Navigation – Plan du site
Choix de textes

Madeleine Pelletier et l’éducation des filles

Claude Zaidman
p. 265-281

Notes de la rédaction

Paru dans Bard Christine (dir.), Madeleine Pelletier. Logiques et infortunes d’un combat pour l’égalité, Côté-femmes, 1992.

Texte intégral

1La réflexion féministe contemporaine en France s’est peu intéressée à l’éducation. On pourrait dire que le féminisme des années soixante-dix est une révolte des filles, comme 68 était la révolte des fils, et que de ce fait, le problème de l’éducation a été traité comme dénonciation d’un vécu plus que comme théorisation d’une pratique. En d’autres termes c’est en tant que filles ayant subi une éducation perçue comme répressive et non en tant que (futures) mères, (futures) éducatrices que les femmes du mouvement s’intéressèrent à la genèse du féminin, suivant en cela S. de Beauvoir qui a tant influencé les femmes de cette génération. Centré sur une réappropriation du corps, le MLF, par rupture avec l’image imposée de la maternité comme destin, ne s’est guère passionné pour l’éducation des petites filles.

  • 1  Gianni Bellotti Elena, Du côté des petites filles, éditions des Femmes, 1975.
  • 2  Kandel Liliane, « L’école des femmes et le discours des sciences de l’homme », Les femmes s’entête (...)
  • 3  Mosconi Nicole, « La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblant ? », PUF, 1989 ; Bau (...)

2Un ouvrage va à la fois ouvrir et clore le débat, celui de E. G. Bellotti1 qui aura une audience extraordinaire en France, puisque encore maintenant c’est bien souvent le seul ouvrage « féministe » connu d’un grand nombre d’étudiantes. L. Kandel2 sera la seule à poser le problème de l’éducation sous l’angle non de la dénonciation sexiste, mais de la construction des rapports de genre, en s’interrogeant notamment sur les effets de la mixité. Elle ne sera guère suivie sur ce terrain, cette thématique n’étant reprise que dans des travaux récents3.

  • 4  « L’éducation féministe des filles » [1914], rééditée par Maignien C. in Pelletier Madeleine, L’éd (...)
  • 5  Beauvoir Simone de, Le deuxième sexe, Gallimard, 1949.

3C’est dans ce contexte que paraît en France en 1978 la réédition de L’éducation féministe des filles4. Ce qui me frappe alors c’est l’insistance sur la nécessaire virilisation des filles, par le prénom, le vêtement, les jeux. Si l’audace de la pensée, quarante ans avant S. de Beauvoir, étonne, la référence au masculin comme seule norme choque d’autant plus qu’elle énonce en clair ce que Beauvoir puis E. G. Bellotti signifient plus indirectement. Ces trois auteurs ont en commun un travail de déconstruction de la production sociale du féminin : « On ne naît pas femme, on le devient5 ». Chez Simone de Beauvoir, la description des différents stades de formation de la femme met en scène la violence qui est le fond de l’éducation des filles « pendant toute son enfance, la fillette a été brimée et mutilée… ». On retrouve cette violence chez E. G. Bellotti qui caractérisa comme répression la production de la fillette. On retrouve aussi la référence à l’homme comme sujet, comme seul individu capable d’autonomie, d’initiative. « Ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin » dit Beauvoir avec mépris. En commun aussi l’accusation faite aux femmes, mères et éducatrices, d’être les vecteurs de la reproduction de l’oppression : « Une des malédictions qui pèse sur la femme – Michelet l’a justement signalée – c’est que, dans son enfance, elle est abandonnée aux mains des femmes. »

  • 6  Fraisse Geneviève, « Un dangereux anachronisme. Questions sur l’analyse de la reproduction du sexi (...)

4Seules quelques rares féministes françaises dont G. Fraisse6 ont critiqué E. G. Bellotti sur ces deux derniers points, la valorisation implicite du masculin comme référent universel et l’accusation portée contre les femmes comme vecteurs de la reproduction.

5Ma deuxième lecture à l’occasion de ce colloque sera une révélation : par la mise en perspective avec d’autres textes de Madeleine Pelletier, je découvre tout d’un coup sa modernité. Loin d’être seulement (!) précurseur de la lutte contre le sexisme, elle invente la notion de sexe social (genre), analyse les rapports de sexe comme rapports sociaux dans leurs interrelations avec les rapports de classe, construit le système des acteurs en maniant de façon magistrale le rapport individu/société permettant de déplacer le problème de la notion de reproduction à celle de transmission. En un mot, elle donne à la réflexion sur l’éducation sa dimension proprement politique.

