Navigation – Plan du site
Transmettre aujourd'hui

Les rapports sociaux de sexe

Nouvelles recherches ou  renouvellement de la recherche ?
Dominique Fougeyrollas-Schwebel
p. 121-130

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment Claudine Baudoux et Claude Zaidman (eds.) Egalité entre les sexes. Mixité et démocrat (...)

1Dans les années 1950, pour les femmes qui s'engageaient dans la recherche et l'action sociale et politique, il s’agissait de s'opposer à tout enfermement dans un domaine réservé du féminin et de promouvoir le plus loin possible des pratiques mixtes : pas question pour certaines de s'occuper de la question « femmes ». On pourrait citer également le témoignage de celles qui ont, parfois avec réticence, assumé au lendemain de la guerre des responsabilités dans les partis politiques, chez les communistes notamment, sur la question des femmes. Par rapport au féminisme de ces années-là, ou même des recherches en sciences sociales dans la même période, ce que l'on retiendra du féminisme des années soixante-dix, c'est la rupture par l'avènement d'un mouvement non mixte1. Ce qui devait ainsi marquer l'originalité du MLF en tant que mouvement social se manifestera également lorsque les questions posées par le mouvement féministe seront reprises par les étudiantes et les enseignantes à la fin des années 1970 et lors de l'institutionnalisation des recherches féministes, dans les années 1980. En tant qu'équipe de recherche reconnue par le CNRS ou l'université comment se distinguer des groupes de femmes ? Si l'on retient l'exemple de notre équipe, le GEDISST, équipe créée en 1984, en tant qu'équipe appartenant à l'institution, il n'était pas question de la nommer comme groupe féministe. C'était à nos yeux non pas un rejet du militantisme, mais au contraire, il y aurait eu une forme d'usurpation de la pratique militante si la distinction n'avait pas été établie. Notre volonté de témoigner de notre filiation avec le mouvement féministe, nous la pensions dans les formes de travail que nous souhaitions instaurer entre nous. Une de ces filiations, c'était de rappeler que pour nous le travail scientifique n'était pas une démarche individuelle, mais participait d'un travail collectif et de ses liaisons nécessaires avec le mouvement social ; la marque de cette affirmation s'est traduite par la volonté de promouvoir une direction collégiale de notre équipe, pratique relativement rare au sein du CNRS et notamment en sciences sociales.

  • 2 CNRS Recherches sur les femmes et recherches féministes. Présentation des travaux, 1984-1987, Paris (...)

2Au plan des contenus de la recherche, il a été souvent énoncé combien la rupture que connaissent les années 1970 concerne tant la critique des savoirs constitués comme éléments consubstantiels de la domination que l'analyse des fondements des processus assurant la différence des sexes et la reproduction des rapports de domination. Dans ce domaine, le travail de Nicole-Claude Mathieu, Christine Delphy et Colette Guillaumin reste fondateur : en 1977 est créée la revue Questions féministes, aujourd'hui Nouvelles questions féministes. Les années 1980 correspondent à la diffusion d'enseignements féministes dans les différentes disciplines et la succession de colloques, plus particulièrement en histoire et en sociologie, qui marquent la place que les recherches féministes prennent dans chaque domaine. Sur quelques-unes des étapes de l'institutionnalisation des recherches, citons le bilan dressé par le CNRS : « En octobre 1983, la reconnaissance officielle des recherches féministes en France est concrétisée par la création d'une action programmée sur le thème : « Recherches sur les femmes et recherches féministes ». L'existence de cette action thématique programmée est directement liée au colloque de Toulouse de décembre 1982. Ce colloque national, « Femmes, féminisme, recherche », a réalisé une mobilisation sans précédent en réunissant plus de 800 chercheuses. Ce n'est pas le fruit d'une génération spontanée, il avait été précédé d'un certain nombre d'autres manifestations qui, depuis, 1975, ont jalonné le développement de cette recherche. À Aix en 1975, sous l'impulsion du Centre d'études féminines de l'Université de Provence (CEFUP), se tenait un colloque sur « Les femmes et les sciences humaines ». (...) Ce colloque fut suivi de plusieurs autres, plus spécialisés, mais toujours pluridisciplinaires : 1978 à Paris VIII-Vincennes, « Les femmes et la classe ouvrière » ; 1980 à Lyon, « Les femmes et le travail » ; corrélativement des groupes d'études se créaient dans les universités : après le Centre d'études féminines à l'Université de Provence (CEFUP) en 1972, le Centre lyonnais d'études féministes (CLEF) à l'Université de Lyon II, l'Institut de recherche et d'études féminines (IREF) en 1974 à l'Université de Paris VIII-Vincennes, le Groupe d'études féministes (GEF) en 1975 à l'Université de Paris VII, le groupe de recherche et d'information d'études féministes (GRIEF) en 1978 à l'Université de Toulouse-le-Mirail. (...) Ce développement de la recherche « dans l'institution » était lié à son essor « hors institution », comme on disait alors et comme en témoigne notamment le séminaire « Limites-Fontières » qui fonctionne à Paris depuis 1980. »2

