Navigation – Plan du site
Transmettre aujourd'hui

D’un cours du soir à Osaka à la formation d’un groupe autonome : « territoire de la lumière »1

Une aventure de 10 ans
Yuko Nishikawa
p. 171-193

Notes de l’auteur

Permettez-moi de me présenter. Je suis professeur titulaire à la Faculté des relations nationales de l'Université de Chubou au Japon. J'y enseigne la langue et la littérature française ainsi que la civilisation francaise. A part cela, depuis vingt ans, j'ai rédigé des essais et des livres dans le cadre des Etudes de l'histoire des femmes japonaises. En même temps, j'ai fait paraître trois biographies. De 1991 à 1992, j'ai passé une année sabbatique à l'Université de Provence pour y effectuer des recherches personnelles et échanger des idées avec les historiens et historiennes, les linguistes et les littéraires. Voici une bibliographie résumée de mes travaux.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Cet article résume un exposé fait à Marseille, le 7 mai 1992, dans le cadre des études collectives (...)

1Cet article présente la genèse et l'histoire d'un groupe de femmes d'Osaka, groupe qui s'appelle Hikari no Ryobun (Territoire de la lumière). Pour parler des femmes d'Osaka et de la ville d'Osaka, pourquoi avoir choisi un si petit groupe, aujourd'hui réduit à onze femmes et un homme ?

2D'abord, parce que j'en connais personnellement les participant-e-s. Je les ai rencontré-e-s, il y a dix ans, dans une classe d'un cours pour adultes dont j'étais chargée au Centre des femmes de la ville d'Osaka. En tout, quarante personnes au début. À l’issue des deux années de cours, une dizaine d'entre elles ont émis le souhait de constituer un groupe. Depuis lors, celui-ci se réunit souvent, en diverses occasions, par exemple pour lire en commun un livre, pour écouter un récit de voyage fait par l'un ou l'une des leurs, ou pour participer à une manifestation dans la rue. Il publie une revue interne et une autre, externe. Dans la vie quotidienne, ses membres s'entraident pour résoudre leurs problèmes privés (maladies, divorce, chômage, etc.).

3Une autre raison de parler de ce petit groupe est, qu'à mes yeux, il reflète bien la réalité japonaise. À travers son histoire, je crois pouvoir aborder les grands problèmes concernant la famille et les femmes du Japon des années 80.

4Osaka est une grande ville moderne où chaque participant(e) du groupe a eu des difficultés à vivre dans la solitude. Ils se réunissent pour s'entraider, car ils ont été confrontés aux conséquences des changements survenus au cours de ces dix dernières années.

5Enfin, je dispose à leur sujet de documents concrets, car ils ont beaucoup écrit. À mon cours, qui était un cours d'histoire des femmes, la seule chose qu'ils aient peut-être appris c'est à lire un texte consciencieusement et à s'exprimer par écrit à son sujet.

6De condition modeste, ces personnes travaillent pour vivre. D'éducation moyenne, certaines ont une licence. Très vifs d'esprit, pourtant, ils n'avaient pas l'habitude de lire ni d'écrire chaque jour. Je les ai donc encouragés à le faire, dès la première année, en les sollicitant pour répondre par écrit à des enquêtes et en demandant à chacun de rédiger un petit mémoire. En deuxième année, ils ont formé deux groupes pour écrire ensemble un mémoire. Chaque semaine, tour à tour, ils ont tenu une sorte de journal de bord. Ils ont continué un travail d'écriture jusqu'à aujourd'hui et je dispose de tous ces documents.

7Maintenant cet exposé va du particulier - l'histoire de ce petit groupe - , au général - l'évolution sociale du Japon contemporain -. Il convient donc de situer l'histoire de notre petit groupe dans la perspective de celle du Japon et en tenant compte du lieu où il s'est constitué et développé : la ville d'Osaka.

Situation du groupe dans le temps et dans l'espace

8Jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale, la Constitution et le Code civil de Meiji, datant respectivement de 1889 et de 1896/98, ont été à la base du système familial, appelé ie(maison)-seido. Les caractéristiques de celui-ci consistent dans le pouvoir absolu du chef de famille et dans le droit d'aînesse masculin de primogéniture. C'est sur ce système ie que s'est formée la cohésion de l'Etat-Nation du Japon, au sommet duquel se situe l'Empereur. Les femmes étaient privées de leurs droits civiques en raison de ce pouvoir absolu du chef de famille et, sous le système ie, elles étaient définies juridiquement comme « incapables ». Dans le cas d'un adultère ou d'un avortement, seules les femmes étaient lourdement punies par la loi. Et c'est le système ie qui a permis l'exploitation de la main-d’oeuvre féminine dans l'industrie textile. Le contrat de travail n'était pas établi avec les filles, mais entre le patron et le chef de famille; leur salaire était souvent envoyé directement à leur famille.

9Les femmes japonaises ont eu très tôt conscience de l'iniquité de leur condition. Au lendemain de la Révolution Meiji, déjà des femmes avaient pris la parole aux côtés de leurs camarades hommes du mouvement pour la liberté et des droits du peuple. Elles soulignaient l'importance de l'égalité dans l'éducation et la nécessité de la réforme du système ie.

10En 1911, Raicho Hiratuka a fondé une association féminine pour publier une revue littéraire faite par des femmes et pour les femmes; son titre, Seito, est la traduction en japonais de « bas-bleus ». De là ont surgit de nombreux mouvements féministes qui allaient revendiquer la liberté politique, le droit de vote, l'amélioration des conditions de travail - surtout en cas de maternité - , et l'abolition de la prostitution. Mais, malgré de longs efforts, ces mouvements féministes de la classe moyenne d'avant-guerre n'obtinrent de résultats concrets que dans le domaine des lois qui protégeaient la maternité.

11Par ailleurs, très tôt, les ouvrières ont eu recours aux grèves pour lutter dans les usines textiles.

12Après la défaite de l'armée impériale du Japon (1945), une nouvelle législation s'est mise en place. La Constitution de 1946 a donné aux femmes les droits politiques et a affirmé leur droit à une éducation égale et à un travail égal à ceux des hommes. Les universités ont alors ouvert leurs portes aux étudiantes.

13Naturellement, l'abolition du pouvoir absolu du chef de famille n'a pas modifié très vite la structure familiale. Beaucoup de familles comprenaient trois générations vivant sous un même toit et cela a persisté pendant environ dix ans après la guerre.

