Navigation – Plan du site
Transmettre aujourd'hui

Des femmes parlent de leurs mères

La difficile transition de la femme « traditionnelle » à la femme moderne »
Claude Zaidman
p. 195-207fr

Texte intégral

1Enseignant la sociologie de l'éducation et la sociologie des rapports de sexe, je me trouve confrontée année après année à un public étudiant essentiellement féminin. Or parmi ces femmes, je me suis sentie particulièrement en sympathie avec celles d'entre elles qui reprenaient des études après un temps plus ou moins long d'interruption. J'avais le sentiment que ces femmes manifestaient un rapport à l'université, au savoir, au travail intellectuel qui différait de celui des autres étudiant(e)s. Connaissant leurs difficultés dans cette démarche d'entrée à l'université, je me suis beaucoup interrogée sur la raison de cet effort. D'où cet intérêt pour leurs trajectoires de vie : comment s'était opérée la première rupture par rapport au cycle scolaire, comment s'était décidée la reprise et qu'est-ce que cette pratique amorçait comme changement dans leur vie ?

  • 1 « Les femmes en reprise d'études à l'Université – Itinéraires sociaux de formation et recherche d' (...)

2J'ai repris ces questions dans le cadre d'une recherche concernant les reprises d'études à l'Université par le biais de l'ESEU, (examen spécial d'entrée à l'université), équivalent du baccalauréat pour des personnes ayant arrêté leurs études à un quelconque moment de leur cursus initial1. Les candidats ont donc des niveaux d'études initiaux différents. De sexe, d'âge, de milieu social et de trajectoire familiale et professionnelle différents, ils ont en commun d'avoir connu une première rupture, une crise lors de leur scolarité, et d'être au moment de l'enquête dans une phase qu'on pourrait appeler de « réparation » qui constitue à son tour un nouvel infléchissement de leur trajectoire de vie.

3Après une étude quantitative qui a pu confirmer la différence hommes/femmes dans la signification et l'usage social de cette démarche de reprise, l'enquête qualitative a consisté en 25 entretiens menés auprès de femmes ayant réussi l'examen et s'étant réinscrites à l'Université à la rentrée suivante. L'entretien consistait en un récit de vie centré sur ces deux épisodes significatifs, l'interruption, la reprise, mais pour en rendre compte, nos interlocutrices étaient amenées à reconstruire leur biographie du point où elles en étaient au moment de l'enquête.

4Je reproduis ici un des axes d'analyse de ces entretiens, celui concernant les relations filles/mères : comment se joue la transmission du statut de femme entre deux générations ? Comment évolue d'une génération à l'autre les images dominantes de ce statut ?

Des femmes en reprise d’études

5Étant une démarche en rupture, la reprise d'études peut être révélatrice des tensions, de contradictions entre différentes façons de se vivre comme femme. On repère les continuités et les ruptures, là où se situent les contradictions, là ou se jouent les conflits de rôles.

6Parlant de leurs relations avec leurs mères, les femmes énoncent comment elles se représentent différentes façons de se vivre comme femme. Une des questions principales me semble être l'existence de modèles différenciés, auxquels les femmes se référeraient et qui coexisteraient comme différentes positions subjectives de sexe. En fait cette perspective pose deux problèmes. D'abord l'existence même de ces différents modèles « à égalité », à valeur égale sur le plan de leur 'consistance' sociale en quelque sorte, ensuite leur coexistence à travers des personnes séparées ou, au cours des histoires de vie, chez une même personne.

7Si les femmes se réfèrent bien à des images différentes, il semble bien qu'une seule de ces images fonctionne comme modèle construit référentiel commun : c'est celle de la femme traditionnelle, bonne ménagère, mère dévouée, épouse soumise ou résignée. Face à cette image mythique les media cherchent à construire une nouvelle image, celle de la femme « moderne », se réalisant et s'assumant dans tous les domaines, indépendante et autonome. La première image fonctionne bien comme « modèle » parce qu'il s'agit d'un type idéal construit socialement à partir de la production historique de l'état de « femme au foyer ». Il s'agit d'une position au sein des rapports de sexe caractérisée par l'appropriation des femmes dans le cadre du mariage et la valorisation idéologique de leur mise au service intégrale au sein de la famille, modèle construit par la bourgeoisie du l9e siècle.