  • 3 Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch (eds.), Sexe et Genre — De la hiérarchie entre le (...)
  • 4  Georges Duby et Michelle Perrot (eds.) L'Histoire des femmes en occident. Paris : Plon, 1991 et 19 (...)

3Les années 1990 connaissent à la fois approfondissement et diffusion des débats. C'est cette évolution des contenus de la recherche que présente l'introduction de l'ouvrage Sexe et Genre, synthèse des travaux sur l'un des thèmes du programme de recherche du CNRS, « Recherches sur les femmes et recherches féministes ». On passe « d'une attention portée aux sexes et à leurs caractéristiques — les sexes étant envisagés comme des « entités séparées » mais de fait seule l'« entité » femme étudiée — à un intérêt pour le sexe et les catégories qu'il sous-tend, c'est-à-dire pour le principe même de la catégorisation par sexe ».3 Au plan des manifestations, un très grand nombre d'initiatives ont lieu. Parmi elles, une place particulière doit être faite au colloque de Toulouse coordonnée par Marie-France Brive dans le cadre du bicentenaire de la Révolution de : « Les femmes et la révolution » colloque international qui marquera une étape importante dans le renouvellement des recherches sur les femmes dans la vie politique. Enfin, en 1991, c'est la publication en cinq volumes de L'Histoire des femmes en occident, sous la direction de Georges Duby et Michelle Perrot4.

  • 5 Cf. notamment l'article de Christine Delphy, « Féminisme et recomposition à gauche », Politis, n°1, (...)

4Dans le même temps, le développement de la recherche doit faire face aujourd'hui sous une forme renouvelée aux questions toujours posées en son sein par la tension entre les pratiques militantes et la critique institutionnalisée. Dit sous une autre forme, il s'agit de la question qu'on pourrait qualifier de récurrente concernant l'évolution des relations, et de l'articulation souvent douloureuse pour nous Françaises, entre l'institution et le hors institution. Si on considère la quasi-disparition du féminisme en tant que mouvement social autonome5, nous sommes confrontées désormais à la dynamique d'une double contradiction : d'une part, avec l'opposition d'un nouveau féminisme, que l'on pourrait nommer féminisme de l'égalité des chances, au féminisme radical « révolutionnaire » dans ses dimensions égalitaire et différentialiste — et il existe aussi un féminisme diffus, partagé par une population beaucoup plus large que ce que représente l'engagement militant ; d'autre part, du fait de la confrontation avec un milieu de chercheurs qui ne cesse de s'élargir et qui absorbe, sans toujours en reconnaître la source, les avancées des recherches féministes.

  • 6 L'Association nationale des études féministes (ANEF), créée en juin 1989, a pour but de développer (...)
  • 7 Collection Recherches aux éditions Côté-femmes, animée par Marie-Laure Arripe, Oristelle Bonis, Dom (...)

