système néolibéral, la société française a connu de profondes transformations, qu’il est urgent d’analyser avec des outils solides, qui permettent de ré-évaluer et d’actualiser les savoirs constitués. En effet, depuis les années quatre-vingts, le marché du travail s’est durablement détérioré – le développement de l’emploi précarisé touchant majoritairement les femmes et les classes populaires, racisées ou non1. Le phénomène migratoire s’est renouvelé et féminisé, tandis que la xénophobie et le racisme se sont renforcés dans le sillage de la manipulation politique des thèmes migratoires et sécuritaires, par la gauche comme par la droite. Sur le plan des rapports sociaux de sexe, le discours dominant prétend que nous avons quasiment atteint l’égalité, mais quotidiennement, tout démontre qu’il n’en est rien : globalement, les salaires des femmes restent inférieurs et leurs conditions de travail, défavorables, notamment du fait du temps partiel souvent imposé, la violence sexiste persiste, comme l’a montré l’enquête ENVEFF (2003), tandis que les médias diffusent des modèles de féminité et de masculinité toujours plus aliénants. Pour beaucoup de femmes (et d’hommes), la guerre n’est qu’à un coup de téléphone de distance, pour reprendre l’expression de Daisy Hernández et Bushra Rehman (2002) et le sécuritarisme croissant des pouvoirs publics nous confronte de plus en plus souvent à l’arbitraire des multiples fonctionnaires et hommes en armes.

  • 2  Dans ce texte, nous avons choisi d’employer le terme de racisé∙e en référence au concept-clé de ra (...)

2Ces transformations complexes ont aussi débouché sur un renouvellement du champ politique, assorti d’une certaine perte de repères théoriques. En France par exemple, de nouveaux mouvements sociaux sont apparus, notamment autour de lignes de revendications anti-système (de la lutte anti et alter-mondialisation aux « révoltes » des banlieues en passant par différentes mobilisations contre la guerre, la précarisation ou encore le racisme et l’extrême-droite), portés par de « nouveaux » secteurs de la jeunesse, des populations racisées et des couches populaires notamment. Ces mouvements sont porteurs d’espoirs, mais révèlent aussi l’incapacité des organisations politiques « traditionnelles » à exprimer les attentes de la population et le blocage des canaux de participation politique classique, lié à la fermeture presque complète des gouvernements successifs, qui tournent résolument le dos à leurs administré-e-s. Ce mépris exaspère les antagonismes et la colère de la jeunesse racisée2 et populaire, particulièrement discriminée et souvent provoquée par la police. Divers nationalismes et fondamentalismes se développent sur ce terreau, tant parmi les groupes dominants que parmi les groupes dominés, rencontrant la complaisance des pouvoirs publics et des médias.

  • 3  Par « féminisme blanc » (ou « occidental »), nous entendons un féminisme dominé par les intérêts d (...)

3Face à ces nouvelles interrogations, le CEDREF a voulu contribuer à la réflexion sur cette régression politique et sociale et tenter de s’y opposer. Cela, d’autant plus que dans le mouvement féministe lui-même, une certaine confusion est également à l’ordre du jour. En effet et comme l’analyse aussi l’introduction du tout dernier numéro de l’homme et la société (Bessin ; Dorlin, 2006), on assiste à un ensemble de recompositions organisationnelles et idéologiques, notamment autour des questions de la parité, du PACS, du racisme, de la prostitution, du queer et des différents courants « post », avec un net renouveau générationnel et une importation massive de concepts des Etats-Unis notamment, au milieu de vives attaques, tentatives d’OPA inamicales et manœuvres de récupération, qui ne peuvent nous laisser indifférent-e-s. Certes, tout mouvement social connaît des luttes internes et externes pour l’hégémonie et se renouvelle en fonction même de ces luttes. La sociologie des mouvements sociaux montre bien que les nouveaux secteurs qui cherchent à se faire une place dans un mouvement procèdent généralement à une ré-écriture et réinterprétation de la mémoire de ce mouvement. Ce devrait être, nous semble-t-il, l’occasion pour l’ensemble du mouvement de se livrer à une réflexion approfondie et à de nouvelles synthèses théoriques. Cependant, cela ne peut être fait en méconnaissant la longue histoire du féminisme et il importe de combattre l’idée naïve et récurrente qui voudrait que ce mouvement commence sans cesse « aujourd’hui ». Par ailleurs, le féminisme ne peut être réduit au courant libéral que présentent certain-e-s de ses détracteur-e-s et/ou nouvelles et nouveaux ami-e-s : toutes sortes de courants existent en son sein, des plus conservateurs aux plus radicaux. Il nous a semblé  utile de visibiliser un certain nombre de ses tendances progressistes et militantes, marginalisées par les médias et l’académie, afin de ne pas laisser le champ libre, notamment, à ce que Zillah Eisenstein a très justement nommé le « féminisme impérial » d’un Georges Bush ou d’une Hillary Clinton par exemple (Eisenstein, 2004). En France aussi, divers discours néo-colonialistes-racistes tentent de se légitimer en se réclamant du féminisme, tout en critiquant vigoureusement ce dernier, ou en le caricaturant grossièrement. Ainsi, la classe politique française a eu tout soudain des trémolos « féministes » dans la voix lors des débats autour de la loi sur les signes religieux à l’école, alors qu’elle ne s’était jamais souciée particulièrement des intérêts des femmes. Du côté des intellectuel-le-s, des personnes ayant royalement ignoré les manifestations, actions, réunions et débats féministes au cours des trente-cinq dernières années, se revendiquent soudain féministes ou critiques de celui-ci et bénéficient d’une importante attention médiatique (Rosende et alii., 2003). Réduire ainsi le mouvement féminisme à un féminisme « blanc »3, institutionnel ou académique, fait peu de cas de la dimension militante de ce mouvement,  tout comme de ses luttes antiracistes, à la fois dans le féminisme et dans la société globale. Comme le montrent notamment les textes ici rassemblés, l’histoire du féminisme est bien plus complexe que ce que ces simplifications rapides propagées par les médias et le nouvel anti-féminisme peuvent laisser supposer.

  • 4  Catégories sociales appartenant au registre raciste, les catégories « Noir-e-s » et « Blanc-he-s » (...)

4La confusion politique croissante qui semble prévaloir aujourd’hui, l’insuffisance cruelle d’outils adaptés pour penser et combattre les inégalités sociales, économiques et politiques  actuelles, sont dialectiquement liées à un retour en force du naturalisme et de l’essentialisme, que le féminisme et la sociologie des relations interethniques et du racisme avaient identifiés depuis longtemps déjà parmi leurs principaux ennemis. Concernant la classe, comme l’a montré Mathieu (1970), l’essentialisme a très lentement cédé prise à la suite de plus d’un siècle de luttes sociales résolues. Cependant, à la place de la naturalisation des rapports de classe, on assiste à l’heure actuelle soit à leur occultation, soit à leur priorisation au détriment des autres rapports sociaux, ce qui n’est pas sans poser problème. Pour ce qui concerne les rapports sociaux de sexe et de « race », au-delà des discours convenus, la plupart des gens restent persuadé-e-s du caractère biologique, naturel et finalement « réel », des catégories femmes, hommes, Noir-e-s ou Blanc-he-s 4. Ce naturalisme est d’autant plus préoccupant qu’on l’observe dans toute une partie du discours politique et du monde intellectuel, aussi bien dans les déclarations qui se veulent féministes de toutes sortes d’acteurs et d’actrices, que dans celles d’une partie des mouvements antiracistes.