6Cette lecture de certains textes de Madeleine Pelletier comme textes sociologiques, à travers toute une littérature ultérieure, pose le problème du sentiment de la modernité : s’agit-il d’une projection rétrospective, une illusion ? Je propose ici une lecture sélective qui met en lumière certains aspects de la pensée de Madeleine Pelletier : le parti pris est de mettre en évidence ce qui, dans sa démarche concernant l’éducation des filles, touche à des questions encore controversées. Prendre Madeleine Pelletier comme interlocutrice est peut-être trahir l’approche historique de sa pensée mais c’est rendre justice à la pertinence d’une pensée libre.

La construction sociale du genre ou comment se reproduisent les rapports d’oppression

  • 7  Pelletier Madeleine, « Les facteurs sociologiques de la psychologie féminines », La Revue socialis (...)

7Dans un article, daté de 1905, Les facteurs sociologiques de la psychologie féminine, Madeleine Pelletier établit les bases d’une analyse sociologique de l’éducation différentielle des sexes, ses causes et ses effets7. Les concepts utilisés sont ceux de « sexe psychologique » et de rapports sociaux de sexe.

8L’inégalité de traitement commence avant la naissance : « L’enfant qui est désiré c’est le garçon, et la naissance d’une fille est considérée sinon comme un malheur, du moins comme un contretemps ». L’explication fondamentale tient aux rapports sociaux entre les sexes et à la valeur respective de chacun : « L’homme existe pour lui-même, mais l’existence de la femme n’a de raison d’être qu’en vue de l’homme ».

9« Dès que l’enfant est capable de comprendre, il reçoit de ses parents et du milieu social tout entier son sexe psychologique ». Il s’agit bien ici de distinguer entre sexe biologique et sexe social : ce sont les rapports sociaux entre les sexes, soit des rapports hiérarchiques (infériorité/supériorité), qui construisent le sexe psychologique, assurant ainsi la perpétuation de l’asservissement des femmes. Madeleine Pelletier développe alors les différentes modalités de production du sexe social selon les classes sociales et les milieux sociaux, différenciant la classe moyenne et la classe pauvre des classes cultivées, et dans celles-ci, la bourgeoisie catholique de la bourgeoisie protestante. En d’autres termes elle produit d’emblée une analyse qui articule rapports de sexe et rapports de classe.

10L’analyse se déroule selon un schéma temporel montrant pour chaque étape de la vie et en fonction des milieux sociaux, les inculcations différenciées pour les filles et les garçons et leurs effets.

11Enfin, l’auteur décrit les pratiques sociales d’éducation selon une double grille : les comportements, imposition matérielle, et les représentations, les discours, la violence symbolique, notamment aux travers des conversations familiales.

12Chez les ouvriers et les paysans, la petite fille est la servante du petit garçon (imposition matérielle de la subordination). « La brutalité et l’orgueil mâle ainsi que la servilité féminine se donnent libre carrière » dans les discussions familiales (représentations). « Aussi, dès qu’il a six ou sept ans, le jeune garçon est-il déjà convaincu de la supériorité de son sexe. » Ainsi « à la sortie des écoles primaires, le plus grand bonheur des écoliers est d’injurier et de frapper les écolières de l’institution voisine : « sales quilles ! » leur crient-ils, en faisant passer dans cette

13injure tout le mépris qu’ils ont de ce qui porte jupons ; et ils courent à elles les poings tendus. Les filles en général ne se défendent ni ne répliquent ; elles s’enfuient peureusement : ce sont déjà des femmes ».

14Nous sommes bien dans une problématique de genre où les attitudes des filles et des garçons se construisent conjointement dans un rapport socialement transmis de domination.

15Pour les classes cultivées où, dit-elle, l’inégalité sociale des sexes ne se manifeste pas sous des formes aussi brutales, c’est l’apprentissage de la différence qui prime : à travers le vêtement et les comportements encouragés, l’objectif éducatif est pour les filles la seule représentation qui la transforme en objet (en chose belle à voir) et pour les garçons, l’énergie et le ressort moral.

16Ce modelage d’une différence hiérarchisée se poursuit au niveau des institutions d’enseignement. Là encore l’analyse sociologique porte sur le double niveau de l’imposition : au-delà des contenus tronqués, il faut surtout mettre en cause le mode de transmission : « Ce sur quoi les critiques des gens voulant l’égalisation intellectuelle des sexes doivent porter, c’est sur l’esprit de cet enseignement, esprit tout d’asservissement des mentalités féminines. » Ainsi plus que le choix des textes, ce sont les commentaires, qui sont les plus efficaces pour modeler l’esprit des filles.

