Navigation – Plan du site
Genre et socialisation

Introduction

Claude Zaidman
p. 13-17

Texte intégral

1Enseignante en sociologie à l’Université Paris Diderot – Paris 7 depuis 1971, puis maître ou maîtresse (?) de conférences en sociologie sur un poste Études féministes depuis 1984, je souhaite présenter dans ce texte quelques-unes de mes principales recherches pour tenter de dégager à la fois la cohérence du projet, et la diversité de terrains et de thématiques, au total, une trajectoire de recherche qu’il s’agit de resituer dans l’histoire d’un champ intellectuel.

  • 1  Beauvoir Simone de, Le deuxième sexe, Gallimard, 1949.

2De l’occultation du féminin par un prétendu discours universel, déjà dénoncé par Simone de Beauvoir1, à la construction d’un champ scientifique autour de la notion de genre, on a assisté ces dernières décennies à tout un travail de création de nouveaux objets de recherche, d’éclaircissement des concepts, d’élaborations théoriques, voire de création de nouveaux paradigmes.

3Cette élaboration est avant tout collective, au sens où elle s’inscrit dans l’évolution des disciplines concernées d’une part, dans des échanges interdisciplinaires d’autre part, chaque discipline ayant dans ce domaine son propre rythme d’évolution. Collective, elle l’est aussi parce que portée par des recherches menées tant par des individus que par des équipes, dans un processus d’accumulation de plus en plus riche de travaux et recherches, de publications, de confrontations et d’échanges scientifiques lors des séminaires, des rencontres et des colloques en France et à l’étranger.

  • 2  Selon le terme forgé par Le Doeuff Michèle, L’étude et le rouet, Seuil, 1989 ou « masculin neutre  (...)
  • 3  Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Flammarion, 1998.

4La réflexion sur la mixité, comme pratique sociale de coexistence, dans un même espace social, d’individus membres de groupes socialement différenciés, inspire l’ensemble de ma démarche et induit le refus de tout dualisme, de toute bi-catégorisation de la pensée elle-même. S’il faut dénoncer les erreurs et les manques d’une pensée scientifique « masculiniste »2, c’est en même temps pour montrer aussi comment les femmes, ont, le plus souvent dans l’ombre, et malgré « les silences de l’histoire »3 , largement contribué à l’élaboration scientifique. Les femmes de notre génération ont participé avec, mais parfois contre leurs collègues, à des luttes dans et hors l’institution dans un mouvement général d’ouverture de l’Université, de développement et de renouvellement de certaines disciplines, d’ouverture de nouveaux chantiers de connaissance. Sur la lancée du mouvement des femmes, les femmes, comme étudiantes et comme enseignantes, ont largement investi l’Université, même si la parité est loin d’être réalisée dans certaines disciplines et pour certains niveaux hiérarchiques.

  • 4  Groupe d’Études féministes fondé par Françoise Basch et Michelle Perrot, en 1974.
  • 5  Dont je suis responsable depuis sa création en 1984.

5À l’Université Paris Diderot – Paris 7, le GEF4 et le CEDREF5 ont constitué des cadres de recherche pluridisciplinaires permettant la confrontation des avancées disciplinaires et les constructions théoriques communes. En 1995, lors du colloque de préparation à la conférence de Pékin, « Femmes, hommes, identité, égalité, différences », Michelle Perrot fait le point sur les principaux paradigmes que « nous partageons et qui renouvellent les sciences ». Elle définit le gender, le genre, comme un concept central :

  • 6  Perrot Michelle, « Identité, égalité, différence. Le regard de l’Histoire » in EPHESIA, La place d (...)

6[…] l’histoire des femmes ne trouve tout son sens que dans l’analyse, la déconstruction – si l’on veut – de la différence des sexes, dans la relation à l’autre sexe. Nous sommes nombreuses et nombreux à penser que le genre, catégorie de la pensée et de la culture, précède le sexe et le module (Hurtig, Kail et Rouch, 1991), que le corps n’est pas la donnée première6.

  • 7  Berger Pierre et Luckman Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksie (...)

7C’est dans cette problématique générale que j’ai inscrit mes travaux sur la socialisation. J’utilise le concept de « socialisation » dans la cohérence des travaux de la sociologie de l’éducation depuis Durkheim, et de son renouvellement par des sociologues et anthropologues contemporains français et anglo-saxons, et plus précisément par les travaux de Berger et Luckman7 concernant la différence entre socialisation primaire et secondaire. Mes enquêtes ont porté sur différents terrains, sous l’angle de la socialisation différentielle de classe et de sexe.

  • 8  GEDISST (Groupe d’études sur la division sociale et sexuelle du travail) dont Dominique Fougeyroll (...)
  • 9  URMIS, Unité de recherche sur les migrations et les relations interethniques, CNRS/Université Pari (...)