  • 5  Pour reprendre les concepts d’intérêts pratiques et stratégiques des femmes, proposés par Maxine M (...)

5Ainsi, pour certaines personnes, il semble que le féminisme consiste tout simplement à « défendre toutes les femmes discriminées ». C’est une perspective qui a été légitimée notamment par l’ONU, institution libérale s’il en est, avec sa Convention pour l’élimination de toutes les discriminations envers les femmes. Certes, cette lutte est importante, mais elle ne constitue qu’un objectif pratique5, l’objectif stratégique étant de faire disparaître les femmes comme groupe social crée par l’exploitation-oppression : « c’est pour nous une nécessité absolue, [...] notre survie exige de contribuer de toutes nos forces à la destruction de la classe —les femmes— dans laquelle les hommes s’approprient des femmes » (Wittig, 2001 [1980] : 63-64). Très concrètement, il s’agit de combattre la division sexuelle inégalitaire du travail qui est à l’origine de la séparation de l’humanité en deux classes de sexe (Delphy, 1998 [1970] ; Guillaumin, 1992 ; Kergoat, 2000). Ramener le féminisme au seul horizon de la lutte contre les discriminations peut donc être considéré comme un retour subtil mais réel vers des perspectives naturalistes, qui n’interrogent pas la construction sociale des femmes.

  • 6  Les théories féministes critiques du développement ont d’ailleurs été parmi les premières à travai (...)

6Les luttes antiracistes ne sont pas plus exemptes du risque de naturalisation. D’abord, de naturalisation de la « race » : certes, le retournement du stigmate est une stratégie habile et pratiquée de longue date par beaucoup d’opprimé-e-s. En revanche, postuler une altérité radicale (par exemple, face à « la France » ou à « l’occident »), serait faire peu de cas des effets de l’histoire et notamment de l’esclavage, de la colonisation, du « développement »6 et de la migration. Des rapports de pouvoir profondément inégalitaires mais sans cesse mouvants structurent les relations entre des communautés éminemment « imaginées » (Anderson, 2002), dont les frontières ethniques sont en constante transformation (Barth, 1995 [1969]). La plupart des militant-e-s évitent cependant ce piège grossier.

7En revanche, l’essentialisation des femmes racisées, leur homogénéisation, leur « extranéïsation » et leur instrumentalisation sont moins fermement combattues. En effet, dans le processus d’invention perpétuelle de « communautés » et de « cultures », on sait que les femmes font l’objet de fortes injonctions à faire « corps » autour de ces « communautés » et « cultures » définies par des mouvements sociaux ou des « entrepreneur-e-s ethniques » souvent éloigné-e-s de toute préoccupation en faveur des femmes, dans le cadre de projets nationaux et nationalistes concurrents (Anthias et Yuval Davis, 1989 ; Yuval Davis, 1997). Or, la plupart de ces « cultures » et projets sont oppressifs pour elles – les femmes ne les partagent d’ailleurs que relativement, comme l’a si bien montré Nicole-Claude Mathieu dans son article « Quand céder n’est pas consentir » (1991). Aujourd’hui ne fait pas exception : dans le cadre de l’exacerbation du racisme quotidien et structurel, beaucoup de femmes racisées se voient assignées – par certains projets antiracistes tout comme par les dominant∙e∙s – à des appartenances communautaires et/ou religieuses fort étroites. L’accès à l’universalité et à l’individualité leur est refusé, elles sont soit vilipendées, soit sanctifiées et en tout cas homogénéïsées, puis repoussées ou enfermées dans « leur communauté » et présentées ensuite comme d’inquiétantes (ou de romantiques) inconnues. Or, de qui sont-elles inconnues ? Des Français-es ? Pas de toutes les Français-es, puisque beaucoup de Français-es sont justement ces « étrangères » altérisées, les membres de leur famille, leurs amant-e-s, leurs ami-e-s, leurs collègues, voire leurs employeur-e-s.

8Sont-elles alors des inconnues pour les féministes, à qui sont souvent adressés des reproches tout particuliers ? Il est indéniable que le racisme existe dans le mouvement féministe. Cependant, l’ensemble du féminisme ne méconnaît pas les femmes racisées. Cette accusation révèle une erreur de taille sur qui sont les féministes, puisque toute une partie d’entre elles sont justement ces « étrangères » altérisées, qui se battent depuis longtemps pour se faire une place dans le mouvement féministe (et de nombreuses autres féministes les ont connues dans des luttes). Il s’agit donc d’un discours mystificateur qui (ré)invisibilise tout particulièrement les femmes racisées actives depuis longtemps dans le mouvement féministe et lesbien. Or, ce sont précisément ces féministes et lesbiennes racisées qui ont les premières apporté une critique à la fois (1) du racisme au sein du féminisme et du lesbianisme (Thiam, 1978 ; Groupe du 6 novembre, 2001), (2) du racisme qu’il y a à vouloir les enfermer dans une quelconque communauté et (3) à prétendre soit que ces communautés sont particulièrement sexistes, soit qu’elles sont particulièrement libres de tout sexisme. Historiquement, c’est ce que montre l’exposition « Trente ans d'histoire des mouvements de femmes de l'immigration en France », organisée en 2004 par l’Association des Tunisiens de France notamment, ou la chronologie synthétique des luttes de ces femmes établie par Claudie Lesselier (2006).

9C’est pourquoi il convient de s’interroger sur la manière dont certaines tendances de l’antiracisme concentrent leurs accusations sur le féminisme et font mine d’ignorer tout particulièrement l’existence de féministes et de lesbiennes racisées actives depuis bien longtemps (et non sans heurts) dans ces deux mouvements, au profit de nouvelles figures de migrantes ou de Françaises racisées dont un des apports politiques serait précisément de revendiquer leur « extranéïté » et leur solidarité avec « leurs communautés » et « leurs  familles » fortement attaquées aujourd’hui. Il est intéressant d’analyser ces nouvelles logiques de présentation de soi et de mobilisation collective, non seulement comme l’une des possibles réponses au racisme, mais aussi dans l’actuel contexte français de forte concurrence politique pour la représentation des racisé-e-s.

