Navigation – Plan du site
Des domaines, des thèmes, des structures : une spécificité ?

Histoire du CEDREF

Claude Zaidman

Texte intégral

  • 1  Sont « membres fondatrices » du Centre de Documentation d’Enseignements et de Recherches pour les (...)

1La création du CEDREF1 en 1985 correspond à une nouvelle phase dans l’histoire des Études féministes à Jussieu. Il s’agit en effet d’un projet fédérateur interne à Paris 7 qui manifeste l’importance prise par les Études sur les femmes ou Études féministes dans cette université et leur rayonnement interne et externe. « La constitution de notre équipe est significative de l’insertion croissante de la recherche féministe dans l’Université et répond à une double exigence : rendre davantage visibles les acquis de nos travaux et approfondir la réflexion théorique sur l’implication du sujet dans la production des connaissances. » (présentation 1985). La présence d’enseignantes titulaires, actrices du projet fondateur de Paris 7 dans sa dimension novatrice (renouvellement des disciplines et pluridisciplinarité), le développement du GEF, la participation au Colloque de Toulouse, à l’ATP, la demande puis l’attribution d’un poste en Études féministes en 1984, construisent une situation particulièrement favorable au développement d’une équipe universitaire féministe.

2Michelle Perrot a été l’axe principal de la continuité institutionnelle des Études féministes à Paris 7, de façon directe ou indirecte. À chacun de mes contacts avec la direction de Paris 7 au sujet du CEDREF, « on » me demandait, en passant, de confirmer son accord à mes initiatives. Tout en se refusant d’endosser un rôle mandarinal, son charisme personnel et ses avancées théoriques concernant l’histoire des femmes et des mouvements féministes lui ont conféré une autorité incontestable tant auprès des étudiant(e)s que de l’ensemble de nos collègues. Michelle Perrot a formé toute une génération de jeunes historiennes (voir liste des thèses) mais aussi de jeunes chercheures en sciences humaines et sociales. Elle a maintenu une cohérence forte dans le projet de concilier l’approche disciplinaire et les collaborations pluridisciplinaires pour constituer un nouveau champ de savoirs et en permettre la transmission à des générations successives d’étudiant(e)s.

3L’axe principal de ce regroupement dans l’Université est l’enseignement. Du premier projet de module pluridisciplinaire « Présence des femmes dans le mode contemporain : histoire, statut, représentation, langue, rapport à l’élaboration des connaissances », au DEA « Sexes et sociétés », les intitulés des enseignements montrent à la fois la continuité et les évolutions au gré des carrières, (non)recrutements, (non)promotions, mobilité, départs en retraite. On peut recenser plus de 40 enseignantes ou chercheures de Jussieu, avec des statuts divers, ayant participé à cette équipe (voir liste en annexe).

4Les brochures du CEDREF (réalisées avec Régine Dhoquois à partir de 1985) recensent sous l’intitulé « Enseignements concernant les femmes, les rapports entre les sexes. Enseignements féministes », les enseignements de 1°, 2° et 3° cycle de différentes disciplines et unités d’enseignement, ce qui permet de suivre la continuité (un noyau d’enseignantes stables) mais aussi les arrivées et les départs. Voici pour exemple, les intitulés des enseignements pour l’année 1985-86

SCIENCES DES TEXTES ET DOCUMENTS

Premier cycle
Denise BRAHIMI (XIXe siècle)
Nicole MOZET (XIXe siècle)

Deuxième cycle
Marcelle MARINI Méthodologie de l'analyse des textes littéraires.
Option littérature et psychanalyse

DEA, 3e cycle
Marcelle MARINI – Nicole MOZET : L'élaboration des rôles sexuels dans l'autobiographie et la fiction autobiographique
Danièle HAASE-DUBOSC La mise en discours du féminin dans la théorie, la critique et la littérature anglo-saxonnes.

Nicole MOZET – Marcelle MARINI : Analyse différentielle de la production littéraire des femmes et des hommes en France depuis 1945.