5C'est pour répondre à ces questions que nous avons formulé au sein de l'association ANEF6, le projet de la collection « Recherches » dont l'un des axes de politique éditoriale concerne la réédition de textes qui ont largement contribué à inspirer la réflexion féministe et le redéploiement actuel des sciences sociales7. En effet, la question de l'édition et de la diffusion de nos recherches, les possibilités d'édition et de traduction sont primordiales. Et c'est bien cette question qui a constitué un des objectifs de notre colloque de Rio. Plus précisément, nous sommes réunies par la proximité linguistique des langues latines, où l’usage du français a été en quelque sorte choisi comme un lien, nous sommes réunies, plus simplement, par une certaine opposition à la domination de la langue anglaise. Rien n’est plus appauvrissant dans l’expérience humaine et sa relation que la réduction du discours scientifique à une seule langue, quels que soient ses mérites intrinsèques. Il est donc nécessaire que la diversité linguistique se maintienne dans les recherches en sciences humaines et sociales, et que des politiques de traduction et de publication, plutôt que l’imposition d’un monolinguisme international, permettent le dialogue, y compris bien entendu avec les chercheurs anglophones.

6Car ce dialogue des cultures est fécond, non seulement par l’apport original de chacune, mais aussi par le jeu de miroir qu’implique l’échange, par les transformations qu’il induit. Les idées, les concepts, ne sont jamais traduits directement, avec tout le tissu de relations, d’oppositions, de connotations qui font leur sens dans leur culture et leur langue d’origine. Chaque transfert, chaque voyage, chaque traduction implique des réappropriations qui en font évoluer le sens et qui, dans le transfert à rebours, dans le voyage de retour, dans la re-traduction, prennent de nouvelles couleurs qui étonnent et stimulent les auteurs premiers. Sans doute peut-on tout dire dans toutes les langues, mais chaque culture organise le monde d’une façon originale.

  • 8 Eleni Varikas, « Féminisme, modernité, post-modernisme : pour un dialogue des deux côtés de l'océan (...)

7La construction par les recherches américaines du « French feminism » en est un exemple particulièrement frappant, qui pouvait tenir du paradoxe. L’approfondissement et la diffusion des recherches françaises lançaient un nouveau défi tout à fait passionnant : ce que nous lisions du « French feminism » dans les recherches américaines nous semblait une déformation de ce qu’avait été notre pensée, mais nous provoquait aussi à une élaboration nouvelle. Je renvoie ici à l’article d’Eleni Varikas dans la livraison de Futur antérieur sur « les féminismes aujourd'hui »8.

8Le développement des recherches féministes au cours des vingt dernières années au sein des institutions de recherche universitaires et autres, a pour conséquence diverses évolutions et que schématiquement on peut résumer comme leur inscription dans un double mouvement : d’une part, l'ouverture de la recherche et la définition de domaines nouveau, d’autre part, le renouvellement théorique des recherches existantes. Cependant, la dynamique de ce double mouvement ne connaît pas la même ampleur dans toutes les disciplines. Si les sciences sociales considèrent plus ou moins la différence des sexes comme partie intégrante de la définition de leur objet, ce n’est guère qu’en sociologie que la question est clairement posée. Mais alors une nouvelle question apparaît : derrière la banalisation de la diffusion d’évidences nouvelles, comment faire reconnaître les problématiques féministes comme contribution au renouvellement théorique et méthodologique de la recherche ?

  • 9 Collectif, Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble : Presses unive (...)
  • 10 Margaret Maruani : Mais qui a peur du travail des femmes? Paris : Syros, 1985.

9Plus de dix ans après la parution du Sexe du travail9, un premier bilan dans le domaine du travail et de la famille me paraît intéressant comme illustration des tendances qui caractérisent le redéploiement des recherches en cours. Du point de vue du thème des recherches, nous sommes tentées de souligner à quel point, en France, l'analyse des pratiques sociales des femmes a privilégié l'angle du travail — travail domestique, travail professionnel. La question a d'abord été celle de la non reconnaissance du travail féminin à part entière dans les transformations sociales car posé comme secondaire, ce qu'illustre assez bien le titre de l'ouvrage de Margaret Maruani : Mais qui a peur du travail des femmes ?10 La question, désormais au coeur du débat politique, c'est sans doute celle de l'égalité, égalité toujours énoncée mais sans cesse repoussée si l'on en juge, entre autres, par le maintien des inégalités de rémunération entre les femmes et les hommes.

  • 11 « La France est un des pays où les femmes consacrent à la fois le plus de temps au travail professi (...)