10Le présent numéro des Cahiers du CEDREF se penche donc sur la (ré)articulation des rapports sociaux de domination et d’exploitation selon la classe, le sexe et la « race » dans le cadre des transformations sociales, politiques et économiques induites par la mondialisation, en proposant un retour sur l’histoire, dans et hors l’Hexagone. Il s’inscrit dans le prolongement de notre séminaire de 2005-2006, qui, pendant un an, a réuni autour de ce projet des personnes venues de disciplines et d’horizons divers. Et si toutes les interventions ne figurent pas ici, pour des raisons de calendrier et de disponibilités des un-e-s et des autres, ce numéro porte la trace des échanges collectifs et des discussions passionnées qui ont pu émerger autour de ces problématiques.

11Comme nous l’annoncions dans la présentation du séminaire, il s’agissait de tenter de réaliser une synthèse entre des outils d’analyse et des réflexions théoriques et militantes. Pour ce faire, il s’agissait notamment de mobiliser :

12- des outils, anciens mais solides, qui permettent de penser les femmes non comme un groupe naturel mais comme le produit de rapports sociaux de pouvoir naturalisés, ces outils constituant l’un des principaux apports du « féminisme matérialiste français » de Delphy, Guillaumin, Mathieu et Tabet notamment, ainsi que de Danièle Kergoat, qui a contribué elle aussi à construire un cadre permettant de penser l’articulation des rapports sociaux (Kergoat, 1978 ; 2005) ;

13- des réflexions théoriques issues d’autres horizons historiques, géographiques et disciplinaires, produites notamment par des chercheur∙e∙s venu∙e∙s à la théorie dans l’actuel contexte de la mondialisation néolibérale.

14Deux dimensions particulièrement intéressantes et liées apparaissent alors : celle des chercheures directement issues des groupes racisés en lutte, de plus en plus nombreuses et qui s’emparent de nouveaux objets d’une part, et d’autre part celle des théories féministes des Sud, ainsi que des théories féministes transnationales et post-coloniales notamment, qui prolongent et renouvellent l’internationalisme féministe en interrogeant les mouvements féministes internationaux – à l’instar des travaux d’Elsa Galerand sur la Marche mondiale des femmes (2006), de Sabine Masson sur les femmes indiennes zapatistes (2005) ou de Paola Bacchetta sur le mouvement lesbien en Inde (2006, dans ce numéro).

15Qu’apportent ces nouvelles recherches à l’analyse de la situation des femmes, dans toute leur diversité, voire leurs oppositions internes, en tant que « classe de sexe » ? Comment traitent-elles la dé-naturalisation du sexe tout autant que de la « race » ? Qu’est devenue la classe, a-t-elle disparu devant la « race » ? Quid de l’imbrication des rapports sociaux de classe, de sexe et de « race », ainsi que leur relation de co-construction ? Comment ces constructions théoriques anciennes et nouvelles sont-elles mobilisées pour interroger la réalité contemporaine et dans quelle mesure cette dernière conduit-elle, en retour, à les ré-examiner ? Comment, enfin, penser l’action ? Ces questions ont constitué la toile de fond commune aux séances du séminaire ainsi qu’aux contributions rassemblées dans ce numéro. Ce faisant, nous nous joignons à la démarche d’autres revues et équipes de recherche, qui interrogent cette re-combinaison des processus de domination depuis longtemps déjà.

16Des tentatives de théorisation ont en effet été amorcées dès la fin des années soixante-dix à partir de la sociologie du travail. On pense ainsi au travail mené par Andrée Michel (1962), aux recherches de Danièle Kergoat et sa réflexion sur la consubstantialité (1978), ou encore aux travaux de Danièle Combes et Monique  Haicault (1984).

  • 7  C’est toutefois dès les années soixante-dix que les membres fondateurs de l’URMIS, Véronique De Ru (...)

17A l’Université de Paris 7, c’est depuis 1985 que la revue Sexe et race. Discours et formes d’exclusion au XIXe et XXe, née à l’initiative de Rita Thalmann, aborde ces questions, la revue ayant, pendant plusieurs années organisé sa réflexion autour notamment du racisme et de l’antisémitisme, des femmes et des antiféministes. Signalons qu’Arlette Gautier coordonnait, la même année, un numéro de la revue Nouvelles Questions Féministes intitulé « Antillaises », articulant déjà les processus de catégorisation et d’identification selon le genre et l’ethnicité. C’est par ailleurs depuis 1992 que l’URMIS (Unité de Recherche Migrations et Société) développe ses recherches sur l’étude des migrations, des relations interethniques et du racisme, à Paris 77. Récusant toute approche essentialiste des groupes sociaux, nationaux, ethniques et culturels, ce laboratoire analyse notamment les processus de discrimination et les mécanismes de la catégorisation sociale, dans le cadre des rapports sociaux entre « majoritaires »  et « minoritaires ».

18Il est indéniable, en effet, que la sociologie des migrations, des relations interethniques et du racisme ainsi que la sociologie des rapports sociaux de sexe ont encouragé la réflexion sur la présence combinée et articulée des rapports de classe, des rapports de genre et des rapports de « race ». On peut ainsi s’appuyer sur Colette Guillaumin (1992), pour penser ensemble toutes les formes de naturalisation des rapports sociaux qu’elle analyse. Danièle Juteau a également contribué à montrer l’importance d’une intrication des rapports sociaux de domination et invite, par exemple, à articuler ces construits politiques et idéologiques que sont l’ethnicité et la féminité (1999). C’est Claude Zaidman qui introduira une réflexion sur les femmes et les phénomènes migratoires souhaitant initier, avec Annette Goldberg-Salinas, des passerelles entre les recherches sur le genre et les rapports sociaux de sexe et celles sur l’immigration et les relations interethniques (2000) ; cette démarche sera également développée par Catherine Quiminal (1997 ; 2002) et plusieurs chercheur∙e∙s de l’URMIS. Les récents travaux de certain∙e∙s membres de ce laboratoire montrent, notamment, en quoi « la force de l’ordre social raciste […] n’est pas de se substituer aux ordres sociaux classistes et/ou sexiste, mais de s’y articuler » (De Rudder ; Vourc’h, 2006 : 126).

  • 8  Dayan-Herzbrun, Sonia ; Goldring, Maurice (Coord.) (1998). Appartenances et ethnicité. Tumultes. O (...)
  • 9  Guillon, Michelle ; Noin, Daniel (Coord.) (1999). « Emploi, genre et migration ». Revue européenne (...)
  • 10  Hersent, Madeleine ; Zaidman, Claude. 2003. « Genre, travail et migrations en Europe ». Cahiers du (...)
  • 11  Rigoni, Isabelle ; Séhili, Djaouida (Coords.) (2005). « Femmes dans la migration ». Migrations soc (...)
  • 12  Catarino, Christine ; Morokvasic, Mirjana ; Hily, Marie-Antoinette (Coord.) (2005). « Femmes, genr (...)
  • 13  « Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes », coordonné par Ochy Curiel, Jules Fal (...)
  • 14  « Sexisme et racisme : le cas français » (Vol. 25, n°1, 2006) et « Sexisme, racisme et post-coloni (...)
  • 15  Cahiers du genre n°39, coordonné par Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Éléonore Lépinard et Eleni V (...)
  • 16  Cahiers du genre n°38, coordonné par Madeleine Akrich, Danièle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey.

