Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940

Paris, Fayard, 1995
Gabrielle Houbre
p. 211-215
Référence(s) :

Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard, 1995

Texte intégral

  • 1 Sur les débuts du féminisme en France, rappelons l'ouvrage de Laurence Klejman et Florence Rochefo (...)
  • 2 Les groupes catholiques féminins avaient refusé de rejoindre le C.N.F.F. lors de sa fondation

1Battant en brèche l'idée souvent exprimée de l'étiolement du mouvement féministe après la première guerre mondiale, Christine Bard, dans un livre solidement bâti et argumenté à partir d'une documentation irréprochable, retrace avec précision l'histoire des militantes des droits des femmes entre les deux guerres1. Ces dernières sont, à l'approche de 1914, deux à trois cent mille, nous dit-elle, groupées dans de nombreuses associations dont trois sont particulièrement puissantes. Le Conseil national des femmes françaises (C.N.F.F., 1901) qui fédère -sous la houlette de grandes dames de la bourgeoisie protestante et juive- associations féministes réformistes et associations des traditionnelles tenantes de la philanthropie féminine. L'Union française pour le suffrage des femmes (U.F.S.F., 1909), qui présente un profil socioculturel comparable avec sa sœur aînée, même si sa composition est politiquement plus hétérogène et son implantation plus développée en province. Enfin la vénérable Ligue française du droit des femmes (L.F.D.F., 1882), résolument mixte et auréolée du prestige de son fondateur Léon Richer et de celui de plusieurs de ses présidents d'honneur, Victor Hugo et Victor Schoelcher, entre autres. Le mouvement associatif ne cessera d'ailleurs jamais de caractériser le paysage du féminisme français. Il essaime largement durant l'entre-deux-guerres et parvient à attirer un public qui s'était d'abord refusé à lui : ainsi voit-on de nombreuses catholiques d'esprit volontiers conservateur se réconcilier un tant soit peu avec le féminisme2, par l'entremise de l'Union nationale pour le vote des femmes (U.N.V.F.), fondée en 1920. Très modérée dans ses revendications d'essence familialiste et ses modalités d'action raisonnées, bénéficiant d'une organisation interne bien structurée et de moyens financiers qui la rendent particulièrement efficace, l'U.N.V.F. connaîtra un succès certain à partir des années 20.

  • 3 Voir Madeleine Pelletier (1874-1939). Logique et infortunes d'un combat pour l'égalité, colloque o (...)

2Mais l'une des grandes réussites du livre tient à l'équilibre subtil que Christine Bard a su établir entre action collective et action individuelle, destinées communes et destinées exceptionnelles. Le parallèle est frappant entre les responsables féministes des courants dominants (réformistes et modérés),  issues dans leur très grande majorité des classes moyennes et supérieures, intellectuelles parfois, apparentées aux élites politiques républicaines souvent et, à l'opposé, la minorité radicale, surgie de milieux sociaux sensiblement moins prestigieux. Les premières, militantes convaincues,  aux pratiques inlassablement policées, et aux audaces mesurées, ne se départissent que rarement de leur sens des convenances. Ainsi peut-on citer Marguerite de Witt-Schlumberger, Cécile Brunschvicg ou Adrienne Avril de Sainte-Croix, longtemps à la tête du C.N.F.F. et dont la romancière Harlor dira que c'était « une de ces féministes qui rassurent l'ennemi ». Les secondes, militantes intégrales, n'hésitent pas au contraire à déjouer les règles sociales, quitte à subir une marginalisation parfois pathétique. Arria Ly et Madeleine Pelletier -que l'auteure connaît bien3- se singularisent par l'extrémisme de leurs positions, la plénitude de leur engagement, la liberté « révolutionnaire » de leur comportement et le tragique de leur disparition. En guerre contre tout « masculinisme », elles osent rompre avec la conception traditionaliste de la sexualité qui perdure chez l'immense majorité des féministes, en prônant la chasteté militante. Madeleine Pelletier, première femme interne des asiles psychiatriques, conceptualise une théorie hardie de la virilisation des femmes alors même que le rejet de La Garçonne (1922) comme modèle féminin rend perceptible la crainte de l'indifférenciation sexuelle qui habite la plupart des féministes. Les faits et gestes de ces deux rebelles détonent dans un milieu plutôt feutré. La doctoresse Pelletier affectionne les costumes masculins, chapeau-melon compris. Arria Ly gifle qui l'insulte, provoque en duel qui l'attaque et joue du revolver quand elle le juge nécessaire. Leur mort, également dramatique et obscure, marque les limites parfois étroites des solidarités féministes. Arria Ly se suicide en 1934 sans soutien: Cécile Brunschvicg notamment lui refusera le sien en la qualifiant de militante « généreuse, mais si exaltée, si peu équilibrée ». En 1939 disparaît Madeleine Pelletier, enfermée dans un asile où l'avait menée son combat en faveur du libre avortement.