HISTOIRE

Deuxième cycle
Michelle PERROT : Histoire de la vie privée au XIXe siècle, L'enseignement porte partiellement sur la famille et les rôles masculin/féminin au XIXe siècle.

DEA Histoire et Civilisation
Michelle PERROT : chaque premier lundi du mois est consacré à L'histoire des femmes, nouvelles recherches.
Rita THALMANN : Sexe et Race, Aspects du darwinisme social (1870-1933)
Catherine COQUERY-VIDROVITCH DEA Tiers-Monde

ÉCONOMIE
Françoise BOURGEOIS – Travail marchand/Travail non marchand -

SCIENCES HUMAINES CLINIQUES
Claude REVAULT d'ALLONES : Enseignements concernant les femmes, les rapports entre les sexes. Ces enseignements sont spécialisés et réservés aux praticiens en formation.

Licence – Maîtrise
Lien de parenté – maternité – Parents – Procréation

DESS Médecine et procréation Séminaire de 3e cycle : « Masculin, féminin, différences des sexes, rapports entre les sexes ». Leurs théorisations dans les sciences sociales, leur mise en œuvre dans la recherche.
Josiane PINTO Licence, Maîtrise, atelier méthodologie
Sciences sociales

Premier cycle
Claude ZAIDMAN Sociologie de l'éducation
Claude ZAIDMAN Femmes et institutions

Licence
Régine DHOQUOIS et Claude ZAIDMAN Division sociale et sexuelle du travail. Institution familiale et travail des femmes

DEA
Dans le cadre de l'option sociologie du travail, Danièle KERGOAT dirige des DEA ou thèses portant sur la division sociale et sexuelle du travail.

INSTITUT D'ANGLAIS CHARLES V

Licence
Françoise BASCH : Féminisme et politique

Maitrise – DEA
Françoise BASCH : « Des mouvements pour les Droits des Femmes aux Mouvements de Libération : luttes de femmes dans l'histoire moderne et contemporaine, approche comparative »

TECHNIQUES DU CORPS
Bernadette DEMA.

5Cette inscription dans le tissu même de la vie des UFR et de l’Université constitue la force et la faiblesse de notre groupe. Il traduit l’institution­nalisation des études féministes mais aussi leur résistance à entrer dans un moule universitaire traditionnel. Nous nous sommes battues pour maintenir une existence autonome mais non ségréguée, pour être reconnues comme une dimension universitaire tout en refusant les tentatives de récupération disciplinaire. Nous sommes les spécialistes des co-appartenances, des co-directions, des doubles rattachements, des doubles demandes de financement, etc. D’où la difficulté à nous trouver un statut. Chaque nouveau président de l’Université nous a proposé de devenir un département autonome, une case à part qui permettrait de nous classer. De nombreux directeurs de recherche nous ont proposé de nous intégrer dans leur laboratoire. Mais la pluridisciplinarité et la collégialité affichées nous ont permis de maintenir notre originalité.

6L’histoire du CEDREF à Paris 7 s’inscrit dans l’histoire plus large des Études Féministes mais parfois à son propre rythme. Si on tente une périodisation de l’histoire de notre équipe et de ses relations institutionnelles, on pourrait dire que dans les années quatre-vingt nous bénéficions des avancées politiques du féminisme et de son insertion (relative) dans la recherche en sciences sociales et humaines.

7La fin des années quatre-vingt marque un tournant avec l’expérience du DEA, mais aussi les effets du reflux politique, modérés par l’audience des personnalités phares du CEDREF dans Paris 7.

8Enfin, à partir de 1994, un nouveau poste, cette fois en Histoire des femmes, certains recrutements disciplinaires et de nouveaux projets fédérateurs cherchent à redonner un souffle au CEDREF après le départ des principales fondatrices.

La pluridisciplinarité

9La présentation de l’équipe rédigée en 1985 recense 25 enseignantes, enseignantes-chercheuses et chercheuses de l’Université Paris 7, leur participation à 9 équipes de recherche dans le cadre de l’ATP « Recherches sur les femmes/Recherches féministes » et les publications et thème de recherche de chaque membre.