10Plusieurs éléments peuvent éclairer cette centralité de la question du travail : l'itinéraire personnel des chercheuses impliquées et les liens avec le mouvement ouvrier, l'importance de la pratique professionnelle. La participation au travail professionnel est particulièrement marquée en France, et redoublée par des temps de travail domestique longs. Les enquêtes de budget-temps constatent ainsi l'ampleur en France du temps de travail contraint — travail professionnel et travail domestique — par rapport à d'autres pays européens. À l'échelle européenne, les Françaises sont les plus laborieuses11. Et réciproquement le temps de participation aux activités associatives est faible.

  • 12  « Nous avons été conduites à exclure en effet des thèmes où des recherches féministes et sur les f (...)
  • 13 Réseau MAGE - Marché du Travail et Genre. La construction sociale des différences de sexe. Projet p (...)
  • 14  Brigitte Yvon-Deyme, Colette Galland et Françoise Pujol, Répertoire des centres de ressources docu (...)

11Cette primauté du travail dans les recherches féministes peut se lire a contrario dans les thèmes prioritaires, parce que peu explorés, proposés par le programme du CNRS en 1983 ; ils concernent « la critique féministe des sciences, (...) certains des mécanismes institutionnels de production et reproduction des inégalités entre sexes » et enfin « l'étude historique et comparative des mouvements de libération des femmes des années 1970 et des pratiques militantes et culturelles des femmes au XX° siècle »12. Cependant, aujourd'hui encore, c'est autour du thème du marché du travail que se constitue un projet de regroupement des chercheuses au sein du CNRS et de l'Université : le projet de regroupement du MAGE au sein du CNRS13. On peut également noter que cette priorité du thème du travail se retrouve dans la recension des sources documentaires qu'a établie l'ADBS14 (association des professionnels de l'information et de la documentation).

  • 15 Jacques Commaille, Les stratégies des femmes. Travail, famille et politique, Paris : Editions La Dé (...)

12À considérer ce bilan sur le plan de l'ouverture, on ne peut que se féliciter de la place désormais reconnue aux recherches sur l'articulation production reproduction souvent reprises sous le thème relation entre la vie professionnelle et la vie familiale. Ce fut le thème de tout un ensemble de recherches financées par la Caisse nationale des allocations familiales. C'est Jacques Commaille qui en a fait la synthèse dans son ouvrage : Les stratégies des femmes. Travail, famille et politique15. De même, des collaborations tout à fait inédites entre l'INSEE et le CNRS ont pu se concrétiser, assurant un développement très important des recherches sur l'ensemble de la production domestique et c'est Christine Delphy, à partir des travaux sur le travail domestique qui a coordonné avec Yannick  Lemel de l'INSEE l'ensemble de ces recherches. Tous ces éléments plaident en faveur de la reconnaissance de la place des femmes comme une place à part entière dans les pratiques sociales, et non un chapitre spécifique, ou secondaire, tels que l'exprimaient les années 1960.

13Si l'on considère non plus l'ouverture de nouvelles problématiques mais le renouvellement des recherches, le bilan est ici plus nuancé, voire contradictoire, sur l'influence des recherches féministes. L'apport de la  perspective féministe s'accompagne aujourd'hui du développement de recherches dans les sciences sociales sur les rapports de sexe, mais qui occultent ou dénient la question des rapports de domination et passent sous silence l'apport des féministes à la recherche. À considérer ainsi l'histoire des idées sur la question du travail féminin, on pourrait être tentée de montrer qu'elle est loin de se caractériser aujourd'hui par un renouvellement des problématiques mais plutôt par une remise au goût du jour de problématiques anciennes sur la complémentarité des valeurs masculines et féminines. On sait que pendant longtemps, a dominé la thèse de la complémentarité des rôles de sexes, c'est-à-dire l'enfermement des femmes dans la famille coupée de la production sociale. Ainsi, en absence d'une analyse des rapports sociaux de sexe, la division sexuelle du travail a longtemps été réduite aux différences biologiques, son évolution apparaissant comme entièrement dépendante des autres déterminations sociales. La perspective féministe au contraire a mis en cause ces analyses et montré que la question de la conciliation entre le travail et la famille, loin d'être une question individuelle et culpabilisante, était une construction sociale, construction à laquelle participaient amplement les sciences sociales.

