Navigation – Plan du site
Choix de textes

Derrière Le Suicide, le divorce

Durkheim et les rapports de sexes
Claude Zaidman
p. 217-227

Notes de la rédaction

Paru dans Variations sociologiques. En hommage à Pierre Ansart, dir. Aubert F., L’Harmattan, 1992.

Texte intégral

Encore une relecture du suicide !

  • 1  Baudelot C, Establet R, Durkheim et le suicide, PUF, 1984.

1Le Suicide est un des textes sociologiques les plus lus, relus, et commentés. Ce livre qui parle de la mort volontaire a donc connu une postérité étonnante liée au fait qu’il est la démonstration, la mise en acte de la méthode préconisée par Durkheim : mise en évidence de la dimension sociale du suicide par rupture avec les prénotions, définition de l’objet d’étude, utilisation des statistiques à la fois comme instrument d’objectivation et de démonstration, etc. Mais ce sont ses résultats eux-mêmes qui continuent à alimenter des débats entre sociologues s’intéressant au suicide, ce qui fait dire à C. Baudelot et R. Establet1, qu’il s’agit d’un « livre vivant ».

  • 2  Besnard P., « Durkheim et les femmes, ou le suicide inachevé », Revue française de sociologie, 197 (...)
  • 3  Baudelot C., Establet R, op. cit.
  • 4  Dubar C., « À propos de l’interprétation du suicide de Durkheim par P. Besnard », Revue française (...)
  • 5  Besnard P. « Les sociologistes et le sexe. Réponse à C. Dubar », Revue française de sociologie, XX (...)

2J’avais sagement lu Le Suicide comme étudiante en sociologie, je l’ai tout aussi sagement retravaillé pour préparer des cours de méthodologie, une fois devenue enseignante. La lecture de certains commentaires du livre m’a toutefois amenée à relire sous un angle différent, celui des rapports de sexe, axe actuel de mes enseignements et recherches. Ces commentaires en effet s’intéressant à la théorie du suicide qui est l’objet du livre, sont, chemin faisant, amenés à traiter des femmes. Or les auteurs, sur cet aspect de l’ouvrage, avec les mêmes ingrédients, produisent des analyses différentes concernant « Durkheim et les femmes ». On assiste alors dans la Revue française de sociologie à une polémique assez vive entre sociologues, polémique au centre de laquelle se trouve la façon dont Durkheim a traité la variable « sexe », mais dont l’enjeu semble être de « corriger » en quelque sorte le modèle durkheimien sur le double plan de la construction des tableaux statistiques et de leur interprétation sociologique. L’article de P. Besnard2 constate « une sorte d’incompatibilité entre la sociologie durkheimienne et les femmes ». L’argument central consiste à montrer comment sa « conception de la nature féminine » est un obstacle à la cohérence de sa pensée et notamment de sa théorie du suicide. Par contre, pour C. Baudelot et R. Establet3, l’incapacité de Durkheim à maintenir son principe d’explication du social par des causes sociales en ce qui concerne les différences hommes/femmes, n’est qu’une erreur bénigne sans grandes conséquences théoriques et qui s’explique par l’air du temps, l’époque : « Relisons les textes ingénus, écrits il y a cent ans à peine par un universitaire qui n’était pas spécialement réactionnaire ». C. Dubar4 va, lui, s’attacher à répondre à P. Besnard5, et reprenant dans une certaine mesure l’argumentaire de C. Baudelot et R. Establet, il va proposer un contre modèle qui lui permettra de « sociologiser » le sexe et d’éviter ainsi les pièges et les contradictions dans lesquels serait tombé Durkheim.

  • 6  Chenu A., « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », Revue française de sociologie, XXIX, 1988.