Liste des équipes de recherche auxquelles appartiennent des membres du CEDREF (ATP : « Recherches sur les femmes, recherches féministes »)

« Analyse différentielle de la production littéraire des femmes et des hommes en France depuis 1944 » (Marini – Mozet)

« Dictionnaire biographique du féminisme français » 1815-1914. (Perrot)

« Catégorie de « féminité » et profession « féminine » : le cas de la secrétaire » (Pinto)

« Femmes, guerres, crises 1914-1945 » (en France, Allemagne, Italie et Espagne) (Thalmann-Crips).

« Les femmes en reprise d'études à l'Université : itinéraires sociaux de formation et crise d'identité » (Zaidman – Ernoult)

« La mise en discours du féminin » (Braidotti – Haase-Dubosc)

« Le mouvement de libération des femmes et ses effets sociaux » (Ducrocq – Kandel – Picq).

« La production littéraire des femmes en France du M.A. à nos jours » (Marini – Mozet)

« Signification des recherches des femmes sur la militarisation des sociétés contemporaines » (Gabriel).

10Chaque pôle de recherche sur les femmes, le féminisme et les rapports de sexe se renforce (histoire des femmes et du féminisme, littérature, sociologie, études anglophones et germaniques), mais le collectif ne reçoit qu’une reconnaissance limitée de la part des institutions. La création du poste en Études Féministes, si elle apporte une légitimité universitaire et une force de travail statutaire pour développer l’axe études féministes, n’est malheureusement assortie d’aucune aide matérielle. Les trois titulaires des postes d’Études Féministes, (Marie-France Brive, Annie Junter-Loiseau et moi-même) se coordonnent pour demander un soutien financier avec, comme perspective prioritaire, la création d’un réseau documentaire, une banque de données inter universitaire appuyée sur des centres de documentation dans chacune des universités concernées, Toulouse, Rennes et Paris 7. Les faibles crédits accordés par le ministère ne parviendront jamais jusqu’à l’Université : le ministère « tombe » avant leur arrivée. Les gouvernements suivants s’intéresseront plus aux associations féminines qu’aux études féministes. Le projet documentaire sera largement enterré.

  • 2  Le CEDREF a fait partie du Comité Scientifique du réseau  européen d’Études Féministes Grace  créé (...)

11En 1986, le CEDREF est reconnu comme équipe de recherche universitaire pluridisciplinaire rattachée aux sciences sociales. La pluridisciplinarité et le caractère collégial sont réaffirmés par le principe d’une co-direction du CEDREF (Claude Zaidman et Marcelle Marini). Dès lors nous bénéficions de quelques crédits de l’Université qui transitent par le conseil scientifique de l’UFR. Ils seront à cette époque principalement affectés à un travail de documentation avec la collaboration de Marie-Jo Dhavernas qui recense l’ensemble des thèses concernant les femmes, les rapports de sexe et le féminisme, soutenues à Paris 7 depuis 1970, ainsi que les travaux des enseignantes féministes. Un premier essai de base de données informatisée nommée « Lilith », contenant environ 300 références, est mise en place avec l’aide de l’URFISST (1988). Mais les projets de réseau inter universitaire, faute de moyens et peut-être aussi par manque d’intérêt des chercheurs pour le travail de documentation, n’auront pas de suite immédiate. Toutefois, le travail sur la documentation se poursuivra avec GRACE2, puis au CEDREF même avec l’informatisation plus récente du fonds du centre de documentation.

12L’arrivée en 1988 de Liliane Kandel comme membre permanent du CEDREF, grâce au rattachement de son poste au laboratoire Sociétés Occidentales dirigé par Michelle Perrot, renforce considérablement l’équipe et permet notamment de développer l’axe éditorial avec le soutien du conseil scientifique de Paris 7, puis le soutien du Secrétariat d’État aux Droits des Femmes. Liliane Kandel joue un rôle fédérateur entre les différentes équipes de recherche et notamment avec l’équipe de Rita Thalmann. Elle assure également le lien avec l’ANEF. Elle devient co-responsable du CEDREF en 1994, tandis que Marcelle Marini, prenant sa retraite, devient, elle, Directrice de publication des Cahiers du CEDREF.

