Navigation – Plan du site
Annexes

Annexe VII : Demande de renouvellement du programme pluri-formation « genre, sciences et sociétés » du CEDREF

Présentation générale

La demande de renouvellement du programme pluri-formations « Genre, sciences et sociétés » présentée est assortie d’une nouvelle perspective : la création d’un Réseau national en Études Féministes fédérant les différentes initiatives universitaires existant en ce domaine.

Ce regroupement correspond à l’étape actuelle du développement des études et recherches sur le genre et des besoins institutionnels. En effet, la convention qui vient d’être signée entre le Ministère de l’Éducation Nationale, le Secrétariat d’État aux droits des femmes et d’autres ministères appelle à « développer la recherche universitaire consacrée à l’étude de la situation des femmes en France et au niveau international et à augmenter les échanges avec les universités des autres pays ». Elle concrétise en cela le paragraphe 216 de la plate-forme finale d’action signée à la Conférence mondiale des femmes concernant les recherches sur le genre, ainsi que la résolution du 2 décembre 1996 de l’Union Européenne sur la place des femmes dans les structures de décision.

Les relations entre hommes et femmes ont considérablement changé ces dernières décennies dans un grand nombre de pays. Le statut des femmes est devenu ouvertement un enjeu politique, suscitant des débats et des polémiques dans la société civile et sur le plan international. Les droits des femmes sont désormais l’objet de politiques publiques nationales et internationales. Les grandes rencontres internationales ont amené à reconsidérer l’éducation des femmes et l’égalité des droits entre les sexes à la fois comme des indicateurs et des moyens essentiels pour le développement économique et social. Les interrogations sur la globalisation conduisent à reconsidérer les processus de division sexuelle du travail à l’échelon mondial et à poser de façon élargie le problème de la diversité des situations des femmes.

Dans l’enseignement et la recherche, nous assistons à une multiplication des enseignements, des études, des débats, et des publications concernant les femmes, la différence des sexes, les rapports sociaux entre hommes et femmes et leurs représentations. Ce développement, toutefois beaucoup moins important en France que dans d’autres pays occidentaux et notamment chez certains de nos partenaires européens, s’effectue de façon atomisée, du fait de la carence de départements, d’instituts ou de centres universitaires d’études sur les femmes et/ou féministes. Or il existe dans ce domaine comme dans bien d'autres, un véritable besoin de transversalité, d'échanges critiques, d'accumulation et de transmission du savoir, au niveau de la recherche, de l’enseignement, comme auprès des acteurs sociaux et culturels.

La pluridisciplinarité entendue comme une politique de confrontations et d’échanges systématiques entre chercheur(e)s de différentes disciplines est constitutive de l’élaboration du champ de recherches en études sur les femmes et la différence des sexes. C’est la rencontre entre plusieurs approches en relation avec les mouvements sociaux présents et passés qui, mettant fin à l’invisibilité des femmes, a renouvelé les points de vue dans les sciences humaines en constituant de nouveaux objets de recherche et de nouveaux paradigmes. Ces analyses ne peuvent être menées à bien sans les apports croisés de diverses disciplines, telle : l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, la philosophie, la littérature, le droit, l’économie, les langues et la linguistique, la biologie, la médecine…

Dans cette optique, le programme pluri-formations « genre, sciences et sociétés » est initiateur de deux dynamiques.

1. À partir d’un regroupement interne à l’université Paris 7 -Denis Diderot, poursuivre les travaux du cedref selon les orientations dégagées lors du colloque « 25 ans d’études féministes. L’expérience Jussieu »

2. L’évaluation positive du programme pluri-formations existant en région parisienne permet de jeter les bases d’un futur réseau pluri-universitaires, le réseau national d’études sur les femmes, la différence des sexes et le genre, en collaboration notamment avec les universités de paris 8, Lyon 2 et Toulouse-le-mirail, dans la phase constitutive de ce réseau, la coordination de ses activités sera assurée collectivement par la mise en place d’un comité d’initiative représentant les principales composantes de ce projet.

Création d’un réseau national et interdisciplinaire

Ce réseau a pour vocation de regrouper les équipes universitaires existantes et celles du cnrs en france sur les études concernant la construction sociale de la différence, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas, la Suisse, le Portugal, les Pays Scandinaves.

