Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Décidément, notre rythme de publication est bien lent. En fait, les colloques que nous avions l'habitude d'éditer, se sont tous révélés, cette fois, trop importants pour passer en revue. Nous pardonnera-t-on si nous annonçons une bonne nouvelle ? Grâce à notre Université qui met en place une structure (modeste) de publication, nous lançons une collection du Cedref, "Colloques et travaux". Le premier volume vient de paraître : Femmes, Nation, Europe, sous la direction de Marie-Claire Hoock-Demarle, responsable du Colloque européen organisé en 1993 par le Ceric (Paris 7). Deux autres vont suivre en 1995 : Féminismes et nazisme (en hommage à Rita Thalmann), sous la direction de Liliane Kandel, et La Démocratie à la française ou les femmes indésirables (en hommage à Olympe de Gouges), sous la direction d'Eliane Viennot.

2Du coup, nous avons souhaité un numéro qui nous réunisse, à travers nos diversités, autour d'une préoccupation commune. Or, dans nos discussions revenaient régulièrement nos incertitudes sur le poids et l'avenir du mouvement féministe de ces dernières décennies. Étions-nous aveugles au point de ne pas accepter la chronique de sa mort annoncée, faute de combattantes ou de combats à mener ? Victimes de la dépréciation violente du terme de "féministe", qui nous isole de beaucoup de femmes ? Coupées des nouvelles générations ? Enfermées dans le victimat ? Nos recherches et nos enseigne­ments n'étaient-ils plus qu'une ghettoïsation volontaire vouée à l'échec ? un lieu de relégation pour mieux nous asphyxier ? Ou bien, un lieu toujours vivant, comme les multiples associations, petites, peu connues, mais très actives, qui poursuivent patiemment des luttes concrètes ? Et puis, on regarde le vaste monde où il y a tant de femmes à admirer. Désespoir, humour (noir), espoir...

3"Le féminisme, éternel phénix ?", titrait Dominique Loiseau dans Les Cahiers du Bief (n˚20-21, Septembre 1989). Si la question s'impose à nous, comment accepter d'être renvoyées au mythe de la renaissance à l'identique, plutôt qu'aux événements prévisibles et imprévisibles de l'histoire ? C'est en fait que la définition du féminisme comme mouvement social, pose problème. Mais, est-ce nous qui ne pouvons pas, pour de multiples raisons, constituer un "vrai" mouvement social, ou est-ce la conception du mouvement social qui est défaillante, faute de nous avoir prises en compte ? D'où notre titre : Con­tinuités et discontinuités du féminisme. Plutôt que des argumentations théoriques, nous avons préféré proposer des éléments de réflexion à partir de quelques situations concrètes analysées à la fois à divers moments historiques et dans divers espaces culturels. Nous les avons organisés autour de trois thèmes, Des féminismes dans l'histoire, La fragilité des acquis, Transmettre aujour­d'hui.

4Des féminismes dans l'histoire. La diversité des mouvements féministes, leurs liens avec l'histoire politique et leur fragilité apparaissent bien à travers ces trois articles consacrés à la France des années 30 (Ch. Bard), au Japon des années 30-45 (Y. Nishikawa), à l’État palestinien en train de se constituer aujourd'hui (S. Dayan-Herzbrun). Les organisations structurées alors en France et au Japon, pourraient nous faire rêver. Pourtant, elles disparaissent : en France, elles cessent leurs activités, quand s'instaure le régime de Vichy, mais elles étaient déjà affaiblies par leur sclérose et l'absence des jeunes générations. Au Japon, elles acceptent d'entrer sous la tutelle du régime, qu'elles soient égalitaristes ou différentialistes, pour soutenir l'effort de guerre : Y. Nishikawa souligne avec vigueur la responsabilité des féministes dans l'embrigadement des femmes pour le nationalisme. A travers le parcours de trois femmes qui ont joué un rôle important, elle montre comment on peut tomber dans le piège, jusqu'au discrédit final. Dans l'espoir d'obtenir des avantages "catégoriels", elles ont renié leurs idéaux. Les Palestiniennes, elles, nous font rêver aux commencements dans la participation enthousiaste à la guerre de libération de tout un peuple : déchirées entre l'image de l'Occident comme modèle d'émancipa­tion du peuple et des femmes (démocratie) et celle non moins juste de puissance d'asservisse­ment colonial, elles attendent de leur solidarité dans les luttes partagées, la reconnaissance de leur liberté et de leur égalité. Elles sont menacées au moment même où elles s'organisent : la "réconciliation" des "vieilles élites et des fondamentalistes", risque de se faire au détriment des femmes - et de la démocratie. Leur situation signe les contradic­tions présentes entre luttes nationalistes et luttes "pour l'émancipa­tion, au sens universel du terme".

5Ces trois textes, aux correspondances subtiles, posent au moins deux questions d'ailleurs liées. La première est celle du malentendu profond entre les sexes : les femmes comptent obtenir de leur participation active et solidaire à la société commune, la reconnaissance par l'autre de leur statut de partenaire égale ; les hommes dans leur ensemble n'y voient qu'un devoir de solidarité familiale, une allégeance "naturelle" au chef de famille, dans une société fondée sur les hommes, leurs femmes et leurs enfants. Il y a donc deux projets de société irréconciliables. La seconde question est bien : pourquoi l'acceptons-nous ? Car, si les femmes assument la violence, y compris guerrière ou terroriste, aux côtés des hommes, elles ne retournent pas les armes des hommes contre eux. Ce en quoi les féminismes ne sont pas en effet un mouvement social ou politique comme les autres. Quels rapports les femmes ont-elles avec la violence - avec leur violence ? Qu'est-ce que cela peut nous apprendre sur la domination comme règle quasiment admise des rapports sociaux et politiques, jusqu'à l'affrontement à mort, s'il le faut ?