Publications collectives du CEDREF

Égalité entre les sexes. Mixité et démocratie (C. Baudoux et C. Zaidman ed.), 1992, Paris, L’Harmattan.
Madeleine Pelletier, Logique et infortune d’un combat pour l’égalité (C. Bard ed.), 1992, Paris, ed. Côté-Femmes.
Cahiers du CEDREF n° 1, 1989, Silence, émancipation des femmes, entre privé et public (Responsables : Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey, Eléni Varikas)
Cahiers du CEDREF n° 2, 1990, Femmes sujets des discours (Responsable : Marcelle Marini)
Cahiers du CEDREF n° 3, 1993, Sexisme et exclusions. (Responsable : Régine Dhoquois).
Cahiers du CEDREF n° 4-5, 1995, Continuités et discontinuités du féminisme. (Responsable : Marcelle Marini).
Cahiers du CEDREF n° 6, 1997, Politiques féministes et institutions. Regards croisés : Brésil, Québec, France (Responsable : Dominique Fougeyrollas-Schwebel).

Cahiers du CEDREF n°: 7,1999, Gayle Rubin, The Traffic In Women (Traduction de Nicole-Claude Mathieu) (Responsable : Liliane Kandel).

Cahiers du CEDREF n° 8/9, 2000, Femmes en migrations (Responsables : Jules Falquet, Anette Goldberg-Salinas, Claude Zaidman).

Collection Colloques et Travaux du CEDREF

La démocratie à la française ou les femmes indésirables (sous la dir. d’Éliane Viennot, 1996)
Femmes, Nations, Europe, (sous la dir. de Marie-Claire. Hoock-Demarle, 1995)
Féminismes et nazisme, en hommage à Rita Thalmann, (sous la dir. de Liliane Kandel, 1997).

13En 1989, la création du DEA apparaît comme une consécration institutionnelle. En fait, apothéose et déclin : du point de vue de l’équipe, le DEA marque à la fois notre maturité sur le plan théorique et les limites de notre capacité d’inscription institutionnelle dans le jeu universitaire. De façon générale, le féminisme connaît une régression politique au niveau des instances gouvernementales. Le DEA n’a pas le temps de prendre un véritable départ, il est supprimé par le Ministère.

Une expérience pionnière : le DEA « Sexes et Sociétés »

14Dès le début du CEDREF, l’idée d’une filière commune ou d’un diplôme spécifique est envisagée. Mais le projet de module pluridisciplinaire est abandonné avec les projets de réforme du premier cycle, et il n’existe pas de liens pédagogiques et institutionnels entre nos enseignements qui restent inscrits dans des formations disciplinaires distinctes.

15Deux orientations se dessinent pour le développement d’une formation propre : un regroupement pluridisciplinaire couronné par un diplôme en études féministes (ou avec une mention études féministes) ou bien l’organisation d’un cycle court de formation intermédiaire venant enrichir les cursus disciplinaires. Ce choix fondamental recoupe le problème de l’enracinement des postes Études féministes dans les disciplines et la création ou non d’un département autonome d’études féministes.

  • 3  Le réseau NOÏSE pour les études féministes du programme Erasmus-Socrates avec les universités d’An (...)

16Dans le premier cas, l’accent est mis sur les avancées des théories féministes considérées sinon comme une science du moins comme un corpus propre en rupture avec les champs prédécoupés par les structures de recherche universitaires. C’est l’orientation qui a été retenue par Rosi Bradotti et la plupart de nos collègues européennes, pour NOÏSE3, le réseau Erasmus puis Socrates auquel nous participons depuis 1989.