19L’Association nationale des études féministes elle-même avait traité le thème lors d’une journée d’étude intitulé : « Les féministes face à l'antisémitisme et au racisme », en juin 1997. En 1998, dans un numéro intitulé « Appartenances et ethnicité8 », la revue Tumultes montrait comment l’analyse du sentiment d’appartenance a été clarifiée par la critique féministe française de l’essentialisme et du naturalisme. L’année 1999 voit se multiplier la sortie de numéros de revue mettant en perspectives les multiples dimensions sociales, ethniques, de genre de certains phénomènes sociaux. La Revue européenne des migrations internationales sortait un numéro sur « Emploi, genre et migration9 » et Nouvelles Questions Féministes publiait une interview de la théoricienne et militante afro-dominicaine Ochy Curiel, intitulée « Pour un féminisme qui articule race, classe, sexe et sexualité » (NQF, vol. 20, n°3). Les publications se sont multipliées depuis, avec notamment, en 2000, la parution des Cahiers du CEDREF sur « Genre et migration », thème développé à nouveau en 2003, sous la direction de Madeleine Hersent et Claude Zaidman10. Cette même année Contretemps sort un numéro intitulé « Genre, classes, ethnies : identités, différences, égalités ». En 2005, plusieurs revues du champ des migrations et des relations interethniques se sont emparées de ces thématiques ; on citera Migrations société et son numéro sur « Femmes dans la migration11 » et celui de la Revue européenne des migrations internationales intitulé « Femmes, genre, migration et mobilités12 ». Signalons également plusieurs numéros de NQF, d’abord sur les féminismes dissidents (Noirs, lesbiens, anti-capitalistes et Indiens notamment) en Amérique latine13, puis avec deux numéros sur l’articulation du sexisme et du racisme14. Quant aux Cahiers du genre, pour la seule année 2005, on mentionnera : « Féminisme(s) : penser la pluralité »15 ainsi notamment que le numéro « Politiques de la représentation et de l’identité, recherches en gender, cultural, queer studies »16, puis pour 2006 le numéro « Féminisme(s). Recompositions et mutations », coordonné par Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Eleni Varikas.

20Par ailleurs, un certain nombre de jeunes et moins jeunes chercheur∙e∙s, d’équipes anciennes et de groupes de recherche en formation travaillent également ces questions. On pense notamment à (l’éphémère) atelier « Sexisme, racisme et colonialisme » d’EFIGIES, à Paris, ainsi qu’au groupe « Sexe et race » de l’Equipe Simone-Sagesse à Toulouse (on trouvera ici une contribution de l’une de ses membres, Horia Kebabza), mais aussi aux journées d’études en hommage à Colette Guillaumin organisées par EFIGIES les 13 et 14 mai 2005 (« Le genre au croisement d’autres rapports de pouvoir »), ainsi que par l’Université de Rouen, en collaboration avec le Réseau Thématique 24 de l’Association Française de Sociologie (AFS) « Genre, Classe, Race. Rapports sociaux et construction de l'altérité » le 24 juin 2006 « Le genre au regard des rapports ethniques et de classe. Perspectives théoriques et méthodologiques ». A cette liste, on ajoutera le séminaire pionnier de l’URMIS « Sexisme et racisme » organisé à l’Université Paris 7 en 2004-2005. Cette liste des premières initiatives est aujourd’hui devenue trop longue pour qu’il soit possible de mentionner tous les ateliers et  discussions en cours, mais la tenue de plusieurs plénières sur les thèmes du post-colonialisme et les perspectives féministes en la matière, lors du deuxième congrès de l’AFS en septembre 2006, montre bien l’intérêt énorme qui existe pour ce thème.

21Pour contribuer à nourrir la réflexion, nous avons choisi de composer un numéro réunissant des chercheuses venues de disciplines diverses, raisonnant sur des contextes historiques et/ou des aires géographiques différents mais qui, tout en mobilisant une ample gamme d’outils théoriques, refusent de hiérarchiser a priori l’un ou l’autre de ces rapports (sexe, classe, « race »), pour au contraire tenter de les penser ensemble et de les mettre en lien. Ce numéro propose ainsi de donner à voir et à penser les formes et modes d’articulation, mais aussi d’engager une réflexion sur leur(s) dynamique(s), afin in fine de penser le changement. Dans ce cadre, il nous a paru fondamental de montrer à nouveau que l’articulation des catégorisations de classe, de sexe et de « race » a une histoire (voire des histoires), tout comme les théorisations de cette articulation. Ce faisant, il s’agissait de dénaturaliser ces catégories, de montrer les ressorts de leur construction et/ou de leurs formes, tout en sortant d’une approche fixiste de la réalité sociale. Par ailleurs, il nous a semblé fondamental de présenter les réflexions théoriques que nous connaissons mal, en l’occurrence les débats sur l’articulation sexe, classe et « race » qui ont lieu depuis plus de trente ans dans d'autres pays, comme en Inde ou aux Etats-Unis. Nous avons aussi voulu revenir sur l’histoire du mouvement féministe (notamment en Italie, en France et aux Etats-Unis) et sur l’histoire, plus ancienne, de la colonisation et plus particulièrement du métissage, dans la perspective de l’imbrication des rapports sociaux de sexe et de « race » notamment. Enfin, il nous a semblé nécessaire d’évoquer l’actualité des luttes, avec notamment l’exemple d’un fragment du mouvement lesbien en Inde et celui des luttes de certaines femmes racisées en France.

22Dans une perspective à la fois philosophique et historique, l’article de Myriam Paris, doctorante à Paris 8 qui ouvre ce numéro, « La page blanche. Genre, esclavage et métissage dans la construction de la trame coloniale (La Réunion, XVIIIe-XIXe siècle) » met en lumière, à partir du cas de l’Ile Bourbon, le processus de construction de figures racialisées et sexualisées du Métis et de la Métisse, dans le cadre de l’émergence de l’économie de plantation, c’est-à-dire, à partir du XVIIe siècle, d’une société progressivement organisée tout à la fois par les hiérarchisations de classe, de sexe et de « race ». Un des apports de cet article, qui fait écho au livre d’Elsa Dorlin (2006), organisé autour de fragments de textes de l’époque particulièrement frappants et d’une analyse du travail d’archive, est d’interroger un aspect encore peu travaillé par le féminisme français, en dépit des travaux pionniers de Colette Guillaumin sur la construction à la fois du racisme et du sexisme : la première époque coloniale dans les colonies françaises elles-mêmes. Paris démontre en effet que la construction de la bi-catégorisation de couleur (Noir∙e/Blanc∙he) est aussi résolument sexualisée. On voit ainsi dans quelle mesure cette construction, tout en suivant des chemins communs que sont les processus de racialisation, s’appuie sur des ressorts différents qui eux, renvoient au sexe. Paris montre bien comment le silence et l’invisibilisation des métisses a constitué l’une des conditions nécessaires à ce processus. Par ailleurs, même si elle développe moins ce point, son article permet de se demander dans quelle mesure, dans le contexte de recomposition des processus de catégorisation et de hiérarchisation, les dynamiques de racisation sexualisée ne pourraient pas être reliées à la redéfinition des rapports de classe ?