14Après la Seconde Guerre Mondiale, les femmes ont joué un grand rôle, tantôt dans les grèves des usines (c'est le cas des femmes de la classe ouvrière), tantôt dans les mouvements pacifistes et de défense de l'environnement (c'est le cas des femmes de la classe moyenne). Mais l'une des caractéristiques de ces mouvements des femmes d'après-guerre était qu'ils mobilisaient des femmes souvent en qualité de femme au foyer ou de mère de famille.

15Cependant, dans les années 1970, au lendemain des émeutes étudiantes, surgit un nouveau type de mouvement féministe, un mouvement de libération des femmes, tout simplement. À la différence des précédents, il voulait reconsidérer le statut de la femme au foyer et celui de la mère de famille. Les militantes appartenaient à la génération des enfants du baby-boom dont, avec la croissance de l'économie japonaise, le taux d'accession à l'enseignement supérieur s'était considérablement élevé par rapport à celui de leurs aînées.

16C'est ce mouvement qui a revendiqué la vente de la pilule contraceptive et le droit de décider librement d'avoir des enfants ou de ne pas en avoir. Il s'est ensuite dirigé vers la dénonciation de la répartition des rôles entre hommes et femmes dans le foyer ainsi que dans la société.

17Personnellement, ma profession m'a directement mise en contact avec cette génération. J'ai commencé ma carrière de professeur en 1966 dans une des nouvelles facultés de jeunes filles qui venaient d'être construite pour recevoir la génération du baby-boom. Et quoique ces universités de jeunes filles aient enseigné tout à fait les mêmes matières que les universités mixtes, les débouchés offerts étaient très minces, voire pratiquement inexistants. Ainsi, ces jeunes filles, même hautement diplômées, n'avaient d'avenir qu'au foyer comme mères de famille.

18En tant que jeune enseignante, j'en ai éprouvé de l'inquiétude et de l'indignation et j'ai rédigé un mémoire. Dans la conclusion, je disais que les nouvelles diplômées exprimeraient le souhait d'avoir un emploi, et, qu'en cas de refus, on verrait dans cinq ou dix ans une masse de mécontentes, au niveau d'éducation élevé, qui sauraient s'exprimer. Cette prédiction s'est vérifiée. Pourtant, beaucoup de gens furent choqués par les revendications de ces jeunes femmes, d'autant que les militantes s'étaient appropriées intentionnellement le langage des hommes. En japonais, surtout en langue orale, l'homme et la femme ne parlent pas de la même façon. Elles espéraient donc une véritable révolution culturelle.

19L'opinion publique n'était pas du tout favorable à ce mouvement d'avant-garde minoritaire. Par ailleurs, il s'est désintégré assez vite en petits groupes. Mais il a certainement préparé les deuxième et troisième vagues de protestations.

20La décision de l'Organisation des Nations-Unies de consacrer une décennie aux femmes, de 1976 à 1985, a relancé les initiatives en leur faveur. Le Japon a ratifié en 1980 la convention des Nations-Unies sur l'élimination de toutes formes de discrimination basée sur le sexe. A cette occasion, beaucoup de municipalités ont mis à la disposition des femmes une partie de leurs locaux. Des réunions de mouvements de femmes, des cours du soir pour adultes centrés sur l'histoire des femmes, la sociologie des femmes et des familles, les connaissances juridiques, etc. ont pu avoir lieu. Des femmes de tous âges sont venues participer à ces activités et de nombreux petits groupes de femmes sont apparus dans toutes les régions du Japon et ont deployé toutes sortes d'activités.

21C'est dans ce contexte qu'en 1981, le Centre des femmes de la ville d'Osaka a, dans le cadre des études féministes, formé un projet décennal et établi sur deux ans un programme pour une classe de quarante personnes. Celui-ci reçut le soutien financier de la municipalité de la ville d'Osaka.

22Osaka est une grande agglomération, un carrefour commercial très actif qui dispose d'un port important. Mais, à la différence de Tokyo, la capitale, les petites et moyennes entreprises y sont plus représentées que les grandes. Aussi y trouve-t-on en abondance petits magasins, boutiques, restaurants, bistrots, cafés.

23Les femmes travaillent dans toutes les professions; la majorité d'entre elles occupent des places de dactylos, secrétaires, vendeuses ou serveuses. D'autres sont enseignantes, infirmières ou fonctionnaires. Elles sont peu nombreuses, mais il existe cependant des femmes cadres supérieurs, médecins, avocates ou présidentes d'entreprises.

24Le Centre des femmes d'Osaka se situe à Shitennnoji, un des quartiers populaires, d'accès facile par métro ou autobus. Le bâtiment est assez vieux, mais il possède un amphithéâtre, des locaux pour les réunions ou pour les cours, ainsi qu'une petite bibliothèque. Des cours pour adultes y avaient déjà été donnés, mais c'étaient des cours d'Ikebana, d'arrangement de fleurs, de cérémonie du thé, de Yoga, d'échecs, etc.. Et les enseignements de type « Etudes féministes » étaient tout à fait nouveaux pour le Centre.

25Les deux villes du Kansai (province ouest du Japon), Kyoto et Osaka, occupent une des places les plus importantes dans les mouvements et les études féministes. Dès le début des années soixante-dix et même soixante, un groupe de jeunes chercheuses auquel j'appartiens s'y était manifesté et une multitude de groupes féministes ou de mouvements pour la libération de la femme s'y etaient constitués. Osaka compte maintenant 8,750,000 habitants et Kyoto 2,600,000 ; ce sont de grandes villes. Pourtant, en comparaison avec Tokyo et ses 11,890,000 habitants, elles ont une dimension humaine qui facilite les réunions.

26Aussi bien à Kyoto qu'à Osaka sont concentrées de nombreuses universités tant d'Etat que privées. Les anciennes étudiantes de ces facultés continuent à se réunir après avoir terminé leurs études. Parmi celles appartenant à la génération des années 50 et 60, s'était formé un groupe d'études sur l'Histoire des femmes; un autre, issu de la génération des années 70, se consacrait à des études féministes plutôt sociologiques. Ces deux groupes existent toujours et collaborent souvent entre eux.

27Quand le Centre des Femmes d'Osaka envisagea ce cours d'études féministes, il fit tout naturellement appel à ces deux groupes, invitant chaque année quelques chercheuses à y donner des conférences.