Louise Bruit – Le CEDREF et les réseaux européens d'études féministes

17Dès la fin des années quatre-vingt, dans le cadre d'Erasmus, un programme d'échanges européens s'est mis en place, à l'initiative de la Commission européenne. Dès ce moment, le CEDREF a fait partie du réseau NOISE, animé par Rosi Braidotti et Christine Rammrath et dont le siège est à Utrecht. Françoise Basch, Régine Dhoquois, Claude Zaidman, Louise Bruit, ont assuré au cours des années la continuité du lien entre le CEDREF et les féministes des autres Universités d'Europe affiliées à NOISE (en Allemagne, Italie, Espagne, Grèce, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Finlande etc...). Les coordinations organisées régulièrement par les responsables du réseau sont l'occasion de rencontres et d'échanges, d'information et d'expériences. Les universités d'été, qui se déroulent chaque année dans une autre université du réseau et auxquelles quelques-unes de nos étudiantes ont participé, sont des lieux de débats, d'affrontement parfois, mais aussi de découvertes et de confrontations précieuses entre des expériences différentes du féminisme à travers des luttes et des traditions diverses.

18La nouvelle organisation d'Erasmus, qui a modifié les sources de financement et l'attribution des crédits, a transformé les rapports d'Université à Université, et a introduit une gestion plus centralisée. D'autres types de réseaux se sont mis en place. En même temps, le principe des séjours d'étude des étudiants dans les divers pays d'Europe se généralise. Le CEDREF a établi des liens bilatéraux avec l'Espagne (Madrid), l'Italie (Bologne), les Pays-Bas (Utrecht), l'Allemagne (Bielefield), la Belgique, mais aussi l'Irlande, le Danemark, la Finlande...Si les étudiant(e)s ne trouvent pas à Paris 7 un cursus organisé d'études féministes, comme dans d'autres pays, elles ou ils y trouvent un ensemble d'enseignements concernant les femmes, les rapports de sexe et le féminisme dans des disciplines différentes, et c'est cet ensemble qui constitue l'originalité de Paris VII dans le domaine des études féministes.

19Dans le second cas, le lien avec les disciplines est maintenu et l’accent porté sur l’apport de la recherche féministe dans les champs disciplinaires institués. Une majorité d’enseignantes de Paris 7 ayant maintenu leur choix de garder des liens privilégiés avec les disciplines, et dans un but d’efficacité par rapport aux instances universitaires et ministérielles, le DEA fut conçu avec un tronc commun centré autour des sciences sociales de façon à permettre l’insertion ultérieure des étudiant(e)s en thèse dans les formations doctorales existantes.

Figure 1 : affiche DEA

20Pour l’histoire de ce DEA, on retiendra d’abord que ce fut à Michelle Perrot, professeur et membre du Conseil scientifique de l’Université que revint la très lourde tâche de défendre le projet devant le Conseil scientifique de Paris 7. Selon mes souvenirs, elle en revint victorieuse, mais choquée : les collègues ne s’étaient, semble-t-il, pas privés de manifester, et de façon « masculiniste » pour ne pas dire machiste, leur incompréhension, notamment du titre proposé alors, « rapports de sexe et Sociétés ». Pourquoi leur ont-ils préféré le titre « Sexes et sociétés » ?

21Une fois le principe acquis, il fallait trouver un responsable, « professeur » en sociologie, UFR de rattachement de ce DEA. Pierre Fougeyrollas qui avait déjà milité pour la création du poste en études féministes se montra tout disposé à nous aider en nous « prêtant » son nom. L’année suivante, Sonia Dayan, devenue professeure à son tour, en prit la direction, Claude Zaidman étant « nommée » coordinatrice. En 1993, Sonia Dayan fonde le C.S.P.R.P. et c’est Marie-Claire Hoock-Demarle qui la remplace comme responsable du DEA avec Régine Dhoquois pour coordinatrice. L’ancrage institutionnel se déplace de l’UFR de Sciences Sociales à GHSS. L’année suivante, la demande de renouvellement du DEA « Sexes et sociétés » est refusée par le Ministère. Le DEA d’histoire crée une option « Sexes et sociétés », option dont Régine Dhoquois est la responsable avec l’aide de Gabrielle Houbre récemment recrutée sur un poste en histoire des femmes.

22Ce jeu de chaises musicales marque la collégialité du projet féministe. Mais il manifeste aussi le poids des disciplines et des carrières, et des revirements ministériels.