14Aujourd'hui, les nouvelles perspectives de l'analyse du travail, c'est qu'il n'y a de nécessité ni de la spécialisation des rôles masculins et féminins ni de la complémentarité des fonctions : ceci était la vision fonctionnaliste et romantique de la domination, dépassement de l'infériorité par la complémentarité et la différence. La perspective est désormais de situer sur le même plan l'analyse des hommes et celle des femmes et ceci aussi bien dans l'organisation du travail qu'au sein de la famille. L'analyse de la domination est cependant refusée par de très nombreux chercheurs, qui la présentent alors souvent comme une étape aujourd'hui dépassée des problématiques. Dans cette perspective, l'ouvrage La famille : Etat des savoirs peut rester particulièrement silencieux sur la sexualité, sur les violences conjugales et familiales. Parce que l'analyse de la domination relève du féminisme ou du politique, elle est réputée non scientifique pour certains, tandis que la discrimination dont sont victimes les femmes apparaît moindre qu'il y a vingt ans.

  • 16 cf. par exemple une présentation de ces débats par Jacques Commaille, Les stratégies des femmes. Tr (...)

15Enfin, dans cette perspective critique du développement en cours des recherches sur la famille, il est important de souligner l'apparition de nouvelles tendances qui représentent de fait un retour en arrière sur les valeurs du familialisme beaucoup plus que les nouvelles perspectives que les auteurs croient ouvrir. S'appuyant sur une construction par trop caricaturale et donc pour une part erronée d'un antagonisme inhérent du féminisme et de la maternité, les auteurs semblent se féliciter de nouvelles valeurs permettant de mieux réconcilier nouvelles femmes et maternité16. Cette question est aujourd'hui importante quand reviennent de manière indifférenciée, de la droite ou de la gauche les nouvelles valeurs de la famille comme  »fondement de la société ».

  • 17 Nicole Aubert, Eugène Enriquez et Vincent de Gaulejac (eds), Le sexe du pouvoir. Femmes, hommes et (...)
  • 18 Françoise Collin, « Parmi les femmes et les sciences », in Le sexe des sciences, op. cit., p.19.
  • 19 Cf. Le débat contradictoire présenté dans le n°6 de Politis. la revue, février-mars-avril : Eliane (...)

16Enfin, pour clore ce bilan et pour ouvrir vers de nouvelles questions, voici quelques réflexions sur les développement que l'on peut attendre dans le domaine des recherches féministes. Le titre Le sexe du travail est le point de départ d'une multiplicité d'ouvrages qui s'interrogent tous sur la sexuation des concepts et le découpage des thèmes de recherche : Le sexe du pouvoir, Le sexe des sciences, Le sexe des politiques sociales17. Ces ouvrages expriment le passage de l'analyse de pratiques sociales qui relèvent nécessairement des deux sexes à la construction de catégories de pensée susceptibles de rendre compte de la différence dans ces pratiques. D'où désormais un certain nombre de questions sur la pratique scientifique. La pratique cognitive est-elle distincte pour les hommes et les femmes, fondant de nouvelles différences ontologiques ? Je reprendrai les analyses de Françoise Collin dans l'ouvrage qu'elle a édité18. Non seulement jusqu'à maintenant la question des femmes dans les sciences est peu abordée mais encore il semble qu'en France le point de vue majoritaire soit opposé à toute définition de la pratique scientifique comme pratique masculine. Pourtant, dans ce domaine, nous ne pouvons pas écarter l'apport de Luce Irigaray. Son point de vue radical nous impose de réfléchir sur la recherche de symbolisations directement rapportées à chacun des sexes, malgré la suspicion qui pèse sur cette problématique. Enfin, bien d'autres questions sont désormais ouvertes dans divers domaines. Citons, notamment la question du pouvoir, reconsidéré dans ses différentes dimensions. Les actions menées par le mouvement dit de la parité relancent ce débat, et avec une acuité particulière à l'endroit des partis politiques19.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Claudine Baudoux et Claude Zaidman (eds.) Egalité entre les sexes. Mixité et démocratie. Paris : L'Harmattan, 1992 (Logiques sociales)

2 CNRS Recherches sur les femmes et recherches féministes. Présentation des travaux, 1984-1987, Paris : CNRS, 1989, p.1-2.