Deux années de cours sur l'histoire des femmes

Motivations des participant-e-s et mes objectifs

28Quand, à mon tour, je fus sollicitée, il y avait deux possibilités : un cours de 14 heures à 16 heures ou de 18 heures à 20 heures. Après avoir beaucoup réfléchi, j'ai choisi le cours du soir, car si c'était l'après-midi en semaine, les seules auditrices auraient été des femmes au foyer. J'étais curieuse de voir qui viendrait à un cours du soir; d'ordinaire, c'est l'heure du repas et de sa préparation, et celles/ceux qui assisteraient au cours à cette heure devaient être déjà plus ou moins hors du rythme de vie familiale traditionnel.

29Pour moi aussi, ce cours du soir était assez contraignant. Mais j'ai pensé que confronter mes idées sur l'histoire du changement drastique du système familial japonais avec celles de participant-e-s, qui étaient déjà plus ou moins en marge du système familial traditionnel, ne pouvait qu'être fructueux et faire évoluer ma recherche. Aussi ai-je proposé le sujet suivant : « Trois sortes d'habitat dans la littérature moderne du Japon : la maison avec un iroribata (âtre japonais), la maison avec un chanoma (salle de séjour à la japonaise) et la maison avec un living-room » et j'ai choisi trois romans que nous lirions ensemble.

30Pourquoi des textes littéraires pour un cours d'histoire ? D'abord en raison de ma formation littéraire, ensuite pour ne pas imposer une thèse déjà faite. Car, à la différence de mes étudiants de la faculté, les participants du cours du soir avaient une expérience de la vie que je voulais respecter et j'espérais qu'ils pourraient découvrir par eux-mêmes leur histoire ou celle de leurs ancêtres.

31D'abord donc, la maison avec âtre japonais (iroribata) que l'on retrouve dans le roman de Toson Shimazaki, Une famille. C'est le lieu d'habitation d'une famille élargie qui inclut les parents du chef de famille, sa femme et ses enfants, ses frères et ses soeurs, leurs partenaires et leurs enfants, les domestiques ainsi que des pensionnaires vaguement apparentés à la famille. L' iroribata, l'âtre japonais, se situe au milieu de ce type de maison traditionnelle, souvent couverte de chaume, et il incarne une unité familiale fortement hiérarchisée, dominée par le pouvoir absolu du chef de famille.

32Ensuite, la maison avec chanoma (salle de séjour à la japonaise) qui est l'un des cadres du roman, Famille embrassée, de Nobuo Kojima. Elle est généralement construite en bois, son toit est de tuiles ou d'ardoises et ses planchers sont recouverts de tatamis. Elle abritait souvent une famille composée de trois générations, c'est-à-dire, les parents du chef de famille, son épouse et leurs enfants.

33Enfin, la maison avec living-room. Elle est de style presque occidental, quoiqu'on y retrouve toujours au moins une pièce avec tatamis. La cuisine moderne, les toilettes avec chasse d'eau et la salle de bains sont alors choses communes. Ce nouveau type d'habitation est la demeure de la famille moderne, devenue nucléaire, qui comprend le père, la mère et un ou deux enfants; les grands-parents vivent séparement. On la retrouve dans Famille embrassée de Kojima, ainsi que dans Territoire de Lumière, écrit par Yuko Tushima. Depuis 1955, l'économie japonaise a connu une rapide croissance, et ce modèle de famille est devenu dominant. Dans les villes, on construit aussi de vastes immeubles résidentiels à plusieurs étages, dont les appartements sont de ce style, avec un living room.

34Les trois romans que j'avais choisis, traitent de ce changement rapide du système familial au Japon moderne. Dans le roman de Toson Shimazaki, le héros et sa famille quittent une maison avec iroribata pour habiter une maison avec chanoma. Dans le deuxième roman écrit par Nobuo Kojima, le héros abandonne sa maison avec chanoma pour construire une nouvelle maison avec living-room. Et dans le dernier roman, l'héroine quitte même la maison avec living-room, pour vivre seule avec sa fille de trois ans. Je voulais réfléchir avec les participant­e-s du cours, au devenir de l'habitat et de la famille au Japon.

35Le Centre des femmes fit paraître une petite annonce dans les journaux précisant le sujet, le nom de la conférencière, l'heure du cours et le tarif de l'inscription : 100 francs. Les quarante premières personnes à s'inscrire furent acceptées. J'ai gardé les fiches remplies par les participants, dans lesquelles ils expliquent les raisons de leur participation à ce cours.

Première raison : retrouver la vie estudiantine

36Telle est la réponse de celles qui avaient enfin le loisir de retrouver la vie d'école interrompue par la guerre. C'étaient des femmes au foyer ayant la cinquantaine. Quelques-unes expliquaient leur désir d'apprendre l'histoire des femmes, par le choc qu'elles avaient reçu en comprenant que les temps avaient changé. Après avoir été sous les ordres de leur belle-mère dans une famille groupant trois générations, elles s'étaient vues refuser la cohabitation par leur propre belle-fille. Elles voulaient comprendre ce qu'avait été leur vie.

37La doyenne des participant-e-s était une dame de 64 ans, Yamada-san, d'un caractère parfois exubérant, mais connaissant bien la littérature. « J'ai l'impression d'avoir fini mon existence de femme au foyer. J'ai été mariée sous l'ancienne législation, j'ai vécu la guerre, j'ai élevé des enfants apres m'être disputée toute la vie avec mon mari, et maintenant, je souhaite étudier l'histoire des femmes avant d'arriver au dénouement de ma propre vie », précisait-elle sur la fiche.

Deuxième raison : apprendre pour enrichir leurs connaissances et leurs expériences.

38C'était le cas des personnes qui étaient entrées très tôt dans la vie active (infirmières, fonctionnaires, enseignantes ou secrétaires); travaillant depuis longtemps déjà, elles étaient aussi avides de faire des études. Elles venaient au cours du soir au lieu de faire les heures supplémentaires habituelles dans beaucoup d'entreprises japonaises. Elles s'interrogeaient sur leur condition, tant en famille que dans l'entreprise, mais ne penchaient pour aucune solution en particulier. Elles savaient par expérience que le capitalisme et le système patriarcal allaient de pair.

