Navigation – Plan du site
La fragilité des acquis

L'avortement en France, vingt ans après la loi

Béatrice Fougeyrollas et Claude Zaidman
p. 85-96

Texte intégral

1Béatrice Fougeyrollas, médecin généraliste qui travaille dans un centre d'IVG depuis plus de 10 ans, nous livre ses réflexions (propos recueillis par Claude Zaidman)

2Je suis médecin généraliste et je travaille dans un centre d'IVG depuis plus de 10 ans. Dans cette structure, nous pratiquons des interruptions de grossesse mais nous avons aussi une très grosse activité de consultations de contraception et de consultations gynécologiques courantes, c'est-à-dire que les femmes nous demandent de les suivre pour leur examen annuel avec un dépistage des cancers de la femme, les frottis etc… Nous avons aussi beaucoup de consultations qui ont trait aux problèmes des MST, prévention et dépistage. On fait également un grand travail d'information dans le service et à l'extérieur, dans les foyers de jeunes travailleurs, les écoles, etc.. Enfin, nous faisons de la recherche.

3Dans ce centre, nous concevons cette activité autour de l'avortement comme très complète, très globale : il ne s'agit pas seulement de faire des avortements, il s'agit de prendre en compte l'ensemble des problèmes liés au contrôle ou à la maîtrise de la procréation et aussi de prévenir les maladies qui pourraient conduire à la stérilité, et toutes les maladies qui sont liées à la sexualité. C'est un travail qui est enrichissant, qui est très important pour la santé des femmes et que moi je trouve très utile. De plus, il y a un vrai travail d'équipe parce que l'ensemble du personnel a choisi de travailler ici et que tous les membres de l'équipe participent à l'ensemble du travail afin qu'il n'y ait pas de fragmentation de la prise en charge. Chaque membre de l'équipe est concerné par l'ensemble des problèmes qui se posent aux femmes et, lorsqu'une femme se présente pour demander une interruption de grossesse, elle est accueillie par une infirmière et un médecin qui vont la suivre tout le long de son parcours : l'équipe connaît la femme, essaie de l'accompagner sur le plan psychologique et moral, de lui apporter des informations.

Contraception contre avortement ?

4Depuis toutes ces années - 20 ans depuis le vote de la loi -, l'avortement n'a pas trouvé une place dans le cadre de l'ensemble des événements de la procréation, il est resté un événement mal considéré. On ne voit dans l'avortement qu'un seul aspect, celui du drame ou au mieux celui du mal nécessaire, alors que c'est aussi un événement qu'on a choisi, un acte volontaire, un acte positif en ce sens qu'il est aussi un choix de vie, un choix pour l'existence. Or, si on compare à l'accouchement, il n'y a pas là non plus qu'une seule dimension, que la joie d'être mère, il y a aussi des difficultés, de la souffrance, des processus psychologiques qui sont difficiles. Quand on accouche, on a un sentiment de perte et on est confronté à la mort, au risque de mort dans l'accouchement, et puis il y a une dimension symbolique, la femme est confrontée à l'idée de la descendance et donc si elle donne naissance, elle va elle-même disparaître...

5La légalisation de l'avortement en France, devait faire disparaître l'avortement clandestin, c'est-à-dire ses effets dramatiques pour la vie des femmes. Ceux qui défendirent le projet de loi prirent soin de proclamer que l'avortement était en lui-même un fait déplorable et qu'il s'agissait, à travers cette loi associée à celle libéralisant l'accès à la contraception, d'en diminuer le nombre et d'éviter autant que possible le recours à cette solution. La prévention devait réussir là où les mesures répressives avaient échoué. C'était sans compter avec la fiabilité variable des techniques et avec la part d'irrationnel des comportements.

6Il me semble que, toutes ces années, on n'a pas fait le travail nécessaire de réflexion pour analyser ce que représentait l'avortement, pour lui donner sa place comme un acte qu'on fait après avoir choisi, après avoir mesuré le pour et le contre. Quand la femme se détermine, elle le fait aussi pour elle, pour des choix qu'elle fait dans son existence, il n'y a pas que l'impossibilité de cette grossesse. Il me semble que, toutes ces années, on a cantonné l'avortement dans un statut très négatif, celui du dernier recours. D'un côté il y avait des femmes qui étaient très responsables, qui assumaient une contraception efficace, et de l'autre côté il y aurait les femmes qui faillissent, et qui demandent un avortement. Alors que finalement, l'avortement ce n'est pas le dernier recours, c'est le seul recours quand on est enceinte et qu'on ne souhaite pas poursuivre la grossesse.