17Madeleine Pelletier s’intéresse ici principalement aux processus d’intériorisation de l’infériorité féminine. Certes ce sont les professeurs-femmes qui enseignent tant dans les lycées que dans l’enseignement supérieur des jeunes filles. Malheureusement, ce que transmettent ces femmes à leurs élèves, c’est que « la seule affaire pour une femme c’est d’être belle afin d’être, un jour, désirée ; que le seul rôle de la femme est d’être épouse et mère ». Et dit Madeleine Pelletier, l’élève complète la pensée de sa maîtresse : son rôle est d’être la femme de quelqu’un. L’enseignement enfin accordé aux femmes, leur est dispensé dans un esprit qui leur interdit d’en tirer profit pour elles-mêmes comme individu : soit il n’a pour fonction que d’augmenter leur valeur sur le marché matrimonial, soit il ne sert qu’à pallier leur échec sur ce même marché, devenant alors un pis-aller : « persuadées

18que la vie de la femme n’est pas ailleurs que dans le mariage, en ayant manqué le mariage elles pensent avoir manqué leur vie et elles deviennent les vieilles filles aux prétentions niaises, à l’esprit chagrin, et dont le caractère détestable trahit l’éternel malheur de leur existence ».

19En conclusion « à travers la diversité des milieux sociaux, l’asservissement de la femme est partout uniforme. L’homme seul est une personnalité qui compte ; la femme n’est qu’une esclave, une servante à tout faire ; et formée dès l’enfance pour cet emploi, elle en a la mentalité. Inférieure en intelligence, elle ne l’est pas, les différents ordres d’étude dans lesquels elle a réussi le montrent ; mais ce qui lui manque c’est la dignité personnelle, le fait de sentir qu’on est quelqu’un et qu’on vaut quelque chose ». D’où un appel vibrant à secouer les chaînes pour sortir de l’aliénation : « femme déprend toi ??? de l’idole homme. En elle, comme en la royauté et en la divinité, il n’y a que mensonge et illusion. Ta raison d’être, elle n’est en personne qu’en toi-même ».

Les conseils aux mères féministes ou comment sortir de l’oppression ?

  • 8  Op. cit.

20En 1914, Madeleine Pelletier publie une brochure intitulée L’éducation féministe des filles8. Un des aspects les plus intéressants de ce texte me semble être l’optique militante dans laquelle se place l’auteur, son objectif politique.

21Madeleine Pelletier part du point de vue des opprimés, mais sans complaisance. Tant qu’ils ne se révoltent pas, on pourrait dire que les opprimés méritent leur oppression. Mais on ne peut tenir rigueur aux individus de leur maintien dans l’oppression dans la mesure où il s’agit d’un phénomène social donc collectif. Aussi l’affranchissement sera œuvre collective. Certaines individualités d’élite peuvent s’émanciper et participer ainsi à l’évolution sociale qui aboutira à l’émancipation de l’ensemble des femmes, mais le processus est avant tout politique. Les transformations économiques seront sanctionnées par des législations. C’est finalement l’État qui, en accordant le droit de vote, construira les conditions d’émergence d’une élite féminine qui entraînera à son tour une transformation des mentalités.

22La démarche de Madeleine Pelletier permet tout à fait d’analyser les transformations que nous avons connues dans la deuxième moitié du siècle, soit cinquante ans plus tard. Elle permet de répondre par cette dialectique individu/société à des problèmes récurrents concernant l’oppression des femmes : le consentement à la domination, le rapport entre transformation des pratiques sociales, changements politiques et évolution des mentalités.

  • 9  En 1911 dans l’article « Éducation » du Nouveau dictionnaire de pédagogie et de l’instruction prim (...)

23En ce qui concerne l’éducation, Madeleine Pelletier préconise donc l’action collective de préférence à l’action individuelle. Surtout elle place le politique avant l’utopie, collective ou individuelle. C’est la raison pour laquelle ce texte n’a pas pour ambition de produire directement des effets de transformation : sur le plan collectif, ce ne sont pas les changements dans les pratiques éducatives à l’échelon d’un groupe, d’une école qui sont porteurs. À la différence de certains éducateurs anarchistes ou socialistes de l’époque qui préconisent la création d’écoles pour faire avancer leurs propres idées pédagogiques, elle soutient la hiérarchie des urgences militantes : faire passer des législations permettant l’émancipation des femmes fera plus que la création d’une école féministe. En ce qui concerne la diffusion des idées, l’action politique est plus efficace que l’action pédagogique. Sur le plan individuel enfin, il est pratiquement impossible d’élever son enfant sur la base de principes en contradiction avec le milieu ambiant9.