3D’où ma nouvelle plongée dans l’œuvre elle-même, une lecture entièrement biaisée puisque ne s’intéressant nullement à la théorie du suicide, ni même aux rapports entre sexe et mortalité6, mais seulement à ce que l’élaboration de cette théorie fait dire à Durkheim sur les femmes et les rapports de sexe. L’enjeu est en effet de taille parce qu’il s’agit de savoir comment les théories traditionnelles, ici celle de Durkheim dans le cadre du Suicide, ont négligé, déformé ou occulté une dimension de la réflexion sociale sur les rapports entre les sexes, réflexion présente à l’époque dans le champ social, comment en d’autres termes la sociologie universitaire française s’est construite sur une incapacité d’appliquer ses propres principes d’analyse à un problème sociologiquement fondamental et socialement brûlant, la différence des sexes.

  • 7  Voir à ce sujet un article paru après la rédaction de cet article de Portis Larry, « Sexe, moralit (...)

4Or, à ma grande surprise, sous cet angle, on retrouve une autre cohérence à l’œuvre de Durkheim, le traitement de la catégorie sexe constitue un fil directeur pour le déroulement d’une théorie des rapports de sexe. De ce point de vue, derrière le développement de la théorie du suicide, se profile une théorie et une prise de position sur le divorce, problème d’actualité au moment où Durkheim écrit7. Surtout, Durkheim, bien qu’il ait mis en évidence l’antagonisme entre les sexes dans le mariage, referme la problématique des rapports de sexe qui pourrait se développer à partir de ses propres constatations pour enfermer les femmes dans la famille, les expulser de la théorie sociologique générale et devenir le père d’une sociologie de la famille dont on connaît les développements dans les théories fonctionnalistes.

Le suicide et les hommes

5Il s’agit donc pour Durkheim de montrer comment le suicide est un fait social qui peut et doit comme tout fait social être expliqué par le social. À l’aide de séries statistiques permettant de mettre en relation plusieurs variables, Durkheim va chercher les causes sociales et non plus individuelles (psychologiques) du suicide. Cette démonstration fondatrice de l’approche statistique en sociologie permet en outre de traiter du problème des régulations sociales, problème qui est au centre de ses préoccupations.

  • 8  Durkheim E., Le Suicide, PUF, Paris, 1897, p. 39. Ibidem, p. 207. Ibidem, p. 208.

6« Pour une femme qui se tue, il y a, en moyenne, quatre hommes qui se donnent la mort »8. Comme l’ont souligné tant C. Baudelot, R. Establet que P. Besnard, Durkheim ne s’intéresse pas à l’influence du sexe sur le suicide puisqu’il ne lui consacre que peu de développements propres. Le point central de sa démonstration est en fait la relation entre état civil et taux de suicide : la famille protège du suicide. La différence des sexes n’intéresse le sociologue que du point de vue de l’institution familiale. C’est en effet, pour lui, la cellule familiale et non l’individu qui constitue l’unité de base de la société, même si les statistiques sont construites à partir de comportements individuels. Durkheim ne s’intéressera à la variable « sexe » que de l’intérieur de la variable « état civil » et c’est ce qui limite l’ensemble de sa réflexion : ne parlant jamais que de « la » femme, il contourne la constitution des catégories de sexe comme catégories sociales.

  • 9  Ibidem, p. 207.
  • 10  Ibidem. p. 208.

7Le mariage protège du suicide. La famille constitue un groupe social intégrateur et donc protecteur : « Le mariage a bien, sur le suicide une action préservatrice qui lui est propre. Mais elle est très restreinte et, de plus, elle ne s’exerce qu’au profit d’un seul sexe »9. Avant de donner l’explication de ce dernier point, Durkheim précise de quelle famille il parle. L’important ici ce n’est pas le mariage et les relations conjugales, c’est la relation parentale. C’est autour des enfants que se joue l’enjeu familial : « Le facteur essentiel de l’immunité des gens mariés est la famille, c’est-à-dire le groupe complet formé par les parents et les enfants. Sans doute, comme les époux en sont membres, ils contribuent eux aussi, pour leur part, à produire ce résultat, seulement ce n’est pas comme mari ou comme femme, mais comme père ou mère, comme fonctionnaires de l’association familiale […] la société domestique, tout comme la société religieuse, est un puissant préservatif contre le suicide »10. On a donc là en germe un des points de l’analyse fonctionnaliste de la famille : la famille est une société en miniature qui a ses propres lois de fonctionnement, et dont les individus ne sont que les fonctionnaires. Le groupe familial du XIXe siècle se resserre autour des enfants.