23Le Manifeste féministe Noir du Combahee River Collective de 1979 [1977], ainsi que le texte de présentation de Jules Falquet qui l’accompagne, rappellent que les premières à avoir posé, tant du point de vue de la réflexion théorique que de l’action politique, la question de l’articulation des rapports sociaux de sexe, de « race » et de classe, il y a plus de trente ans, sont des militantes féministes et lesbiennes Noires étatsuniennes. Le manifeste du Combahee River Collective est riche d’enseignements à plusieurs titres. Il montre d’abord que pour analyser l’oppression des femmes noires, il est fondamental de penser les rapports sociaux de « race » simultanément aux rapports sociaux de sexe. Cependant, il met également au centre de sa réflexion l’analyse en termes de classe, mais une analyse de classe nouvelle, différente et elle aussi simultanée à la lecture en termes de sexe et de « race ». Enfin, dans un contexte de nationalisme Noir et de racisme blanc pourtant très durs, les féministes Noires du Combahee River Collective eurent l’audace de s’élever aussi contre un quatrième système : celui de l’hétérosexualité – une question sur laquelle règne aujourd’hui un silence assourdissant. C’est pourtant l’hétérosexualité (comme système politique de pensée et d’alliance, et non bien sûr comme pratique sexuelle), notamment dans sa dimension affective et reproductive, qui est la base de la loyauté prescrite entre femmes et hommes de la « même » classe et « race ». Il s’agit certainement d’une des pistes d’analyse à creuser, car si l’épouse d’un bourgeois n’est pas forcément une bourgeoise, les femmes racisées sont-elles et doivent-elles forcément être les épouses des hommes racisés ?

24L’article de la sociologue italienne Vincenza Perilli, doctorante à l’université de Bologne, « “Sexe“ et “race“ dans les féminismes italiens. Jalons d’une généalogie », en nous plongeant dans les débats féministes italiens des années soixante-dix, dans toute leur diversité, propose quant à lui des pistes de réflexion particulièrement intéressantes sur les formes de circulation des idées et des catégories d’analyse, mais aussi sur leur réinterprétation dans des contextes nationaux et sociétaux donnés. Perilli met en lumière les limites et les impasses de la réflexion féministe italienne dominante à propos de l’articulation entre le sexisme et le racisme, ainsi que leurs effets : la difficulté à construire des outils pour combattre ces systèmes. En effet, elle montre que les féminismes italiens, connus pour leur forte composante « de la différence », se sont très tôt emparés de la question « Noire », poussées davantage par l’image internationale d’une Angela Davis que par la présence effective de migrantes en Italie à l’époque, pour en faire un usage tout à fait interne. Elle analyse également très finement les ré-interprétations faites par le féminisme italien dominant de certains éléments de réflexion venus de France et des Etats-Unis, alors que l’Italie possédait une toute autre histoire coloniale, esclavagiste et migratoire. Enfin, elle propose des pistes fécondes sur la manière dont les concepts italiens-phare de la « différence », puis plus précisément de la « différence sexuelle », permettent – ou non – d’analyser le racisme et peuvent conduire à une minorisation des rapports de classe dans l’analyse féministe.

25La contribution d’Horia Kebabza, sociologue, membre du groupe « Race et genre » de l’équipe Simone-Sagesse de Toulouse et co-auteure d’une des principales études publiées à ce jour sur les jeunes filles des « quartiers » (2003), s’intitule :« L’universel lave-t-il plus blanc ? : Race, racisme et système de privilèges ». Elle nous ramène en France en 2006, du point de vue des dominé∙e∙s et de leurs luttes, en abordant la question de la transposition des outils théoriques et/ou militants élaborés pour constituer des supports à l’action antiraciste. Revenant sur le processus de racialisation, dont elle rappelle les mécanismes, Horia Kebabza nous invite à décaler notre regard et à repérer en quoi les dominant∙e∙s, les « Blanc∙he∙s », sont également aliéné∙e∙s par ce système d’oppression et de domination et participent quotidiennement à sa reproduction, bien qu’en ayant toutes les peines du monde à le reconnaître. Elle montre que le détour par les Whiteness studies permet de saisir comment l’étude de la construction de la « blanchité » bouscule certaines théories et en quoi l’attention portée par certain∙e∙s chercheur∙e∙s aux « privilèges blancs » (white skin privileges) offre une perspective nouvelle pour penser l’articulation du racisme et du sexisme. Son article retrace également le travail militant du groupe « Race et Genre » pour adapter à la situation française un outil concret développé par Peggy McIntosh pour rendre visible les privilèges des dominant∙e∙s. Car comme le montre Kebabza, il est urgent de mettre les dominant∙e∙s sous le feu des projecteurs : l’intersectionnalité qui est le cadre d’analyse à partir duquel elle construit sa réflexion, ne concerne pas que les femmes Noires pauvres.

26Enfin, l’article de Paola Bacchetta, sociologue, professeure à l’université de Berkeley et spécialiste du féminisme transnational, aborde la question de « Quand des mouvements lesbiens à Delhi questionnent les “Théories féministes transnationales“ ». Fidèle à la pratique politique qui consiste à se situer avant de parler, Bacchetta précise que sa réflexion est ancrée dans son long vécu en France, puis en Inde où elle a étudié tout particulièrement le nationalisme hindou, et maintenant à nouveau aux Etats-Unis. Son article est particulièrement précieux, car elle nous présente d’abord, de manière extrêmement pédagogique et précise, un panorama global des différents courants d’analyse qui informent les théories féministes transnationales. Mais son ambition est plus vaste : il s’agit, en partant d’un « fragment » historiquement et géographiquement situé, celui des actions de certains groupes de lesbiennes en Inde en défense du film Fire, de réfléchir de manière critique à ce que les versions dominantes de la théorie féministe transnationale incluent, ou non, sous ce label. Elle montre bien, aussi, comment des lesbiennes indiennes ont été capables de créer des coalitions larges pour s’opposer au nationalisme religieux d’hommes qui prétendent s’arroger le monopole de la définition de l’indianité, une indianité patriarcale et hétérosexiste. Bacchetta conclut en rappelant qu’il existe de nombreux groupes invisibilisés dans le féminisme, notamment les mouvements lesbiens et surtout ceux des lesbiennes les plus pauvres (dans le cas de l’Inde) et racisées (dans le cas français). Ainsi, son travail nous rappelle que les luttes pour l’hégémonie et la visibilité dans le féminisme ne sont pas spécifiques au féminisme français ou occidental, pas plus que la participation active au mouvement féministe de femmes et de lesbiennes racisées et pauvres.