3Les luttes de l'ensemble des féministes se mènent, avec des différences voire des divergences selon les priorités affichées par chaque association ou tendance, autour de questions sociales aussi traditionnelles que l'alcoolisme, la prostitution, la famille (les lois de 1920 et 1923, qui durcissent la législation contre l'avortement et la propagande anticonceptionnelle, ne provoquent la colère que de quelques-unes aux côtés des néo-malthusiens) ou les droits civils (les femmes obtiennent leur émancipation civile en 1938). Le travail des femmes, quant à lui, enregistre de nettes avancées après la première guerre mondiale (en particulier sur l'égalité des salaires conquise par certaines professions, comme les institutrices dès 1919 ou les dames des P.T.T. en 1928) avant que la crise économique, qui touche la France à partir de 1931, ne rallume la guerre des sexes et n'oblige les femmes à un combat de plusieurs années pour préserver les fragiles acquis obtenus dans ce domaine.

4Plus politique est la détermination des féministes à œuvrer pour la paix d'une part, et à obtenir le droit de vote d'autre part. Loin de s'en tenir ici à la seule scène nationale, Christine Bard souligne les liens noués avec les grandes organisations internationales (en particulier l'Association internationale pour le suffrage des femmes -A.I.S.F., 1909-), où américaines et anglaises jouent les premiers rôles. Certes il y eut rupture temporaire, alors que s'engageaient les hostilités de la première guerre mondiale: les féministes françaises, habitées par une conscience civique qui les conduisit presque d'un seul pas dans le sillage d'une Marianne confondue avec l'Union sacrée, décidèrent alors de couper court à tout internationalisme pacifiste. Mais le mouvement reprit avec d'autant plus de vigueur, une fois les armes remisées, comme en témoigne par exemple la fondation d'une vingtaine d'associations pacifistes dans les années 20. Précédant quelque peu la politique officielle du rapprochement franco-allemand menée par Briand et Stresemann à partir de 1925, les françaises retrouvent les allemandes en même temps que les femmes de vingt-neuf autres nations dans le cadre d'un congrès de l'A.I.S.F. dès 1920. Certains congrès de cette association mettent par ailleurs en évidence le manque de discernement politique dont font parfois preuve les participantes. Celui de 1923, par exemple, se déroule à Rome avec la bénédiction de Mussolini, parvenu au pouvoir après sa marche d'intimidation sur la capitale: les Françaises, comme les italiennes et bien d'autres, s'y fourvoient avec une naïveté parfois confondante. La lutte antifasciste sera toutefois une des priorités affichées par la plupart des féministes durant les années 30.

5Mais, à l'intérieur de l'hexagone,  le combat le plus opiniâtre, rendu le plus stérile aussi par les manœuvres du Sénat, reste sans doute celui mené pour l'obtention du droit de vote. Cette étonnante épopée suffragiste mena les femmes dans la rue à partir des années 20, ordinairement par petits groupes déterminés aux actions spectaculaires. Les « suffragettes » françaises prirent toutefois garde à ne pas s'attirer la même mauvaise réputation que leurs homologues britanniques, en bornant leurs actes militants à de sages folies comme interrompre une séance au Sénat avec à la clef un lancer de tracts, ou s'enchaîner à un banc parlementaire... Curieusement la nomination des trois femmes au gouvernement Blum du Front populaire (Cécile Brunschvicg, Irène Joliot-Curie et Suzanne Lacore en juin 1936) fige les élans suffragistes et correspond au moment où le mouvement féministe, perdant de sa cohérence et de sa force, décline inexorablement.

6Dans un style clair et concis, Christine Bard donne à réfléchir sur toute une série d'articulations, parallèles ou transversales, touchant les domaines sociaux, politiques et culturels (mouvement féministe/individualités, fémi­nisme/institutions, féminismes/antiféminismes, rapports femmes/hommes, féminismes/crises nationales ou internationales, etc.). Par là, son livre dépasse largement l'étude des féminismes stricto sensu pour s'imposer comme une analyse novatrice et pertinente de la société française de l'entre-deux-guerres, prise dans sa globalité.

Haut de page

Notes

1 Sur les débuts du féminisme en France, rappelons l'ouvrage de Laurence Klejman et Florence Rochefort, L'égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Des Femmes/P.F.N.S.P., 1989, 356 p.

2 Les groupes catholiques féminins avaient refusé de rejoindre le C.N.F.F. lors de sa fondation

3 Voir Madeleine Pelletier (1874-1939). Logique et infortunes d'un combat pour l'égalité, colloque organisé par le C.E.D.R.E.F. à Paris 7-Denis Diderot (1991), sous la direction de Christine Bard, Paris, Côté-femmes, 1992, 214 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Houbre, « Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940 », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 211-215.

Référence électronique

Gabrielle Houbre, « Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940 », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/327

Haut de page

Auteur

Gabrielle Houbre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org