8Les femmes interviewées se situent face à ce modèle et par opposition, en cherchant à construire, à inventer de façon évolutive, selon les différentes étapes ou périodes de leur propre existence, des façons nouvelles d' « être femme ». Ces processus de démarquage, de prise de conscience ou de volonté de changement se parlent au travers des projections sur des femmes, d'autres femmes qui font office, elles, de modèles ou contre‑modèles, qui aident, soutiennent ou retiennent à différents moments de l'existence et produisent des représentations positives ou négatives de ce que c'est qu'une femme, une vie de femme contemporaine.

La femme traditionnelle : les mères soumises

9Ce qui caractérise la femme « traditionnelle », ce n'est pas son rapport à l'emploi, mais son rapport au mariage. La femme au foyer qui est la représentation dominante, figure achevée et modèle historique n'est en fait qu'une des figures possibles. Si on la qualifie de « traditionnelle », c'est d'abord parce qu'elle reproduit une position dans les rapports de sexe : il y a transmission à l'identique de génération en génération de la position de femme soumise d'abord à ses parents puis à son mari. Christiane analyse bien ce passage pour les femmes de la tradition à la modernité :

« Je pense qu'on est une génération charnière qui se repose toutes les questions sur la famille et le rôle de la femme....Ma mère a fait comme ma grand‑mère qui avait fait comme son arrière grand‑mère, elle m'a répondu comme sa mère lui avait dit : « ton mari t'apprendra comment on fait les enfants », et il a vraiment fallu que j'invente sur le tas... le rôle de mère, le rôle de femme, il faut avoir un esprit d'invention terrible à l'heure actuelle, alors que les générations passées ont copié. Tout a été bouleversé vite et fort. avant on connaissait les gens autour et puis c'est tout, maintenant si je fais le compte de mes amis, il faut que je fasse le tour de la France et même au‑delà. Alors on a l'occasion de se confronter avec des gens différents, alors que ma mère s'est confrontée au plus loin avec ses collègues de travail. Ma mère, c'était une femme qui se plaçait tout à fait dans les femmes de l'époque, elle a été soumise à son mari sans se poser de question, si c'était normal ou pas normal, moi, cette question, je me la suis posée.»

10« Faire comme sa mère », c'est cela qui caractérise la femme traditionnelle, c'est‑à‑dire ne voir dans son avenir d'autre solution possible que de reproduire l'enfermement dans la famille : se marier, avoir des enfants, et rester au sein du couple, quels que soient les désaccords, pour des raisons financières et « pour le bien des enfants ».

11La situation professionnelle est seconde par rapport à cette définition première par la position au sein des rapports de couple et dépend essentiellement de la classe sociale et de l'histoire familiale. Les mères présentent déjà l'éventail complet de toutes les positions par rapport à l'emploi, mais un emploi qui n'est jamais valorisé comme tel. Il est lui aussi dépendant du mari, des enfants, des vicissitudes économiques de la famille. On voit des mères de famille nombreuse ne pouvant donc envisager de travailler, des femmes arrêtant de travailler pour élever leurs enfants, ou qui reprennent à certains moments parce que les enfants sont plus grands, les frais plus importants, parce qu'on achète une maison, pour que les enfants soient habillés comme les autres, ou qui reprennent une formation pour trouver un travail et assurer le quotidien, etc.. Mais ce travail est un travail dépendant, dessiné en creux par les manques de l'époux. C'est quand l'époux ne peut, lui, se conformer au modèle du bourgeois du 19e siècle, « se payer » une femme au foyer, que la femme se met à travailler, complète, colmate, etc..

12Par rapport à cette histoire des mères soumises, les filles expriment selon les cas, solidarité ou colère.

13Solidarité, quand il s'agit de les venger ou de faire pour elles, à leur place.

14Christiane se vit comme la génération de la transition ou de la rupture. En même temps on voit chez elle une conscience de genre dans sa démarche même. Elle pense les femmes comme collectif et a le sentiment de lutter contre la soumission des femmes.

« En regardant les femmes autour de moi, les femmes de ma famille, j'avais envie de faire quelque chose pour les venger un peu toutes celles‑la qui n'avaient pas pu faire leur métier, ou me dire est‑ce que je vais faire comme elles ou les stimuler un peu ? »

15Dans son récit on voit en effet sa mère de milieu très populaire contrainte par ses parents de renoncer à son rêve, passer du commerce (vendeuse de poisson) au service ~coiffeuse~, et sa soeur renoncer à un métier qui lui plaisait à l'arrivée de son quatrième enfant.