7Cette conception négative de l'avortement a lourdement pesé sur les femmes et les ont maintenues dans l'idée qu'elles étaient coupables. Elles ont largement adhéré aux stéréotypes et beaucoup de femmes qui demandent un avortement pour la première fois, sont très perturbées parce qu'elles avaient jusqu'alors considéré que c'était quelque chose qui ne leur arriverait pas : on considère que c'est le problème des autres, ça n'arrive qu'aux autres.

Intervenir sur la nature...

8Donc, pendant ces 20 ans, on n'a pas réussi à produire une analyse sur l'avortement qui l'aurait situé dans l'ensemble des événements de la procréation. On n'a pas réussi à admettre que l'avortement, au-delà du droit que l'on réclame et que l'on a obtenu, est un acte d'insoumission à l'ordre naturel. Les femmes ont le pouvoir d'avorter, qu'elles en aient le droit ou non, elles ont un pouvoir sur leur corps, et ce pouvoir d'intervenir sur son corps, sur la nature, de se révolter contre la fatalité, de transformer la nature, n'a pas été pris en compte, n'a pas été admis au même rang que les autres activités humaines de transformation de la nature. Les femmes interviennent sur 'leur nature', la fonction de maternité. L'avortement rappelle le caractère social de la maternité alors que l'évidence de la grossesse et de l'accouchement sert à réduire la maternité à sa dimension biologique. Une autre façon de maintenir le primat du biologique sur le social est de séparer et opposer le « contrôle de la fécondité », fait social volontaire, responsable, et la procréation, fait naturel, biologique, vital.

9L'avortement n'a sa place ni dans les valeurs traditionnelles, la femme-mère, ni dans les valeurs considérées comme 'modernes' parce que liées au progrès des techniques et des connaissances : la maîtrise. La contraception permet le contrôle efficace et responsable du corps procréateur : « c'est donner la vie au bon moment », « c'est choisir le moment où l'on désire avoir un enfant », « un enfant si je veux, quand je veux ». La contraception est définie comme le désir d'enfant différé. Ce désir d'enfant est énoncé comme une donnée d'évidence première et la contraception permet de concilier la maternité comme critère de la féminité - il faut être mère pour être femme - et le désir de contrôle. Dans cette quête de contrôle et de maîtrise, l'avortement, c'est le dérapage, la révolte contre le raisonnable et la norme.

Reparler de l'avortement...

10La période succédant à la législation a été celle du repos de la guerrière, on a obtenu un droit et on n'a plus envie de parler des 'ratés' de la contraception. L'affaire semble réglée. D'un autre côté, il y a eu le développement des idées des opposants à l'avortement et ils ne se sont pas gênés, eux, pour énoncer leurs conceptions, réfléchir sur l'embryon, sur la vie. Et puis je crois que ce qui a été important aussi c'est que dans la même période certaines technologies se sont développées qui opèrent sur le corps des femmes, les nouvelles techniques de reproduction, et on assiste aussi au développement de la pédiatrie néonatale. C'est très important parce qu'on a énormément développé la médecine dans ce domaine et on fait vivre des enfants dit prématurés de plus en plus tôt au risque d'un handicap très lourd.

11En l'absence d'un nouveau débat, la question des délais produit des réactions très passionnelles, très émotionnelles. Quand on essaie de parler de délais et de dire qu'il est très court en France, cela provoque des réactions assez brutales : « oui mais enfin tout de même il y a des limites, il ne faut pas que les femmes fassent n'importe quoi ! ». On revient sans cesse à ce thème qui est que les femmes sont irresponsables, celles qui n'ont pas fait la contraception sont irresponsables, et on a beaucoup de mal à situer cette discussion sur le délai d'un point de vue rationnel, en s'appuyant sur les données, sur les chiffres : on peut constater que dans les pays où les délais sont plus longs que chez nous - en Angleterre c'est 24 semaines - il y a très peu de femmes qui demandent un avortement aussi tardif ; plus le temps passe et moins il y a de demandes, et il semble que dans ces pays il y ait moins de demandes dans le deuxième trimestre de la grossesse qu'en France où le délai est plus réduit, ce qui montre que ce sont les contraintes de la loi qui vont conduire les femmes à dépasser les délais.