  • 17  Tersigni (2003), Hamel (2003), Dorlin (2004), Lada (2005), Scrinzi (2005), Masson (2005).

27Au terme de ce parcours, le décentrement du regard et de l’analyse que proposent les textes que nous avons réunis nous semble particulièrement important. Leur mise en perspective permet aussi de faire émerger des lignes de convergence, par delà les contextes sociétaux et historiques. Ainsi, là où l’on pouvait percevoir des constructions très spécifiques, liées à des cadres nationaux ou locaux et historiques bien précis, des dynamiques communes émergent, dans un contexte marqué et façonné par la mondialisation. On constate notamment que le cadre théorique de l’articulation des rapports sociaux de sexe, de « race » et de classe n’est pas nouveau. Des outils théoriques et politiques ont été forgés depuis longtemps, en particulier par les dominé∙e∙s, pour penser la complexité du réel, comprendre l’articulation des hiérarchisations sociales, ethnico-raciales et de genre et surtout, combattre ces hiérarchies. Les mouvements et les théories féministes, la sociologie des relations interethniques et les travaux sur le racisme ont porté et/ou accompagné ces débats depuis plusieurs décennies.  Même si, en France, la majorité des travaux sur le genre d’une part, la classe et les relations interethniques de l’autre, se sont longtemps développés séparément (situation qui est cependant en train de changer, au vu, notamment, des thèses de doctorat récemment soutenues17), et même si les mondes universitaires et militants prétendent souvent être disjoints, il nous a paru indispensable de tenter de contribuer à les faire dialoguer et surtout, de sortir de l’invisibilité les travaux et les luttes qui, moins qu’invisibles, ont été invisibilisés par la pensée académique dominante et les courants dominants des mouvements sociaux. Ce faisant, il s’agit tout autant de permettre de mieux  comprendre une histoire et une réalité passées, que de se donner des outils pour penser et agir sur le contemporain. Pour pouvoir analyser d'un point de vue féministe et antiraciste les phénomènes sociaux, politiques et culturels induits par la réorganisation néolibérale, et lancer les bases d’une recomposition politique et théorique clairement progressiste dans tous les domaines : du point de vue du sexe, de la classe, de la « race » et de la sexualité.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, Madeleine ; Chabaud-Rychter, Danièle et Gardey, Delphine (Coord.). (2005). « Politiques de la représentation et de l’identité. Recherches en gender, cultural, queer studies ». Cahiers du genre, n°38.

Anderson, Benedict. (2002). L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme. Paris : La Découverte.

ANEF (1998). « Les féministes face à l’antisémitisme et au racisme ». Supplément au bulletin de l’ANEF, n°28, printemps-été 1998.

Association Nationale des Etudes Féministes (1998). « Les féministes face à l'antisémitisme et au racisme ». Actes de la journée d'études de juin 1997. Supplément au bulletin de l’ANEF, n°26.

Barth, Fredrik (1995 [1969]). « La définition du groupe ethnique ». In Poutignat, Philippe ; Streiff-Fénart, Jocelyne. Théories de l’ethnicité. Paris : PUF, p. 206-216.

Benelli, Natalie ;  Delphy, Christine ; Falquet, Jules ; Hamel, Christelle ; Hertz, Ellen ; Roux, Patricia (2006). « Sexisme et racisme : le cas français ». Nouvelles Questions Féministes. Février, n°1, vol. 25.

Bessin, Marc ; Dorlin, Elsa (Coords.) (2006). « Féminismes : théories, mouvements, conflits ». L’Homme et la société, n°158. 272 p.

Boserup, Esther. (1970). La femme face au développement économique. Paris : PUF.

Catarino, Christine ; Barison, Noella (1997) « Femmes immigrées en France et en Europe ». Migrations société. Juillet-août, n°52, vol. 9.

Catarino, Christine ; Morokvasic, Mirjana ; Hily, Marie-Antoinette (Coord.) (2005). « Femmes, genre, migration et mobilités ». Revue européenne des migrations internationales, n°21(1).

Combahee River Collective. (1979. [1977]). « Collective Statement ». In : Eisenstein, Zillah. Capitalist Patriarchy and the Case for Socialist Feminism. New York : Monthly Review Press. p. 362-372.

Combes, Danièle ; Haicault, Monique (1984). « Production et reproduction, rapports sociaux de sexe et de classes » In Collectif. Le sexe du travail. Grenoble : PUG.

Curiel, Ochy (1999). « Pour un féminisme qui articule race, classe, sexe et sexualité ». Nouvelles Questions Féministes, Vol. 20, n°3, p. 49-62.

Dayan-Herzbrun, Sonia ; Goldring, Maurice (Coord.) (1998). Appartenances et ethnicité. Tumultes. Octobre, n°11.

De Rudder, Véronique (2000). « Racisation ». Pluriel Recherche. Vocabulaire historique et critique des relations interethniques, n° 6-7, p. 111-113.

De Rudder, Véronique ; Poiret, Christian ; Vourc’h, François (2000). L’inégalité raciste. L’universalité républicaine à l’épreuve. Paris : PUF.

De Rudder, Véronique ; Vourc’h, François (2006). Ordre social raciste, classisme et sexisme. Migrations société, vol. 18, n°105-106, p. 121-134.

Delphy, Christine (1998). « L’ennemi principal ». In Delphy, Christine. L'ennemi principal. 1: Economie politique du patriarcat. Paris : Syllepses, p 31-56.

Dorlin, Elsa (2004). Au chevet de la Nation : sexe, race et médecine (XVIe-XVIIe siècles). Thèse de doctorat de philosophie, sous la direction de Pierre-François Moreau, Université Paris I-Panthéon Sorbonne.

Dorlin, Elsa (2006). La matrice de la race : Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française. Paris : La Découverte.

Eisenstein, Zillah (2004). Against Empire. Feminisms, Racism, and the West. London & New York : Zed Books.

ENVEFF (Jaspard, Maryse ; Brown, Elizabeth ; Condon, Stéphanie ; Houel, Annik ; Lhomond, Brigitte ; Maillochon, Florence ; Saurel-Cubizolles, Marie-Josèphe ; Schiltz, Marie-Ange) (2003) Les violences envers les femmes en France. Paris : La Documentation Française.

Falquet, Jules ; Goldberg Salinas, Annette, Zaidman, Claude (Coord.) (2000). « Femmes en migrations. Aperçus de recherche ». Cahiers du CEDREF, n°8/9.

Fougeyrollas-Schwebel, Dominique ; Lépinard, Eléonore ;Varikas, Eleni (Coord.) (2005). Féminisme(s). « Penser la pluralité ». Cahiers du genre, n°39.

Fougeyrollas-Schwebel, Dominique ; Varikas, Eleni (Coord.) (2006). « Féminisme(s). Recompositions et mutations ». Cahiers du Genre, numéro hors série.