8Me situant dans la perspective de la recherche sur les rapports sociaux de sexe et sur la division sociale et sexuelle du travail développée au CNRS, notamment grâce à la création du GEDISST8 dans les années 1980, j’ai collaboré à l’ouverture d’un nouvel axe de recherche : rapports sociaux de sexe et éducation. Dans la lignée des travaux de Nicole Mosconi en sciences de l’éducation, j’ai poursuivi l’observation des situations de mixité scolaire avec la recherche sur l’école primaire. Cette réflexion m’a conduite à me rapprocher des travaux sur l’immigration, menés notamment à l’URMIS9, d’une part, et des travaux de sociologie politique de Sonia Dayan sur l’exercice de la démocratie et le jeu entre universel et particularisme, d’autre part.

9Dans ce texte présenté pour l’habilitation à diriger des recherches, je me suis attachée à montrer comment j’ai participé, à ma manière, à l’élaboration collective de nouvelles orientations de recherche en sociologie par l’analyse des mouvements sociaux et par l’analyse des stratégies sociales des acteurs, en suivant ma propre évolution thématique, de la sociologie de l’éducation à une sociologie du genre en voie de création.

10Mon attention aux crises et aux mouvements sociaux comme révélateurs et instruments d’analyse de la société française en mutation m’a conduite à élaborer progressivement une grille de lecture personnelle des contradictions qui se manifestent au travers de l’émergence de groupes militants alors même qu’ils se veulent porteurs de nouvelles visions du monde. Dans les années 1960, les étudiants cherchent à échapper à leur propre auto-qualification de « petits-bourgeois complices du capitalisme », en luttant contre l’individualisme, et en s’auto-redéfinissant comme « jeunes travailleurs intellectuels » (sociologie et militance). En 68, les lycéens en révolte contre « le lycée caserne » finissent par occuper les lycées pour y réclamer plus de participation, ce que j’ai appelé une demande de surscolarisation (sociologie et mouvement social). Dans les années 1970, le paradoxe du mouvement des femmes, s’affirmer comme différentes pour revendiquer l’égalité, conduit à des conceptualisations voire à des paradigmes divergents : rapports sociaux de sexe ou genre d’un côté, définition d’une nature féminine de l’autre. Dans les deux cas, les formes d’institutionnalisation des études féministes risquent de conduire à une nouvelle normativité (le féminisme comme mouvement et comme théorie). Dans les années 1980, les mouvements « beurs » construisent une conscience de la migration, « la deuxième génération créant la première » (genre et migration).

11La lutte contre la construction sociale des différences par les mécanismes de pouvoir, le refus des identités imposées conduisent à de nouvelles revendications identitaires manifestant la difficulté, pour les individus comme pour leurs groupes d’appartenance, de manier la pluri-appartenance ou les identités plurielles.

12Le rôle du sociologue comme chercheur est de montrer comment les définitions de situation et des identités individuelles ou collectives sont les produits de rapports sociaux entendus de façon dynamique.

13Mais, pour ce faire, il lui faut prendre au sérieux la parole des acteurs, sans s’y laisser prendre, c’est-à-dire en les resituant dans leurs contextes sociaux et politiques. Dans cette perspective, l’essentiel de mon apport personnel me semble consister dans la mise en avant de la mixité, mixité scolaire et plus largement mixité sociale, comme objet d’étude sociologique pour travailler à une sociologie du genre.

14Je vais m’efforcer de mettre en perspective ces orientations à partir de certaines de mes recherches, en retraçant les étapes d’une aventure personnelle et professionnelle.

Haut de page

Notes

1  Beauvoir Simone de, Le deuxième sexe, Gallimard, 1949.

2  Selon le terme forgé par Le Doeuff Michèle, L’étude et le rouet, Seuil, 1989 ou « masculin neutre » selon l’expression de Nicole Mosconi, La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblant ?, PUF, 1989.

3  Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Flammarion, 1998.

4  Groupe d’Études féministes fondé par Françoise Basch et Michelle Perrot, en 1974.

5  Dont je suis responsable depuis sa création en 1984.

6  Perrot Michelle, « Identité, égalité, différence. Le regard de l’Histoire » in EPHESIA, La place des femmes. Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, La Découverte, Paris, 1995. Michelle Perrot se réfère ici à l’ouvrage Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Hurtig Marie-Claude, Kail Michèle, Rouch Hélène (dir.), éd. du CNRS, 1991 (réédition 2000).

7  Berger Pierre et Luckman Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986

8  GEDISST (Groupe d’études sur la division sociale et sexuelle du travail) dont Dominique Fougeyrollas et Danièle Kergoat furent les premières directrices (fondatrices).

9  URMIS, Unité de recherche sur les migrations et les relations interethniques, CNRS/Université Paris Diderot – Paris 7 (Maryse Tripier et Catherine Quiminal).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman, « Introduction », Les cahiers du CEDREF, 15 | 2007, 13-17.

Référence électronique

Claude Zaidman, « Introduction », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/366

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org