12Ce qui est clair pour les gens qui pratiquent l'avortement, c'est qu'aucune femme ne laisse passer le temps par négligence, cela n'existe pas ! Si les femmes demandent un avortement dans le second trimestre, c'est parce qu'elle se trouvent dans une situation extrêmement difficile, ce n'est pas parce qu'elles laissent passer le temps. Et ces données là, elles ne sont pas connues, elles ne sont pas diffusées et, quand on parle de délais, on a l'impression de parler d'une monstruosité. Sur la question des délais, il y a deux positions. C'est soit de demander qu'il n'y ait aucun délai, soit de se conformer aux délais les plus longs, se calquer sur les législations avec les délais les plus longs.

La question de l'embryon...

13Donc il y a des questions qu'on n'a pas voulu aborder. On a beaucoup valorisé le désir d'être enceinte quand on désire faire un enfant, on a valorisé la maternité choisie, c'est-à-dire qu'on avait une argumentation défensive par rapport à l'avortement. Mais on n'a pas voulu parler de ce qu'est l'embryon, on n'a pas voulu parler de délai. On est resté dans les termes du débat de la loi de 1975 où le débat était : « est-ce que la vie commence dès la procréation », ou « est-ce qu'il y a une limite ? » On ne peut pas défendre le droit à l'avortement et dire qu'il y a une limite, un seuil en-deçà duquel il n'y a pas d' être humain, et au-delà duquel il y a un être humain, parce que, comme on l'a vu avec le développement des techniques, ce seuil diminue et devient de plus en plus bas.

14L'embryon ne peut vivre seul, il fait partie du corps de la femme, il ne peut exister en dehors du corps de la femme. Pour la pétition et le manifeste (cf. ci-après), ce à quoi on est arrivés dans la discussion, mais ça a pris beaucoup de temps, c'est de dire que l'embryon n'est pas une personne juridique, donc l'embryon n'a pas de droits. Il faut énoncer les choses clairement, c'est pas vrai que « la vie commence à la naissance » !. Pour moi l'embryon est vivant, et c'est un piège pour moi si je prétend le contraire, je vais me trouver confrontée à des contradictions que je pourrais pas surmonter.

15Avorter, c'est tuer un embryon ou un foetus. Le foetus n'est pas objectivement un enfant. On ne tue pas un enfant, mais un enfant potentiel. En fait, on tue un enfant impossible. Au fond la question n'est pas de savoir si l'embryon doit être considéré comme un être humain. Il n'y a pas d'autre question que celle que se pose chaque femme pour elle-même, lorsque sa grossesse n'est pas désirée. Ce qui compte, c'est la représentation que chaque femme se fait de son embryon actuel.

16On n'a pas voulu du tout débattre entre nous de c'est cette question ƒde l'embryon, et de parler même de l'embryon : qu'est-ce que c'est, qu'est-ce que ça représente pour la femme ? il y a des choses objectives et puis il y a la part d'imaginaire... On a dit que l'échographie changeait quelque chose par rapport à l'embryon puisque ça le visualisait. Et on en a parlé comme si ça pouvait agir sur nos consciences, comme si cette technique pouvait nous faire changer d'avis, pouvait nous faire douter de notre bon droit par rapport à l'avortement. On a vu des médecins qui disaient qu'ils ne pouvaient plus faire d'avortement après avoir vu une échographie, on a vu des femmes qui souffraient moralement d'avoir vu l'échographie de l'embryon dont elles souhaitaient avorter. C'est vrai qu'on a besoin d'avoir ce débat et des discussions là-dessus parce que moi j'ai du mal à comprendre...

17Je comprends mal que des médecins puissent avoir une révélation, parce que ça c'est une malhonnêteté professionnelle. Pour ce qui est des femmes, ce qui me frappe, c'est que quand on demande aux femmes qui sont très impressionnées, de montrer avec les mains comment est grand l'embryon, quand elles sont enceintes de dix semaines, elles montrent avec les mains un foetus de six mois...

18Je vois des femmes qui sont enceintes qui ne se représentent rien, elles ont une grossesse et veulent mettre fin à cette grossesse. Et il y a des femmes qui parlent de bébés, qui parlent d'enfants, qui se représentent ce qu'elles ont dans le ventre et aucune n'a raison ni tort, c'est un vécu. Ce qui est le plus frappant, c'est les femmes qui ont accouché récemment, elles associent l'embryon à leur enfant jeune...