16Colère quand les mères ont freiné les filles, ont cherché à les maintenir dans une position analogue de sujétion, quand les filles ont subi directement ou indirectement les effets de ce qu'elles ressentent comme une démission de leur mère. La mère de Josiane est d'origine bourgeoise mais mariée à un autodidacte fils de paysan ; elle se met à travailler alors que sa plus jeune fille a 7 ans, à la fois pour des raisons économiques et de mésentente dans le couple.

« Ma mère travaillait, mais elle était absolument contre les femmes qui avaient une carrière professionnelle. Si on travaillait pour gagner sa vie, à cause des problèmes économiques, ça allait, mais les femmes qui avaient une carrière, un poste important étaient dénigrées : elles perdaient leur féminité, elles étaient masculines. Il y avait un interdit de la vie personnelle et professionnelle de la femme ».

La conséquence de cette idéologie de maintien des femmes dans une position traditionnelle, retentit dans le champ scolaire :

« Dans ma famille, c'étaient. plutôt les garçons qui faisaient des études, il y avait une dévalorisation des filles. À la limite, on pouvait être sténo‑dactylo ou petite secrétaire...enfin, les filles, c'était rien de toute façon »

17Évelyne est très critique vis‑a‑vis de sa mère qui ne l'a pas aidée, elle a le sentiment qu'elle paye la démission de sa mère :

« Tout en se plaignant de dépendre de son mari, tout en se plaignant de ne pas avoir de métier, elle n'a rien fait pour et elle ne m'a pas obligé à acquérir une formation... Moi, je suis persuadée que si j'avais été un garçon j'aurais fait des études ; puisque mes parents voulaient des garçons, ils ont eu deux filles (rires) ; ma mère assumait mal sa féminité / elle se trouvait mal dans sa peau de femme. Je pense qu'elle aussi avait été élevée pour être mariée, avoir des enfants, et cela ne lui convenait pas du tout, c'était pas un choix pour elle. Donc elle subissait, elle a toujours subi, elle n'a jamais essayé de comprendre ou de faire autre chose. Elle a beaucoup râlé, beaucoup tempêté, mais c'est tout. Et elle a reproduit le schéma. Donc à la première défaillance (scolaire) que j'ai montrée, elle n'a rien fait pour m'aider ».

Images positives

18Mais les mères ne sont pas toutes des contre‑exemples, certaines transmettent des images positives, de courage face aux difficultés de l'existence, d'initiative dans le déroulement de leur vie.

19Suzanne :

« J'ai toujours eu une mère qui s'est débrouillée, contrairement à mon père d'ailleurs. Elle a toujours travaillé. Quand mes parents avaient une ferme, elle a travaillé à la ferme, quand ça ne marchait plus, elle s'est trouvé un job à l'extérieur ; elle s'est toujours débrouillée pour trouver du travail, ramener de l'argent à la maison et peut‑être qu'inconsciemment ça a beaucoup motivé ma position par rapport au travail. Enfin, moi, je ne conçois pas de ne pas travailler, ça me semble indispensable. Il y a suffisamment de femmes qui se sont battues, qui se battent encore pour accéder au travail .. »

20Cette même femme pour surmonter la crise à laquelle il est fait allusion, a suivi une formation pour se reconvertir.

21Isabelle vit encore chez ses parents et manifeste pour sa mère une grande admiration : elle a eu ses enfants alors qu'elle était encore étudiante, « ce qui ne l'a pas empêché d'être femme, de créer, d'avoir un métier.. » Mais sa mère est une intellectuelle qui a fréquenté le mouvement féministe. La juxtaposition de ces deux cas est intéressante parce que socialement, les deux familles représentent les deux extrêmes. L'une, famille d'agriculteurs ayant dû vendre leur terre et 'émigrer' à Paris, il a donc fallu inventer sur le tas de nouvelles façons de vivre et c'est la mère qui est porteuse d'initiative, elle suivra d'ailleurs une formation pour se reconvertir : elle est pionnière par obligation. Dans l'autre famille, des intellectuels parisiens sensibilisés aux courants novateurs, la femme produit une image »moderne » de conciliation harmonieuse des rôles.

22De plus, à côté ou face aux mères, d'autres personnages féminins vont aider à définir d'autres façons de faire, à se définir autrement telle la marraine de Geneviève qui lui a servi de « deuxième maman, mais sur le plan culturel » :

« C'est elle qui à la puberté m'a expliqué ce que c'était que les règles alors que maman était incapable de m'en parler... Elle faisait mon éducation, à table, toutes ces choses-là. Et puis ma mère a toujours travaillé très dur et très longtemps dans la journée et donc elle avait peu de temps pour s'occuper de moi ».