8Or les femmes ne profitent pas de la même façon de la préservation que confère l’appartenance à un groupe social intégré. C’est que « le suicide égoïste » a lieu quand les liens avec la vie sociale se relâchent.

  • 11  Ibidem. p. 231.

9L’homme, plus que l’enfant, plus que l’animal, plus que le primitif et plus que la femme, est en danger du fait de la force des liens sociaux qui caractérisent son existence d’homme adulte et civilisé : « La femme peut plus facilement que l’homme vivre isolée […] En réalité, si elle a ce privilège, c’est que sa sensibilité est plutôt rudimentaire que très développée. Comme elle vit plus que l’homme hors de la vie commune, la vie commune la pénètre moins : la société lui est moins nécessaire parce qu’elle est moins imprégnée de sociabilité. Elle n’a que peu de besoins qui soient tournés de ce côté, et elle les contente à peu de frais. Avec quelques pratiques de dévotion, quelques animaux à soigner, la vieille fille a sa vie remplie »1112. Plus que la misogynie révélée par la dernière phrase, cette explication est importante en ce qu’elle pose le cadre d’analyse fondamental dans lequel Durkheim se situe. Il consacre un état de fait social : l’exclusion des femmes de l’espace public par la séparation, qui n’a jamais été aussi forte qu’à l’époque où il écrit, entre privé et public.

Le divorce et l’antagonisme des sexes

  • 12  Ibidem. p. 302.

10La dissolution du mariage et donc de la famille, « l’anomie conjugale » va favoriser le suicide : le taux de suicide varie comme celui des divorces et des séparations de corps, ce qui reste en accord avec la théorie du rôle de l’intégration familiale. Là où les choses se compliquent c’est quand Durkheim met en relation les taux de suicide selon les pays et leurs taux de divorce : la diffusion des divorces dans la société agit sur le taux de suicide des gens mariés. Or « les époux contribuent seuls à cette élévation du taux des suicides que l’on observe dans les sociétés où les divorces sont fréquents, les épouses, au contraire, s’y tuant moins qu’ailleurs »12.

  • 13  Ibidem. p. 303.
  • 14  Ibidem. p. 302.

11Le divorce a donc un effet différent, opposé, pour les femmes et pour les hommes. Et c’est à partir de cette constatation que Durkheim va énoncer certains éléments d’une analyse des rapports de sexe au sein du mariage : « Et en effet qu’est-ce que le mariage ? Une réglementation des rapports des sexes, qui s’étend non seulement aux instincts physiques que ce commerce met en jeu, mais encore aux sentiments de toute sorte que la civilisation a peu à peu greffés sur la base des appétits matériels »13. On n’est plus ici sur le terrain des relations parentales mais celui des relations conjugales. Le terme de « rapports de sexe » utilisé ici par Durkheim est fondamental pour nous. On voit bien que Durkheim n’entend pas ici par rapport de sexe les seules relations sexuelles : il s’agit bien d’un rapport entre les femmes et les hommes qui doit être régulé par une institution, le mariage. Or « il est très possible que le mariage agisse en sens inverse sur le mari et sur la femme. Car si, en tant que parents, ils ont le même objectif, en tant que conjoints, leurs intérêts sont différents et souvent antagonistes »14. Nous voilà donc devant une institution qui est la cellule de base de la société, l’instrument régulateur des rapports de sexe et où se joue un antagonisme entre hommes et femmes. Par honnêteté intellectuelle et à son corps défendant, Durkheim est obligé d’admettre les fondements de ce qu’à son époque on appelle « la guerre des sexes ». À partir de ces intuitions, ses analyses vont errer dans deux directions différentes.

  • 15  Ibidem. p. 306.