6La Fragilité des acquis. Deux problèmes d'actualité : l'avortement et la parité. On vient de commémorer en France les 20 ans de la loi Veil : R. Thalmann évoque pour nous ce que furent les longs combats qui permirent la loi. Ch. Ottomeyer-Hervieu, elle, fait un historique des débats d'assemblée en R.F.A. : on sait que l'unification de l'Allemagne a finalement enlevé aux femmes de l'ex-R.D.A. leur droit à l'avortement. A la lire, on songe aux farouches résistances politiques opposées, en France, au droit de vote des femmes. Mais, c'est B. Fougeyrollas qui, à partir de son expérience de médecin à l'hôpital, analyse comment et pourquoi ce droit formellement obtenu en France, a tant de mal à s’inscrire dans la réalité concrète.

7Elle nous renvoie, à juste titre, à nos propres responsabilités : depuis la loi, nous n'avons pas avancé dans la réflexion ; nous avons laissé s'installer une vision purement négative et culpabilisante de l'avortement ; pire, face aux anti-IVG, nous nous contentons d'une "argumentation purement défensive". Elle comble nos manques : il faut resituer l'avortement dans l'ensemble des événements de la sexualité humaine ; souligner son aspect positif, en tant qu'"acte d'insoumission à l'ordre naturel" ; poser enfin la question de l'embryon de façon objective. L'embryon est vivant, mais, objectivement, il n'est pas un enfant. Avorter, c'est donc tuer un embryon, c'est-à-dire un enfant potentiel devenu ici un enfant impossible, et non tuer un enfant, comme le proclament les anti-IVG. Cet article qui nous aide à faire le partage entre réalité et imaginaire, nous confronte, sous un autre angle, à notre propre rapport à la violence, véritable tabou, notamment dans la maternité.

8Autre débat passionné, la loi sur la parité. Nous avons publié dans notre numéro précédent, une intervention de Françoise Gaspard qui argumentait "pour" dans notre séminaire de recherches. Voici une autre intervention (en 1994), cette fois "contre" : Odile Dhavernas, avocate, analyse notamment le danger de la confusion entre les deux sens du mot "représentation" : celle des sondages (reflet, photographie) et celle du suffrage (délégation, mandat). La réflexion continue, ici et ailleurs.

9Transmettre aujourd'hui. En ouverture, deux synthèses sur la recherche (D. Fougeyrollas-Schwebel) et sur l'enseignement (Cl. Zaidman) féministes en France. Il s'agit des textes présentés dans l'atelier : "Institutionnalisation des études féministes", lors du Colloque de Rio, en Juin 1994, Formation, recherche et édition féministes à de l'Université -Québec, Brésil, France. Les actes ont déjà paru au Brésil et le seront prochainement en France.

10Pour la suite, nous avons privilégié la multiplicité des expériences et des points de vue. Différences de génération, différences de culture, différences entre l'enseignement et la transmission de mère à fille, différences entre étudiantes "classiques" et femmes en reprise d'études, etc. Ce qui frappe, c'est la grande difficulté de la transmission entre femmes, quand elle se fait hors des modèles dominants. Elle ne peut avoir lieu qu'à l'occasion d'une crise individuelle, d'une interrogation personnelle, d'une prise de conscience qui surgissent à n'importe quel moment d'une vie. C'est un parcours éminemment singulier qui a pourtant besoin du groupe pour s'accomplir. La découverte d'un savoir déjà accumulé tient son efficacité du désir de connaissance et se trouve rarement séparé de changements dans la vie. Un rapport d'autorité qui s'apparente au pouvoir contesté du père ou à celui ressenti comme illégitime (abusif) de la mère, risque de briser la transmission. C'est pourquoi, nos études à la fois institutionnalisées et marginalisées, laissent une certaine insatisfaction aux étudiantes comme aux enseignantes : leur fonctionne­ment oscille entre le modèle universitaire traditionnel (gage de "sérieux" à donner) et le libre apprentis­sage d'une véritable université populaire. Le beau texte de Y. Nishikawa avive, chez certaines d'entre nous, la nostalgie des débuts où l'on apprenait ensemble. Et chez toutes, peut-être, le goût doux-amer de ce qui pourrait exister. Mais, est-ce propre au féminisme ?

11C'est sur cette question que je voudrais terminer. Non point pour réduire ces expériences des femmes à un quelconque modèle général déjà construit. Plutôt pour ouvrir les modèles clos. Qu'il s'agisse des analyses de la domination, des formes de luttes, de la définition d'une violence légitime, de l'exigence d'être reconnu-e comme individu-e libre et responsable, de l'amour et de la haine au quotidien, du lien noué entre connaissance et pratique de vie, etc., il serait bon que l'apport des féministes - et plus généralement des femmes -, soit considéré à son juste prix : partageable, universalisable. Permette de critiquer à son tour les stratégies de luttes d'autres opprimés. Et d'abord, pourquoi n'avons-nous que ce vocabulaire militaire pour dire ce que nous voulons changer dans nos sociétés ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcelle Marini, « Présentation », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 5-9.

Référence électronique

Marcelle Marini, « Présentation », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/295

Haut de page

Auteur

Marcelle Marini

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org