Galerand, Elsa (2006). « Retour sur la genèse de la Marche mondiale des femmes (1995-2001). Rapports sociaux de sexe et contradictions entre femmes ». Cahiers du Genre, n°40, p 163-181.

Gautier, Arlette (Coord.) (1985). « Antillaises ». Nouvelles Questions Féministes, n°9-10,  vol. 8.

Goldberg Salinas, Anette (1996). « Femmes et rapports sociaux de sexe dans les travaux sur les migrations en France ». Cahiers du Mage, n°3.

Goldberg Salinas, Anette (2000) « Brésiliennes en exil : de femmes migrantes à féministes étrangères ». In Falquet, Jules ; Goldberg Salinas, Anette, Zaidman, Claude (Coord.). « Femmes en migrations. Aperçus de recherche ». Cahiers du CEDREF, n°8/9, p 43-68.

Golub, Anne ; Morokvasic, Mirjana ; Quiminal, Catherine (1997). « Évolution de la production des connaissances sur les femmes immigrées en France et en Europe. » Migrations société, °52, vol. 9, p. 19-36.

Groupe du 6 novembre. 2001. Warriors/Guerrières. Paris: Nomades’ Langues Editions.

Guillaumin, Colette. (1992). Sexe, Race et Pratique du pouvoir, l’idée de Nature. Paris : Côté Femmes.

Guillon, Michelle ; Noin, Daniel (Coord.) (1999). « Emploi, genre et migration ». Revue européenne des migrations internationales, n°2, vol. 15.

Hamel, Christelle (2003). L’intrication des rapports sociaux de sexe, de « race », d’âge et de classe : ses effets sur la gestion des risques d’infection par le VIH chez les Français descendants de migrants du Maghreb. Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Marie-Elisabeth Handman, EHESS.

Hernández, Daisy ; Rehman, Bushra (Eds.). (2002). Colonize this! Young women of color on today’s feminism. California : Seal Press.

Hersent, Madeleine ; Zaidman, Claude (Coord.) (2003). « Genre, travail et migrations en Europe ». Cahiers du CEDREF, n°10.

Juteau, Danielle (1999). L’ethnicité et ses frontières. Montréal : Presses universitaires de Montréal.

Kandel, Liliane. (Dir.) (1997). « Féminismes et Nazisme (en hommage à Rita Thalmann) ». Cahiers du CEDREF.

Kebabza, Horia, et alii. (2003). Jeune filles et garçons des quartiers : une approche des injonctions de genre. Rapport Mission de recherche droit et justice, Délégation Interministérielle à la Ville.

Kergoat, Danièle (1978). « Ouvriers = ouvrières ? Propositions pour une articulation théorique de deux variables : sexe et classe sociale », Critiques de l’économie politique, nouvelle série,n° 5, p. 65-97.

Kergoat, Danièle (2004 [2000]). « Division sexuelle du travail ». In Hirata, Helena ; Laborie, Françoise ; Le Doaré, Hélène ; Senotier, Danièle (coordinatrices). Dictionnaire critique du féminisme. Paris : PUF, Politique d'aujourd'hui. p 35-44.

Lada, Emmanuelle (2005). Quand les marges deviennent centre. Mise au travail, jeunesses populaires et rapports sociaux (de sexe) dans le secteur public et associatif. Thèse de sociologie, sous la direction de Danièle Kergoat, Université Versailles Saint Quentin en Yvelines.

Lesselier, Claudie (2006). "Aux origines des mouvements de femmes de l'immigration". Communication au colloque Histoire, genre et migrations (mars 2006). Consultable en ligne :  http://www.femmes-histoire-immigration.org/claudie_%20Colloque%20genre%20et%20migration%20mars%2006.htm

Masson, Sabine (2005). Les indiennes du Chiapas (Mexique) : un mouvement féministe post-colonial ? Tzom Ixuk : étude de cas d’une coopérative de femmes tojolabales. Thèse de  sociologie, sous la direction de Danielle Kergoat et Françoise Messant-Laurent, Université de Lausanne.

Masson, Sabine (2006). « Sexe/genre, classe, race : décoloniser le féminisme dans un contexte mondialisé. Réflexions à partir de la lutte des femmes indiennes au Chiapas ». Nouvelles Questions Féministes, vol. 25, n°3, p. 56-75.

Mathieu, Nicole-Claude (1991 [1985]). « Quand céder n’est pas consentir ». In Mathieu, Nicole-Claude. L’anatomie politique. Paris : Côté Femmes. p. 131-225.

Mathieu, Nicole-Claude. (1991. [1970]). « Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe ». In : Mathieu, Nicole-Claude. L’anatomie politique. Paris : Côté Femmes, p 17-41.

Michel, Andrée(1962).« Tendances nouvelles de la sociologie des relations raciales ». Revue française de sociologie, n°3, vol. 3, p.81-189.

Molyneux, Maxine (1985). « Mobilization without Emancipation? Women’s Interests, the State and Revolution in Nicaragua ». Feminist Studies, vol. 11, n°2. p 227-235.

Curiel, Ochy ; Falquet, Jules ; Masson Sabine (Coords) (2005) « Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes ». Nouvelles questions féministes. juin, n°2 vol 24.

Quiminal, Catherine ; Azoulay, Muriel (2002). « Reconstruction des rapports de genre en situation migratoire. Femmes réveillées, hommes menacés en milieu Soninké », VEI Enjeux Rapports de sexe, rapports de genre, domination et émancipation, pp. 87-102, n° 128, mars.

Rigoni, Isabelle ; Séhili, Djaouida (Coords) (2005). « Femmes dans la migration ». Migrations société, n°99-100, vol. 17.

Rosende, Magdalena; Perrin, Céline; Roux, Patricia; Gillioz, Lucienne (2003). « Sursaut anti-féministe dans les salons parisiens ». Nouvelles Questions Féministes, vol. 22, n°3. p 88-100.

Scrinzi, Francesca (2005) : Les migrant(e) dans les emplois domestiques en France et en Italie : construction sociale de la relation de service au croisement des rapports sociaux de sexe, de race et de classe. Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Jocelyne Streiff-Fénart, Université Nice Sophia-Antipolis et d’Alessandra Dal Lago, Université de Gênes.

Simon, Pierre-Jean (1999). « Proposition de schéma pour l’analyse des attitudes et des politiques dans le domaine des relations interethniques », Bastidiana, n°23-24, p. 167-181.

Tabet, Paola (1998). La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps. Paris : L’Harmattan, Paris.

Tabet, Paola (2004). La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel. Paris : L’harmattan.

Talpade Mohanty, Chandra (1988). « Under Western Eyes : Feminist Scholarship and Colonial Discourses ». Feminist Review, n° 30, p 61-88.

Talpade Mohanty, Chandra (2003). « Under Western Eyes revisited : Feminist solidarity through anticapitalist struggles ». Signs, vol. 28, no2, p. 499-535.