12Si le mariage ou sa dissolution n’ont pas les mêmes effets sur l’homme que sur la femme c’est en fonction d’une différence naturelle des sexes : « Les besoins sexuels de la femme ont un caractère moins mental, parce que, d’une manière générale, sa vie mentale est moins développée. Ils sont plus immédiatement en rapport avec les exigences de l’organisme, les suivent plus qu’ils ne les devancent et y trouvent par conséquent un frein efficace. Parce que la femme est un être plus instinctif que l’homme, pour trouver le calme et la paix, elle n’a qu’à suivre ses instincts. Une réglementation sociale aussi étroite que celle du mariage et, surtout du mariage monogamique ne lui est donc pas nécessaire. Or une telle discipline, la même où elle est utile, ne va pas sans inconvénients. En fixant pour jamais la condition conjugale, elle empêche d’en sortir quoiqu’il puisse arriver. En bornant l’horizon, elle ferme les issues et interdit toutes les espérances même légitimes. L’homme lui-même n’est pas sans souffrir de cette immutabilité ; mais le mal est pour lui largement compensé par les bienfaits qu’il en retire d’autre part »15. L’antagonisme des sexes dans le mariage reposerait donc sur le fait que les hommes ont besoin d’une contrainte que les femmes supportent mal. La biologisation des catégories de sexe, loin de n’être qu’une simple erreur de raisonnement étonnante chez ce théoricien du fait social, permet d’éviter l’idée de domination.

Le divorce et la socialisation des femmes

  • 16  Ibidem, p. 442.
  • 17  Ibidem, p. 443.
  • 18  Ibidem, p. 443.
  • 19  Durkheim E., De la division du travail social, PUF, 1893.
  • 20  Durkheim E., Le Suicide, op. cit., p. 443.
  • 21  Ibidem, p. 443.

13Durkheim va d’ailleurs prendre appui sur ces analyses pour s’opposer au divorce par consentement alors en question, « car le seul moyen de réduire le nombre de suicides dû à l’anomie conjugale est de rendre le mariage plus indissoluble. » Toutefois, bien que prenant partie dans un débat aux conséquences sociales directes, Durkheim est troublé par la signification de ses propres analyses. La conclusion de l’ouvrage de Durkheim prend une dimension tragique qui n’est pas liée à son problème de départ, le suicide, mais plutôt à l’impasse dans laquelle l’analyse des statistiques du suicide engage sa pensée concernant les rapports de sexe. Une moitié de l’humanité a des intérêts opposés voire antagonistes avec l’autre : « Mais ce qui rend le problème singulièrement troublant et lui donne un intérêt dramatique, c’est que l’on ne peut diminuer ainsi les suicides d’époux sans augmenter ceux des épouses »16. Dans cette perspective, face à l’antagonisme des sexes, il faut choisir son camp, ce que fait Durkheim en prenant partie contre le divorce, choisir « entre ces deux maux, le moins grave. » Mais ne pouvant en rester là, le sociologue va se faire prophète pour proposer une issue dans un lointain avenir : la différence des sexes, de naturelle, deviendra de plus en plus sociale. Étonnante conclusion. Durkheim explique comment à l’heure où il écrit, les femmes et les hommes n’en sont pas arrivés au même stade d’évolution de l’être humain : « […] l’un est presque tout entier un produit de la société, tandis que l’autre est resté bien davantage tel que l’avait fait la nature. Ils ne sont pas des êtres de même nature. »17. Dans l’avenir on peut imaginer que l’évolution de l’espèce féminine lui permettant d’accéder à un stade plus élevé de l’évolution, la femme pourra à son tour être plus socialisée. Mais se rapprochant de l’homme en devenant, elle aussi, à son tour, un être social à part entière, du fait de la loi de différenciation croissante qui caractérise l’évolution sociale, « le sexe féminin ne redeviendra pas plus semblable au sexe masculin ; au contraire, on peut prévoir qu’il s’en distinguera davantage »18. On retrouve alors une ligne de pensée qui inspirera Parsons et les fonctionnalistes et qui était déjà développée dans son premier grand ouvrage, De la division du travail social19, l’idée de spécialisation des rôles sexuels, d’un partage des rôles : « Assurément, il n’y a pas lieu de supposer que, jamais, la femme soit en état de remplir dans la société les mêmes fonctions que l’homme ; mais les deux sexes se rapprocheraient ainsi tout en se différenciant. Ils se socialiseraient également, mais de manière différente. »20 Cette idée de socialisation différentielle des sexes fera elle aussi son chemin et Durkheim va, mais en note, aller plus loin encore dans l’explicitation de cette notion : « Cette différenciation, on peut le prévoir, n’aurait probablement plus le caractère qu’elle a aujourd’hui. La femme ne serait pas, d’office, exclue de certaines fonctions et reléguée dans d’autres. Elle pourrait plus librement choisir, mais son choix, étant déterminé par ses aptitudes, se porterait en général sur un même ordre d’occupations. Il serait sensiblement uniforme, sans être obligatoire »21. Ce développement de la théorie de la socialisation concernant la différence des sexes nous fait donc entrevoir une issue pacifique à la guerre des sexes, issue qui passe par la mise à la raison des femmes. Car c’est bien de guerre qu’il s’agit, puisque c’est le risque de mort des hommes dont parle Durkheim. À ce risque de mort, en urgence, la seule voie est la contrainte imposée aux femmes de subir le joug du mariage, contrainte légalement appuyée sur l’interdiction du divorce, l’indissolubilité des liens conjugaux, au risque de mort des femmes, cette fois. Mais progressivement, la contrainte se fera plus douce, la violence symbolique succédant à la répression (des supposés instincts) et dès lors les femmes, soumises, pourront à leur tour accéder à la même nature que l’homme, celle d’un être social. Finalement ce sont les femmes elles-mêmes, qui consentantes, « choisiront » la limitation de leurs activités à celles permises par la société, les hommes de la bourgeoisie en l’occurrence.