23Le DEA n’a pas rempli toutes ses promesses. D’abord il a déçu certaines enseignantes de Paris 7 et divisé « l’équipe enseignante » du CEDREF. Certaines (littéraires ou anglicistes) se sont senties trahies par l’alliance forte entre la sociologie et l’histoire. Mais les sociologues elles-mêmes furent déçues par le fait que nous n’avons pas à proprement parler réussi à constituer une équipe pédagogique réellement intégrée.

  • 4  Les évaluations du DEA qui suivent sont l’écho  d’échanges  récents  entre Sonia Dayan, Danièle Ke (...)

24Ainsi, Danièle Kergoat4 qui a largement participé à titre personnel et comme membre du GEDISST à la création de ce DEA, regrette le manque de travail collectif : elle aurait souhaité plus de discussions entre les enseignantes. Selon elle, il y a eu deux projets distincts mais qui n’étaient pas énoncés et qui pourtant n’induisaient pas la même conception de l’enseignement. D’une part, l’idée d’une intégration des enseignantes des différentes disciplines grâce au cours sur les théories féministes, d’autre part, l’envie de déconstruire les disciplines constituées à partir des interrogations féministes, position qui correspondait plus aux avancées théoriques du GEDISST sur le concept de travail.

25Pour Sonia Dayan, la difficulté de ce travail en commun est apparue parce qu’il y eut très vite une prise de conscience de ce qui nous séparait les

26unes des autres. Peu à peu se sont manifestées les ambiguïtés contenues au départ dans le terme d’études féministes : la confusion du féminin et du féminisme. Selon elle, l’expérience du DEA a été un peu décevante parce qu’on a gardé un niveau théorique faible, on s’est interdit une véritable interrogation critique par peur d’expliciter les différences d’approches. Les séminaires faisaient le point sur certaines questions, mais ils n’étaient pas organisés autour de recherches communes.

27En fait, comme le rappelle aussi Dominique Fougeyrollas, le DEA a été créé à une époque charnière dans l’histoire des Études Féministes. Si les études féministes avaient gagné un certain droit de cité au CNRS, comme en témoigne la création du GEDISST, à l’Université par contre, se sont toujours maintenues une grande hostilité et un refus de légitimité scientifique au niveau des instances scientifiques. Même à l’Université Paris 7, où nous avions un fort capital de sympathie, faire des études féministes n’a jamais été professionnellement reconnu, parce que la reconnaissance professionnelle à l’Université vient d’une carrière individuelle et non d’un travail en équipe. Si nous avons bénéficié d’un soutien politique montant dans les années quatre-vingt, les années quatre-vingt-dix seront plutôt caractérisées par un recul qui s’est d’ailleurs traduit pour nous par l’arrêt de l’expérience du DEA. La force du CEDREF a été sa continuité par-delà les avatars des politiques ministérielles et des modes politiques.

28Mais toutes s’accordent sur l’intérêt fondamental de l’expérience avec les étudiant(e)s. Le DEA s’adressait à plusieurs sortes de publics qui de fait se sont mêlés dans une expérience passionnante pour eux et pour nous : des étudiant(e)s intéressé(e)s par le thème, attiré(e)s par la pluridisciplinarité, des personnes engagées dans la vie professionnelle et travaillant avec un public femmes, des étudiantes étrangères sensibilisées au féminisme comme théorie.

29Reprenons les témoignages des sociologues :

30« Le DEA faisait une sorte d’appel d’air pour les étudiantes qui avaient fait un DEA ailleurs et qui sont venues s’inscrire en thèse. Il a produit un effet de visibilité : elles savaient qu’en venant à Paris 7, elles trouveraient un encadrement. Mais les étudiantes qui arrivaient pour travailler, « sur les femmes », (à l’époque on ne parlait pas encore du genre) n’avaient pas la formation de base sur cet objet pluridisciplinaire, ce qu’apportait le DEA » (Sonia).