24Alors pourquoi ce texte ? C’est un texte militant à proprement parler en ce qu’il s’adresse à des militantes, à des féministes. Il vise à aider les mères féministes à concevoir une éducation féministe ; au-delà, il s’adresse aux enseignantes pour les encourager à mettre en œuvre les idées féministes dans leur pratique pédagogique. Ayant dénoncé l’éducation pratiquée par les mères dans le cadre familial traditionnel, et les pratiques traditionnelles des enseignantes, c’est aux femmes en tant que mères et enseignantes qu’elle s’adresse : Madeleine Pelletier, militante féministe sait analyser le poids des pesanteurs sociologiques qui font obstacle au changement. Cette femme qui n’a pas choisi d’avoir l’expérience de la maternité s’adresse aux mères féministes avec beaucoup de compréhension pour parler d’un problème central, celui de la transmission : « souvent, féministes elles-mêmes, les mères ne savent pas donner à leurs filles une éducation féministe. L’idée de s’affranchir ne leur est venue que tardivement et tout en essayant de faire partager à leurs enfants les idées générales qu’elles ont sur l’émancipation de la femme, elles les élèvent comme elles ont été élevées elles-mêmes, c’est-à-dire selon la tradition. Puisse mon petit ouvrage leur permettre de mieux accorder leur pratique avec leurs principes ». D’où le souci du détail, de l’aspect pratique et cela en fonction des différents milieux sociaux concernés.

25Partant de ces prémisses, Madeleine Pelletier produit un travail d’analyse des pratiques quotidiennes d’éducation sous l’angle de la différence des sexes, qui a donc pour fil directeur non la dénonciation mais la transformation. Comment rompre la chaîne des conditionnements qui reproduisent de générations en générations la différence hiérarchisée des sexes ?

Féminisation et masculinisation ?

26Il faut situer ce texte dans le contexte des débats sur l’éducation de l’époque. D’abord la valorisation de la fonction sociale de mère, présente y compris dans certains aspects du mouvement féministe de l’époque, rejoint un nouveau souci pédagogique s’appuyant sur le développement d’une psychologie de l’enfant. On trouve donc une littérature importante de conseils aux mères, issue d’horizons différents.

27À ceci s’ajoute le débat très vif sur l’éducation comparée des filles et des garçons. En effet du point de vue de l’éducation des filles, nous sommes dans une période transitoire : les lycées de jeunes filles, créés en 1881 ne dispensent pas un enseignement analogue à celui des lycées de garçons. Ce n’est qu’en 1924 qu’aura lieu l’assimilation des enseignements des lycées féminins et masculins avec toute son ambiguïté. Dans ces conditions, le problème de l’éducation des jeunes filles fait l’objet de débats et polémiques publiques.

  • 10  Compayré Gabriel, Ce qui différencie l’éducation des filles de celle des garçons, Bibliothèque des (...)

28Ainsi, par exemple, est publiée en 1909 dans la « Bibliothèque des parents et des maîtres », une série de conférences faites dans le cadre d’une association créée en 1887, L’École des mères. L’une d’elle, celle de G. Compayré, s’intitule Ce qui différencie l’éducation des filles de celle des garçons10. Ce pédagogue essaie de définir une position progressiste mais défensive concernant l’éducation des filles. Tout en réaffirmant le droit des femmes à l’éducation, il justifie le maintien de la différence dans l’enseignement par le double jeu de la différence de psychologie entre les deux sexes et de la différence de rôle social. Ainsi, puisqu’il ne faut pas méconnaître « cette vérité certaine que l’égalité des deux sexes n’exclut pas leur différence […] il est nécessaire, et il est possible de « féminiser » les études sans les efféminer, sans les affaiblir ». Il résume ainsi la réflexion de certains responsables de l’éducation des filles : la femme est l’égale de l’homme, mais elle ne lui est pas semblable en tout ; la règle fondamentale de l’éducation féminine doit être l’égalité dans la différence, ou la différence dans l’égalité. Il faut donc féminiser la pédagogie, mais également les programmes. Ici se développe le deuxième volet de l’argumentation. Les métiers se féminisent, et malgré « les périls et les difficultés de la concurrence du travail féminin avec le travail masculin », on ne peut s’opposer « à cette marche en avant ». Mais le danger serait de détourner les femmes de leur rôle familial : « la seule limitation qu’il convienne d’imposer à l’émancipation économique des femmes, aussi bien qu’à leur ardeur studieuse, c’est celle que commandent soit la fragilité relative de leurs sens physiques, soit leur devoir essentiel, celui d’avoir et d’élever des enfants ». Et citant un pédagogue américain qui lutte aux États-Unis contre la coéducation, il nomme le danger suprême, le célibat, qui risque de compromettre l’avenir de la race.

  • 11  Le Célibat, état supérieur, Caen, Impr. Caennaise, s. d.