3 Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch (eds.), Sexe et Genre — De la hiérarchie entre les sexes, Paris : CNRS, 1991, 281 p.

4  Georges Duby et Michelle Perrot (eds.) L'Histoire des femmes en occident. Paris : Plon, 1991 et 1992, 5 volumes.

5 Cf. notamment l'article de Christine Delphy, « Féminisme et recomposition à gauche », Politis, n°1, hiver 1992.

6 L'Association nationale des études féministes (ANEF), créée en juin 1989, a pour but de développer ces études et d'en favoriser la diffusion. Elle publie entre autres, trois fois par an, le Bulletin de l'ANEF qui informe sur les enseignements, colloques, appels d'offres et publications en France et à l'étranger.

7 Collection Recherches aux éditions Côté-femmes, animée par Marie-Laure Arripe, Oristelle Bonis, Dominique Fougeyrollas et Hélène Rouch.

8 Eleni Varikas, « Féminisme, modernité, post-modernisme : pour un dialogue des deux côtés de l'océan », Futur antérieur, « Les féminismes aujourd'hui », supplément.

9 Collectif, Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 1984.

10 Margaret Maruani : Mais qui a peur du travail des femmes? Paris : Syros, 1985.

11 « La France est un des pays où les femmes consacrent à la fois le plus de temps au travail professionnel et au travail domestique », Caroline Roy, « Les emplois du temps dans quelques pays occidentaux » in Données sociales, INSEE, 1990.

12  « Nous avons été conduites à exclure en effet des thèmes où des recherches féministes et sur les femmes existaient déjà : le travail, la famille, l'éducation par exemple ». CNRS Recherches sur les femmes et recherches féministes. Présentation des travaux, 1984-1987, op. cit., p. 4 et 5.

13 Réseau MAGE - Marché du Travail et Genre. La construction sociale des différences de sexe. Projet présenté au CNRS, avis en cours.

14  Brigitte Yvon-Deyme, Colette Galland et Françoise Pujol, Répertoire des centres de ressources documentaires femmes dans les pays francophones. Paris : La Documentation française, col. Droits des femmes, 1994. Selon cette recension sans prétention exhaustive concernant 21 pays (sur 37 pays membres de réseau francophone de l'ACCT), « le travail arrive en première position (72,4%), suivi de près par la famille (71,6%), puis par le féminisme (62%), l'éducation (61%), la sociologie (60%) et la santé (52%) ».

15 Jacques Commaille, Les stratégies des femmes. Travail, famille et politique, Paris : Editions La Découverte 1993 (textes à l'appui. Sociologie)

16 cf. par exemple une présentation de ces débats par Jacques Commaille, Les stratégies des femmes. Travail, famille et politique, op. cit., p. 145.

17 Nicole Aubert, Eugène Enriquez et Vincent de Gaulejac (eds), Le sexe du pouvoir. Femmes, hommes et pouvoirs dans les organisations, Paris : EPI-Desclée de Brouwer, 1986, 422 p. Françoise Collin (ed.), Le sexe des sciences. Les femmes en plus. Paris : Autrement, Série Sciences en société, n°6, 1992, 205 p. Arlette Gautier et Jacqueline Heinen (eds.), Le sexe des politiques sociales, Paris : Côté-femmes 1993 (Recherches )

18 Françoise Collin, « Parmi les femmes et les sciences », in Le sexe des sciences, op. cit., p.19.

19 Cf. Le débat contradictoire présenté dans le n°6 de Politis. la revue, février-mars-avril : Eliane Vienot, « Parité : les enjeux et les craintes » et Helena Hirata, Danièle Kergoat, Michèle Riot-Sarcey et Eleni Varikas « Parité ou mixité », p. 113-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Les rapports sociaux de sexe », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 121-130.

Référence électronique

Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Les rapports sociaux de sexe », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 05 octobre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/303

Haut de page

Auteur

Dominique Fougeyrollas-Schwebel

GEDISST-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org