31« Par rapport aux étudiants par contre il y avait une ouverture réelle, c’était hypersympa. Çà marchait bien mais en même temps c’était un public difficile parce que d’une grande diversité : c’est ce qui faisait à la fois la richesse et la difficulté du public. Ce qui caractérisait ces étudiant(e)s, c’est qu’ils ou elles avaient un capital d’expérience extrêmement fort, mais divers, avec des niveaux de formation très différents. Maintenant je découvre une seconde génération d’étudiant(e)s, qui ont la maîtrise de la discipline, qui maîtrisent les différentes problématiques de la discipline, sur les différents mouvements sociaux, et une perspective féministe ». (Daniele)

32Or ces nouveaux étudiant(e)s arrivent grâce au travail réalisé pendant toutes ces années, et parfois apparemment à contre courant, dans l’Université et dans la recherche. On assiste à une imprégnation sociale qui légitime cette thématique comme le prouve par exemple le programme d’agrégation de sciences économiques et sociales. (Dominique)

33Les séminaires organisés avec (par) Michelle Perrot ont marqué un tournant dans la réflexion sur le genre : nous invitions des enseignantes ou chercheures de disciplines différentes pour les interroger sur leur utilisation du concept de « genre » ou de « gender ». Ce cadre permettait une ouverture pluridisciplinaire et je me souviens de nombreux séminaires passionnants où des chercheures présentaient leurs itinéraires de recherche.

  • 5  Université de Columbia in Paris dirigée par Danielle Haase-Dubosc, avec laquelle nous avons une co (...)

34Le séminaire de méthodologie sur les théories féministes était centré sur la thématique « Egalité et différence ». Le fait qu’il n’y ait pas seulement un cours dans un cursus de sociologie ou d’histoire, un cours posant une seule approche féministe dans un seul cours, par exemple, l’approche « rapports sociaux de sexe » en sociologie du travail, mais tout un faisceau de réflexions, représentait pour les étudiant(e)s une phase d’initiation à la problématique du genre. Le séminaire se situait par rapport à l’émergence des enseignements sur les théories féministes dans le cadre d’Erasmus au niveau européen, avec l’organisation d’Universités d’été européennes et les projets d’enseignements validables dans chaque université du réseau. Un autre point de repère était représenté par les cours de Marcelle Marini à Reid Hall5, L’objectif était de montrer aux étudiant(e)s l’existence d’un champ de réflexion théorique, en marge des formations traditionnelles, avec ses dynamiques et un processus d’accumulation, malgré ou grâce, aux conflits théorico-politiques. L’idée était de faire apparaître un corpus « féministe » à partir des théorisations dans chaque champ disciplinaire.

35L’existence du DEA et de ces séminaires a permis de créer un groupe d’étudiant(e)s en Études Féministes. Nous avions « nos » étudiantes féministes et cela redonnait un nouveau souffle au CEDREF. Ce travail se perpétue sous la forme d’une option dans le cadre du DEA d’histoire. Faut-il rêver d’une future École Doctorale en études féministes qui permettrait la formation d’enseignant(e)s et chercheur(e)s ?

De nouvelles perspectives : le programme pluri-formations « Genre, sciences et sociétés » – CEDREF

36Lors de la discussion du plan quadriennal de l’Université en 1996, il est apparu, tant à notre équipe qu’au Conseil Scientifique de l’Université, que les Études Féministes, par leur pluridisciplinarité, leur implantation dans divers secteurs d’enseignement et de recherche de Paris 7, et par la nécessaire pluri-appartenance de ses chercheurs, nécessite la mise en place d’une structure particulière par rapport aux autres équipes de recherches universitaires. D’où la création du Programme Pluri-formations « Genre, sciences et sociétés », programme accepté et financé par le Ministère depuis 1997. Ce programme a pour objectif la coordination interne à Paris 7 mais aussi le lien avec les autres universités de la région parisienne. Sur une initiative commune Paris 7, Paris 8, GEDISST, il regroupe en 1998, 62 enseignant(e)s et chercheur(e)s animant ou participant à des séminaires en études féministes. Pour le prochain plan quadriennal, notre projet collectif s’est renforcé et devient projet de réseau interdisciplinaire et interuniversitaire sur le genre. (voir annexe)

37Le CEDREF, pôle d’ancrage de ces projets de coordination poursuit son histoire universitaire avec ses difficultés de définition institutionnelle mais le maintien de son projet scientifique qui crée le lien entre les anciennes et les nouvelles.