29Madeleine Pelletier se situe en rupture complète avec les termes de ce débat : elle va parler de la masculinisation des filles et non de la féminisation de l’éducation, et prôner le célibat comme « état supérieur11 » par rapport au mariage : « les lois et les mœurs asservissent la femme et elle ne peut guère trouver un peu de liberté qu’en se privant d’amour ».

30Contre ce qui paraît comme évidence aux éducateurs, elle pose d’emblée le principe de la construction sociale des psychologies différentes : « L’observation des petits enfants dans leurs jeux montre que, au début de la vie, la mentalité est la même dans l’un et l’autre sexe ; c’est la mère qui commence à créer le sexe psychologique, et le sexe psychologique féminin est inférieur ». On va donc éviter toutes les pratiques éducatives qui contribuent à construire la différence des sexes, cette construction de la différence se faisant dans l’inégalité, au détriment des femmes. Ce faisant Madeleine Pelletier déconstruit les comportements éducatifs au quotidien en mettant en évidence tout ce qui contribue à cette construction sociale du genre.

  • 12  Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Minuit, 1979.

31Madeleine Pelletier va alors prôner dans tous les domaines étudiés la virilisation des filles. D’abord, le vêtement. On sait que Madeleine Pelletier en bonne observatrice du social accorde une grande importance au vêtement comme vecteur de la distinction12 : la mère féministe devra tâcher d’habiller sa petite fille en garçon. Elle devrait également couper les cheveux de sa fille. Deux raisons sont invoquées. D’abord, l’aisance, la facilitation des mouvements, il s’agit donc de l’exercice corporel et du refus de l’imposition physique des normes de comportements liées à un appauvrissement de l’univers féminin par rapport à celui des hommes. L’autre est le refus de la coquetterie. Il s’agit là du versant idéologique car : « Ce n’est pas la coquetterie en elle-même qui est dangereuse ; c’est le sentiment que la petite fille y acquiert de sa féminité. » Or la féminité est le vécu du sexe psychologique des femmes, donc le vecteur de la reproduction sociale de l’infériorité des femmes.

  • 13  Pelletier Madeleine, « Les femmes et le féminisme », La Revue socialiste, janvier 1906.

32Nous touchons là un point fondamental de la pensée de Madeleine Pelletier. Sa volonté de virilisation des femmes ne s’appuie pas sur une théorisation de l’androgynie ou sur une volonté d’uniformisation selon un universel humain au masculin. Elle s’appuie à proprement parler sur une analyse sociologique des pratiques sociales des femmes et des hommes, analyse qui prend comme axe les rapports de domination entre les sexes. Ainsi dans un autre texte Les femmes et le féminisme13, elle écrit : « Ce que nous voulons supprimer ce n’est pas le sexe féminin, mais la servitude féminine, servitude que perpétuent la coquetterie, la retenue, la pudeur exagérée, les mièvreries de l’esprit et du langage : toutes choses qui ne sont en aucune façon des caractères sexuels secondaires, mais simplement les résultats de l’état de dépendance physique et morale dans laquelle les femmes sont tenues ».

33Cette masculinisation n’est donc pas un but en soi mais un moyen de lutte : « Lorsque l’égalité des sexes sera devenue un fait accompli dans les lois et dans les mœurs, plus ne sera besoin de masculiner ainsi les noms des petites filles ; mais dans l’état présent des choses on ne saurait trop accentuer la virilisation ; le milieu se chargera bien et beaucoup plus qu’il ne sera nécessaire de défaire ce qu’on aura fait dans ce sens. »

  • 14  Cette perspective utopique apparaît notamment dans L’État éducateur (1931) et dans ses romans, La (...)

34Le milieu se manifeste au travers des relations sociales entre les sexes. On sait par ses autres écrits utopiques sur l’éducation14 que Madeleine Pelletier accorde beaucoup d’importance au groupe des pairs comme agent de socialisation. Elle défend ici une position paradoxale : elle prône pour la petite fille l’isolement par rapport aux enfants du même sexe, car par ces enfants, dit-elle, réapparaîtrait l’influence de la société. Mais on pourra permettre la fréquentation des petits garçons qui sera facilitée si la petite fille a un frère. En effet c’est dans les rapports qui s’instaurent au quotidien entre filles et garçons qu’on voit le mieux fonctionner la subordination. Au fond ce sont dans les situations de mixité que se révèlent le mieux les effets de la hiérarchie sociale entre les sexes et que l’on voit cette hiérarchie se renforcer. Il s’agit donc de situations privilégiées à la fois pour la connaissance et pour l’action. Ainsi Madeleine Pelletier recommande d’observer les jeux d’enfants : « on remarquera, dit-elle, que, en maintes occasions, les garçons, même ses frères, humilieront la petite fille en lui redisant les propos ramassés partout sur l’infériorité du sexe féminin ». La mère devra donc observer et, dans certains cas, intervenir (contre les propos), dans d’autres, éviter d’intervenir car l’objectif premier est non de défendre mais d’apprendre à se défendre. Il faut lutter contre la morale de la passivité. La mère dira à sa fille quelles réponses il faut faire, « et si, pour venger avec son honneur propre l’honneur du sexe, l’enfant administre quelques taloches aux antiféministes en herbe, loin de la blâmer, elle la félicitera ».