39L'une d'elles, Ritsuko, mère célibataire, âgée de 38 ans, à l'esprit vif, remarquait que le salaire d'un homme augmentait avec l'âge et chaque fois qu'il entrait dans une nouvelle entreprise, tandis qu'une femme perdait ses chances passé un certain âge et voyait son salaire diminuer pour peu qu'elle change de travail. En fait, quand le cours a commencé, elle etait inscrite au chômage et bénéficiait de l'allocation de 6 mois. Durant la journée, elle suivait des cours d'exercices pratiques à l'Institut d'enseignement professionnel près du Centre des femmes. Six mois après, elle réussissait à trouver un emploi par le bureau municipal de placement.

Troisième raison : se préparer aux choix de la vie.

40C'était le cas des femmes ayant la vingtaine ou la trentaine, y compris d'ailleurs une étudiante de 19 ans. Elles voulaient réfléchir à la famille et au travail, non pas en tant que fatalité, mais en tant que choix, même si la plupart du temps, isolées dans leur appartement et seules avec des enfants, il leur était difficile de choisir. C'était le cas de Jun, qui, un soir, demanda brusquement aux autres : « Est-ce que c'est normal de ne pas parler avec quelqu'un, en dehors de la famille, pendant plus de huit jours  ? »

41On pouvait lire sur une fiche: « La femme se trouve aujourd'hui dans une époque où elle doit choisir beaucoup plus que l'homme. Je m'inscris à ce cours parce que je suis dans l'incertitude face à moi-même, par rapport au travail, au mariage, au fait que je mette ou non des enfants au monde. ».

42Les âges allaient de 19 à 64 ans. Il y avait même un homme, Kaida-san, âgé de plus de 50 ans, mais, très frêle, il en paraissait 40. Il était handicapé des jambes et vivait tout seul.

43J'avais alors 44 ans, ce qui était la moyenne d'âge des participant-e-s du cours. Par ailleurs, dans le cours, la classe d'âge de la quarantaine était peu représentée, étant celle qui devait présider au repas du soir. Takako était la seule personne de mon âge dans la classe. C'était une personne calme qui avait eu pourtant une vie mouvementée. Comme tous les enfants de notre génération, sa famille avait été dispersée par la guerre. Son père avait été fusillé en Sibérie à la place d'un de ses subordonnés qui avait commis le crime de voler de la nourriture en période d'extrême famine. Avec sa mère, sur la route du retour de Manchourie au Japon, elle avait vu mourir son petit frère dans une épidémie. Elle-même avait connu le bombardement de Takamatu où elle vivait chez ses grands-parents après le remariage de sa mère. Nous avons appris petit à petit l'histoire de sa vie pendant ces dix ans de nos relations. Le jour où elle nous a raconté qu'elle était venue à ce cours sur l'histoire de la famille pour essayer de comprendre ce qu'était le lien parental et pour calmer son angoisse, car elle venait de rendre son fils adoptif à ses vrais parents, nous avons tous été bouleversés. Elle militait beaucoup dans le mouvement pacifiste. Avec Ritsuko, Takako fut l'un des deux pivots du groupe « Territoire de la lumière ».

44Il ne faudrait pas oublier Monsieur Hayashi, jeune fonctionnaire du Centre qui s'occupait de l'organisation. Chaque semaine, il préparait la classe, imprimait les documents et il voulait assister au cours. Au début, on le taquina parfois méchamment, mais par la suite une amitié solide se noua entre lui et le groupe « Territoire de la lumière », amitié qui dure encore aujourd'hui.

45On peut déjà imaginer facilement mes difficultés devant cet auditoire hétérogène de quarante personnes, insuffisamment discipliné, parfois sauvage, voire même hostile envers la conférencière. A vrai dire, pendant deux ans, chaque semaine, ce fut presque une lutte au corps à corps.

Première année

46J'ai d'abord demandé aux participant-e-s du cours de lire le texte mot-à-mot et en entier. Puis j'ai toujours essayé de le situer dans le temps. Enfin, je leur ai demandé d'adopter un point de vue personnel.

47En lisant ainsi trois romans qui traitent, chacun, de l'histoire d'une famille, j'ai d'abord attiré l'attention sur un épisode du texte, puis demandé à chacun de réfléchir sur son propre cas. Par exemple, dans le premier roman de Toson, il y a de nombreux personnages et l'intrigue est compliquée. C'est une véritable saga familiale. Mais dans le deuxième, Famille embrassée de Kojima, le nombre de personnages est moindre, c'est déjà le roman d'une famille nucléaire. Dans le troisième, l'héroïne vit seule avec sa fille, mais ses collègues de travail, les gens de la crèche ou les habitants du quartier entrent dans sa vie et remplissent son espace familial; ce dernier roman est composé en réalité de 12 contes reliés les uns aux autres. Le style des trois romans diffère beaucoup.

48Je demandais ensuite aux participant-e-s combien d'enfants vivaient avec eux dans leur enfance et combien ils en avaient. Le résultat moyen fut que la plupart des participant-e-s étaient nés dans une famille de quatre ou cinq enfants n'ayant eux-mêmes qu'un ou deux enfants. Mais une enquête nous a permis de découvrir qu'autrefois, il y avait à la fois des femmes ayant beaucoup d'enfants et des femmes célibataires dans une même famille. Maintenant presque toutes les femmes se marient, même tard, et ont un ou deux enfants.

49Nous avons aussi essayé de dessiner le plan des maisons de ces trois romans. Comme je l'ai décrit précédemment, le style de la maison-modèle a beaucoup évolué pendant ces 120 années qui suivirent la Révolution Meiji. J'ai alors demandé aux participants de dessiner le plan de toutes les maisons qu'ils avaient habitées. Nous avons alors découvert qu'à Osaka, on change souvent de logement. Une seule personne seulement continuait à habiter la maison dans laquelle elle était née : Emiko, la plus jeune de la classe. Takako, elle, détenait le record avec vingt-sept déménagements.

50Je leur ai aussi demandé de collectionner des publicités de vente de maisons. Un jour, nous les avons étalées sur le plancher. Quel spectacle ! Et nous avons découvert que pour vendre une maison ou un appartement, on ne construisait plus que des living-rooms. C'était juste à l'époque où la spéculation immobilière venait de commencer. Maintenant, il est presque impossible d'acheter une maison à Osaka.