23Pour Françoise, c'est sa tante, la soeur de sa mère qui personnalise la « bonne mère ».

Le changement

24La reprise d'études comme affirmation de soi et de sa propre individualité, prise en charge de son propre destin, est bien une rupture avec ces destins de femmes dans la dépendance, revanche pour ou contre ces mères et toutes ces femmes qui n'ont pu sortir de leurs liens. Ce qui ressort alors, c'est que quel qu'ait été le mode de vie des mères, les filles veulent vivre autre chose, autrement.

25Mais pour autant, il ne se dégage pas un autre « modèle » positif qui serait alternatif mais plutôt le sentiment de vivre une période de changement : certaines le constatent, en prennent acte, d'autres ont conscience d'en être les vecteurs, les sujets, l'âge évidemment ré intervient ici. Elles savent ce qu'elles refusent, elles ont des images ancrées du passé à travers les femmes de leur entourage et leurs renoncements, elles ne peuvent pas définir facilement leurs propres exigences par rapport à elles‑mêmes parce que ces exigences sont formulées de l'extérieur par des systèmes de normes, de prescriptions normatives. Le refus de la situation passée dessine les moyens du changement : si ce qui est refusé c'est la position de dépendance dans le couple, le moyen est l'autonomie financière. Mais par-delà la dépendance conjugale, c'est le rôle même de mère qui est en jeu, l'identification femme/mère.

Renée : « Je ne voudrais pas vivre comme a vécu ma mère. Ma mère, elle a eu 4 enfants, moi je me sens incapable d'élever 4 enfants... On n'est peut‑être pas de même nature, j'ai l'impression qu'elle s'est gommée qu'elle a gommé pas mal de ses années pour pouvoir nous élever. C'était bien qu'elle nous ait élevés parce que justement j'ai eu une enfance très heureuse... Mais je ne me sens pas capable d'en faire autant... Si je me projette vraiment loin, je me vois bien élever un ou deux enfants, mais avec un minimum de confort matériel, c'est-à-dire pouvoir quand même pallier certains de mes désirs, et ne pas devoir tout sacrifier à l'éducation de mes enfants, pouvoir me réserver une place de temps pour aller suivre un cours, sortir, etc.. ».

26Ce sont les enfants qui fixent la famille ou même la constituent symboliquement. C'est avec le passage de la femme à la mère que les relations conjugales changent de nature.

La transition entre les générations

27Béatrice est une femme au foyer ayant arrêté de travailler pour élever sa fille. Le changement en termes de générations passe entre elle et sa fille :

« Je crois que les filles maintenant, une fois sorties du bac on va quand même pas leur trouver un mari vite fait, bien fait, et puis leur mettre des enfants dans les bras. On a envie qu'elles travaillent et qu'elles s'assument... Je crois que les ménages sont moins durables qu'à une certaine époque. Je voudrais pas qu'elle soit à la merci d'un homme en se disant j'ai besoin de m'accrocher à lui parce que j'ai des enfants, parce que je n'ai pas de métier. Je veux qu'elle soit libre de s'assumer elle‑même. »

28La notion d'indépendance, qu'elle ne reprend pas pour son propre compte est alors projetée sur ses désirs pour sa fille.

Co-existence dans une même génération

29Ce changement est d'ailleurs lui‑même vécu comme nouvelle norme pour Béatrice, femme au foyer ayant fortement valorisé son rôle maternel. Elle est restée au foyer pour élever ses enfants sur l'injonction de son époux :

« Quand on est rentré en France, j'ai eu assez de mal à m'adapter et je lui disais »je veux travailler » et lui a été catégorique »tant que les enfants ne sont pas élevés, non!...D'ailleurs je lui en suis reconnaissante parce que je crois que j'aurais travailloté puisque .. ça valait pas le coup de sacrifier les enfants pour ça. »

30Elle pense que si les femmes faisaient plus comme elle, il n'y aurait pas autant de problèmes avec les jeunes, la drogue, etc... Mais en même temps elle se plaint de la dévalorisation de la femme au foyer.