L’enterrement d’une théorie des rapports de sexe

14Pourquoi s’attacher à cette lecture pointilliste du Suicide ? Certainement pas pour convaincre Durkheim de simple incohérence ou d’erreur. Au contraire, par opposition à une lecture superficielle, ce qui me frappe c’est d’une certaine manière l’honnêteté de Durkheim qui n’évite pas le problème difficile posé par l’établissement de ses propres statistiques. Et ce faisant, contre sa propre théorie du rôle de la famille comme régulation sociale, il découvre l’antagonisme inscrit dans le mariage entre les époux, l’antagonisme latent dans les rapports de sexe. Mais ce qui me paraît fondamental c’est que face à cette constatation, il se trouve désarmé. Il oscille entre une explication de type naturaliste et l’utopie d’un partage harmonieux des tâches au sein d’une famille réconciliée. La première explication révèle, non l’incohérence de Durkheim qui serait incapable d’appliquer jusqu’au bout ses propres principes de base : expliquer le social par le social, mais le fait que pour lui les femmes n’étant pas (encore) de même nature que les hommes, on ne peut leur appliquer les mêmes analyses.

15L’autre voie conduit à ignorer ce que sa rigueur scientifique lui fait rencontrer. Tournant le dos à une analyse des rapports de sexe en germe dans son étude, à l’angoissante question de l’antagonisme, il enferme les rapports hommes/femmes dans le cadre de la famille. La partition entre d’un côté l’analyse sociologique concernant l’ensemble des rapports sociaux et des institutions, et de l’autre, le discours sur « la » femme, la condition féminine renvoyée dans le meilleur des cas à une analyse de type fonctionnaliste de la famille, est ainsi consommée. La théorisation du partage des tâches n’est pas ici centrale. Par contre la notion de socialisation, d’autres diraient assujettissement, « arraisonnement », est significative. Si la famille ne convient pas aux femmes, ce n’est pas l’institution familiale qu’il faut changer, mais la femme. Ceci éclaire de façon crue tous les raisonnements en termes de consentement des femmes à la domination.

  • 22  Pour exemple, Delphy C., « Pour un féminisme matérialiste », L’Arc, n° 61, 1975 ; Delphy C., Miche (...)