51Mais au fil des discussions, l'opposition entre les générations des brus et des belles-mères est devenue de plus en plus claire. La façon de vivre, la pensée, les moeurs n'étaient pas les mêmes.

52A la fin, entre elles, l'opposition devint antagonisme lorsque je leur demandai leur opinion sur le projet de loi du gouvernement pour la réforme ou la restriction de l'avortement et la demande des mouvements féministes de libérer la vente de la pilule contraceptive. Beaucoup de belles-mères se sont mises en colère à la pensée que les femmes pourraient décider librement de mettre ou ne pas mettre des enfants au monde. Pour elles, c'était écrit dans le ciel; les enfants, ce sont des dons et aussi des fardeaux donnés par Dieu. Mais pour les jeunes femmes, c'était un choix qu'elles devaient faire, souvent toutes seules, sans aide. Les unes et les autres racontaient leurs problèmes mais il leur était difficile de se comprendre mutuellement. La discussion a duré des semaines, et, à la fin, quelques unes des jeunes femmes sont descendues dans la rue pour participer à une manifestation de mouvements féministes. Ce fut peut-être l'origine du groupe Territoire de la lumière.

La deuxième année

53Dans ce projet sur dix ans du Centre des femmes de la ville d'Osaka, la durée d'un cours était de deux ans ; une première année consacrée à un cours ordinaire (deux heures par semaine par une conférencière, à raison de 20 séances par an) et une deuxième année qui devait se clôturer par un mémoire d'une cinquantaine de pages, rédigé en commun. La conférencière ne venant plus qu'une semaine sur deux, l'autre semaine étant consacrée au travail de groupe. Car l'objectif du projet était de rendre ces femmes autonomes et actives.    

54Quand la deuxième année commença, au cours des débats pour choisir un sujet, pour élaborer un plan, ce fut plutôt les participantes de la trentaine qui donnèrent les idées intéressantes. Malgre leur travail et leur famille, elles fréquentaient les bibliothèques et les archives pour se documenter, sans compter leur peine. Une fois le plan établi, elles avaient la persévérance de l'accomplir. Elles savaient aussi écouter les avis des autres.      

55Ainsi, petit à petit, elles prirent l'initiative dans les études collectives. D'où « la deuxième guerre ouverte entre les belles-mères et les belles-filles ». Je me souviens d'une scène où une jeune femme dit au groupe des belles-mères : « Enfin,je pense qu'il est trop tard pour que vous changiez. Vous ne savez qu'obéir ou ordonner, vous ne savez pas écouter les autres et travailler en commun ». Le reproche était parfois excessif car ce n'était pas le cas de toutes. Pourtant, beaucoup de femmes d'un certain âge, ainsi que les femmes professeurs, avaient peur de perdre leur dignité et n'aimaient pas se livrer. Cela les a empêchées de s'engager dans le groupe.     

56À la fin de la deuxième année, il ne restait plus qu'une vingtaine de personnes, mais c'était encore beaucoup pour une étude collective. Je décidai donc de partager la classe en deux groupes et je choisis un sujet pour chacun.  

57La discussion de la première année autour de la réforme de la loi sur l'avortement m'avait amenée à donner au premier groupe, comme sujet de recherche collective : « Histoire de la naissance et de la contraception, mettre ou ne pas mettre des enfants au monde ». Il y avait déjà beaucoup de livres, soit sur l'histoire de la politique démographique, soit sur l'histoire du mouvement de la liberté de contraception; mais on avait traité les deux sujets séparément et à mon avis, il fallait les traiter ensemble. A ce premier groupe, j'ai conseillé aussi de faire des interviews de sages-femmes qualifiées.     

58Au Japon, juste après la Révolution Meiji, le gouvernement avait commencé à former des sages-femmes modernes, c'est-à-dire, des sages-femmes qualifiées, qui ont beaucoup contribué à la politique familiale officielle d'encouragement à la natalité. Dans presque chaque village et chaque quartier de la ville, il y avait des sages-femmes qui étaient aussi chargées de l'éducation des habitants en matière d'hygiène. Mais vers 1955, l'accouchement à la clinique fait par les médecins s'est popularisé. Et en 1983, lors de notre deuxième année, beaucoup de sages-femmes étaient déjà à la retraite.     

59Dans la classe, Kiyoko, elle-même infirmière et sage-femme à l'hôpital, s'est intéressée au sujet et elle a réussi à prendre contact avec une association d'anciennes sages-femmes. Avec d'autres participantes, elle a rendu visite à quelques praticiennes alors âgées de soixante-dix à quatre-vingts ans. Les interviews furent couronnées de succès.      

60Les sages-femmes voulaient raconter tout ce qu'elles avaient vu dans leur longue carrière. Les interviewers ont été étonnés d'apprendre la rancune de ces femmes envers le changement de politique du gouvernement. Pendant la guerre, celui-ci avait pleinement encouragé l'accroissement des naissances. Une des vieilles sages-femmes a raconté qu'elle traitait trois, quatre et même cinq accouchements par jour. Elle a révélé aussi qu'il y avait eu beaucoup d'accouchements anormaux à la fin de la guerre et a avoué qu'elle ignorait les méthodes de contraception, car c'était strictement interdit. Mais après la guerre, la politique a changé brusquement, d'où une diminution des naissances qui a fini par les mettre au chômage.     

61Le mémoire de ce premier groupe mentionne à propos de la démographie, qu'à l'époque de la maison avec iroribata (âtre japonais), le Japon connaissait à la fois une forte natalité et une forte mortalité. À l’époque de la maison avec chanoma (salle de séjour à la japonaise), la natalité resta forte, la mortalité infantile baissa, mais le taux de mortalité global s'accrut des nombreux morts de la guerre. A l'époque de la maison avec living-room, par contre, la natalité et la mortalité baissent. La conclusion tirée de cette étude est que la liberté de mettre ou de ne pas mettre d'enfants au monde dépend de la connaissance de la contraception, et que l'éducation sexuelle pour les adultes et les jeunes est nécessaire.     