19Il y a des pratiques issues du mouvement des femmes qui se sont perdues au fur et à mesure. Il y a essentiellement cette idée qu'il fallait que nous connaissions notre corps : « Notre corps nous-mêmes », c'était un ouvrage américain. C'est de la plus grande importance de se connaître, de connaître le fonctionnement biologique, et dans cette dimension-là, on a volontiers montré – enfin quand les femmes le demandaient –, on leur montrait ce qu'on avait aspiré. C'est quelque chose qui se perd, mais ça permettait de relativiser... ça permettait aux femmes de se rassurer...

20Parmi les jeunes de moins de 20 ans, il y a très peu d'informations sur la vie sexuelle, sur le corps. Je suis très frappée par la question des hormones par exemple. Il y a 20 ans, les hormones, en matière de contraception, c'était ces substances que nous fabriquons, que nous avons réussi à copier afin d'obtenir une bonne contraception... Et aujourd'hui pour les jeunes, les hormones c'est quelque chose de néfaste, c'est ce qu'on ajoute à l'alimentation, c'est vraiment franchement mauvais ! Il y a le passage des idées écologiques mais qui rend la pilule assez négative...

21L'évolution de ces vingt dernières années dans ce domaine-là, c'est qu'il y a vingt ans, le risque qui préoccupait les femmes par rapport à la sexualité, c'était celui d'être enceinte, et aujourd'hui c'est un risque qui est dépassé et le risque par rapport à la sexualité aujourd'hui, c'est celui des morts que peut entraîner le SIDA. Ce que moi je constate par exemple, c'est que les jeunes qui ont rencontré leur partenaire, qui ont pris leur responsabilité, n'ont pas pris de risque, se sont préservés et mettent des préservatifs, une fois qu'on a évalué que le risque n'existait plus, on a fait les tests, qu'il n'était pas forcément nécessaire de continuer à utiliser le préservatif pour se protéger contre les MST, on peut observer qu'on abandonne toute précaution. Je vois des jeunes femmes qui sont enceintes, parce qu'à un moment donné elles ont abandonné les préservatifs et elles n'ont pas utilisé les produits contraceptifs. Mais, comme il y a une espèce de soulagement, un besoin de vivre la sexualité de manière un peu plus détendue, le risque d'être enceinte semble finalement assez mineur par rapport au risque de mort, être enceinte, c'est la vie, la procréation...

Pas de remise en cause, mais un droit rogné...

22Les structures qui ont été mises en place pour l'application de la loi n'ont pas évolué pendant ces vingt années, on n'a pas mis en place de nouvelles structures, et on n'a pas développé les structures qui ont été créées. En France, on se trouve dans la situation où une très grande proportion des avortements sont faits dans le privé, les 2/3 selon les statistiques, et en fait beaucoup plus parce que certains ne sont pas déclarés dans le privé. Cette importance du privé pose des problèmes pour le statut de l'avortement puisque ça aboutit à une pratique qui n'est pas améliorée par des travaux de recherche : une des fonctions de l'hôpital c'est de faire des recherches, de faire de l'enseignement

23Dans le public, une partie des avortements ont lieu dans les structures comme la mienne qui ont été créées au lendemain de la loi, des structures dites autonomes où une équipe se consacre à ce travail. Ces centres-là sont peu nombreux et pas du tout valorisés. Dans le cadre d'un hôpital, si on doit attribuer des moyens, on les donnera à des activités qui sont beaucoup plus prestigieuses comme les NTR. Et puis une très grande partie des avortements sont fait au sein du service de chirurgie obstétrique classique et, à ce moment là, l'avortement est toujours pratiqué en bout de course. D'abord, il y a une prise en charge de la femme qui est mauvaise, souvent elle est endormie sans même avoir pu discuter avec le médecin et puis elle se réveille dans une salle de réveil, c'est tout juste si on lui donne des conseils, une prescription en matière de contraception. Pour le médecin c'est pas mieux... ça reste vraiment la basse besogne, les médecins qui font ces avortements ne sont pas très gratifiés.

