Navigation – Plan du site
Genre et socialisation

Conclusion

Claude Zaidman
p. 143-146

Texte intégral

  • 1  Dont le titre d’un article de Francois de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine » (...)
  • 2  Avec la mort toujours annoncée du féminisme comme mouvement.

1L’enracinement des recherches sur les catégories de sexe dans le mouvement social, notamment dans les luttes et théories féministes, rend particulièrement difficile l’objectivation de ces recherches. Tant au niveau de la construction des objets que du vocabulaire utilisé, le terrain est d’emblée balisé et/ou miné par les enjeux passionnels et politiques. De ce fait, chacun veut faire un bilan qui devient jugement de valeur : « c’est mieux », « c’est moins bien », « ça a changé », « c’est au fond toujours la même chose ». Le travail d’analyse des prénotions et du contexte social de la recherche est ici particulièrement important, le refus des jugements de valeurs particulièrement difficile. On constate souvent chez les observateurs un mode de pensée dualiste sur la place des femmes dans la société. Deux tendances s’opposent : la reproduction sociale1 et le changement social2. J’ai cherché à développer un mode de travail sociologique qui permette de dépasser cette alternative en développant une problématique de la production sociale du féminin et du masculin comme système d’interrelations, la construction du genre par les acteurs sociaux, le doing gender des sociologues féministes américaines.

2Je m’inscris ainsi dans la démarche pluridisciplinaire que nous avons développée au CEDREF que j’anime depuis sa création en 1984. La spécificité scientifique du CEDREF réside en effet dans une approche sociale et historique de la différence des sexes. En rupture avec les visions biologisantes ou naturalistes, les recherches menées analysent les mécanismes, tant dans l’imaginaire que dans les pratiques sociales, qui définissent socialement les places des hommes et des femmes dans les différentes sociétés. Tous ces travaux concourent à montrer comment les rapports entre les sexes sont historiquement et socialement construits.

3Un des points qui unissent ce groupe de recherche pluridisciplinaire est l’affirmation de la nécessité de travailler en même temps sur plusieurs types de rapports sociaux sans les hiérarchiser a priori. De ce fait, si la question de la différence des sexes reste centrale, nous souhaitons l’aborder dans la complexité de son intrication avec les autres déterminations sociales.

4Au centre de notre problématique commune, les processus de différenciation, dispositifs politiques de production de catégories telles les catégories de sexe mais aussi de race, d’ethnie, de communauté. L’orientation actuelle de nos travaux porte essentiellement sur la production du discours scientifique avec notamment le rôle des intellectuels dans la production des catégorisations qui isolent et qui excluent, qui naturalisent les différences individuelles. Comme responsable du CEDREF, j’ai eu comme objectif principal de maintenir et développer les échanges interdisciplinaires dans l’Université notamment par des séminaires et des publications pluridisciplinaires. Mais conformément à nos choix politiques communs, le refus d’une « science » féministe qui serait à nouveau une production de normativité, j’ai, en ce qui me concerne, cherché à maintenir en même temps que ces liens interdisciplinaires, mon inscription en sociologie comme enseignante et comme chercheure.

5J’ai présenté dans ce texte pour l’habilitation à diriger des recherches un certain nombre de mes recherches afin d’illustrer les étapes d’une réflexion plus générale sur le genre et les rapports sociaux de sexe. Je considère ce travail comme une contribution à une sociologie du genre qui, jusqu’à présent, est restée, au CNRS, largement centrée sur le travail. Chacune des recherches présentées ici et des autres études que j’ai menées ou auxquelles j’ai participé ouvre à de nouveaux développements sur les rapports sociaux de sexe en éducation et socialisation.

6Mes travaux de recherche en éducation ont en effet pour thème commun la socialisation et la transmission intergénérationnelle. De ma thèse sur le mouvement lycéen en mai 1968, à mon étude sur les parcours scolaires des enfants de migrants, j’ai toujours cherché à analyser les pratiques sociales des acteurs au sein des institutions. Ma réorientation thématique dans les années 1980 a donné la priorité aux analyses des rapports de sexe sans pour autant jamais oublier leur articulation avec les autres rapports sociaux. L’accent porté sur la production du genre comme une des modalités fondamentales de la production des habitus m’a amenée à centrer mes recherches sur la mixité comme mode de gestion de la différence des sexes dans les sociétés démocratiques.

7Si le concept de « genre », nouveau venu dans la sociologie française, est transversal à l’ensemble des pratiques sociales et donc « fonctionne » dans de nombreux champs de la sociologie, le concept de socialisation, un des concepts de base de la discipline, est lui-même utilisé dans différents domaines des sciences sociales (économie, anthropologie, par ex.) et, en sociologie même, dans des champs différents. L’intérêt de ce concept est que sa définition et son utilisation par les chercheurs renvoient à une vision globale de l’organisation sociale : rapports entre nature et culture, individus et institutions, rapports entre les groupes sociaux, rapports entre les générations et, bien que peu étudié comme tel encore, rapports entre les sexes.

8L’évolution de mes objets de recherche m’a amenée à croiser un certain nombre de ces sociologies particulières, telles la sociologie de l’éducation, mais aussi la sociologie des mouvements sociaux, la sociologie politique, la sociologie des transmissions intergénérationnel-les, la sociologie des relations interculturelles, en les interrogeant du point de vue du genre.

9Il s’agit donc de se situer à l’interface entre les théories de la socialisation et la sociologie du genre, en étudiant les apports réciproques de ces deux champs de recherche. L’étude de la socialisation différenciée des sexes permet de parcourir un ensemble de travaux inscrits dans des domaines et des spécialisations différentes : de la petite enfance à la vie professionnelle, des techniques du corps à la construction des catégories cognitives, des pratiques de la vie quotidienne à l’exercice de la citoyenneté. Mais ce travail est loin d’être achevé et reste pour moi un cadre général.

10La construction de nouveaux objets de recherche, telle la mixité comme pratique sociale de coexistence dans un même espace social d’individus membres de groupes socialement différenciés, permet de renouveler des approches classiques et d’ouvrir de nouvelles perspectives à la fois plus dynamiques et plus complexes. Les institutions scolaires restent un terrain d’observation privilégié, mais qui doit être mis en perspective avec d’autres espaces tels la politique, la recherche scientifique, etc. Un des prolongements de ma réflexion sur la mixité scolaire concerne une approche sociologique de la violence, comme pratique et comme représentation, dans son rapport avec la socialisation des individus, réflexion à laquelle la problématique du genre peut apporter de nouveaux éclairages. La construction et l’élaboration d’un rapport différent selon les sexes à la violence, la gestion sociale et institutionnelle du conflit, un rapport différencié à la loi et au politique constituent des axes que je souhaite développer. J’aimerais aussi toujours dans cette perspective travailler sur l’interface « sexisme » et « racisme » et poursuivre ainsi la réflexion sur la situation de migration et ces effets. Je pense également poursuivre le questionnement sur la sexuation des générations politiques, la place laissée aux femmes et la part prise par les femmes dans les mouvements sociaux et politiques de notre époque. Chacune de ces directions de recherche suppose la poursuite des collaborations qui ont permis leur énonciation.

Haut de page

Notes

1  Dont le titre d’un article de Francois de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine » pourrait figurer le principe général.

2  Avec la mort toujours annoncée du féminisme comme mouvement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman, « Conclusion », Les cahiers du CEDREF, 15 | 2007, 143-146.

Référence électronique

Claude Zaidman, « Conclusion », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/374

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org