« Maintenant, la femme à qui on demande, qu'est‑ce que vous faites ? Quand elle répond je suis femme au foyer, elle annonce ça d'une manière, comme si c'était une honte. C'est vrai que maintenant une femme qui élève ses enfants, c'est devenu dévalorisant... La femme sans diplôme maintenant, c'est comme la femme qui ne conduit pas, tout ça c'est rentré dans les moeurs, une femme doit avoir des diplômes, doit conduire, doit travailler... »

31Elle est amère ayant en quelque sorte subi le changement de statut de la femme

« Les enfants étaient très contents d'amener leurs copains à la maison, mais moi je me sentais un peu lésée par rapport à ces mères qui travaillaient. J'avais l'impression que ces femmes jouaient un rôle plus important, étaient plus considérées ».

32On voit donc la co‑existence dans une même génération de deux positions vécues comme quasi‑antagonistes.

33À l’inverse, pour Eva, sa soeur représente un contre‑exemple :

« Je trouve que ma soeur régresse... plus ça va, plus elle fait Madame, Madame au foyer, et on conduit le gamin à l'école, on s'occupe de l'autre, on prépare le dîner pour le mari quand il rentre : elle a de moins en moins d'activités à l'extérieur, tout se concentre sur la famille... alors que, au départ, elle se voulait indépendante, elle ne voulait pas dépendre d'un mari. »

Les normes

34Le modèle de la femme performante super‑woman largement diffusé par les media fonctionne comme contrainte pour un certain nombre de femmes.

« On se croit obligées de faire des tas de choses, quand on rentre le soir, d'être détendue, de recevoir des amis, de ne pas être coincée dans les études.. » (Louise)

35Evelyne est en période de crise personnelle et manifeste la difficulté à se situer en tant que femme, dans toutes les images qui lui sont renvoyées : « Etre femme c'est difficile, je trouve ». L'idée qu'elle se fait de ce que devrait être une femme « ..libre, indépendante, tout en ayant des enfants, un métier (rires), sereine, mince (rires), faisant du sport, ayant lu mille bouquins, enfin.... ». En fait elle se sent morcelée entre ces images de la femme, entre ces définitions sociales.

« Pour l'instant, il y a des morceaux comme ça. Par exemple être la femme du toubib je sais l'être quand il faut, mais ça ne m'intéresse pas. Être la femme qui va discuter le bout de gras avec les professeurs, je sais l'être aussi, mais c'est pas ça qui va faire ma vie. »

36Françoise est divorcée. Elle montre bien les contradictions dans les projections et désirs des femmes :

« Je suis partie avec l'idée qu’un homme allait arriver, allait tout m'apporter... il y avait ça, mais il y avait aussi « mais toi, tu veux faire des choses ». « Je voulais vivre tranquillement avec un mari, des enfants, je voulais pas vivre ça, cette solitude, être confrontée à la responsabilité, toute cette responsabilité… Mais toujours j'ai dit que je ne pouvais pas être que la femme de mon mari – ni la mère de mes enfants, il fallait que je sois moi...c'est vrai que c'est assez déroutant pour un homme quand sa propre mère s'est éclatée en élevant des enfants et en étant là pour donner des chemises propres, tout apporter à son mari ». ».

37Mais Françoise est féministe. Très jeune elle a lu Simone de Beauvoir ; au moment de son divorce elle prend contact avec Choisir. Nous sommes ainsi amenées à passer de l'étude des représentations via la transmission ou la rupture entre mères et filles à l'analyse de la conscience de genre, avec en particulier le rôle du MLF.

38En conclusion, la transmission mère/fille ne se fait pas de façon linéaire et nécessairement positive. La rupture temporaire avec la mère, le rejet de son mode de vie fait partie intégrante de la maturation et peut être même la forme actuelle dominante de la transmission mère/fille. Ainsi M. Fellous écrit « La localisation de la fille dans son identité de femme passe par la localisation de sa place dans une lignée féminine maternelle », mais c'est une place qui se fait « par identification, différenciation, rupture ou volonté de rupture », ces trois mouvements pouvant ou non co‑exister. Dans nos entretiens on voit très bien comment intervient l'ambivalence de la relation à la mère et à son « pouvoir » domestique, la nécessaire rupture‑naissance entre les générations avec le désir des filles de « faire autre chose » que les mères. Mais surtout, le changement dans la position sociale des femmes,à partir d'un métabolisme social au sein des familles comme de l'école, s'inscrit dans l'histoire sociale via le MLF. Les filles, quel que soit le vécu de leurs mères adviennent dans un monde ou l'école est mixte, ou les rapports de sexe sont « déstabilisés », ou elles ont formellement accès aux mêmes instruments sociaux que les hommes et ne peuvent et/ou ne veulent plus tabler sur la relation conjugale comme échange entre dépendance et sécurité, ou enfin l'oppression des femmes et leur désir de libération ont été mis en mots, et sont entrés dans la symbolique sociale.