24Toutes ces années, alors que la loi est contraignante et très limitée, chacun y a mis du sien pour rendre les choses encore plus compliquées. Certains médecins ont décidé de leur propre chef de limiter le délai légal, c'est-à-dire qu'au lieu de faire des avortements jusqu'à dix semaines de grossesse, un certain nombre de médecins décident de supprimer deux semaines. Et puis, on a observé de très nombreux manquements à la loi. On a constaté que certains entretiens qui sont imposés par la loi, ont un caractère extrêmement différent, c'est-à-dire que tout dépendait sur quelle personne on tombait. Si on tombait sur une assistante sociale qui avait de la bonne volonté, ça pouvait bien se passer, mais on pouvait tomber sur un professionnel qui affichait sa conviction personnelle par rapport à l'avortement, qui avait un discours moralisateur. L'une des choses qui me choquent vraiment, c'est que dans les cliniques privées on fait signer une espèce de décharge de toute responsabilité du médecin qui dit : « Tout avortement volontaire, même dans les meilleures conditions techniques actuellement connues, comporte un certain nombre de risques, ces risques sont, outre les risques opératoires, les risques d'infection, d'hémorragie, de stérilité, d'avortement spontané, d'accouchement prématuré ultérieur, voire des risques psychologiques. Il peut exister également des complications lors d'un accouchement ultérieur. Cette liste n'est pas limitative. Je soussigné certifie dégager la responsabilité du gynécologue et de toute personne qui pourrait l'assister dans cet acte ainsi que la clinique. »

25Ça me bouleverse, ça me choque énormément parce que les femmes en subissent les conséquences et en particulier sur la question de la stérilité qui est une notion qui revient sans cesse depuis quelques années. Il y a 20 ans, cette crainte de la stérilité n'existait pas, les femmes ne craignaient pas d'être stériles, alors que maintenant c'est quasiment systématique : la première question, c'est : « est-ce qu'on n'est pas moins féconde après un avortement qu'avant ? ». Mais démontrer que l'accouchement pose des problèmes de santé beaucoup plus importants que l'avortement, ces informations scientifiques-là ne passent pas, il y a pas d'information correcte sur la question, par contre ce genre de document diffuse des informations totalement erronées et qui sont malveillantes. Et, à toutes les étapes d'une demande d'avortement, les femmes subissent des vexations, des informations malveillantes, la culpabilisation.

26Au bout de ces vingt années, les femmes qui font un avortement ne se sentent pas du tout en état de légitimité. les femmes ne sont pas informées sur leurs droits, elles ne savent pas exactement quel est leur droit et on peut leur dire n'importe quoi et c'est ça qui me bouleverse à propos de la déclaration que certaines cliniques font signer : c'est que pour un avortement, les femmes sont prêtes à tout, elles sont prêtes à payer bien au-delà du prix imposé par décret et elles sont prêtes à signer des documents comme ça !

27La loi est déjà très sévère et on en a rajouté...

Avorter, un acte positif

28Dans toutes les sociétés, les conduites procréatives sont l'objet d'un contrôle social qui instaure des normes. Aujourd'hui cela se fait au nom de la compétence médicale. Les femmes contraceptées ont la bonne conduite, celles qui avortent, la mauvaise. Et pourtant ce sont les mêmes, la même femme à des moments différents de sa vie. L'avortement est, comme tous les actes liés à la procréation, porteur d'expériences et de vécus négatifs et positifs. Les autres faits de la vie procréative des femmes sont aussi pour une part, souffrance et perte dans l'accouchement, contrainte et inhibition d'une fonction dans la contraception. La vie sexuelle des femmes est un tout indissociable, l'avortement ne peut être mis à part.

29Je veux avorter, et je le fais. Je mène à bien cet avortement. J'avorte pour vivre comme je l'entends. J'avorte parce qu'à un moment donné (le plus souvent), je choisis d'autres investissements que la maternité. Parce que la vie est faite de choix, je choisis de répondre à d'autres exigences que mon désir de faire un enfant : j'avorte pour vivre.

30Rares sont les femmes qui nous parlent ainsi. les raisons qu'elles invoquent sont celles qu'elles pensent recevables. Du fait de ma situation économique, de conflits familiaux ou affectifs, de la désaffection d'un père potentiel, trop jeune, trop vieille... je ne peux pas garder cette grossesse. Paroles d'impossibilité qui donnent à l'avortement un de ses sens négatifs. mais comment pourrait-on nous dire autre chose ? Pour avoir le droit d'avorter, selon les termes de la loi et face à la société, il faut être en détresse.

31Les femmes intériorisent les représentations du statut de l'avortement. Les structures sociales, culturelles et symboliques ne laissent guère de place pour faire valoir ce que l'avortement permet de dire ou de réussir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Fougeyrollas et Claude Zaidman, « L'avortement en France, vingt ans après la loi », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 85-96.

Référence électronique

Béatrice Fougeyrollas et Claude Zaidman, « L'avortement en France, vingt ans après la loi », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 17 octobre 2009, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/318

Haut de page

Auteurs

Béatrice Fougeyrollas

Médecin généraliste

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org