16Les théories de Durkheim ont bien souvent déjà été critiquées du point de vue d’une théorie des conflits. Il ne m’appartient pas de reprendre ce type de débats. Mon propos est en fait de situer l’émergence d’un nouveau champ de recherche grâce à une rupture à la fois politique et épistémologique avec la sociologie traditionnelle dont Durkheim a été un des principaux initiateurs. En effet quand on travaille en sociologie sur les rapports de sexe, en particulier quand on enseigne dans ce domaine, on a le sentiment d’être au cœur de la démarche proprement sociologique. Vues sous l’angle d’un enseignement en sciences sociales, les théories féministes ne font qu’énoncer et développer l’application stricte à la réflexion sur la différence des sexes, des principes édictés par Durkheim dans son acte fondateur de la sociologie française à savoir, expliquer le social par le social. Les pratiques des hommes et des femmes comme pratiques sociales ne peuvent et doivent relever que d’une analyse sociologique en rupture avec toute interprétation de type biologique ou psychologique, avec tout recours à la nature humaine. L’étonnant n’est donc pas que Durkheim n’ait pas su aller jusqu’au bout de ses propres principes en ce qui concerne précisément les rapports hommes/femmes, parce qu’ils sont eux-mêmes enjeux sociaux et politiques et que toute pensée reste datée et socialement située. L’étonnant est que pendant encore de bien nombreuses années l’ensemble des sociologues français se soient détournés de la question pourtant présente dans un texte lu, relu et commenté et qu’il ait fallu attendre non seulement les apports de la recherche féministe22dans ce domaine, mais sa diffusion « par osmose » dans la pensée des sociologues pour que les rapports de sexe soient enfin justiciables d’approches véritablement sociologiques.

Haut de page

Notes

1  Baudelot C, Establet R, Durkheim et le suicide, PUF, 1984.

2  Besnard P., « Durkheim et les femmes, ou le suicide inachevé », Revue française de sociologie, 1973.

3  Baudelot C., Establet R, op. cit.

4  Dubar C., « À propos de l’interprétation du suicide de Durkheim par P. Besnard », Revue française de sociologie, XXIX, 1988.

5  Besnard P. « Les sociologistes et le sexe. Réponse à C. Dubar », Revue française de sociologie, XXVIII, 1987.

6  Chenu A., « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », Revue française de sociologie, XXIX, 1988.

7  Voir à ce sujet un article paru après la rédaction de cet article de Portis Larry, « Sexe, moralité et ordre social dans la sociologie de Durkheim », « Femmes et Sociétés », L’Homme et la société, 1991, p. 99-100.

8  Durkheim E., Le Suicide, PUF, Paris, 1897, p. 39. Ibidem, p. 207. Ibidem, p. 208.

9  Ibidem, p. 207.

10  Ibidem. p. 208.

11  Ibidem. p. 231.

12  Ibidem. p. 302.

13  Ibidem. p. 303.

14  Ibidem. p. 302.

15  Ibidem. p. 306.

16  Ibidem, p. 442.

17  Ibidem, p. 443.

18  Ibidem, p. 443.

19  Durkheim E., De la division du travail social, PUF, 1893.

20  Durkheim E., Le Suicide, op. cit., p. 443.

21  Ibidem, p. 443.

22  Pour exemple, Delphy C., « Pour un féminisme matérialiste », L’Arc, n° 61, 1975 ; Delphy C., Michel Andrée (dir.), « Les femmes dans les études de stratification », in Femmes, sexisme et sociétés, PUF, 1977 ; Guillaumin C., « Pratiques de pouvoir et idée de nature : l’appropriation des femmes », Questions féministes, n° 2, 1978 ; Mathieu N.-C., « Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe », [1971], in L’Anatomie Politique, Côté femmes, Paris, 1991 ; Hurtig M.-C. et Pichevin M.-F., La différence des sexes, Tierce, 1986 ; Collectif, Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, PUG, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman, « Derrière Le Suicide, le divorce », Les cahiers du CEDREF, 15 | 2007, 217-227.

Référence électronique

Claude Zaidman, « Derrière Le Suicide, le divorce », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 09 novembre 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/387

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org