Tersigni, Simona (2003). Les frontières du partage : relations interethniques et approches de l’islam. Discours et pratiques de migrantes d’Afrique du Nord et de leurs filles. Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Catherine Quiminal, Université Paris 7 Denis Diderot.

Thalmann, Rita (responsable de publication). (1985-1995). Sexe et race : discours et formes nouvelles d’exclusion au XIX e et XXe siècle, Revue du CERIC, Tomes 1 à 8.

Thiam, Awa (1978). La parole aux Négresses. Paris : Denoël. 193 p.

Wittig, Monique (2001 [1980]). La pensée straight. Paris : Balland.

Yuval Davis, Nira ; Anthias, Floya. (Eds.). (1989). Woman - Nation - State. London : Mac Millan.

Yuval Davis, Nira. (1997). Gender and Nation. Londres : Sage  Publications.

Haut de page

Notes

1  On sait que les femmes ont été touchées différemment selon leurs appartenances de classe et de « race », et on sait également qu’elles ont été touchées différemment des hommes des secteurs populaires et/ou racisés.

2  Dans ce texte, nous avons choisi d’employer le terme de racisé∙e en référence au concept-clé de racisation, en nous appuyant sur la définition qu’en donne notamment Véronique De Rudder (2000). Parler de racisation rappelle, d’une part, que ce sont des processus historiques et sociaux qui ont engendré la partition de l’espèce humaine en groupes soi-disant socio-biologiques. Cela permet d’affirmer, d’autre part, que le racisme et la « race » s’inscrivent dans l’unique domaine des sciences sociales de l’Homme. Ce choix nous fait ainsi prendre des distances avec les termes de « racialisé∙e » et de « racialisation », tendant à renvoyer de manière trop restrictive à des réflexions pseudo-scientifiques et des discours idéologiques qui s’appuient sur la conception biologique de la « race ». En ce sens, une personne racisée est l’objet d’un processus de catégorisation et de différenciation en fonction de caractéristiques somato-psychologiques héréditaires socialement instituées comme naturelles. Les groupes racisés sont pris dans un rapport social asymétrique, placés en position subordonnée par rapport aux racisant∙e∙s et ainsi radicalement infériorisé-e-s (Simon, 1999 ; De Rudder, 2000).

3  Par « féminisme blanc » (ou « occidental »), nous entendons un féminisme dominé par les intérêts des femmes « blanches » (ou « occidentales »), ce vocable n’étant pas ici compris au sens « racial » ni comme une couleur, mais comme une inscription politique et sociale dominante dans l’ordre social raciste. Il ne s’agit donc pas du féminisme « des blanches ». Des femmes racisées ont participé depuis toujours au féminisme (« occidental » et « non-occidental »), tant dans le féminisme dominant et libéral que dans le féminisme critique, souvent pour critiquer le racisme, mais il ne s’agit nullement de leur unique contribution au féminisme. Par ailleurs, les notions de Nord et Sud, tout comme celle d’occident, sont éminemment relatives, comme l’a notamment montré Chandra Talpade Mohanty (2003).  

4  Catégories sociales appartenant au registre raciste, les catégories « Noir-e-s » et « Blanc-he-s » apparaissent ici avec des majuscules pour signifier l’usage, en tant que catégories descriptives voire politiques qu’en fait le sens commun ; il ne s’agit en aucun cas de leur apporter une quelconque caution scientifique.

5  Pour reprendre les concepts d’intérêts pratiques et stratégiques des femmes, proposés par Maxine Molyneux dans son article classique (1985).

6  Les théories féministes critiques du développement ont d’ailleurs été parmi les premières à travailler sur le colonialisme et sur le racisme dans les rapports entre femmes du Sud et du Nord. Ainsi, l’économiste danoise Esther Boserup souligne dès 1970 dans son ouvrage pionnier les effets négatifs de la colonisation puis de la « modernisation » sur les paysannes des pays du Sud, ouvrant ainsi le champ de l’analyse des effets du colonialisme sur les rapports sociaux de sexe. A la fin des années quatre-vingts, dans un article qui fait date, la sociologue indienne aujourd’hui installée aux Etats-Unis, Chandra Talpade Mohanty articule brillamment une critique féministe de l’orientalisme, en montrant comment toute une partie des universitaires occidentales ont construit une image victimiste et homogène des femmes « du Tiers-Monde » pour mieux se poser en femmes déjà libres et en avant-garde du féminisme (1988).

7  C’est toutefois dès les années soixante-dix que les membres fondateurs de l’URMIS, Véronique De Rudder, Maryse Tripier, Isabelle Taboada-Leonetti et François Vourc’h, ont abordé ces questions, dans le cadre d’une jeune équipe de recherche qui s’est ensuite agrandie et constituée en Unité Mixte de Recherche CNRS- Universités de Paris 7, Paris 8 et Nice. Deux ouvrages de référence ont été publié, entre autres, par le laboratoire : Poutignat ; Streiff-Fénart, 1995 et De Rudder ; Poiret ; Vourc’h, 2000.

8  Dayan-Herzbrun, Sonia ; Goldring, Maurice (Coord.) (1998). Appartenances et ethnicité. Tumultes. Octobre, n°11.

9  Guillon, Michelle ; Noin, Daniel (Coord.) (1999). « Emploi, genre et migration ». Revue européenne des migrations internationales, n°2, vol. 15.

10  Hersent, Madeleine ; Zaidman, Claude. 2003. « Genre, travail et migrations en Europe ». Cahiers du CEDREF. Décembre 2003, n°10.

11  Rigoni, Isabelle ; Séhili, Djaouida (Coords.) (2005). « Femmes dans la migration ». Migrations société. Mai-août, n°99-100, vol. 17.

12  Catarino, Christine ; Morokvasic, Mirjana ; Hily, Marie-Antoinette (Coord.) (2005). « Femmes, genre, migration et mobilités ». Revue européenne des migrations internationales, n°21(1).

13  « Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes », coordonné par Ochy Curiel, Jules Falquet et Sabine Masson, paru en 2005.

14  « Sexisme et racisme : le cas français » (Vol. 25, n°1, 2006) et « Sexisme, racisme et post-colonialisme » (Vol. 25, n°3, 2006), tous deux coordonnés par Nathalie Benelli, Christine Delphy, Jules Falquet, Christelle Hamel, Ellen Hertz et Patricia Roux.

15  Cahiers du genre n°39, coordonné par Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Éléonore Lépinard et Eleni Varikas.

16  Cahiers du genre n°38, coordonné par Madeleine Akrich, Danièle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey.

17  Tersigni (2003), Hamel (2003), Dorlin (2004), Lada (2005), Scrinzi (2005), Masson (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jules Falquet, Emmanuelle Lada et Aude Rabaud, « Introduction », Les cahiers du CEDREF, 14 | 2006, 7-29.

Référence électronique

Jules Falquet, Emmanuelle Lada et Aude Rabaud, « Introduction », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 14 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/407

Haut de page

Auteurs

Jules Falquet

Articles du même auteur

Emmanuelle Lada

Aude Rabaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org