Les enseignant(e)s et chercheur(e)s qui prennent l’initiative de constituer ce réseau à titre individuel ou dans le cadre d’équipes de recherche ou de sous-équipes déjà constituées, partagent une même orientation de recherche dont le projet scientifique en est l’émanation. Cette orientation s’est développée depuis le colloque « Femmes, féminisme et recherche »  du CNRS qui s’est tenu à Toulouse en 1982. Elle repose notamment sur la reconnaissance du caractère sexué des sociétés humaines et sur la prise en compte d’une construction sociale et symbolique des rapports entre les sexes. Ces rapports traversent tous les domaines : des pratiques politiques aux représentations sociales et culturelles. L’ensemble de ces processus nécessite une approche pluridisciplinaire.

La proposition de constitution de ce Réseau en collaboration avec les universités de Lyon 2 et de Toulouse-le-Mirail s’inscrit en continuité du programme « Genre, sciences et sociétés » créé à l’Université Paris 7 – Denis Diderot à l’initiative du CEDREF, et des séminaires « Rapports de sexe » de l’Université Paris 8 et du GEDISST (IRESCO/CNRS).

Le Réseau sera implanté dans un premier temps à l’Université de Paris 7, compte tenu des infrastructures dont dispose le CEDREF. Dans la phase constitutive de ce réseau, la coordination de ses activités sera assurée collectivement par la mise en place d’un comité d’initiative représentant les principales composantes de ce projet.

Dans chacune de ces équipes dont le travail sur la différence des sexes ou le genre se développe au sein des universités depuis plusieurs années :

  1. des séminaires sont offerts aux étudiants de 3e cycle ;

  2. des colloques et des publications ont largement contribué à l’extension des études féministes ;

  3. deux revues : Les Cahiers du CEDREF et Les Cahiers du Genre font l’objet de publications régulières.

Le Réseau permettra également de rassembler de nombreuses chercheuses isolées dans les universités de Paris et de province.

Au sein de ce réseau, il nous importe de coordonner nos efforts en prenant des initiatives communes afin de rendre visibles des activités trop souvent prises en charge bénévolement par des chercheur(e)s attachés à développer des recherches novatrices à bien des égards.

Axes principaux : organisation de journées d’études sur le thème des emprunts conceptuels faits aux grands systèmes théoriques.

Une première journée a été consacrée à Levi-Strauss et a donné lieu à une publication.

Projets

  1. En janvier 2001, le débat réunira des chercheuses françaises en américaines sur une partie de l’œuvre de Foucault qui se poursuivront par des rencontres autour de l’École de Francfort. D’autres champs seront explorés en psychanalyse, en linguistique ; des questions seront posées comme par exemple : quelle théorie du langage ? Des grandes œuvres pourront être analysées : Virginia Woolf, Hannad Arendt, Marx…

  2. Un deuxième cycle est envisagé sur les théories féministes proprement dites. Le tout donnera lieu à des publications indispensables actuellement à la communauté universitaire, aux étudiant(e)s et enseignant(e)s ; nécessité d’autant plus grande que la France a pris un retard considérable par rapport aux autres pays européens dans ce type de recherches.

  3. Organisation de cycles de conférences de chercheuses étrangères invitées dans diverses universités françaises ; à titre d’exemple : Catherine Hall (Londres), Cathy Lloyd (Oxford) ; Nancy Fraser (N. York), Marie Blanche Tahon (Ottawa) Ginevra Odorisio (Rome).

  4. Soutien financier aux initiatives ponctuelles organisées par chacune des composantes : colloques, publications.

  5. Coordination des séminaires de doctorats afin d’offrir une formation pluridisciplinaire à nos étudiant(e)s.

  6. Constitution d’un site Web et d’un Centre de documentation collectif accessible à tous les utilisateurs.

  7. Développement des relations d’échange entre chercheur(e)s et universitaires en liaison avec l’ANEF (Association Nationale pour les Études Féministes).

  8. Programme de publication en liaison avec l’équipe en charge de la collection Bibliothèque du féminisme (Éditions l’Harmattan).

  9. La coordination et la valorisation de ces activités en Réseau permettra la mise en synergie du travail de chacune de ses composantes, leur enrichissement mutuel, ainsi que le déploiement de leurs capacités d’intervention, tant au niveau national qu’international.

Sous équipe d’Histoire intellectuelle sous la direction de Michèle Riot-Sarcey.

Document annexe

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org