62Au deuxième groupe, j'ai donné le sujet suivant : « Evolution de la rubrique « Courrier personnel » ». Depuis longtemps, chaque quotidien japonais insère dans ses pages une rubrique « Courrier personnel ». Sous cette rubrique sont publiées les lettres des lecteurs demandant un conseil sur un problème personnel et la réponse faite par un spécialiste. Un journaliste a écrit un livre intitulé 60 ans de Courrier personnel, où il analyse la rubrique de 1914 jusqu'en 1973. On était alors en 1983. Entre-temps, il y avait eu les mouvements féministes. J'étais curieuse de savoir comment les participant-e-s du cours analyseraient la rubrique. Aussi leur ai-je presenté ce livre, en leur conseillant de faire l'analyse de la rubrique sur les dix dernières années. Ils sont allés se documenter dans les archives des journaux, qui se sont montrés très coopératifs. Ils ont ainsi photocopié 390 rubriques et les ont analysées.     

63Ils ont découvert, qu'en dix ans, certains sujets avaient complètement disparu, comme par exemple la douleur d'une jeune fiancée qui avait caché à son futur mari la perte de sa virginité. Les nouveaux sujets concernaient les soucis de santé, comme la fatigue, les dépressions nerveuses et les dénonciations des discriminations dans l'entreprise.     

64Elles et lui relevèrent aussi le changement du rôle du spécialiste ainsi que l'évolution de l'attitude des correspondants. D'après eux, autrefois, les gens sollicitaient l'avis d'un spécialiste, faute d'autres secours, mais, récemment, il semblerait qu'on écrive davantage pour s'exprimer et pour faire connaître aux autres lecteurs sa propre opinion.

65En lisant ce mémoire, j'ai eu le sentiment que certaines participantes avaient déjà des idées beaucoup plus avancées que celles des susdits spécialistes. J'en ai déduit que le discours féministe avait, dès cette époque, pénétré jusqu'aux couches sociales populaires.

66Par ailleurs, un journal s'intéressa à ce mémoire. Les membres du deuxième groupe furent interrogés et l'entretien publié dans un petit article. Ce petit événement donnera plus tard à Rituko et à Ikuko l'idée de publier une revue de coupures de presse.

67La rédaction des deux mémoires a necessité du temps. Les membres de chaque groupe se sont partagés le travail de rédaction dont je corrigeai à deux reprises les manuscrits. Je rentrais souvent chez moi très tard. Mais, obligés de nous réunir dans un café après le cours pour mener à bien les mémoires, j'appris à mieux connaitre les participant-e-s et à entrer dans leur intimité. Et ces réunions étaient pour moi aussi attrayantes que pour eux.

68Le Centre publia les mémoires à une centaine d'exemplaires. Chaque participant-e en reçut un dont il/elle fut très fier. Ainsi se sont terminées les deux années de ce cours. Pourtant, une dizaine de femmes et l'unique homme du cours ne voulaient pas se quitter et eurent le désir de former un groupe autonome pour continuer à se réunir, à faire des études et à écrire.

Après le cours : formation d'un groupe autonome

Communication interne

69Ainsi elles et lui décidèrent de se réunir régulièrement pour des séances de lecture en commun ou pour des excursions. Leur groupe, Territoire de la lumière (ainsi nommé d'après leur roman favori), publie une revue interne: Iroribata (âtre japonais). C'est une brochure faite à la main, qui a dix, vingt, voire quarante pages. Chacun y écrit librement : du journal de leur activité commune jusqu'aux anecdotes de leur vie personnelle. Yoshiko raconte les longues années d'angoisse familiale qui ont commencé un jour par le refus de son fils d'aller au lycée et qui se sont terminées par son divorce, années pendant lesquelles elle a, du moins, bénéficié du secours de ses amis aux moments critiques. Il s'y trouve une lettre de Jun informant ses amis de son divorce (décision qu'elle a hésité à prendre pendant dix ans) et de sa promotion modeste dans le magasin où elle est employée.

70Ainsi elles et lui ont continué à se réunir régulièrement pendant à peu près cinq ans. Le premier livre qu'ils ont étudié ensemble était Le Fait féminin d'Evelyne Sullerot que j'avais traduit avec deux de mes amis. Trois ans leur ont été nécessaires pour le lire de chapitre en chapitre. Et, de temps en temps, j'ai été invitée à expliquer le texte. Ils ont pratiqué le même type de lecture sur mes autres livres et leurs critiques ont été riches d'enseignements pour moi.

Activités sociales

71Il faut noter aussi que le Centre encourage les anciens participants du cours à se constituer en groupes. Il alloue à chaque groupe autonome un tiroir qui lui est réservé; un espace minimum pourtant loin d'être négligeable. Chaque groupe peut louer aussi un local à l'heure, au même titre que les autres associations, ce qu'a souvent fait le groupe Territoire de la lumière.

72La fin d'un cours est ainsi souvent à l'origine d'un groupe. Les groupes ainsi formés autour du Centre se réunissent une fois par an pour organiser un ou deux jours de festival ouvert au grand public : une conférence, une exposition, un concert ou une représentation théâtrale et toujours un débat public.

73Les membres du groupe Territoire de la lumière sont très actifs dans ce festival. Souvent l'un d'entre eux préside le débat public, dont les sujets ( « La possibilité de la nouvelle famille sans lien sanguin », « La vieillesse et la famille », etc. ) sont plus ou moins dans le prolongement de notre cours. Ils ont profité de ces occasions pour développer leurs études et pour s'exprimer en public. Outre cela, quand la ville d'Osaka a organisé un concours de travail sur les études féminines, le groupe y a participé et a obtenu une récompense de 50,000 yens (à peu près 2000 fr.).

74Pendant cinq ou six ans, ce fort échange d'idées, soit par la revue soit avec d'autres mini-groupes, les a amenés à rendre leurs activités plus concrètes et plus efficaces. Ils ont ainsi petit à petit dépassé le projet initial du Centre, essentiellement basé sur les études. Leurs discussions se sont axées de plus en plus sur deux problèmes. D'abord, comment trouver un emploi ou un métier à son goût  ? Puis, comment trouver la où les personnes avec qui on veut vivre  ? En d'autres mots, la volonté de changer leur environnement familier et professionnel. Cependant, à chaque fois que Rituko, Ikuko, Ryouko, Kiyoko ont voulu trouver un nouvel emploi, conforme à leur goût, ce fut plus que difficile; ce fut impossible.