39Le mouvement des femmes a cherché à substituer aux solidarités familiales traditionnelles fondées sur une représentation et une idéologie de la complémentarité naturelle, affective, fonctionnelle des sexes, une solidarité entre femmes fondée sur la notion de sororité, de partage d'une même situation d'opprimée. Ce mouvement, pour se constituer, c'est‑à‑dire pour constituer comme force sociale un groupe défini par l'appartenance à un sexe, devait casser la primauté du lien qui unit les conjoints et qui sépare, isole les femmes, chacune dans son destin personnel. Ce faisant, le mouvement des femmes s'attaquait au lien social de base dans nos sociétés modernes, de base en ce qu'il semble le plus élémentaire et le plus fondamental étant de l'ordre du privé et de l'affectif.Il remettait ainsi en cause le dernier bastion des relations sociales de type traditionnel en faisant accéder les femmes ‑aussi‑ au statut d'individu autonome propre aux sociétés modernes. Ainsi les féministes des générations précédentes avaient lutté pour élever les femmes a la citoyenneté, les féministes de la deuxième moitié du 20e siècle luttent pour en faire des sujets sociaux définis pour eux‑mêmes et non par le statut social de leur époux. Mais, en même temps que l'autonomie des femmes comme individus, le féminisme se trouvait renforcer le courant d'individualisme qui s'appuie sur l'ambiguïté même de cette notion bien largement et diversement utilisée d'autonomie.

40Dans le contexte actuel de crise des idéologies et du militantisme, les discours des étudiantes manifestent une distance par rapport à toute forme d'engagement collectif et par rapport à l'image du féminisme comme mouvement. Mais en même temps les trajectoires familiales et professionnelles et les discours recueillis mettent en scène la déstabilisation des rapports traditionnels hommes/femmes, déstabilisation dont le MLF a été à la fois vecteur et cause. Le MLF a en effet accompagné et amplifié dans le champ symbolique les transformations structurelles « souterraines » concernant les comportements des femmes tels qu'ils apparaissent à la lecture des séries statistiques sur l'activité, la fécondité, la nuptialité ou le divorce, etc.. On ne peut ainsi dissocier dans l'étude des changements des pratiques sociales des femmes, les modifications dans les comportements qui se manifestent dans la longue durée dans les différents secteurs de la vie privée et l'expression sociale et symbolique de ces changements portée à un moment historique donné, par une minorité d'entre elles sur la place publique. De fait, le scandale du MLF réside bien essentiellement dans ce déballage public de la vie privée, cette apparition de femmes entre elles et dans l'espace public – par excellence – la rue. Ainsi les féministes des années 70 ont, en continuité et rupture avec les mouvements anti‑autoritaires, annoncé (prophétisé) et énoncé (théorisé) la fin du consensus social concernant la famille conjugale comme forme optimale réalisée de la relation entre les sexes propre aux sociétés modernes avant que statisticiens, démographes et sociologues n'aient pu constater et encore moins analyser la portée des changements sociaux dans les rapports de sexe. Aussi, si les discours et images des féministes sont rejetés au niveau des représentations comme « extrémistes » par la plupart des femmes interrogées, certains aspects des contestations et remises en cause féministes sont passés dans les moeurs, constituant pour la génération suivante des acquis qui rendent le féminisme à la foi incontournable et inavouable.

41Les femmes interviewées ont dans l'ensemble peu connu le MLF, quelques-unes se sont intéressées au féminisme, d'autres récusent le féminisme comme trop « extrémiste », mais les discours qu'elles tiennent manifestent la conscience de la précarisation des rapports de couple, la fragilisation du statut des femmes due aux transformations des structures familiales tout autant que la détermination d'un grand nombre d'entre elles à échapper à toute relation de dépendance. Les remises en cause, crises, cheminements qui autorisent, déclenchent ou accompagnent cette démarche de reprise d'études manifestent les effetsindirects et à long terme des luttes collectives de femmes.

Haut de page

Notes

1 « Les femmes en reprise d'études à l'Université – Itinéraires sociaux de formation et recherche d'identité ». Claude ZAIDMAN, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Zaidman, « Des femmes parlent de leurs mères », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 195-207fr.

Référence électronique

Claude Zaidman, « Des femmes parlent de leurs mères », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/310

Haut de page

Auteur

Claude Zaidman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org