38La spécificité scientifique du CEDREF et des équipes participant au réseau réside dans une approche sociale et historique de la différence des sexes. En rupture avec une vision biologisante ou naturaliste, les recherches menées analysent les mécanismes, tant dans l’imaginaire que dans les pratiques sociales, qui définissent socialement les places des hommes et des femmes dans les différentes sociétés. Tous ces travaux concourent à montrer comment les rapports entre les sexes (les rapports de genre) sont historiquement et socialement construits.

39Jusqu’ici les théories féministes ont mis en évidence les rapports de domination et d’appropriation que subissent aujourd’hui encore les femmes. Les recherches actuelles présentent cependant une analyse nuancée quant à leur participation historique et sociale, se refusant à leur assigner le seul rôle de victimes de l’oppression patriarcale.

40De l’étude des processus de domination et d’appropriation des femmes, à la mise en perspective des mouvements et luttes féministes, en passant par la difficile question de la coopération effective des femmes à des systèmes idéologiques et politiques opposés à leur autonomie, les femmes apparaissent comme des actrices sociales et politiques à part entière.

41Un des points qui unissent ce groupe de recherche pluridisciplinaire est l'affirmation de la nécessité de travailler en même temps sur plusieurs types de rapports sociaux sans les hiérarchiser a priori. De ce fait, si la question de la différence des sexes reste centrale, nous souhaitons l'aborder dans la complexité de son intrication avec les autres déterminations sociales.

Haut de page

Notes

1  Sont « membres fondatrices » du Centre de Documentation d’Enseignements et de Recherches pour les Études Féministes, Françoise Basch (Anglais, professeur), Liliane Crips (Allemand, MC), Bernadette Dema (DAPSL, assistante), Régine Dhoquois (Droit, MC), Françoise Ducrocq (Anglais, MC), Nathalie Ernoult (Histoire, chargée de cours), Nicole Gabriel (Allemand, chargée de cours), Claude Habib (Lettres modernes, assistante stagiaire), Michèle Le Coadic (Français langues  étrangères, assistante contractuelle), Marcelle Marini, (Lettres, MC), Michelle Perrot (Histoire, professeur), Josiane Pinto (Psychologie, maître assistante), Claude Zaidman (Sociologie, maître assistante), Isabelle Bertaux et Ginette Le Maitre (GST, CNRS).

2  Le CEDREF a fait partie du Comité Scientifique du réseau  européen d’Études Féministes Grace  créé auprès de la Commission des Communautés européennes (Unité pour l’Égalité des Chances DGV), pendant le durée de celui-ci. A ce titre, Claude Zaidman puis Liliane Kandel ont participé à l’organisation de plusieurs séminaires européens, à la mise en place de la banque de données européenne d’études féministes, et du projet de recherche sur « les apports des études féministes à la construction européenne ».

3  Le réseau NOÏSE pour les études féministes du programme Erasmus-Socrates avec les universités d’Anvers, Bielefeld, Bologne, Dublin, Madrid, Odense, Salonique, Utrecht et York. Régine Dhoquois  en fut la responsable à Paris 7 – Denis Diderot, puis Gabrielle Houbre, et actuellement Louise Bruit.

4  Les évaluations du DEA qui suivent sont l’écho  d’échanges  récents  entre Sonia Dayan, Danièle Kergoat, Dominique Fougeyrollas  et Claude Zaidman.

5  Université de Columbia in Paris dirigée par Danielle Haase-Dubosc, avec laquelle nous avons une convention.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : affiche DEA
URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/328/img-1.png
Fichier image/png, 329k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Zaidman, « Histoire du CEDREF », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 31 janvier 2010, consulté le 22 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/328

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Sociologie, Université Paris 7 – Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org