75Malgré ces difficultés, Ikuko a suivi des cours par correspondance dans une université et a obtenu un diplôme d'assistante sociale. Rituko, en collaboration avec Ikuko, a lancé une revue mensuelle (16 pages à 300 yens, à peu près 12 francs français) de coupures de presse sélectionnées parmi sept journaux, en la centrant sur le problème de la vieillesse. Toutes deux ont mené de front la publication de la revue et leur travail de secrétaire. Cette revue n'est pas destinée à la communication interne mais au grand public (250 abonnés), s'appelle Territoire de la vieillesse, d'après le nom de leur groupe autonome. Prévue initialement pour une durée de deux ans, elle a fonctionné un an de plus, jusqu'en mars 1992. Présentée plusieurs fois dans la presse écrite, ce fut une réussite. Elles ont réalisé l'équilibre des recettes et des dépenses, mais sans se rémunérer. Il faut noter que leur revue a suscité un échange avec les abonnés, notamment des maisons de retraite parmi lesquelles personnel et retraités ont exprimé leur opinion en leur envoyant des lettres. Du coup, la publication de la brochure Iroribata est, pour cette raison, restée longtemps en suspens.

76Entre-temps, les autres membres du groupe n'avaient pas ménagé leurs efforts pour chercher un travail à leur goût.

  •  Kiyoko a démissioné de son poste dans un grand hôpital pour entrer pendant un an dans un Institut de formation de professeurs infirmières à Tokyo. Elle est maintenant professeur dans une école d'infirmières à Osaka et donne un cours d'education sexuelle dans un centre d'entraide de femmes, cours dont elle avait montré la nécessité dans le mémoire.

  •  Emiko, la plus jeune, a d'abord travaillé dans un grand magasin, mais elle l'a quitté pour devenir assistante dans son ancienne Université de jeunes filles. Elle est maintenant mère d'un enfant.

  • Jun a trouvé un emploi dans un magasin de laque traditionnelle réputé, et elle a acquis certaines connaissances dans ce domaine.

  • Takako a beaucoup travaillé dans les mouvements pour l'environnement et pour la paix. Elle a amassé des documents sur les bombardements de la ville de Takamatu et a rédigé des articles. Quand la guerre du Golfe a commencé, elle est descendue dans la rue pour distribuer des tracts. Ainsi, rédigeant et publiant ces tracts, elle a dû, par nécessité, apprendre à utiliser un traitement de texte, et a réussi à acquérir une qualification dans ce domaine. Elle aime ce travail qui consiste à taper des manuscrits sur commande, car elle peut le faire à domicile. Elle est devenue experte et donne actuellement un cours d'informatique aux personnes âgées d'une maison de retraite créée par une célèbre féministe. Par ailleurs, elle écrit depuis longtemps des waka, courtes poésies japonaises, et fait partie des poètes importants à Osaka.

77Les membres du groupe Territoire de la lumière centrent maintenant leurs discussions sur les problèmes de la vieillesse et de sa solitude. Car, pendant ces dix ans, dans ce petit groupe, il y a eu trois divorces, ainsi qu'un accident de voiture, trois hospitalisations et deux opérations. Avec Rituko, seule depuis longtemps, ce sont maintenant quatre mères célibataires qui travaillent pour élever leurs enfants, actuellement lycéens, mais qui, dans quelques années, seront autonomes.

78Un journaliste a interviewé Rituko et Ikuko à propos de la revue Territoire de la vieillesse. Il les a interrogées sur leur manière d'envisager leur propre vieillesse. Ikuko a raconté son rêve de bâtir une petite maison de retraite au centre de la ville et d'y habiter avec des amis. Rituko a proclamé sa volonté de rester indépendante jusqu'au bout. L'une et l'autre ont parlé d'une vieillesse hors de la famille, ce qui est chose nouvelle au Japon.

En guise de conclusion

79Je corresponds toujours avec les membres du groupe. Dernièrement, pour écrire cet article, je leur ai demandé de parler. Un, de leur carrière. Deux, de leur histoire familiale. Trois, de la signification que chacun donne au groupe Territoire de la lumière. Quatre, de leurs projets. Cinq, de la ville d'Osaka. Chacun m'a envoyé une longue réponse et a beaucoup réfléchi sur ce qu'il a fait pendant ces dix années.

80Malgré la pollution, malgré les encombrements et les embouteillages dans la rue, ils aiment beaucoup cette ville-labyrinthe qu'est Osaka. Ils savent en découvrir les bons côtés et mettent l'accent sur la multiplicité des choix de vie, sur la vitalité de l'économie et la générosité des habitants. Bref, ils veulent vivre à Osaka, au moins dix ans encore.

81Kaida-san écrit qu'il ne veut pas envisager d'entrer dans une maison de retraite; elles sont souvent situées dans une région éloignée. Pour ce qui est de la signification que chacun donne au groupe, il semble que celui-ci a pris une place importante dans la vie de ses membres, puisqu'il est considéré comme une seconde famille.

82Voilà l'histoire, sur dix ans, du groupe Territoire de la lumière. Ce groupe n'est pas exceptionnel dans le Japon des années 70 et 80 où il y a des milliers de groupes de femmes. Mais peut-etre est-il original dans sa durée. Deux années de cours qui ont debouché sur la formation d'un groupe basé sur l'affectif, qui lui-même a permis une ouverture sur le monde extérieur et sur le désir de communiquer leur aventure à d'autres. Ces trois récentes années ont été le commencement d'une véritable intégration à la société, toutefois encore inachevée.

83Avec le recul, je peux maintenant mieux apprécier les insuffisances d'un projet par ailleurs enthousiasmant. L'idée d'un cours pour adultes sur deux ans est quelque chose de rare et d'excellent pour rendre des personnes autonomes, pour leur donner l'occasion de se rencontrer et de lier des relations amicales entre elles. Pourtant, aucune qualification n'a été donnée aux participant-e-s qui ont terminé le cours. On n'a pas non plus envisagé de débouchés. Avec une conscience claire de leurs problèmes, ils n'ont pas les moyens de les résoudre. Il reste quand même leur optimisme et un désir de solidarité et de participation sociale vivace.

84Quant à moi, après avoir travaillé comme conférencière pendant les deux premières années payantes, je reste dans le groupe autonome en tant que membre. En dehors des amitiés dont je bénéficie, cette collaboration bénévole m'a apportée beaucoup dans mon travail de chercheuse. Par exemple, en discutant sans cesse avec elles et lui, j'ai pu développer le sujet de mon cours au Centre pour en tirer un long essai : « Changements dans le type d'habitat et dans les structures familiales dans le Japon moderne - la construction du système de katei - ». Cet essai s'est inséré dans le quatrième volume de l'Histoire de la vie quotidienne des femmes japonaises (5 volumes rédigés par le groupe d'études sur l'histoire des femmes et publiés par Tokyodaigaku-Shuppankai en 1990).