Éducation et refus de la famille

  • 15  Zaidman Claude, « Derrière Le Suicide, le divorce… », Variations sociologiques en hommage à Pierre (...)

35Madeleine Pelletier aborde le problème de la construction sociale du genre sous deux angles : celui de la dénonciation de l’inégalité de traitement des filles et des garçons, celui de conseils aux mères féministes. Mais ces réflexions prennent place dans un ensemble plus large de critique de la famille : l’assignation au mariage, voilà l’obstacle à la liberté des femmes comme individus. On peut analyser ce refus en regard de son propre développement personnel, de son histoire de vie : le dégoût pour les fonctions naturelles des femmes qui l’amènerait également à refuser les relations sexuelles dans leur ensemble, et en corollaire, le choix du célibat associé à une forte sublimation intellectuelle. Mais on doit aussi le lire comme un précurseur d’une approche sociologique du genre. Rappelons qu’à la même époque, Durkheim, tout en reconnaissant l’antagonisme fondamental entre les sexes dans le cadre de l’institution matrimoniale, lutte contre le droit au divorce par consentement pour renforcer les liens conjugaux15.

36Pour Madeleine Pelletier au contraire, sortir de la « lutte des sexes », c’est abolir le mariage qui consacre la dépendance des femmes. Dans cette perspective il faut armer les filles pour « la lutte pour la vie ». Les femmes doivent donc disposer de trois types d’armes pour défendre leur autonomie et leur liberté : leur force de caractère, une formation intellectuelle qui doit permettre l’autonomie, une éducation sexuelle qui informera leurs choix de vie.

37L’essentiel de « la formation du caractère » consiste à renforcer l’esprit d’indépendance de la petite fille : « Il faut dresser sa fille de telle sorte qu’elle puisse au besoin, plus tard, se passer de l’affection des autres. La sexualité même, mise à part, le besoin d’être aimées fait supporter aux femmes les pires humiliations. » La mère doit donc s’abstenir de trop cajoler sa fille, elle doit l’inciter à des habitudes d’énergie, retenir ses larmes, supporter la douleur physique, enfin développer des activités sportives. « Ici, comme pour le caractère, il ne faut pas craindre de trop viriliser ; le milieu devant se charger de féminiser, et beaucoup plus qu’il ne faudrait. ».

38Le point fondamental, c’est la lutte contre la peur pour développer le courage : « de cette arme, nul n’en a plus besoin que les femmes. L’éducation courante cependant, loin de le susciter en elles, le combat comme ne convenant pas à la grâce du sexe. Le résultat naturellement, c’est que la femme, incapable de se défendre elle-même, cherche un défenseur et souvent elle ne trouve qu’un exploiteur ». Il faut donc éviter de couver la petite fille et stimuler son initiative. Finalement contre l’apprentissage de la modestie, vertu traditionnelle recommandée aux jeunes filles, Madeleine Pelletier recommande que l’on apprenne à l’enfant à s’apprécier et à se faire apprécier à sa valeur.

39Éducation intellectuelle et éducation sexuelle sont les deux instruments qui vont permettre à la jeune fille de vivre dans l’indépendance, voire la liberté : « la grande préoccupation de toujours a été d’enfermer la femme. Les barbares l’enfermaient matériellement entre des murs ; les modernes l’enferment dans tout un système d’entraves légales et traditionnelles et, pour qu’elle n’ait pas la tentation de s’évader on s’applique dès le jeune âge à enfermer son esprit. »

40L’enjeu est avant tout la possibilité de gagner sa vie (toute jeune fille riche ou pauvre doit avoir une carrière) et en particulier pour la mère pauvre, « la grande affaire » sera de mettre sa fille en état de gagner sa vie par elle-même, sans le secours d’un homme.

41Le problème de l’instruction est le révélateur du lien entre travail et statut matrimonial. Pour les femmes le droit à l’éducation signifie la possibilité de choisir librement leur vie matrimoniale et avant tout le droit au célibat.