85J'y soutiens une thèse, selon laquelle le système familial courant dans le Japon d'avant-guerre n'était pas celle de ie (famille élargie), comme beaucoup d'historiens le prétendent, mais que c'était déjà un double système de ie et katei (famille nucléaire). Souvent, avec l'industrialisation de la société, les deuxième et troisième fils de la famille élargie allaient dans les grandes villes recevoir une éducation, travailler, puis épousaient une fille éduquée dans les écoles de jeunes filles, pour construire une famille nucléaire. Mais chaque fois qu'une crise économique ou politique survenait, les habitants des grandes villes pouvaient retourner dans leur village natal et rentrer sous la protection de l'ancien chef de famille. Par ce double système familial, le gouvernement a pu pousser l'industrialisation tout en économisant les frais de la sécurité sociale. Aussi les luttes des femmes japonaises sont-elles doubles; contre le pouvoir absolu du chef de famille féodal, ainsi que contre le pouvoir plus sophistiqué du chef de famille nucléaire.

86Finalement, avec les mouvements de femmes, nous n'avons pas changé la société de façon spectaculaire. Mais, comme l'histoire sur dix ans du groupe Territoire de la lumière le montre, en se changeant soi-même, on fait bouger les choses. J'écris cet article en attachant de l'importance aux individus. Il n'y a pas « la Japonaise » ou « le Japonais », mais « des Japonaises » et « des Japonais », comme Emiko, Kiyoko, Rituko, Yoshiko, Kaida-san, Yamada-san, Jun, Kazuko, Ryoko, Takako, Ikuko et Yuko.

Haut de page

Bibliographie

a) Biographies (publiées sous forme de livre)

Mori no Ie no Miko, Takamure Itue (biographie critique de Itue Takamure, historienne de la famille japonaise depuis l'époque ancienne jusqu'à nos jours), ed. Shinchosha, 1977; en livre de poche, ed. Daisanbunnmeisha, 1990.

Hana no Imoto, Kishida Toshiko (roman biographie de Toshiko Kishida, féministe à l'Ere Meiji), ed. Shinchosha, 1986.

Watakushigatari Higuchi Ichiyo (biographie de Ichiyo Higuchi, première romancière professionnelle du Japon moderne), édition Libro Port, 1992.

b) Essais sur l'histoire des femmes

« Les Femmes et la Guerre », chapitre 7 du cinquième volume de l'Histoire des Femmes Japonaises , ed. Tokyodaigakushuppankai, 1982 (traduit en francais par Masha ALBERTINI pour les Cahiers du CEDREF., Paris VII, 1992.)

« Sur les discussions entre les féministes universalistes et les différentialistes », chapitre 6 du second volume de De la Maternité , ed. Jinbunshoin, 1986.

« Indépendance et Solitude » (interviews de six féministes avant la guerre), chapitre 3 du quatrième volume de La Découverte de la Vieillesse, ed. Iwanamishoten, 1987.

« Changements dans le Type d'Habitat et dans les Structures Familiales dans le Japon moderne », 1er chapitre du quatrième volume de l'Histoire de la Vie Quotidienne, ed. Tokyodaigakushuppankai, 1990.

« Maisons à louer dans l'Histoire de la Littérature Japonaise », chapitre 10 du quatrième volume de la Métamorphose de la Famille, ed. Iwanamishoten, 1991.

c) Essais sur la littérature française

Balzac et le Dandysme (thèse de doctorat de l'Université de Paris soutenue en juin 1969), ed. Midorinoyakata, 1977.

« La découverte du globe et l'espace humain dans l'Histoire Naturelle de Buffon », chapitre 8 du Siècle de l'Espace, ed. Chikumashobo, 1988.

d) Traductions de français en japonais

 « Etudes sur M. Beyle » par Honoré de Balzac, deuxième volume des Oeuvres Complètes de Stendhal, ed. Jinbunshoin, 1970.

 Le Fait Féminin sous la direction d'Evelyne Sullerot, ed. Jinbunshoin, 1983.

 « La Déclaration des Droits des Femmes et des Citoyennes » par Olympe de Gouges et des autres documents, Documents de la Révolution Francaise, ed. Iwanamishoten, 1989.

e) Les romans lus en cours

 Toson Shimazaki : Ie, 1911 (livre de poche de Shincho, 1955), traduit en francais par Suzanne Rosset, et publié sous le titre : Une Famille par P.O.F., 1984.

 Nobuo Kojima : Hoyo Kazoku, 1965 (livre de poche de Kodansha, 1971)

 Yuko Tushima : Hikari no Ryobun, 1980 (livre de poche de Kodansha, 1985), traduit en français par Anne et Cecile Sakai et publié sous le titre, Le Territoire de la Lumière, par les Editions des Femmes, 1986.

En référence au sujet d'études donné au deuxième groupe

 Yomiurishinbun Fujinbu : Onna, Kinou kara Asue ( Des Femmes, D'hier à demain ou 60 ans de Courrier Personnel ), ed. Yomiurishinbunsha, 1974.

Haut de page

Notes

1  Cet article résume un exposé fait à Marseille, le 7 mai 1992, dans le cadre des études collectives de l'association « Les Femmes et la Ville ». Je remercie sincèrement Yvonne Knibiehler qui m'a invitée à ce séminaire, ainsi que toutes les personnes qui ont eu la gentillesse de lire cet article à l'état de manuscrit et m'ont encouragées à le publier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yuko Nishikawa, « D’un cours du soir à Osaka à la formation d’un groupe autonome : « territoire de la lumière » », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 171-193.

Référence électronique

Yuko Nishikawa, « D’un cours du soir à Osaka à la formation d’un groupe autonome : « territoire de la lumière » », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 07 octobre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/323

Haut de page

Auteur

Yuko Nishikawa

Articles du même auteur

  • Les femmes et la guerre [Texte intégral]
    ou Comment les mouvements féministes japonais en arrivèrent à collaborer à la Seconde Guerre Mondiale
    Paru dans Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org