42« Donner, advienne que pourra, le plus possible de culture intellectuelle, telle doit être l’idée directrice de la féministe et de tout le monde en général, car cela s’applique aux garçons comme aux filles. » Madeleine Pelletier s’élève ici contre la pensée dominante de l’époque qui reste celle d’une limitation de l’instruction des enfants en fonction de leur destination sociale en termes de classe sociale comme de classe de sexe. Elle milite pour empêcher toute limitation au libre développement des individus. Or l’éducation est le moyen par excellence de la promotion féminine. La liberté passe par l’ambition. Le travail des femmes leur permet un célibat décent. C’est un progrès. Mais si elles continuent à ne considérer les études, la vie sociale, que comme un pis-aller faute d’une vie conjugale, elles devront se contenter des travaux subalternes que leur abandonneront les hommes et mener une « existence éternellement médiocre et grise ». Et Madeleine Pelletier campe des portraits de ces femmes enfermées dans des vies étroites, ces vies auxquelles elle a, elle, échappé, en poursuivant ses études et refusant le mariage.

Humbles fonctionnaires, courbées bien bas devant leurs chefs, courbées même devant leurs égaux de l’autre sexe, grands électeurs du député de la circonscription, elles vont trotte-menu se verrouiller la journée terminée dans leur modeste logement. Là, à la lueur d’une lampe économiquement baissée, elles cuisinent quelques sous de légumes, ravaudent leurs hardes ou lisent quelque feuilleton. À leur porte, peut sonner qui voudra : elles ne bougent pas. La nuit est venue, songez donc, ouvrir sa porte serait de la plus grande imprudence ; avec les crimes qui se commettent ! Beaucoup se marient, mais comme l’homme fait prime sur le marché matrimonial leurs époux sont presque toujours inférieurs à elles. Alors le logement s’agrandit un peu et on monte la mèche de la lampe ; la porte n’est plus verrouillée, sans hésitation elle s’ouvre et la fonctionnaire correcte de la journée apparaît en tablier bleu, humble ménagère du maître de céans, un ouvrier grossier, parfois brutal, qui l’accable de maternités successives.

43L’éducation sexuelle enfin, prépare les jeunes filles à leur vie future en leur donnant tous les éléments de connaissance pour pouvoir choisir leur mode de vie en toute connaissance de cause. L’originalité de Madeleine Pelletier en la matière est encore une fois son orientation sociale. Il ne s’agit en effet pas seulement de parler de l’aspect physiologique, voire médical, des relations sexuelles et de la procréation, mais surtout d’insister sur le point de vue social. Et Madeleine Pelletier de proposer pour la jeune fille tout un programme d’observation sociologique des rapports de sexe : « On conduira la jeune fille à la porte des grands magasins à l’heure de la sortie des employées ; on lui montrera l’amant jeune ou vieux attendant sa maîtresse. Des promenades fréquentes dans les quartiers pauvres de Paris permettront de la faire assister à des disputes entre mari et femme, des promenades nocturnes lui donneront un aperçu de la basse prostitution, on ira notamment assister devant les commissariats à la montée des prostituées dans le « panier à salade ». Pour voir la haute galanterie, on assistera aux courses. ».

44Ainsi préparée : « À vingt ans, la jeune fille a toute sa raison, on lui laissera donc sa liberté entière à ses risques et périls. » Ici le texte de Madeleine Pelletier tourne court, pourrait-on dire. Après avoir vanté les avantages du célibat, elle reste perplexe face à une jeune fille qui resterait sourde à cette invitation : « Mais la jeune fille peut vouloir mettre la sexualité dans son existence, quel conseil alors lui donner ? ».

45Le style même de la question marque l’embarras devant le cas d’un tel échec d’une éducation féministe. C’est ici que l’on voit les limites de la pensée de Madeleine Pelletier.

46Cette idée de « lutte pour la vie » doit être resituée dans le contexte de l’époque et représente une forme de darwinisme social. Mais au centre de la pensée de Madeleine Pelletier on trouve l’idée de la nécessaire solitude des femmes. Le féminisme de Madeleine Pelletier est un féminisme de la promotion féminine. Et cette promotion passe par une rupture avec ce que l’on pourrait appeler les avantages secondaires de la servitude : « la condition de la femme peut être définie : une servitude tempérée par l’union sexuelle », « ce qui rend difficile l’affranchissement féminin est que l’esclavage de la femme est spécial : c’est un esclavage sexuel ». Le message essentiel est donc de permettre aux jeunes filles de pouvoir se passer des hommes. Mais ce faisant Madeleine Pelletier met en scène une double violence. D’abord celle de l’éducation par la mère qui vise à dresser la jeune fille et on retrouve alors l’inversion des termes du débat sur l’éducation : contre le dressage masqué des filles à la féminité, dressage qui reproduit les conditions de l’oppression des femmes, Madeleine Pelletier propose un dressage défensif pour donner aux femmes les moyens d’échapper à l’oppression. Mais derrière cette violence éducative se dévoile une autre forme de violence faite à l’enfant : isoler affectivement la jeune fille, l’amener à rompre tout attachement. Il s’agit bien d’une guerre où le prix de la liberté serait une forme de mutilation affective et psychique. Le prix à payer de l’autonomie est ici clairement énoncé. On peut peut-être se demander si, ce faisant, Madeleine Pelletier n’a pas averti des générations de femmes intellectuelles de ce qui les attendait de fait, en dépit de leurs choix conscients et de leurs désirs profonds.

47La réflexion sur l’éducation est au cœur même de toute réflexion sur la reproduction des rapports sociaux. En ce qui concerne les rapports hommes/femmes, un des problèmes cruciaux est celui de la construction sociale des comportements, attitudes, manières de faire et de penser au féminin et au masculin dans une société donnée. Au-delà, il s’agit des modes d’imposition et d’intériorisation de la différence des sexes, de la position sociale dominée des femmes.

48Madeleine Pelletier parle en militante féministe, en termes de conseils et non de dénonciation. Derrière la critique, est présente en permanence une exhortation des femmes à lutter contre la dévalorisation du sexe féminin. En d’autres termes elle appelle à une prise de conscience de genre des femmes en les appelant par exemple à défendre « l’honneur » du sexe. Dénonciation de la dévalorisation des femmes à travers la féminité comme expression de la position sociale et psychologique inférieure des femmes dans notre société, mais exhortation à une émancipation, une promotion individuelle et collective des femmes au prix toutefois de la solitude affective et sexuelle.

49Madeleine Pelletier est allée jusqu’au bout politiquement de ses idées sur l’éducation en proposant aux féministes radicales une réflexion pour une action militante en matière d’éducation. Et sur ce point elle n’a guère été suivie. Mais au travers de cette réflexion sur l’éducation, Madeleine Pelletier se révèle comme précurseur d’une sociologie du genre encore à construire, manifestant ainsi l’apport méconnu de la réflexion féministe aux sciences sociales.

Haut de page

Notes

1  Gianni Bellotti Elena, Du côté des petites filles, éditions des Femmes, 1975.

2  Kandel Liliane, « L’école des femmes et le discours des sciences de l’homme », Les femmes s’entêtent, Gallimard, 1975.

3  Mosconi Nicole, « La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblant ? », PUF, 1989 ; Baudoux Claudine, Zaidman Claude (dir.), Égalité entre les sexes, mixité et démocratie, L’Harmattan, 1992.

4  « L’éducation féministe des filles » [1914], rééditée par Maignien C. in Pelletier Madeleine, L’éducation féministe des filles et autres textes, Syros 1978.

5  Beauvoir Simone de, Le deuxième sexe, Gallimard, 1949.

6  Fraisse Geneviève, « Un dangereux anachronisme. Questions sur l’analyse de la reproduction du sexisme », L’empire du sociologue, La Découverte, 1984.

7  Pelletier Madeleine, « Les facteurs sociologiques de la psychologie féminines », La Revue socialiste, 1907. Sauf mention particulière, les citations de cette partie sont toute tirées de cet article.

8  Op. cit.

9  En 1911 dans l’article « Éducation » du Nouveau dictionnaire de pédagogie et de l’instruction primaire (réédité Éducation et sociologie, PUF) le sociologue Durkheim écrivait : « Mais en fait dans chaque société, considérée à un moment déterminé de son développement, il y a un système d’éducation qui s’impose aux individus avec une force généralement irrésistible. Il est vain de croire que nous pouvons élever nos enfants comme nous voulons. »

10  Compayré Gabriel, Ce qui différencie l’éducation des filles de celle des garçons, Bibliothèque des parents et des maîtres, 1909.

11  Le Célibat, état supérieur, Caen, Impr. Caennaise, s. d.

12  Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Minuit, 1979.

13  Pelletier Madeleine, « Les femmes et le féminisme », La Revue socialiste, janvier 1906.

14  Cette perspective utopique apparaît notamment dans L’État éducateur (1931) et dans ses romans, La femme vierge (1933) et Une vie nouvelle (1932).

15  Zaidman Claude, « Derrière Le Suicide, le divorce… », Variations sociologiques en hommage à Pierre Ansart, textes réunis par Aubert France, L’Harmattan, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman, « Madeleine Pelletier et l’éducation des filles », Les cahiers du CEDREF, 15 | 2007, 265-281.

Référence électronique

Claude Zaidman, « Madeleine Pelletier et l’éducation des filles », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 10 novembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/388

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org